Skip to main content

Full text of "Archives des sciences physiques et naturelles"

See other formats


,...• -^'f^ 



'<M- 






/^■Y<' 



>^ i^ 






-S^ 1 









-r^ 






V * 






L >->fC 









y, .j 



/*rjf^y- 






O^ , r- u t. 

^ ç?> i A «^ ' ^ 

DUPLICATA DE LA BIBLIOTHEQUE 

DU CONGUr^Viî.'. : * T:^ BCTi.rïQuE DE GENEVE 
VEKDU EN 1922 



ARCHIVES 



DES 



SCIENCES PHYSIQUES ET NATURELLES 









. V. ae^^^^ 



_.rTpACT.A DE LA BÏE:ui.jTHÊQUB 
^^;?f--^r BC-^MIIQUE DE GENEVE 
VENDU EN 1922 



GENEVE — SOCIETE GENERALE D'IMPRIMERIE 

Rue de la Pélisserie, 18 



BIBLIOTHÈQUE UNIVERSELLE 



ARCHIVES 



DES 



SCIENCES PHYSIQUES ET NÂTMELLES 



CENT DIX-NEUVIEME ANNEE 



TOME TRENTE-SEPTIEME 









GENEVE 
BUREAU DES ARCHIVES, RUE DE LA PÉLISSERIE, 41 
PARIS LONDRES NEW-YORK 

H, LE SOUDIEU DULAU & C"" G. E. STECHERT & C» 

17'i-17«, Boni. St-Gfnnain 37, Soho Square 151-155, W 25"' Street 

Dépôt pour l' ALLEMAGNE, GEORG & C'% a Bale 



1914 
DUPLICATA DE LA BIBLIOTHi 

DU CONSERVATOIRE BOTANIQUE DE GENEVE 
VENDU EN 1922 






S>7 



I 




!^^tkf ^' 



BASES PHYSIQUES ~'« v*' 



«*«"«'• 



THÉORIE DE LA GRAVITATION 



A. EINSTEIN 

(Traduit de rallemand par P^doiiard Guillaume) 



Parmi les acceptions de l'expression « ^nasse d'un corps », il 
en est deux qui s'appliquent à des choses essentiellement diffé- 
rentes par leur définition même. D'une part, en effet, cette 
expression désigne le coefficient mesurant la résistance d'inertie 
du corps et, d'autre part, le coefficient caractéristique de l'ac- 
tion d'un champ de gravitation sur ce même corps. C'est un 
des faits expérimentaux les plus remarquables de la Physique, 
que ces deux masses, la masse inerte et la masse pesante, aient 
toujours exactement la même valeur. 

Cette coïncidence a été démontrée de la façon la "plus exacte 
par les recherches d'Eôtvôs ^ A la surface de la Terre agissent 
deux forces dirigées, en général, différemment, et qui consti- 
tuent ensemble le poids apparent du corps : l'une de ces forces, 
la pesanteur proprement dite, dépend de la masse pesante, 
■» l'autre, la force centrifuge, de la masse inerte. Par des mesures 

5^ effectuées à l'aide de la balance de torsion, Eôtvôs a mis en 
ers ' 

■'^^ évidence le fait que le rapport de ces deux forces était indépen- 
j dant de la nature du corps. Ce physicien établit ainsi l'identité 

^ * B. Eôtvôs, Math, iind naturw. Ber ans l/ngarn, VIII, 1890; Beibl. 
'^'' 15, 688, 1891. 



6 BASES PHYSIQUES d'uNE THÉORIE DE LA GRAVITATION 

des deux masses avec une exactitude qui exclut des divergences 
relatives de l'ordre de 10-'. 

Ce fait d'expérience peut s'énoncer aussi en disant que, dans 
un champ de pesanteur, tous les corps tombent également vite. 
On en est naturellement conduit à penser qu'un semblable 
champ peut être remplacé, quant à son action sur les phénomènes 
mécaniques et, plus généralement, sur les phénomènes physiques, 
par un état d'accélération convenable du corps de référence (sys- 
tème de coordonnées) . 

Cette façon d'envisager les choses n'est pas une conséquence 
forcée de ce qui précède; mais, cette circonstance mùine lui 
confère une grande valeur heuristique. En effet, comme nous 
sommes en état de prévoir, par la théorie, la façon dont se com- 
portent les phénomènes physiques par rapport à un système de 
référence en mouvement accéléré, nous pourrons, grâce à cette 
Hypothèse d'Equivalence, prévoir l'influence d'un champ gravi- 
tique sur ces phénomènes. Ensuite, l'étude expérimentale des 
conséquences auxquelles nous aurons été conduits, montrera 
jusqu'à quel point notre hypothèse était justifiée. 

Nous citerons comme première conséquence de l'hypothèse 
d'équivalence le fait que la vitesse avec laquelle un phénomène 
physique quelconque se déroule dans un champ gravitique, est 
d'autant plus petite que le potentiel de gravitation à l'endroit 
considéré est plus petite. Pour cette raison, les lignes spectrales 
de la lumière solaire, par exemple, doivent être légèrement dé- 
placées vers le rouge par rapport aux lignes correspondantes 
des sources terrestres. Le déplacement est d'environ deux mil- 
lionièmes de la longueur d'onde. 

Ensuite, nous avons une autre conséquence de l'hypothèse 
d'équivalence — conséquence d'une portée fondamentale — 
dans le fait qu'un rayon lumineux subit une courbure lorsqu'il 
passe dans un champ gravitique. Par exemple, lorsqu'un rayon 
lumineux passe dans le voisinage du soleil, la courbure atteint 
0" 84, quantité qui n'est pas inaccessible à l'expérience. 

Cette conséquence entraîne la suivante : la vitesse de la lu- 
mière dans un champ de gravitation ne peut pas être constante, 
mais doit varier avec le lieu. Ceci nous oblige à généraliser les 
notions de temps et d'espace de la théorie ordinaire de laRela- 



BASES PHYSIQUES D UNE THEORIE DE LA GRAVITATION 7 

tivité, puisque celle-ci est fondée sur le postulat de la « cons- 
tance de la vitesse de la lumière ». ' 

D'après la théorie ordinaire de la relativité, un point maté- 
riel isolé, se meut uniformément en ligne droite conformément 
à la condition : 

ô (fds)^0, 
où 

ds- = — dx- — dy^ — ds- + c'-dt'-, 

c étant la vitesse de lumière supposée constante. 

Or, de l'hypothèse d'équivalence, on peut déduire que, dans 
un cas particulier d'un champ de gravitation siatique, un point 
matériel se meut conformément à la condition ci-dessus, pourvu 
toutefois que c ne soit plus envisagé comme une constante, mais 
soit une certaine fonction du lieu, déterminée par le potentiel 
gravitique. De ce cas spécial, on peut passer à un cas plus géné- 
ral en prenant des systèmes de référence en mouvement et en 
effectuant des transformations de coordonnées. = 

On est ainsi conduit à voir que la seule généralisation de la 
loi de mouvement donnée ci-dessus, satisfaisante au point de 
vue de la théorie des invariants, consiste à prendre pour « élé- 
ment de ligne ds », la forme : 

ds- = V Çikdx.dxk (t , Â; = 1 , 2 , 3 , 4) 

où les gni sont des fonctions x^ , x„ , x^ , x^ , les trois premières, 
des coordonnées, la dernière, du temps, et où l'équation du 
mouvement a de nouveau la forme : 

ô(fds) = 0. 

1 II est à peine besoin de faire remarquer que cette variabilité de la 
vitesse de la lumière, est essentiellement différente de celle que postulait 
W. Ritz dans son Electrodynamique et que nous avons montrée être en 
contradiction avec le Principe de Carnet. (Archives, nov. et C. jR., 8 déc. 
1913). N. du Tr. 

- Nous postulons par là que nous aurons une représentation égale- 
ment justifiée d'un phénomène, en rapportant celui-ci à un système de 
référence en mouvement. En cela, nous restons dans l'idée fondamentale 
de la théorie de la relativité. 



8 BASES PHYSIQUES D UNE THEORIE DE I.A GRAVITATION 

Si l'on considère que, de cette façon, au lieu de l'élément de 
ligne : 

ds- = ^dx'i 

de la théorie de la relativité, on a, comme invariant, le sca- 
laire : 

ds'- = y^ gi,kdxidxk 

ik 

OU voit tout de suite comment on peut parvenir à une générali- 
sation de la théorie de la relativité qui comprenne la gravitation 
introduite par l'hypothèse d'équivalence. 

Tandis que dans la théorie de la relativité, les équations phy- 
siques sont rendues indépendantes du système de référencé 
choisi, eu postulant que l'invariant fondamental est l'élément 
de ligne : 

ds^ = 2] <^*"', 

dans la théorie cherchée, l'élément de ligne le plus général : 
ds- = 2^ g,udx dxk 

ik 

devra jouer le rôle d'invariant fondamental. Les notions 
d'analyse vectorielle nécessaires à cet effet sont données par les 
méthodes du Calcul différentiel absolu \ qui seront exposées par 
M. Grosmann dans l'article suivant. 

De ce qui a été dit plus haut, il résulte que les 10 quantités 
désignées par gnc caractérisent le champ de gravitation. Elles 
remplacent le potentiel gravitique scalaire ç> de Newton et for- 
ment le tenseur covariant fondamental de second rang du 
champ. L'importance physique de ces quantités gik provient 
entre autre du fait qu'elles déterminent la grandeur des échelles 
et la marche des horloges. 

Les méthodes du Calcul différentiel absolu permettent, étant 
données les équations d'un domaine physique quelconque, 
comme celles de la théorie de la relativité, d'établir les équa- 
tions qui conviennent à la nouvelle théorie. Dans ces dernières, 
les composantes gik du champ de gravitation apparaissent tou- 
jours. Cela signifie physiquement que les équations donueiit 

1 Ricci et Levi-Cività, Méthodes de calcul différentiel absolu et leurs 
applications, Math. Ann. 54, 125, 1900. 



BASES PHYSIQUES d'uNE THEORIE DE LA GRAVITATION 9 

toujours l'iiiflueDce du champ gravitique sur les phénomènes du 
domaine physique étudié. Comme exemple simple, nous pouvons 
citer la loi du mouvement d'un point matériel. 

Nous nous bornerons à formuler la loi la plus générale que la 
Physique théorique connaisse : la loi qui, dans la théorie de la 
relativité, correspond à la conservation de la quantité de mou- 
vement et à la conservation de l'énergie. Dans la théorie de la 
relativité, il y a, comme on sait, un tenseur symétrique Tik 
dont les composantes donnent les composantes de la tension, 
celles de la quantité de mouvement, celle de la densité du flux 
d'énergie et de la densité d'énergie. Ces quantités peuvent être 
calculées pour un domaine physique quelconque. Les principes 
de la conservation de la quantité de mouvement et de l'énergie 
sont contenus dans les équations : 

(1) 2^'^*^ (0 = 1,2,3,4) 

car on peut obtenii-, en intégrant ces équations par rapport aux 
coordonnées spatiales sur tout le système, les équations : 

(la) I (/T.rfr) = 

qui expriment la conservation. Dans ces équations, dz est un 
élément de volume à trois dimensions. 

Dans la théorie généralisée, à ces équations correspondent les 
suivantes : 

où 



2,,, = V „ ^ y; g^.^0.^., 

(j est le déterminant | gnc \ ; -{■,-., le déterminant mineur adjoint 
à g,,- et divisé par_^. <è., est le tenseur contravariant symétri- 
que de second rang, qui est caractéristique pour les échanges 
énergétiques du domaine considéré. Les quantités %^, ont ici 
la même signification physique que les quantités T^, dans la 
théorie de la relativité. Elles ne contiennent pas les compo- 
santes de l'énergie de tension du champ gravitique. 
Les seconds membres de l'équation (2) disparaissent lorsque 



10 BASES PHYSIQUES d'uNE THÉORIE DE LA GRAVITATION 

les quantités g.,., sont constantes, c'est-à-dire lorsqu'il n'y a pas 
de champ de gravitation. L'équation (2) devient alors identique 
à l'équation (1), et peut se mettre sous la forme (la) qui expri- 
me la conservation. Autrement dit, le phénomène matéi'iel con- 
sidéré remplit, à lui seul, les conditions de conservation. Par 
contre, si les g.,, sont variables, c'est-à-dire s'il y a un champ 
gravitique, le second membre de l'équation (2). exprime l'in- 
tiuence énergique du champ sur le phénomène matériel. Il est 
clair, dans ce cas, qu'aucune loi de conservation ne peut être 
déduite sans autre de l'équation (2), puisque les coraposantesde 
l'énergie de tension du phénomène matériel ne peuvent, à elles 
seules, c'est-à-dire sans celles du champ de gravitation, satis- 
faire à des principes de conservation. 

La méthode esquissée jusqu'ici montre comment il est possi- 
ble d'établir les équations d'un phénomène physique quelcon- 
que, en tenant compte de l'influence d'un champ gravitique. 
Mais, ceci ne nous donne pas encore la solution du problème 
principal de la théorie de la gravitation, c'est-à-dire les valeurs 
des quantité gik. lorsqu'on suppose les phénomènes donnés. (Y 
compris les phénomènes électriques). Pour cela, il faut trouver 
la généralisation de l'équation de Poisson : 

(3) A(p = 47rKo 

Voici comment on y parvient. 

On considère, d'une part, la proportionnalité entre l'énergie 
et la masse inerte que donne la théorie de la relativi+é et, d'au- 
tre part, la proportionnalité entre la masse inerte et la masse 
pesante, que fournit l'expérience. Ces proportionnalités nous 
montrent nécessairement que les grandeurs déterminatives des 
actions gravitiques doivent être les mêmes que celles régissant 
les échanges énergitiques du système. De là, il suit que la den- 
sité p de l'équation (3) doit être remplacée, dans les équations 
cherchées, par le tenseur %.^.^. On parvient ainsi à des équations 
qui expriment l'égalité de deux tenseurs, dont l'un sera le ten- 
seur donné ;2„,, tandis que l'autre s'obtiendra par des diôê- 
renciations eftéctuées sur le tenseur fondamental ^x,. 

On est ainsi amené à constater que le principe de la conser- 
vation de la quantité de mouvement et le principe de la conser- 



BASES PHYSIQUES d'uNE THEORIE DE LA GRAVITATION 11 

vation de l'énergie, permettent de trouver la forme des équa- 
tions cherchées. En effet, nous avons déjà fait remarquer que 
le phénomène matériel considéré ne pouvait satisfaire à lui seul 
aux principes de conservation. Mais, ces principes doivent être 
en tous cas satisfaits si l'on considère en même temps le phéno- 
mène et le champ gravitique. Cela signifie que nous devrons 
avoir 4 équations de la forme : 

^*^ ^è:/^''^ ^'"^ ^^ (0 = 1,2,3,4) 

Les t^, caractérisent les composantes de l'énergie de tension 
du champ de gravitation, comme les quantités î„ caractérisent 
celles du phénomène matériel. En particulier, les tenseurs 2;,,, 
et t^, doivent avoir les mêmes caractères d'invariance. 

On a pu, d'autre part, montrer d'une façon générale que les 
équations qui déterminent complètement le champ de gravita- 
tion ne peuvent être covariantes par rapport à n'importe quelle 
substitution. Ce fait capital est d'autant plus remarquable que 
toutes les autres équations, comme, par exemple, les équations 
(2), possèdent un même caractère général de covariance. Con- 
formément à ce fait, il suit que les équations (4) postulées, ne 
doivent pas être covariantes par rapport à des substitutions de 
forme quelconque, mais seulement par rapport à des substitu- 
tions linéaires. C'est là encore une condition à laquelle doivent 
satisfaire les équations cherchées. Enfin, en posant que ces 
équations doivent, par certaines spécialisation et approxima- 
tion, se réduire à l'équation de Poisson, on est en mesure 
d'écrire les équations bien déterminées du champ de gravita- 
tion. 

Voici ces équations : 



(5) 



avec 



(0,v = 1,2,3,4) 



(e. -2„u = v-r^(2.,.|;|?-^2;^..>'.|:lj) 



12 BASES PHYSIQUES d'uNE THÉORIE DE LA GRAVITATION 

Dans ces équations, x désigne une constante universelle cor- 
respondant à la constante de gravitation ; S^., est égal à ou à 1 
selon que a et y sont différents ou égaux. 

Le système (5), qui correspond au système (3), montre qu'à 
côté des composantes de l'énergie de tension %^., du phénomène 
matériel, il y a des composantes équivalentes t,,, du champ gra- 
vitique, qui apparaissent comme la cause même de l'existence 
du champ. Il doit bien en être ainsi, car l'action gravitique d'un 
système ne peut dépendre de la nature physique de l'énergie 
qui engendre le champ. 

Comme seules les substitutions linéaires sont admissibles, ou 
sera conduit à des multiplicités à une, deux et trois dimensions 
que l'on pourra appeler droites, plans et espaces linéaires. 

La théorie esquissée comble une lacune épistémologique tou- 
chant la notion d'accélération, et inhérente, non seulement à la 
théorie ordinaire de la relativité, mais aussi à la Mécanique 
classique, comme l'a montré particulièrement E. MacJi. 11 est 
évident, en effet, qu'il n'est pas possible d'attribuer un sens 
absolu à la notion d'accélération, pas plus qu'il n'est possible 
d'en attribuer un à la notion de vitesse. Il n'est possible de par- 
ler de l'accélération d'un point matériel que par rapport à un 
corps pris comme corps de référence. Il en résulte que cela n'a 
pas de sens d'attribuer à un corps une « résistance à l'accélé- 
ration » au sens absolu, comme la résistance d'inertie de la 
Mécanique classique. Bien plus, cette résistance d'inertie doit 
être d'autant plus grande qu'il y a, dans le voisinage du corps, 
plus de masses inertes non en mouvement accéléré; au rebours, 
cette résistance doit disparaître lorsque ces masses participent 
à l'accélération du corps. 

Or, il est tout à fait remarquable que les équations (6), comme 
on peut le montrer, contiennent ces différents aspects de la résis- 
tance d'inertie, de ce que l'on peut appeler la relativité de l'iner- 
tie. 

C'est certainement là un des plus forts arguments que l'on 
puisse invoquer en faveur de la théorie que nous venons d'es- 
quisser. 



Et 

relatifs à la 

THÉORIE DE LA GRAVITATION 



Marcel GROSS9IAN9Î 



La formation des notions de l'analyse vectorielle générale 
constitue la seule difficulté mathématique à pénétrer dans la 
théorie d'Einstein sur la gravitation. 

Si l'analyse vectorielle, auxiliaire indispensable de la physi- 
que théorique, ne se généralise que lentement, je pense que 
c'est parce que les physiciens n'établissent les théorèmes de 
l'analyse vectorielle que dans la mesure de leur application aux 
problèmes de physique qui en ont provoqué la découverte ou 
auxquels ils seront applicables. 

Cette méthode, justifiée dans chaque cas particulier, ue sau- 
rait satisfaire les mathématiciens, ni susciter de notions 
générales. 

Les mathématiciens, d'autre part, en introduisant les théories 
des quaterniens et de Grassmann ont inutilement compliqué 
la compréhension de l'analyse vectorielle aux physiciens par 
des représentations abstraites qui n'étaient pas indispensables. 

A ces difficultés s'ajoute la confusion babylonienne des ter- 
mes et des signes qu'une commission internationale n'a pas 
réussi à corriger. 

L'idée fondamentale delà théorie de la gravitation d'Einstein, 
qui est de caractériser un champ de gravitation par une forme 
différentielle quadratique, à coefficient variables, nécessite une 
généralisation des définitions et des méthodes de l'analyse vec- 
torielle, afin d'obtenir un aperçu plus distinct. 



14 DÉFINITIONS, MÉTHODES ET PROBLÈMES MATHÉMATIQUES 

Le célèbre traité de Christoffel, Sur la transformation des 
expressions différentielles homogènes du deuxième degré, 1869 
(Journal f. Math. 70) et le travail trop peu remarqué de Ricci et 
de Levi-Civita, 1901 (Math. Ann. 54) où les auteurs exposent 
une méthode pour donner aux équations différentielles de la 
physique une forme indépendante des coordonnées, sont, 
pour le sujet qui nous préoccupe, d'une importance fondamen- 
tale. 

Le développement ultérieur de l'analyse vectorielle a rais en 
lumière les avantages qu'il y a à traiter cette branche au point 
de vue général de la théorie des invariants, puisque cette der- 
nière intervient dans tous le système des notions de l'analyse 
vectorielle et du même coup marque la place naturelle des nou- 
velles conceptions introduites par Minkowski, Sommerfeld, 
Laue, etc., dans le monde à quatre dimensions de la théorie de 
la relativité. 

Il ne saurait être question ici de développer l'application des 
méthodes de la théorie des invariants à l'analyse vectorielle, je 
me bornerai à montrer la différence des méthodes sur les no- 
tions et les théorèmes les plus simples de l'analyse vectorielle. 

La définition même de vecteur manque souvent de précision 
et de généralité, elle n'est pas susceptible d'extension. En défi- 
nissant le vecteur comme une grandeur dirigée, déterminée par 
ses composantes suivant trois directions rectangulaires, on se 
restreint sans nécessité à l'espace euclidien, le seul oii « direc- 
tion » ait un sens immédiat. 

On obtient une meilleure définition en se représentant un 
vecteur variable en grandeur et en direction de point en point, 
c'est-à-dire un champ vectoriel. 

Ses trois composantes 

Ai{xi , X2 , xs) (i = 1 , 2 , 3) 

sont des fonctions du lieu, les transformations qu'elles subissent 
lors d'une rotation du système de coordonnées sont essentielles. 
Cette rotation est exprimée par une substitution orthogonale 

v'i = 2] P*'-'^* (i , fc = 1 , 2 , 3) 



RELATIFS A LA THEORIE DE LA GRAVITATION 15 

dont la solution est : 

Xi = ^ pkiX'k 

k 
Nous dirons qu'un vecteur est déterminé par trois fonctions 
Aiix^ , X, , x^) si elles se transforment comme les coordonnées 
elles mêmes, donc si 

A'i = V pitiAk 

De sorte que les coordonnées rectangulaires sont elles-mêmes 
aussi composantes de vecteurs, ainsi que leur différentielles. 
L'élément de ligne : 

ds'- = dx'-i + dx'-2 + dx'-?, 
est un invariant absolu, et pour chaque vecteur 

A-, + A-2 + A-3 

est aussi un « scalaire », c'est-à-dire un invariant absolu, 
savoir : le carré de la grandeur du vecteur. 

Les opérations différentielles sont particulièrement impor- 
tantes, la plus simple est la divergence du vecteur A 

9A, cAs 9A3 

^Jb\ ^J^2 ^**^Z 

qui est un scalaire, ce qu'on peut prouver en effectuant la 
substitution orthogonale. On le montre habituellement en ima- 
ginant que le vecteur représente la vitesse dans le champ du 
courant d'un liquide incompressible. Dans un espace fini S, 
limité par une surface o se trouvent des points où le liquide 
entre et d'autres oîi il sort. Si l'on calcule la quantité de liquide 
qui traverse la surface dans l'unité de temps on trouve 

f Akdo = f d\\- AdS 

T S 

et l'on a ainsi montré en applicant le théorème de l'intégrale 
de Gauss que la divergence est indépendante du système de 
coordonnées : que c'est un scalaire. 

En concentrant le domaine S eu un point, on peut obtenir la 
divergence comme limite. 



16 DÉFINITIONS, MÉTHODES ET PROBLÈMES MATHÉMATIQUES 

On peut déduire ces notions et d'autres encore d'une façon 
plus satisfaisante en abandonnant les coordonnées cartésiennes 
pour introduire des coordonnées curvilignes quelconques. 

L'élément de ligne s'exprime alors par 

ds'- = y] guidxidxk 

ik 

Le caractère de généralité de cette forme différentielle qua- 
dratique permet de ne pas se préoccuper de ce que l'espace soit 
euclidien, non euclidien ou même à courbure variable. 

Par une transformation de coordonnées : 

ou une transformation des différentielles 

dx. 



dxi = ^ yr dx'k = ^ piudx'k 



OU résolue 



dx 



'i = ^ X — dxk = ^ Jikidxk 



les coefficients de l'élément de ligne se transforment suivant les 
formules : 

ik 

si l'on suppose que l'élément de ligne est un scalaire. 

Nous déterminerons de nouveau un vecteur par trois fonctions 
Ai (iCi, x^, x^) qui se transforment suivant les formules 

A'i = V pkiAk' 

k 

et nous constatons que les coordonnées ne constituent plus de 
vecteur, que leurs différentiels se transforment différemment, 
parce que les quotients différentiels partiels izià sont différents 
des pki. C'est pourquoi nous appellerons A : vecteur covariant. 
Les différentielles des coordonnées constituent, au contraire, 
un vecteur contr avariant, nous constatons immédiatement 
l'utilité de ce dualisme. 



RELATIFS A LA THEORIE DE LA GRAVITATION 17 

Soieut : 

Al , A2 , A3 et Bi , B2 , B3 

deux vecteurs variables, formons les grandeurs 

T.^ = A,Bk 
qui se transforment de la manière suivante : 
T'„ = V p„pksT>k 

ik 

Un tel système de neuf grandeurs définit ce que nous appe- 
lons tenseur covariani de deuxième rang, puisque ses compo- 
santes sont caractérisées par deux indices. On voit que les 
coefficients de l'élément de ligne constituent aussi un tenseur 
covariant de deuxième rang : le temem- fondamental. 

Soit 

g = I Qik 1 

le discriminant de la forme différentielle, c'est-à-dire le déter- 
minant des neuf coefficients, les déterminants mineurs de 
deuxième ordre divisés par le déterminant lui-même, sont les 
composantes d'un tenseur contravariant de deuxième rang, 
leurs formules de transformation étant : 

y'r, = V n,,Jik,y,i, 

ik 

On peut définir, plus généralement, le tenseur covariant de 
rang X par un système de fonctions Tur2...r,, qui se transfor- 
ment d'après les formules 

T'r.r,. ..r = V pi,nPnr. . . . pi.rTnh. . .., 
il 11. . ."/. 

De tels systèmes covariants, que nous appelons maintenant 
tenseurs, jouent un grand rôle dans la théorie, de la transfor- 
mation de Christofîel qui a montré comment on peut passer 
d'un tenseur de rang X à un autre de rang X + 1 par une seule 
opération de ditterentiation. 

Interrompons ces considérations générales pour montrer 
comment on obtient la divergence du vecteur. 

AnciiiVKs, t. XXXVII. — Janvier liil'i. 2 



18 DÉFINITIONS, MÉTHODES ET PROBLÈMES MATHÉMATIQUES 

Soient A^, A.,, A3 les composantes d'un vecteur covariant, le 
problème consiste à déduire du vecteur, par une différentiation, 
un scalaire, c'est-à-dire un invariant absolu. Dans ce but, for- 
mons d'abord, d'après Christoffel, 1' « extension » (Erweiterung) 
du vecteur, c'est-à-dire le tenseur covariant de deuxième rang 



A,, = ^ > ;. r-M ^ + ;s^ -^ A/. = ^^ > ' , Aa 

,i< '-■ 

puis le scalaire 

div A = 2j y-'A-rs 

auquel on peut donner la foi-me 

div A = y, — _ ^ {.Vg yrsAr 






Il en résulte, comme extension du vecteur, lorsque l'élément 
de liane est euclidien 



A.. = ^- 
dx> 



et comme divergence 



,. ^ aA, , aAo 3A, 

div A = ^^ h ô \- ^ — 

àXi dx.j 3X3 

Je prends encore, comme exemple, les notions de l'analyse 
vectorielle relatives au champ d'un scalaire. 
Soit rp (a?i , X2 , X3) un scalaire, alors 

dm ^ 9(n , 9g3 

dœ = ~ dxi + ~- dxo + :— - dx^ 

^ 9a;, Sxo ' '^x-i 

en est aussi un. Comme les dxi constituent un vecteur contra- 

variant, il faut que les r^ forment un vecteur covariant que 

nous appellerons le Gradiant de 9. 
Comme carré de sa valeur nous avons le scalaire 

Zd ^ ' Sxr 9a;. 

c'est-à dire le premier paramètre différentiel de Beltrami, qui, 



RELATIFS A LA THEORIE DE LA GRAVITATION 19 

daus le cas de l'analyse vectorielle habituelle, devient le para- 
mètre différentiel de Lamé 

2xJ ^ [$x,) '^ [dxj 

D'après la formule générale citée plus haut, la divergence du 
gradiant est 



div grad ç? = ^ — = 



\9 



dxA^'^^-d^r 



c'est-à-dire le deuxième paramètre différentiel de Beltrarai, 
qui, dans le cas de l'analyse vectorielle habituelle devient 

d-q) d-(p d-ç) 
dx'i dx'-o 9a;-3 

c'est le deuxième paramètre différentiel de Lamé. 

Nous voyons, d'après ces simples exemples, la fécondité des 
méthodes employées, qui sont en outre complètement indépen- 
dantes du nombre des variables. Je suis persuadé que les ques- 
tions de notation de l'analyse vectorielle pourraient être résolues 
facilement sur le terrain de ces considérations générales. 



SUR 

L'AIMANTATION ALTERNATIVE 



AUX 



FRÉQUENCES ÉLEVÉES 



91. €h Eng. GCT£ et m"» A. AliBERT 

(Avec la pi. I) 

I. Introduction 

Depuis quelques années une série de travaux ont été effec- 
tués au Laboratoire de Physique de l'Université de Genève, en 
vue d'étudier l'influence de la fréquence sur les pertes d'énergie 
dans les corps ferromagnétiques soumis à des champs alter- 
natifs. 

Cette étude a été faite à des fréquences comprises entre 300 
et 1200 ■ périodes par seconde, fréquences pour lesquelles l'in- 
fluence de la viscosité paraît devoir être très faible, tout en 
permettant encore l'élimination expérimentale des courants de 
Foucault. 

Les premiers travaux, effectués par une méthode thermique S 
ont conduit à la conclusion d'une perte par cycle indépendante 
de la fréquence dans la limite des champs étudiés : champs 
efficaces variant de 9,42 à 56.9 gauss. 

Ces expériences ayant été effectuées à champ efflcace con- 

' Ch.-E. Guye et B. Herzfeld, C. B. 20 avril 1903. Arch. des se. phys. 
et nat. 1903 (4), t. XIV, p. 380. 

Ch.-E. Guye et A. Schidlof, G. B., t. 139, 1904, p. 517. C. B.,t. 140, 
1905, p. 369. Arch. des se. phys. et nat. 1905 (4), t. XVIII, p. 576; 1906, 
(4), t. XIX, p. 61 et p. 169. 



SUR l'aimantation alternative 21 

staut, il était intéressant de chercher à mettre ea évidence l'in- 
fluence de la fréquence sur les variations de l'aimantation. 

Une deuxième étude fut alors entreprise par M. Ch.-E. Guye 
et M"^ Karpowa\ Le principe de la méthode et les premiers 
résultats en furent publiés sommairement. Il résultait de ces 
quelques expériences que dans les limites de fréquences et de 
champs magnétiques étudiés, la coUrbe d'aimantation ne devait 
pas être sensiblement influencée par la fréquence. Le cycle 
d'aimantation paraissait donc indépendant de la vitesse avec 
laquelle il était parcouru. Cette conclusion venait donc à l'appui 
des résultats obtenus par la méthode thermique. Toutefois, la 
précision des mesures laissait encore à désirer. 

D'autre part, M. A. Schidlof et M"*^ Cliamié, en étudiant plus 
spécialement les faibles saturations (champs maxima efftcaces 
entre 8,3 et 24,8 gauss), ont mesuré la puissance électrique 
consommée dans un cycle rapide avec un électromètre à qua- 
drants. Les résultats de ce travail semblaient indiquer une 
diminution des pertes d'énergie par cycle avec l'augmentation 
de la fréquence. Cette dernière conclusion, bien que formulée 
sous toutes réserves, semblait donc difficilement conciliable 
avec les résultats antérieurs, car, si elle était rigoureusement 
exacte, il aurait fallu admettre que le travail consommé pai- 
cycle dépendrait de la fréquence, alors que la variation de l'ai- 
mantation en était indépendante. Nous avons donc décidé de 
reprendre d'abord avec plus de précautions et d'exactitude la 
méthode suivie par M. Guye, en collaboration avec M"* Kar- 
powa. En voici le principe. 

IL Principe de la méthode 

Le courant fourni par un alternateur à haute fréquence tra- 
verse l'enroulement primaire qui recouvre un tore en fil de fer 
très fin. 

L'intensité de ce courant magnétisant est maintenue rigou- 

' Ch.-E. Guye et E. Karpowa. Aimantation en fonction de la fréquence. 
Le Badium, VII. 1910, p. 241. Congrès international de radiologie et 
d'électricité, 1911. 



22 SUR l'aimantation alternative 

reusement à la même valeur efficace et la force électromotrice 
efficace induite dans le secondaire est mesurée à l'aide d'un 
électromètre à fil de quartz de Wulf. 

Soient : 

N le nombre des spires de l'enroulement secondaire; 

(j) le flux à travers la section du tore; 

E la force électromotrice efficace secondaire. 

Cette force électroraotrice efficace est donnée par la relation 
bien connue : 



•■/■(f)' 





en admettant que l'unité de temps renferme toujours un nombre 
entier de périodes ; ce qui est toujours pratiquement le cas 
pour les fréquences élevées. 

Nous aurons pour différentes fréquences w, n , n", ... et pour 
des eni'oulements secondaires correspondants N , N', N", ... des 
/. e. m. eff. E, E', E", . . . données par les relations : 



^--j (f ) 







1 / J^.i \ 2 

dt 



Supposons maintenant que le nombre des spires secondaires 
soit inversement proportionnel à la fréquence et que l'on ait 
par conséquent wN -= nW = n"W. Si, dans ces conditions 
les f. e. m. secondair^es ohset'vées sont égalse, nous pourrons 
poser : 



^i^m---'fm--"-rm 



dt = 



AUX FREQUENCES ELEVEES 



23 



c'est-à-dire : 







Pour que les intégrales satisfassent ces équations, le plus 
simple est d'admettre que l'ou a à chaque instant 



d0 


N' d*' 


n d<P 


dt 


N dt 


n' dt 


d0 


N" d0" 


n d<P' 


dt ~ 


N dt 


n" dt 



II 



c'est-à-dire que l'allure des courbes d'aimantation ne varie pas 
avec la fréquence ; en d'autres mots que la courbe reste la 
même, mais qu'elle est parcourue plus ou moins rapidement. 

Notre supposition est en effet très vraisemblable. Si les 
courbes ^ étaient modifiées par la fréquence, il faudrait alors 
admettre qu'il se produit une compensation singulière, 'pour 
tous les champs et pour toutes les fréquences, de façon que les 
intégrales satisfassent toujours aux relations (I) et cela avec 
une approximation très grande, comme nous le verrons plus 
loin. Une telle supposition devient alors très peu vraisemblable 
et il est infiniment plus plausible et plus simple d'admettre 
l'hypothèse exprimée par les équations II. 

Nos expériences avaient donc pour but de déceler avec le 
plus d'exactitude possible les différences qui pouvaient se pro- 
duire dans les f. e. m. secondaires, lorsque les relations 
/<N = w'N' = w"N" étaient satisfaites, toutes les autres condi- 
tions restant les mêmes. Nous avons donc attaché une grande 
importance à rendre les expériences comparatives. 

Dans ce but l'enroulement secondaire du tore était sectionné 
en quatre parties. On pouvait ainsi, en utilisant tout ou partie 



24 SUR l'aimantation alternative 

de cet enroulement, disposer d'un nombre de spires propor- 
tionnel aux nombres 1, 2 et 4; c'est-à-dire inversement pro- 
portionnel aux fréquences approximatives 1200; 600 et 300. La 
condition wN = n'W = >ï"N" était donc toujours très près d'être 
satisfaite. 

Dans ces conditions une expérience comparative comportait 
trois séries de mesures. 

Fréquence Nombre de spires secondaires 

(approximative) utilisées 

1) w" = 300 N" = 4N 

2) n' = 600 N' = 2N 

3) n =300 N = N 

Pratiquement, il n'est pas toujours possible par la vitesse 
de l'alternateur de satisfaire rigoureusement la condition 
wN = n'K = n"W = ... ; il est donc nécessaire de faire subir 
aux résultats de l'expérience une très petite correction, de façon 
à les rendre tout à fait comparables. Cette correction consiste 
à réduire la/, e. m. à ce qu'elle serait si le circuit secondaire 
n'avait qu'une spire et si la fréquence était égale à l'unité; 
il suffit donc pour cela de diviser la /. e. m. efficace observée E 
par le produit wN correspondant à chaque expérience ; ce pro- 
duit étant d'ailleurs par l'expérience même très près d'être 
constant. 

La J . e. m. ainsi calculée soit 

_ E^ 

wN 

est ce que nous avons appelé la /. e. m. réduite. 

C'est la connaissance de cette f. e. m. réduite qui permettra 
la comparaison exacte des résultats. Il importe de remarquer 
que cette réduction ne peut introduire aucune erreur appré- 
ciable sur les résultats, car d'une part la relation wN = w'N' 
est très près d'être satisfaite expérimentalement et d'autre 
part la /'. e. m. réduite, si elle varie avec la fréquence, ne varie 
que d'une quantité extrêmement petite, même pour des limites 
très étendues de la fréquence de 300 à 1200 dans nos expériences. 



AUX FRÉQUENCES ÉLEVÉES 25 

Pour que les résultats de ces expériences aient une significa- 
tion précise, il importe enfin d'éliminer toute action parasite et 
particulièrement celle due à la présence des courants de Fou- 
cault. Les courants de Foucault, comme on sait, tendent à 
affaiblir le champ magnétique à l'intérieur du fer et con- 
somment une certaine énergie dont la valeur est pour ainsi 
dire impossible à calculer exactement. Dans nos expériences, 
leur effet était rendu négligeable par le choix d'un tore composé 
de fil de fer de 0,04""'" de diamètre. 

Nous avons également éliminé l'action démagnétisante du 
courant secondaire en utilisant pour les mesures de la /. e. m. 
induite un instrument électrostatique, un électromètre à fils de 
quartz dont la capacité est extrêmement petite (quelques cen- 
timètres en unités électrostatiques C. G. S.). 

Les 'perturhaiions dues aux courants de Foucault d'une part 
et au courant secondaire d'autre part étant éliminées il n'y a pas 
lieu de faire subir de ce chef de calculs arbitraires de correction 
aux expériences pour les rendre comparatives et les interpréter. 



III. Dispositif expérimental 

Le dispositif comprenait un circuit primaire et un circuit 
secondaire. 

/. Circuit primaire 

Un alternateur à haute fréquence fournissait le courant magné- 
tisant. C'était une machine à 100 pôles {fer tournant; inducteur 
et induit fixes). Elle était accouplée directement à l'arbre d'un 
moteur à courant continu à excitation compond. Pour assurer 
au moteur une régularité de marche aussi grande que possible, 
nous l'avons actionné au moyen de batteries d'accumulateurs. 
On réglait alors la vitesse de rotation avec des résistances mises 
dans les circuits de l'inducteur et de l'induit du moteur. Un 
compteur de tours fixé sur l'arbre de la machine permettait de 
déterminer la vitesse de l'alternateur. Le nombre de tours à la 
minute multiplié par une constante (dont la valeur était %) 
donnait la fréquence du courant de l'alternateur. 



26 SUR l'aimantation alternative 

Le courant d'excitation de l'alternateur était fourni par les 
mêmes batteries d'accumulateurs. Nous n'avons pas d'abord 
attribué assez d'importance à l'influence de la variation de ce 
courant d'excitation sur la forme de la/, e. m., les expériences 
antérieures ayant montré que la courbe de la /. e. m. est très 
approximativement sinusoïdale. Nous avons reconnu depuis que 
l'influence du courant d'excitation sur la forme de la/, e. m. 
de l'alternateur n'est pas négligeable lorsque la machine Jonc- 
tionne au voisinage de certaines saturations et que pour une 
même valeur efficace du courant magnétisant, on peut avoir 
des erreurs, très petites il est vrai, sur la/, e. m. induite; ces 
erreurs peuvent, dans certains cas, atteindre 2 7o suivant que 
l'alternateur fonctionne avec telle ou telle excitation. Si l'on 
n'a soin de maintenir l'excitation rigoureusement constante 
quelque soit la fréquence, les trois séries de mesures effectuées 
ne sont plus alors tout à fait comparables. Même, l'abaissement 
progressif de l'excitation pendant toute la durée d'une série 
d'expériences (au fur et à mesure que les circuits s'écliaufiènt 
ou que la batterie se décharge) peut introduire ainsi de petites 
erreurs systématiques. 

Au contraire, dès que l'excitation demeure constante les 

E 

écarts entre les valeurs -^ obtenues à des fréquences diffé- 
rentes pour un même champ magnétisant devenaient pour ainsi 
dire nuls, comme nous le verrons plus loin. 

Il importait donc de surveiller avec soin l'intensité de ce 
courant d'excitation en vue de la maintenir constante, et 
cela à l'aide de résistances de réglage intercalées dans le 
circuit. 

Le courant alternatif, ainsi produit, traversait V enroulement 
primaire F, formé de 391 spires de til de cuivre (1™" de dia- 
mètre, isolé par une double couche de soie). Le fil entourait un 
tore composé de fil de fer de très petite section pour éviter les 
courants de Foucault, ainsi que nous l'avons dit. 

La résistance de rér/lar/e B était constituée par 2 grands ta- 
bleaux de lampes à incandescence, tableaux qui pouvaient être 
groupés soit en parallèle soit en tension, suivant la fréquence 
et suivant l'intensité qu'il s'agissait d'obtenir. En outre quatre 



AUX FREQUENCES ELEVEES 



27 



rhéostats' à glissières permettaient un réglage très exact de 
l'intensité. 

L'intensité efficace fut mesurée avec des ampèremètres ther- 
miques A. Un ampèremètre dont l'échelle était graduée jus- 
qu'à 0,5 ampères était utilisé pour les mesures jusqu'à cette 
limite. 

Il pouvait facilement être supprimé au moyen de godets de 
mercure et d'une clef de court circuit. Les intensités du courant 
magnétisant plus élevées furent mesurées par un autre ampè- 
remètre dont l'échelle était divisée jusqu'à 1 ampère. 

Nous avons indiqué pré- 



AUeniaCeur 




cédemment qu'il est très im- 
portant que les expériences 
comparatives soient effectuées 
rigoureusement à la même 
intensité efficace. La sensibi- 
lité des ampèi-emètres thermi- 
ques ordinaires de Hartmann 
et Braun est suffisante pour 
l'appréciation de la valeur de 
l'intensité, mais ne peut don- 
ner la précision désirable 
pour des mesures compara- 
tives aussi délicates que celles 
que nous nous proposions. Nous avons donc employé une jauge 
plus exacte </(/). Elle était composée d'un voltmètre thermique 
de précision de Hartmann et Braun (3,5 volts maximum) 
dont l'index se déplace devant un miroir ; l'erreur de pa- 
rallaxe est donc éliminée. L'échelle de cet appareil est 
divisée en traits suffisamment fins pour permettre d'appré- 
cier facilement un déplacement de l'index de Vs de division. 
En maintenant au cours d'une expérience l'index sur une divi- 
sion, on pouvait être assuré que l'intensité efficace du cou- 
rant demeurait constante et cela avec une précision beaucoup 
plus grande qu'avec les appareils ordinaires. Cette position 
devait être maintenue avec le même soin pendant les trois 



' Dispositif utilisé par M. A. Schidlof et Mlle Chamié, lot. cit. 



28 SUR l'aimantation alternative 

séries d'une même expérience comparative faite à diverses 
fréquences. La position de l'index qui pouvait changer par 
suite de la variation de la vitesse de rotation du moteur était 
immédiatement corrigée en agissant sur la résistance de ré- 
glage R. Le shunt de l'appareil thermique de précision était 
constitué par des fils de mauganine sans self appréciable; la 
longueur de fil utilisée comme shunt demeurait rigoureusement 
la même pendant les trois séries constituant une expérience 
comparative. 

II. Circuit secondaire 

Le courant alternatif passant par l'enroulement primaire du 
tore développe un courant induit dans Venroulement secondaire. 
Cet enroulement était composé de quatre parties de 480, 450, 
480 et 480 spires. La /. e. m. efficace était mesurée à l'aide 
de Vélectrotnètre à fils de quartz de Wulf dont nous avons parlé. 
Cet appareil présente plusieurs avantages très appréciables 
dans le cas particulier de nos expériences. 

L'écartement des fils de quartz sous l'influence de la diffé- 
rence de potentiel est observé comme on sait à l'aide d'un 
microscope muni d'un oculaire micrométrique et la position 
que prennent les fils est atteinte très rapidement à cause de 
leur faible inertie. Les indications sont en outre très nettes, 
sur une échelle de 150 divisions le Vio ^^6 division est encore 
nettement appréciable. En faisant la lecture des deux écarts 
droit et gauche, on élimine l'erreur pouvant provenir du zéro de 
l'appareil, lequel dépend, comme on sait, de l'inclinaison donnée 
à l'appareil même. 

L'électromètre de Wulf avait encore un autre avantage, 
celui d'avoir une très petite capacité, comme nous l'avons déjà 
signalé ; ce qui n'est pas sans importance lorsqu'on opère avec 
des courants de fréquence élevée. 

Quant à la courbe de graduation de l'électromètre, elle est 
très approximativement une ligne droite au-dessus de 60 volts ; 
les déviations étant presque proportionnelles à l'augmentation 
du potentiel. Pour les tensions moins élevées, les déviations di- 
minuent plus rapidement mais on obtient encore des indications 
très précises jusqu'à une tension de 30 et même de 25 volts. 



AUX FRÉQUENCES ÉLEVÉES 29 

Nous avons effectué la graduation de l'électromètre de Wulf 
à différentes époques, et cela à l'aide d'un voltmètre de précision 
de Siemens et Halske, ces détermioations ont fourni toujours 
exactement la même courbe représentative. 

D'ailleurs, notre méthode 7-end les mesures pour ainsi dire 
Indépendantes de la graduation, puisqu'on observe presque la 
même déviation dans les trois séries de mesures d'une expérience 
comparative. 

DÉTAIL d'une expérience 

Une expérience comparative se composait de trois séries de 
mesures effectuées aux fréquences hautes, moyennes et basses, 
dont les valeurs étaient très voisines de >^ = 1200, n = 600, 
ri' = 300. Les nombres de tours de la machine indiqués par le 
compteur étaient alors respectivement d'environ 1440,720 et 
360 tours à la minute ; et l'on commençait les expériences soit 
avec la haute, soit avec la basse fréquence ; de façon à éliminer 
les erreurs systématiques que réchauffement progressif du tore 
aurait pu introduire. 

D'ailleurs, pour rendre ces erreurs négligeables, tout le tore 
était placé dans un bain d'huile et la température de ce bain ne 
variait que de quelques degrés entre le commencement et la 
fin des séries d'expériences. 

Après avoir mis l'alternateur en marche, on réglait la vitesse 
de rotation à l'aide de résistances interposées dans les circuits 
de l'inducteur et de l'induit du moteur. Des ampèremètres 
permettaient de se rendre compte de la marche de la machine. 
Le courant d'excitation demeurait constant grâce à la résis- 
tance de réglage qui permettait de le maintenir à l'intensité 
voulue comme nous l'avons expliqué. 

Il était impossible d'avoir rigoureusement à l'alternateur la 
même vitesse pendant toute la durée d'une série de mesures, 
quoique le moteur fut alimenté par des batteries d'accumula- 
teurs, c'est-à-dire dans de très bonnes conditions pour avoir 
une vitesse constante. Pour obtenir plus de régularité on atten- 
dait à peu près une demi-heure que la vitesse de rotation eut 
pris une valeur de régime approximativement constante (d'en- 



30 SUR l'aimantation alternative 

viron 1440 tours si l'on travaillait avec les fréqueuces éle- 
vées). 

D'autre part, ou réglait l'intensité efficace du courant ma- 
gnétisant en interposant un nombre plus ou moins grand de 
lampes à incandescence et en faisant varier la résistance des 
rhéostats R. On amenait ainsi l'index du voltmètre utilisé 
comme jauge à la position qu'il devait occuper jusqu'à la fin 
des trois séries d'expériences et cela au moyen du shunt en 
manganine S. On était ainsi assuré que le courant conservait 
rigoureusement la même intensité efficace. C'était en même 
temps l'indice que la vitesse de rotation du moteur était 
tout à fait constante, puisque rien ne variait plus dans le 
circuit. 

On commençait alors les mesures. Aux fréquences élevées, les 
quatre parties de l'enroulement secondaire étaient utilisées 
successivement. Pour faciliter les connexions de ces diftéreutes 
parties, les extrémités de leurs enroulements étaient rehées à 
huit godets fixés sur une petite planche. Il suffisait de mettre 
ces godets en communication avec les fils de l'électromètre de 
Wulf pour effectuer les lectures. On mesurait la force électro- 
motrice efficace aux extrémités de l'enroulement (1), en faisant 
la lecture des écarts o^ droit et o^ gauche des deux fils de quartz 
de l'électromètre. En même temps, un second observateur 
comptait le nombre des tours de la machine. Ce nombre per- 
mettait de connaître exactement la fréquence correspondante. 
On opérait de la même manière pour les enroulements (2), (3) 
et (4), de façon à faire intervenir dans les moyennes la totalité 
de l'enroulement secondaire. Nous avons répété en général trois 
fois chacune des mesures (1), (2), (3) et (4) dans chaque série. 
La série comprenait ainsi douze observations. 

Après avoir terminé la série des mesures effectuées à haute 
fréquence, on interposait une plus grande résistance dans le 
circuit du moteur pour abaisser la vitesse de rotation de l'alter- 
nateur jusqu'à environ 720 tours par minute. Nous ramenions 
aussi l'intensité efficace à la valeur exacte qu'elle avait au 
cours de la série précédente. Le voltmètre de la jauge permet- 
tait de constater avec une grande sensibilité si ce réglage était 
atteint. 



AUX FRÉQUENCES ÉLEVÉES 31 

La/, e. m. efficace de deux parties de l'enroulement groupées 
eu tension donnait approximativement la même déviation que 
celle obtenue à la fréquence précédente avec une seule partie 
de l'enroulement. Les mesures étaient prises alors en faisant 
les combinaisons suivantes : 

(1 + 2) , (2 + 3) , (3 + 4) et (4 + 1) 

Oq comptait pour chaque lecture le nombre de tours corres- 
pondant de la machine, d'où la fréquence. 

Tableau d'une expérience comparative^ 

Intensité efficace 0,58 ampère 

(Haute fréquence) 



Désignation 

des enroulements 

sec. utilisés 


Déviation 

à l'électroinètre 

-5 '' 


Force e. m. eff. 
E obs. 


Fréquence 
n 


(1) 


95,7 


92.4 


1137 


(1) 


96,0 


92,6 


1146 


(1) 


96,7 


93,4 


1154 


(2) 


108,2 


104,7 


1154 


(2) 


108,4 


104,9 


1154 


(2) 


108,8 


105,2 


1156 


<3) 


101,5 


98,0 


1158 


(3) 


101,6 


98,1 


1162 


(3) 


101,7 


98,2 


1158 


(4) 


110,1 


106,5 


1162 


(4) 


110,1 


106,5 


1162 


(4) 


111,0 


107,5 


1171 


' N = l 


104,1 


100,6 


1157 



Valeur moyenne de e 






= 0,08713 



pour les hautes fréquences. 



' Pour simplifier le calcul des tableaux qui suivent, nous avons pris 
N = 1 pour les hautes fréquences, N = 2 pour les moyennes, N = 4 
pour les basses. Dans ces conditions e ne représente pas la f. e. m. 
réduite précédemment définie, mais un nombre qui lui est rigoureuse- 
ment proportionnel. 

" ô = ô droit + Ô gauche. 



32 



SUR L AIMANTATION ALTERNATIVE 



(Moyenne fréquence) 



Désignation 
des eni'oalements 


Déviation 
à rélectromètre 


Force e. m. eff. 
obs. E 


Fréquence 
n 


sec. utiliHés 


S 






(1 + 4) 
(1 + 4) 
(1 +4) 


107,3 
106,2 
105,6 


103,8 
102,7 
102,1 


592 
588 
585 


(2 + 3) 
(2 + 3) 


106,0 
105,4 


102,5 
101.9 


579 
572 


(2 + 3) 


104,8 


101,3 


570 


(1 + 2) 
(1 + 2) 


102,5 
102,1 


99,1 

98,7 


575 
565 


(1 + 2) 


101,9 


98,3 


571 


(3 + 4) 
(3 + 4) 
(3+ 4) 


103,4 
102,3 
101,7 


100,0 
98,9 
98,2 


560 
560 
560 


N = 2 


104,1 


100,6 


573 



Valeur moyenne de c = -r^ = 0,087783 
pour les moyennes fréquences. 



(Basses fréquences) 



Désignation 


Déviation 


Force c. m. eff- 


Fréquence 


sec. utilisés 


à l'électromètre 


obs. E 


n 


N 


4 






(1 + 2 + 3 + 4) 


102,3 


98,8 


283 


(1 + 2 + 3 + 4) 


101,5 


98,0 


279 


(1 + 2 + 3 + 4) 


100,0 


96,6 


277 


(1 + 2 + 3 + 4) 


98,7 


95,3 


268 


(1 + 2 + 3 + 4) 


98,7 


95.3 


271 


(1 + 2 + 3 + 4) 


98,1 


94,8 


270 


(1 + 2 + 3 + 4) 


98,9 


95,5 


271 


(1 + 2 + 3 + 4) 


98,5 


95,2 


271 


(1+2 + 3 + 4) 


98,5 


95,2 


271 


N = 4 


99,5 


96,1 


273 


Val 


eur moyenne de 




002 



pour les basses fréquences 



AUX FRÉQUENCES ÉLEVÉES 33 

La troisième série comportait les mesures effectuées à la fré- 
quence d'environ 300; les procédés pour le réglage de la vitesse 
de rotation de la machine et de l'intensité efficace étant abso- 
lument les mêmes que précédemment. On observait les dévia- 
tions de l'électromètre dues aux quatre parties de l'enroule- 
ment groupées alors simultanément en tension : (1 -f 2 + 3 -f 4). 
C'est pour cette fréquence que la machine fonctionnait avec le 
moins de régularité. On éliminait l'influence de ces perturba- 
tions en effectuant à cette fréquence un plus grand nombre de 
mesures. Les tableaux pages (12 et 13) donnent les résultats 
d'une expérience complète. 

Comparons les résultats ainsi obtenus aux diverses fréquences, 
à la valeur moyenne de e pour les trois séries, soit 0,08760. 

Nous avons : 

Ecarts en Vo sur la valeur moyenne de e 

hautes fréquences — 0,66 "/„ 

moyennes +0,2 "/o 

basses + 0,45 '% 

Les très petites différences constatées, même sur une seule 
série d'expériences, semblent bien indiquer que l'allure du 
cycle d'aimantation ne change vraisemblablement pas avec la 
fréquence. 

IV. RÉSULTATS 

Voyons maintenant les résultats de l'ensemble de toutes nos 
mesures. 

Mais, disons d'abord que les mesures ont porté principale- 
ment sur les faibles saturations pour lesquelles nos recherches 
antérieures avaient donné des résultats particulièrement peu 
précis et douteux. 

Le tableau suivant donne un résuméde toutes nos expériences 
relatives, composées chacune de trois séries comparatives effec- 
tuées aux trois périodicités indiquées. 

Ces observations ont été faites pour des intensités efficaces 
comprises entre 0,3 et 0,9 ampères, correspondant à des 

Anc.iiivKS. 1. XXXVII. — .laiivi<T r.ll'i. ^ 



Tableau des résultats 



Intensité eff. 
des courants 
en ampères 
et champs 
magn. eff. (M 


^-S- Déviation 
eiuoul" à l'électro- 
seo. en i mètre 
tens. 1 -, 

N 1 '' 


Force 

e. m. eff. 

E 


Fréquence 

n 


Force e. m. 
réduite 
E 
' = -^ 

1 


Moyenne de 

e 


Ecarts en u o 

sur la valeur 

moyenne 


. 0,3 

(8,556) 


1 
2 
4 


44,5 
45,7 
43,5 

64,3 
63,5 

58,5 

74,7 
71,5 
78,0 


39,0 
39,8 
37,8 

60,1 
59,3 
54 3 


1193 
603 
281 


1 
0,03269 1 
0,03301 
0,03363 J 


0,03311 


- 1.3 
-0,3 
+ 1,5 


0,33 
(9,4116) 


1 
2 

4 


1213 
600 
271 


0,04954 1 
0,04946 
0,05009 J 


0,04969 


- 0,3 

- 0,46 
+ 0,8 


0,35 

(9,982) 


1 
2 
4 


71,0 
67,5 

74,4 


1222 
590 
322 


0,05810 1 
0,05720 
0,05854 J 


0,05794 


-0,27 

- 1,28 
+ 1,0 


0,37 
(10,1247) 


1 
2 
4 


82,6 
85,0 
76,9 


79,1 
81,6 
73,2 


1212 
759 

288 


0,06520 1 
0,06455 
0,06354 J 


0,06443 


+ 1,18 
+ 0,19 
-1,4 


0,38 
(10,8376) 


1 
2 
4 


85,4 
82,3 
82,2 


82,0 
78,8 
78,7 


1208 
583 
289 


0,06788 1 
0,06758 
0,06815 J 


0,06787 


+ 0,01 
-0,4 

+ 0,4 


(0,398) 
(11,3509) 


1 
2 
4 


90,95 

86,5 
82,3 


87,6 
83,2 
78,8 

94,3 

88,6 
92,8 


1207 
578 
271 


0,07250 1 
0,07195 
0,07270 J 


0,07238 


+ 0,16 
-0,6 
+ 0,44 


0,43 
(12,2636) 


1 
2 
4 


97,8 
91,9 
96,1 


1193 
561 
291 


0,07904 1 
0,07896 
0,07970 J 


0,07923 


-0,2 
-0,3 
+ 0,6 


0,5 
(14,260) 


1 
2 
4 


102,6 

96,5 

107,5 

1Q4,1 

104,1 

99,5 


99,2 

93,6 

104,0 


1186 
567 
308 


0,08364 j 
0,08254 
0,08441 J 


0,08353 


+ 0,1 
-1,2 
+ 1,0 


0,58 
(16,5416) 


1 
2 
4 


100,6 

100,6 

96,1 


1157 
573 
273 


0,08712 ] 

0,08778 
0,08800 J 


0,08760 


-0,66 

+ 0,2 
+ 0,45 


0,63 
(17,9676) 


1 
2 
4 

1 
2 
4 


108,8 
107,5 
119,0 


105,3 
103,9 
115,3 

106,6 
105,9 
109,0 


1179 
589 
318 


0,08931 1 
0,08820 
0,09064 J 


0,08938 


+ 0,07 
-1,3 
+ 1,3 


0,7 

(19,964) 


110,1 
109,4 
112,5 


1181 

582 
291 


0,09030 ] 
0,09095 
0,09114 J 


0,09079 , 


-0,5 
+ 0,17 
+ 0,38 


0,8 
(22,816) 


1 
2 
4 


119,2 
116,9 
111,3 


115,5 
llb,3 
107,8 


1257 
609 
293 


0,09181 1 
0,09285 
0,09197 J 


0,09221 


-0,3 
+ 0,7 
-0,26 


0,9 

(25,668) 


1 
2 

4 


113,5 
116,9 
120,0 


109,9 
113,3 
116,1 


1189 
612 
313 


0,09249 ) 
0,09264 
0,09277 J 


0,09263 


-0,15 
+ 0,01 
+ 0,15 



1 Les ciiitïres euti-e p;ireaf liè-se iiuitqueat les champs magnétiques efficaces. 



AUX FRÉQUENCES ELEVEES 35 

champs maguétisants efficaces ^ compris autre 8,556 et 25,668 
gauss CGS. 

Ou le voit, les écarts de la valeur moyeuue de e, pour une 
intensité efficace donnée, sont très petits. Ils rentrent dans les 
limites de précision de nos observations. Nous sommes donc 
autorisés à faire la moyenne générale pour chaque fréquence, 
et nous obtenons alors les résultats suivants : 

Moyenne des écarts aux fréquences 

hautes — 0,i2 %, 

moyennes — 0,35 °/o 

basses + 0,49 " o 

La courbe (pi. I) résume graphiquement les résultats consi- 
gnés dans le tableau précédent. Dans cette courbe, nous avons 
pris comme abcisse les intensités efficaces (proportionnelles au 
champ magnétisant), et comme ordonnée les valeurs de la/, e. m. 

réduite e = ^^r^ . 

Nh 

On voit que les trois catégories de points -j- (haute fréquence). 
X (moyenne fréquence), O (basse fréquence), se confondent 
pratiquement et que l'on ne peut déceler aucune différence 
certaine -. 

Le maximum de perméabilité du noyau de fer se trouve entre 
les champs 8 et 10 gauss eft*., c'est-à-dire dans nos conditions, 
pour des intensités comprises entre 0,3 et 0,4 ampères efficaces. 
Il nous a paru nécessaire d'étudier cette portion de courbe 
avec une attention toute spéciale. Dans cet intervalle, les me- 
sures sont fort délicates, puisque la courbe monte rapidement; 
il était donc de la plus haute importance de maintenir constante 
l'intensité du courant magnétisant. Grâce à notre dispositif, 
nous avons réalisé cette condition avec beaucoup de soin et les 
résultats obtenus étaient suffisamment précis pour n'importe 
quel point, à condition cependant, comme nous l'avons dit, que 

' Nous appelons champ magnétisant efficace le champ donné par la 

formule Heff = .^ «eff; N, étant le nombre de spires primaires; D 1^ 

diamètre du tore: le champ maximum serait Hmax = He» 12 si l'inten- 
sité était rigoureusement sinusoïdale. 

" Le petit écart positif observé pour les fréquences basses est trop 
faible pour qu'on puisse lui attribuer une signification certaine. Mal- 
gré toutes les précautions prises, il est impossible de répondre qu'une 
erreur systématique aussi petite ne puisse intervenir. 



36 SUR l'aimantation alternative 

le courant continu, qui excitait l'alternateur, demeurât le même. 

A partir de 0,43 ampères, l'allure ascendante de la courbe 

E 

des valeurs ït étant beaucoup moins rapide, nous avons espacé 

davantage nos observations. 

La conclusion qui se dégage de notre travail ressort de l'ins- 
pection même de la courbe et du tableau de la page 15. La 
fréquence n'a vraisemblablement aucune influence appréciable 
sur la courbe d'aimantation. Autrement, il faudrait admettre 
qu'il s'établit, pour toutes les fréquences et pour tous les champs 
étudiés, une sorte de compensation singulière qui aurait pour 
résultat de satisfaire aux équations (I). 

En résumé, à la condition d'éliminer totalement les courants de 
Foucault et vraisemblablement la viscosité qui paraît en dépen- 
dre dans une large me&UYe\ le résultai expérimental s'épure d 
se simxilifie considérahlement. On peut alors admettre que, dans 
la limite des champs et des fréquences étudiées (soit de 8 à 25 
gauss et de 300 à 1200 périodes), la rapidité des variations du 
champ magnétisant ne doit pas in fiuoicer d'une façon appréciable 
l'allure des cycles d'aimantation. 

Ce résultat est d'ailleurs pleinement d'accord avec ceux 
obtenus précédemment par la méthode bolométrique". 

Nous ne sommes pas éloignés de croire que ces limites pour- 
raient être considérablement étendues, soit du côté des hautes, 
soit du côté des basses fréquences, si les expérimentateurs, au 
lieu de faire subir parfois aux résultats des observations des 
calculs arbitraires de correction, s'attachaient à éliminer par 
l'expérience même tous les éléments qui peuvent rendre les 
comparaisons illusoires ; ce résultat a été, croyons-nous, parti- 
culièrement atteint dans nos expériences par notre méthode de 
déviation constante, par l'élimination totale des courants de 
Foucault et de la réaction du courant secondaire. C'est grâce 
à ces précautions que les résultats obtenus ont revêtu un carac- 
tère particulier de simplicité. 

^ Il est remarquable, en effet, que les phénomènes de viscosité sem- 
blent disparaître lorsqu'on utilise des noyaux de plus eu plus minces. 
(Jouaust Ferromagnétisme). 

- C.-E. Guye et B. Herzfeld. — C.-E. Guye et A. Schidlof. 



SUR LES 

SABLES NOIRS DE MADAGASCAR 

ET LEUR 

PRÉTENDUE RICHESSE EN PLATINE 

PAR 
!.. DUPARC 



Le sol de Madagascar est eu grande partie formé par des 
roches archéennes, développées sur la côte orientale comme sur 
toute la région des hauts plateaux, et qui sont représentées par 
des schistes cristallins divers, parmi lesquels il faut signaler des 
gneiss variés, souvent injectés et granulitisés, des micaschistes 
et micaschistes granulitiques, desamphibolites diverses, puis des 
quartzites et des cipolius. Ces ditierentes formations sont plis- 
sées en anticlinaux et synclinaux assez réguliers, qui sont géné- 
ralement déjetés vers l'Est ; elles sont, en de nombreux endroits, 
traversées par des boutonnières de granit de types différents 
qui, presque toujours, y ont provoqué un métamorphisme in- 
tense, et qui sont l'origine des innombrables filons, lentilles, et 
apophyses d'aplites. de granulites, de pegmatites et de greisens, 
que l'on observe si fréquemment dans le complexe schisteux. En 
certains endroits, les schistes sont littéralement criblés de filons 
et filonnets souvent épanouis et ramifiés à l'infini en toutes 
petites veinules anastomosées ; d'autres fois le n)étamorphisme 
est massif pour ainsi dire, et dans la région des quartzites 
notamment, on observe parfois des montagnes entières, qui sont 
transformées en greisen in situ, sans altération de la stratifica- 
tion. Cette imprégnation et injection granitique sont accompa- 
gnées d'une minéralisation intense, représentée non seulement 
par le développement local des minéraux bores et fluorés des 



o8 SUR LES SABLES NOIRS DE MADAGASCAR 

pegmatites, mais encore par des sels complexes de terres rares, 
des oxydes, des sulfures et des métaux natifs, l'or en particu- 
lier \ 

Ceux-ci ne sont pas seulement développés dans les filons et 
les veinules d'injection, mais encore dans la roche encaissante, 
à des degrés divers cependant. 

Partout schistes et granits sont plus ou moins profondément 
latéritisés ; la latérite est de couleur claire, rosée ou rougeâtre ; 
elle représente le produit de décomposition en place de la roche 
sous-jacente, dont elle garde fi-équemment complètement la 
structure. Cette latéritisation est souvent très profonde et des- 
cend jusqu'à trente mètres et au-delà; avec un peu d'habitude, 
on peut aisément, par un examen rapide, reconnaître le produit 
initial qui s'est transformé en latérite. 

Sur de très nombreux points de l'île, les filons quartzeux, de 
même que les granulites, greisen et pegmatites, sont aurifères, 
et depuis un temps iraniéniorial Madagascar a fourni une pro- 
duction annuelle du métal précieux. Jusqu'à ces dernièi-es 
années, les indigènes se bornaient à laver les alluvions des 
rivières et ruisseaux qui serpentent à la surface avec des 
moyens tout à fait primitifs ; la bâtée était l'instrument géné- 
ralement adopté (comme dans toute l'Afrique d'ailleurs), et ce 
n'est que récemment que l'on a songé à employer des moyens 
plus perfectionnés, et que l'on a commencé à broyer les filons 
de quartz. 

Parmi les centres aurifères importants, il faut citer la région 
qui avoisine Mevatanaua; la production de cette région est cen- 
tralisée depuis plusieurs années déjà par la Compagnie occi- 
dentale de Madagascar (l'ancienne Suberbie), et cette société a 
extrait jusqu'à 600 kilogs par an (actuellement 300 environ), 
avec les moyens primitifs indiqués. 

La région en exploitation est située au sud et à l'est de Meva- 
tanaua; elle comprend une série de tributaires de l'ikopa et de 
la Betsiboka, et se trouve dans la zone dite des gradins, qui est 

' Voir L. Duparc, M. Wunder, R. Sabot, Les minéraux des pegma- 
tites des environs d'Antsirabei. C. B. de la Soe. de phys. de Genève, 
t. 36, 1910. 



ET LEUR PRÉTENDUE RICHESSE EN PLATINE 39 

intermédiaire eutre la côte et la région des hauts plateaux; elle 
s'élève jusqu'à 800 mètres environ au-dessus du niveau de la 
mer. 

Le centre principal est aux alentours d'Antsiafabositra, mais 
il existe une série de postes plus éloignés, qui réunissent l'or 
exploité par les malgaches. 

Toute la contrée est formée par des schistes cristallins 
(gneiss, schistes-injectés, etc.) ; les formations sédimentaires 
développées sur la côte occidentale, et qui, en opposition avec 
les schistes, sont très peu disloquées et presqu'horizontales. 
commencent à l'ouest de Mevatanana. Partout la latéritisation 
est intense, et ce n'est que ça et là que l'on voit percer un 
pointement rocheux intact au milieu de cette latérite. La roche 
dominante qui paraît former la latérite et dont on trouve encore 
ça et là quelques fragments très altérés, est un gneiss qui, sous 
le microscope, est formé par du mica blanc en abondance 
associé à du quartz et à des feldspaths complètement transfor- 
més en kaolin souvent lessivé, de sorte que la roche a une struc- 
ture spongieuse et vacuolaire. Les éléments ferrugineux opa- 
ques en grains irréguliers, paraissent y être assez abondants. 

Ces schistes sont, comme partout, traversés par de très nom- 
breux liions et veinules de roches acides. J'ai reconnu parmi 
celles-ci des pegmatites assez largement cristallisées, avec mus- 
covite à petit angle des axes (2 V = 30 — 40'), et qui renfer- 
ment presque toujours de la tourmaline noire; puis des tilonets 
de quartz et de greisen à structure grossièrement grenue, qui, 
comme nous le verrons, sont souvent riches en éléments ferru- 
gineux. Les cours d'eau de la région coulent dans la latérite. 

Pendant la période des pluies et des orages fréquemment très 
violents, le ruissellement, qui est intense, érode fortement la 
latérite, et les eaux bourbeuses qui résultent de cette érosion 
s'écoulent avec une grande vitesse dans des ravins étroits et 
encaissés, dont la pente est presque toujours rapide. Dans ces 
ravins, il se fait un classement naturel des produits arrachés à 
la latérite, et après les grandes crues, on trouve, dans les anfrac- 
tuosités du lit, et dans les parties de celui-ci qui ont fonctionné 
comme des « sluices » naturels, des sables noirs, lourds et ferru- 
gineux, parfois en assez grande abondance. Ceux-ci ne sont pas 



40 SUR LES SABLES NOIRS DE MADAGASCAR 

disséminés sur toute l'étendue du lit du ravin, ils sont accumu- 
lés sur les points où se produit une discontinuité de la pente. 
Ce sont ces mêmes sables que les indigènes récoltent sur leur 
bâtée comme produit final du lavage des alluvions qui se for- 
ment d'une saison à l'autre dans le canal d'écoulement de ces 
torrents, presque taris pendant la période de sécheresse. 

L'origine de ces sables noirs n'est pas douteuse, le matériel 
qui les constitue a évidemment été emprunté à la latérite, que 
l'on trouve sans discontinuité de la naissance du ravin jusqu'à 
sa jonction avec les artères plus importants. Or, cette latérite 
provient exclusivement de schistes cristallins et de filons érup- 
tifs acides qui les traversent ; les roches basiques font totale- 
ment défaut, ce que l'on peut vérifier aussi bien sur les roches 
en place que sur les galets. L'or que l'on récupère au lavage 
se trouve distribué aussi bien dans les filons que dans les 
schistes encaissants ; en effet, la latérite, là oti elle est entière- 
ment argileuse et sans traces de veinules quartzeuses, donne 
également de l'or au lavage ; ce fait paraît être très général, 
non seulement à Madagascar, mais encore dans d'autres gise- 
ments analogues (Guinée française, Siguiri, etc.). Cet or qui est 
presque toujours très tin, reste sur la bâtée mêlé aux sables 
noirs dont il est aisément séparé. Cependant les orpailleuj'S 
malgaches ont depuis longtemps remarqué que si l'on broyé 
ces sables, et si l'on soumet la poudre obtenue à un nouveau 
lavage, on récupère souvent de l'or excessivement fin. 

Ces sables noirs, à ce que nous a affirmé M. le D' Bernet qui 
a dirigé ces exploitations, et auquel nous devons plusieurs ren- 
seignements intéressants, présentent sur plus de cent kilomè- 
tres autour de Mevatanana des caractères analogues ; c'est 
absolument ce que j'ai pu constater sur des spécimens prove- 
nant de points assez distants les uns des autres. Ils sont assez 
fins et analogues aux schlichs ordinaires. A la loupe, on y voit 
passablement de grains de quartz, quelques paillettes micacés, 
et principalement des grains noirs ferrugineux et opaques. Avec 
les sables fins, on trouve toujours en plus ou moins grande 
quantité de fragments plus ou moins volumineux d'oxydes de 
fer. Ces fragments sont souvent faiblement arrondis, et pren- 
nent l'aspect de petits galets rugueux, pouvant dépasser la 



ET LEUR PRÉTENDUE RICHESSE EN PLATINE 41 

dimension d'un œuf de pigeon, mais généralement ils sont 
plus petits. Plusieurs de ces galets gardent manifestement une 
forme octaédrique; d'autres sont plats, lamellaires et friables. 
Un examen détaillé nous a permis de nous convaincre que ces 
octaèdres étaient de la wa^we^zïe prépondérante dans les sables, 
accompagnée d'un oligiste plus rare et un peu spécial. 

Les octaèdres de magnétite sont généralement émoussés, :i 
faces corrodées, disposées en décroissements. Quand on les 
brise, ils sont fréquemment caverneux et renferment du quartz à 
l'intérieur, d'autres fois cet intérieur est limonitisé. Ces octaè- 
dres sont attirables au barreau aimanté, et agissent sur l'ai- 
guille aimantée; quand ils ne sont pas trop altérés, ils donnent 
une poussière noirâtre et raient la porcelaine en noir grisâtre. 
Sur plusieurs spécimens, j'ai fait des dosages du fer ferreux 
par dittérentes méthodes, notamment par dissolution dans 
l'acide phosphorique. et par titration avec le permanganate, 
les résultats obtenus oscillent entre 20 et 22 "/(, , suivant l'état 
d'altération du minéral. Densité ^ 4.967. 

L'oligiste paraît plus rare, j'en ai eu seulement quelques gro.*:^ 
fragments plats entre les mains. Il est très friable, et présente 
une structure lamellaire. A la surface des lames et des pla- 
quettes, on voit de fines stries qui se coupent et qui sont hi 
trace du clivage. Le minéral raie la porcelaine eu rouge brun, 
avec poussière rouge ; il n'est pas attirable au barreau aimanté, 
mais il dévie l'aiguille aimantée. Sa composition est donnée par 
l'analyse suivante : 



SiO. 


= 


0.25 


FegOs 


= 


99.63 


TiOs 


= 


0.83 


FeO 


= 


0.63 



101.34 Densité = 5,172 

L'oxyde ferreux a été dosé par plusieurs procédés dittérents, 
soit par l'attaque à l'acide phosphorique, soit par dissolution 
dans l'acide chlorhydrique et titration par le permanganate 
dans les conditions habituelles pour les solutions chlorhydri- 
ques. 

L'origine exacte du matériel constitutif des sables noirs n'est 



42 SUR LES SABLES NOIRS DE MADAGASCAR 

pas encore complètement élucidée. En ce qui concerne l'oli- 
giste, j'ai vu ce minéral associé à des lamelles de mica analo- 
gues à celui des filons de pegmatites. D'autre part, M. Bernet 
a rapporté des morceaux de greisen grossièrement grenu dans 
lesquels on peut voir de grosses masses d'oligiste lamellaire qui 
s'y trouvent incluses à l'état d'élément accessoire ; il n'y a 
donc pas de doute possible pour l'origine du minéral. Quant à 
la magnétite, je ne l'ai pas vue dans la roche mère, mais seule- 
ment en octaèdres roulés dans les sables. Toutefois l'absence 
de roches basiques dans la région, et le fait que dans l'inté- 
rieur de certains cristaux on observe du quartz, semblent 
indiquer pour ce minéral une origine semblable à celle de l'oli- 
giste. 

En octobre dernier, j'apprenais accidentellement que l'on 
avait trouvé du platine dans les sables noirs, souvent avec de 
grosses teneurs. On parlait en eftet de 20 h 40 grammes à la 
tonne et même davantage. Ce fait m'intrigua vivement, car à 
priori, il ne me paraissait guère compatible avec ce que je savais 
des gites platinifères et de l'origine du platine. Ce n'est pas à 
dire que ce métal soit inconnu à Madagascar; M, Lacroix^ cite 
en efllèt trois régions oii il a été rencontré sur la côte et dans 
les alluvions aurifères de certaines rivières; j'ai moi-même vu 
un spécimen de ce platine qui est d'ailleurs connu depuis plu- 
sieurs années, et qui se trouve à côté de l'or en grains et pail- 
lettes fortement roulés. A la vérité, j'ignore son origine, n'étant 
pas allé sur les lieux, je dirai seulement qu'à Madagascar la 
présence de roches basiques platinifères n'est nullement exclue. 
Ce qui me paraissait surprenant pour les sables noirs en ques- 
tion, c'est que, dans une région où on lave de l'or depuis tant 
d'années, où on récupère de l'or excessivement ténu par le 
broyage des galets ferrugineux contenus dans ces sables, les 
indigènes n'aient jamais observé la présence de ce platine (ce 
qui cependant a toujours été le cas partout où le platine, le pal- 
ladium ou l'osmiure d'iridium se rencontrent même en traces 
dans les alluvions aurifères, ce que j'ai personnellement maintes 
fois constaté!. De plus, on a pu voir par ce qui précède sur la 

' A. Lacroix. Minéralogie de la France et des colonies, t. 4, 2^ partie. 



ET LEUR PRÉTENDUE RICHESSE EN PLATINE 43 

nature des sables noirs, qu'il s'agirait ici d'uu platine sur gan- 
gue acide; or, les gisements de cette nature sont, jusqu'ici, 
tout à fait exceptionnels, et n'ont, à ma connaissance du moins, 
pas de valeur industrielle. Sans doute, certains sables noirs de 
l'Oural passés au creuset donnent parfois de belles teneurs en 
platine, mais les expériences encore inédites que j'ai faites sur 
ces sables m'ont démontré que ces teneurs ne se rencontrent 
que là où ceux-ci sont formés par de la chromite pure, c'est- 
à-dire dans la région où les rivières platinifères ravinent la 
dunite. Ailleurs les sables noirs des alluvions aurifères que 
j'ai examinés étaient toujours stériles, ou si la rivière était 
platinifère, ne renfermaient que des traces de platine. 

J'ai donc cherché à vérifier l'existence du platine aux teneurs 
indiquées dans les sables noirs de Madagascar sur le matériel 
que j'ai pu me procurer. Dans une première série d'essais effec- 
tués avec mes deux assistants, MM. Wunder et Couchet, nous 
avons expérimenté sur des sables récoltés surplace par M.Ber- 
net, qui a bien voulu nous les remettre. Nous avons tout d'abord 
pulvérisé une certaine quantité de ces sables, très finement, en 
criblant sur un tamis de soie à 200 mailles, et en reprenant les 
refus ; ou broyait ensemble les gros fragments et les sables 
ordinaires ; les expériences ont été faites avec la poudre ainsi 
obtenue. Nous avons tout d'abord soumis celle-ci à un lavage 
méticuleux pour en isoler éventuellement le platine; les essais 
ont été absolument infructueux, et nous n'avons obtenu aucun 
résidu de métal précieux. Nous avons alors passé cette poudre 
au creuset par essai de 25 grammes. La litharge que nous avions 
en ce moment avait été soigneusement essayée, et sur un culot 
de plomb de 25 grammes ne laissait pas de bouton d'argent 
appréciable, ce qui n'a pas été le cas pour les litharges que nous 
avons eues dans la suite. Nous avons opéré par la méthode ordi- 
naire, c'est-à-dire par fusion plombeuse, en présence de beau- 
coup de fondant. Les scories étaient toujours parfaitement 
vitreuses, ce qui a été dûment constaté. 

Sur quatre essais successifs faits dans les mêmes conditions, 
le résultat obtenu fut absolument négatif. La coupellation des 
culots de plomb ne laissa chaque fois aucun bouton métallique 
appréciable. L'échantillon fut envoyé en contrôle à une usine 



44 



SUR LES SABLES NOIRS DE MADAGASCAR 



qui a la spécialité des essais de métaux précieux, le résultat 
accusé par cette usine fût identique à celui que nous avions 
obtenu. 

Je me suis fait adresser alors une nouvelle série d'échantil- 
lons de sables noirs dans lesquels, me disait-on, la présence du 
platine avait été dûment constatée à des teneurs que j'ignore, 
mais qui, d'après ce que l'on m'a affirmé, étaient élevées. Ces 
sables étaient pulvérisés et tout préparés pour l'analyse ; j'avais 
de chaque échantillon une quantité suftisante pour faire deux 
essais de 25 grammes. La pulvérisation n'était pas poussée très 
loin et la poudre était beaucoup plus grossière que celle qui 
m'avait servi à faire les essais précédents. La litharge avec 
laquelle nous opérions contenait 0.0008 gr. d'Ag pour 25 gram- 
mes de plomb. Je donnerai ci-dessous in-extenso les résultats 
obtenus sur une prise régulière de 25 grammes. 



Essais 


Métaux précieux 
par tonne 


1 


Moyenne 


A ^ ^" 


1 
2 


4 gr. 

4 » 


1 


4 gr. 


B' 


1 


16 » 




16 » 


m: 


1 
2 


12 » 

4 » 




8 >> 


D 


1 


24 » 




24 » 


m: 


1 
2 


20 » 
16 » 




18 » 


F' » 


1 


72 » 


1 
1 


72 * 



Le défaut de concordance entre certains de ces essais pro- 
vient certainement de la dimension trop grossière de la poudre 
et de celle de l'or contenu dans les sables. 

Tous les boutons renfermaient de l'or; nous avons rerais 
ceux qui provenaient des deux essais pour y rechercher le pla- 
tine, dans aucun cas nous n'avons pu constater la présence de ce 
métal. Faute de matière nous n'avons pu pousser plus loin nos 
essais. 

' Les essais en double sur B et F ayant été faits sur une quantité de 
matière trop faible ne sont pas donnés ici. 



ET LEUR PRÉTENDUE RICHESSE EN PLATINE 45 

Nous avons alors essayé séparément un lot de cristaux de 
maguétite préalablement triés dans un nouvel envoi de sables 
noirs, ainsi que l'oligiste que nous avons extrait du grais en 
lui-même. Les résultats obtenus ont été les suivants : 

Oligiste : Résultat nul, pas de bouton. 

Magnetite : 4 gr. de métaux précieux par tonne. 

Il a été impossible d'itentitier le platine sur les boutons 
obtenus. 

Entre temps, à la suite de la découverte de prétendus gise- 
ments de Westphalie, on a beaucoup parlé de la nouvelle mé- 
thode d'essai du D*' Hommel, qui donnerait des résultats là où 
toutes les autres échouent. Ce fait tiendrait à ce que le platine 
là où il est excessivement ténu, passerait dans la scorie, et non 
dans le culot de plomb, d'où les résultats négatifs. Je remarque 
que dans une scorie vitreuse qui est tout à fait exempte de par- 
ticules solides opaques, il est difficile de se représenter ce que 
devient ce platine très divisé. La dite méthode m'a été obli- 
geamment transmise par une afftnerie de platine bien connue. 
Elle consiste à fondre le minerai avec de la galène argentifère, 
broyer le tout très tin, puis scoritier avec le plomb et du borax. 
On concentre ensuite les culots et on coupelle. 

Pour vérifier nos essais, avec la méthode usuelle ; j'ai intro- 
duit dans 25 grammes de sable qui s'étaient montrés exempt de 
platine, une quantité de 0,001 de cet élément correspondant, 
dosé à 40 gr. par tonne. Ce platine a été intégralement 
retrouvé ; au premier coup d'œil déjà le bouton présentait un 
aspect caractéristique, sur lequel il était impossible de se trom- 
per. Après dissolution du platine dans l'eau régale, ce dernier 
a été aisément précipité par la chlorure d'ammonium. 

Un nouvel envoi de sable noir m'étant parvenu, j'en ai pré- 
levé une certaine quantité, qui fut envoyée à l'usine citée précé- 
demment. Après broyage, la poudre très fine obtenue fut par- 
tagée en deux lots. Le premier fut essayé dans l'usine par la 
méthode Hommel, et par la méthode usuelle, le second fut 
essayé dans mon laboratoire. Les résultats furent les sui- 
vants : 

1° Essai à l'usine : 10 à 12 grammes d'or par tonne par les 
deux méthodes. 



46 SUR LES SABLES NOIRS DE MADAGASCAR, ETC. 

2° Essai au laboratoire de minéralogie, 10 grammes d'or par 
tonue. 

11 a été impossible de trouver des traces de platiue dans les 
boutons ; les essais ont été contrôlés par des témoins. 

Un nouvel essai effectué sur un autre lot des mêmes sables 
pulvérisés à nouveau, a donné une seconde fois 10 grammes 
d'or par tonne et pas trace de platine. 

Il résulte donc des expériences qui précèdent, que jusqu'à 
présent il m'a été impossible d'identifier le platine dans les 
sables noirs que j'ai eus entre les mains. 

Je continue ces recherches et communiquerai sous peu des 
nouveaux résultats obtenus par une méthode absolument diffé- 
rente sur le même matériel. 



L A 

MATIÈRE COLORANTE 



DES 



FLEURS ULTRA-VIOLETTES 



Gustave .niCHAUD >-• J. Fidel TRISTAX 

Professenrs à l'Ecole Normale de Costa Rica 

(Avec les planches II, III et IV) 



Nous avons photographié, jusqu'à cejour, un total de 90 fleurs 
de toutes couleurs à travers l'écran de Foucault (objectif de 
quartz argenté laissant passer seulement celles des radiations 
solaires comprises entre 3160 et 3260 unités Angstrôm). Chaque 
photographie a été répétée avec un objectif ordinaire dans le 
but de permettre une comparaison entre l'image obtenue en 
lumière ultra-violette et celle obtenue en lumière visible. Nous 
avons ainsi constaté que la très forte absorption de l'ultra- 
violet observée par Wood pour quelques fleurs blanches est un 
phénotnène très général pour tontes les fleurs qui ne sont pas 
jaunes et qui présente de curieuses exceptions citez ces dernières. 
Les corolles blanches aussi bien que les violettes, bleues ou 
rouges, examinées par nous, absorbent, sans une seule exception 
et très puissamment la lumière ultra-violette de la longueur 
d'onde indiquée ci-dessus et sont d'un noir presque uniforme 
dans les photographies faites avec l'écran de Foucault. Il faut 
d'ailleurs noter que la face inférieure des corolles, celle qui re- 
garde le sol, absorbe généralement beaucoup moins l'ultra- 
violet que la face supérieure. Quant aux fleurs jaunes, il faut les 



48 LA MATIÈRE (CLOUANTE DES FLEURS ULTRA-VIOLETTES 

diviser en deux classes, que rien ne sépare, à la vue, l'une de 
l'autre : la première classe, qui comprend la plupart des corolles 
jaunes, satisfait à la loi générale et donne en lumière ultra-vio- 
lette des images noires. Le phénomène diamétralement opposé 
s'observe chez les tieurs de la seconde catégorie: Loin d'absor- 
ber presque totalement l'ultra-violet, ces tieurs le rétléchissent 
au contraire presque totalement, et apparaissent dans les pho- 
tographies faites avec l'écran de Foucault d'un blanc pur qui 
contraste étrangement avec la teinte noire des autres fleurs. 
Nous n'avons trouvé jusqu'à présent que dix de ces fleurs anor- 
males, pour lesquelles nous proposons le nom de fleurs ultra- 
violettes, destinées à les distinguer de celles qui obéissent à la 
loi générale de forte absorption et à rappeler la forte valeur de 
leur pouvoir réflecteur pour l'ultra-violet. Eu voici la liste : ' 

Ciicurbita Pepo. Tithonia Speciosa. 

Leontodon Taraxacum. Oenothera 8p. 

Cassia ïjubescens. Spïlanihe^ parvifolia. 

Cucnmis sativus. Sida rombifolia. 

Sonchus oleraeeus. Oxalis corniculata. 

La planche II montre une de ces fleurs ultra- violettes 
(Cuatfhita Fepo) , photographiée en lumière visible aussi bien 
qu'en lumière ultra-violette. La planche III montre la puissante 
absorption de l'ultra-violet dans le cas d'une fleur normale 
(chrysanthème) qui apparaît complètement noire dans la pho- 
tographie faite en lumière ultra-violette. La planche IV fait res- 
sortir le contraste extraordinaire qui se manifeste entre un 
groupe de fleurs normales quelconques et deux fleurs ultra-vio- 
lettes, dans une photographie faite en lumière ultra- violette. 

La relation de 10 fleurs ultra-violettes à 90 fleurs de toutes 
couleurs ne peut pas servir pour le calcul, même approximatif, 
du pour cent de fleurs ultra-violettes car, après avoir constaté 
que les corolles ultra-violettes doivent être cherchées unique- 
ment parmi les tieurs jaunes, nous n'avons plus guère photo- 
graphié que ces dernières dans l'espérance de trouver parmi 

' Détermination faite par MM. Oton Jiménez et A. Tonduz, conserva- 
teurs de l'herbier du Musée National de Costa Rica. 



LA MATIÈRE COLORANTE DES FLEURS ULTRA-VIOLETTES 49 

elles de nouvelles fleurs ultra-violettes. Néanmoins, en nous 
basant sur nos premières photographies de fleurs prises au 
hasard, nous estimons que sur cent fleurs de toutes couleurs il 
y en a probablement de 4 à 5 qui sont ultra-violettes. 

Nous avons extrait facilement la matière colorante jaune des 
fleurs mâles de Cucurhita Fepo. Il suffit pour cela de découper 
la partie supérieure des pétales et de les traiter par l'alcool 
bouillant, qui dissout la matière colorante et, en moins de dix 
minutes, laisse les pétales décolorés. Par le refroidissement, 
cette matière colorante se dépose spontanément — sinon pure 
au moins concentrée — au sein de l'alcool. On la sépare par til- 
tratiou. Elle se dissout très facilement dans le benzol et dans 
l'éther. Nous avons tenté de photographier, à travers l'objectif 
de quartz argenté, une couche de cette matière colorante dépo- 
sée sur une feuille de papier blanc par l'évaporation de la solu- 
tion dans le benzol. En moins de temps quMl n'en avait fallu pour 
l'exposition (45 minutes), la couleur avait disparu. Etant donné 
la stabilité de cette matière colorante chez les fleurs qui la pro- 
duisent, ce fait nous parut paradoxal. Une couche semblable à 
la précédente fût partiellement couverte par trois fragments de 
verre respectivement bleu de cobalt, jaune orangé et rouge 
photographique, et le tout fut exposé au soleil. Les verres rouge 
et jaune empêchèrent la décomposition de la matière colorante. 
Le verre bleu n'eut qu'une action protectrice à peine percepti- 
ble. Peut-être cette décomposition de la matière colorante des 
fleurs ultra-violettes sous l'influence de la lumière bleue ou vio- 
lette est-elle un phénomène de réduction empêché, dans la fleur 
même, par la présence d'une substance oxydante. 



ARcriiVES, t. XXXVII. — Janvrer 1914. 



RÉSUMÉ MÉTÉOROLOGIQUE 

DE L'ANNÉE 1912 

POUR 

GENÈVE ET LE GRAND SAINT-BERNARD 



Raoul GAUTIER 

Diiecteui- de l'Observatoire de Genève 
(Suite) ' 



V. Vents 



Genève. — L'observation du vent se fait de deux manières 
différentes : 1° six fois par jour, à l'ancienne girouette, en 
exprimant la force du vent par les sept chiffres de à 6 de la 
demi-échelle de Beaufort ; 2" au moyen de l'anémographe de 
Richard, enregistrant automatiquement la direction et la 
vitesse du vent. 

Le tableau XIX donne les résultats généraux du premier 
système d'observations. Il fournit, pour les différents mois et 
pour l'année, le nombre des calmes et le nombre de fois oîi le 
vent a été observé, avec la force 1 ou avec une force supé- 
rieure, dans chacune des seize directions de la rose des vents, 
le chiffre indiqué tenant compte du facteur [\ à G) qui repré- 
sente la force du vent. 

Le tableau XX donne d'abord les nombres de cas de vent du 
nord-nord-est et du sud-sud-ouest et leurs rapports, puis la 
proportion des calmes. Il indique ensuite les résultats du 
deuxième système d'observation du vent, au moyen de l'ané- 
mographe de Richard. Il fournit, pour les différents mois de 

' Voir Archives, t. XXXVI, Décembre 1913, p. 549. 



POUR GENEVE ET LE GRAND SAINT-BERNARD 

XIX. Vents observés. GENÈVE, 1912. 



51 







i 


■1 


Y^ 


-S 


._ 




1 


--C 


5-^ 




o^ 


ca 






Calme . 


40 


38 


29 


22 


12 


18 


34 


30 


30 


30 


45 


50 


51 


378 


389 


N 


6 


17 


25 


19 


34 


43 


41 


72 


25 


30 


8 


4 


1 


324 


319 


NNE . . 


12 


71 


9 


14 


144 


56 


12 


10 


1 


124 


74 


66 


3 


593 


5.S4 


NE.... 


1 


4 


3 


1 


2 


9 


1 





o 


o 


8 


11 


i 


39 


45 


ENE... 


1 


3 


1 





9 








1 


2 


1 


2 





o 


13 


15 


E 


3 


1 


1 





3 


2 


9 














3 





15 


12 


ESE... 


10 


4 


1 





5 











2 


1 











23 


13 


SE ... . 


15 


11 


9 


4 


3 


4 


4 


4 








1 


2 





50 


35 


SSE... 


5 


1 


2 


1 





1 





1 





1 





1 


1 


13 


y 


S 


4 





2 


4 





1 


9 


1 


4 








2 


1 


20 


17 


SSW . . 


66 


43 


50 


82 


23 


57 


60 


42 


81 


18 


48 


48 


13 


618 


565 


sw . . . 


12 


13 


23 


19 


5 


17 


13 


11 


14 


9 


p 


2 


11 


147 


146 


wsw. 


10 


7 


10 


15 


8 


4 


9 


6 


11 


4 


6 


7 


5 


97 


92 


w 


3 


5 


4 


7 


3 


i 


6 


6 


10 


2 


6 


3 


4 


62 


63 


WNW. 


6 


2 





1 


1 


1 





3 


7 


1 


2 


o 


9 


27 


30 


NW . . . 


3 


4 


8 


9 


5 


2 


4 


3 


3 


3 


7 


4 


9 


55 


54 


NNW.. 


5 


4 


12 


16 


15 


8 


9 


7 


3 


9 


5 


10 


6 


103 


104 



XX. Vents. GENEVE, 1912. 



PÉRIODE 


NNE. 


VENTS 


Calme 
8. 1000 


Vitesse moyenne 

du vent 

km. par heure 


SSW. Rapport 


Décembre 1911 . 
Janvier 1912. . . 

Février 

Mars 


19 

92 

37 

34 

180 

101 

54 

82 

29 

157 

90 

81 

11 


82 
56 
75 
105 
28 
75 
75 
54 
99 
27 
57 
52 
25 


0.23 
1.64 
0.49 
0.32 
6.43 
1.35 
0.72 
1.52 
0.30 
5.81 
1.58 
1.56 
0.44 


215 

204 
167 
118 
67 
97 
189 
161 
161 
167 
242 
278 
274 


4.95 
6.84 
3.87 
7.15 
10.90 
7.64 
6.05 
4.85 
5.53 
8.10 
6.31 
7.61 
2.02 


Avril 


Mai 


Juin 


Juillet 

Août 

Septembre 

Octobre 

Novembre 

Décembre 


Année météor.. 
Année civile . . . 


956 

948 


785 
728 


1.22 
1.30 


172 

177 


— 



52 RÉSUMÉ MÉTÉOROLOGIQUE 

l'année, la vitesse moyenne du vent exprimée en kilomètres par 
heure, sans distinguer dans quelle direction soufflait le vent. 
On y constate que les mois les plus calmes ont été ceux de 
février puis de décembre 1912, et que le mois le plus venteux 
a été celui d'avril. 

Si l'on recherche encore, dans le même ordre d'idées, les 
jours pour lesquels la vitesse du vent a dépassé, en moyenne, 
26 kilomètres à l'heure, on en trouve huit dans l'année, tous 
iours de Use. En voici le tableau : 



1912 




Km. p. h. 


Direction 


28 janvier 


1912 


30.0 


NNE 


29 » 




26.0 


» 


2 avril 




25.2 


» 


80 




28.4 


» 


1 mai 




28.4 


» 


26 » 




29.3 


» 


13 septemb 


ire 


29.1 


» 


4 octobre 




37.0 


» 



Le tableau XXI contient le relevé des jours de forte bise 
(NNE) et de fort vent du midi (SSW), Les nombres des jours 
de forte bise et de fort vent de midi sont inférieurs aux chiffres 
moyens, qui sont de 42 et de 44. 

XXL GENÈVE, 1912. 

Nombre de jours de 

Période forte bise tort vent du midi 

Décembre 1911.. 5 

Janvier 1912 .... 5 3 

Février 5 

Mars 1 5 

Avril 9 

Mai 3 1 

Juin 3 

Juillet ... 

Août 1 

Septembre 9 

Octobre 3 

Novembre 3 2 

Décembre 

Année météorol. 33 25 

Année civile .... 33 20 



POUR GENEVE ET LE GRAND SAINT-BERNARD 



53 



XXII. Vents. SAINT-BERNARD, 1912. 



PÉRIODE 


VENTS 1 


Calme ( 
sur 1000 


NE. 


sw. 


Rapport 


.Décembre 1911.. . 

Janvier 1912 

Février 


107 
87 
48 
85 

104 
98 
60 
57 
5.") 
88 
58 
97 
57 


69 
84 
96 
75 
49 
44 
61 
59 
57 
20 
47 
22 
31 


1.55 
1.04 
U . 50 
1.13 
2.12 
2.23 
0.98 
0.97 
0.96 
4.40 
1.23 
4.41 
1.84 


32 

22 

92 

32 

44 

87 

33 

11 

U 

144 

215 

300 

323 


Mars 


Avril 


Mai 

Juin 


Juillet 


Août 


Septembre 

Octobre 

Novembre 

Décembre 


Année météorol. . 
Année civile .... 


944 

894 


683 
745 


1.38 
1.20 


85 
109 



XXIII. Pluie et neige. 1912. 



PERIODE 



Nombre 
de jours 



GENEVE 

Eau 
tombée 



Nombre 
d'heures 



SAINT-BERNARD 



Nombre 
de jours 



Eau j Hauteur 
tombée IdelaneiRe 



Décembre 1911. 
Janvier 1912. . 

Février 

Mars. . . 

Avril 

Mai 

Juin 

Juillet 

Août 

Septembre 

Octobre 

Novembre 

Décembre 

Hiver 

Printemps 

Eté 

Automne 

Année météorol 
Année civile .. . 



17 
12 

15 

20 

7 

13 

15 

13 

21 

9 

14 

8 

8 



120.4 
63.4 
59.7 

120.3 
23.5 
56.8 
87.6 
79.2 

123.6 
J5.0 

140.1 
37.5 
40.0 



95 


18 


44 


12 


63 


16 


95 


19 


22 


14 


63 


13 


63 


15 


35 


9 


98 


15 


23 


3 


84 


15 


41 


9 


68 


10 



161.5 

80.7 
134.2 
227.7 
102.9 

97.3 
146.9 

78.8 
217.9 

35.9 
200.5 
107.5 
121.4 



cm 

17S 

113 

162 

278 

102 

36 

47 

10 

52 

20 

197 

144 

152 



44 

40 
49 
31 



243.5 
200.6 
290.4 
192.6 



202 


46 


180 


46 


196 


39 


148 


27 



376.4 
427.9 
443.6 
343.9 



453 
416 
109 
361 



164 
155 



927 . 1 

846.7 



726 

699 



158 
150 



1591.8 
1551.7 



1339 
1313 



54 RÉSUMÉ MÉTÉOROLOGIQUE 

Grand Saint- Bernard. — La direction du vent est observée 
à la girouette placée sur le nouveau bâtiment ; les observations 
se font trois fois par jour, en estimant la vitesse du veut, 
autant que faire se peut, suivant la demi-échelle de Beaufort. 

Vu la situation de l'hospice sur le col, on n'y observe que 
deux vents, ceux qui correspondent aux grands courants du 
NE et du SW. Le calme ne s'observe que rarement ; il y en a 
eu cependant un peu plus que d'ordinaire à la fin de l'année. 
Le tableau XXII fournit les résultats moyens de ces observa- 
tions en ce qui concerne les deux courants, leurs rapports et 
les calmes. 

VL Pluie et neige 

Le tableau XXIII fournit, pour Genève^ les données rela- 
tives à l'eau tombée et, pour le Grand Saint-Bernard, celles 
relatives à la fois à la pluie et à la neige. 

Il convient donc de compléter ces données, en ce qui con- 
cerne Genève, en indiquant ci-après les hauteurs de neige 
mesurées en 1912 à l'observatoire : 

Neige a Genève en 1912 

cm. 

33 en février 1912 en 3 jours 

5 en novembre » » 1 » 



38 dans l'année 1912 en 4 jours 

Il avait peu neigé en 1909, en 1910 et en 1911 à Genève. Il a 
encore très peu neigé en 1912. Ce n'est qu'eu février qu'il y a 
eu de la neige, puis en novembre, mais c'est insignifiant. 

Le /rt&/eaw A'AT F indique les écarts, entre les moyennes de 
Plantamour et les totaux de 1912 pour le nombre de jours de 
pluie et pour la hauteur d'eau tombée, aux deux stations, dans 
les divers mois, les saisons et l'année. 

Loin d'être aussi pluvieuse que l'année exceptionnelle 1910, 
1912 est cependant une année humide, dépassant la moyenne à 
Genève, comme quantité et surtout comme fréquence, la dépas- 
sant encore plus au St-Bernard. Seul des quatre saisons, l'au- 
tomne est moins pluvieux que d'ordinaire. 



POUR GENÈVE ET LE GRAND SAINT-BERNARD 55 

XXIV. Ecarts avec les moyennes de précipitations. 1912. 



PÉRIODE 


GENÈVE 
Jours de pluie Eau tombée 


GRAND ST-BERNARD 
Jours de pluie Eau tombée 


Décembiv 1911.. . 
Janvier 1912 


+ 8 
+ 2 

+ ~ 
+ 10 

- 4 
+ 1 
+ 4 
+ ^ 
+ 11 

- 1 
+ 2 

- 3 

- î 


+ 69 . 4 
+ 14.6 
1 23.2 
+ 73.1 

- 33.3 

- 22.4 
+ 11.7 
+ 8.4 
+ 43.2 

- 79.3 
+ 39.1 

- 36.5 

- 11.0 


+ 10 
+ 1 
+ 7 
+ 8 
+ 3 
+ 2 
+ 5 

+ 6 

- 6 
+ 5 

- 1 
+ 2 


+ 88.4 

- 48.4 
+ 40.6 
+ 130.8 

- 17.2 

- 22.8 
+ 45.6 
+ 3.7 
+ 132.1 

- 80.1 
+ 58.2 
+ 9.0 
+ 48.3 


Mars 


Avril 


Mai 

Juin 


Juillet 

.\oùt 


Septembre 

Octobre 


Novembre 

Décembre 


Hiver 


+ n 

+ 7 
f 19 


+ 107.2 
+ 17.4 
+ 63.3 
- 76.7 


+ 18 
+ 13 
+ 11 
_ 2 


+ 80.6 
+ 90.9 
+ 181 3 
- 13.0 


Printemps 

Eté 

Automne 


Année météorol. . 
Année civile 


1 41 
+ 32 


+ 111.2 
+ 30.8 


+ 40 
+ 32 


+ 339.8 
+ 299.7 



Les mois les plus humides sont : octobre à Genève et mars 
au St-Bernard, au point de vue absolu ; mars à Genève et 
août au St-Bernard au point de vue relatif. Le mois le plus sec 
est le très froid mois de septembre, et il l'est à la fois aux deux 
points de vue, relatif et absolu. 

Il y a une différence sensible entre l'année civile et l'année 
météorologique, à Genève surtout, le mois de décembre 1912 
ayant été relativement sec, tandis que celui de 1911 avait été 
très humide. 

Quant aux nombres de jours de pluie, ils ont été, aux deux 
stations, très supérieurs aux chiffres moyens. Dans l'année 
météorologique il n'y a que trois mois à Genève et deux au 
St-Bernard qui fournissent des écarts négatifs. 

La statistique de la pluie a été, comme d'ordinaire, dévelop- 
pée, pour Genève, dans les deux tableaux suivants : 

Le tableau XXV donne, pour chaque mois, la plus longue 
période de sécheresse, ou le nombre maximum de jours consé- 
cutifs sans pluie, et la plus longue période pluvieuse, ou le 



56 



RESUME METEOROLOGIQUE 






o 

05 

O 

o 
3 

Ph 

>-" 

XI 
X 







— 
















1 « 




















s ■ 




















s B 




















f S 


1 ^^ 


1 


1 


1 


1 


1 1 1 1 -' 1 


1 


T* 


sv 




1 


1 


1 


1 


1 


1 1 1 1 1 


1 


























CD "s '" 




















(U 1 j= 




















t- 1 -J 




















Wg) 






































P~/ 
















■^ 




^ï^i 
















o 




Si § 


m o 


Qi 


co 


t^ 


CN 


lO os co OJ c^ o 


'O 






-^ 






<n 


n* 




(^J 


VI 




§1 a 




















'of .§ 




1) 


0) 


<D 


0) 


qj qj q; <D Qji 0^ 




^ 


.;; 


1 ^ 








^^ 












1 ^ 




co 


co 


Ift 


(îi 


05 CO r- S-» O O 


co 


o 






o> 


Cvj 


t-^ 


so 


rH -H 00 r- ^ 5>i 


-tl 


^ 








(N 






O» Svi ^ 'O — ' 


"^ 


■jO 






te 














[fi 






t. 


















S i ^ 


o 


« 


« 


« 


» 


a « * « s « 


« 


o 


« 


2 ^\ s 
















" ï 




s- s) 


o — ' 


'T^ 


Ol 


T^< 


^iM 


(>< CO -* — 1 O ^ 


o 


35 


Oi 
















"^ 


^-' 






































P.^-ëi 


ÇC 














ce 
























= 3f s 


— 


^ 


^ 


^ 


^ 


^ ^ ^ ^ ^ ^ 


^ 


^ 


^ 




5 " 














O 




] 


o ^ 


■O 


-* 


<>( 


'>» 


co -f (-^ co o 5^ 


'^ 


co 


3i 

CO 






























<» 


















>-v <» 












m 








(^ 












a 






!>j 












ce 
p 






l^ 


O 




^^ 




a 




a 






i- 


d> 




0) 




's 




> 












,^ ^ 




'""^ 




P 






S 


T^ 




00 2 




-Jj 




iJ 






■r* 


'-^ 




.i o 




.^ 




CL, 


;^ 


_ 


> 


cS 


in 


s CN» o co 0< ^ 


»" 


2 




m 


>i --^ 


r-H 


^ tî 


i-H 


<>! 


1— ( 


c^ 




w 


6 =? 


-^ 


Cti 


^ 


-H 


Ch t- 1 00 rH o 


-o 


35 


'^ 


Q 


^ lO 


GO 


.- ''*' 


CO 


T^ 


i7>( -H -f <M (>i ^ 


<— H 


(>» 




O 








' ^ — 






■ — ^ 


^ — ■ 




S 


y; 














X 










' 


' 












Oi 


.2. * 


* 






~ 


'"''"' 




O 






X lit 


-r 


-n 


O-l 


in 


-H -* c- -o o co 


co 


— 




a 




















oc 





















r/^ 
















O 




a 


. — -, 


















PS 


to 














^ 




a 


i -^ 














S 




-a 


■1 o 
c 'S 














5 
a. 




xn 


<u > 














^ 






> SI) 
















a 


O ^ 


ac 


00 


o 




, lT>i ,^ 1- 1- — . 


' s 


r^ 


■d 


Q 


S f— 4 




(>j 


iTJ 


■^ 


3v< co 1— 1 GV( •£> ,—s 


co 


<X 














1 r^ 1 > r-t Oi 








c/î 


00 to 


in 


»rt 






î- ■ »0 (>< 1 




(?^ 




a 


(>< IX 




Oi 




^ ^ 


^ d- S2- d- ^ xi^ ^ 


co 


^ 




c 


^"^ ' 


^ 


■^ 










v; 




o 


/^ 


















3 


o ^ 


« 


s 


A 


» 


»««««« 


s 


S 




■a 




















Cb 


-o f- 


-^^ 






(- 


o o co -o Ci :r5 


^ 


'O 




























^■ 






^ ' 






















"p 


, 






























a 


2 '^'" 






















o 


tu 


o 
o 

5 

-a 

Oc 


0) O^ 

-S •_ 


> 

-1 






B 


c 


_a 


c 


0) 

II 


1) 

> 
o 


o 

•<D 


-0) 
0) 

a 

H 


'S 
a) 

C 




Q -^ 


fc 


S 


<; 


S 


-^ ^ << i^ o z 


Q 


< 


-< 



POUR GENÈVE ET LE GRAND SAINT-BERNARD 57 

nombre maximum de jours consécutifs où de la pluie a été 
recueillie. La plus longue période de sécheresse est en septem- 
bre ; la plus longue période pluvieuse, en mai-juin. 

Le même tableau indique le nombre de jours où la hauteur 
de la pluie mesurée a été inférieure à 1"""' et à V4 de millimètre. 
Enfin, ce tableau donne le maximum de pluie recueilli chaque 
mois; quant au nombre de jours où la hauteur d'eau tombée a 
atteint ou dépassé 30 millimètres, il n'est que de deux cette 
année, un en janvier et un en octobre. Le total le plus remar- 
quable est celui de 61°"" le 2 octobre. 

Comme complément à ces indications, il sera intéressant de 
noter ici, comme précédemment, le relevé des plus violentes 
averses enregistrées durant un court espace de temps au plu- 
viomètre d'Usteri-Reinacher. 



Date 1912 




mm. 


minutes 


mm. par min. 


j\Iars 


2 


■i 


10 


0.4 


Mai 


16 


3 


10 


0.3 


Juillet 


IS 


5 


5 


1.0 


» 


» 


2.5 


5 


0.5 


» 


19 


7 


20 


0.35 


Août 


3 


3 


10 


0.3 


Octobre 


2 


3 


5 


0.(5 


>, 


>> 


6 


10 


0.6 


> 


31 


3 


6 


0.5 



Il n'y a pas eu de très violentes averses en 1912, mais il y a 
eu cependant quelques chutes d'eau importantes, spécialement 
en juillet et en octobre. 

Le tableau XXVI a pour but de permettre la comparaison 
des différents mois entre eux et des quatre saisons entre elles 
au point de vue des précipitations atmosphériques. Il est, à cet 
effet, calculé de façon à éliminer les inégales durées des mois 
et des saisons. On y trouve : 1° la durée relative de la pluie, 
ou la fraction obtenue en divisant le nombre d'heures de pluie 
par le nombre total d'heures de la période ; 2° le nombre 
moyen d'heures de pluie par jour de iilme, obtenu en divisant, 
pour chaque période, le nombre d'heures de pluie par le nom- 
bre de jours de pluie ; 3'^ Veau tombée dans une Jieure, obtenue 
en divisant la hauteur d'eau tombée durant la période par le 
nombre d'heures de pluie de la période ; ce dernier chiffre 
représente donc l'intensité moyenne des chutes d'eau. 



58 



RESUME METEOROLOGIQUE 



XXVL GENEVE 1912. 



PÉRIODE 


Durée relative 
de la pluie 


Nombre moyen 
d'heures par jour 


Eau tombée 
dans 1 heure 


Décembre 1911 

Janvier 1912 

Février 


0.128 
. 059 
0.091 
0.128 
0.031 
0.085 
0.088 
0.047 
0.135 
0.032 
0.113 
0.057 
0.091 


b 

5.59 
3.Ô7 
4.20 
4.75 
3.11 
4.85 
4.20 
2.69 
4.67 
2.56 
6.00 
5.12 
8.50 


mm 

1.27 
1.44 
0.95 
1.27 
1.07 
0.90 
1.39 
2.-26 
1.26 
0.65 
1.67 
0.91 
0.59 


Mars 


Avril 


Mai 

Juin 


Juillet 


Août 


Septembre 

Octobre 


Novembre 


Décembre 




Hiver 


0.093 
0.084 
. 089 
0.068 


4.59 
4.50 
4.00 
4.77 


1.21 

1.11 
1.48 
1.30 


Printemps 


Eté 


Automne 




Année météorolog. . . 
Année civile 


0.083 
0.080 


4.43 
4.51 


1.28 
1.21 



Le tableau XXVII contient le relevé général des observa- 
tions faites dans les douze stations pluvioraétriques du canton 
de Genève et à l'observatoire. Je profite de cette occasion 
pour adresser mes sincères remerciements aux douze observa- 
teurs qui continuent à nous fournir régulièrement les hauteurs 
de pluie tombées sur notre petit territoire. 

\jÇ, tahleaii XXVIII ioMYmi., d'une façon analogue, les hau- 
teurs de pluie et de neige tombées dans les quatre stations plu- 
vioinétriques qui existent le long du val d'Entremont. Je 
remercie aussi les observateurs dévoués de ces stations. 

Le tableau XXIX indique le nombre de jours d'orage ou 
jours de tonnerre à Genève, ainsi que le nombre de jours oii des 
éclairs ont été vus à l'horizon sans que le bruit du tonnerre 
fût perceptible. Le nombre des jours d'orage est inférieur cette 
année au nombre moyen déduit par Plantamour de la moyenne 
des années de 1846 à 1875 (25). Le nombre des orages a été, 
d'ailleurs, plus grand que celui des jours d'orages, car il y a 



POUR GENEVE ET LE GRAND SAINT-BERNARD 



59 







-rs 










u 




-^ 




irt t^ w irt f^ î^ '-^ Ci Oi o <^ 5» ce 


rr -r es o 


-o -T< 


8 


g 


a 


s 


't (>i -c 00 m -o ce o :o J-- îc o >* 


ce -f< ->> o 


— - Ci 


S 


o 


^ 


^lO-O^^X)OOX)COr^Ce-^CO 


'f T»> o C3 


■o-a 




« 




^H ^^ »— t ^H 


^ *>' ce ^H 


Ci X 


tt! 


3 














;=; 




î^i Oi — -f O CO OJ lO C- C> 00 Ift '>« 


(>i l^ -42 X 


ce ce 


«0 


S 


^ 


s 


OOlO-^-^-43^0-^ai-0 3>5^ 


•O — ' ce -f* 


o X 




o 


i^ 




o<îOio<><co305^o>co-^'œ'Nin 


ce ^ -f — 1 


ce -o 


►S 


-* 




— ' ^ ^ rt _ 










i-î 










§1 




■g 




-r< c o"ce vD t- •^> so o yD — 1 -N -jo 


cè'x o -H 


fN -O 


•S 


a 


5 


s 


-fooirtor — tia»C5icio-r3>— ^ 


X f^ -f Ci 


Ci -C 


|i 


»r: 


a 


s 


— 1 lO lO o W !■"• C5 Os --^ ^ <><<?( ce 




e* -f 












lî 




< 










Ss 




„ 




ift — 1 ift 0^» r; ce ^ -i> f- lO ^ — 1 m 


— < -f s-» o 


f- f^ 
















Cî 




z 


- 


ceo-ft^ceint^oirt't'^Mi-ec^ 


X o ce 5^ 


Ci X 




O 


c 


— oooî^r^oor-— i-Hce. coce 


ce o f- X 


Ji — . 


o 

O 


^ 


K 




" " 


ruo^-s-t^ 


X X 






» 




-t< -f f- ce ne -/3 -o 5^ o o — " »rt o 


in -o -t< -o 
















'» 


— 


" 




sce35a>cex>f^C5ceoor-o 


ce o o 0.» 


j— --o 


S 


•^ 


^ 


c 


->> -û lO (>* 'N in xi f- -?* -H i< ce 'îT 


-* o Ci Ci 


c* -* 


es 


^ 


i 






5v< 'N (>i — ( 


Ci X 


K 








o -T ^ c> 0^ m ce o f- — < m X î^< 


in -o o -r" 


in t-- 




a 


ci 


= 


c. ■>< in f^ (>» t- irt 05 o ce '.o ce X 


•o r^ lO ce 


'>^ —1 


9l 


n 


sa 


= 


— oinoc»*-*— «Ci-^-^T^icew 


ce f^ in i^ 


-f lO 












(>i -^ ce ^ 


Ci X 


t^ 




M 










£ 




^ 

d 




o î^ --0 — 1 in -o lie — — 1 lO X o in 


X s^ f- ce 


o m 




b 


S 


-r 35 -T< r- o X m .n -^ '>* '^* in -f 


f- -^ co o 


, ^^ 




<r> 




= 


— 'inino!N-rx«0'>*— icecei< 


">< r- f^ X 


•o Ci 


e 


^ 






1— * i-H ^H »-H 


o» ^ (>< ^ 


X î- 


" 


-3 














^H 










îî 




^ 




-^ -rt —• o o X — ' ce -o r; ">> ce — ' 


t- X o -r< 


c. Ci 


S 


b 


8 


= 


X -* <>< — 1 ce -r '- ce ->; — — ' 3^^ co 


^ X ce m 


—, •-- 


y. 




- 


— 1 X -^ ce 5>< in --0 i^ ce -H m ic in 


•o o t^ -H 


•o Ci 








—H —H f-H ^H 


'><(>«'>('>> 


Ci X 


"^ 




<i 










s> 




r,' 




-r in X X m (N T'j X -o -r o X o 


f~- in <rî S-» 


o --o 


s 


a 












o» 


-5 


= 


/^ r> — ' c C-* '>> ce 3 o ce — ' o 7>< 


X -r -ti in 


ce '"^ 


42 


1^ 


n 


= 




Ci ce Ci c. 


■>< '>< 


e 




— 




— — ^H -^ 


-^< '^> c>» — 1 


o c. 


=0 




5 










s 




-z 




•>? -t" '^i! 1^ -^ 1- X ->< av -^ •>> ^ ce 


X O s^ -^ 


1" in 


e 


2 


a 


= 


in ce ce '^< in -" X — ■ t — f x s — • 


— 1 ce (^ •>> 


i< o 


•2 


o 


Ph 


s 




ce ^ o Ci 


o ce 


"« 


•^ 






^H ^H ^^ «-^ 


3>< 'N -?< nH 


Ci X 


<: 












O 




o 










»> 








O Oi -H -r; ce ce ce -C _ t- -H X (- 


o es» in o 


ce o 


:s 


g 




= 


•o — ' ci r- rc in — <' -.o ce -à o o f^ 


o --0 o ce 


o ->* 


s 


CO 


Ph 




■>< o -D ce '>j Ci X X -^> -< ce m — 


•c in Ci o 




e 








ÎS( ?-< T>< ■>* 


o c. 
















5 




^^ 














*? 




— <-(<c5-)<r-x'>jxci-^oo-oo 


^r Ci Ci c 


•>» —1 




a 


"^ 


- 








•^ 


s 


- 


oceo-rot^oce-^xr-'r^o 


-r ->* X ce 


Ci Ci 


s 




< 


■~ 


-r X (^ r -î^ — 1 f^ Os -r ^ ce in in 


O X o — 1 


c- o 


d 






(N* (î^ ce 7» 


o o 


a> 




a 




•o X *> -^2 Ci — « f- o ^ ce :o — " in 


-o --O — 1 o 


ce 7'> 


& 


a 


i 


c 


-rx — -»<'>■* o-^xinceooce^ 


-f f^ o in 


r — ^ 


^ 


-* 


■— 


c 


-f X X -c ■>» o (- ce in o« in r- (— 


— X '^ in 


•^» in 


S 


-* 


ad 






Ci 04 <n ru 






n 


S 




^i: : 










î • <li' 1.' 




à- 


a 




























-^ 








• >"C 'pr^ 


„ii *- 2-S 5 5 


o a 


o 


2 '^ 


(» 


< 


œ 






• -■•^ 2 3 


a a 




o 




— — i: << 


-< ■< 



60 



RESUME METEOROLOGIQUE 



XXVIII. Stations pluviométriques du val d'Entremont, 1912. 



station 


Mart 


igny 


Orsières 


Bourg-St-Pierre 


Gr. St-Bernaid 


Altitude 


474° 


900° 


1630° 


2476° 


PÉRIODE 


Pluie 


Neige 


Pluie 


Neige 


Pluie 


Neige 


Pluie 


Neige 




mm 


om 


mm 


cm 


mm 


om 


mm 


cm 


Dec. 1911. 


15U.8 





114.2 


28 


57.4 


75 


161.5 


178 


Janv. 1912 


84.5 


3 


59.6 


11 


31.3 


3S 


80.7 


113 


Février . . 


28.9 


18 


40.1 


20 


25.0 


31 


134.2 


162 


Mars 


118.2 


— 


87.3 


13 


87.7 


58 


227.7 


278 


Avril .... 


2S 5 


— 


22.0 


— 


50 5 


9 


102.9 


102 


Mai 


46.9 


— 


69.6 





91.3 





97.3 


36 


Juin 


157.1 


— 


115.3 


— 


124.9 


— 


146.9 


47 


Juillet. . . . 


42.2 


— 


73.6 


— 


SI 3 


_ 


78.8 


10 


Aoîit . ... 


108.0 


— 


103.2 





168.4 


— 


217.9 


52 


Septembre 


21.4 


— 


21.5 


— 


26.9 


— 


35.9 


20 


Octobre ... 


149.7 


— 


128.8 


8 


89.9 


53 


200.5 


197 


Novembre. 


52.8 


2 


42.9 


20 


62.3 


57 


107.5 


144 


Décembre. 


42 5 


2 


29.0 


20 


20.2 


20 


121.4 


152 


Hiver. . . . 


264 2 


21 


213 9 


59 


113.7 


144 


376.4 


453 


Printemps 


193.6 


— 


178.9 


13 


229 5 


67 


427.9 


416 


Eté 


307.3 





292 1 


— 


374.6 


— 


443.6 


109 


Automne. . 


223.9 


2 


193.2 


28 


179.1 


110 


343.9 


361 


An. met. . 


989.0 


23 


878.1 


100 


896.9 


321 


1591.8 


1339 


Année civ. 


880.7 


25 


792.9 


92 


859.7 


266 


1551.7 


1313 



eu fréquemment plusieurs orages par jour. Le mois le plus 
riche eu orages, a été le mois de juillet. Pendant ces jours 
d'orage, il n'y a pas eu de ^çréte constatée à l'observatoire. 



XXIX. Orages. GENEVE, 1912. 

PERIODE Jours Jours d'éclairs 

de tonnerre, sans tonnerre. 

Décembre 1911 .... — — 

Janvier 1912 — — 

Février — — 

Mar.s — — 

Avril 2 — 

Mai 4 — 

Juin 2 2 

Juillet 7 3 

Août 3 1 

Septembre — — 

Octobre — — 

Novembre — — 

Décembre — — 

Année météorolog. . 18 6 

Année civile 18 6 



Grêle 



POUR GENÈVE ET LE GRAND SAINT-BERNARD 61 



VII. Nébulosité 

La nébulosité s'exprime par les nombres de zéro à dix : zéro 
correspond à un ciel entièrement clair, dix à un ciel entière- 
ment couvert. La mesure de la nébulosité se fait, à Genève, 
aux six observations diurnes, au Grand Saint- Bernard, trois 
fois par jour. La moyenne de ces six, ou trois, observations, 
donne la moyenne diurne de la nébulosité, représentée par un 
chiffre sans fraction. Pour les mois, les saisons et l'année, la 
nébulosité est exprimée par la moyenne des nébulosités de tous 
les jours de la période. Le chiffre principal est alors accom- 
pagné de dixièmes. 

Dans le taUeau XXX, la nébulosité et l'état du ciel sont 
exprimés sous deux formes pour les deux stations : à la cin- 
quième colonne, par la nébulosité moyenne, puis, dans les qua- 
tre premières, par une classification des jours de la période en 
clairs, peu nuageux, très nuageux et couverts. Ces désignations 
comprennent les jours dont la nébulosité se mesure par un 
certain nombre des onze chiffres qui la représentent : les chif- 
fres 0, 1 et 2 correspondent aux jours clairs ; 3, 4 et 5, aux 
jours peu nuageux ; 6 et 7, aux jours très nuageux ; 8, 9 et 10, 
aux jours couverts. 

Le tableau XXXI fournit les écarts de la nébulosité aux 
deux stations par rapport aux moyennes calculées par Planta- 
mour sur les observations des années de 1847 à 1875 pour 
Genève, et de 1849 à 1866 pour le Grand Saint-Bernard. Ces 
moyennes figurent également dans le tableau, multipliées par 
10 pour les ramener à la nouvelle échelle adoptée depuis 
l'année 1901. 

L'année 1910 avait été une année très nébuleuse, l'année 
1911 une année claire, spécialement en été. L'année 1912 a 
été, en moyenne, une année normale à Genève et un peu trop 
nuageuse au St-Bernard. 

A Genève, le printemps a été relativement très clair, surtout 
en avril, et l'été a été très nuageux, surtout en août. Au Saint- 
Bernard, l'hiver a été relativement plus nébuleux qu'à Genève 



62 



RESUME METEOROLOGIQUE 



XXX. Nébulosité. 1912. 



PERIODE 



Jours 
clairs 



GENEVE 

Jours I Jours | Jours | Nehulo- 
peu 1res cou- sile 

Duag. I nu39. verts | mojeuDe 



Jours 
clairs 



SAINT-BERNARD 

Jours 



Jours I Jours 
1res cou- 
iiuag. I Tcrls 



Dec. 1911.. 
Jauv. 1912. 
Février. . . . 

Mars 

Avril 

Mai 

Juin 

Juillet 

Août 

Septembre. 
Octobre . . . 
Novembre . 
Décembre . 






6 


2 


23 


S.l 


7 


4 


3 


17 





5 


3 


23 


8.4 


8 


9 


5 


9 


4 


6 


6 


13 


6.4 


4 


9 


5 


11 


7 


7 


5 


12 


5.8 


5 


8 


2 


16 


11 


7 


4 


8 


4.4 


5 





8 


12 


10 


6 


2 


13 


5.4 


9 


3 


5 


14 


8 


6 


5 


11 


5.3 


5 


5 


3 


17 


10 


7 


6 


8 


4.8 


6 


10 


5 


10 


3 


6 


6 


16 


6.8 


3 





5 


18 


6 


9 


7 


8 


5.4 


6 


5 


1 


18 


1 


7 


4 


19 


7.5 


6 


4 


6 


15 


5 


7 


6 


12 


6.2 


12 


7 


7 


4 


4 


1 


7 


19 


7.8 


15 


7 


6 


3 



6.5 
5.6 
6.0 
6.4 
6.2 
6.0 
6.9 
5.5 
7.3 
6.4 
6.5 
4.0 
3.4 



Hiver 

Printemps. 

Eté 

Automne . . 



4 


17 


28 


20 


21 


19 


12 


23 



11 
11 

17 
17 



59 
33 
35 

39 



7.6 
5.2 
5.6 
6.4 



19 
19 
14 

24 



22 
16 
20 
16 



13 
15 
13 
14 



37 
42 
45 
37 



6.1 
6.2 
6.6 
5.7 



Année met. . 
» civile. 



65 


79 


56 


166 


6.2 


76 


74 


55 


161 


69 


74 


61 


162 


6.2 


84 


77 


58 


147 



6.1 
5.9 



XXXI. Écarts de la nébulosité. 1912. 



PÉRIODE 


GENÈVE 

Moyennes 1 Ecarts 
1847-1875 1 pour 1912 


SAINT-BERNARD 

Moyennes 1 Ecarts 
1846-1H67 1 pour 1912 


Décembre 1911 

Janvier 1912 


8.3 
7.9 
6.7 
6.1 
5.8 
5.8 
5.4 
4.4 
4.7 
4.9 
6.9 
7.8 
8.3 


- 0.2 
+ 0.5 

- 0.3 

- 0.3 

- 1.4 

- 0.4 

- 0.1 
+ 0.4 
+ 2.1 
+ 0.5 
+ 0.6 

- 1.6 

- 0.5 


4.5 
5.0 
5.3 
5.9 
6.7 
6.9 
6.5 
5.5 
5.8 
5.8 
6.1 
5.4 
4.5 


+ 2.0 
+ 0.6 
f 0.7 
+ 0.5 

- 0.5 

- 0.9 
+ 0.4 

0.0 
+ 1.5 
i 0.6 
+ 0.4 

- 1.4 

- 1.1 


Mars 


Avril 


Mai 




Juillet 




Septembre 

Octobre 


Novembre 


Décembre 




Hiver 


7.7 
5.9 
4.8 
6.6 


- 0.1 

- 0.7 
1 0.8 

- 0.2 


4.9 
6.5 
5.9 
5.8 


+ 1.2 

- 0.3 
+ 0.7 

- 0.1 


Printemps 

Eté 


Automne 




Année météorolog'. . 
Année civile 


6.2 
6.2 


0.0 
0.0 


5.8 
5.8 


+ 0.3 
+ 0.1 



POUR GENÈVE ET LE GRAND SAINT-BERNARD 63 

et les mois extrêmes sont novembre pour la clarté relative et, 
comme à Genève, août pour la nébulosité. 

Le tableau XXXII donne, pour Genève, le nombre de jours 
de brouillard observés. Il y en avait peu de 1909 à 1911, surtout 
en 1911 ; il continue à y en avoir moins que la moyenne, envi- 
ron la moitié, en 1912. Il n'y a eu de cas de brouillard persis- 
tant toute la journée qu'en décembre 1912 ; il n'y en a donc 
pas eu durant l'année météorologique, comme en 1910 et en 
1911. 

XXXII. Brouillard. GENÈVE, 1912. 



PÉRIODE 

Décembre 1911 . . . 

Janvier 1912 

Février 


Broaillard 
tout le jour 

4 


Brouillard 

une partie 

de la journée 

4 
4 

1 

1 
4 

1 


Nombre 
total 

4 
4 


Mars 






Avril 






Mai 

Juin 




— 


Juillet 

Août 

Septembre . . 




1 
1 


Octobre 

Novembre . . . 




4 


Décembre . . . 




5 




•olog. 




Année météoi 
Année civile 


4 




14 
11 




14 

15 



VIII. Durée d'insolation 



Les deux héliographes installés à l'observatoire eu 1896 et 
en 1909 ont fonctionné parallèlement toute l'année ; les deux 
tableaux XXXIII et ZXXJF fournissent, heure par heure, la 
marche diurne de la durée d'insolation indiquée par les deux 
instruments, aux divers mois, saisons et dans l'année 1912, la 
seizième où ces observations se font à Genève avec le plus 
ancien des deux. Les deux dernières colonnes des tableaux 
donnent la durée totale d'insolation et la moyenne diurne pour 
les différentes périodes de l'année. 



64 



RESUME METEOROLOGIQUE 





„ 


s, 




o -f 'N* ce o ■>( X -r -f Itî o lO -jD 


f^ ^ -^ '^i 


C5 c; 




s 


g 


^ 


^COXO-XJlOCVCOlOCCCOi^r-^ 


o t- o -H 


^ -f 




= 


-5 




-Hi— ia;inf^t^t^"OT-^oi!>i^ 


ovj 'O o ce 


^ ■* 






o 




o>-*C5oo^oco<0£--^<xirtas 


ovj os -o -H 


X X 




■9 


■s 


^ 


io^HOin-»cooc--ooo-HOjio 


X -o lO -ti 


-r •* 


-^ 


3 


« 


cc^— iirscvico^HOJ-^cor-coco 


X -H lO -jO 


-fi -"a* 


Q 






-H— ((><(N7^.-H-^-H 


-H -o lO ev» 


•r> îo 


A 




.-, 








.-H p— < 


a 














bJD 








1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 


1 1 1 1 


1 1 


o 






^ 


1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 




1 1 






























-a> 














^ 


t- 




1 1 1 ico-Hicaoïoi 1 1 1 


1 -^ X 1 


(>i o/ 


S 




o 




— 1 -o lO o o 


f- -o 


-*! ~f 


<v 












— ( r-^ 


o 




œ 




1 1 -?< ■£) -^ -f --C -r -r o lO 1 1 


■^ ^ TJI — 1 


o o 


-al 




>o 




O CO ^* r^ lO :^ lO O O 


o ce o — r 


m kO 










^-. — ( — 1 




-o o 


c^ 






1 1 -O — c — ' Oî -O -f X) O ce (>< 1 


-o -^ X lO 


o o 


T^ 






,:3 


-t< o -o '^* r — « cïj t — fi o 


-# ce — — 1 


^^ ~H 


35 




-<î» 






■^ -f rt 


o o 


r-( 












^H ^H 




O 






-f OO o o lO Oi (>i Oi ift X) o Xi co 


<» -t< -o Oi 


o Oi 


:i5 


M 


^ 


^ 


'^^r;— icoa)GiDGO-+icoco or^'x 


f- -J> -o Oi 


J-' -o 










—1 lO Tp ce 


~f 'T 


K^ 




— 








1 — ( ^^ 


Piq 




CO f^ >i — 1 'T^ -r C5 lO X o o t~- — ' 


X (- >>< (~- 


-f Sv» 


5^ 






-^ 


lO '-0 — 1 tO — 1 -H o o lO o o> — . c- 


ce X co Ci 


in r^ 


^ 




— 




^H^<>ia^r— a^,^^r-(r-l 


(î^ lO ue -ce 


f- f- 


O 




■^^•JDiOCCC^OOOiOOlrtCOiO 


«o o ce X 


t-o 






"J" 


j- 


I-- (— -^ 00 »>< -H t^ C3 -o X) •>> T -o 


35 '^( ce -t< 


35 X 


Ï5 
O 




^ 




— ■^!><Oi.-H— l^-H^— c— 1 


-î^ -o lO -f 


X 00 






lO lO '>; C5 O O -O -r lO O -t< 'O ctj 


rN* Si lie o 


•r> o 


•< 




1 


j3 


■o X v2 X' T-> '» f-~ r; 1* X r". ce -1" 


_ ^, O/ — 1 


(~ -o 












.c X 


>4 
O 












— ' — ' 




« 




rs 'ï" C5 lO X X o ce -o (^ ic r: -j; 


>>/ ^ c-~ tn 


(- -r 


z; 




"T* 


^ 


•j3 tO -^ 1^ |>J :» o o lO t^ X CO i^ 


œ Ci in o 


(>> ce 










^^Oi-^^C><— irt —1 


o* in lO ce 




Q 




^T 








^H ^H 




t- -* ^ lO t^ O» -^ 35 f- r~ O 0> X 


-^i -f o ir; 


^ (N 


M 




'7 


^ 


■^lO-+>f^OCr-X05-r<iO-0 0'*' 


-f f^ ce ce 


S.^ 


-a 










s-i lO >o ce 




« 




^ 








—' '"' 


3 






<>»f^'><lO--Of~-îOOO--Or^M"f^ 


rt X ce — t 


ce X 


a 






.a(>*(>*«OO^C500CO'»-<:»<<X'5^ 


X 35 ce ic 


•-0 <o 






o» 




^H-H(Xr— ir/'Nf-lr-H 


^ ue lO w 










coio^Cixasr^cC'CCirior: i 


a> -o ce X 


s ce 


y 






J3 


c. o X -* — ' r^ oo X ir* X ix (N 


X -H C5 o> 


m lO 


a 


a. 




-H î<j — ( ^ ^ — 1 


ue -r —1 




a 


5 






1 |ti(>i5^.lCO^SlO-t< 1 1 


-+• C~- o CTi 


o» 0^ 


z 
« 


a 




^ 


-H t^ -O O '-0 co f- (>j O 


— ( 35 f- <^< 


—1 ^ 




t" 




i-H «-H »— ( 1— ( 


ce ce 




:= 














■—I 












3 




t'- 


-^ 


1 1 1 l '^ "^ ^î "? '". 1 1 M 


1 w X 1 


o o 






es 


-H ce CO 1.0 ^ 


lO CJi 


lO in 








-^ — 1 rH 


f» -H 


-f 'T 


o 


.13 


1 1 1 l-"i^-. 1 1 1 1 1 i 


1 ce f- 1 


o o 


< 








o ce '>i 


ce f» 


-£3 -o 


^ 




























• 




lO 


ja 


1 1 1 1 1 1 1 1 ! 1 1 1 1 


1 1 1 1 


1 1 


1— ( 














■—1 














X! 














xl 




























-J '■ 


;^ 


c 
c 



p 


5 




2^ s 












2 ! ? a3 






a 






3 




-S S -5 s 


> « 


-■ - ^ i o S S 

- -^ .3 Cl, ii > o 

- '— o m u O -Ol 


O) - 

_> .^ Ml 


o 


= a 
a a 

<< 










Q'^EiH3<i13'^i^<;c»ÔZQ 


œ2ua<< 



POUR GENEVE ET LE GRAND SAINT-BERNARD 



65 



5 



rti— i-<i<iooocoîoc«m»o5>jco— < 



^ c>> ^f -o — I ic 70 t^ -^ co to ^ !^> o 
'^i 1/5 co (~- lo o «o "c 00 "C X) o m 



as ao ^ 

o CO ^H 



■— I Oi irt 3vi -t< 

in •» -f — I fc 



I I 



1 


1 


f^ 


— ' 


t^< 


O 


X 


lO 


u-î 


CiCO , 1 


M 




"^ 


■<f Ift 


2 


{— 


■■D 


O <N 


^ 


■■O 


ce 


f~- 


-f 


f- 


-H 


Ci GO o t^ 


-oa. 1 


j=o 


o 


'O 


- 


t^ 


C5 


05 


Vj 


■^ 


^ 


oo ^ 


ooiniocoGviio^ 


O 


00 


r5 Gv< Ci 


^" 


•r; 


ce co 


ri 




o -*! -^ OO OO f^ -P 


X) 


X co 'Ni lO ce 


.a 1/5 30 ■* 


-o 




QO 




(- 


ers -r»< T f- 


o 


lO 


5^ 


C^ C5 


O 


=: 


ce 


lO 


-: 


co co c^ 



co -r" 'O ce Oi '-H co lO -43 os oo •>* in 



TT -r 
' r~ X I 






CV -T' o irt 
Oi OJ lO X 






c* ^ ers T'j lO o ^ 



00 co (^ o 

f- X co -o 



o o- 

' ce lO ' 



*£) 3s 3s r- X CO 
os T^i o — < -H -_0 



lO O -f -^ 
-f lO o lO 



■o -^ o lO o « — I os •» 



es i - CO -£) 

(^J ce '£> (>* 



' lO f^ (~ ' 

X os -J : 



.1 


1 X X -f o ce 00 


'"^ 1 1 1 


-H lo -o (t- »-- (- 




^1 


1 1 o (^ f X -r 

ce -.' (» t- ^ 


MM 


.1 


1 1 1'^.'^ 1 1 

o ce 


MM 






■ > =-=-s 2 = 5-^0 ^ Z 

; .^ K > ^ - '2 O 5J^ u o -u 

\ '■^ <^ < e^ ^ -i < :/} C> "tC d 



fi-it^t^CO 



lO -* lO 'O 

ce irt lO j^ 

ce Os -H lo 
<>*"£> r^ ce 



1 os Os 


1 


O rt" 




1 ^. 


— < 


1 


X 


os 




(^ ce^ 


X) 


<>i 


o X 
ce 


-r 


'^ 



'J:^ r» i>l '>i 



Oi^ Vj l~ 



"O T>< <0 'X 



ce 


-V rjj 


os 




'^ 


os es 

lO ^J! 


t- 


X 


(>< 


Os 


-^ GO t- 

^ m lO 




o f-Os o 


■^ 


X 


Os 


^ 


1 


o 


-H 


CO 




ce 


>>> 

-f 


-^ 


1 


■o 


•£> 


1 




irt 


O* 




1 


'■a f- 


1 




o ce 





> -r 2 "3 



Ift lO 



X X 
iC lO 



o o 

'M Cv< 



O x> 
o o 



■-0 -O 

ce ce 



<< 



Archives, t. XXXVII. — Janvier 1914. 



66 RÉSUMÉ MÉTÉOROLOGIQUE 

L'année 1912 fournit un total d'heures d'insolation inférieur 
à la moyenne des quinze dernières années, 1738 heures, à 
l'ancien héliographe. Mais le déficit de 93 heures ne provient 
que de l'été et de l'automne. L'hiver et le printemps accusent 
même des excédents sensibles, le printemps surtout qui a été 
très clair, comme nous l'avons constaté par le chiffre de sa 
nébulosité. Les moyennes pour ces deux saisons sont en effet 
de 164 et de 483 heures seulement, d'où un excédent de 
134 heures au printemps. En été, en revanche, il y a un déficit 
de 191 heures par rapport au chiffre moyen de 747, et en 
automne de 60 heures sur le chiffre moyen de 344. 

Le maximum absolu d'insolation correspond cette année au 
mois de mai et le maximum relatif aux mois d'avril et de mai. 
Le minimum correspond aux deux mois de décembre. 

Le total général du tableau XXXIV dépasse de 357 heures 
celui du tableau XXXIII ce qui fait presque une heure par 
jour. La différence est donc plus forte qu'en 1910 et en 1911, 
et dépasse un peu ce qu'elle était en 1909. 

Si l'on observe que la différence relative entre les deux appa- 
reils augmente depuis le mois de mai et atteint son maximum 
au mois d'août, on sera tenté de rattacher cet accroissement de 
la différence de sensibilité des deux appareils aux conditions 
mêmes de transparence de l'atmosphère. Or chacun se sou- 
viendra des troubles atmosphériques constatés depuis la fin de 
juin en Europe, troubles que l'on a rapportés à l'éruption 
violente d'un volcan de l'Alaska. 

Un peu partout on a constaté une diminution d'insolation, 
surtout le matin et le soir, pendant plusieurs mois, depuis l'été 
de 1912. Et il est naturel que cette diminution ait été, à 
Genève, plus foi'te relativement pour l 'héliographe le moins 
sensible. Ainsi aurait été augmentée, cette année, par ce phé- 
nomène spécial la différence constatée dans l'enregistrement 
des deux appareils. 

Le tableau XXXV est destiné à faire ressortir la différence 
entre la durée d'insolation du matin et celle de l'après-midi. 
Comme l'appareil est réglé sur le temps solaire vrai, les durées 
devraient être égales théoriquement, mais, eu pratique, elles 
sont différentes. Le tableau les donne pour les deux héliogra- 



POUR GENEVE ET LE GRAND SAINT-BERNARD 



67 



XXXV. Durée d'insolation avant et après midi. 
GENÈVE, 1912. 



PERIODE 



MATIN 
Nombre d'heures 



Ane. H. Nouv.H. 



SOIR 
Nombre d'heures 



Ane. H. t Nouv.H. 



DIFFERENCE 
Soir — Matin 



nombre d'heures 



Ane. H. Nouv.H. Ane. H. Nouv.H 



Décembre 1911 
Janvier 1912. . 

Février 

Mars 

Avril 

Mai 

Juin 

Juillet 

Août 

Septembre . . . . 

Octobre 

Novembre . . . . 
Décembre 

Hiver 

Printemps . . . . 

Eté 

Automne 



14.1 


16.1 


21.8 


26.2 


+ 7.7 


+10.1 


+21.4 


15.0 


21.8 


26.4 


32.8 


+11.4 


+11.0 


+27.5 


51.7 


66.5 


59.2 


70.1 


+ 7.5 


+ 3.6 


+ 6.8 


75.6 


85.2 


80.2 


86.0 


+ 4.6 


■I- 0.8 


+ 2.9 


114.6 


130.4 


113.5 


124.9 


- 1.1 


- O.D 


- 0.5 


109.1 


128.4 


123.9 


14(1.5 


+14.8 


+12.1 


+ 6.4 


109.9 


134.5 


108.4 


133.2 


- 1.5 


- 1.3 


- 0.6 


97.4 


132.2 


99.2 


132.6 


+ 1.8 


+ 0.4 


+ 0.9 


63.7 


89.7 


77.0 


93.3 


+13.3 


+ 3.6 


+ 9.4 


57.0 


75.2 


73.4 


91.7 


+16.4 


+16.5 


+12.6 


21.9 


27.5 


49.3 


61.0 


+27.4 


+33.5 


+38.5 


34.9 


46.1 


47.6 


56.1 


+12.7 


+10.0 


+15.4 


15.1 


22.2 


20.8 


27.9 


+ 5.7 


+ 5.7 


+15 9 



+23.9 
+20,1 
+ 2.6 
+ 0.5 

- 2.2 
+ 4.5 

- 0.5 
+ 0.2 
+ 2.0 
+ 9.9 
+37.8 
+ 9.8 
+11.4 



80.8 


104.4 


107.4 


129.1 


+26.6 


+24.7 


+14.1 


299.3 


344.0 


317.6 


351.4 


+18.3 


+ 7.4 


+ 3.0 


271.0 


356.4 


284.6 


359.1 


+13.6 


+ 2.7 


+ 2.4 


113.8 


148.8 


170.3 


208.8 


+56.5 


+60.0 


+19.9 



+10.6 

+ 1-1 
+ 0.4 
+16.8 



Année met. . 
Année civile 



764 


9 


953 


6 


879 


9 


1048 


4 


+115 





+94 


8 


+ 1 





765 


9 


959 


( 


878 


9 


1050 


1 


+113 





+90 


4 


+ 6 


9 



+ 4.7 
+ 4.5 



phes, et il donne aussi la différence soir — matin de deux façons, 
en heures et en pour cent du total d'heures d'insolation. 

L'excédent d'insolation du soir par rapport au matin est 
maximum en hiver et en automne, comme c'est le cas en géné- 
ral à Genève. Pour les deux autres saisons, les circonstances 
sont variables et il y a plus d'alternatives dans les différents 
mois que les autres années, en raison de la couverture plus 
forte du ciel en été. Cette année les quatre saisons prises 
comme ensemble fournissent toutes un excès de soleil l'après- 
midi, tandis que généralement l'été donne un excédent de soleil 
le matin. 

Le tableau XXXVI a été constitué, comme les années précé- 
dentes, pour faire ressortir, entre la nébulosité et la durée 
d'insolation, la relation établie par Billwiller^ qui avait trouvé 



Archives, 1889, t. XXI, p. 404. 



68 



RESUME METEOROLOGIQUE 



XXX VI. Comparaison de la durée de la non-insolation 

A LA NÉBULOSITÉ MOYENNE. GENEVE, 1912. 



PERIODE 



Dnrée théorique 
d'insolation 




Héliographe 
ancien 1 nouieau 



Nébulosité 
moyenne 



Différence 

Héliographe 
ancien nouteau 



Décembre 1911 
Janvier 1912 . 

Février 

Mars 

Avril 

Mai 

Juin 

Juillet 

Aoiit 

Septembre . . . 

Octobre 

Novembre . . . . 
Décembre , . . . 

Hiver 

Printemps . . . . 

Eté , 

Automne 

Année met . . . 
Année civile . . 



h 
270 
282 
291 
371 
408 
465 
471 
475 
437 
375 
338 
284 
270 



8.7 


8.4 


8.5 


8.1 


6.2 


5.3 


5.8 


5.4 


4.4 


3.7 


5.0 


4.2 


5.4 


4.3 


5.8 


4.4 


6. S 


5.8 


6.5 


5.5 


7.9 


7.4 


7.1 


6.4 


8.7 


S. 2 



8.1 

8.4 
6.4 
5.8 
4.4 
5.4 
5.3 
4.8 
6. S 
5.4 
7.5 
6.2 
7.8 



■1- 0.6 


+ 0.1 


- 0.2 


0.0 


0.0 


- 0.4 


-f 0.1 


{ 1.0 


0.0 


+ 1.1 


+ 0.4 


+ 0.9 


+ 0.9 



+ 0.3 

- 0.3 

- 1.1 

- 0.4 

- 0,7 
1.2 

- 1.0 

- 0.4 

- 1.0 
I 0.1 

- 0.1 
+ 0.2 
+ 0.4 



843 
1244 
1383 

997 



7.8 


7.2 


5.0 


4.4 


6.0 


4.8 


7.1 


6.4 

1 



7.6 
5.2 
5.6 
6.4 



+ 


2 


- 


2 


+ 


4 


+ 


7 



- 0.4 

- 0.8 
-08 

0.0 



4467 
4467 



6.3 
6.3 



5.5 



6.2 
6.2 



+ 0.1 
+ 0.1 



- 0.7 

- 0.7 



que la valeur de la nébulosité moyenne d'une période est, à 
peu de chose près, égale au rapport entre les heures de non- 
insolation (t—i) et le total d'heures d'insolation théoriquement 
possible (t). 
Les colonnes du tableau XXXVI s'expliquent ainsi facile- 

ment. Le rapport — ^ a été multiplié par dix, afin d'être rendu 

V 

comparable à la nébulosité moyenne de chaque période, dont 
les valeurs ont été empruntées au tableau XXX. 

La relation de Billwiller ne coi'respond pas mieux, cette 
année, que les trois précédentes aux indications fournies par 
le nouvel héliographe. Elle correspond mieux à celles de l'an- 
cien, et il est peut-être possible d'expliquer les différences de 
mois en mois, si l'on tient compte de la remarque faite plus 
haut sur les troubles atmosphériques qui ont diminué le nom- 



POUR GENÈVE ET LE GRAND SAINT-BERNARD 69 

bre d'heures d'insolation à l'ancien héliographe, sans troubler 
autant l'appréciation de la nébulosité elle-même par les chiffres 
conventionnels de à 10. 

L'enregistreur d'insolation du château du Crest, à Jussy, 
dont M. Jules Micheli veut bien nous communiquer régulière- 
ment les résultats d'observation, a fourni, en 1912, les durées 
d'insolation du tableau XXXII. 

XXXVII. Durée d'insolation a Jussy, 1912. 





h. 




h. 


Décembre 1911 


20.3 


Juin 1912 


213.4 


Janvier 1912 


48.1 


Juillet 


211.8 


Févi'ier 


109.4 


Août 


150.9 


Mars 


151.5 


Septembre 


130.1 


Avril 


195.3 


Octobre 


74.8 


Mai 


224.7 


Novembre 


64.6 






Décembre 


48.1 


Hiver 


177.8 


Eté 


576.1 


Printemps 


571.5 


Automne 


269.5 


Année météor. 


1594.9 


Année civ. 


1622.7 



Cette année, comme les précédentes, le total d'heures d'in- 
solation à Jussy est un peu inférieur à ce qu'il est à l'observa- 
toire, eu comparant naturellement ces chiffres avec ceux four- 
nis par l'ancien héliographe (tableau XXXIII). Il y a eu, 
comme toujours, quelques mois pour lesquels l'insolation a été 
un peu plus longue à Jussy, mais il y a plus d'irrégularité que 
les années précédentes, et la légère prépondérance de l'insola- 
tion à Jussy ne s'est pas seulement manifestée en hiver. 



COMPTE RENDU DES SÉANCES 



SOCIÉTÉ DE PHYSIQUE ET D'HISTOIRE NATURELLE DE GENÈVE 



Séance du 20 novembre 19i3 

Amé Pictet. Nature chimique de la houille. 
L. Duparc. Sui" les sables noifs de Madagascar. 

M. le prof. Amé Pictet rend compte de recherches qu'il a faites, 
d'abord avec M. Louis Ramseyer, puis avec M. Maurice Bouvier, 
dans le but de recueillir quelques données sur la nature chimi- 
que de la houille. 

Dans la première série de ces recherches, on a épuisé par le ben- 
zine bouillant une houille g-rasse de Montrainbert (Loire). Ledissol- 
vant abandonne par distillation un résidu d'hydrocarbures liqui- 
des. Ceux-ci ne donnent aucune des réactions des hydrocarbures 
aromatiques; ils paraissent appartenir à la série hydro-aromatique. 
Par fractionnement dans le vide, les auteurs ont pu en retirer un 
composé bien défini, bouillant vers 245° et possédant la formule 
brute CjgHjç. Sa constitution est établie par le fait que, lorsqu'on 
dirig-e ses vapeurs dans un tube chauffé au rouge vif, il se décom- 
pose en hydrogène et fluorène C^gH^^, et que, traité à froid par le 
brome, il se convertit en mono- et en di-bromofluorènes. Il cons- 
titue donc un hexahydrure de fluorène. 

L'origine du fluorène du goudron se trouve ainsi expliquée. Ce 
composé ne prend point naissance, comme le voudrait la théorie 
de Berthelot, par un processus synthétique à partir de carbures 
plus simples, mais bien au contraire par dé.shydrogénation pyro- 
g-énée de son hexahydrure, lequel préexiste dans la houille. On 
peut dès lors suppo.ser que les autres composés aromatiques du 
goudron ont une origine analogue; pour s'en assurer, il aurait 
fallu extraire successivement de la houille, par des dissolvants 
appropriés, d'autres constituants et les soumettre les uns après les 
autres à la décomposition pyrog-énée ; travail long- et aléatoire, 
auquel M. Pictet a renoncé, préférant utiliser une autre méthode, 
qui pouvait conduire plus facilement au même but et qui consis- 



SOCIÉTÉ DE PHYSIQUE, ETC. 71 

tait à soumettre le charbon à la distillation il basse température 
et sous pression très réduite. 

Dans la seconde série d'expériences, qu'il a effectuées en colla- 
boration avec M. M. Bouvier, la même houille de Montrambert a 
été chauffée g-raduellement, jusqu'à la température de 450°, dans 
une cornue en fer où était maintenu un vide de 45 à IS"". Il 
distille dans ces conditions un mélange d'eau (1,o ^^ du poids de 
la houille) et de goudron (4 7o) ^^ il reste un coke, beaucoup plus 
[loreux et plus facilement combustible que le coke ordinaire. 

L'eau est acide au tournesol et ne contient pas d'ammoniaque, 
(^uant au goudron, il est fort différent du goudron de houille 
ordinaire. Il est plus léger que l'eau et possède l'odeur du pétrole. 
Il ne renferme ni phénols, ni hydrocarbures aromatiques. Il paraît 
formé principalement d'hydrocarbures de la iièrie hi/dro-aroniati- 
que, mélangés à une assez forte proportion de substances basiques, 
parmi lesquelles les bases secondaires semblent prédominer. On 
peut aussi, par un traitement au sodium, en retirer une petite 
quantité de composés oxygénés, qui présentent des caractères 
d'alcools. 

Prenant naissance, à partir de la houille, à une température 
relativement basse, ce (joudron du vide pouvait être regardé 
comme un produit intermédiaire dans la formation du goudron 
ordinaire. Afin de vérifier cette supposition, les auteurs en ont 
distillé une certaine quantité à travers un tube de fer rempli de 
fragments de coke et chauffé au rouge vif, se plaçant ainsi dans 
des conditions aussi semblables que possible à celles qui régnent 
dans les cornues à gaz. Ils ont obtenu, comme produits de cette 
seconde distillation : 

1. Une grande quantité de gaz, formés principalement d'hydro- 
gène et de méthane, avec un peu d'éthvlène, mais point 
d'acétylène. 

2. Des eaux fortement chargées d'ammoniaque, 

3. Un goudron très analosrue au goudron ordinaire et conte- 
nant comme lui des phénols, des bases pyridiques tertiaires et des 
hijdrocarbures aromatiques (benzène, naphtaline, anthracène). 

Cette expérience prouve que le gaz d'éclairage, l'ammoniaque, 
les phénols et les hydrocarbures du goudron ordinaire (ou du 
moins la plus grande partie de ces corps) ne sont point des pro- 
duits immédiats de la décomposition pyrogénée de la houille, 
mais que cette décomposition a lieu en deux phases successives, 
se passant à des températures différentes. Vers oOO" environ, la 
houille laisse dégager des composés volatils très hydrogénés, que 
l'on peut recueillir si l'on opère sous une pression très réduite, et 
dont le mélange constitue le goudron du vide. Ce n'est qu'à une 
température beaucoup plus élevée que, dans les conditions ordi- 



Fraction 


Formule 


172-174' 


Ci(,H20 


189 lor 


CiiHjï 



72 SOCIÉTÉ DE PHYSIQUE 

naires, ces composés subissent une seconde décomposition, qui 
donne naissance aux produits habituels de la distillation à la 
pression atmosphérique. Cette explication est, on le voit, en con- 
tradiction avec l'hypothèse de Berthelot et de Richard Mejer sur 
le mécanisme de la formation des hydrocarbures du g-oudron. 

Mais le goudron du vide présente encore de l'intérêt à un autre 
point de vue, celui de sa g-rande ressemblance avec le pétrole. 
MM. Pictet et Bouvier en ont retiré, par un traitement à l'acide 
sulfurique concentré, tous les hydrocarbures saturés, et ils ont 
soumis ceux-ci à une série de distillations fractionnées. Ils ont 
examiné spécialement deux des fractions, qui leur ont paru être 
parmi les plus importantes et présenter les caractères d'homo- 
g-énéité voulus. Ils en ont fixé comme suit la composition et les 
principales constantes physiques : 

Densité Indice de réfraction 

0,7765 à 23° 1,4196 

0,7838 à 22' 1,4234 

Ces deux hydrocarbures, étant saturés, ne peuvent avoir qu'une 
structure cyclique et être, en conséquence, que chimiquement très 
voisins des naphlènes qui constituent certains pétroles. Ils ne 
sont cependant pas identiques au décanaphtène et à l'endécana- 
phtène du pétrole de Bakou. En revanche, si on compare leurs 
propriétés à celles des fractions correspondantes du pétrole du 
Canada, étudiées par M. Mabery, on trouve une concordance si 
complète, qu'on est en droit den conclure à l'identité. 

Densité Indice de réfraction 

0,7770 à 20° 1,4149 

0,7832 à 20° 1,4231 

On se trouve donc en présence de ce fait remarquable et inat- 
tendu, que la distillation de certaines houilles à basse température 
donne naissance à des substances qui font en même temps partie 
intèg-rante de certains pétroles. C'est la première fois que l'on 
constate expérimentalement une relation chimique de ce g-enre 
entre ces deux importants produits naturels. En peut-on tirer 
quelque conséquence sur leur orig"ine respective? C'est là une 
question qui ne pourrait se poser que si de nouvelles expériences 
venaient confirmer la relation observée aujourd'hui, laquelle pour- 
rait, à tout prendre, n'être que fortuite. 

L'hydrocarbure Cj^H^^du g-oudron du vide fournit, par l'action 
du brome et de l'acide nitrique, les dérivés dibromé et dinitré du 
durène (tétraméthylbenzéne 1 , 2, 4, 5). Il constitue donc l'hexahy- 
drure de cet hydrocarbure; c'est sans doute lui qui eng-endre, par 



Fraction 


Formule 


173-174° 


^10 "20 


189-191° 


CnH,, 



ET d'histoire naturelle DE GENÈVE 73 

déshydrog"énation pyrog-énée, le durène du g-oudron. Quant à 
l'hydrocarbure C^^H^^, c'est très probablement Vhexakydrare 
du pentaméthijlbenzène. 

M. le Prof. DuPARC. — Sur les sables noirs de Madagascar. 

M. le professeur Duparc communique à la société les résultats 
de recherches qu'il poursuit sur les sables noirs de Madag-ascar. 
Ces derniers sont le résidu de lavag-e de latérite aurifère prove- 
nant de la décomposition de micaschistes et de roches cristallines 
injectées par des filons de Greisen et de pegmatites. Ces sables 
noirs sont formés de deux éléments distincts, à savoir d'olig-iste 
très fortement mag-nétique et de mag-nétite en octaèdres émoussés, 
qui l'est beaucoup moins. Dans ces sables noirs on trouve de l'or 
excessivement fin en quantité très variable, puis du platine invisi- 
ble, mais qui, à ce que l'on disait, n'était susceptible d'être mis en 
évidence que par des essais. Etant donné le caractère extraordi- 
naire d'un g-isement de cette nature, M. Duparc a refait tous ces 
essais, en s'entoui'ant des précautions nécessaires, sur des sables où 
on avait, en d'autres endroits, constaté la présence de platine en 
teneur assez élevée. Plusieurs de ces essais n'ont rien donné; d'au- 
tres ont donné des teneurs en or allant de quelques grammes à 20 
g-rammes à la tonne, mais dans aucun cas il n'a été trouvé des 
traces de platine. Des analyses de contrôle ont été faites en inter- 
calant des quantités déterminées de platine dans les mêmes sables 
noirs. (Ihaque fois ce platine a été intèg-ralement retrouvé. Ces 
recherches se continuent actuellement et feront l'objet de commu- 
nications ultérieures; mais d'ores et déjà il est à peu près certain 
que l'existence de platine dans ces saldes ne sera pas confirmée, 
ce qui est d'accord avec les prévisions théoriques. 



Séance du 4 décembre 

Albert Brua. La région volcanique de Olot, province de Gerona. 
Emile Yung. Distribution verticale du plankton dans le lac de Genève. 

M. Albert Brun lait une communication sur la région volca- 
nique de Olot, province de Gerona. 

Il a pu examiner facilement cette rég-ion, g-râce au.v excellentes 
cartes publiées par MM. S. Calderon, M. Cazurrio et L. Fernandez 
Navarro (Mémoires de la Société royale espag-nole d'Histoire natu- 
relle, 1907). 

Les centres éruptifs d'Olot, San Feliu et Granollers, sont très 
importants au point de vue de la g-enèse des volcans. En effet. 



74 SOCIÉTÉ DE PHYSIQUE 

ceux-ci ont possédé peu de g-az dans leurs ma^-mas basaltiques et 
les cônes de lapillis sont faibles. Il en résulte que partout, il est 
Facile d'examiner le substratum tertiaire des cônes volcaniques. 

Ces cônes sont très meubles : ils sont formés pour la plupart 
par de petits lapillis incohérents, fixés par la végétation ; rare- 
ment par de g-rosses brèches. Pour certains, cet état de conserva- 
tion est tel, et le peu de l'ésistance si accentué que, en se basant 
sur ces deux critères, l'on peut se dire qu'une érosion prolong-ée 
n'a pas ag'i sur eux. Ils sont donc très récents. Leur à^e a du reste 
été fixé aussi bien que possible par les auteurs précités. 

Les cheminées volcaniques percent en g-énéral le tertiaire éocène 
dans une région dont la tectonique est assez compliquée. 

En cherchant à se rendre compte comment ces cheminées vol- 
caniques ont pu percer des couches tertiaires sans que celles-ci 
aient l'apparence d'avoir été bouleversées par une cause autre que 
celle qui les a mises en place, l'auteur suppose que certains plis 
brusques, ou plans de failles superficiels, peuvent présenter un 
point de fusion plus bas que celui des couches immédiatement 
voisines; ceci gcàce au mélange de roches hétérogènes dans le pli 
ou la faille. Il pourrait se former dans les régions les plus super- 
ficielles une cheminée par fusion. L'auteur pense que la région 
il'Olot peut se prêter à la vérification de cette hypothèse. 

M. le professeur Emile Yung communique les résultats des 
recherches faites à bord de V Edouard Clajiarède sur la Distri- 
bution verticale du plankton dans le lac de Genève. 

Elles ont porté sur deux points dont l'un, situé à peu près au 
milieu de la fosse de Chevran, sur un fond de 70 mètres entre 
Anières et Herniance ; et l'autre, à 4 kilomètres de Lutry, le long 
d'une ligne allant de cette localité à Evian, au-dessus de la grande 
fosse profonde de 3o5 mètres. L'engin de pêche est un filet mo- 
dèle Apstein moyen, de 20 cm. de diamètre à son ouverture et 
pouvant être hermétiquement fermé par un couvercle métallique 
se déclanchant à la profondeur voulue au moyen d'un messager. 
Ce filet, construit par Zwickert, de Kiel, servit d'abord à des 
pèches de contrôle démontrant qu'il ne prend rien à la descente et 
que rien n'y pénètre au retour après qu'il a été fermé; il remplit 
ilonc les conditions nécessaires à la détermination des limites des 
zones habitées par les organismes planktoniques. 

Les pêches ont été faites à raison d'une ou deux par mois, 
durant deux années, de novembre à 191 1 novembre igiS inclusi- 
vement, et les récoltes furent fixées au formol et dosées par le pro- 
cédé précédemment décrit par M. Yung ; le recensement des plus 
importantes a été effectué par M. le D"" Gandolfi-Hornyold, selon 
la méthode de Hensen. 



ET D HISTOIRE NATUREIXE DE GENEVE 7o 

Sur le fond de 70 mètres, le plankton est réparti abondam- 
ment pendant toute l'année dans l'épaisseur entière de l'eau. Sa 
quantité totale atteint son maximum en mai-juin, son minimum 
en décembre-janvier. Pendant les mois d'été, sa qualité examinée 
sur des pèches étalées de lo en lo mètres, présente de jour une 
très g-rande irrégularité. Néanmoins, M. Yung- y reconnaît trois 
«■randes zones. 

A. Une zone profonde comprise entre le fond et 5o à [\o mètres, 
dans laquelle prédominent les Copépodes. 

B. Une zone moyenne comprise entre 5o-4o mètres et 3o-20 mè- 
tres, dans laquelle prédominent les Cladocères (à l'exception de 
Scapholeberis). 

C. Une zone superficielle comprise entre 20 mètres et la sur- 
face, dans laquelle prédominent les Rotateurs et les Flagellés (avec, 
dans la couche tout à fait supérieure, Scapholeberis^. 

Sur le fond de 305 mètres, le plankton est toujours présent en 
quantité dosable, jusqu'à i5o mètres de la surface. A partir de 
cette profondeur, il diminue au point que le filet ne prend plus, 
quelle que soit l'épaisseur de l'eau explorée, que des quantités 
insuffisantes de plankton pour permettre de l'apprécier par la 
méthode de cubage adoptée. Cependant, le filet ne revient jamais 
absolument vide, mais son contenu est représenté par quelques 
unités dont le nombre, d'ailleurs variable, ne présente de rég-ula- 
rité dans ses variations qu'au voisinage du fond. Voici les zones 
établies par M. Yung- sur l'examen de pêches étag-ées de 5o en 
50 mètres, à l'exception de la première. 

I. Zone de fond, de 3oo à 290 mètres. Cette zone qui confine 
au fond et s'élève à quelques mètres au-dessus, se montre toujours 
plus peuplée que les couches qui lui sont superposées. On y trouve 
des pontes de Mollusques, des Diatomées, rarement Niphargus 
Foreli qui appartient à la faune profonde, rarement Bi/thotre- 
pher longimanus, rarement Sida limnetica, très fréquemment 
Cyclops abyssorum, et toujours des débris d'org-anismes tombés 
des zones supérieures. 

II. Zone abyssale, de 3oo à 25o mètres où se trouvent, en 
nombre relativement faible, des Copépodes : Cyclops abyssorum ; 
C. leuckarti ; C. strenus ; Diaptomas laciniatus ; D. gra- 
cilis. Durant les mois d'hiver, d'octobre à mars, ces Copépodes 
sont plus fréquents et plus nombreux que pendant l'été. Tout à 
fait exceptionnellement on rapporte des Cladocères vivants de 
cette zone. 

III. Zone intermédiaire, de 260 à i5o mètres. Zone remar- 
quablement pauvre durant toute l'année, surtout dans sa portion 
moyenne. On n'y rencontre vivants que de rares exemplaires des 
Cyclops et Diaptornus des espèces énumérées ci-dessus, et de très 



76 SOCIÉTÉ DE PHYSIQUE 

rares Cladocères : Sida limnetica, Bythotrephes longimaniis, 
qui n'y sont vraisemblablement qu'en passag-e. 

IV. Zone des Copépodes, de i5oà loo mètres, caractérisée par 
la présence constante et la prédominance des Cyclops et Diapto- 
nius, dont le nombre varie selon les saisons et l'état du ciel. Aux 
Copépodes sont toujours mêlés des Cladocères en nombre relati- 
vement faible à l'exception de Sida limnetica dont, en automne, 
cette zone devient l'habitat préféré. 

V. Zone des Cladocères, de loo à 5o mètres, caractérisée pai' 
la prédominance des g-rands Cladocères (Sida limnetica, Bytho- 
trephes longimanus et Leptodora hyalind) auxquels sont mêlés, 
en nombre très vainable selon les saisons, Daphnia hyalina et 
Bosmina Coregoni et les divers Cyclops et Diaplomus. Les 
Rotateurs, souvent présents, y sont plus rares en individus et en 
espèces que dans la zone suivante. 

VI. Zone des Botateiirs, de 5o à o mètres, caractérisée par 
l'abondance des Rotateurs, des Flagellés et, dans ses couches 
superficielles, des organismes végétaux. Les Copépodes et les Cla- 
docères sont aussi régulièrement présents dans cette zone, mais 
leur répartition y est exposée à de très grandes variations. 

Il va sans dire qu'aucune de ces zones n'est strictement déli- 
mitée et que les organismes passent de l'une à l'autre, selon les 
circonstances, en nombre plus ou moins considérable, principa- 
lement dans les trois zones supérieures. 

Les variations de la répartiton verticale des principales espèces 
du Zooplankton, feront l'objet d'une communication ultérieure. 

En résumé, les recherches de M. Yung, permettent de conclure : 

i" Que dans le petit lac (jusqu'à 70 mètres de profondeur), les 
eaux sont constamment habitées sur toute leur épaisseur par une 
quantité relativement abondante (quoique variable selon les sai- 
sons) de zooplankton. 

2° Que dans le grand lac (jusqu'à 3oo mètres de profondeur), il 
n'y a aucune zone absolument déserte, mais que le plankton qui 
peuple ses eaux y est très inèg-alement réparti. Il est pendant toute 
l'année plus ou moins abondant jusqu'à i5o mètres et ti^ès rare 
de i5o à 3oo mètres. La zone dans laquelle il se tient principale- 
ment s'étend de 10 à 100 mètres. 

Séance du 18 décembre 

Emile Yung. Deux cas tératoloyiques.— J. Briquet. Carpologie des Plychotis. 
J. Cari. Nouveaux éléments américains dans la faune de Madagascar. 

M. le Prof. Emile Yung expose deux cas tératologiques. 
Il s'agit, dans le premier, d'une nageoire supplémentaire obser- 
vée chez une tanclie (Tinca imlgaris) de 21 cm. de long et du 



ET d'histoire naturelle DE GENÈVE 77 

poids de 240 gr., c'est-à-dire adulte et, par ailleurs, normalement 
développée. Cette nag-eoire se trouvait située sur le flanc droit à 
mi-hauteur entre la dorsale et l'abdominale droite; elle était immo- 
bile, implantée dans un léger repli de la peau et ne gênant pas 
autrement la natation du poisson qu'en le faisant pencher du côté 
droit. La radiographie montre que ce membre, tout à fait indé- 
pendant du reste du squelette, avait ses W rayons réunis, mais 
non articulés, à autant d'interrayons implantés dans la muscula- 
ture. Ces données furent confirmées par la dissection qui montra, 
en outre, que les trois interrayons inférieurs étaient soudés entre 
eux. La conformation de la nageoire supplémentaire ne laisse 
aucun doute sur sa nature de nageoire impaire. M. Yung rattache 
ce cas à ceux, connus chez les Cyprinoïdes, de dédoublement 
de la nageoire caudale, et il l'interprète comme une délamination 
de la nageoire anale survenue au cours du développement. Des 
deux anales nées de cette délamination, l'une seulement aurait 
suivi sa croissance normale, tandis que l'autre déjetée sur le côté 
droit serait restée en route et, par défaut d'usage, aurait par la 
suite fusionné ses rayons aux interrayons. Les cas de délamination 
lie la caudale sont extrêmement rares. 

L'autre anomalie signalée par M. Yung, concerne l'intestin 
d'une Salamandra maciilosa. L'individu sur lequel elle a été 
observée était adulte et de taille normale. Son intestin d'un dia- 
mètre à peu prés aussi grand dans sa portion moyenne que dans 
sa région antérieure, à parois minces et flasques, portait au com- 
mencement du rectum un énorme cœcum qui, ne trouvant pas de 
place dans la cavité du corps, avait fait hernie dans la patte pos- 
térieure droite dont il occupait, entre la peau et les muscles, toute 
la longueur jusqu'à l'origine des doigts. Le volume de la patte en 
était sensiblement augmenté. Le rectum était extrêmement dilaté, 
formant une vaste poche partiellement occupée comme le cœcum 
par des résidus alimentaires. M. Yung n'a trouvé mentionné dans 
la littérature tératologique aucun cas de ce genre. 

J. Briquet. — Carpologie des Ptychotis. 

Les Ptychotis sont des Ombellifères du groupe des Amminées 
caractérisées par la présence de pétales obcordés, pourvus d'un 
pli transversal situé au-dessous de l'échancrure. C'est sur ce pli 
(^ue s'insère une languette dont la pointe est dirigée vers lab ase du 
pétale. Or, à part les deux groupes méditerranéens et européens 
du P. Sajcifraga (L.) Lor. et Barr. et du P. ammoïdes (L.) 
Koch, l'étude a montré qu'aucune des espèces rapportées à ce 
genre par les auteurs ne présentait cette organisation caractéristi- 
que. Des diff'érences notables dans la structure des pétales et des 
fruits ont amené l'auteur à séparer génériquement le groupe du 



78 SOCIÉTÉ DE PHYSIQUE 

P. ammoïdes sous le nom de Ammoïdes verticillata. Un mé- 
moire ultérieur inséié dans V Annuaire du Conservatoire et 
du Jardin botanique de Genève, i.XNW, renfermera les détails 
justificatifs nécessaires. 

D' J. Ga.rl. — Nouveaux éléments américains dans la faune 
de Madagascar. 

A la suite de la découverte de plusieurs g-enres et espèces nou- 
velles de Phanéroptérides et Pseudophyllldes (Ortlioptera, Locas- 
toded) de Madag-ascar, l'auteur a essayé une analyse zoog-éog-ra- 
phique de la faune malgache de ces deux g-roupes. On peut y dis- 
ting'uer 4 éléments : 

1. Genres endémiques à affinités g-éographiques incertaines. 

2. Genres communs avec la rég-ion orientale. 

3. Genres (et espèces) communs avec l'Afrique. 

4. Genres endémiques appartenant à des groupes de g-enres 

essentiellement américains. 
L'auteur démontre que les affinités américaines, quoique plus 
anciennes et plus g-énérales que les affinités orientales et africai- 
nes, sont le caractère le plus saillant de la faune malgache des 
Phanéroptérides et des Pseudophyllldes. C'est à l'élément améri- 
cain qu'appartiennent aussi la plupart des nouvelles espèces, 
dont les descriptions feront l'objet d'un mémoire accompag-né de 
figures. 



COMPTE RENDU DES SÉANCES 



SOCIÉTÉ VAUDOISE DES SCIENCES NATURELLES 



Séance du J3 novembre 4918 

Grandjean et Wilczek. Présentation de clichés de champignons. — F. Por- 
chet. Le tilleul de Prilly. — D^ H. Faes. Effets du gel des 13 et 14 avril 
1913 sur les vignes greffées dans le vignoble vaudois. 

MM. Grandjean et Wilczek présentent en projection une série 
de clichés aiitochromes de cliampignons, photographiés par 
M. Centurier, professeur. Ils insistent surtout sur l'intérêt scienti- 
fique considérable de clichés montrant les couleurs exactes des 
champig-nons frais; car il est actuellement impossible, par quel 
procédé que ce soit, de conserver intactes et les formes et les cou- 
leurs de ces plantes. 

M. F. PoRCHET. — Le tilleul de Prilly. Cet arbre mag-nifique 
venant de s'effondrer, M. Porchet présente les quelques documents 
y ayant trait qu'il a réunis; un bref résumé de ceux-ci et une pho- 
tog'raphie de l'arbre disparu paraîtront dans le Bulletin. 

M. Porchet recevrait avec reconnaissance, en communication, 
des photog-raphies, dessins ou g-ravures du tilleul de Prilly, anté- 
rieurs à 1885. 

M. le D"" H. Faes, en son nom personnel et au nom de son col- 
lèg-ue, M. le D'^ F. Porchet, parle des effets du gel des 13 et 
4â avril 19iS sur les vignes greffées dans le vignoble vaudois. 

Le g-el si intense des 13 et 14 avril 1913 a causé dans les vig-no- 
bles des bords du lac Léman des dég-âts importants, encore exa- 
g-érés par le fait que la vig-ne se trouvait affaiblie à la suite de 
l'été pluvieux de 1912 et des hivers très humides 1911-1912 et 
1912-1913. Dans les rég-ions les plus atteintes, la vig^ne indig-ène, 
non g'reft'ée, a présenté, après le gel, sur de nombreux points, un 
aspect misérable, la plupart des bons boutons ayant été gelés, de 



80 SÉANCES DE LA SOCIÉTÉ VAUD0I8E 

nombreuses cornes et même des ceps entiers restant obstinément 
endormis. Sur certains points, la vigne semblait ne plus pouvoir 
donner de nouveaux bourg-eons, mais ce travail fut heureusement 
facilité par de fortes chaleurs survenues en mai et au commence- 
ment de juin. 

D'une façon très g-énérale les vignes greffées se sont mieux com- 
portées, ont repris plus rapidement un aspect normal, fait qui a 
été constaté partout dans le vignole vaudois. Ailleuis, du reste, 
des observations semblables ont été également enregistrées. 

La vigne greffée possède-t-elle véritablement une i^ésistance à la 
gelée supérieure à la vigne non greffée? La greffe agirait-elle, au 
point de vue mécanique, en modifiant les échanges de sève? Ou 
bien la vigne américaine céderait-elle à son greffon une sève plus 
concentrée, gelant à une température plus basse? Ou bien s'agi- 
rait-il peut-être surtout d'une question d'âge, les jeunes vignes 
étant reconstituées sur vignes américaines dans nos régions, tan- 
dis que les vieilles vignes, plus impressionnées par les gelées, sont 
encore franches de pied ? 

A la suite de nombreux décomptages effectués sur divers points 
du vignoble et d'expériences de congélation artificielle montrent 
que, tontes autres conditions étant semblables, le greffage 
n'augmente pas d'une façon évidente la résistance de la vigne au 
gel. Si les vignes greffées ont incontestablement moins souffert 
des gels printaniers de 1912 et 1913 que les vieilles vignes, cela 
tient essentiellement à Vâge des parcelles greffées. 

Les détails de cette étude, avec nombreux chiffres à l'appui, ont 
été publiés dans la Terre vaudoise, n°* des 18 et 25 octobre 1913. 



Séance du 3 décembre 

M. Moreillou. Contribution au catalogue des Zoocécidies de la Suisse. — 
P. Murisisier. Cellules pigmentaires intraépidermiques des Amphibiens. 
— J. Perriraz. Cas anormal de développement de pommes de terre. 

M. MoREiLLON fait une communication intitulée : Contribution 
au catalogue des Zoocécidies de la Suisse, qui paraîtra dans le 
prochain numéro du Bulletin. 

M. P. MuRisiER parle des cellules pigmentaires intraépider- 
miques des Amphibiens. Le résultat de ses observations sera 
publié dans les Comptes-rendus de l'Association des anatomistes, 
15^ réunion, Lausanne 1913. 



SÉANCES DE LA SOCIÉTÉ VAUDOISE 81 

M. J. Perriraz. — Cas anormal de développenient de pom- 
mes de terre. 

On admet que la pomme de terre est un tubercule qui, pour se 
Former, doit subir l'action excitante des microbes; ces derniers se 
trouvent naturellement dans le sol et des cultures de g-raines dans 
un sol aseptique n'ont donné que des plantes sans tubérisations. 
Dans la partie extérieure du tubercule, sous l'écorce proprement 
dite, existent des faisceaux fibro-vasculaires. Dans l'anomalie pré- 
sente, ces faisceaux ont formé des tubercules à l'intérieur d'un 
tubercule-mère, de plus quelques tubercules normaux se sont dé- 
veloppés à l'extérieur; six tubérisations internes ont absorbé les 
trois quarts des substances de réserve, laissant à nu par place les 
faisceaux non tubérisés. Ce cas intéressant montre que si l'élément 
microbien est vraiment actif dans la formation des tig-es souter- 
raines, l'intoxication reste active dans l'intérieur même de l'org-ane 
modifié. Des cas analog-ues pour les tig-es aériennes ont été signa- 
lés (voir D' J. Perriraz, Bull. Soc. vaiidoise des Se. nat., 
vol. 162). 

L'exemplaire présenté provenait de la cave de M. Gailloud, 
pharmacien. 



Arciiivks, I. XXXII. — Janvior 1914. 



BULLETIN SCIENTIFIQUE 



PHYSIQUE 



A. TuRPAiN, La. Lumière, un beau vol. grand In-S" de 3o4 p. avec 
1 36 dessins et photographies. Ch. Delagrave, lib.-édit., Paris. 

i9i4. 

Nous tenons à signaler tout de suite à nos lecteurs l'apparition 
de ce très beau volume, œuvre de M. Turpain, le savant profes- 
seur de physique à l'Université de Poitiers. 

Ce traité, car c'en est un, a un caractère assez individuel qui 
reflète la personnalité très marquée et le tempérament spécial 
de son auteur. Celui-ci ne s'est pas astreint en effet pour l'exposé 
très rigoureusement scientifique des faits à une forme banale et 
stéréotypée. Pour rendre cet exposé d'une lecture facile et même 
attrayante à celui qui sans être un savant de profession est cepen- 
dant avide de s'instruire, il l'a émaillé de faits de détails pris dans 
la vie courante et de nature à rendre plus facile pour le profane 
la compréhension de notions parfois trop abstraites pour lui. Ils 
sont d'ailleurs très bien choisis de façon à exciter son intérêt. 

Tel est ce livre, un très beau livre, qui, à côté de sa rigueur 
scientifique, est une œuvre didactique au plus haut degré, s'adres- 
sant au g-rand public et propre à lui rendi'e claires et à lui faire 
aimer les choses de la science. 



H.Ollivier. Cours de physique générale. — T. I, Unités, gravita- 
tion. ÉLECTRICITÉ ET MAGNÉTISME, IONS ET ÉLECTRONS, SYMÉTRIES. 

i vol. 8« de 714 p- avec 870 fig-ures dans le texte et 2 planches 

hors texte. Librairie scientifique A. Hermann et fils, lib.-édit., 

Paris, i9i3. 

Nous avons déjà attiré l'attention de nos lecteurs il y a plusieurs 
mois sur ce nouvel et excellent traité de physique générale lorsque 
parut le tome II devançant le tome I (voir Archives, 1918, 
t. XXXVI, p. 517). Ce n'est pas là, nous l'avons déjà dit, un traité 
dans le sens propre du mot, mais la reproduction d'un cours de 
licence professé en 191 1-12, 1912-13 à la Faculté des Sciences de 
l'Université de Lille. 



BULLETIN SCIENTIFIQUE 83 

L'ouvrag'e complet se compose de trois volumes, qui ne forment 
pas une suite proprement dite, ils correspondent à trois enseigne- 
ments menés de front. 

Le tome I précédé d'un chapitre sur les unités est divisé en six 
parties: Gravitation, Electrostatique, Magnétisme, Courants élec- 
triques. Electrons et ions, Symétrie des systèmes et des phéno- 
mènes. 

La cinquième partie est tout particulièrement intéressante à 
consulter pour tous ceux qui veulent se mettre au courant des 
dernières investigations de la science dans ce champ tout neuf et 
déjà si vaste delà ionisation et de la radioactivité. 



CHIMIE 



A. BisTRZYGKi et L. Ryncki. Contribution a l'étude de la décah- 
BONYLATioN DANS LES COMPOSES ORGANIQUES. (Mémoires de la 
Société fribourgeoise des Sciences naturelles. Vol. III. fasc. 
3, p. 139 à 250.) 

La décarbonylation est l'opération qui consiste à éliminer le 
groupe carbonyle (GO), préexistant dans la molécule, dans les 
composés organiques de toute nature. Ce groupe exige, pour se 
dégager des conditions de réaction plus énergiques que le groupe 
carboxyle (C0-), aussi la bibliographie chimique n'otfre-t-elle que 
de rares exemples de la décarbonylation ; le résultat des expériences 
dépend de bien des facteurs peu connus et on n'a pas pu jusqu'ici 
relier les faits observés par une loi générale nette et précise, sauf 
pour ce qui concerne la décarbonylation des acides tertiaires qui, 
d'après les recherches de Bistrzycki et de ses élèves, se produit 
dans des conditions bien déterminées. 

D'une manière générale les études faites par B., ses élèves et 
Siemiradzki en particulier, ont montré que le dégasrement de 
l'oxyde de carbone peut être effectué dans un grand nombre de 
classes de composés. Un travail de Siemiradzki a fourni déjà une 
abondante documentation sur ce sujet jusqu'en 1908 et les auteurs 
du présent mémoire ont extrait des traités et publications faites 
depuis, tout ce que l'on a écrit sur la décarbonylation des composés 
aldéhydiques et cétoniques en général, sans se limiter à une seule 
série et à une seule méthode. 

Les auteurs se sont bornés à étudier expérimentalement le phé- 
nomène dans deux classes de composés seulement, les aldéhydes 
et les cétones, et ont fait porter de préférence leurs recherches sur 
les composés de la série cyclique, dont l'étude permet de tirer des 



84 BULLETIN SCIENTIFIQUE 

conclusions plus instructives que celles des dérivés de la série 
aliphatique. 

Le mémoire constitue donc une mise au point fort intéressante 
des résultats obtenus par le savant professeur de l'Université de 
Fribourg- et ses élèves ; on y trouve une figure de l'appareil em- 
ployé dans ces expériences, ainsi qu'une tabelle résumant les ob- 
servations sur le sujet. 



GEOLOGIE 



E. JOLTKOWSKY et J. FaVRE. MoNOGRAPmE GÉOLOGIQUE ET PALEON- 

TOLOGiQUE DU Salève (Haute-Savoie), Méni. de la Soc. de 

phys. et d'hist. nat. de Genève. Vol. 37, p. 295-523, pi. 6-34, 

1 carte au \ : 25000. 

Le Salève qui ne s'élève qu'à quelques kilomètres de Genève et 
qui a toujours été un des buts d'excursion favoris des habitants 
de cette ville, a été décrit déjà à plusieurs reprises par les g-éolo- 
g-ues genevois; Alphonse Favre en particulier lui a consacré un 
chapitre important de son étude géologique de la Savoie et P. de 
Loriol a étudié plusieurs des niveaux fossilifères qui s'y ren- 
contrent. 

Mais, si la géologie du Salève était connue dans ses grandes 
lignes, elle n'avait en somme jamais été étudiée avec la précision 
qu'exige la science moderne. Cette lacune vient fort heureusement 
d'être comblée grâce à la persévérance de MM. Joukowsky et 
Favre, qui ont consacré cinq années à explorer dans tous ses 
détails cette chaîne, qui y ont découvert de très nombreux faits 
nouveaux et qui l'ont décrite dans une fort belle monographie. 

Pour repérer leurs levés géologiques sur une bonne base topo- 
graphique les auteurs ont dû établir eux-mêmes une carte nouvelle 
au i : 25000, qui représente à elle seule un travail de valeur et de 
grande utilité. Leur carte définitive, avec teintes géologiques, est 
ainsi complètement originale aussi bien par son côté topogra- 
phique, que par son caractèt^e stratigraphique et tectonique. 

La description faite par MM. Joukowsky et Favre se subdivise 
en trois parties essentielles, la première stratigi-aphique, la seconde 
tectonique, la troisième paléontologique. 

Le chapitre stratigraphique concerne le Jurassique supérieur, le 
Grétacique inférieur, le Sidérolithique, la Molasse et le Quater- 
naire, mais les auteurs ont prêté une attention spéciale à l'étude 
du Portiandien, du Purbeckien et de l'infravalanginien, qui se 
présentent au Salève dans des conditions particulièrement favo- 



BULLETIN SCIENTIFIQUE 85 

rables à une observation détaillée et dont une série de coupes très 
précises ont pu être établies. De riches gisements fossilifères ont 
été exploités à différents niveaux, mais surtout dans le Portlan- 
dien inférieur. 

Au point de vue tectonique le Salève était depuis long-temps 
connu comme une chaîne anticlinale, dans laquelle, par suite d'un 
déjettement au N W, le jambag-e septentrional est redressé verti- 
calement. L'on savait aussi que le pli du Salève se continue vers 
le S W jusqu'au Fier par la Montagne de la Balme et le Coteau de 
Lovag-ny et qu'il est coupé entre les Pitons et la Montag-ne de la 
Balme, comme entre celle-ci et le coteau de Lovag-ny, par des décro- 
chements transversaux. Mais MM. Joukowsky et Favre ont montré 
que cette tectonique fondamentale est compliquée par de mul- 
tiples dislocations, qui n'avaient pas été reconnues jusqu'ici. Les 
failles en particulier y jouent un rôle important et elles se répar- 
tissent en deux catég-ories nettement distinctes : ce sont d'abord 
des failles longitudinales, qui le plus souvent coupent le jambage 
supérieur du pli à petite distance de la charnière anticlinale, en 
déterminant un affaissement de leur lèvre S, soit de celle qui est 
opposée à la charnière. La seconde catégorie de failles comprend 
essentiellement des décrochements transversaux, qui ne sont en 
somme qu'une répétition plus au NE des grands décrochements 
transversaux déjà connus de la Montagne de la Balme. La plus 
considérable de ces dislocations coupe la chaîne du Salève un peu 
à l'E de la Croisette ; elle se traduit par une avancée brusque de 
toute la masse de l'anticlinal vers le N W et se marque d'une façon 
si frappante dans la topographie, qu'on s'étonne qu'elle n'ait pas 
été observée plus tôt. Mais outre cet accident transversal principal 
MM. Joukowsky et Favre en ont relevé toute une série d'autres, 
moins importantes. 

A leur chapitre tectonique les auteurs ont ajouté quelques 
pages consacrées à la morphologie du Salève, telle qu'elle est née 
sous l'influence des déformations orogéniques d'une part, de 
l'érosion d'autre part. 

La dernière partie de la monographie du Salève est paléontolo- 
gique ; elle est consacrée en première ligne à la description des 
fossiles très nombreux et en partie très beaux que MM. Joukowsky 
et Favre ont récoltés dans le Portlandien. La faune de cet étage 
au faciès néritique comprend 92 espèces, dont 7o appartiennent au 
Portlandien inférieur. Parmi ces fossiles M. Favre a reconnu et 
décrit 1 espèce de Crinoïde, 10 espèces d'Echinides, il espèces de 
Brachiopodes, 19 espèces de Lamellibranches, 50 espèces de 
Gastéropodes et 1 espèce de Bélemnite. Les groupes les plus 
caractéristiques sont d'une part les Diceratidés, dont les repré- 
sentants les plus communs sont Diceras speciosum. Munster 



86 BULLETIN SCIENTIFIQUE 

et Matheronia salevensis sp. nov. et les Nerineidés : Nerinea 
Hoheneggeri Peters., Phaneroptyxis Staszycii Zeuschner, 
Phaner. Reneuieri de Lor., Itiei^ia cabaneliana d'Orb., 
Ptygniatis Meneghini Gem., Pi. qiiinqaeplicata Gem. Dans 
son ensemble la faune trouvée dans le Portlandien du Salève ofl're 
une étroite analog-ie avec celle du Tithonique de Stramberg- et du 
Lang-uedoc. 

Dans le Purbecklen MM. Joukowsky et Favre ont trouvé d'une 
part des fossiles marins, surtout des Gastéropodes, qui sont pour 
la plupart des formes naines, d'autre part les fossiles d'eau douce 
habituels dans le Purbeckien du Jura. 

Enfin dans l'Infravalangien MM. Joukowsky et Favre ont 
exploité séparément le niveau à Heterodicerns Liici Defr. qui a 
fourni 16 espèces et le niveau à Natica Leviathan Pict. et Camp. 

Dans son ensemble cette étude paléontolog-ique, qui est accom- 
pag-née d'un bel atlas de planches, constitue un apport important 
à nos connaissances sur les faunes néritiques de la période de 
transition du Jurassique au Crétacique. 

Ch. Sahasin. 



LISTE BIBLIOGRAPHIQUE 

des Travaux de Chimie laits en Suisse 



1913 
Mai 



101. Baragiola (W. I.). Die Unmôg-llchkeit tler analytischen 
Trennung- von Weinstein und freier VVeinsâure im Wein. 
Wâdenswil. — Schweiz. Wochenschr. 51. 289. 

102. Baur (Emil). Ueber die Genesis der Kohienhydrate. Zurich. 
— Die Natarwissenschaffen 1. 474. 

103. Cabrera (B.) et Moles (E.). La inag-nétochimie de quelques 
sels ferriques et la théorie du mag-néton. Zurich. Lab. de 
physique de l'Ecole polytechn. — Archives des Se. phys. 
et nat. 35. 425. 

104. DuPARC (L.j et Monnier (A.). Traité de technique minéra- 
log-ique et pétrog-raphique (Leipzig) Genève. 

103. Fichter (Fr.) und Jablczynski (Kas.). Ueber Beryllium- 
Metall. Basel. Anorg. Abt. der cheni. Anstalt. — Berichte 
46. 1604. 

106. GoRFiNE (N. M.). Sur quelques dérivés du p-aminobenzène. 
Thèse. Genève (D' Ferrario). 

1 07 . loNEScu (Alexandre V.). Contribution à l'étude du niécanisme 
de l'inversion de VValden. Thèse. Genève (Prof. Guye). 

108. Kay (Francis William) and Pigtet (Amé). Experiments on 
the Synthesis of Apomorpiiine. Liverpool. University and 
Genève. Université. Lab. de ch. organ. — ./. cheni. Soc. 
103. 947. 

109. KoHLSCHiJTTER (V.) und EïDMANN (E.). Ueber Bildung-sfor- 
men des Silbers. Das eus festen Verbindung'en abgeschie- 
dene Silber. Bern. Anorg-. Lab. der Univ. — Annalen 
398. 1 . 

liO. KiiNG (A.). Die Synthèse des Betonicins und Turicins. Solo- 
thurn. Chem. Lab. der Kantonsschule. — Zeitschr. phy- 
siol. Ch. 85. 217. 

111. KuNG (A.) und Trier (G.). Ueber Betonicin und Turicin. 
Sololhurn. Chem. Lab. der Kantonsschule. — Zeitschr. 
physiol. Ch. 85. 209. 



88 LISTE BIBLIOGRAPHIQUE 

112. NoLL (Aug-ust). Ueber feine Metallzerleilung-en. Dissert. 
Bern (Prof. Kohlschiitter). 

113. Pfeiffer (P.) und Modelski (J. v.). Verhalten der a-Ami- 
nosâuren und Polypeptide g'eg-en Neutralsalze. Ziiricli. 
Chem. Univ. -Lab. — Zeitschr. phijsiol. Ch. 85. 1. 

114. PiccARD (Aug-uste). Le coefficient d'aimantation de l'eau et 
de l'oxyg-ène. Ziiinch. Inst. de physique du Polytechn. — 
Archives des Se. phys. et nat. 35. 216. 340. 458. 

115. Reichinstein (D.). Ein Apparat und eine Anordnung- zur 
Bestimmung- von Geschvs^indijD;'keiten der chemischen Reak- 
tionen, welche sich an elektrolytisciien Elektroden bei 
Stromdurchgang- abspielen. Zurich. Gheni. Univ. -Lab. — 
Zeitsclir. Élekiroch. 19. 384. 

116. Sazanoff (P.). Zur Kenntnis der Metalhiitrosoverbindun- 
g-en. Dissert. Bern (Prof. Kohlschiitter). 

117. Strzyzowsky (Casimir). Ueber Mikrofiltration mlttels der 
Zentrifugalkraft. Lausanne. Univ. -Lab. fiir physiol. Ch. — 
Oesterr. Cheni.-Zeitiing IQ. 123. 

118. VoNDERWAHL (Emest). Sur la constitution, la dé-sag-régation 
et la synthèse des cyanines. Thèse. Genève (D'" Kaufmann). 



«luin 

119. Bamberger (Eug-.). Zur Konstitution des Naphthalins. 
Zurich. — Berichte 46. 1899. 

120. Battelli (F.) und Stern (L.). Einfluss der Anaesthetica auf 
die Oxydone. Genf. Physiol. Inst. der Univ. — Biochem. 
Zeitschr. 52. 226. 

121. Battelli (F.) und Stern (L.\ Einfluss der Aldéhyde auf 
die Uxydone. Genf. Physiol. Inst. der Univ. — Biochem. 
Zeitschr. 52. 253. 

122. CoNSTAM (E. J.) und ScHLAPFER (P.). Ucber Entzundung-.s- 
tempeiaturen (Ziindpunkte) besonders von Brennstoffen. 
Zurich. — Zeitschr. angeio. Ch. 26. 352. 

123. Fellenberg (Th. V.). Bestimnuing und Nachweis von 
Methylalkohol. Bern. Lab. des schweiz. Gesundheitsamtes. 
— Mitt. Lebensmitteliinters. 4. 122. 

124. Fellenberg (Th. V.). Analyse einiger Branntweine aus 
Obst. Bern. Lab. des schweiz. Gesundheitsamtes. — Mitt. 
Lebensmitteliuilers. 4. 146. 

125. GuGGENHEiM (M.). Proteinog-cue Aminé. Peptamine : Glycyl- 
p-Oxyphenylathylamin, Alanyl-p-Oxyphenylathylamin, Gly- 
cyl-p-Imidazolylàthylamin. Basel. Physiol. -chem. Lab. von 
F. Hofl'mann-LaRoche und C». — Biochem. Zeitschr. 51. 
369 und Therap. Monalshefte 27. 



DES TRAVAUX DE CHIMIE FAITS EN SUISSE 89 

126. GuRV (Ed.). Contribution à l'étude des farines. Bern. Lab. 
du service sanitaire féd. — Travaux ch. aliin. 4. 113. 

127. GuYE (Ph. A.). Coup d'oeil rétrospectif sur les détermina- 
tions du poids atomique du chlore. Poids atomique de l'ar- 
gent. Considérations 2;-énérales sur la détermination des 
poids atomiques. Genève. Lab. de ch. physique de l'Univ. 

— /. ch. phys. 11. 275. 

428. GuYE (^Ph. A.). Sur deux petites corrections à apporter aux 
déterminations de densités de g-az exécutées à Genève. 
Genève. Lab. de ch. phvsique de l'Univ. — /. ch. phys. 
11.319. 

129. Jaouerod (A.) et Tourpaian (M.). Sur le poids du litre 
normal des gaz chlore et tétrafiuorure de silicium. Contri- 
bution à la détermination des poids atomiques de Cl et V . 
Neuchàtel. Lab. de phvs. de l'Univ. — /. ch. phys. 11. 269. 

130. Kaufmann (Adolf). Ueber synthetische. den China-Alkaloï- 
den nahe verwandte Basen. Genf. Organ. Lab. der Univ. 

— Berich/e i6. 1823. 

131. Klixger (Gabriel). Gasanalytische Bestimmung von Stick- 
oxyd und Sauerstoff, beruhend auf der glatten Bilduno- von 
Salpetrigsàure-anhjdrid aus diesen Gasen. Zurich. Chem. 
Univ.-Lab. — Berichte 46. 1744. 

■132. KoHLscHUTTER (V.). Die F'ormen des Silbers. Studien zur 
phvsikalisch-chemisclien Morphologie. Bern. — Zeitschr. 
Kolloide 12. 28.T. 

133. Laar (i. J. van). Zur Théorie der Dampfspannungen von 
binàren Gemischen. Fontanivent sur Clarens. — Zeifschr. 
physikal. Ch. 83. 599. 

134. Malixowsky I Stanislas). Sur la synthèse de la pseudo-cory- 
daline. Thèse. Genève (Prof. Pictet). 

135. Marcouchevitch (A.). Sur les dinitrobenziniidazols substi- 
tués, leurs produits de réduction et leur constitution. Thèse. 
Genève (D'' Maron). 

136. Maryanovitch (Voukossava). Contribution à l'étude des 
phénomènes de spécificité dans l'action de la phénolase. 
Thèse. Genève (Bach). 

137. MoRACZEWsKi (W. von). Ueber die bei kun.stlicher Verdau- 
ung und Fàulniss verschiedener Eiweisskôrper auftreten- 
den Indolmengen. Zurich. Chem. Lab. der med. Klinik. — 
Biochein. Zeitschr. 51. 340. 

138. MoRACZEWSKi (W. V.) und Herzfeld (E.). Ueber den Ein- 
fluss der Ernàhrung auf die Ausscheidung von Indol und 
Indican bei gesunden Menschen. Zurich. Chem. Lab. der 
med. Univ. -Klinik. — Biochem. Zeifschr. 51. 314. 



90 LISTE BIBLIOGRAPHIQUE 

139. NussBERGER (G.). Analyse der Mineralquelle von Fideris- 
Bad. Chur. Kantonales chem. Lab. — Schweiz. Wochen- 
schr. 51. 349. 365. 

140. NussBERGER (G.) und His (H.). Neue Analysen bundne- 
rischer Mlneralquellen. — Jahresb. der natiirj. Ges. 
Graubûndens 54. 46. 

141. Oesterle (0. A.). Ueber das Tekomin. Bern. — Archiv 
der Pharin. 251. 301. 

142. OsTERWALDEN (A.). Die Bildung- fliichtig-er Sâuren in 
zuckerfreien Weinen und Nâlirlôsunçen bel Luftzutritt 
durch reing-eziichtete Weinhefen nach R. Meissner. Wâdens- 
wil. Schweiz. Versuchs-Anstalt. — Zentralblatt Bakte- 
riol. 38. 8. 

143. Pfeiffer (P.). Zur Théorie der Farblacke. ZiiiMch. Chem. 
Lab. der Univ. — Annalen 398. 137. 

144. Reverdin (FrédéTic). KurzeNotiz iiber eine photochemische 
Reaktion. Genf. Univ. -Lab. fiir ore;'an. Ch. — /. prakt. 
Ch. 88. 90. 

145. Reverdin (Frédéric) et Furstenberg (Ludwick). Sur les 
dérivés nitrés de la p-phénétidine. Genève. Lab. de ch. 
oro-an. de l'Univ. — Archives des Se. phys. et nat. 35. 
594 et Bull, de la Soc. chimique 13. 671 . 

146. RuPE (H.). Zwei Vorlesung-sversuche. Basel. — J. prakt. 
Ch. 88. 79. 

147. SosiNSKi (Casimir). Influence des halopi'ènes sur les pro- 
priétés de l'acide diphényl-p[3-oxj-p-propionique. Thèse. 
Genève (D'' Ferrario). 

148. Steiger (Max) und Dôll (A.). Untersuchung-en iiber die 
Desinfektionskraft des Sublimais. Bern. Inst. zur Erfor- 
schung- der Infektionskrankheiten. — Zeitschr. Hyg. 73. 
334. 

149. Trier (Georg-). Weitere Beitràge zur Kenntnis einfacher 
Pflanzenbasen. Zurich. Ag"r.-chem. Lab. der techn. Hoch- 
schule. — Zeitschr. physiol. Ch. 85. 372. 

150. TuNMANN (0.). Pflanzenmikrochemie (Berlin) Bern. 

151. Vallette (Louis g.). Sur une préparation d'aldéhydes à 
noyau azoté. Thèse. Genève (D' Kaufmann), 

152. WouRTZEL (Eug-ène). Nouvelle révision des poids atomiques 
du chlore et de l'azote. Genève. Lab. de ch. théorique et 
technique de l'Univ. — /. ch. phys. 11. 214. 

153. WuNDER et ScHULLER (C). Dosag^e du mag-nésium sous les 
formes de phosphate ammoniaco-mag-nésien et d'arséniate 
ammoniaco-mag-nésien. Genève. Lab. de ch. anal, de 
l'Univ. — Annales ch. anal. 18. 221. 



DES TRAVAUX DE CHIMIE FAITS EN SUISSE 91 



tluillet 

154. Andrejew (J. J.). Die Elowlikung- des Lichtes auf Wasser- 
dampf und Knallg"as. Ziirich. — Zeitschr. Elektroch. 19. 
55 1 . 

155. Bach (A.). Zur Kenntnis der Reduktionsfermente. Pflanz- 
liche Perhydridase. Genf. Privatlab. — Biochem. Zeitschr. 
52. 412. 

156. Bach (A.j. Oxydatlve BilduiiiO' von Salpetrig-sâure in 
Pflanzenextiakten. Genf. Privatlab, — Biochem. Zeitsclir. 
52. 418. 

157. Becaïa (Melcliisedec). L'influence d'un excès de nitrate de 
calcium et de silicate de sodium sur le dosage de l'acide 
phosphorique. Thèse. Genève (Prof. Duparc). 

158. BiCHNiEwicz (Sophie). Die Beeinflussung- der Giftigkeit des 
Chinins durch Fremdstofle g-e^enuber Colpidium Colpoda. 
Bern. Lab. fiir phvsik.-chem. Biol. der LIniv. — Zeitschr. 
allfj. Physiol. 15.^133. 183 und Dissert. Bern (D'Woker). 

159. Briner (E.). Sur la dissociation des molécules en atomes, 
considérée comme un des facteurs de la vitesse de réaction. 
Genève. — Comptes rendus 157. 281. 

160. Dhéré (Ch.). Sur la diversité des hémocyanines suivant 
leur provenance zoolog-ique. Fribourg-. — Comptes rendus 
157. 309. 

161 . Ephraim (Fritz). L'eber die Tension von Metallammoniakver- 
bindungen. Bern. Anorif. Lab. der Univ. — Zeitschr. 
physikal. Ch. 84. 98. 

162. Fichter (Fr.) und Spengel (Adolf). Die Reaktionen des 
Aluniiniunniitrids. Basel. Anorjg-. Abt. der chem. Anstalt. 
— Zeitsclir. anorg . Ch. 82. 192. 

163. FiscHMANN (Emilie). Ueber das Spiegelsilber. Dissert. Bern 
(Prof. Kohlschiitter). 

164. Fox (Charles). Sur la mobilité du chlore dans certaines 
benzophénones chloronitrées. Thèse. Genève (D'" Maron). 

165. KARTSCHMAR(Mordcho). Sur quelques dérivés de la m-nitro- 
p-anisidine. Thèse. Genève (D' Ferrario). 

166. Kawa (Daniel). Sur quelques dérivés de l'aldéhyde 2-6-di- 
chlorobenzoïque. Thèse. Genève (D' Reich). 

167. Kehrmann (F.), Havas (E.) und Ghandmougin (K). Ueber 
Farbbasen der Cliinonimid-Farbstofl'e. Lausanne. Organ. 
Lab. der Univ. und Miilhausen. Org^an. Lab. der Chemie- 
schule. — Berichte 46. 21 31 . 



92 LISTE BIBLIOGRAPHIQUE 

168. Kreis (Hans) und Roth (Emil). Verfahren zum Nachweis 
von Riibol. Basel. Lab. des Kantons-Cliemikers. — Zeit- 
scltr. (Jnfers. Nahrangsniittel 26. 38. 

169. Ott (Erwin). Ueber symmetrische und asymmetrische 
Dicarbonsaure-chloride. Ziirich. Ghem. Inst. der lechn. 
Hochschule. — Berichte 46. 2172. 

170. Reicii (Sieg-mund) und Gaigalian (Georg-es). Ueber Ring- 
schliessung unter Abspaltung- einer Nitrogriippe aus deni 
Renzolkern. Genf. Org-. Lab. der Univ. — Bericitte 46. 2380. 

171. Reichinstein (D.). Ein methodolog-ischer Fehler. Zurich. 
— Zeitschr. Elektroch. 19. 518. 

172. Reichinstein (D.) und Rïiuger (A.). Reitrag- zur Théorie 
der chemischen Polarisation der umkehrbaren Elektroden. 
Das anodische Verhalten von Hg--Cu- und Ag-Cu-Leg-ie- 
rungen. Zurich. — Zeitschr. Elektroch. 19. 520. 

173. Reichinstein (D.) und Zieren (A.). Ueber den Einfluss der 
Zusâtze von freier Schwefelsàure, sowie ihrer Neiitralsaize 
zum Elektrolyten aul' die kathodische Polarisation der Gu- 
GuSO^-Elektrode. Ziirich. Ghem. Inst. der Univ. — Zeit- 
schr. Elektrocli. 19. 530. 

174. Reverdin (Frédéric). Petite notice sur une réaction photo- 
chimique. Genève. — Archives des Se. phijs. et nat. 36. 
59 et Bull, de la Soc. chimique 13. 485. 

175. Rupe (H.) und Lenzinger (Eduard). Ueber den Einfluss 
der Konslitution auf das Drehiing-svermôg-en optisch aktiver 
Substauzen. Ueber Keto-Enol-Umlagerung bei Abkômm- 
bngen des Acetessigsuarementhylesters. Rasel. Ghem. Lab. 
der Univ. — Annalen 398. 372. 

176. RuszKowsKi (Mieczyslaw). Ueber einen neuen Rhabarber 
vom Altai. Dissert. Rern (ProC. Tschirch). 

177. Staudinger (H.), Endle (K.) und Herold (J.). Ueber die 
pyrogene Zersetzung von Butadien-KohIenwasserstofFen. 
Zurich. Ghem. Inst. der techn. Hochschule. — Berichte 
46. 2466. 

178. Stein (Rebecca). Uebei Sulfophosphateund Sulfophosphite. 
Dissert. Bern (Prof. Ephraim). 

179. Stieger (Anton). Untersuchungen ûber die Verbreitung- des 
Asparagins, des Glulamins. des Arginins und des Allantoins 
in den Pflanzen. Ziirich. Agr.-chem. Lab. der techn. Hoch- 
schule, — Zeitschr. physiol. Ch. 86. 245. 

180. Stieger (Anton). LIeber das Vorkommen von Hemicellu- 
losen in Wurzelslocken, Rhizomen und WurzelknoUen. 
Ziirich. Agr.-chem. Lab. der techn. Hochschule. — Zeit- 
schr. physiol. Ch. 86. 270. 



DES TRAVAUX DE CHIMIE FAITS EN SUISSE 93 

181 . Trier (Georg-). Ueber die nach den Methoden ner Lecithin- 
darstellung- ans Pflanzensanien erliàltlichen Verbindung'en. 
Zurich. Ag-r.-chem. Lab. der techn. Hochschule. — Zeit- 
schr. phijsiol. du 86. \. 141. 153. 407. 

I8'2, WiNTERSTEiN (E.) uiid Reuter (C). Ueber das Vorkommen 
von Histidinbetain im Steinpilz. Ziirich. Ag'r.-chem. Lab. 
der techn. Hochschule. — Zeitschr. physiol. Ch. 86. 234. 



Août 

183. Ackermann, Ueber den Wert der neuern Methoden zur 
Herstellung- des Milchserums. Genf. — Mitt. Lebensmit- 
teliinters. 4. 211. 

184. Allemann (0.). Zur Bestimmune;' des Fetto-ehaltes im Kâse. 
Bern. — Mitt. Lebensniittelunters. 4. 203. 

185. Barladean (A. G.). Aqua destillata in medizinischer und 
pharmazeutischer Pra.vis. Bern. Botan. Inst. der Univ. — 
Pharrn. Zentralhalle 54. 787. 

186. Barladean (A. G.). Methoden der Wasserdestillalion. Bern. 
Botan. Inst. der Univ. — Scliweiz. Wochenschr. 51. 485. 
497. 513. 

187. Baur (Emil). Ein Modell des elektrischen Organs der 
Fische. Ziirich. — Zeitschr. Elektroch. 19. 590. 

188. Besson (A. A.). Die Bestimmungr von Thiosulfat neben 
Sulfiten. BaseL — Cheni.-Zeitung 37. 926. 

189. Besson (A. A.). Apparat zur Bestimmung- des Siedepiinktes. 
BaseL — Chem.-Zeitung 37. 1035. 

190. Besson. Ueber Thee-Untersuchung-en. Die Reaktlon nach 
Fiehe. Zur Llntersuchung- von Bodenwichse. Ueber ein 
vereinfachtes Pyknometer. BaseL — Mitt. Lebensmittel- 
anters. 4. 213. 

191 . BuRRi (R.). Ueber die Beziehung-en g-ewisser Schimmelpilze 
des Bodens zu den benzoesauren Salzen und anderen aro- 
matischen Kôrpern der Giille, Bern. — Mitt. Lebensniittel- 
nnter.s. 4. 259. 

192. Cardoso (Ettore). Note préliminaire sur la détermination 
des éléments critiques du méthane. Genève. Inst. de physi- 
que de rUniv. — Archives des Se. phijs. et nat. 36. 97. 

193. Czechowski (Karl). Untersuchung-en in der Triphenylme- 
thanreihe. Dissert. Freiburg- (Prol". Bistrzycki). 

194. DuBoux. Nouvelles applications de la volumétrie physico- 
chimique à l'analyse des vins. Lausanne. — Travaux ch. 
alini. 4. 229. 



94 LISTE BIBLIOGRAPHIQUE 

193. DussERRE (G.) et Ghavan (P.). Recherches sur le dosage du 
phosphore dans les entrais et dans les fourrages. Lausanne. 
— Travaux ch. aliin. 4. 251. 

196. DuToiT. Du rôle de la volumétrle physico-chimique dans 
l'appréciation des vins. Lausanne. — Travaux ch. alirn. 
4. 237. 

197. Fellenberg (von). Die Praxis der Zuckerbestimmung nach 
AUihn. Bern. — Mitt. Lebensmittehinters. 4. 239. 

198. JoYE (^Paul). Recherches sur les spectres de réflexion de 
composés du néodyme. Friboursr. — Archives des Se. 
phys. et nat. 36. 41. 113. 

199. Kreis. Zum Nachw'eis des Riibôls. Basel. — Mitt. Lebens- 
iniltelnnters. 4. 201. 

200. LiEGHTi (P.). Ueber die Wirkung des Schwefels auf das 
Pflanzenwachstum. Bern. — Mitt. Lebensmittel. 4. 267. 

201 . LoRENz (Richard), Jabs (A.) und Eitel (W.). Beitrâge zur 
Théorie der Alumininnidarstellung-. Zurich. Lab. fur phy- 
sikal. Ch. des Polytechn. — Zeitschr. anorg. Ch. 83. 39. 

202. Meldola (Raphaël) und Reverdin (Frédéric). The Constitu- 
tion of the Trinitro-p-aminophenols and Trinitro-p-anisi- 
diiies. Finsburg. Technieal Collège and Geneva. Univ. 
Organ. chem. Lab. — J. chem. Soc. 103. 1484. 

203. MïiLLER (W.). Ueber Erfahrungen bei der Anwendung des 
Mai-Rheinberg'sclien Wasserbestimmungsverfahrens auf 
Kàse. Bern. — Mitt. Lebensmittehinters. 4. 268. 

204. Oesterheld (G.). Tantal als Kathodenmaterial. Basel. 
Anorg. Abt. der chem. Anstalt. — Zeitschr. Elektroch. 
19. 385. 

205. Reverdin (Frédéric) und Fûrstexberg (Ludwig). Nitrode- 
rivate des p-Phenetidins. Genf. Univ. J. prakt. Ch. 88. 318. 

206. ScHAFFER. Ueber Farbenreaktionen mit Weinbestandteilen. 
Bern. — Mitt. Lebensmittelunters. 4. 206. 

207 . ScHMiTZ (B.). Nachtrag zur titrimetrischen Kalibestimmung. 
Zurich. — Mitt. Lebensmittelunters. 4. 272. 

208. ScHWARz (H.). Die Bedeutun^ graphischer Methoden fur 
das Wiederautfrischen der Sàurebâder in der Praxis. 
Zurich. — Zeitschr. Schiess- und Sprengstoffe 8. 288. 31 3. 

209 . Sperber (Joachim). Verdràngung von Sàuren durch Wasser- 
stofl^'superoxyd. Zurich. — Schweiz. Wochenschr. 51.469. 

210. Spindler (0. v.). Ueber eine wichtige Fehlerquelle bei 
Kjeldahl-Bestimmungen im Harn. Ziirich. — Schweiz. 
Wochensc/ir. 51. 517. 



DES TRAVAUX DE CHIMIE FAITS EX SUISSE 95 

211 . Spinner (J. R.). Nitrobenzol als Git't im Gewerbe und zu 
verbrechei'ischen Zwecken. Zurich. — Pharin. Zentral- 
halle 54. 87 1 . 

212. Stern (^Otto). Zur kinetischeii Théorie des Dampfdruckes 
einatomlg-er fester Stoffe und ûber die Entropiekonstante 
einatomig-er Gase_ Zurich. — Pliysikal Zeitschr. 14. 629, 

213. TuNMANN (0.). Bemerkung-en iiber Flores Cinae und die 
in den Handel o-ekommene santoniufreie Artemisia. Bern. 
— Apotheker-Zeitnng 28. 659. 

214. Verda. Contribution à l'étude des falsifications du safran. 
Lug-ano. — Travaux ch. aliin. 4. 222. 

215. Wertheimer (E.). Messung- der Stromkurve in Luft bei 
lonisierung durch p- und Y-Strahlen. Zurich. Pliysikal. Inst. 
der Univ. — Physikal. Zeitschr. 14. 7TI. 

216. WuNDER (M.) et ScHAPiRA (A.). Séparation du wolfram 
d'avec le thorium, le lanthane, le cèrium, l'erbium, le didy- 
mium et la silice. Genève. Ecole de ch. anal. — Annales 
ch. anal. 18. 257. 

217. WuNDER (^M.) und Thuringer (V.). Ti'ennung' des Palla- 
diums von den Edelmetallen, Gold, Platin, Rhodium und 
Iridium. Anwendbarkeit des Dimethylglyoxims. Genf. Lab. 
fiir anal. Ch der Univ. — Zeitsclir. anal. Ch. 52. 660. 



MESURES DU GOURANT ÉLECTRIQUE 



PASSANT DE L'ATMOSPHÈRE A LA TERRE 

faites chaque jour à Fribourg, à 2 h. 30 du soir 

par M. le prof. Gockel 

DÉCEMBRE 1913 



Date 


X- 


U 


q= 

X+/X- 


P. G. 


Courant 




1 


27 


31 


1.15 


410 


80 


brumeux 


2 


57 


61 


1.07 


382 


150 


» 


3 


30 


42 


1.40 


410 


99 


brouillard 


4 


193 


218 


1.13 


105-70 


— 


pluie 


5 


112 


108 


0.96 


177 


130 


couvert 


6 


— 


— 


— 


-240 


— 


pluie 


7 


117 


99 


0.84 


127 


93 


nébuleux 


8 


75 


89 


1.18 


186 


102 


clair 


9 


69 


67 


97 


311 


140 


» 


10 


146 


153 


1.05 


58 


57 


pluie dans le voisinage 


11 


61 


61 


1.00 


144 


58 


couvert 


12 


73 


77 


1.05 


237 


118 


» 


13 


71 


94 


1.32 


232 


128 


» 


14 


100 


106 


1.06 


248 


171 


» 


15 


98 


118 


1.20 


155 


111 


» 


16 


41 


67 


1.63 


474 


170 


brumeux 


17 


74 


70 


94 


101 


49 


couvert 


18 


55 


54 


0.98 


110 


38 


couvert nébuleux. 


19 


62 


66 


1.06 


185 


79 


» 


20 


59 


75 


1.27 


200 


89 


» 


21 


50 


51 


1.02 


109 


37 


brouillard. 


22 


54 


56 


0.98 


144 


53 


» 


23 


49 


54 


1.10 


237 


81 


» 


24 


114 


125 


1.09 


248 


199 


clair. 


25 


— 


— 


— 


— 


— 




26 


47 


72 


1.53 


421 


167 


couvert 


27 


98 


93 


0.94 


169 


108 


» 


28 
'. 29 


152 


40 


0.26 


-850 


- 


neige. 


30 
31 


— 


— 


— 


— 


— 





Abréviations 

A— = conductibilité par ions négatifs en unités électrostatiques X 10® 
^4- = » » » positifs » » X 10' 

P. G. = gradient du potentiel en volt par mètre. 
Courant vertical, en unités électrostatiques x 10**= (A- + A+) X P. G. 



97 



OBSERVATIONS METÉOUOLOGIOUES 



L'OBSERVATOIRE DE GENÈVE 



PKNDANT t.K. MOIS 



DE DECEMBRE 1913 



l,e 1, gelée blanche le matin : brouillartl pendant la plus grande partie de la jfmrnt^e. 
2. gelée blanche le matin : brouillard pendant tout le jour. 
:3, lirouillard jusqu'à 8 h. du soir : gelée blanche le matin. 

4. pluie à, 11 h. du matin, à 4 h. et depuis 9 h. du soir. 

5, grésil à 10 li. 15 m. du matin : pluie intermittente l'après-midi : fort vent 

depuis y h. du soir, 
f), pluie pendant la plus grande partie de la journée : fort vent h 7 h. du matin 
et à 1 h. du soir. 

7, pluie dans la nuit et à 7 h. du matin ; forte bise depuis '.) h. du soir. 

8, forte bise à 7 h. du matin ; gelée blanche le soir, 
y, gelée blanche le matin et le soir. 

10, légère gelée blanche le matin, 
les 11 et 12, rosée le matin. 

14 et 15, gelée blanche le matin et le soir, 
le 16, gelée blanche et givre le matin et le soir. 

17, gelée blanche et givre le matin ; pluie à 10 h. du soir. 

1<S, très forte bise depuis 1 h. du soir. 

19, forte bise jusqu'à 7 h. du soir. 

22. brouillard depuis 1 h. du soir. 

23. brouillard pendant tout le jour ; givre. 

24. brouillard et givre à 7 du matin ; pluie dans la soirée. 
27, fort vent à 7 h. et à 9 h. du soir. 

26. fort vent à 7 h. du matin et à 1 h. du soir : pluie à 11 h. 50 m. et à 1 h. du 

soir : orage de 3 h. à 3 h. 15 m. du soir. 
29, neige dans la nuit et à 7 h. du matin ; haut. 1 cm. 
:{0, neige à 4 h. du soir ; haut. 3 cm. : forte bise depuis 7 h. du soir. 
31, très forte bise pendant tout le jour. 
Hauteur totale de la neige : 4 cm. tombés en «lenx jonrs. 

.\n<;iiivivs. l. XXXVII. — .Janvier 191'». 7 







H 


1 




^ 


O 


/ o> 


3 




03 




Z 






J3 




V <- 



+ 



1 n 


L' 


< 


S 


a; 




c 




o 






c 


«S 


> 


g 






■« 


o 


t« 


*. 


ci 


S 


£ 





2 r^' 



a, - 



. ■ \n ce co oi tit ce ce o- ■ • <o • -^ • 

p.ooo^œo o ^•••co-oi- 

^- -(-il 


_ o o o -o '» o o 19 Ci X Oi o — ' ç^ i- (>i o o o o o o o — 1 o f- Oi o C5 r-H 'JD 

■" o o o o — ' o o l> --D o c^ o 'ti -jD' r: tC' o 3 o o o o o (N -jD -o îo o c^* -H (>i 


o o 3s 3i -vo o o o o Oi GC' o 'O rt oj ^ a> Os o o o o o X !>* i^i (^ t~- 'ri «~- c<; 




iooooir5oa50oa3f^03co5v>cooaii-Cioooo»o(>j^as5^*^-a5io 


oooTft^oo— io»ooascoo'>*oxooooooooo'»'-^ooo5a> 



7»^ T'ii -^ — < -H X) . 



lO in ^ w 3i ^ ce lo co lo X Ci lO "W O « Ci lio lO — ce -f -p ft 



o o o -H ^ 



lOCOOr-l-*--Hr-Hr^— (■— l^^'r>'X'CsWC05^5><3>Oi^'-iCOCO 



1— II— (-H 1—1 C^lXr— (^ ,Hr-(i— ICO 

c/:«}co{»a)2ZZc/ii<Zc/::Z!>cgcoazZHi/3M«îa)y:2co?>«;Z2 

^_l^^,— (^HCv^O^ii— I^Hr— lOOOOOO<N0Q.— Ir— lOOO^^Oi— ICV^Hr— ICO 

c/?c/:!«3(/}<:«ZZZZ«iZt/itg!>ZZ«îZZg;c/3g>(y2(/iZHg>a3i>GQZ 

aKla)Zcz}C/3HZt?y3(/jaCdcCCOW ■ •ZZr/^aW-P'C/îMc» -^S 
ry^ y; ■/: Z '/j c/2 y:' Z c/; ;/} oî t/i ^ w y.' r/j (/:' c/3 Z z (/) ^ Oi Z t/) c/3 co ^ «3 Z Z 

^wcoo-— l'jDiooot^r — i<(NO(NX5^-f-pot^-oiaoirtcoo'-o-tiCi(Nf^o^ 

ÊOfCCOiO-^OO'-OtOCOC^CO'^'-Ol^TfCO'-iCOt^OOCvjCîl^Oi'OlO^OO 
COCOeOOviCOOiC^COCOCOCOCOCOCOeOCOCOCOCOCO ^■^CO0v»COCOfOCN^0v»Ct5 

gOC/DCOCiO-^COOO-fCC— ll0^i7^->T<GOO^'*'*'-0-j3lrtC5GOf— 'N» © OlîVt^ 

Ëco'>»t--co-r5 0o>ooco— i-H,— II— (--ji-^— 1— (cooccof-a^-f<osi<«oi~- W Wcoo 

COCO(N0^l?>--rH(NœC0COCOCOCOCOC0a5Cv<O*00C0C0<>*— <5^CCGv< ^ ^^(^i 

oooGoooiai(N-*coGocO'i"con>>t^oo;o— ij^-— I «j05>— lor^c^coci lao^o 

00'£5 00X>--0Ci^«0-fOTt<OC0WC0 0000Cit>>-^ ^(>^<NO5'r>C0XCO ^r-lOO 

E 1^ -o CO o (>» -1*1 ce -r X lO -P lO lO 1X3 00 lO -^ — I CO {— ,J Oi o lO CO o ce o <J( --H ^ 

-I — 1-+- I -»- I I -J--I--H -«--f-H — H- 1-H — I— t-H — 1-5--+--1- I ■+--<—»- I I I I 

-+0 0'^0>lO«C50 0VCOÎ^<NlOCOt~(Nce(>i(XC5 aïOOCN^i^JOCJ-^ ^CO-f 

gio-tir-oioci'-iço-*r-iLOov<jo-^ocvjcv«co«^cc ^coocr~ccoinoo «B-oci 

S-t<coo-j3 05r-iceceioc^*-^oi(>»iftinceo-<a50Tf 9>-£it^^H--ico^^'£' Woio 
cecece(î^<'>>i7>><>^cocecocececocecocccO(>*cece esce'rjcvicococO'- 1 f<— ic^i 

-'-OLO-Hcooc^oooio-^asooiF— if~cscoiCceoo(?^i^Oioo— i(Nco(NOiOico 

Ëceceaoooco05t^'X>-*rt>*'-^cco>icD'*i^H-^ooco;ooco-^.— i--0t^aoin<><os05 
coceGv<(NGv*i— l(^>cee<5eocoo5îOcoco^'5oo(^»c<5co■*cCl(^»(^^cocO(^i— II— II— 15>» 

occoOiiftcoiOi^cecocO'^'-O'rojoosinr^r^i— i-*cor~-t^-^(Noof~f--s' 
S ... 

E-t"ceocec>.— iceceifir.^— i^--— iioioce— ■Xr-i-^<o"Oi^O'-HXO'><7'»'-oto 
cococecv»co<>i3v(cococececocececoceceo^ccce-rrceG^5v>r:cece^-H,— i(M 

•^cooo-Hco05Tfov}oviec«^rt-*f~coorHt--^oocecsceo(NCv»Tf<'^'Xsirt'^ 

E in ce O'j lo o ce o ce -i> oi ^^ oi <>» ic -o Ti- ce c Ci ce Ci 00 Os o»; Os oi ce t— «T^* lO -t< 
ce' ce ce c»< ce o* '>» ce ce ce ce ce ce ce ce ce ce 'X >>< ce ce ce '>* '>< '>i ce ce --i — I -H (>( 

rH (^i ce -!?< in 'O t^ co Ci o -^ "x ce -^i in o f^ 00 Ci o — c» ce -fi in -o r- ce Oi o -H 
I— inHF— II— I — rt^rti— I,— l(^»(^((^*<^<(^i(^i(^J|^*(^<(^<cece 



.i 


2 


. r> (^ lo in lO i» i>i 10 f^ lO lO '>< 10 irï in lO lO 10 f^ >o 
s— i^35-oor^<M--Or-ooiOC^ioco— .^oo^oo^co-H05 35r-iO-f>o«^oo-o 
g ira -*• -f" 10 -fi un in lO in lO lO lO lO lO 10 ^ lO 'S' lO -ri '^ ce co co co co ce ce (>> 00 






- 


i =« a 

] ïS = 


•r; -r r: -f co X' 35 x -h un ce ^ t» co co — 1 1^ x» (~ co X) t^ t— .— i (^ ^ 

_; _h" _^' _; ^' — ' 1 o d —' — < 1 -4 — < -H ^ 1 => 1 cj 1 — . ! 

H — h- 1- H — 1— H 1 1 1 -t--l--f- -<--t-H — h- f--4- -l--t--l- -t--+- -H — 1- 


C5 
-1- 




iO(NOOX)'>j coccoinwoJ xjgcooiooo x)X)oo t--m ^-co 
° cv Oi c CTj X X) 1 'S 'jo f- (-- X X) 1 t^ t^ f^ r- r^ f~ 1 -o ■£> 'O 1 •£> <o 1 «0 x> 1 


in 




i 

v: 

a 

< 

3: 


1 


C-) X X -r f- T» X un -1- -o 10 '~o (>* co f^ in 00 Gi ^ co ^ !-- 'î** as 






i 


00 Os 00 -0 10 r^ r- lO lO t— -^ --0 '-0 -^ -o -o t^ t^ f~ «■- X) Os C35 '^ lO -o ^ »n in (— c» 




^ 3 
" 2 

1- 


<N e-rt<G>^CO(MCC M'XJ"n00035CO'r^'>JCO^in'£)lOCV— «r-HOSCOO^ 5*-*--^x 

^_^— H 1 1 -+— )- 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 -1--1 — ( — K 1 1 1 1 1 1 1 -1- 


co 
1 




(^ rv en ^* 1^ X M =■ — ^ '-c f- ■?? -^< -f co o>> ^ ->» .-H in f- in t- co -* co ix -^ lO 
rv o rv (^ «^ X X © X X (^ r^ t^ OO X X X X X vi Ci c ov 00 (^ 00 '^ 50 00 00 os 


co 

00 




i_ 


oo-i'3cnr^o>cc<^^£)--0'-oov»in«£>'Nooi^oo<>jcotooa><o-ti -h^*! «:> t^ 
oo3>xjx05c»oinasi^(^r^ooQOoo03oot^ooa>a5a. o-jDOiooiftt^Goxc^ 


m 

X 




j^ 


rtooooo-*-j3'*<'£îC>.^ooox.*a5C35^HSO^i^o--or^j^ooi^cooosooro 
o>OiO-o--ot^oJio-X)r--x>t^"0^".0'-ooo}^i^OiC3ioia5t-»n'œ-*oounoooi 


'-0 




XC:O-^-fini0<>JC0CCt^00O'OO00i~-0Jl!n«3(X'X>'£)^(N-HO5^f-r--<*i 

r50o'Ot^ooC5tooscooot^ooCT<3>Oixoooo>0505as35XC5Xiooiooo> 


X 




l 

1 

! 


à 


•ro '>< en -- '"^» ce (^ es -o '>> in in x in x xi co ^ co x -r ce ce x m x '>i 

= ce' ce' ■>> in t^ X -f -o X {^ X (-- lO -.r in -S" ce co '45 ce -.f jj X -f ^ 

-f- "^ -(- 1 1 1 1 -»- -t- 1 1 


-1- 




s 


lnln'>JO'^>Gooo'*|(^*'tlcocoo(^icn(^*ccooànxxco^©(^*<^ocoun-^flo 

oo-^iîio^o^cèoco^eo'*(>i^î<5o50^oo<M*i-f'X>«^in.^i— icecoce 

III +• -I-II-I--I-IIIIIIIIIIIIII-I-III 




m 

1 




>• 2 

ce = 

X. s 

rt - 


Ci in—" ©in-ox<»œ>GsooiO'*05— i-^oooooixasto («ccTj<n^t^ooco3iio 
<^Jcece ^incein-^Oin(>jX'*in-p^oo'Ç>inoo-*i.-H çjo(î^05C^»-^cv<^'o 

° — 1 -<" ifi rH ce' -f -H -H co lO '^ .^ ^ ^ -H oj ^ ^ — l '^ in .-< -^ 

1 1 1 -4— 1- -f- -1— t- 1 -1- -*--«--l — 1- I 1 H — 1 — 1- Il 1 1 1 -<- 1 H — 1 — 1- 1 1 


-1- 




oO 

S 00 


!yi\:~ -a j(|CoO'^uno'>oo'*'ooco^coio.<*<-Hom^os «ocooiOJ. r-n-Hcoco 
°-h'oo i>coiotd(>»0'*'^in»nGv*oO'-HOj-HO-H-H '•o^^rhuno^-^' 

-+- -4- 1 1 1 1 -»- -f- 1 ->r->r- ->l- 1 1 


■+■ 




ja 


5^-t*oîo-oo-fio^'^0'*iift'*o-.*t^^or^oao^-*inoo5-.*iO'*o> 







— . <» î>> -o O'» lO in — •£! r- in in r-^ co — 1 fN -.f in -.^ (N (>^ cv* ^ — ' 

H- -H 1 -)- -1- 1 -4- -1- 1 -(—H 1 1 1 1 -t- 1 1 -1— J- 1 1 1 




- 


ooirtr-o'£>oo^oo^coeoooa><£)OaooiO(>»-H-Tt<03Tt<ooooo^o<Of^j-- 


00 
00 

cô 

•+■ 

X 

m 


-1- 




oi»^rHo-r-xii--co'*ioooot^cfO-r)-*.^cOT)<rHoooco«^eo-^oio.*-Hr^ 
-*- ^ -l-iiil-t-'^-i-li 




;^ 


eoos'>0'ot~a><NO-*insv^ooun-<!ti-Hîccocvoo-*io-Hooo><o«0(îv»'i5o> 




o(^»^o^-'^»'+lln-^(^*'^>-*m(^>o(^i'^io=2>-HO'^»(^JlO'^^o-*Olno-H^ 

-1- 1 -+- -1- 1 -<- -t- III H— 1- 1 1 1 1 1 -t- 1 -4- 1 1 1 




|. 


= 1 


— "'î^*co.^ln'«t'-X)Csor.^(^»co-t<ln'£>(^xo>o^(^»^5^ln«Of^xasort 


s 





100 



lOYENNES DE GENÈVE. 



DÉCEMBRE 1913 



Correction ponr réduire la pression atmosphérique de OenSve A la 
pesanteur normale : | 0"""-()2. — Cette correctioa n'est pas appliquée dans 
les tableaux. 



Pression atuiosphérlijine : 700""" |- 

1 11. m. 4 h. m. 7 h. in. lOh m. 1 h. s. 4 h. s. 7 li. s. 10 h. s. Moyennes 



l'idée 



3« 



30 27 


3013 


3028 


30 62 


29 73 


29.63 


29 84 


30.14 


3008 


3275 


32.5i 


3274 


33 30 


3243 


3245 


3294 


33. 15 


32.79 


27 65 


27-37 


27.35 


27 54 


2667 


26 54 


26 87 


27.28 


2718 



Mois 3014 29-93 3003 30 39 29 51 29.45 2979 3009 



29. 92 



Température. 

O OOOAOOO 

l'-edéc. + 2.34 + 222 + 2.27 + 3 70 f 5 10 + 443 + 3 4:'. | 2.70 
2= » + 1.71 + 0.83 + 0.84 + 2 50 491 4-40 2 86 + 2.00 
3« » - 114 - 1.75 - 118 - 05 1.85 125 66 - 059 



Dans ce moi.s l'air a été calme 339 fois sur 1000- 

, ^^^'^ 67 ^ _ 

Le rapport des venis = , -- =^ 1..0D 

*^' ssw 43 



+ 3.27 
+ 2 51 
- 0.13 



Mois + 0.90 + 36 f 058 +1-98 j- 3. 88 + 329 f 2 26 +1-31 + l.J 

Fraction de saturation en '^/o- 



l" décade 87 


87 


85 


82 


78 


80 


S\ 


87 


84 


2^ » 86 


87 


87 


82 


73 


74 


81 


85 


82 


3-= » 87 


88 


88 


83 


77 


80 


79 


86 


83 


Mois 86 


87 


87 


83 


76 


78 


81 


86 


83 



moyennes des 3 observations Valeurs uuruiales du mois pour les 

(T"", l*», 9>>) éléments raétéorolog-iqnes, d'après 

m™ Plantamour : 

Pression atniospliéi'ique 729.87 mm 

Nébulosité 6.8 Press, atmosphér. .( 1836-1875) 727.96 

17 4-1+9 _|_ 2».U2 Nébulosité (1847-1875). 8.3 

1 o Hauteur de pluie. . (1826-1875). 51°"°. 

'lenipérature \ .,,,., i • /j i^ 

J7f 1 ]-2X^ 4_ lo 9] Nombre de jours de pluie, (id.). 9 

' 4 Température moyen ue ... (id.). -f- 0».80 

Fraction de saturation 83 "/o Fraction de saturât. (1849-1875). 86 Vo 



101 



Observations météorologiques faites dans le canton de Genève 
Résultats des observations pluviométriques 



Station 


CÉLIGNY 


COLLEX 


i;ii»iinKs\ 


llHvrKUlNK 


SATIONT 


ATHBNAZ 


Clim'K IKIIKi 


Hauteur d'eau 
en ram. 


83.4 


75.0 


66.7 


61.7 


59.3 


76.4 


m.9 



Station 


VETRIER 


OBSERVATOIRE 


COLOGNY 


Pni'LINGB 


fUBSY 


llltKMtNCK 


Hiuitenr d'ean 
en inm. 


o8.9 


70.8 


54.0 


45.7 


46.5 


52. 2 



In:>olation à Jussy : 48.5 h. 



OBSEKVATIONS MÉTÉOROLOlUQUES 



FAITES AU 



G H AND SAINT-BEhNARD 



FENIIANI LE MOIS 



DE DECEMBRE 1913 



Le 4, forte bise le matin : neige le soir, 
les 5, 6 et 7, neige matin et soir, 
le 5. très forte bise le matin. 

7, violente bise le soir, 
les 8 et 9, forte bise le matin. 
le 10, brouillard le matin ; violente bise et neige le soir. 

11, violente bise le matin. 

13, brouillard et neige le soir. 

15, violente bise le matin. 

17, neige le soir. 

19, forte bise et neige le matin : brouillard le soir. 

20, fort vent. 

25, forte bise et neige. 

28, fort vent le matin : neige le soir. 

29, violente bise et neige. 

30, violente bise. 

31, brouillard le matin. 



1=0 



^ f - 



S/ 



+ 



\ t 



>.o 



• • • 2 1:; * '^ • ■ =■ =^ X) • • to X 

• • •L'Dt-aJCO • •<>> rH O • .1— l-t* 

£ : : :d;?g^ : ::i : : : : : :=^ : : : : ! ; :■* : :2=^ 



ooot^ooooocj-rot^-^in 






o o o 


o 


o o 


oooooooo 


- 


o 


o 


o o o 


o o o o 


-Ti 


o o o o c> o 

rH —1 


o 


o 


o o o o o o o 


o 


- 


oo 


-^ 


"* o <>* o o (» o 


- 


oo 


-H 


1— 1 


rH o occ o 


^ 


= 


-^ 


o 


o 


o o o o 


o 


o 


o ^ 


- 


o 


-^ 


o 


o o o 


o 


« 


o o o. o 


— ' o 


o o o 



r: -H -*c ovi (M ce « ■ 



ZZ > >ZgZZZ:gZZS". g-. ZZgCjgyj c/)c/) gZZZZryjcoZZZ 



rHrH-^OJr-HrHlO(>i'>^lO0\(/— ICO(>irH,— l-^«(><C>i!-Hr-l-HrHS><— (OCCCC-f— • 



Z Z oc «5 1» Z Z Z Z Z Z Z Z Z Z Z Z rx cr. X' '/■; X' Z Z Z Z co z z z z 



— I--IO— icC'HiO'— irHr:'>j'N>i 



C('^>— l^^rHCOCCOOrH— iTCO-H->*-7j<lO-H 



a H ta p: w i? H H a H w w a M H H w w È? s? ^ H H {è y^ a h ca 
ZZZa)Zc/3ZZZZZZZZZZZZ!:«a;xZZ«)ZZ«3a)ZZZ 



lO rH o CO lO O ■ 



t co co rH co lO ifs ce 



ZZZZZZZZZZZZZZZZZZZoOoOZt/îZZZaoooZZZ 



. lO Î'J rH o 



o rH r» lO < 



çvj _ t^ _ ce X 



iTt<rNr5rHCCrvJf^X)CC 



o X (^ Si , 
l>*C03>X-0 4~-COGCX)f^'X>COOO !;'^'-^^'-S^Î^'''>35' 



— ' '*"^ ■JJ ^i -f^ i_^ l— ^.t^ 1^^ JU (^ '>W U'J s^ t_J J^ r-) TiJ ;^.i -,f^' :^_> ^^ r^( ^^ ..^ (yj 

•-0 'S '-O ■£ O -O "-0 ■£> -O '-O -^ "Xî «O -jd t- •> t^ ^ O -O r^ •-0 <© -*i irt ifî 



_.-t"oo-j2ioo'*oo— i5^-^o>(Nm'-ooxoic-~oo<or-X)t^OrHO>'>jt^ftiox 



cccClO•■0'^>co^-CiTt<Ci-fXrHt— f^t~-rH5vi^o©-HrHrHjftr^oc<îpNr^o 
i X' "O 'O ~ — ' -f 5^j ce (- co co 'ï' -i- ir: lO lO ce o o; 1^ © X3 rH r^ o (^ -* -^ 2 w "-0 



_CeCe-*lO£^«£îrHt-!>Jï-i— llftX-^^COt— X0«0 «et^'-O-^OCNrHrH J|5t^-f( 



^>|^Jrt<(-Tf<-*rtlo■. s^i05(>j^XrHc<îOiOioco'>JCS50XOLO. 



■X ce oj Ci X 



êasa5r^r-o--o-Hf— Ci-ti-x>t^ioooxî^feirH-x>OrH(^0(^inocerH-<i<oii^ 



.cec5X<Nirtirtx<oiC'^rHQ'>'^-cxxo«2X':t<--owxoT*-t<-<j"-j'a5-HO 



■^xo«oeeoocooslOCs!^»otoo(^*^-'^JC5ce<^»ocerHceo<^>'*'(^ir^ln 

' iD '-0 ce 

■* ->< lO 



o 
o 

z 

z 

o 

'< 

3 

< 
-fi 

â 

z 

o 

i 

1 




•0t0 0»«i^-^00!»'0aCOO0vJO30'»t^OOOC)30C0*-COO^00O05t--O 




ii 






y 




o 
-© 




o -^ o ir^ o tO o l« ^D o -o -H o o CO '>* o >X1 o Oi '^» ^ ^ i^ o C~- ce CO r-H (>> irt 


f- 

o 


ja 


■-0>— IO»JOOO«OC00005^t-Os-^00(>*C<500500<©a5CO(î^-^(>»050slrtC<50> 


Ci 


-3 


c3>eO^-^ftC30l^lOlOOOCT>-*i^O'*<00*^Ot-^0■ûa50-H(^<GO'r>'^»OC 


0^ 

t— 


5 


>< 

o! 


= 91 o s* — < o ce îo lO -^ 3^ '^» <>» -H t^ in co lo o o t^ lO ce c^ (>> f^ lO "-i -*> o f^ X 

+ 1 H- 1 1 t 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 > 1 1 1 1 1 


•ra* 


g 

3 


— i3ir-.OOlCOC^OCC.OOOOiftO(>»as5>JOCll00350«r-H'ï>lOOl9 


(M 

o 

1 


° rt' -r «^ o ^ o £-- ^ f^ -.2 -o -s "/3 '>> — • f^ '>/ '>> ^3 TO X) {^ oc <■- •£> lO -iD — 1 f^ o " 

1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 II 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 


se 


est— a5-r>ioco»ftocoiOiO(>»as-£)io-t<'^oooio»-tioaoco^r-ico— <t-_u';i^ 

-H-H-l- 1 1 -I--4- -t--f--l-H — 1- 1 -I--H 1 1 1 1 -+-H — K-H 1 -H- 1- -H 1 1 1 


(M 

o 

-1- 


2 > 


çe^HotOioooi— cc-^3>o-*r— îOîo-fooocioor~c^^riO'*ico^Hco5^oe8 


(M 

co 

t- 
1 


° © '>/ o '-^ — 1 --" -T- t r -î< rr -r lO 35 'O -f o o — ' oo o -ti ira lO T t~ co i f x * 

-1- ) 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 I 1 1 1 1 1 


co (>* oo ira ^ 30 '^ t- (>> X o •» -r) lo 'f '-0 -JD o <>» -ri oo 00 X o (» o lO i-_ co ir: ^^ 
° o o — < 05 o co -£> ira Tf ira -^ îc -o X) to ira Ci — 1 r3 (^ v3 -^ -r) !— Tj< in lO o x> X o 

1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 III 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 


irt 
t- 


o X -o in '>i ira -r Oi X -o o ^ a> ro oi in co — ( — 1 ^0 -t* '-i r~ -^ x -o '-o ^ t- co o 


(M 

•S 

1 


->» (>< — < in -H co ce lO o^ co co -+i -f X in ro X o ^ f- in co »> co -t< in îv (— ^ r^ X 


s 


O(>JC'53>(î^0^C'5-*'Oi^Xî0t— -H(>ii—(!Û <»COt— OOΗ 00G^CO-t<(NW ira (MX 


(35 


°o«o<--cot-*-i<oioin*Mira'ira'--<i-Ti<r^-H--i(3>e-^'-o«0'i<^^'t'oocoo 
1 -(- 1 1 1 1 1 1 1 1 t 1 1 1 1 II 1 1 1 1 1 III 1 1 1 1 1 


9 




— 1 «M co -f" ira -o r~ X ov o r-^ (» co -f< ira -o t— X 3> o -^ oj ce -t< ira -x> i~- X o o --H 





104 



MOYENNES DU GRAND SAINT-BERNARD. — DÉCEMBRE 1913 

Correction pour réduire la pression atmosphérique du Orand Saint- 
Bernard A la pesautenr iioriiiale : - (I .22- — Cpt(p cori-ef-t ion iiVsl ])a> 

appliquée dans les tableaux. 



Pression atniospliériqiie : 500""" 



1 h. 8. 



9 11. 



Moyenne 



Fraction <ie saturation en "/n 

7 h. m. 1 h. 8. !» 11. N. Moyiiinie 



1'- décade e't 81 6't.6B 61.77 6'*. 75 
2' » 05 40 65.79 66.40 63 86 
■^^ » 60. -il 60.27 60 08 60.19 



Moi> 



63.37 6347 63.63 63.49 



73 


69 


7JÎ 


72 


87 


81 


77 


8-2 


57 


37 


54 


36 



72 



69 



67 



69 



Mois 



— 7-92 



Température. 



1" décade 


- 5. 65 


- 3 51 


- 4.78 


2' » 


- 8.10 


- 6.72 


- 7.69 


'M 


- 9.83 


- 8.43 


- 10.52 



M 


oyeune. 


7+1+9 


7+ 1 + a 


s 


i 


o 


o 


- 4.65 


- 4. 68 


- 7.50 


- 7 55 


- 9 59 


- 9 82 



6.29 



— 7 . 73 



7.32 



7.43 



Dans ce innis l'air a été calme 86 fois sur 1000 



Le rapport des vents 



NE 



J146 
35 



= 4 17 



Pluie et ueige dans le Val d'Entremont. 



station 



Martig-iiy-Ville Orsières Bourg-St-Pierre j Sl.-Beniarri 



Eau en millimètres . . 
NeiiJ'e en centimètres. 



41. 1 
1 



421 
5 



33.1 
36 



133.2 
186 



ArcJdves 






PI. I 






■^ fi 




% 


T- 


/• 


/. 




ion 


'crjon 





0,30 



0,}^ 







û,Sô 








r 


0,85 





0,dO 



Arrhircs des Sr. pkyx. et nat., t. XXXVU, .lanviei- l'.lU 















/ 






/ 




y 




/ 


/ 






/ 






/ 





Liniive. Tcpréiênfani' ks yakiirJ an ^= en tforjciiori 

.hduTcJ 1 

"'oinii c'arreJpi>Twanr ai/x S-é<:fiienû!J ) ynoitxinnt^ ^ 

kaJicJ O 



OM 



0,01 















0,30 0,iS û,-^ 



0,-^ 



û,5û 



Û,S5 



ù,6û 



0.65 



OJO 



OifS 































0,20 


0,S5 0,30 



Archives des Se. phijs. et nat., t. XXXVII, Janvier 1914 



PI. II 




Fleur ultra-violette, Cucurhita Pepo. Fleurs mâle et femelle. 
iDtéi'ieur et extérieur de la corolle. — Photo faite en lumière ultra-violette. 




Mêmes fleurs photographiées en lumière visible. 



Archives des Se. phys. et nat., t." XXXVII. Janvier 1914 



PI. III 




Fleur normale (noire en lumière ultra-violette). Chrysanthème blanc. Faces supérieure 
et inférieure de la corolle. — Photo faite en lumière ultra-violette. 




Même fleur photographiée en lumière visible. 



Contraste entre un groupe de fleurs normales (noires 
en lumière ultra-violette) et deux fleurs ultra-violette. 
— Photo faite en lumière ulti'a-violette. 



Même sujet photographié 
en lumière visible. 



Archives des Se. phys. et nat., t. XXXVII, Janvier 1914 



PI. IV 





SUR LA NATURE 



DU 



CHAMP MOLÉCULAIRE 



Pierre WEISS 



1 . L'iiypothèse du cliamp moléculaire 

J'ai imaginé, poui* étendre aux corps ferromagnétiques la 
théorie cinétique du paramagnétisme de Langevin, un champ 
magnétique hypothétique régnant à l'intérieur de la substance. 
Ce champ moléculaire Hm a été supposé proportionnel à l'in- 
tensité d'aimantation I et dirigé comme elle 

(1) Hm = NI . 

Eu réalité, cette hypothèse sous sa forme première était 
inutilement spécialisée. Il est commode de se représenter les 
actions mutuelles entre les molécules qui interviennent dans 
les phénomènes magnétiques comme étant elles-mêmes magné- 
tiques. Mais cela n'est nullement nécessaire. Quelle que soit 
leur nature, les eft'ets seront les mêmes, pourvu que l'énergie 
potentielle d'orientation soit celle qui est contenue implicite- 
ment dans l'équation (1). Je me propose dans le présent mé- 
moire, de montrer que ce^ actions mutuelles ne peuvent être ni 
magnétiques ni électrostatiques, si Ton entend par là qu'elles 
obéissent à la loi de Coulomb sans dégénérer aux distances 
moléculaires ^ 

' Voir Pierre Weiss, J. de Pliys., 1911, 5* série, t. I, p. 903 (note). 

An<;iiivi;s, t. XXXVII. — I-Y'vrior liU'i. 8 



106 SUR LA NATURE DU CHAMP MOLÉCULAIRE 

2. Les faits que Vliypothèse 
du champ moléculaire i^ermet d'interpréter 

L'hypothèse du champ moléculaire s'est montrée féconde. 
Tout d'abord, ce champ, ajouté au champ maguétique exté- 
rieur, permet d'obtenir par les seules lois du paramagnétisme 
la forte aimantation des ferromagnétiques. Cette manière d'être 
n'est pas sans analogie avec les propriétés des fluides, traduites 
par la théorie de van der Waals, où la grande densité des 
liquides se déduit des propriétés des gaz au moyen de la pres- 
sion intérieure qui vient s'ajouter à la pression extérieure. De 
même qu'un liquide peut exister sous une pression extérieure 
nulle, et même négative, c'est-à-dire sous la seule pression 
intérieure, un corps ferromagnétique peut être fortement 
aimanté par le seul champ moléculaire, en l'absence de tout 
champ extérieur. C'est ce que j'ai appelé Y aimantation spo?i- 
tanée. Le fer, le nickel à la température ordinaire sont toujours 
dans cet état d'aimantation spontanée. Seulement, comme la 
direction de l'aimantation est livrée au hasard, dans un échan- 
tillon de quelque peu d'étendue toutes les directions sont éga- 
lement représentées et la matière paraît neutre. Pour mettre 
l'aimantation en évidence, il faut l'orienter parallèlement au 
moyen d'un champ extérieur. Et comme, en général, les champs 
dont nous disposons ne peuvent qu'agir sur la direction de l'ai- 
mantation sans modifier d'une manière appréciable sa gran- 
deur, l'aimantation spontanée est très voisine de ce que l'on 
appelle communément V aimantation à saturation. 

Le champ moléculaire a donné, pour la première fois, une 
déduction théorique de la loi de variation thermique de l'ai- 
mantation à saturation. Pour faire la comparaison avec l'expé- 
rience, on dispose de six substances actuellement bien étudiées : 
le fer, le nickel, le cobalt, la magnétite, la pyrrhotine et l'al- 
liage limite Fe' Ni. C 

' Fer : Curie, Ann. de Ghini. et de Phys., 1895, 7^ série, t. V, p. 289 ; 
Hegg, Thèse, Zurich, 1910. — Nickel : Bloch, Thèse, Zurich, 1912, et 
Weiss, expériences inédites. — Cobalt : Bloch, loc. cit. — Magnétite : 
Weiss, /. de Phys., 1907, 4" série, t. VI, p. 661. — Pyrrhotine: Weiss, 
expériences inédites. — Fe- Ni : Hegg, loc. cit. 



SUR LA NATURE DU CHAMP MOLECULAIRE 107 

Pour les trois premières, la variation thermique ressemble 
qualitativement à la loi théorique, et déjà cette similitude d'as- 
pect n'est pas sans intérêt, puisque auparavant toute explica- 
tion du phénomène faisait défaut. Mais, quantitativement, il y 
a un écart systématique : la variation aux basses températures 
est notablement plus faible que ce que donne la théorie. 

Les trois dernières substances au contraire répondent exac- 
tement à la théorie dans les intervalles étendus dans lesquels 
elles ne présentent pas de changement d'état. L'alliage Fe-Ni 
suit la théorie dans tout l'intervalle des observations, de la 
température de l'air liquide au point de Curie; la magnétite 
dans la plus grande partie de cet intervalle, depuis la tempé- 
rature ordinaire jusqu'au point de Curie ; enfin, pour la pyrrho- 
tine, l'accord est encore très bon dans des intervalles notables, 
brusquement limités par des changements d'état qu'il est im- 
possible de méconnaître. 

La notion de champ moléculaire conduit aussi à une loi 
aisément vérifiable pour l'aimantation des ferromagnétiques 
au-dessus du point de Curie. En appelant : 
■/ le coefficient d'aimantation spécifique, 
H le point de Curie, 
T la température de l'observation, 
C la constante de Curie, 
on a 

(2) T - = ? ; 

l'inverse du coefficient d'aimantation doit donc être représenté 
en fonction de la température par une ligne droite. Cette con- 
séquence a été vérifiée par toutes les nombreuses substances 
ferromagnétiques, métaux et alliages, étudiées jusqu'à présent 
au-dessus du point de Curie ^ avec deux exceptions seulement : 
la pyrrhotine et le fer y- 
On obtient des droites s'éteudant souvent à des intervalles 

' Voir notamment : Weiss et Foéx, /. de, Phys., 1911, 5* série, t. I, 
p. 275, 744, 805; Arch. Se. phys. et nat., 1911, 4» série, t. XXXI, p. 4, 
89. — Bloch, loc. cit. — Preuss, Thèse., Zurich, 1912. — Renker, Thèse, 
Zurich, 1918. 



108 SUR LA NATUllK DU CHAMP MOLÉCULAIRE 

de plusieurs centaines de degrés, se raccordant, quand elles 
sont interrompues par des changements d'état, à de nouvelles 
droites, soit brusquement, soit par des régions de transition en 
général peu étendues. Quant aux deux exceptions, les expé- 
riences récentes de Honda et Takagi ^ d'une part, de Renker 
de l'autre sur le fer y, celles de Weiss et Foëx " sur la pyrrho- 
tine, ont montré que le coefficient d'aimantation de ces subs- 
tances tend à devenir indépendant de la température. Ces 
substances rentrent donc dans la catégorie, assez nombreuse 
parmi les co7ys simj^les faiblement magnétiques, des matières à 
coefficient d'aimantation indépendant de la température "* qui 
sont actuellement en dehors de toute théorie. 

En remplaçant le coefficient unique du champ moléculaire 
des corps isotropes, ou cristallisés dans le système cubique, 
par trois coefficients différents dans les trois directions princi- 
pales, j'ai pu reproduire avec exactitude les propriétés magnéto- 
cristallines de la pyrrhotine, si caractéristiques avec le plan 
magnétique, la direction de facile aimantation, les champs 
magnétiques internes, démagnétisants en apparence, et la 
variété des aspects qui s'y rattachent \ 

Enfin la théorie du champ moléculaire a permis de reconnaî- 
ti'e que l'anomalie thermique au point de Curie est, non une 
chaleur de transformation se dégageant à une température 
déterminée, comme cela était généralement admis, mais une 
discontinuité de la chaleur spécifique vraie \ L'expérience a 
vérifié ces conclusions, non seulement en montrant que la 
courbe des chaleurs spécifiques avait la physionomie prévue, 
mais encore en donnant pour la grandeur de la discontinuité 
des chaleurs spécifiques une valeur sensiblement égale à celle 
que l'on pouvait calculer à partir des données magnétiques. 

Des expériences récentes ont montré que le champ molécu- 
laire n'est pas un phénomène aussi exceptionnel qu'il pouvait 

' Honda et Takagi, TôhoJcu Science Reports, 1903, t. I, p. 229. 
- Weiss et Foëx, loc. cit. — Renker, loc. cit. 

•■' Honda, Ami. der Phtjs., 1910, t. XXXVII, p. 1003. — Owen, Ann. 
der Phys., 1912, t. XXXVII, p. 657. 

* P. Weiss, J. de Phys., 1907, 4" série, t. VI, p. 667. 

5 Weiss et Beck, J. de Phys., 1908, 4' série, t. VII, p. 249. 



SUR LA NATURE DU CHAMP MOLECULAIRE 109 

paraître d'après le petit nombre des substances ferromagnéti- 
ques. A cet égard les expériences de Kamerlingh Onnes et 
Perrier sur les mélanges d'oxygène et d'azote liquides, leurs 
expériences et celles de Kamerlingh Onnes et Oosterhuis ^ sur 
les paramagnétiques aux très basses températures sont très 
caractéristiques. On peut y ajouter des expériences inédites de 
Weiss et Foëx sur le paramagoétisme des substances cristalli- 
sées, celles de Foëx sur les dissolutions salines concentrées. Ce 
n'est pas tant l'existence du champ moléculaire que son inten- 
sité exceptionnelle qui caractérise les ferromagnétiques. 

En résumé, on peut dire que la théorie du champ moléculaire 
est abondamment confirmée par les faits. Pour plusieurs subs- 
tances, elle donne une image fidèle de toutes leurs propriétés 
magnétiques; pour certaines autres, elle ne reproduit que leur 
physionomie générale. Il semble que pour ces dernières l'hypo- 
thèse ait été formulée d'une manière trop particulière, et la 
première idée qui se présente est que la formule (1) doive être 
remplacée par le développement 

Hm = Nil + '^■j' + . . . 

Cette question sera examinée ailleurs \ Je me propose ici de 
faire la critique de l'hypothèse dans les cas où elle représente 
exactement les faits. 

Ce qui frappe avant tout, c'est Vénorme grandeur du champ 
moléculaire, 

La constante N est donnée par la relation 
(3) CND = , 

où C est la constante de Curie et D la densité. Je vais m'en 
servir pour trouver le champ moléculaire dans les deux cas où 
le calcul peut se faire avec une certaine précision. 

Magnétite. — On a 

= 581 + 273 = 854° , 
C = 0,00445 (^) . 

' Kamerlingh Onnes et Perrier, Arch. des Se. phys. et nat. (4) sept. 
1913. — Kamerlingh Omnes et Oosterhuis, Comm. Leiden, 129 et 132; 
1913. 

- Voir aussi, pour une autre tentative d'explication, Oosterhuis, Comm. 
Leiden, Suppl. 31, 1913, et Keesom, Comm. Leiden, Suppl. 32, 1913. 

•' Weiss et Foëx, loc. cit. 



110 SUR LA NATURE DU CHAMP MOLÉCULAIRE 

Il eu résulte 

ND = 192000 . 

L'aimantatiou spécifique à la température ordiuaire est 



d'où 



^ = 90,7 0, 



Hm = ND ^ = 17400000 . 



Alliage limite Fe-Ni. — Ou a 

e = 600° , C = 0,0267 , 

d'où 

ND = 22500 . 

La saturatiou spécitique, iuterpolée d'après les courbes de 

Hegg pour la corapositiou exacte et la température ordiuaire, 

est 

I 



par conséquent, 



D ''' 



Hm = 3030000 



B. Impossibilité de réaliser le champ moléculaire 
au moyen de molécules douées d'un moment magnétique. 

Si l'on suppose que chaque molécule est un petit aimant, on 
peut, au moyen des théorèmes généraux du magnétisme, se 
faire dans une certaine mesure une image 
de la distribution du champ qui en résulte. 
Considérons, en eftet (tig. 1), une subs- 
tance possédant une certaine intensité 
d'aimantation I, produite par exemple au 
. _ ^ moyeu d'un champ H dont l'origine est 

extérieure à la substance. Le théorème 
de l'intégrale du champ suivant un contour fermé apprend que 
la valeur moyenne du champ moléculaire est mille le long 
d'une parallèle à la direction de l'aimantation. Donc ce champ 
ne peut être que non uniforme, les régions positives alternant 
avec les régions négatives. Si, au contraire, on décrit une 

' Weiss, J. de Fhys., 1910,4e série, t. IX, p. 373. 



SUR LA NATURE DU CHAMP MOLÉCULAIRE 111 

surface fermée ABCD, dont la partie AB, intérieure à la 
substance, passe entre les aimants élémentaires sans les couper, 
le théorème de la continuité du tiux montre que la valeur 
moyenne du champ moléculaire en AB est égale à 47rL 

On peut appliquer au magnétisme les considérations par 
lesquelles H. -A. Lorentz déduit, pour le champ électrostatique 
régnant dans un diélectrique à la place occupée par une molé- 
cule, la valeur ;uP, où P est la polarisation, c'est-à-dire le 
3 

moment électrostatique par unité de volume. Ces considéra- 
tions reviennent à admettre que l'on peut décrire une sphère à 
l'intérieur de laquelle se trouve une seule molécule, et à l'exté- 
rieur de laquelle toutes les autres molécules jouent, par un 
effet de moyenne, le même rôle qu'une substance homogène. 
On serait donc conduit à admettre de même, pour le champ 
moléculaire magnétique, le cœfffcient tt. On pourrait imagi- 
ner des variantes de cette théorie qui modifieraient la valeur 
numérique de ce coefficient sans en changer l'ordre de gran- 
deur. 

On trouve donc, par la théorie de Lorentz, un champ moyen 
qui est intermédiaire entre les deux moyennes que nous avons 
rencontrées ci-dessus. 

On voit combien on est loin de ce que donne l'expérience 
pour le champ moléculaire. Non seulement, quand on passe du 
nickel au cobalt, par exemple, le coefficient varie notablement 
mais son énorme grandeur : 

Pour le nickel N = 14000 

— cobalt N = 8650 

montre qu'il ne saurait être obtenu par les mêmes moyens que 
le coefficient de Lorentz. 

Cherchons cependant à donner aux pôles agissant les uns sur 
les autres des distances suffisamment petites pour qu'il en 
résulte le champ moléculaire observé. 

Prenons un aimant moléculaire de 11 magnétons, comme 
celui de l'atome de fer et supposons à cet aimant une longueur 
égale au diamètre 0,2.10"^ de l'atome, limite supérieure qui 
doit être sensiblement atteinte, si l'on veut que les pôles soient 



112 SUR LA NATURE DU CHAMP MOLÉCULAIRE 

très voisins. Soit |j. la grandeur de l'un de ces pôles; la valeur 
du magnéton étant 16,4. 10~"', on a 

A<0,2.10~' = 11.16,4.10--- , 
1.1 = 0,9.10-'- . 

Soit r la distance à ce pôle où le champ est égal au champ 
moléculaire, voisin de 7.10'' gauss : 

i^ = ^^ = 7.10«, 
?- r- 

r = 3,G.10-'» , 

autant dire le contact. On ne voit pas comment le maintien 
d'aussi petites distances peut être compatible avec l'agitation 
thermique d'orientation. 

Examinons maintenant le cas d'un électron tournant autour 
d'un atome de fer de 0.2. 10~' de diamètre avec une fréquence 
ultraviolette de 10^°. La charge de l'électron étant 1,6.10~-", 
sou moment magnétique sera 

= I,6.10--M0''',jr.l0-'", 
= 5.10--', 

c'est-à-dire d'environ 3 magnétons, ce qui paraît acceptable. 
Le champ au centre de la trajectoire circulaire sera 

Il ne semble donc pas possible d'obtenir ainsi un champ de 
la grandeur voulue, à moins de faire circuler les électrons 
appartenant à des atomes dittérentsdans le voisinage immédiat 
l'un de l'autre. Mais alors, indépendamment de l'invraisem- 
blance d'une semblable disposition, on retomberait dans les 
mêmes difficultés relatives à l'agitation thermique. 



4. Données nouvelles empruntées à l'étude des alliages 
des métaux Jerromagnétiques. 

Parmi les alliages étudiés jusqu'à présent \ deux cas se sont 
présentés (hg. 2) : ou bien les constantes du champ moléculaire 

' Ferrouickels : Weiss et Foëx, loc. cit. — Nickel-cobalt : Bloch, 
loc. cit. — Fer-cobalt : Preuss, loc. cit. 



SUR LA NATURE DU CHAMP MOLECULAIRE 



113 



varient suivant des lois représentées par des lignes à courbure 
nettement accentuée, ou bien leur variation est exactement 
linéaire en fonction de la teneur. Ce dernier cas se rencontre, 
par exemple, dans la série des ferronickels réversibles entre 
Fe^Ni et Ni, dans les ferrocobalts à l'état 7 dans l'inter- 




Fiy. 2 

valle de Fe^ Co à Co et dans la série entière des nickel-cobalt 
de Ni à Co. Par contre, on trouve une variation nettement 
curviligne pour les ferronickels de Fe à Fe-Ni dans la région 7, 
pour les ferrocobalts [3 et 7 entre Fe et Fe'Co, pour les ferro- 
cobalts ,3 entre Fe" Co et Co. Aucune hésitation n'est possible 
entre les deux cas. 



1 14 SUR LA NATURE DU CHAMP MOLÉCULAIRE 

Le cas de la variation linéaire semble être celui de l'alliage 
composé d'une seule phase, d'une seule solution solide, sans 
complications provenant de changements d'état. Cette supposi- 
tion est suggérée notamment par le fait que la série nickel- 
cobalt est un cas particulièreraeut typique de solubilité com- 
plète à l'état solide. Cette solubilité réciproque illimitée des 
deux composants résulte du diagramme de fusion, déterminé 
par Guertler et Taramann. Elle est appuyée par la variation 
linéaire de la constante de Curie et par la parfaite continuité 
des propriétés ferromagnétiques au-dessous du point de Curie. 
Quoi qu'il en soit, nous ne considérerons dans ce qui suit que 
le cas de la variation linéaire. On peut imaginer que l'un des 
métaux, au lieu d'être ferromagnétique, soit para- ou diama- 
gnétique \ 

La constante du champ moléculaire est alors nulle pour ce 
métal. Il faut donc, si la loi linéaire persiste, que cette cons- 
tante soit proportionnelle à la quantité de l'autre métal conte- 
nue dans l'unité de masse de l'alliage. Mais comme, pour les 
alliages examinés, la densité globale varie dans des limites peu 
étendues, on peut aussi bien admettre, au degré de précision de 
l'expérience, que le coefficient N est proportionnel à la densité 
dans l'alliage de celui des métaux qui est ferromagnétique. 
L'autre composant joue donc uniquement le rôle de diluant. 
En espaçant les molécules du métal ferromagnétique, il permet 
d'étudier le champ moléculaire pour toutes les densités de 
celui-ci supposé seul. 

Remarquons ce que ce résultat a d'imprévu. 

Soient : 
a l'aimantation spécifique de la substance, 
E sa densité et, par conséquent, 
a D l'intensité d'aimantation. 

L'équation (I) de définition du champ moléculaire devient 
Hm = NoD . 



' Pour réaliser ce cas particulier, une série de mesures a été entre- 
prise sur les nickel-cuivre. 



SUR LA NATURE DU CHAMP MOLÉCULAIRE 115 

Exprimons la proportionualité du coefficient N avec la den- 
sité par 

N = N,D ; 

on aura alors 

Hm = NjOD^ . 

Pour des aimants moléculaires donnés et agités d'une ma- 
nière donnée par le mouvement thermique, a a une valeur 
déterminée, indépendante de la densité. Le champ moléculaire 
e4 donc projwrtionnel au carré de la densité. 

On pourrait dire aussi : Sur l'intensité d'aimantation 

I = oD , 

l'accroissement de l'un ou de l'autre des deux facteurs a et D 
agit de la même façon. Par contre, pour trouver la variation 
corrélative du champ moléculaire, il faut savoir si une varia- 
tion de I provient d'une variation de a ou d'une variation de D. 
Dans le premier cas, elle intervient à la première puissance; 
dans le second, au carré. 

5. Recherche de la loi élémentaire 

Soit Qx (fig. 3) la direction de l'aimantation. Supposons que 
l'aimant sur lequel s'exerce le champ moléculaire se trouve en 
et en P l'un des aimants avoisinants qui le produit. La loi 
du champ moléculaire exprime que 
des deux composantes parallèle et 
perpendiculaire à Ox, dans les- 
quelles on peut décomposer le mo- 
ment magnétique de l'aimant situé 
en P, c'est la première seule qui 
intervient efficacement. La compo- 
sante perpendiculaire d'un aimant élémentaire déterminé doit 
en général produire un effet ditiérent de zéro, mais qui dispa- 
raît dans la sommation étendue à tous les aimants contenus 
dans la sphère d'action du point 0. En appelant |j, le moment 
magnétique de l'aimant en P, a son angle avec Qx, sa contri- 
bution au champ moléculaire en pourra donc s'écrire 

z/Hm = lu cos ajç? (?-,')) . 




116 SUR LA NATURE DU CHAMP MOLÉCULAIRE 

Par suite de l'agitation thermique, a vai-ie constamment. On 
devra entendre par [x cos a la valeur moyenne de cette quan- 
tité. Elle est la même pour tous les aimants et, multipliée par 
le nombre des aimants dans l'unité de masse, donne l'aimanta- 
tion spécifique, œ {r, 6) est une fonction inconnue de r et G. 

On aura donc 
(5) Rm — ju cos «299 (r,0) , 

la somme étant étendue à toutes les molécules dans la sphère 
d'action du point 0. 

Supposons ensuite que l'on amplifie toutes les dimensions liné- 
aires dans le rapport X en prenant comme centre d'homothétie 
et en conservant aux moments jj. leur valeur; (5) devient alors 

Hm = JU COS 7.I(p(Àr,l)) . 

La densité étant devenue X^ fois plus faible, on a aussi 

H;„ = H^A"" , 
d'où 

Hra/L"" = /Li cos y.Iq}{Xr,'i] , 

équation qui exprime que la fonction sous le signe I est une 
fonction homogène et du degré —6 des distances. 

Il faut donc que dans le développement du terme sous le 
signe I, suivant les puissances de r, ou bien les autres puis- 
sances n'existent pas ou qu'elles s'annulent dans la somma- 
tion. Il en résulte donc que, parmi les actions à distance qui 
émanent d'une molécule, celle qui produit le champ molécu- 
laire est inversement proportionnelle à la sixième puissance de 
la distance. 

Le raisonnement suppose que cette action émane d'un centre 
situé dans la molécule et non de divers points (des pôles) situés 
à des distances finies les uns des autres dans la molécule. Cette 
hypothèse a été introduite implicitement en écrivant l'équa- 
tion (5) qui ne contient que la position et l'orientation de la 
molécule et ne mentionne aucune de ses dimensions. 

(A suivre) 



i]srDÊF»EisrD^isroE 

DE 

L'HYSTÉRÉSIS ALTERNATIVE 

(fréquences élevées) 
DE LA 

Vitesse fles Tariattas ilii cliaiiip iiiaEiétisaiil 

PAK 
A. S€HiniiOF et M"' A. AL.BERT 



Des recherches récentes faites par l'un de nous en collabora- 
tion avec M"'^ C. Chaniié ^ ont montré que l'effet de la rapi- 
dité des variations du champ magnétisant sur l'hystérésis ma- 
gnétique alternative est certainement très faible. Il fallait 
s'arrêter à cette conclusion provisoire, vu la précision insuffi- 
sante des observations, en se proposant toutefois de reprendre 
les mêmes recherches avec des moyens perfectionnés pour arri- 
ver à un résultat plus décisif. 

Dans le présent travail on a utilisé la même méthode que 
dans les recherches précédentes, mais on a augmenté considé- 
rablement l'exactitude des observations. En même temps on a 
pu éviter une erreur systématique dont l'importance s'était 
soustraite à notre attention par suite de la faible précision des 
mesures antérieures. Nous montrerons plus loin que dans les 
conditions de nos recherches cette cause d'erreur pouvait pro- 
duire l'apparence d'une variation des pertes d'énergie avec 
la fréquence du courant alternatif magnétisant. 

' A. Schidlof et MHeChamié, Arch. des Se. phys. et nat. 1913, (4.), 
t. XXXIV, p. 12. 



118 INDÉPENDANCE DE l'hYSTÉRÉSIS ALTERNATIVE 

Sans revenir en détail sur la méthode employée qui a été 
exposée dans l'un des derniers numéros des Arch. des Se. 
pliys. et nat. \ nous décrirons d'abord brièvement les divers 
perfectionnements apportés aux appareils de mesure. Nous 
évaluerons ensuite la précision atteinte dans les observations 
actuelles et nous en indiquerons les résultats numériques. 

Ces résultats confirment avec une grande précision les con- 
clusions des recherches antérieures effectuées sous la direction 
de M. le Prof. C.-E. Guye '. 

Nos mesures semblent même augmenter la valeur de ces con- 
clusions par la plus grande précision que nous avons pu attein- 
dre. Constatons enfin que le présent travail confirme également 
les résultats des recherches récentes faites au laboratoire de 
physique de l'université sur la variation de l'aimantation avec 
la fréquence du champ magnétisant ^ 



I. Perfectionnements des appareils et de la méthode 

DE mesure 

La méthode et le dispositif général utilisés furent les mêmes 
que dans le travail précédent. Le lecteur en trouvera une des- 
cription détaillée dans le mémoire cité ^ Pour augmenter 
l'exactitude des mesures, nous avons modifié Télectromètre qui 
forme l'appareil de mesure principal et nous avons changé le 
bobinage du noyau magnétique étudié. 

A. Eledromèire de Curie et Blondlot 

Nous avons augmenté la sensibilité de l'électromètre en rap- 
prochant les deux moitiés de l'aiguille ainsi que les deux sec- 
teurs des quadrants. La nouvelle aiguille est constituée par 

" A. Schidlof et M»« Chamié, loc. cit., p. 16. 

- C.-E. Guye et B. Herzfeld; C.-E. Guye et A. Schidlof., Arch. des 
Se. phys. et nat., 1903 (4.) t. XIV, p. 330, 1905; t. XVIII, p. 576, 1906 ; 
t. XIX, p. 61 et p. 169, 

•'• C.-E. Guye et M"« Albert, Arch. des Se. phys. et nat., 1914 (4), t. 
XXXVII, p. 20. 

•• A. Schidlof et M"« C. Chamié, loc. cit., p. 21. 



DE LA VITESSE DES VARIATIONS DU CHAMP MAGNÉTISANT 119 

une feuille de mica convenablement découpée de façon à former 
deux demi disques, séparés par une fente de 1 mm. de largeur. 
Les deux faces de chaque moitié de l'aiguille sont recouvertes 
de papier d'étain. Le milieu de l'aiguille est renforcé par deux 
rondelles de mica collées au centre du disque avec de la gomme- 
laque. L'aiguille est portée par un fil de bronze de 8 cm. de 
longueur, 0.3 mm. de largeur et 0.01 mm. d'épaisseur. Ce fil 
sert de conducteur à l'une des moitiés de l'aiguille. L'autre 
moitié est reliée à un second fil de bronze, beaucoup plus long 
et beaucoup plus fin, communiquant avec une borne, fixée au 
socle de l'appareil. 

L'aiguille est suspendue à l'intérieur de l'enceinte cylindrique 
de 5 mm. de hauteur, formée par les quadrants ; elle se trouve 
à égale distance des deux bases de cette enceinte. Les deux 
moitiés des quadrants n'étant séparées que par une fente de 
1 mm. de largeur, l'aiguille est bien protégée contre l'action 
des charges électrostatiques qui peuvent se former par influence 
sur la surface intérieure de la cage métallique de l'instrument. 
Les oscillations de l'aiguille sont amorties par une palette de 
mica de grande surface, séparée des quadrants par une paroi 
métallique qui est en communication avec la cage de l'instru- 
ment. La cage même, complètement fermée et reliée au sol. 
protège l'équipage contre les courants d'air et contre les per- 
turbations électrostatiques extérieures. 

L'équipage porte un miroir. Les lectures se font à l'aide de 
la méthode Gauss-Poggendortï. La distance de l'échelle au 
miroir est de 143 cm. 

D'après la théorie de l'électromètre de Curie et Blondlot ^ 
la déviation de l'aiguille doit être proportionnelle au produit 
des deux différences de potentiel E et E' établies entre les deux 
moitiés de l'aiguille et entre les deux quadrants. En désignant 
par a la déviation de l'équipage, on a la relation 

Ka = EE' 

où K est la constante caractéristique pour l'électromètre. Nous 
avons vérifié cette relation, en mesurant les deux différences de 

' Jour, dephys., 1899 (2), t. VIII, p. 80. 



120 



INDEPENDANCE DE L HYSTERESIS ALTERNATIVE 



potentiel E et E' au moyen d'un voltmètre de précision Weston. 
Le tableau suivant résume les résultats des mesures de gra- 
duation. 

Tableau n° 1 



E 


E' 


E.E' 


a 


K 


15,8 


63,9 


1009,62 


116,1 


8,69 


20,9 


64,0 


1337,6 


154,2 


8,68 


26,8 


79,9 


2141,32 


247,9 


8,63 


?.4,9 


64,2 


2240,58 


260,0 


8,61 


26,0 


97,1 


2524,6 


291,2 


8,67 


32,5 


96,3 


3129,75 


362,0 


8,64 


29,0 


111,0 


3219,0 


870,0 


8,68 



Comme on le voit, la valeur de K n'est pas influencée par la 
grandeur de la déviation a. Grâce au dispositif de commutation, 
décrit dans le mémoire cité (p. 22), nous avons pu contrôler fré- 
quemment la valeur de la quantité K et nous n'en avons pas 
constaté la moindre variation pendant toute la durée de nos 
expériences. 

Il sera utile de rappeler que dans les mesures précédentes la 
valeur de la constante de l' électromètre était (en moyenne) 



K = 18.6 



volts^ 
division 



Elle était dans les mesures actuelles 



8.65 



VOltS" 

division 



La sensibilité de l'électromètre est donc maintenant environ 
2.15 fois plus grande que précédemment. 

La durée d'oscillation de l'équipage est de 14.2". Au bout de 
17 oscillations isoit environ 4 minutes) l'aiguille prend une po- 
sition sensiblement invariable, mais il est superflu d'attendre 
l'immobilité complète de l'équipage. Dès que l'amplitude des 
oscillations se trouve réduite à environ 20 divisions, on peut 
déterminer la position d'équilibre par l'observation de 3 élon- 
gations successives avec une précision de 0.2 divisions. 



DE LA VITESSE DES VARIATIONS DU CHAMP MAGNETISANT 121 

B. Modification des enroulements du noyau 

Le noyau magnétique était le même que dans les expériences 
précédentes. C'était un tore composé de tils de fer de 0.04 mm. 
de diamètre. Nous en avons modifié les enroulements de façon 
à approprier l'appareil le mieux possible au but de nos re- 
cherches. 

Après avoir recouvert le tore d'une couche de toile goudron- 
née, on y a disposé 8 cloisons en carton isolant dont chacune 
présentait une épaisseur de 0.6 cm. Ces cloisons divisent la sur- 
face du tore eu 8 parties égales, destinées à recevoir les 8 bo- 
bines secondaires. Chaque bobine se compose de 500 spires d'un 
fil de cuivre de 0.1 mm., isolé à la soie, enroulé en 5 couches. 
Les cloisons isolantes servent en même temps à séparer les 
ditierentes bobines secondaires et à supporter les fils d'entrée 
et de sortie de ces bobines. Après avoir recouvert l'enroule- 
ment secondaire d'une couche de gutta-percha et de deux cou- 
ches de toile isolante, on y a porté l'enroulement primaire dont 
les spires recouvrent toute la surface du tore à l'exception des 
endroits occupés par les isolateurs en carton. Cette disposition 
était nécessaire, car il fallait prendre des précautions spéciales 
pour bien isoler les fils des enroulements secondaires dont les 
extrémités traversaient les spires de l'enroulement primaii-e. 

L'enroulement primaire se composait de 2 parties dont cha- 
cune était formée de 224 spires d'un fil de cuivre de 1 mm., 
isolé à la soie. Nous avons utilisé dans toutes nos expériences 
les 2 enroulements primaires groupés on addition, équivalant à 
un enroulement unique de 448 spires. Si on calcule le champ 
magnétisant, produit par un courant de 1 ampère, au moyen de 
la formule ' 

on trouve : 

Hi = 28.52 gauss 

Les 16 extrémités des tils des bobines secondaires furent sou- 

' n = nombre des spires primaires. D = diamètre du tore. Cette formule 
est basée sur la supposition d'un courant sinusoïdal. On suppose en outre 
négligeable la surface d'une spire primaire vis-à-vis de la surface limi- 
tée par l'axe du tore. 

Arci(ivi;s. t. XXXVII. — Févriir llH'i. 9 



122 INDÉPENDANCE DE l'hYSTÉRÉSIS ALTERNATIVE 

dées à des fils tiexibles, terminés par des crochets de cuivre. Le 
tore, supporté par un couvercle d'ébonite, fut immergé dans 
un bain d'huile. Sur le couvercle on a fixé 9 godets remplis de 
mercure. En plongeant les crochets de cuivre dans ces godets, 
on pouvait réaliser d'une façon très simple et très rapide les 
diverses connexions nécessaires pour l'exécution des mesures, 

C. Mode opératoire 

La modification du bobinage avait pour but principal d'aug- 
menter la précision des mesures. Le plus grand avantage résulte 
du fait que nous pouvions réaliser les 3 séries d'observations, 
effectuées aux trois fréquences 

Vi = 1200 V. = 600 Vs = 300 

l'une à la suite de l'autre avec une déviation très ai^2woximative- 
ment la même. Il est évident que la précision des observations 
est doublée par le nouveau procédé, puisqu'il permet de com- 
parer directement les puissances consommées à des fréquences 
qui sont dans le rapport 4:1. Dans le travail précédent par 
contre la comparaison ne portait que sur des fréquences dont le 
rapport était de 2 à 1. 

Rappelons ici brièvement le principe de la méthode de dévia- 
tion constante utilisée dans un travail antérieur de M. C.-E. 
Guye \ 

La déviation de l'électromètre wattmètre est proportionnelle 
à la puissance consommée par l'hystérésis magnétique du noyau 
et au nombre des spires secondaires dont les extrémités sont 
reliées aux deux moitiés de l'aiguille". On sait d'autre part 
que la puisance consommée par l'hystérésis est, tout au moins 
approximativement, proportionnelle à la fréquence du courant 
alternatif magnétisant. On doit donc obtenir sensiblement la 
même déviation a si l'on augmente le nombre des spires se- 
condaires dans le même rapport qu'on diminue la fréquence du 
courant alternatif. 

Il était utile de réaliser une répartition symétrique des 

' C.-E. Guye (eu coUabor. avec M"' Karpowa), Soc. Suisse de phys. 
Bâle, sept. 1911. Arch. des Se. phys. et nat., 1911 (4) t. XXX, p. 326. 
- A. Schidlof et M'ie C. Chamié, l. c. p. 19. 



DE LA VITESSE DES VARIATIONS DU CHAMP MAGNÉTISANT 128 

potentiels dans les 4 parties de l' électromètre. Poui- cette raison 
il fallait utiliser daus chaque expérience un nombre pair de 
bobines secondaires groupées en addition. Les extrémités de 
ces bobines communiquaient avec les 2 moitiés de l'aiguille et 
le point milieu fut relié au sol. 

Le schéma suivant représente les opérations successives des 
trois séries d'observations qui constituent une expérience. 



Fréquence 


Enroulements 


secondaires en tension ' 


A) 1200 


ai 
bi 
cj 
di 


I 

II 
III 
IV 




(1 et 2) 
(3 et 4) 
(5 et 6) 
(7 et 8) 


B) 600 


f a) 


let II 
II et IV 


(1, 2 et 3, 4) 
(5, 6 et 7, 8) 



C) 300 ! I, II et III, IV (1, 2, 3, 4 et 5, 6, 7, 8) 

On voit que les observations faites avec les différentes bobines 
secondaires, utilisées chacune à son tour dans les séries A) et 
B) influencent également le résultat ftnal, à condition de pren- 
dre la moyenne arithmétique des lectures partielles. 



IL Précision des expériences 

Les perfectionnements exposés" ci-dessus ont augmenté con- 
sidérablement la précision des lectures de l'électromètre watt- 
mètre. Nous opérons actuellement avec des déviations 3 à 4 fois 
plus grandes que dans le travail précédent, grâce à l'augmen- 
tation de la sensibilité de l'instrument -. Une seconde amélio- 
ration résulte du fait mentionné que les comparaisons portent 

' Les quatre paires de bobines secondaires successivement utilisées 
sont numérotées I, II, III, IV. 

- On a augmenté d'une part la sensibilité propre de l'électromètre 
et d'autre part la grandeur de la résistance primaire dont les extrémités 
communiquent avec les quadrants. 



124 INDÉPENDANCE DE l'hYSTÉRÉSIS ALTERNATIVE 

maintenant sur un intervalle de fréquences deux fois plus 
étendu. 

Mais il ne faut pas oublier que les autres circonstances qui 
limitent l'exactitude des observations n'ont pas subi de modifi- 
cation. Par suite des différentes causes d'erreur qui résultent 
principalement des irrégularités de marche de l'alternateur 
(^variations de la fréquence et de l'intensité efficace du courant 
magnétisant), une observation isolée peut toujours comporter 
une erreur de 1 7o. Ces irrégularités ont une importance spéciale 
pour les mesures faites avec des champs maxima voisins de 
8.5 gauss. La variation de l'intensité efficace du courant magné- 
tisant produit dans ces conditions un effet particulièrement 
graud, circonstance sur laquelle nous avons attiré l'attention 
dans le travail précédent '. 

Nous avons effectué dans le voisinage de ce point trois me- 
sures en doublant la sensibilité du dispositif électrique -. Les 
irrégularités observées dans ces mesures (tableau n° 5) ne sont 
pas beaucoup plus grandes que celles des autres résultats. Cela 
prouve que nous avons réussi à maintenir très constante l'inten- 
sité du courant magnétisant dans les diverses séries d'une expé- 
rience, puisque le moindre changement de l'intensité du cou- 
rant produit, dans ces conditions spéciales, des variations con- 
sidérables de la puissance consommée. 

Il importe enfin de mentionner une cause d'erreur particu- 
lière qui est restée inaperçue dans les expériences précédentes. 
Nous avions admis que la courbe du courant fourni par l'alter- 
nateur ne change pas sensiblement lorsqu'on augmente le cou- 
rant d'excitation. Cette supposition qui se vérifie pour des faibles 
excitations, cesse d'être vraie lorsqu'on dépasse l'intensité de 
8 ampères. Une preuve de ce fait est fournie par l'expérience 
suivante (tableau n° 2) effectuée avec une fréquence et avec un 
courant magnétisant constants, mais avec des courants d'exci- 
tation dont on faisait varier l'intensité de 20 ampères à 6.5 am- 
pères. 

■ A. Schidlof et M"^ C. Chamié, l. c, p. 29. 

^ L'augmentation de la sensibilité s'obtient en doublant la valeur de 
la résistance primaire dont les extrémités communiquent avec les qua- 
drants de l'électromètre. 



Tableau n° 2 

Variation des pertes hystérésiques avec l'intensité du courant d'excitation 
à champ magnétisant constant 



Intensité du 

courant i ôd 

d'excitation 



Ôd — àg = OL 



Nombre 
des tours 



Fréquence 



20 amp. 



463,5 î 310,6 



468,8 
470,9 



323,0 
332,0 



152,9 



145,8 



138,3 



j 1457 

( 1453 

( 1435 

( 1410 

( 1385 

I 1355 



20 amp. 






144,3 


1408 


1173 


0,1230 




464,0 


318,5 


^^^'^ 1 1440 






16 amp. 






1436 








465,1 


318,7 


146,4 1432 
( 1425 







16 amp. 






145,9 j 


1434 


1195 


0,1221 




462,3 


316,0 


146,3 [ 


1448 
1465 






12 amp. 






150,6 


1478 








460,6 


310,0 


1485 












1485 






12 amp. . 1 


148,4 


1472 


1226 


0,1211 





472,6 


332,1 


140,5 


1416 
1416 






10 amp. 






139,6 


1411 








473,5 


333,9 


1405 














1401 






10 amp. 






140,0 


1410 


1175 1 0,1191 




477,5 


838,8 


138,7 ' 


1406 
1399 






8 amp. 






137,0 


1390 








478,1 


341,1 


1390 












1390 







8 amp. 






137,8 1 1394 


1162 


0,1185 


6,5 amp. 


474,9 
475,3 


332,1 
333,9 


142 8 ' '^*^ 
^^2'® ( 1436 

1414 ( '^^^ 
'*^'* \ 1436 






6,5 amp. 






142,1 1439 


1199 


0,1185 



126 INDÉPENDANCE DE l'hYSTÉRÉSIS ALTERNATIVE 

La modification de la courbe du courant alternatif se mani- 
feste par une variation de la puissance consommée qui diminue 
d'environ 4 7o si le courant d'excitation décroît de 20 ampères 
à 10 ampères, et de 2 "/o lorsque ce courant décroît de 12 am- 
pères à 10 ampères. Cette variation est supérieure aux plus 
grands écarts de la loi de proportionnalité observés dans le tra- 
vail précédent. Puisqu'on n'avait pris aucune précaution spé- 
ciale pour maintenir constante l'intensité du courant d'excita- 
tion, tout en utilisant des intensités voisines de 10 ampères, on 
doit attribuer à cette cause d'erreur le fait que dans la plupart 
de nos expériences antérieures la puissance consommée diminue 
moins qu'elle n'aurait du diminuer si elle était proportionnelle 
à la fréquence. 

Les écarts observés étaient trop petits pour mériter une atten- 
tion spéciale. Nous pouvons cependant en donner maintenant 
une explication plausible. Le courant d'excitation était pris en 
dérivation sur la batterie d'accumulateurs qui actionnait le mo- 
teur accouplé à la génératrice. A mesure qu'on diminuait la 
vitesse de rotation du moteur, on augmentait en même temps 
un peu le courant d'excitation de l'alternateur. Il en résultait 
une augmentation de la puissance consommée par l'hystérésis, 
due uniquement à la déformation de la courbe du courant. 

Il va sans dire que dans les expériences actuelles on a pris 
toutes les précautions nécessaires pour maintenir constante l'in- 
tensité du courant d'excitation pendant les 3 séries d'une même 
expérience. On verra que dans ces conditions toute apparence 
d'une variation des pertes d'énergie par cycle a disparu. 



III. DÉTAILS d'une EXPÉRIENCE 

Pour mieux faire comprendre le mode de calcul adopté, nous 
indiquons en premier lieu les résultats détaillés d'un groupe 
d'expériences effectué avec une intensité efficace du courant 
magnétisant de 0.6 ampères. 

Chacune des trois séries A) B) C) fournit une certaine va- 
leur moyenne du rapport de la déviation a à la fréquence v. 
Pour comparer les résultats il faut encore diviser le rapport 



Tableau n° 3 

Détails d'une exjiérience 

Intensité efficace du courant magnétisant ieff = 0.6 amp. 
Valeur approximative du champ magnétisant maximum du cycle : 



Hr 



An 
ÏÔD 



ieff V 2 = 17.11 gauss. 



Enroulements 
sec. en tension 


àd 


àg : 


àd-àg=y 


Nombre 
' des tours : 


Fréquence 

V 


7. 
V 




446,0 


278,7 ! 

' 1 


167,3 


i 

J 380 

( 375 


1 
316 
312 




f Tous les 8 


449,0 


278,5 


170,5 


( 375 
( 378 


312 
315 




' i(I,IIetIII,IV) 


444,0 


277,8 : 


166,2 


( 378 
\ 376 


315 
313 




4 en 




437,8 


273,4 

1 


164,4 


1 378 
\ 380 


315 
316 




roui, doubles 






167,1 


377 


314 


0,5321 




1+2+3+4 
(I et II) 


I 443,3 


276,2 


167,1 


( 760 
\ 760 


633 
633 




B) 


5+6+7+8 
(III et IV) 


j 445,9 


281,4 


164,5 


1 760 
\ 740 


633 
617 




1+2+3+4 
(I et II) 


j 448,2 


278,3 


169,9 


( 750 
\ 755 


625 
629 






5+6+7+8 
(III et IV) 


1 456,6 


290,5 

1 


166,1 


( 747 
( 730 


622 

608 

1 





2 enroul. doubles 



166,9 



750 



625 



C) 



1 + 2 (I) 458,0 297,6 

3 + 4 (II) ' 458,8 ; 299,6 

5 + 6 (III) I 450,7 290,8 

7 + 8 (IV) j 456,7 S 303,1 



160,4 
159,2 
159,9 
153,6 



1418 
1430 
1430 
1430 
1430 
1425 
1430 
1445 



1181 
1191 
1191 
1191 
1191 
1187 
1191 
1191 



1 enroul. double 



158,2 



1429 



1191 0,1339 




128 INDÉPENDANCE DE l'hYSTÉRÉSIS ALTERNATIVE 

— par le nombre des paires de bobines employées dans chaque 

cas (N), soit N^ = 4 pour le cas A), N2 = 2 pour le cas B), 
Ng = 1 pour le cas C). Eu trouvant dans les 3 cas sensiblement 

la même valeur que pour ^ (aux erreurs d'observation près), 

JNv 

on en conclura que l'énergie dissipée dans un cycle d'aiman- 
tation est indépendante de la fréquence du courant magnétisant. 
Dans le cas présent on obtient : 

r, 1 1 r . «1 0.5321 ,^ ^„_ 

Pour la basse irequence : ^^^-^ = — ^ — = O.laoO 

— fréquence moyenne 

— haute fréquence : 

V3N3 

La valeur moyenne du rapport -^ étant 0.1335, on trouve 
pour les écarts de la valeur moyenne (en pour-ceuts) : 

Aux basses fréquences : — 0.4 "/o 

— fréquences moyennes : % 

— fréquences élevées : +0.3 "/o 

IV. RÉSUMÉ DES RÉSULTATS DE TOUTES LES EXPÉRIENCES 

Les tableaux suivants résument l'ensemble des résultats ob- 
tenus en faisant varier les champs maxima des cycles de 7.42 à 
28.52 gauss. Le tableau n° 4 renferme les résultats relatifs à 
11 expériences effectuées avec une sensibilité constante de 
l'électromètre. Les valeurs moyennes tirées de ces observations 
sont représentées graphiquement par la courbe jointe à ce mé- 
moire \ 

Le tableau n° 5 contient quelques mesures faites dans les 
conditions les moins favorables (champs maxima voisins de 8.5 
gauss) avec une sensibilité double du dispositif électrique. 

' A l'échelle de cette courbe les résultats obtenus pour les trois fré- 
quences étudiées se confondent sensiblement en un seul point. On n'a 
donc pas pu les représenter séparément. 



Tableau n" 4 



Intensité 
du coorant 
en ampères 



en eanss 



Nombre des 
enroulem. 

secondaires 
en tens N 



Déviation 



Fréquence 



Moyenne 
du rapport : 



F.LMits en", 
dt- la valeur 
moyenne de 



0,26 



7,415 \ 



55,4 
57,6 
55,6 



300,5 
642 
1191 



4X0,0460 

2X0,0448 
0,0458 



0,0455 



+ 1,1 '7o 
-1,5 % 
+ 0,65 7o 







1 


4 


108,2 


315 


4X0,0858) ^-I,15 7„ 






[ 


2 


102,6 


590 


2X0,0869 i 0,0868 (+0,1 7o 








1 


102,9 


1173 


0,0877 +1,0 7„ 




0,3 


o ma ' 






















1 




1 


4 


102,1 


297,5 


4X0,0858 i i 4 0,1 7o 

2X0,0868 ' 0,0857 s +1,3 7o 

0,0845 \ - 1,4 7o 




2 


104,5 


602,0 








1 


93,6 


1107 



0,4 



11,408 



0,6 



17,112 



144,4 

140,0 
142,0 



303 

596 
1204 



4X0,1199 

2X0,1174 
0,1179 



0,1184 



138,7 
142,2 
127,6 



298 

607 

1107 



4X0,1163 

2X0,1170 

0,1153 



0,1162 



117,4 
142,7 
124,7 



254 

607 

1096 



4X0,1155 

2X0,1170 

0,1140 



0,1155 



+ 1,3 


7o 


-0,8 


'h 


-0,4 


7o 


+ 0,1 


7« 


+ 0,7 


7o 


-0,8 


7o 







+ 1,3 


7o 


-1,8 


7o 



144,7 
159,1 
130,1 



279,5 
610 
1024 



4X0,1294 

2X0,1303 

0,1280 



0,1292 



+ 0,15 7o 

(+0,85 7., 
-0,95 7o 



167,1 
166,9 
158,2 



314 

625 

1191 



4X0,1330 ) 

2X0,1335 > 

0,1339 \ 



0,1335 



i-0,4 7o 
' 
('+0,3 7o 



0,7 



1,0 



19,964 



28,52 



167,6 
167,2 



307 
609 



4x0,1-365 
2X0,1372 



0,1369 



-0,3 7o 
+ 0,3 7o 



160,5 
156,5 
157,6 



301 

587 
1182 



4X0,1333 

2X0,1333 

0,1333 



0,1333 



156,9 
146,9 



576 
1087 



2X0,1362 
0,1351 



0,1356 



+ 0,45 7o 
-0,35 7o 



0.14 
0.13 
0.12 
0.11 
0.10 
O.OSI 
0.08 
0.07 
O.OG 
0.05 
0.04 
0.03 
O.OJ 
0.01 



î 

1 

1 






















J> 


















































^ 










^ 




















L/ 


























































1 
1 




















1 




/ 












1 
























, 






















l 




/ 












1 

1 




1 
































i i 




















1 

1 




P i 








1 


i v 




î 





0.8 0.9 1 

Intensité du courant 



Tableau n" ô 



0,310 



Intensité 

du 
courant 

en 
iinipères 


Hmax 

en 
gausa 


Nombre 

des 
enr. sec. 
en tens. 

N 


Dé- 
viation 

a 


Fré- 
quence 


.; 


Moyenne 
du rapport : 

a. 


Ecarts en "/o 
de la valeur 
moyenne de 


0,300 


8,556 


4 
2 
1 


228,7 

205,8 
210,8 


313 

591 
1174 


4X0,1786 

2X0,1741 

0,1795 


0,1774 


+ 0,7 7o 
_ 1 q / 

+ 1,2 7o 


0,305 


^'^^^j 1 220,4 


566 
1211 


2X0,1790 j (+0,8 o/„ 
0,1819 j "'^^^^ [ -0,8 7o 



8,841 



209,9 
229,5 



571 
1232 



2X0,1838 
0,1865 



0,1852 



f -0,75 7a 
(+0,7 7o 



DE LA VITESSE DES VARIATIONS DU CHAMP MAGNÉTISANT 131 

On remarquera que deux mesures faites avec le même champ 
magnétisant efficace à des époques différentes présentent quel- 
quefois des écarts supérieurs aux erreurs d'expérience. Cela 
tient au fait qu'il n'a pas été possible d'opérer toujours avec la 
même intensité du courant d'excitation de l'alternateur et par 
conséquent pas exactement avec la même courbe du courant 
magnétisant. Le lecteur doit donc porter son attention exclusi- 
vement sur la comparaison de celles des séries qui ont été faites 
dans les mêmes conditions. Quant à ces dernières, elles présen- 
tent généralement des écarts inférieurs à 1 "^ o et ces écarts 
n'ont rien de systématique. 

Pour mieux s'en rendre compte, on peut calculer la moyenne 
des écarts observés dans l'ensemble des expériences. On trouve : 

Pour les basses fréquences : + 0.15 % 

— fréquences moyennes : + 0.06 7o 

— hautes fréquences : — 0. 1 7 "/o 

L'expérience vérifie donc avec une exactitude inespérée le 
fait que la perte d'énergie est indépendante de la vitesse avec la- 
quelle est parcouru le cycle d'aimantation. 



V. Conclusions 

Les conclusions qui se dégagent de ces nouvelles expériences 
sont très simples. Les petits écarts qui subsistent ne peuvent 
être attribués avec certitude à une variation systématique des 
pertes d'énergie avec la vitesse du parcours du cycle. Dans 
les expériences antérieures, on a constaté l'apparence d'un 
pareil effet, d'ailleurs très faible, mais cette apparence est 
maintenant expliquée. Elle doit être attribuée à la cause d'er- 
reur signalée plus haut. 

Quant aux mesures actuelles, elles montrent nettement que 
dans les limites où nos expériences ont été effectuées les pertes 
d'énergie dues à l'hystérésis magnétique alternative sont indépen- 
dantes de la fréquence du courant magnétisant. 

Ce résultat se rapporte à des cycles dont le champ maximum 
est le même. A condition d'employer un noyau composé de fils 



132 INDÉPENDANCE DE l'hYSTÉRÉSIS ALTERNATIVE, ETC. 

de fer suffisamment tins pour rendre négligeable l'effet des cou- 
rants de Foucault, on ne constate aucun effet de viscosité magné- 
tique. 

Cette dernière conclusion s'accorde bien avec l'aspect des 
cycles du noyau, obtenus avec un courant alternatif de 1250 
périodes par seconde, dont les photographies ont été reproduites 
dans le travail précédent ' . 

Laboratoire de physique de l'université. 
Genève, Août 1913. 



' A. Schidlof et M"e C. Chamié, loc. cit., PI. II. Consulter également 
A. Schidlof, Arch. des Se. phys. et nat. (4), 1905, t. XX, p. 268. 



L'INSCRIPTION 



DES 



SIGNAUX HERTZIENS 

PAR 

Albert TURPAIIÏ 

Professeur à la Fa<Milti'' des Sciences d(^ l'Universilé de Poiliers 
(Avec les planches V et VI) 



La télégraphie saus fil se joue aujourd'hui des distances. On 
a récemment constaté que les signaux horaires envoyés par 
l'Observatoire de Paris et émis par les appareils de télégraphie 
sans fil du poste de la Tour Eifïel avaient été reçus à 6,500 kilo- 
mètres de Paris. Nous sommes loin des premiers balbutiements 
de la radiotélégraphie. Il y a vingt ans, en 1894, je parvenais à 
actionner un téléphone à 25 mètres de distance et à recevoir à 
son aide les signaux rythmés du Morse. Le fait que cette récep- 
tion s'obtenait à travers quatre murs de O'^ôO d'épaisseur cha- 
cun et sans aucun fil tendu étonnait déjà ceux qui assistèrent à 
ces expériences, réalisées dans les caves de la Faculté des 
Sciences de Bordeaux. Deux ans plus tard, en 1896, M. Mar- 
coni rendait les ondes électriques perceptibles à quelques cen- 
taines de mètres des appareils émetteurs, cela au laboratoire 
de M. Righi. Bientôt de nouvelles portées furent obtenues. A 
l'arsenal de la Spezia, puis en Angleterre, les communications 
atteignirent quelques kilomètres. En 1900, les communications 
étaient pratiquement échangées à 100 kilomètres. La télégra- 
phie sans fil devenait une application de l'électricité, désormais 
consacrée par la pratique. 

Tous deux, d'ailleurs, M. Marconi et moi, nous n'avons fait 
qu'appliquer, avec plus ou moins de bonheur et de réussite, la 



134 l'inscription des signaux hertziens 

géniale découverte du savant allemand Heinrich Hertz qui, vers 
la tin de 1888, réussit le premier à produire des ondes électri- 
ques. Hertz est le véritable inventeur eu l'espèce. C'est à lui 
que nous devons la nouvelle télégraphie. Sans les ondes électri- 
ques, réalisées par Hertz, sans la découverte des oscillations 
électriques, aucune des applications des ondes (télégraphie 
sans til et autres) n'existerait. 

Au début, lorsque les portées n'atteignaient pas 100 kilomè- 
tres, on recevait les ondes électriques au moyen du cohéreur. 
petite colonne de limaille métallique que les ondes électriques 
rendent conductrices. 

Mais les radiotélégraphistes rêvaient d'accroître encore la 
portée du nouveau mode de télécommunication. Ils y parvin- 
rent grâce à la découverte de divers détecteurs d'ondes sensi- 
bles, le détecteur électrolytique, puis le détecteur à cristaux. 
Ce dernier, très pratique puisqu'il ne nécessite aucune pile, 
permet d'exagérer à l'extrême la portée des ondes. 

En mai 1910, à l'époque où les signaux de l'heure furent émis 
par la Tour Eiffel, durant une période d'essai d'une quinzaine 
de jours, à 8 h. Vo du soir, je suis arrivé à rendre sensibles les 
émissions de la Tour Eitfel en utilisant un galvanomètre Thom- 
son convenablement réglé dont le spot lumineux se déplaçait 
suivant le rythme même des émissions. 

Vers la même époque, j'ai pu enregistrer par la photographie 
les signaux hertziens de la Tour. J'employais un dispositif que 
j'ai mis de nouveau en œuvre, l'an dernier, pour étudier l'in- 
fluence de l'éclipsé de Soleil du 17 avril sur les transmissions 
hertziennes. 

On peut, à l'aide de ce dispositif, inscrire les déplacements 
du spot lumineux, au moyen d'un enregistreur photographique. 

Un graphique ainsi obtenu est donné par lafig. 1. On y aper- 
çoit nettement les trois séries de signaux préparatoires, puis 
les tops de un cinquième de seconde de durée, qui notent les 
époques exactes de 10 h. 45, 10 h. 47 et 10 h. 49. 

Deux fois par jour, en eflet, la Tour Eittel émet des signaux 
horaires, à 10 h. 45 et à 23 h. 45. A ces époques, les appareils 
de transmission sont, par une ligue spéciale, mis à la disposition 
d'un astronome qui, de l'observatoire de Paris, peut les com- 



l'inscription des signaux hertziens 135 

mander. Cet astronome surveille une pendule garde-temps. A 
10 h. 44, il agit par un manipulateur Morse et fait émettre aux 
appareils de la Tour Eiffel une série de traits radiotélégraphi- 

ques , cela jusqu'à 10 h. 44'55". L'astronome connecte 

alors le dispositif de commande avec la pendule du garde- 
temps, et à 10 h 45' exactement, le pendule du garde-temps 
lui-même, en ettectuant son oscillation, produit l'émission d'un 
court signal radiotélégraphique qui ne dure pas plus de un cin- 
quième de seconde. C'est 10 h. 45. Aucune émission n'est faite 
jusqu'à 10 h. 46. De 10 h. 46 à 10 h. 46' 55", envoi par le mani- 




Fig. I. — luscriptiou photographique des signaux de l'heure obtenue k 
Poitiers (300 kilomètres de la Tour Eiffel. Le cylindre inscripteiir fait un 
tour en 6 minutes '/2- Les déplacements du spot atteignent 8 à 10 centimè- 
ires. Ces inscriptions remontent à décembi*e 1911. 



pulateur à la disposition de l'astronome des signaux Morse ra- 

diotélégraphiques , qui constituent les signaux avancés de 

10 h. 47. A 10 h. 47 exactement, le garde-temps émet un signal 
de un cinquième de seconde. C'est 10 h, 47. Silence jusqu'à 
10 h. 48. De 10 h. 48 à 10 h. 48'55" environ, des signaux Morse 
radiotélégraphiques, . Enfin envoi automati- 
que du signal de 10 h. 49, puis, quelques secondes à peine 
après, commence l'envoi d'un télégramme météorologique. La 
nuit, à 23 h. 45, 23 h. 47 et 23 h. 49, même émission de signaux 
horaires précédés de leurs signaux avancés : — , — , pour an- 
noncer 23 h. 45, pour annoncer 23 h. 47, , pour 

annoncer 23 h. 49. Aussitôt après 23 h. 49, un télégramme com- 
posé de deux groupes de 6 chiffres est destiné, suivant ce que 



136 l'inscription des signaux hertziens 

nous expliquerons plus loin, à fournir l'heure au centième de 
seconde près. 

• Dans \di figure 1, ou voit nettement l'inscription photographi- 
que des signaux avancés et des trois tops 10 h. 45, 10 h. 47, 
10 h. 49 séparé chacun par une minute de silence. 

Les élongations du galvanomètre inscrites sur la photogra- 
phie montrent bien que les signaux avancés de 10 h. 45 ne sont 
pas identiques à ceux de 10 h. 47, qui diffèrent également de 
ceux de 10 h. 49. On pressent bien les deux points et les quatre 
points des 2° et S'' avancés. Toutefois l'inscription des traits et 
des points n'est aucunement dissociée. C'est que le galvanomè- 
tre, très sensible, employé, n'est pas assez rapide pour suivre 
le rythme des émissions. Ces inscriptions datent de décem- 
bre 1911. 

J'ai obtenu, il y a déjà plusieurs mois, au moyen de galvano- 
mètres spéciaux dont j'ai indiqué ailleurs la construction et 
l'économie \ la dissociation complète des signaux hertziens. 

J'ai combiné d'abord (fig. 2), un appareil qui permet d'ins- 
crire l'heure d'un chronomètre et de la situer, au 1/5 de se- 
conde près, par rapport aux signaux horaires. 

Un milliampèremètre à aiguille lumineuse, formée d'un 
levier d'aluminium dont l'extrémité porte une double cellule 
d'aluminium contenant une minuscule lampe à incandescence 
(que le petit accumulateur de droite entretient), et une lentille 
cylindrique formée d'un fragment d'agitateur en verre (diamè- 
tre, 9 millimètres ; longueur, 5 millimètres). Un enregistreur 
photographique permet l'inscription simultanée des secondes 
d'un chronomètre par l'aiguille lumineuse et des signaux de 
l'heure par le déplacement du spot lumineux d'un galvanomètre 
sensible qui, au repos, se forme en a. 

Voici un graphique obtenu (fig. 8.) Il situe l'heure d'un chro- 
nomètre de toute première précision, construit par M. Fénon 
et que possède le Laboratoire de Physique de la Faculté des 
Sciences de Poitiers. Il n'y a pas lieu de rechercher dans une 
comparaison de chronomètre aux signaux de l'heure unepréci- 

' Comptes Rendus de l'Académie des Sciences, 24 février, 10 mars et 
14 avril 1913. 



L INSCRIPTION DES SIGNAUX HERTZIENS 



187 



sioii supérieure au 1 5 de seconde, puisque le signal de l'heure 
présente lui-même cette durée. 

Quant au temps perdu entre le contact du chronomètre et le 
mouvement de la plume lumineuse, il n'atteint pas un dixième 
de seconde et est d'ailleurs facile à mesurer. J'ai justement 
mesuré ce temps perdu à l'aide du chronographe qui accom- 
pagne ce chronomètre de Féuon. 

Ici les signaux préparatoires des tops horaires de 45, 47, 4'J, 
sont un peu mieux ditiérentiés bien que non encore dissociés. 

Je me suis ensuite pro- 
posé d'inscrire l'heure 
du chronomètre et de la 
situer par rapport aux 
tops horaires de 23 h. 
30, au centième de se- 
conde près. 

Tous les soirs, à 23 h. 
30, la Tour Eitïel en- 
voie 180 tops radiotélé- 
graphiques espacés à 

l'intervalle de (1- tt. ) de 

seconde, soit 0",98. Si on 
écoute simultanément à 
l'aide du téléphone ces 
tops et les battements 
des secondes d'un chro- 
nomètre^ on peut, en 
notant les coïncidences 
qui ne peuvent manquer 
de se produire au cours 
des trois minutes envi- 
ron que dure l'expé- 
rience, déduire l'heure 
que marquait le chro- 
nomètre au moment du 
1"" top, comme aussi celle du 180* top. C'est là l'application 
d'une méthode classique, déjà ancienne, utilisée par Borda pour 

AHcmviis, 1. XXXVII. — Frviicr l'.H'i. 10 




Fig. 2. — Vue de l'appareil qui a servi 
k obtenir le graphique de la lig. 3. 



138 



L INSCRIPTION DES SIGNAUX HERTZIENS 



déterminer avec une grande précision la durée de l'oscillation 
d'un pendule donné : la méthode dite des coïncidences. Après 











5 










oV 










i-i 






t; t3 


^ fj" 


d, ■ 




o et 


tt 1 




s - 


S H 


— 1 






"■ !» 


q 2 


S"? 






(i g 




p c 




— - ^ 












i '^ 


c r 


'^ "C 




W 'O 


(t fc 


><f 


n> g 


*a3 


^2. 




>5 

CO = 




*^' 


Ci rs. 


-• -~} 


•t; c 


fC' c 


oï 




, 

2 2 

o' — 


fS p 


v. 


a. 


>% 


a- 2 


p" p^ 


•s.. 


CD 


p T 




o" T 


-->. 


tx pT 


f/j ^ 


V. a> 


p (t 


Cft 


c- _ 


M ^ 


p 


K- 




il 

g.- 

et 

■a — 


a = 


(t 


c 
aP 


^ 


O a> 


p T» 


(t 


S 




» P 


p d 


Ci* 


o'iE- 


ï O 


(/. p 




>:• B3 


_ "TS 




2 2 


a 


(c- :r 


i-^ 






co 


i'" < 


Ct> TJ 


^ t- 


t-« 


fD 


5 «>• 


S S 




8 


Cl) p 


















!« 




15 


a> co 


S n 








s 


£ B 


'ii. D 




E^. c 


c^ 


2: S 






câ. 


5 ^ 


1^ p 


§^ 


2.^ 


«1 


(C 


Cl c- 


o 


ç^ 


-• o 






1^ 








y. 




CD <t 


^ S 






(B C6 




• • o 


,,'*'' 




P &. 


CD 


C^' ct>* 


Wp 
O o 




as 

P- O 






Op 

2 i 






s ^ 


«1 




^^ 


J^ 0-- 


Bp 


S- »■ 




y. et. 


s- p 

4- S 


G a. 








•O <t 


p ce 


(H p! 




les signaux horaires de 23 h. 49, l'Observatoire de Paris envoie 
deux groupes de chiffres, par exemple : 295962-325511. C'est le 



l'inscription des signaux hertziens 139 

résultat de l'application de la méthode précédente faite par 
l'astronome de service aux battements du garde temps de 
l'Observatoire. Ces chiffres indiquent un résultat, corrigé de 
toutes les causes d'erreurs possibles. Ils signifient que le 1" top 
envoyé le fut à 23 h. 29' 59" 62 centièmes de seconde, et que le 
180' top correspondait à 23 h. 32' 55" 11 centièmes de seconde. 
On connaît donc, d'après cela, la correction au centième de 
seconde près, du chronomètre que l'on a soumis à l'étude par 
cette méthode des coïncidences. 

En résumé, la méthode des coïncidences, qui permet de dé- 
duire cette détermination de l'audition simultanée des tops 
radiotélégraphiques et des battements du chronomètre à com- 
parer, réalise, à vrai dire, une sorte de vernier du temps, ver- 
nier pour les secondes. On peut traduire, par l'enregistrement 
photographique, ce vernier pour les secondes en un véritable 
vernier des longueurs. Que l'on compare l'inscription des 
180 tops à l'inscription parallèle des secondes du chronomètre, 
et les coïncidences se trouveront marquées, comme lorsque l'on 
regarde une règle diviséeet la position de son vernier. Sans s'as- 
treindre à la détermination de la coïncidence auditive, forcément 
fugace et qui ne laisse pas de trace, on peut donc appliquer la 
méthode actuellement en usage et pour laquelle se fait chaque 
nuit l'envoi des 180 tops, en lisant à loisir le graphique photo- 
graphique formant vernier. Mais cette opération n'est même pas 
nécessaire, puisque l'observatoire transmet chaque nuit, après 
les signaux de l'heure, les heures corrigées du 1" et du 180' tops, 
cela au \ ^„^ de seconde près; il suffit dès lors d'inscrire paral- 
lèlement le f top et la seconde au cours de laquelle il se trouve 
envoyé. Si l'inscription photographique a lieu à une vitesse suf- 
fisante (l'emploi de films de cinématographe ou de pellicules 
Kodak permet de défiler un décimètre à la seconde), on peut 
situer le top dans la seconde à un millimètre près. Une vérifica- 
tion immédiate s'obtient d'ailleurs eu inscrivant le 180' top et la 
seconde du chronomètre au cours de laquelle il se produit. Si l'on 
utilise une bande assez longue pour inscrire le 1""' et le 180' tops 
radiotélégraphiques parallèlement aux secondes du chronomè- 
tre, on possède un autre contrôle en calculant par le relevé des 
coïncidences inscrites graphiquement les heures des P"" et 180'' 
tops. 



140 l'inscription des signaux hertziens 

Les planches V et VI représentent des films de kodak sur 
lesquels sont inscrites ces comparaisons des tops aux secondes. 

Les galvanomètres à cadres extra sensibles que j'ai combinés 
et l'inscription très précise qu'ils permettent, peuvent, ainsi 
que je l'ai indiqué aux C. R. de l'Ac. des Sciences (28 avril 
1913), être utilisés aux relevés géodésiques de haute précision. 

La méthode que je préconise consiste à situer un top émis 
par la Tour Eiffel dans la seconde du chronomètre employé. 

En défilant un décimètre de film à la seconde.il suffit d'effec- 
tuer le relevé du top au millimètre près pour obtenir le Vioo de 
seconde, ce qui se fait à la règle et à l'œil nu. Si on utilise le 
uiicroscope et le visé micrométrique, c'est le ^ ^^^ du \ioo ^^ 
seconde qu'on pourrait atteindre, ce qui serait d'ailleurs, ac- 
tuellement du moins, bien inutile. Voici (fig. 4), une application 

lampe é arc 

,<: Une seconde =i!z l3! millimètrei >- ;J2 '"/m — 



■•8U; 



• 0^^^ Chrono 



'8lty 



r'Iop Contrôle ^^ ''°P 

< Distance en tre les Z tops = f?S'^5- > 

1 é hh ^/m 3 par seconde 

\ Correspond a un intervalle de 0i'"^377 

, sec_± ,^ Ijsec^g 

Nombres donnés par la Tour à z3'?l^g le B? déc . iS'Z - 2gôg6z 
le !<"'top^ 23''2g"'5^"Cp 



En ^upp. au chrono Le chrono eut avancé de o" zzj 

^:i''2g'"5g- o^<"'8it ^ o^^''62 = o.22y 

Fi^^. 4. — Graphique d'inscription et de comparaison de l'heure d'un garde- 
temps au Yioo de seconde près. Les battements du garde-temps enre- 
gistrés se placent par rapport au premier top radiotélégraphique envoyé 
par l'Observatoire le 27 décembre l'J12, de telle sorte qu'on en déduit 
une avance pour le garde-femps de s. 225. Le contrôle montre que la 
précision atteint s. 00!:!, différence entre s. 98 et s. 977. 
Figure réduite au '/g de la gratideiir réelle. 

de cette méthode faite à l'aide d'un galvanomètre à double 
cadre extra-sensible. 

Cette méthode de situation du top dans la seconde est bien 
plus précise que la méthode des coïncidences. 

Tout d'abord l'inscription des tops et des secondes n'astreint 
pas à la détermination d'une coïncidence auditive forcément 
fugace et qui ne laisse pas de trace. On peut donc préciser le 



l'inscription des signaux hertziens 141 

souvenir et empêcher l'erreur. Mais point n'est besoin de re- 
chercher même des coïncidences au sujet de la situation exacte 
desquelles on hésite d'ailleurs souvent (pi. VetVI). Il suffirait 
que l'Observatoire inscrive, suivant mon procédé, un seul top 
dans la seconde du garde-temps et qu'il relève l'heure corrigée 
de son garde-temps. Ce serait cette heure qu'il télégraphierait 
aux observateurs qui auraient eux-mêmes, par la méthode que 
je préconise, situé le même top dans la seconde de leur chrono- 
mètre. Au besoin, dans la pratique, un certain nombre de tops, 
cinq ou six au plus, seraient émis toutes les minutes ou toutes 
les deux minutes, cela trois fois, et le télégramme hertzien des 
tops indiquerait l'heure exacte du premier top de chacune des 
trois séries. 

En ce qui concerne la situation d'un top dans la seconde, 
toutes choses égales d'ailleurs, il est d'une évidence immédiate 
qu'on sera bien moins susceptible d'être troublé par les para- 
sites au cours d'une opération qui dure trois secondes qu'au 
cours d'une opération qui dure trois ou même cinq minutes. 

Or, il suffit de trois secondes pour inscrire un top dans une 
seconde avec la précision la plus extrême qu'on puisse désirer. 
Les trois secondes sont nécessaires pour effectuer le contrôle de 
l'uniformité de vitesse de la bande d'inscription. A la rigueur, 
deux secondes suffiraient, mais il est évidemment mieux de 
contrôler l'uniformité de la vitesse pour la seconde qui précède 
et pour la seconde qui suit celle où s'est inscrit le top. 

Les dispositifs qui m'ont permis d'obtenir ces résultats sont 
en même temps que très sensibles (ils décèlent le Vioo de mi- 
croampère)," très rapides. Certains de mes cadres ont une 
période de vibration inférieure au V ^^^ de seconde. D'ailleui>, 
je me suis astreint à Poitiers n'étant en somme qu'à une dis- 
tance de 300 kilomètres de Paris, à ne recevoir qu'une très 
faible énergie. J'utilise, à dessein, une antenne unifilaire et de 
faible hauteur. De telle sorte que mes galvanomètres pourraient 
aisément, adaptés à des antennes à rideau du genre de celles 
de la Tour Eifiel, capter des émissions faites à 5 ou 6.000 kilo- 
mètres. Les choses sont disposées d'ailleurs de façon à ce que la 
presque totalité de l'énergie reçue par l'antenne serve à faire 
tourner le cadre. 






.s 


m 


1, 


X — 


n 




ce 

35 




-2 


0) 

a 


5 "3 
1- 


ï 


■•J 


cS 


d. 


<1} 


*.ï 


O 


<D 






o 




— ' Jj 






- 


ce 




0) 


•0) 


1" 


O 


-t< 


73 

,2 


5. = 


Ki 


eu 


a> 




« 


p 


-5 


'5 



,'^> 



-^ -a -i r: 



3= - ~ - s.— ■-- 0^ 

jQ -01 i3 > O) S 

- 2 ^ ^ v> t- -w 



<u O 



_ -^ a S 

>"> ^ ti 



a. ^ 



lO 



Cl ^ 
•2 Q ^ ~.<^ 

^, b -=^ = - 



•gô 


re 


cij 


73 




D 


CD 


a 




OCQ 
5^ 


1) 


>-> 

o 


a 
a> 




S" 


y 


■D 


■» 


_< 


•« 


a 


a 




i 


■V 


"S 


i< 




OJ 


2 


•ci n 




-5 


~ 


'^ 


co 


a 






-'O 






3> 












IJ -Z 


aJ 


o 


'." 






rt 


"ç? 


-a 


a ^ 


T3 


•1) 


O 


« 
"« 




>-i 


Z 


•V 
■0) 


^2 

-0) 




o 




S 


a 

bf. 


5 


rt 


•r a, 
&"2 


5 




:3 
ifj 


5- 
-2 


1'^ 
c tu 


a) 


-a 


a 

ai 


<D 0) 
, D 




a. 
5" 


ij 




tp 


'/? 


a 


S 


a ô 


5 




■C 


co 


-O a 


■V 


S 


a 


o ' 

o a 




s 


c 


s 


O a 


o 


a 


g. 


0) .„ 


a) 


"*' 


o 


« 



a) 



a 72 — _ (K 



a o 



.j3 -rt a> « 

•- - S S 

•-1)0) 
î- _^ r. .5 a) ,(D a; a 

:5 - 2 5 - *^ - 



-ô.2| § '" 



-o 5 .-s c3 --3 



et; 



0) ~ 

Ji -« s °--i a; : 

- a) aj - . > — . 

X - :i ï .o-r ^ ._ 

a) o a) - ^ « ^ ~ 

= ± « °^ • IS JS «^ 

-^ " a;- S - ^ ^ ^ 

^ > ce OT a) , 
es 

r- = C = a; »t: 5:; 

ofj— ' ~ o -3 ■ - o 

2 ^ a = "S 



Q, o TS 



6d - 

s 5 

o ^ 



aj s — 



a) 

— o 



00 1^ = 

a ^ 'x ""■ r eu "^ 



Ci ^ 

« a,c-> X = 

H 03 »0 ~ -73 



X -^ = te - 

aj -- rr" a) 



^eo.2P£ 5 S • 

J 5^ te »j .a o .53 



L INSCRIPTION DES SIGNAUX HERTZIENS 



143 



Les tigures 5 et 6 représentent deux inscriptions photogra- 
phiques de radiotélégrarames qui furent accompagnées de 
réception au Morse au moyen de la méthode des relais en cas- 
cade que j'ai indiquée i^voir C. R. Académie des Sciences, 14 
avril 1913). 

Cette méthode d'inscription et les appareils qu'elle m'a con- 
duit à construire sont susceptibles de deux domaines d'applica- 
tions bien différentes : 1° ce que j'appellerai des applications de 
pratique vulgaire ; 2" des applications à la géodésie de haute 
précision. 







M^j^v^myyX^^ ^ A 



Fiy. 6. — Reproduction de la dépêche météorologique du 11' mars 1913. Ce 
radiotélégramme a été reçu au Morse à Poitiers (300 kilomètres de la 
Tour Eiffel), en même temps que les déplacements du cadre de noire 
galvanomètre extra-sensible étaient photographiés, comme le montre 
le tracé de la figure, grâce au minuscule miroir (2 mm. X 1 mm.) 
collé sur un côté du cadre. La dépêche doit être lue de droite à gau- 
che. Toute la première partie est en langage (chiffré convenu, la prévi- 
sion du temps en langage clair. 

Réduction aux -'j de la grandeto' réelle 



1° Application de pratique vulgaire. — Il ne m'a pas été dif- 
ficile de construire, avec les cadres mobiles comme moteurs, 
des relais extra-sensibles et dès lors, en utilisant deux: relais en 
cascade, j'ai pu recevoir et inscrire au Morse des radiotélé- 
grarames émis lentement comme la dépêche météorologique, 
par exemple. On peut de la même manière utiliser les signaux 
horaires au réglage automatique des horloges. 

2" Application à la géodésie de précision. — Nous pouvons 
inscrire le 100* et, s'il était besoin, le 100* du 100* de seconde. 



144 l'inscription des signaux hertziens 

Il est des domaines de nos connaissances géophysiques encore 
à peine explorés. 

On sait que notre globe, en dehors de deux grands mouve- 
ments : mouvement annuel de rotation autour du soleil, mou- 
vement diurne de rotation sur lui-même, est l'objet de plusieurs 
autres mouvements de moindre importance. Ces mouvements 
supplémentaires sont assez complexes pour avoir fait comparer 
la terre, dans son voyage à travers l'espace, à une bulle de 
savon qui tournoie en palpitant, baignée par les rayons so- 
laires. 

C'est d'abord le mouvement de i)récession des équinoxes, qui 
déplace l'axe du globe par rapport au ciel et qui, dans treize 
mille ans, substituera Véga, l'une des belles étoiles bleues de 
la Lyre, à l'étoile polaire actuelle. La polaire du Petit chariot 
reviendra d'ailleurs dans l'axe du globe dans vingt-cinq mille 
ans. 

Un autre mouvement déplace constamment les pôles de la 
terre. Une masse d'eau considérable est charriée chaque année 
à la surface de la planète par le jeudel'évaporation des océans 
(très actives dans les régions équatoriales) et de la congélation 
dans les régions polaires. Cette masse est d'environ 750 millions 
de tonnes. De ce fait, par l'application même du théorème des 
aires, l'axe de rotation de la terre, alors même qu'il serait fixe 
dans l'espace, ne perce pas le globe constamment au même 
point. Les pôles se déplacent à la surface de la terre et, depuis 
vingt ans, ce déplacement a atteint 20 mètres environ. Vingt 
mètres, cela correspond à 0".6 (Vm de seconde d'arc) ou bien 
encore Vioo '^e seconde de temps. En situant donc l'heure exacte 
d'un lieu à \'\f,^ de seconde de temps près, on a le moyen de dé- 
terminer la longitude avec une précision supérieure à la varia- 
tion même qu'elle éprouve au cours des ans. 

Un dernier mouvement terrestre récemment mis en évidence 
est celui qu'on peut comparer à une sorte de respiration. L'at- 
traction combinée du soleil et de la lune, en même temps 
qu'elle produit les marées, agit sur la partie solide de la terre. 
Notre globe est assez élastique pour que chaque jour le niveau 
des continents soit déplacé du fait de cette attraction. L'ampli- 
tude de ce mouvement est voisine de 40 centimètres. 



l'inscription des signaux hertziens 145 

Cette énuraération suffit à faire pressentir tout l'intérêt que 
présente la détermination et l'inscription de l'heure avec un 
haut degré de précision. Pour ces applications à la géodésie de 
précision, l'inscription d'un signal horaire à longue portée dans 
la seconde dans laquelle il a été produit paraît de beaucoup pré- 
férable, en ce qui concerne la comparaison de plusieurs heures 
locales au même instant, à la méthode des coïncidences. 



SUR LA VARIATION 

DANS LA 

COIPOSITIOPI CHilDi DES EADX DIIILÎRATION 



li. DVPARC et €. OVCI 



Au cours d'un travail entrepris sur les eaux d'infiltration du 
canton de Genève, nous avons cherché à vérifier dans quelle 
mesure la composition des nappes d'infiltration était sujette à 
des variations. Nos expériences ont porté sur un certain nombre 
de sources du Canton, ainsi que sur la source d'Aiguebelle, au 
Petit-Salève.Nous avons fait l'analyse complète des eaux de ces 
ditterentes sources, à plusieurs périodes distinctes de l'année, 
et nous avons en outre très fréquemment déterminé simplement, 
à d'autres époques, le résidu sec total. Nous n'indiquerons pas 
les méthodes analytiques qui ont été suivies, celles-ci sont con- 
formes à celles employées par M. Duparc dans ses travaux anté- 
rieurs sur la composition de l'eau des lacs; nous nous borne- 
rons à énoncer simplement les résultats obtenus. 





Source d'Aiguebelle 








12 janvier 


22 janvier 


28 janvier 


6 février 


27 février 


Résidu sec . . 

SiO., 

(FeoAlj.O, . . 

CaO 

MgO 

Cl 

SO3 

Oxydabilité . . 



CO. 


228,2 
2,4 
2,3 

111,9 
1,9 
2,2 
5,6 
1,2 
16,7 

210,4 


227,8 

3,2 

2,1 

111,16 

1,8 
2,2 
5,4 

214,0 


226,4 
117,6 


219,5 
4 
2,3 

112,4 
2,8 
3,5 
4,7 
5,1 
16,4 

210,5 


225,3 

114,8 
3 



VARIATION DANS LA COMPOSITION CHIMIQUE, ETC. 



147 





15 mars 28 mars 14 avril 

1 i 


27 avril 


19 mai 


Résidu sec . . 

SiO, 

(FeaAljoOs . . 

CaO 

MgO 

Cl 

SO3 

Oxydabilité . . 



CO2 


227,3 
3,8 
1,9 

118,4 
3,0 
4 

5,4 

2,4 

15,0 

205,3 


228 225,2 

- 5 
1,0 

111,9 118,2 

- 5,0 

- 3,9 

- 4,0 

- 3,8 


221,6 
5 

115 


226,4 
4,2 
0,9 

118 
4,2 
4,5 
5,6 
3,9 
14,3 

200,0 





21 juillet 


15 août 


27 août 


Résidu sec . . . 

SiOo 

(Fe2Al)20, . . . 

CaÔ 

MgO 

Cl 

SO3 

Oxydabilité . . 



CO2 


219,8 

5 
1,4 

110 
3,8 
4,0 
4,0 
3,2 
13,0 

195,4 


220,5 
4,2 
1,8 

114 
4,3 
3,0 
5,0 
2,7 
13,5 

201 


224 
119,7 



Tous ces résultats sont exprimés en milligrammes. L'acide 
carbonique total tigure sous la rubrique CO". C'est celui qui 
a été déterminé dans l'eau, à sa sortie de la source. Il comprend 
l'acide libre, et celui fixé dans les carbonates. L'oxydabilité est 
exprimée en acide oxalique, conformément à la méthode de 
de Marignac. 

Les résultats indiqués montrent une constance remarquable 
dans la composition de la nappe d'infiltration, qui a tout à fait 
la composition des eaux à circulation rapide, provenant de mas- 
sifs calcaires non dolomitiques. Cette constance s'observe aussi 
bien sur la totalité des éléments formant le résidu sec, que sur 
les éléments considérés individuellement. C'est à peine si l'on 
peut dire qu'au gros de l'été (21 juillet), la teneur de l'eau est 



148 



VARIATION DANS LA COMPOSITION CHIMIQUE 



un peu plus faible, ce qui correspoud à une plus petite quantité 
d'acide carbonique également. 

Les difïerences extrêmes observées sont, pour les divers élé- 
ments dosés, les suivantes : 



Késidu sec . . 8,4 

SiO, 2,8 

(Fe2Al),,03 . . 1,4 

CaO 8,4 

MgO 3,1 

Cl 2,3 

SO, 2,6 

Oxydabilité . . 3,9 

3,7 

COo 10,5 



12 janvier et 21 juillet 

12 janvier et 21 juillet 
19 mai et 6 février 

13 mars et 21 juillet 
19 aviil et 12 janvier 
19 mai et 21 janvier 
12 janvier et 21 juillet 
12 janvier et 6 février 
12 janvier et 21 juillet 
22 janvier et 21 juillet 



Si maintenant, on somme les différents résultats obtenus, en 
prenant les moyennes, on arrive pour la composition définitive 
de la nappe d'infiltration d'Aiguebelle, aux chiffres suivants : 



Résidu sec . . 223,8 

SiO. 4,1 

(Fe2Al),03 . . 1,7 

CaO 114,8 

MgO 3,3 



Cl 3,4 

SO, 4,9 

Oxydabilité . . 3,1 

14,9 

CO2 205,2 



Source Marsis. commune des Eaux- Vives 



Cette source, qui s'alimente sans doute à une nappe assez 
étendue, comme le ferait supposer l'analogie de composition 
d'une série de sources situées dans le même périmètre, sort du 
terrain glaciaire. Sa composition est très différente, comme l'on 
peut s'y attendre, de celle de l'eau d'Aiguebelle, mais se rap- 
proche par contre beaucoup de celle d'une série d'autres nappes 
d'infiltration du canton, qui se trouvent dans les mêmes condi- 
tions. Cette source a été analysée en 1910 par le professeur 
Graebe. Nous donnerons son analyse dans la première colonne 
de gauche. C'est un document précieux pour la question que 
nous nous proposons d'étudier. 



DES EAUX D INFILTRATION 



149 



Graebe 



1" février 11 février 14 février 



Résidu sec 
SiOo . . . 
tFe.ADoOa 
CaO . . . 
MgO. . . 
Cl 

so, . . . 

Oxydabilité 
. . . . 
CO. total . 
Na,,0 . . 
K,Ô . . . 
NoO,. . . 



— 


456,0 


13,0 


9,8 


1,2 


1,4 


188 


186,2 


26,0 


27,8 


6,9 


9,5 


33,7 


34,3 


— 


16,7 


6,0 


12,0 


333,6 


331,1 


9,0 


— 


5.0 


— 


trace 


— 



455,8 



184,5 



448,4 



185,2 



445,6 

9,2 

1,2 

183,2 

27,8 

6,9 

34,3 

14,0 

13,4 

327 



25 mars 14 avril 29 avril 17 mai 30 mai 9 juin 15 juillet 



Résidu sec . 
SiO. . . . . 
(FeoAljaOa . 
CaO ... . 
MgO . . . 

Cl 

SO3 . . . . 
Oxydabilité . 



CO2 total . . 
NaoO . . . 
K2O . . . . 

N^Oa . . . 



452,0 


460,8 


457,0 


452,0 


448,7 


450,9 


— 


8,4 


— 


7,9 


— 


7,5 


-• 


2 




1,5 


— 


1,0 


184 


197,6 


187,4 


183,0 


184,9 


179 


— 


26,1 


— 


26,8 


— 


24,5 


— 


5,4 


— 


6,7 


— 


7,0 


— 


32,4 


— 


38 


— 


34 


— 


16 


— 


15 


— 


16,2 


— 


— 


— 


14,3 


— 


14,7 


— 




— 


335 




318 


— 


— 


— 


— 


— 


— 



449,0 

8,0 

0,95 

183,2 

26,0 

6,8 

33 

18,4 

13,2 



20 



20 août 22 sept. 



20 août 22 sept 



Résidu sec. 
SiOs . . . 

(FeoAllA- 
CaÔ . . . 
MgO . . . 
Cl ... . 
SO3. . . . 



448,5 


456 


— 


9 


_ 


1 


179,2 


180 


— 


28 


— 


8,2 


— 


83,7' 



Oxydabilité 



CO2 total . 
Na,,0 . . . 
K,,0 . . . 
N,05 . . . 



14 

15,2 
330,2 



18,7 



150 VARIATION DANS LA COMPOSITION CHIMIQUE 

Les résultats de ces différentes analyses montrent que, bien 
qu'étant dans des conditions fort différentes au point de vue 
géologique de celles de la source d'Aiguebeile, la nappe qui ali- 
mente la source Marsis est aussi d'une constance très remar- 
quable, en ce qui concerne la totalité des éléments dissous, et 
les éléments considérés individuellement. Il faut faire cepen- 
dant une exception pour le chlore et les nitrates. Pour le chlore, 
les chiffres trouvés varient entre 6,9 et 9,5 ; pour les nitrates, 
tandis que l'analyse de Graebe n'indique que des traces de ces 
sels, celles que nous avons faites en juillet et en septembre en 
montrent par contre une proportion notable. Cela semble indi- 
quer la prétence d'infiltrations locales, qui viennent temporai- 
rement modifier la composition de la nappe, du moins en ce qui 
concerne les nitrates et les chlorures. 

Les différences extrêmes observées entre ces analyses sont 
les suivantes, et nous avons mis en regard la composition 
moyenne de la source, telle qu'elle se dégage de l'ensemble 
de nos analyses : 



Ré^idu sec . . . 12,4 

SiO,, 2,3 

(Fe,,Al)203 ... 1,1 

CaO 17,16 

MgO 3,5 

Cl 4,1 

SO, 1,9 

Oxydabilité. . . 4,4 

3,2 

CO2 total. ... 17 

NaoO — 

Ka2 2 

N2O, - 

Source de la commune de Bardonnex 

L'eau analysée a été prélevée à la grande fontaine au milieu 
du village. La région avoisinante est formée par le terrain gla- 
ciaire , mais la source est captée, paraît-il, au delà de la com- 
mune. En tous cas, la composition de la nappe est tout à fait 



DifTéi-onc 


(.'S 




Compositidii 
moyenne 


14 avril 


et 


14 février 


451,5 


1 février 


et 


9 juin 


9,1 


14 avril 


et 


15 juillet 


1,3 


14 avril 


et 


9 juin 


184,4 


1 février 


et 


9 juin 


26,3 


1 février 


et 


14 avril 


7,2 


1 février 


et 


14 avril 


33,5 


15 juillet 


et 


12 mai 


15,70 


22 septembre 


et 


1 février 


13,8 


1 mai 


et 


9 juin 


329 
9 


15 juillet 


et 


22 septembre 


5 

19 



DES EAUX D INBILTRATION 



151 



analogue à celle des eaux qui circulent dans les formations gla- 
ciaires. 





5 mai 


■27 juillet 




5 mai 


27 juillet 


Résidu sec .... 


474 


485 


Cl 


8,6 


7,9 


SiO, 


8 


7,5 


SO3 


31,3 


32,7 


(FesAljsOs. . . . 


1 


2 


Oxydabilité . . . 


10 


8,8 


CaO 


202,8 


204 





14,5 


12,6 


MgO 


25,5 


24,5 


CO., total .... 


— 


— 



La composition est également peu variable. A rencontre de 
ce qu'on peut observer d'habitude, le résidu sec est un peu plus 
fort au milieu de l'été. 



Source de CandoUe à Evordes, commune de Bardonnex 

L'eau analysée provient de la fontaine de la cour du château 
de Candolle. La source, parait-il, est captée au Salève, et amenée 
par des canalisations. 





10 avril 


15 août 




10 avril 


15 août 


Résidu sec . . . . 


264,8 


263,5 


Cl 


2,2 2,8 


SiOa 


4,8 


3,9 


so, 


22,2 24,0 


(Fe,Al)20,, .... 


trace 


trace 


Oxydabilité . . . 


9,8 8,7 


CaO 


128,8 


127,9 





14,9 12,9 


MgO 


8,9 


8,0 


CO2 total .... 


227,4 


222,0 



Les diftérences observées sont excessivement faibles et pour 
ainsi dire nulles. C'est à peine si l'on constate une petite dimi- 
nution d'oxygène et d'acide carbonique dans la période chaude, 
ce qui est normal. On remarquei'a une assez grande analogie 
avec l'eau d'Aiguebelle. Toutefois la magnésie et les sulfates y 
sont plus abondants, ce qui semblerait indiquer un parcours 
déterminé de l'eau dans le terrain glaciaire. 

Source de Certoux, commune de Perly-Certoux 

L'eau provient de la source qui alimente la fontaine commu- 
nale. La composition de cette eau est celle d'une nappe en ter- 
rain glaciaire, comme on le verra par les analyses ci-dessous. 



152 



VARIATION DANS LA COMPOSITION CHIMIQUE 





30 avril 


■27 juillet 




30 avril 


■27 juillet 


Résidu sec . . . . 


408,9 


400,2 


Cl 


9,1 


8,9 


SiOo 


8,8 


7,9 


SO3 


34,8 


85 


(Fe,,Al)203 .... 


8 


7,5 


Oxydabilité . . . 


9,4 


10,0 


CaO 


164,4 


165,0 





14,7 


12,8 


MgO 


31,8 


33,3 


CO2 total .... 


— 


— 



Là encore, comme dans le cas précédent, les variations sont 
insignifiantes. Il y a simplement léger abaissement du résidu 
sec, avec diminution de l'oxygène et augmentation de l'oxyda- 
bilité dans la période d'été. 



Source de la commune de Meinier 

L'eau a été prélevée à la fontaine qui se trouve devant l'église^ 
et qui alimente encore trois autres fontaines. La composition de 
l'eau est également celle d'une nappe dans les formations gla- 
ciaires. 





lOjuin 


20 aoiit 




lOjuin 


20 août 


Résidu 
SiO.,. . 


sec . . . . 


470 
10 

2,8 
177,6 

27,8 


482 

9,5 

1,9 

176,4 

28,3 


Cl 

SO3 

Oxydabilité . . . 



COo total .... 


24 

75,8 

11 

14,8 


23,9 
74,5 


(Fe.Al) 
CjO . 


.O3. . . . 


10,2 
12 


MgO . 







L'eau de cette nappe est très séléniteuse et très riche en 
chlore, ce dernier fait parait indiquer la présence d'infiltrations 
locales. Les conclusions qui se dégagent des deux analyses sont 
à peu près identiques à celles indiquées ci-dessus. 

Les résultats qui viennent d'être exposés et qui demande- 
raient certainement à être complétés, montrent que la compo- 
sition des nappes d'infiltration présente une constance beaucoup 
plus grande que l'on aurait pu s'y attendre de prime abord, ^ 
d'après les travaux qui ont été faits sur les eaux des lacs et des 

' L. Duparc et B. Baeff, Le régime des eaux de l'Arve. Archives, 
1890, t. XXIII, page 363, et C. B. acad. se, 1891, t, CXIII, p. 235. 
- L. Duparc, Le lac d'Annecy. Archives, 1894, t. XXXII, p. 68-191. 



DES EAUX d'infiltration 153 

rivières. MM. L. Diiparc et B. Baett', dans leurs travaux sur 
les eaux de l'Arve, et M. L. Duparc^ dans ses recherches sur les 
eaux des lacs et de leurs affluents, ont démontré en efl'et : 

1° Que les eaux des rivières ont une composition essentielle- 
ment variable, non seulement d'une saison à l'autre mais encore 
d'un jour à l'autre dans certaines conditions. Ces variations, 
qui sont fonction du niveau, peuvent osciller parfois du simple 
au double, et leur origine a été expliquée d'une inanièrQ abso- 
lument complète. 2° Pour les lacs, M. L. Duparc est arrivé à la 
conclusion que leurs eaux sont en général moins chargées en 
substances dissoutes que la moyenne de leurs affluents et M. A. 
Delbecque " a démontré que, pour un même lac, il existe souvent 
une ditterence appréciable dans la composition de l'eau de sur- 
face et de l'eau du fond, quelle que soit l'importance du bassin. 

Pour les nappes d'infiltration, nous voyons qu'il n'en est pas 
de même et que les différences que l'on observe sont d'un ordre 
presque négligeable. A Aiguebelle, c'est à peine si l'on peut 
prétendre à une diminution dans les matières dissoutes pendant 
la période chaude, diminution insignifiante qui paraît corres- 
pondre à une diminution dans la teneur en acide carbonique, 
ce qui est tout à fait logique. Pour la source Marsis, les varia- 
tions sont aussi insignifiantes également, et ne paraissent pas 
avoir une relation déterminée avec les saisons ; il en est de même 
pour les autres sources étudiées, du moins en ce qui concerne 
le résidu fixe et ce que nous appellerons les éléments fondamen- 
taux, c'est-à-dire la chaux, la magnésie et l'acide sulfurique. Il 
n'en est pas tout a fait de même pour le chlore, et cela se com- 
prend, car cet élément est attribuable à des causes tout à fait 
locales, qui peuvent ne pas exister en permanence. 

Cette constance dans la composition des nappes d'infiltration 
nous paraît devoir provenir de deux causes qui sont les sui- 
vantes : 

1° Pendant -leur parcours souterrain, les eaux qui forment la 
nappe ont une circulation assez lente, pour que la saturation de 
l'eau vis-à-vis des éléments chimiques qu'elle tiennent en dissolu- 

' L. Duparc, Le lac d'Annecy. Archives, 1894, t. XXXI, p. 68-191. 
- A. Delbecque, Les lac français. 

AHr:iiivi:s, t. XXXVII. — I-Vviicr lltl'i. 11 



154 VARIATION DANS LA COMPOSITION CHIMIQUE, ETC. 

tiou, soit complète. Il est alors évident que la teneur des eaux 
en matières dissoutes ne peut pas subir de grandes oscillations. 

2° Les carbonates formant, comme nous l'avons vu, la plus 
grosse partie du résidu sec, et la solubilité de ces derniers dé- 
pendant, toutes choses égales d'ailleurs, de la quantité d'acide 
carbonique en solution, il faut nécessairement que la proportion 
de cet acide soit sujette à de faibles fluctuations, pour expliquer 
la constance observée. Or, c'est précisément ce que l'on peut 
voir par l'examen des chiffres qui précèdent ; les variations dans 
l'acide carbonique total sont, eu effet, assez faibles, et restent 
dans l'ordre de grandeur de celles du résidu sec. On sait en 
ett'et, à la suite des expériences de von Essen^ que l'acide car- 
bonique augmente considérablement la solubilité des carbo- 
nates et une variation, appréciable de cet élément dans l'eau 
doit entraîner de suite une variation correspective du résidu 
sec. C'est en général ce que l'on observe; ainsi à Aiguebelle, le 
mois de juillet fut celui où le résidu sec était le plus faible 
(219,8). C'est aussi celui où l'acide carbonique total atteint 
la plus petite valeur, soit 197.4 mil. Cette influence de l'acide 
carbonique se manifeste par les oscillations des éléments qui 
sont sous sa dépendance immédiate, comme le carbonate de 
chaux, par exemple, tandis que l'acide sulfurique, qui provient 
du sulfate de chaux, lequel est directement soluble dans l'eau 
et dont la solubilité n'est pas influencée par la présence de 
CO,, subit de très faibles variations, comme ou peut le voir, 
à la source Marsis, notamment, où cet élément est en quantité 
appréciable. 

Il est intéressant de constater que quelle que soit l'origine de 
la nappe d'infiltration, les conclusions qui viennent d'être énon- 
cées sont les mêmes. Elles se vérifient aussi bien pour les eaux 
qui viennent du Salève, que pour celles qui sourdent à la surface 
du glaciaire. 

' Ivan von Essen, Recherches expérimentales sur la solubilité des 
carbonates. Thèse, Genève 1S97. 



NITRATION DES DÉRIVÉS ACYLÉS 



DU 



M-AMIlPHiOL ET DE LA UMME 



Frédéric REV£R»1N et Karl WIDMER 



L'uu de nous s'est occupé depuis plusieurs aunées, avec 
divers collaborateurs \ d'étudier la uitration des dérivés du 
p-aminophéiiol ; il nous a paru intéressant d'étendre mainte- 
nant ces recherches à la série « meta « et de chercher à com- 
pléter, ou tout au moins à augmenter le nombre des dérivés 
uitrés connus dans cette série encore très incomplète. 

Nous avons commencé cette étude par les dérivés du m-ami- 
nophénol, qui est devenu, comme on le sait, un produit facile- 
ment accessible depuis que son emploi en teinture a été breveté ^ 
et qu'il est fabriqué industriellement. 

Nous tenons à remercier à cette place laBadische Anilin uud 
Soda-Fabrik, qui a eu l'obligeance de nous fournir gratuite- 
ment la matière première nécessaire à nos recherches. 

Nitration des dérivés diacylés du m-aminophénol. 

Les dérivés diacylés du m-aminophénol, qui ont été utilisés 
par nous, étaient eu partie connus, nous ne parlerons que de 
ceux qui n'avaient pas encore été décrits et nous mentionnerons 
une observation faite à l'occasion de la préparation dudiacétyl- 
m-aminophénol. 

' Archives des Se. phys. et nat. de 1904 à 1913. 

- Brevet allemand du 5 mai 1908. Henri Schmid de Mulhouse. 



156 MTRATION DES DERIVES ACYLÉS 

Le diacétyl-m-amiiiophénol déjà préparé par Ikuta^ en chauf- 
fant le m-aminophénol avec l'anhydride acétique à 150-160°, a 
été obtenu par nous, avec un meilleur rendement (80-85 ^o), en 
chauffant trois heures à 160° avec l'anhydride acétique et de 
l'acétate de soude. 

Il se forme en outre dans cette réaction du iriacétyl m-amino- 
phénol : 

C^H* • OC-H^O • N(C-H^0)2 

qui est moins soluble que le dérivé diacétylé et qui cristallise 
dans le toluène en aiguilles incolores, f. à 75-77° ; ce nouveau 
composé, très soluble dans l'alcool et dans le chloroforme, inso- 
luble dans l'eau, est très peu stable; il se transforme facile- 
ment, de lui-même, en dérivé diacétylé en éliminant une molé- 
cule d'acide acétique. 

0.1144 gr. Subst. ont donné 6.52 ce. N (19°; 728 mm.) 
Calculé pour C'-'H'-'O^N. ... N = 5.96 «/„ 
Trouvé N = 6.24 7o 

Le toluène-suif onyl-m-cDYiinophénol : 

C^H* • OH • NH • SO-C'H' 

dont la préparation effectuée par Reverdin et de Luc, n'a pas 
encore été publiée, et qui f. à 158°, fournit par acétylation au 
moyen de l'anhydride acétique en présence de quelques gouttes 
d'acide sulfurique, VO-acétyl-N-toluènesidfonyl-m-animopliénol : 
cm' ■ OC-H^'O • NH • SO-C'H' 

qui cristallise dans l'alcool dilué en aiguilles blanches, f. à 166°. 
Il est soluble dans l'alcool et dans l'acétone, insoluble dans 
l'eau et dans la solution de carbonate de soude. 

0.1407 gr. Subst. ont donné 5.93 ce. N (20"; 733 mm.) 
Calculé pour C'^H^^O^NS ... N = 4.59 7o 
Trouvé N = 4.62 «/« 

Le ditolmnesulfonyl-m-aminophénol : 

cm* ■ OSO^C'H' • NH • SO-C'H- 

a été préparé en faisant réagir deux molécules de p-sulfochlo- 
rure de toluène sur le m-aminophénate de soude en solution 

* Am.joiir., t. 15, p. 42. 



DV M-AMINO PHÉNOL ET DE LA M-ANISIDINE 157 

aqueuse et en chauffant trois quarts d'heure au bain-marie. Il 
se dépose sous forme d'une huile qui, après avoir été reprise 
par l'alcool fournit des aiguilles blanches, f. à 110°. Ce com- 
posé, insoluble dans les alcalis, se dissout facilement dans 
l'alcool et dans l'acétone; il est insoluble dans l'eau et dans la 
ligroïne. 

0.2738 gr. Subst. ont donné 8. 68 ce. N (22°; 73G mm.) 
Calculé pour C-oH^'O^NS^ . . N =-- 3.36 7o 
Trouvé N = 3.46 7o 



Nitration du diacétyl-m-aminophénol 

La nitration de ce dérivé a déjà été étudiée par Meldola^ 
qui a obtenu par l'action des acides nitriques de D = 1.4 et 
1.5, \emtro-4-acétyl-i)i-aminophénol ainsi que le dérivé mononiiré 
en 6. Ce dernier dérivé nous a paru difficile à isoler du produit 
de la réaction, tout au moins dans les conditions oii nous l'avons 
effectuée, en suivant apparemment les indications de Meldola, 
mais en revanche nous avons pu le préparer avec un bon rende- 
ment en opérant comme suit : nous avons introduit peu à peu 
1 gr. de diacétyl-m-aminophénol dans 5 ce. d'acide nitrique de 
D = 1.52 en refroidissant dans un mélange de glace et de sel, 
de telle manière que la température ne dépasse pas + 4°. En 
coulant sur l'eau glacée, nous avons obtenu un précipité inco- 
lore qui, après avoir été cristallisé dans l'alcool, est en aiguilles 
blanches, f. à 113°. Ce produit constitue le 6Zîacet;«/Z-m^>-o-6'-w- 
aminopJiénol : 

QBjjn . oc^H-^O • NH ■ C-H-^0 • NO- 
(1) (3) (6) 

Il est soluble dans l'alcool et dans l'acide acétique, peu solu- 
ble dans l'eau et insoluble à froid dans la solution de carbonate 
de soude, qui le saponifie partiellement à chaud. 

0.1147 gr. Subst. ont donné 11.98 ce. N (15°; 736 mm.) 
Calculé pour C'^H'^O^N-. . . N =--: 11 . 76 7„ 
Trouvé N = 11.78 7o 

' Chem. Soc. T. 89, p. 925. 



158 NITRATION DES DERIVES ACYLÉS 

La saponification de ce produit par le carbonate de soude à 
chaud fournit le nitro-O-acétyl-m-aminophénol : 

C'W • OH • NO- • NH ■ C-H'O 

(1) (6) (3) 

qui a été décrit par Meldola, avec le F = 221° et pour lequel 
nous avons trouvé nous-mêmes 200°. 

0.1354 gr. Subst. ont donné 17.80 ce. N (20°,5; 715 mm.) 
Calculé pour C'H'^O^N-. ... N = 14.29 7o 
Trouvé N = 14.08 7o 

Celui-ci donne par saponification au moyen de l'acide chlor- 
hydrique à 5 ^/o, en chauftant deux heures à ébullition, le 
nitro-6-m-aminophénol : 

CH-- • OH • NO^ ■ >;h2 

(1) (6) (3) 

cristallisé eu aiguilles orangées de F = 157-158°. Meldola qui 
a décrit ce composé en avait établi la constitution en le trans- 
formant en jodo-3-nitro-6-phénol. 

La différence entre les F. du dérivé diacétylé ci-dessus, noté 
par Meldola et par nous, 221° et 200°, nous a engagés à déter- 
miner encore la constitution de la combinaison que nous avions 
obtenue, en la transformant en d'autres composés également 
connus. Nous avons constaté que cette constitution était bien 
conforme, car nous avons pu transformer notre produit par les 
méthodes habituelles en cJdoro-3-nitro-6-phénol et en nitro-6- 
résorcine. 

Malgré les modifications apportées aux conditions delanitra- 
tion du diacétyl-m-aminophénol, nous n'avons pas réussi à 
obtenir d'autres dérivés raononitrés. 

Un seul dérivé dinitré du m-aminophénol était connu jusqu'à 
présent, c'est le dinitro-4-6m-aminophéwl, préparé par Meldola 
en nitrant l'un et l'autre des deux dérivés mononitrés en 4 et 
en 6. 

Nous avons observé que ce composé peut être obtenu directe- 
ment en introduisant peu à peu 10 ce. d'acide nitrique de 
D = 1.52 dans une solution refroidie de 2 gr. de diacétyl-m- 



DU M-AMINOPHÉNOL ET DE LA M-ANI8IDINE 159 

aminophénol daus 10 ce. d'anhydride acétique ; le produit coulé 
sur de la glace se précipite et fournit, après cristallisation dans 
l'alcool ou dans l'acide acétique le (^/wzYro-^ 6-diacétyl- m- amino- 
phénol : 

cm- ■ OC-ff'O • NHC-H'O • NO- NO- 

(1) (3) (4) (6) 

en aiguilles à peine colorées, f. à 157°. Ce composé insoluble 
dans la solution de carbonate de soude à froid, est difficilement 
soluble dans l'eau, très soluble dans l'alcool, l'acide acétique 
et le benzène. 

0.1244 gr. Subst. ont donné 17.25 ce. N (22°; 727 nim.i 
Calculé pour C"'H"0'N-' ... N = 14.84 'Vo 
Trouvé N = 14.94 7o 

Saponifié partiellement au moyen du carbonate de soude, il 
donne le diniiro-é-Ô-acetaminopliénol, f. à 168° et saponifié tota- 
lement par l'acide sulfurique concentré, le dinltro-4-6-m-ami- 
nophénol, f. à 231°, Ces deux combinaisons ont déjà été décrites 
par Meldola.^ 

' Meldola a supposé que son dinitro-m-aminophénol f. à 231° pour- 
rait être identique à un produit f. à 225'^ préparé par Lippinann et 
Fleissner (Monathshefte 1886, t. 7, p. 95), en faisant réagir le cyanure de 
potassium en solution alcoolique sur la dinitro-2-4-aniline et dont ils 
expliquent la formation par les équations suivantes : 

CH^ • (NO-lzNH^ + H-0 = C«H'(N0-)20H + NH' 
C«H^(N0-)20H + + NH-' = C''H2(N0-)o0n.NH- + H-'O 

Mais il semble résulter de nos observations que le produit décrit par 
ces auteurs était en réalité le dinitro-2-4-m-aminophénol. En eiïet, L. et 
F. avaient déterminé la constitution de ce dérivé en le transformant par 
l'action de la potasse caustique en une dinitro-résorcine, f. à 145", 
identique au dérivé préparé par Benedikt et von Hiibl {Monatshefte, 
t. 2, p. 323), auquel le premier de ces auteurs avait donné la constitution 
d'une dinitro-4-6-résorcine {Ber der Deutsch chem. Ges. 1883, t. IG, 
p. 667), mais plus tard St. von Kostanecki (Ibid. 1888, t. 21, p. 3117) 
et le même avec Feinstein (Ibid., t. 21, p. 3119) ont démontré que cette 
dinitrorésorcine était en réalité un dérivé dinitré en 2-4. Or, nous 
n'avons pas réussi à transformer par l'action de la potasse caustique le 
dinitro-4-6-m-aminophénol en dinitrorésorcine correspondante et en 
outre on conçoit mieux que le dinitro-2-4-aminophénol, qui renferme 
un groupe « amino » entre deux groupes « nitro > puisse l'échanger 
contre un groupe « hydroxyle >, comme Lippmann et Fleissner l'ont 
observé avec leur composé. 



160 NITRATION DES DERIVES ACYLÉS 

En modifiant les conditions de oitration du diacétyl-m-anii- 
nophénol nous n'avons pas réussi à obtenir d'autre composé 
dinitré et eu nitrant d'autres dérivés diacylés, nous avons éga- 
lement toujours obtenu le dérivé nitré eu 4-6 qui paraît donc 
se former de préférence. 

C'est ainsi qu'en nitrant le dibenzoyl-m-aminophénol, décrit 
par Ikuta \ au moyen de l'acide nitrique de D = 1.52 en chauf- 
fant au bain-marie jusqu'à dégagement de vapeurs rutilantes, à 
40°, nous avons obtenu le dinitro 4-6-dïbenzoyl-m-amiiiophénol: 

C^H- • OC'H-'O • NH • C'H^O • NQ- • NQ- 

(1) (3) (4) (6) 

poudre blanche cristalline, f. à 70-72°, dont la constitution a été 
établie par le fait qu'il fournit par saponification, au moyeu de 
l'acide sulfurique très légèrement étendu, \edinUro-4-0-m-ami- 
nophénol. 

Le dérivé dibenzoylé ci-dessus est soluble dans l'alcool, l'acé- 
tone et l'acide acétique ; il est insoluble dans l'eau et dans le 
carbonate de soude. 

0.1047 gr. Subst. ont donné 10.13 ce. N (21°; 728.6 mm.) 
Calculé pour C-^H'^CN'. . . N = 10.32 7o 
Trouvé N = 10.49 7o 

Enfin le ditoluène-sulfonyl-m-aminophénol nous a donné, dans 
les mêmes conditions, le dérivé dinitré correspondant, en ai- 
guilles blanches, f. à 120-123°. Ce dimtro-4-6-ditoluènesulfonyl- 
m-aminophénol : 

CH^ • OSO-C'H' • NH ■ SO-C'H" • NQ- ' NO^ 

(1) (3) (4) (6) 

est doué des mêmes caractères de solubilité que le précédent. 

0.1245 gr. Subst. ont donné 9.63 ce. N (20°; 726 mm.) 
Calculé pour C2»H'"0»N'^S2. . N = 8.28 7o 
Trouvé N = 8.40 % 

Nitration de V acétyl-m-anisidine. 

Nous avons commencé l'étude de la nitration des dérivés 
acylés de la m-anisidine par celle de V acétyl-m-anisidine. 

' Am. J')urn t. 15, p. 43. 



DU M-AilINOPHÉNOL ET DE LA M-ANISIDINE 161 

Ce composé, f. à 80-81° a déjà été décrit par Kôrner et 
Weruer ^ ainsi que par Meldola - ; la substance qui a servi à 
nos recherches a été préparée par la méthode indiquée par 
Meldola, c'est-à-dire en méthylant, au moyen du sulfate de 
méthyle : (C H^)2S0^ en présence de lessive de soude, l'acé- 
tyl-m-aminophénol. 

On connaissait jusqu'ici deux dérivés raononitrés de la m- 
anisidine, renfermant le groupe « nitro » en 4 et en 5, mais ces 
deux composés avaient été préparés, non pas par nitration, 
mais le premier par Meldola, en méthylant le mononitro-amino- 
phénol correspondant et le second par Blanksma^ en réduisant 
partiellement un dinitro-anisol ; il s'agissait donc pour nous 
d'étudier la nitration directe de l'acétyl-m-anisidine et de cher- 
cher à augmenter la série de ses dérivés nitrés. 

En introduisant 1 gr. d'acétyl-m-anisidine dans 5cc. d'acide 
nitrique de D = 1.4 refroidi, puis laissant monter la température 
d'elle-même et chauttant au bain-marie, jusqu'à dégagement de 
vapeurs nitreuses. 65°, et versant sur de la glace, nous avons 
obtenu un précipité plus ou moins résineux, qui se réduit en 
poudre au bout de quelques heures. Ce précipité, brun jaunâ- 
tre (rendement 65 '*/o), renferme deux composés qui peuvent 
être séparés par ébullition avec de la ligroïne, ce sont les 
niiro-4 et nitro-6-acétyl-m-anisidine^ : 




'Nç2jj,Q \/^C-H^^O 




NO- 



La partie soluble à chaud dans la ligroïne a été, après évapo- 
ration de ce dissolvant, reprise par l'eau bouillante de laquelle 
elle cristallise en aiguilles blanches, f. à 125°. C'est la nitro-4- 
acétyl-m-anisidine : 



C«H-' • OCH' • NH ■ C-H-0 • NO" 
(1) (3) (4) 



' Gaz. chim., 1887, t. 17, p. 493. 

-' Chem. Soc. T 89, p. 927. 

'Bec. trav. chim., P. B. t. 24, p. 43. 



162 NITRATION DES DÉRIVÉS ACYLÉS 

0.0776 gr. Subst. ont donné 9.98 ce. N (20° ; 743 mm.) 
Calculé pour C^H'^O^N- ... N = 13.33 % 
Trouvé N = 13.59 7o 

Cette combinaison, très soluble dans l'alcool et dans l'acide 
acétique est identique à celle qui a été préparée par Meldola^ en 
acétylant la nitro-4-m-anisidine. 

Elle fournit par saponification au moyen de l'acide sulfurique 
concentré ou de l'acide chlorhydrique dilué, cette base, f. à 
129°. laquelle est identique au dérivé obtenu par Bantlin - 
en faisant réagir l'ammoniaque sur le dinitro-3-4 anisol et par 
Meldola en méthylant le nitrO"4-acétyl-m-arainophénol et sapo- 
nifiant. 

Ce dérivé peut être facilement diazoté par la méthode habi- 
tuelle ; en copulant la solution diazoïque avec le p-naphtol, 
nous avons obtenu le : méthoxy-l-nitro-é-azo-S-^-naphiol 

C'H-' • OCH' • NO- • N - N • C'"H« • OH(yS) 
(1) (4) (3) 

en aiguilles rouges, difficilement solubles, f. à 202°. 

0. 1175 gr. Subst. ont donné 14.7 ce. N (22°; 714 mm.) 
Calculé pour C''H''O^N-- . . N = 13.00 7o 
Trouvé N = 13.23 7^ 

Le résidu insoluble dans la ligroïne donne par cristallisation 
dans l'eau la nitro-6acétyl-m-anisidine : 

C'W ■ OCH'* • NH • C-H-0 • NO- 

(1) (3) ■ (6) 

en belles aiguilles dorées, f. à 165°, solubles dans l'alcool et 
dans l'acide acétique. 

0.2220 gr. Subst. ont donné 26.56 ce. N (18°; 740 mm. 
Calculé pour C^H^O^'N- ... N = 13.33 7o 
Trouvé N - 13.39 7„ 

Cette combinaison après avoir été saponifiée par l'acide chlo- 
rhydrique à 5 V'iî fournit la nitro-6-m-anlsidine, en aiguilles 

' Chem. Soc. t. 89, p. 924. 

- Ber. d. D. chem. Ges. t. XI, p. 2106. 



DU M-AMINOPHÉNOL ET DE LA M-ANISIDINE 163 

jaunes f. à 169°, qui subliment facilement et sont bien solubles 
dans l'alcool et dans l'acétone. 

0.1120 gr. Subst. ont donné 17.78 ce. N (20°; 708 mm. 
Calculé pour C'H'*0-'-N-. ... N = 16.67 «/o 
Trouvé N = 16.81 7o 

La constitution du dérivé acétylé a été établie par le fait qu'il 
donne par nitration subséquente la dinUro-4'6-acétyl-m-amsi- 
dine f. à 146', dont la constitution a été établie par Meldola\ 

En nitrant l'acétyl-m-auisidine en solution acétique, nous 
avons obtenu un troisième isomère qui se forme en même temps 
que les deux précédents, mais eu très petite quantité. 

Nous avons introduit peu à peu 25 ce. d'acide nitrique de 
D = 1.4 dans une solution refroidie de 5 gr. d'acétyl-m-anisi- 
dine dans 25 ce. d'acide acétique, puis coulé sur de la glace. Il 
se forme un précipité verdâtre qui est constitué par un mélange 
renfermant environ : 

3 gr. de nitro-4-acétyl-m-anisidine 
0.8 — nitro-6-acétyl-m-anisidine 
0.2 — nitro-2-acétyl-m-anisidine 

Après avoir extrait le dérivé nitré en 4 par la ligroïne, ou 
dissout le résidu dans l'eau chaude, le premier dépôt qui se 
forme et que l'on doit filtrer rapidement, est constitué par le 
dérivé nitré en 2, taudis que le dérivé nitré en 6 cristallise 
ensuite. On obtient donc au moyen de cette cristallisation frac- 
tionnée, un peu délicate à effectuer, le nouveau dérivé, la 
nltro-2-acétijl-m-anisidine sous la forme d'une poudre cristal- 
line brunâtre, f. à 265°. 

0.0813 gr. Subst. ont donné 9.94 ce. N (20° ; 738.6 mm.) 
Calculé pour C-'H'"O^N- ... N = 13.33 % 
Trouvé N = 13.52 7o 

Ce composé soluble dans l'alcool, l'acétone et le benzène, 
sublime très facilement et fournit par saponification au moyen 
de l'acide chlorhydrique à 5 '^ o la nltro-2-m-anisidine : 

C«H-^ • OCH' • NH- • NO- 

(1) {3j (2) 

' Chem. Soc. t. 89, p. 927. 



164 NITRATION DES DERIVES ACYLÉS 

en aiguilles jaune citron, f. à 143° ; la petite quantité que nous 
en avons obtenue ne nous a pas permis d'en faire l'analyse, 
mais la constitution de cette base découle du fait que tous les 
autres isomères étant connus, il ne reste pas d'autre formule 
possible pour ce quatrième dérivé mononitré de la m-anisidine. 

Un seul dérivé diniiré de la ra-anisidine a été préparé par 
nitration directe, c'est la dinitro 4-6-m-anisidine obtenue par 
Meldola en nitrant l'acétyl-m-anisidine avec l'acide nitrique de 
D = 1.52. Il avait été aussi préparé par le même auteur en 
méthylant le dinitro-4-6-amiuo-3-phénol, et saponifiant la com- 
binaison ainsi préparée. Nous avons trouvé que si l'on opère 
cette nitration en présence d'anhydride acétique, il se forme, 
suivant les conditions, non seulement le dérivé ci-dessus, mais 
encore les isomères dinitrés en 2-4 et en 2-6. 

Nous avons introduit peu à peu 5 ce. d'acide nitrique de 
D --= 1.52 dans une solution de 1 gr. d'acétyl-m-anisidine dans 
10 ce. d'anhydride acétique refroidi dans un mélange de glace 
et de sel, en laissant peu à peu monter la température jusqu'à 
4- 10°. En coulant sur glace on obtient un liquide violet qu 
laisse déposer un précipité jaune grisâtre renfermant de la 
dinitro-2-4-acétyl-m-anisidine ainsi que l'isomère déjà connu 
d'initré en 4-0. On extrait le premier de ces isomères en repre- 
nant à plusieurs reprises le précipité avec de l'eau, la portion 
la moins soluble fournit le second isomère. 

La diniiro-2-4-acétyl-m-anisidine : 

C"H- • OCH' • NH • C-H'O • NQ- • NQ- 

(1) (3) (2) (4) 

sublime facilement et cristallise dans l'eau en aiguilles légère- 
ment colorées, f. à 202°, solubles dans l'alcool, l'acétone et le 
benzène, insolubles dans la ligroïne. 

0.1283 gr. Subst. ont donné 18.80 ce. N (18°; 746 mm.) 
Calculé pour C''H"0«N^ ... N = 16.47 7o 
Trouvé N = 16.53 7o 

La diiiitro-2-4-m-anisidi)ie : 

C«H- • OCH" ■ NH- • NO- • NQ- 

(1) (3) (2) (4) 



DU M-AMINOPHÉNOL ET DE LA M-ANISIDINE 165 

obtenue par saponification au moyeu de l'acide sulfurique légè- 
rement étendu, cristallise de l'alcool en aiguilles jaune canari, 
f. à 157° ; elle est identique au produit que Blanksma ' a pré- 
paré en faisant réagir l'ammoniaque alcoolique sur le trinitro- 
2-3-4-anisol. Nous avons encore constaté que le dérivé diazoï- 
que de notre composé donnait par décomposition avec l'eau 
Véllier monométhylique de la dinitrorésorcine, f. à 108° ; 

C«H- • OCH' • NO- • OH • NO^ 

(1) (2) (3) (4) 

que ce même auteur avait obtenu en faisant réagir le carbonate 
de soude sur le trinitro-2-3-4-anisol. 

En modifiant les conditions de la nitration, c'est-à-dire en 
réglant l'introduction de l'acide nitrique dans la solution de 
l'acétyl-m-anisidine dans l'anhydride acétique, de telle manière 
que la température reste toujours au-dessous de 0° et coulant 
dans l'eau nous avons obtenu un précipité duquel nous avons 
pu isoler, par extractions fractionnées à l'eau, trois isomères 
dinitrés. 

En effet, en extrayant avec de l'eau à la température du 
bain-marie, on retire en premier lieu la dinitro-2-4-acétyl-m- 
anisidine ci-dessus, puis ensuite un produit, f. à 190°, qui est 
constitué par un nouvel isomère très probablement dinitré en 
2-6 et enfin la dinitro-4-6-acétyl-m-anisidine. 

La dinitro-2-6 acétyl-m-anisidine : 
C«H 



ICH^ 


• NH • C-'H'O • NO- 


■ NO^ 


(1) 


(3) (2) 


(6) 



cristallise dans l'eau en aiguilles f. à 190°, sublimables, facile- 
ment solubles dans l'alcool, le benzène et l'acétone ; elle est 
plus soluble dans l'eau que le dérivé dinitré en 4-6 et moins 
soluble que le dérivé dinitré en 2-4. 

0.0851 gr. ont donné 13.34 ce. N (20°; 708 mm.) 
Calculé pour C"H^O«N\ ... N = 16.47 7o 
Trouvé N = 16.59 7o 

' Ghemisch Weekblad t. 6, p. 85-88. 



166 NITRATION DES DERIVES ACYLÉS 

Le produit de saponiticatioii par l'acide chlorhydrique dilué 
et à chaud, la dinitro-2-6-m-anisidine : 

C"H- • OCH' • NH- • NO- • NO- 

(1) (3) (2) (6) 

cristallise dans l'alcool en aiguilles jaune foncé, f. à 146°, solu- 
bles dans l'acétone, moins facilement solubles dans l'alcool et 
difficilement solubles dans l'eau. 

0.1312 gr. Subst. ont donné 24.65 ce. N (20°; 708 mm.) 
Calculé pour C'H'O'^N-'. ... N - 19.71 7o 
Trouvé N = 19.88 7o 

La constitution probable de cet isomère est basée sur les con- 
sidérations suivantes : en essayant de nitrer de nouveau le dé- 
rivé acétylé de la base, nous avons obtenu la dinitro-4-6-acétyl- 
m-anisidine, la molécule renferme donc un groupe nitro qui 
émigré. 

D'autre part, on sait que les groupes « amino » et « mé- 
tboxy » dirigent les substituants en « ortho » et en « para » et 
que la nitration directe n'a pu conduire à la formation d'un 
dérivé nitré en 5 ; il est donc fort plausible de dire que les 
atomes d'hydrogène des positions 2, 4 et 6 sont seuls suscepti- 
bles d'être facilement remplacés par le groupe « nitro » et qu'il 
ne peut se former par nitration directe que les trois isomères 
di ni très suivants : 



OCH^ 


OCH^^ 


OCH'' 


^Nœ 

^NH^' 

NO^ 


N0-/^\ 
II 
^NH^' 

NO^ 


no-'/'Xno^' 
m 



dont les deux premiers étaient déjà connus. Il est donc proba- 
ble que celui que nous venons de décrire correspond bien à la 
formule IIL 

Les dérivés dinitrés n'ont pas pu être nitrés davantage jus- 
qu'ici. La dinitro-2-4-acétyl-m-auisidine de même que l'iso- 
mère eu 2-6 fournissent par l'action de l'acide nitrique le dérivé 
diuitré en 4-6. 



DU M-AMINOPHÉNOL ET DE LA M-ANISIDINE 167 

Il résulte de ces recherches que nous avons complété la série 
des dérivés mononitrés de la m-anisidine et que dans la série 
des dérivés dinitrés il manque encore ceux qui renferment les 
groupes « nitro » eu 2-5, 4-5 et 5-6, qu'il faudra chercher à pré- 
parer par des méthodes indirectes, de même que les dérivés 
trinitrés complètement inconnus. 

Laboratoire de chimie organique 
de l'Université de Genève. 



COMPTE RENDU DES SÉANCES 



SOCIETE DE PHYSIQUE ET D'HISTOIRE NATURELLE DE GENÈVE 



Séance (jénérale annuelle dn 15 Janvier 1914 

Aiig. Bonna. Rapport annuel. 

M. Aug-. Bonna, président sortant de charge, donne lecture de 
son rapport sur l'activité de la Société pendant l'année 1913. Ce 
rapport contient en outre les biog-raphies île trois membres 
honoraires : Amsler-Lafont, L. Cailletet, H. Ebert et rappelle la 
mémoire de trois associés libres décédés Ag-. Boissier, Edm. Eynard 
et Sir Aug^ustus Prévost. 

Séance du 5 /écrier 

Th. Tommasina. La nouvelle mécanique d'après Max Abraham. 
Fridtjof Lecoultre. Contribution à l'étude de la grêle. 

M. Th. Tommasina. — La nouvelle mécanique d'après Max 
Abraham. — Quarante-neuvième Note sur la physique de la 
gravitation universelle. 

« La nouvelle mécanique » c'est le titre du Mémoire que 
M. Max Abraham vient de publier, ^ où 11 se pose les questions 
suivantes : « Qu'est ce que la a nouvelle mécanique » et pour- 
quoi la cultivons nous? L'ancienne mécanique de Galilée et de 
Newton ne représente-t-elle donc pas exactement les mouvements 
des corps tant terrestres que célestes? Certainement les principes 
de l'ancienne mécanique permettent de décrire les mouvements 
des masses sous l'influence de leur gravitation réciproque. Mais 
siiffi.sent-ils encore lorsque les forces de l'électricité et du magné- 
tisme, de la lumière et de la chaleur entrent en jeu ? » Puis 
l'auteur continue ainsi : « La mécanique a toujours préfendu 

' Max Abraham. Die neue Mechanik. Scientia. Vol. XV, N. XXXIII- 
M-1914. 



SOCIÉTÉ DE PHYSIQUE, ETC. 169 

embrasser toutes ces forces. D'après elle, non seulement les no- 
tions de sa cinématique et de sa g-éométrie étaient fondamentales 
pour toute la physique, mais encore tous les phénomènes natu- 
rels se ramenaient en dernière analyse, à des phénomènes de 
mouvement. Cette tendance est à la base de la théorie cinétique 
des g-az ; MaxAvell y céda aussi lorsqu'il esquissa sa théorie 
dynamique du champ électromag-nétique. Maxwell put montrer 
que les forces électromotrices et pondéromotrices agissant entre 
deux circuits parcourus par un courant obéissent aux équations 
de Lagrange qui fig-urent dans la mécanique. Suivant la loi 
tracée par Maxwell, J. J. Thomson éleva les équations de La- 
grang'e, et H. Helmholtz le principe de la moindre action, au 
rang- de principes fondamentaux de toute la physique. Enfin 
H. Hertz, dans ses « Principes de mécanique », essaya de ra- 
mener toutes les forces matérielles à l'inertie de masses en mou- 
vement. Selon lui, même là où l'on ne perçoit pas de matière, 
[espace est rempli de masses cachées qui, accouplées ensemble, 
transmettent les forces d'un corps à l'autre ; d'après cela, là ou 
des forces semblent agir à distance, il faut toujours supposer 
des actions immédiates exercées par des masses cachées. Avec 
l'ouvrage postume de Hertz se termine la phase d'évolution 
qui veut subordonner toute la physique théorique aux principes 
de la mécanique, sans apporter à leur contenu des chang-ements 
essentiels. La mécanique de Hertz est restée un simple pro- 
gramme. Le chemin quelle a indiqué na pas été suivi.)) C'est 
moi qui a souligné pour fixer les points que je vais discuter. 
Avant tout je déclare que si l'on n'a pas suivi le chemin indiqué 
par Hertz c'est parce qu'on n'a pas tenu compte, pas reconnu 
l'importance, pas compris la valeur de ses notions fondamentales 
et surtout de ses intuitions, pourtant très clairement exprimées et 
nettement précisées par lui. J'ajoute que ce n'est pas là un pro- 
grès dont on doit se réjouir mais un arrêt fâcheux qui, je l'espère, 
ne sera pas de longue durée. 

L'intuition géniale de Hertz, qui aurait dû servir de guide à 
ceux qui ont examiné la possibilité de l'application de sa méca- 
nique aux vues théorique actuelles, est celle-ci : 

« Dès que l'on aura établi la physique de l'éther basée sur la 
connaissance de sa nature intime on reconnaîtra très probable- 
ment que ses fonctions embrassent tous les phénomènes, celui de 
la gravitation compris . Bientôt la physique moderne se de- 
mandera, disait-il, si toutes les choses existantes ne sont pas 
des modalités de l'éther. » ^ 

' H. Hertz. Sur V identité de la lumière et de V électricité. Congrès de 
Heidelberg. 1S89. 

AHiMiiviiS. t. XXXVII. — IV'vncr lOl'i. 12 



170 SOCIÉTÉ DE PHYSIQUE 

M. H. A. Lorentz dans son Mémoire, que j'ai déjà eu l'occasion 
de citer, « Le paitag'e de l'énerofie entre la matière pondérable et 
l'éther » ^ dit que Kirchhofî" ne laissait pas d'insister sur la haute 
importance de la fonction qui représente l'éneri^ie du 7'avonne- 
ment qui existe dans l'unité de volume de l'éther. « En effet, 
ajoute M. Lorentz, l'existence d'un telle fonction universelle 
prouve que tous les corps pondérables doivent avoir quelque 
chose de commun, et le problème de découvrir en quoi cela con- 
siste, a un charme particulier.» Mais, M. H. A. Lorentz, dans 
ce même mémoire, définissait ainsi l'éther « le milieu universel 
qui transmet la lumière et les actions électromaç'nétiques. » Or, 
la lumière est, elle aussi, une action électromagnétique, et l'éther 
en la transmettant la constitue. On doit considérer l'éther comme 
étant lui-même le milieu électromagnétique, à cause de ses fonc- 
tions universelles et perpétuelles. L'éther est le moteur universel, 
caché mais incessamment actif partout, l'activité qu'il transmet, 
donc qu'il possède, agit dans tous les phénomènes, y compris 
ceux des statiques, électriques et magnétiques, dans les états de 
repos apparent des corps, états qui nous semblent constants, 
comme ceux des cristaux, et, plus loin encore, dans les architec- 
tures individuelles des molécules des corps composés et dans 
celles des atomes des éléments chimiques. C'est d'après cette 
réalisation de l'intuition de Hertz, imposée par les faits examinés 
en cette série de Notes sur la physique du phénomène de la gravi- 
tation, que l'on doit reconnaître dès à présent que le programme 
de Hertz n'est pas destiné à rester un simple programme et que 
l'évolution hertzienne n'a pas terminé sa phase et continue, au 
contraire, sa marche précisément sur le chemin indiqué par 
Hertz, et non par Hertz seulement, comme je l'ai établi dans mes 
précédentes publications sur ce sujet. M. Max Abraham dit que 
la mécanique a toujours prétendu embrasser toutes les forces ; 
mais, elle doit les embrasser, parce qu'il n'y a pas de forces qui 
ne soient en dernièi'e analyse mécaniques. Aucune physique n'est 
possible sans admettre l'espace rempli partout de masses cachées 
qui transmettent la force d'un corps à l'autre, voilà pourquoi 
Hertz a admis cela dans ses o Principes de Mécanique ». Ce sont 
les masses que j'ai appelées, masses élémentaires ou masses- 
unités, ce sont les points matériels intra-électroniqiies de mon 
éther constitué exclusivement d'électrons vibrants. 

L'électrodynamique existe depuis un siècle, elle n'a pas détruit 
l'ancienne mécanique, elle y a introduit de nouveaux matériaux 
pour de nouvelles applications analytiques. En effet, l'électro- 



* H. A. Lorentz. Aiti del IV Congresso internazioncde dei Matematici 
Rome, avril 1908. 



ET d'histoire naturelle DE GENEVE 171 

tlvnamique, pas plus que la thei'modynamique, ne saurait exister 
sans la cinématique fondamentale. Aujourd'hui l'électrodyna- 
niique a pris une plus g-rande étendue, il est déjà à prévoir 
quelle embrassera toute la physique, mais elle conservera comme 
base la cinématique. Le principe que tout phénomène est en 
dei'nière analyse un mode de mouvement reste une vérité axio- 
matique, et la nouvelle branche, la plus importante de la méca- 
nique physique, sera celle qui étudiera le rôle des vitesses cor- 
pusculaires. Un tel principe ne pourrait disparaître de la science 
qu'à la condition d'être remplacé par les vertus occultes des sco- 
lastiques ; c'est ce que font ceux qui constituent une entité en se 
bornant à lui donner un nom ou un symbole et en lui attribuant 
des propriétés. C'est ce que font actuellement les mathématiciens, 
c'est ce que ne doivent pas faire les physiciens. Les mathéma- 
ticiens ont l'habitude des symboles alg-ébriques, nous devons 
l'avoir aussi, mais, tandis que pour eux la formule ou l'équation 
est tout, pour nous elle ne doit être qu'un lang-ag-e abréoé, simpli- 
fié, pour le calcul du résultat de nos expériences. Nous savons 
parfaitement qu'il n'y a pas de symboles abstraits dans les phé- 
nomènes étudiés, mais des réalités concrètes qui ne peuvent être 
que des systèmes cinétiques plus ou moins compliqués, jamais 
simples. Nous savons que les forces ne sont pas des entités sépa- 
rées de la matière, qu'aucune force ne peut se manifester ni 
exister là où il n'y aurait pas des points matériels en mouvement, 
que la force n'est que la valeur mécanique de la pression qui 
produit la transmission des mouvements, que tout mouvement 
nouveau est produit par d'autres mouvements préexistants, de 
façon que l'analyse physique doit et peut en suivre la genèse 
jusque dans l'électron. En effet, les propriétés électriques de 
l'électron ne sont pas de vertus métaphysiques, mais des pro- 
priétés dynamiques qui ne peuvent être que le résultat de l'ac- 
tivité des systèmes cinétiques tourbillonnaires des points matériels 
qui constituent l'électron. 

Ce n'est qu'arrivée à cette limite extrême que la science doit 
reconnaître qu'elle ne peut pas aller plus loin, parce que les ques- 
tions qui surgissent là, celles des essences, ne sont plus physiques 
mais métaphysiques, donc insondables par notre science expéri- 
mentale. C'est une borne infranchissable, c'est vrai, mais cette 
limite ne diminue pas notre champ qui reste infini, car cette 
borne est un point de départ et dans la direction de sa marche la 
science n'en rencontre plus, aussi ne s'arrêtera-t-elle jamais pour 
avoir tout expliqué. En attendant nous devons humblement 
reconnaître qu'elle u'est qu'à ses premiers pas. 



172 SOCIÉTÉ DE PHYSIQUE 

Fridtjof Lecoultre. — Contribution à l'étude de la grêle. 

Il y a quelques années étant de passage à Orbe j'ai eu l'occasion 
d'observer de cette ville un orag-e de grêle remarquable par son 
intensité et assez curieux pour qu'il mérite d'être décrit. 

La météorologie n'étant pas mon domaine je me bornerai à 
communiquer les notes que j'ai prises en laissant aux spécialistes 
le soin d'en tirer les conclusions qu'ils jugeront utiles. 

Orage du 1^ juillet 4908. — 6 h. 30 soir. Après une journée 
pai'ticulièrement lourde et accablante le vent du sud-ouest se lève 
et le ciel alors parfaitement clair se couvre de strato-cumulus; 
d'abord faible il augmente bientôt d'intensité et les conditions 
météorologiques changent brusquement. 

7 h. 40. Les strato-cumulus se fondent les uns dans les autres 
en prenant une couleur uniforme noir-bleuâtre. Au dessus du 
coteau fermant à l'est le marais de l'Orbe jaillissent presque sans 
interruption de violents éclairs toujours parallèles à l'horizon. 
Deux fois cependant la foudre tombe dans les environs de 
Chavornay. 

7 h. 47. Une forte chute de grêle dont le bruit se fait vive- 
ment entendre s'abat au nord-est de ce village. 

8 h. 05. En plein marais à l'ouest d'Ependes se forme une 
colonne curviligne (A) qui semble relier le ciel à la terre, elle se 
déplace lentement dans le sens du courant atmosphérique. 

8 h. i5. Au sud-est d'Orbe dans le fond du marais trois de ces 
mêmes colonnes (B) se forment également les unes à côté des 
autres et avancent rapidement dans la direction de Chavornay. 
Beaucoup plus loin trois autres colonnes (C) plus larges et moins 
denses, qui ne sont peut-être que des colonnes de pluie, appa- 
raissent derrière le coteau et fuyent rapidement dans le nord-est. 

8 h. 20. Le vent par intervalles souffle très fort et donne l'im- 
pression que l'on ressent en plaçant son visage au-dessus d'une 
bouche à chaleur. 

8 h. 30. Les trois colonnes (B) se rapprochent encore et finissent 
par se fondre les unes dans les autres. Les éclairs sont plus vio- 
lents et verticaux à l'horizon. Ceux qui lui restent parallèles 
éclatent très haut et prennent une couleur rouge-grenat très 
caractéristique. Quelques uns de ces éclairs sont parfois réfléchis 
par les nuages et donnent l'illusion de deux étincelles suivant les 
mêmes courbes capricieuses. M. Georges Gaillard, professeur de 
Sciences naturelles au Collège d'Orbe m'a dit plus tard avoir 
également remarqué ce curieux phénomène de réflexion. 

Les trois colonnes (B) après s'être réunies en une seule dispa- 
raissent presque, ou plutôt se confondent avec la couleur foncée 
du ciel. 

Arrivée au-dessus de Chavornay, mais plus en arrière cette 



ET d'histoire naturelle DE GENÈVE 173 

colonne composite devient blanchâtre et présente l'aspect d'un 
cône tronqué dont la petite section touche la terre. 

Quelques instants après, les nuag'es subitement attirés vers elle 
forment de g-randes spires qui se déroulent de son sommet jus- 
qu'au dessus du Jura soit sur une étendue d'environ 4000 mètres 
de rayon (voir fig-ure). 




Le bruit de la grêle se fait alors de nouveau entendre, mais avec 
moins d'intensité qu'à 7 h. 47. Peu après les spires se disloquent 
sous l'action du vent et prennent la forme de g-igantesques S. 



174 SOCIÉTÉ DE PHYSIQUE. ETC. 

8 h. 45. Les éclairs aug'mentenl encore de violence et jaillis- 
sent tous du sommet du cône (B). Ils s'élèvent d'abord puis vont 
s'abattre sur le sol au sud-est de Ghavornay accompagnés de 
toiMiiidables coups de tonnerre. 

8 h. 46. Derrière le coteau au sud de Chavornay se forme un 
nouveau centre, mais moins important que le premier (B). Il 
n'en fournit pas moins de nombreux éclairs. 

8 h. 50. Au-dessus de la colonne (B) les spires oui disparu et 
les nuai^'es forment autour d'elle un cercle obscur ouvert dan.s 
l'ouest. Parfois du sommet de cette colonne jaillissent de longues 
étincelles qui s'élancent sur la colonne (C) avec un fracas de ton- 
nerre absolument formidable. 

h. Les nuages reprennent leur forme de strato-cumulus. 
•Juplques éclairs jettent encore leurs lueurs blafardes sur la 
plaine, mais l'orage cesse peu à peu. 



COMPTE RENDU DES SÉANCES 



SOCIÉTÉ VAUDOISE DES SCIENCES NATURELLES 



Assemblée du 17 décembre i^iS. 

Wilczek. Bracelet de bronze datant de l'époque g-aiiloise. 
L. Horwitz. A pi'opos de récoulemeut des eaux en Europe. 

JM. le professeur Wilczek présente un bracelet de bronze 
datant de l'époque gauloise (environ 450 ans avant notre ère) 
et trouvé dans le cimetière a;-aulois de St-Sulpice. Ce bracelet, qui 
lui a été remis par M. de Molin, a la particularité d'être tubulaire 
et de contenir une matière fibreuse, que M. Wilczek a pu déter- 
miner être du bois de chêne. C'est la première fois qu'on trouve 
du bois à l'intérieur d'un bracelet. MM. de Molin et Wilczek sup- 
posent que le fabricant se sera servi de ce rameau de chêne comme 
moule et l'aura entouré d'une lame de bronze, qu'il aura ensuite 
travaillée. 

M. L. HoRwiTz. — A propos de l'écoulement des eau,r en 
Europe. 

Le but de ce travail est de discuter et d'appuyer par des exem- 
ples pris en Europe, une relation entre le débit des cours d'eau 
d'un côté, les précipitations et la température de l'autre. 

lo Les bassins hydio^raphiques de la plus grande partie des 
Heuves européens sont peu élevés. Les précipitations v tombent 
d'une manière prépondérante sous forme de pluie. Le débit des 
fleuves y sera donc é£!;'al à la quantité d'eau précipitée sur le bas- 
sin de réception, diminuée de la partie qui s'est évaporée (si nous 
ne tenons pas compte des facteurs secondaires). Dans une année 
humide, qui sera aussi fréquemment froide, il y aura tendance à 
ce que le débit sera plus i!;^rand que dans une année sèche, souvent 
chaude. En outre, la quantité d'eau évaporée .sera plus grande 
absolument dans une année humide, mais moins g-rande relati- 
vement que dans une année .sèche. Il s'ensuit dans le débit une 



176 SÉANCES DE LA SOCIÉTÉ VAUDOISE 

exagération du contraste entre une année humide et une année 
sèche, par rapport aux précipitations correspondantes. La vaste 
région ainsi caractérisée peut être nommée la région des préci- 
pitations. 

2° Au contraire, dans les cours d'eau dont le bassin de récep- 
tion est très élevé et en grande partie glacé, les précipitations se 
font presque entièrement sous forme de neige, et le débit du toi- 
rent est alimenté surtout par la fonte des glaces, donc dépend de 
la température. Or, la température a une tendance à être plus 
élevée dans une année sèche que dans une année humide. Il s'en- 
suit que souvent le débit du torrent glaciaire sera plus abondant 
dans une année sèche. Cette région, si restreinte en Europe, peut 
être nommée la région de la température. 

3° Si maintenant, en restant dans les limites de la l'égion des 
précipitations et suivant, par exemple, un grand fleuve comme le 
Rhin, nous remontons vers la région de la température, cette 
dernière commencera à influencer le régime du débit. Et il est 
facile de comprendre que souvent cette influence se traduira de 
manière à ce que le contraste entre le débit d'une année humide 
et d'une année sèche non seulement ne sera pas accentué, mais 
sera même iliminué. On peut imaginer des perturbations analo- 
gues dans la région de la température, sous l'influence de la région 
des précipitations. 

M. Horwitz a pu vérifier ces déductions par l'étude d'un certain 
nombre de statistiques dressées dans les diverses stations hydro- 
métriques, licite entre autres: \. Le bassin de l'Elbe (station 
Tetschen, région des précipitations avec contraste accentué j. 2. Le 
bassin du Rhône glaciaire (^station Gletsch, région de la tempéra- 
ture). 3. Le bassin du Rhin postérieur (station Rothenbrunnen, 
région des précipitations avec contraste atténué). 

Pour ces calculs, M. Horwitz n'a pas considéré les années les 
unes après les autres, mais dans une période il a pris ensemble 
les années les plus humides et les années plus sèches que la 
moyenne, et a comparé ces deux groupes, éliminant ainsi dans 
une certaine mesure les facteurs de distribution inégale des préci- 
pitations et de la température. 

Une étude plus détaillée de ces phénomènes paraîtra sous peu 
dans les Comptes rendus de la Société scientifique de Varsovie. 



BULLETIN SCIENTIFIQUE 



PHYSIQUE 



Jean Perrix, prof, de chimie physique à la Faculté des Sciences 

de Paris, Les Atomes. — Librairie Félix Alcan. 

Le livre qu'a publié récemment M. Jean Perrin sur les Atonies 
est un exposé aussi attrayant qu'instructif des principales consé- 
quences auxquelles la notion toujours plus solide de la structure 
granulaire de la matière a conduit les physiciens au cours de ces 
dernières années. Dans une lang^ue élégante et simple, avec un 
appareil mathématique réduit à dessein au strict minimum, mais 
en s'aidant parfois de comparaisons dont nous avons admiré l'in- 
g-énieuse élég'ance, l'auteur a réussi à faire comprendre sans 
jamais rien sacrifier de la vérité scientifique l'essence même des 
questions les plus délicates de cette mécanique statistique qui 
envahit de plus en plus les divers domaines de la physique mo- 
derne. 

L'idée fondamentale qui domine le livre de M. Perrin, nous la 
trouvons dans sa préface. 

Si l'on cherche à pénétrer plus intimement les phénomènes, il 
.semble que l'on soit amené à reconnaître que le phénomène discon- 
tinu (en vertu même de la structure discontinue de la matière) 
devienne le cas efénéral. La continuité n'est donc le plus souvent 
qu'une trompeuse apparence, due à l'imperfection de nos sens, de 
nos instruments ou de nos méthodes. La trajectoire des particules 
ag'itées par le mouvement brownien, dont on ne parvient pas à 
résoudre rirrégularité, même à l'aide des appareils les plus 
puissants en est un exemple particulièrement saisissant. 

Nous ne pouvons entrer ici dans le détail des diverses questions 
traitées par M. Perrin. Disons seulement qu'après avoir rappelé 
comment les notions d'atomes et de molécules se déduisent de 
l'expérience et avoir résumé les lois particulièrement simples des 
g"az parfaits et des dissolutions étendues, M. Perrin sans jamais 
quitter la conception fondamentale de l'agitation moléculaire et des 
équilibres statistiques développe les principales conséquences de 
la théorie cinétique des g-az, l'etfusion, la diffusion etc. pour abor- 
der ensuite et traiter en maître la question fondamentale du mou- 
vement brownien. 

C'est comme on .sait, l'étude du mouvement brownien qui a per- 



178 BULLETIN 8CIENTIFIQUJÇ 

misa M. Perrin de se rendre compte numériquement et en quelque 
sorte de visu de la réalité des hypothèses de la théorie cinétique 
(les g-az et des conceptions atomiques et moléculaires qui en sont 
la base ; c'est grâce en particulier à ces travaux aujourd'hui clas- 
siques que les belles théories d'Einstein ont reçu du même coup 
la confirmation la plus éclatante. 

Mais le livre de M. Perrin n'est pas limité à la seule étude du 
mouvement brownien et des émulsions ; il contient en outre 
l'exposé d'une série de questions actuelles qui se rattachent à la 
structure g-ranulaire de la matière, de l'électricité ou de l'énerg-ie ; 
quelques chapitres sont ainsi consacrés aux fluctuations, à la 
théorie des quanta ; aux électrons et aux transformations radio- 
actives. 

Il semble difficile de concevoir un exposé à la fois plus élégant, 
plus bref et plus soucieux de la vérité dans un domaine aussi 
délicat ; il fallait pour y parvenir que le savant eût reçu en don 
quelques-unes des brillantes qualités de l'artiste. Remercions donc 
.M. Perrin d'avoir enlevé à ses recherches expérimentales quel- 
ques parcelles d'un temps précieux et de l'avoir consacré à l'œuvre 
qu'il livre aujourd'hui à la publicité ; le succès assuré de ce petit 
ouvrage ne manquera pas de prouver à son auteur que le temps 
voue à une œuvre de vulgarisation scientifique aussi élevée ne 
peut être qu'utile et fécond, 

C.-E. G. 



PHYSIQUE DU GLOBE 
Charles Rabot et L. Muket. Supplément au xvii^ rapport sur 

LES VARIATIONS PÉRIODIQUES DES GLACIERS. AniialeS (le glci- 

ciologie, 1913, t. VII, p. 191. 

Nous avons rendu compte en son temps du rapport de 
MM. Muret et Mercanton sur les vaiiations périodiques des gla- 
ciers des Alpes suisses en 1913 (voir Archives, 1912, t. XXXVI, 
p. 293), Nous extrayons maintenant du rapport de MM. Rabot et 
Muret les renseignements suivants sur les glaciers des autres 
pays : 

Alpes françaises. — En 1911, malgré l'intensité de la fusion 
due à une température excessive, les glaciers du versant français 
du Mt-Blanc accusent une tendance à une crue. Dans la première 
semaine de juillet 1911, sur quatre glaciers observés, deux étaient 
en progression marquée, un, stationnaiie et un seul en légère 
décroissance. 

Les glaciers observés dans la haute Maurienne continuent à 
décroître, mais très lentement. 

Dans le Dauphiné, le mouvement général de recul s'est arrêté. 



BULLETIN SCIENTIFIQUE 179 

Toutes les conditions favorables à une crue, sig'nalées depuis plu- 
sieurs années, continuent à se manifester. 

Russie, Caucase et Altai'. — Les présentes comparaisons avec 
les années antérieures faisant encore défaut, la question de la 
crue ou de la décrue n'est qu'insuffisamment tranchée encore. La 
crue paraît dominer encore à peu près partout. 

Amérique du Nord. — MM. Rabot et Muret reproduisent dans 
leur rapport les notes que leur a adressées M. Filding- Reid, de 
Baltimore, sur la marche des principaux glaciers de ce continent. 
Comme les observations ne se rapportent pas aux mêmes années 
et aux mêmes séries d'années, et portent sur des régions très 
éloig-nées les unes des autres, il est impossible d'en tirer encore 
des conclusions o-énérales du g'enre de celles auxquelles a conduit 
l'étude suivie et systématique des glaciers des grandes chaînes de 
l'Europe. 

GHLMIE 

P. Pfeiffer et E. Kramer. Contribution a la connaissance des 
NiTRO-TOLANEs. {Ber. (l. Deutsc/t. c/teni. Ges., t. 46, p. 36o5- 
3662; Zurich, Université). 

Les auteurs ont préparé le p-p' et ïo-p-dinitrotolanes, en par- 
tant des dérivés nitro-halogénés du stilbène. Lorsqu'on fait réag-ir 
le chlore sur le dinitrostilbène en suspension dans le chloroforme, 
il se forme un chlorure: iNO^C''H^ CHCI.CHCI . C«H\ NO" qui, 
chauffé lui-même pendant 4 heures, en tube scellé à 170-180°, 
avec de la pjridine se transforme en />-/)'-f///ii7ro-[j.-chlorstilbéne: 
N0^C''H^CC1 : CH.CH^NO-. feuillets brillants, jaune d'or, 
f. 144°. En faisant réagir sur le premier de ces composés la 
potasse alcoolique on obtient le p-p'-dinitro-tolane J. 211°. dont 
le bromure f. à 244°. Les auteurs ont également préparé le bro- 
mure de p-p'-dinitrostilbène, déjà connu, f. 286-288° et ils ont 
fait réagir sur lui soit la pyridine soit la chaux sodée. Ils ont 
constaté que dans ces deux cas on régénère le dinitrostilbène. 
Quant à V o-p-dinitrolane il a été préparé en chauffant 2 heures 
au bain-marie, 1 gr. d'o-p-dinitro-^-bromstilbène avec une solu- 
tion aqueuse et alcoolique de 1 gr. de carbonate de soude anhydre. 
Ce dérivé cristallise en jolies aiguilles prismatiques, jaunes, 
f. 112-112.5°. II se colore peu à peu à l'air en orange, puis en 
rouge. L'acide sulfurique concentré le dissout en violet bleu foncé. 
Sa solution dans la pyridine exposée à la lumière solaire se colore 
en rouge orange et laisse déposer par concentration des feuillets 
rouge rubis de nilrophénijl-isatogène, f. 205-206°, avec un ren- 
dement de 62 7o- i-'S solution dans l'éther du dinitrolane o-p, trai- 
tée par le brome fournit un dibroinare f. 141-142°. 



LISTE BIBLIOGRAPHIQUE 
(les Travaux concenianl la Géoloffie de la Suisse, 1912 



a) Minéralogie. 

1. H. Baumhauer. Arsenoferrit , ein neues Glied der Pyrit- 
gruppe. Zeitschrift f. Krijst., t. LI, H. 2, p. 143-'! 45. 

2. M. Del Gkosso. Sopra una dolomite ferrifera del Traforo 
del Sempione. Riv. Min, e. Crist. itaJutna, t. XLl, 
p. 56-64. 

3. L. DuPAKG et R. Sabot. Les méthodes de Fédorow. Archives 
des Se. phijs. et nat.. t. XXXIV, p. 5-19. 

4. W.-J. Lewis. On an sulfarsenite fromBinn, probably Llvein- 
glte. C. R. Miner. Soc. of London. Séance du 23 jan- 
vier 1912. 

5. <j. T. Pkiok. Analyses of Seligriiannite, zincilerous Tennan- 
tite (Binnite) and Fuchsite from the BinnentliaL Min. Mag, 
t. XV, p. 385-387. 

6. G. F. H. SiMiïH. Anatas IVom the Binnenthal. C R. Miner. 
Soc. oj London, séance du 23 janvier 1912. 

7. R. H. SoLLY. Dufienoisite with Selig-mannite from the Bin- 
nenthal. Ibid., séance du 14 nov. 1911. 

8. R. H. SoLLY and G. F. Smith. A new tricline Minerai from 
the Binnenthal. Ibid., séance du 23 janvier 1912. 

9. F. Zyndel. Ueber Quarzzwilling^e von Seedorf (Uri). Eclogœ 
qeol. Helv., t. XII, p. 166-168 et Verh. der .schiveiz. na- 
'tarf. GeselL, Jahrg-. 1912, 2'«'^ Theil, p. 193-195. 



b) Pétrographie. 

10. A. Brun. Sur la g-énèse des g-ranites. Ecloqœ (jeol. Helv., 
t. XII, p. 172-176. 

11. A. Brun. Gristoballite simili ou Cristoballite Sig'ma. Actes 
Soc. helu. des Se. nat., année 1912, 2« partie, p. 200-201. 



LISTE BIBLIOGRAPHIQUE DES TRAVAUX, ETC. 181 

12. H. P. Cornélius. Petrographische Untersuchungen iu den 
Berg-en zwischen Septimer und Julierpass. N. Jahrb. fur 
Min. Geol. u. Pal., Beilageband XXXV, p. 375-498. 

13. U. Grubenmann. Struktur und Textur der metamorphen 
Gesteine. Fortschritte der Min. Kryst. und Petrogr. 
B. II, p. 208-226. 

14. U. Grubenmann. Ueber einig-e tiefe Gneisse aus den schwei- 
zer Alpen. C. R. du ii" congrès géol. intern., 1910, 
p. 625-631. 

15. U. Grubenmann. Minerai- und Gesteinsbildung- auf dem 
Wege der Métamorphose. Handwôrterbuch der Naturwis- 
senschaft, t. VI, p. 934-944. 

16. E. GuTzwiLLER. Zwei g-emischte Hornfelse aus dem Tessiu. 
Zentralblattf. Min. Geol. u. Pa/.,19I3, N» 12, p. 354-361 . 

17. E. GuTzwiLLER. Injektionsg-neisse aus dem Kanton Tessin. 
Eclogœ geol. Helv., t. XII, p. 5-64. 

18. J. Kœnigsberger. Die Kristallinen Schiefer der zentral- 
schweizerischen Massive und Versuch einer Einteilung- der 
Kristallinen Schiefer. C. R. 44' congrès intern. de géologie, 
1910, p. 639-671. 

19. J.Koenigsberger. Ueber Gneissbildung- und Aufschmelzungs- 
zone der Erdkruste in Europa, Geol. Rundschau, t. III, 
p. 297-308. 

20. J. Koenigsberger. Ueber Analogien zwischen der ersten 
Zone der Westalpen und benachbarten Massive. Ibid., t. III, 
p. 319-323. 

21 . J. Koenigsberger. Ueber Mineralfundorte in den Alpen und 
ûber Gesteinsmetaniorphismus. Zeitschrift der deutschen 
geol. GeselL, Jahrg, 1912, p. 501-529. 



c) Géophysique. 

22 . A . BuxTORF. Bemerkungen zur Abhandlung von W. Paulcke : 
Kurze Mitteilung iiber tektonische Expérimente. Jahresber. 
u. Mitteil des oberrhein. geol. Vereins, N. F., t. II, H. 1, 
p. 153-157. 

23. F. -A. FoREL, E. Muret et P.-L. Mercanton. Les variations 
périodiques des g-laciers des Alpes suisses. 32® rapport 1911. 
An. du S. A. C, t. XLVII, p. 231-248. 

24. J. FaiiH. Bericht der Erdbebenkommission fur das Jahr 
1911-1912, Verh. der Schiveiz. naturj. GeselL, 95** 
Jahresvers., Altdorf, 2"'^Theil, p. 97-100. 



182 LISTE BIBLIOGRAPHIQUE DES TRAVAUX 

2i5. R. DE GiHARD. Recherches de tectonique expérimentale. Ann. 
de rinst. géol. de l'Univ. de Fribourg, 1912, 63 p., 12 pi. 

26. Alb. Heim. Bericht der Gletscherkommission fur das Jalii- 
1911-1912. Verli. der Scliweiz. natiirf, GeselL, 1912. 
2"-^ Theil, p. 103-106. 

27 . Arn. Heim und P. Akbenz. Karienbihlung-en in den Schweizer 
Alpen, Geo/og. Charaklerbi/der von H. Stilli, H. 10, Ber- 
lin 1912. 

28. L. HoHwiTz. Quelques rapprochements entre le climat, la 
glaciation et l'écoulement dans le bassin du Rhin alpin C. fi. 
Soc. vaad. des Se. nai,, séance du 10 janvier 1912. Arc/n- 
ues des Se. phys. et nat., t. XXXIII, p. 452 454. 

29. R. Lauterborn. Wirkung-en des Erdbebens vom 16 Nov. 
1911 unter dem Spieg'el des Bodensees Jaliresber. iind 
Mitteilangen des oberrhein geol. Vereins, N. F. T. II, p. 1 0. 

30. M. LuGEON. Les sources thermales de Louèche-les- Bains 
(Valais). Mat. carte géol. de la Suisse. N. S. Livr. XXXVIII, 
29 p., 2 pi. 

31. P.-L. Merganton. L'enneig-ement des Alpes en 1911. C. 
R. Soc. vaad. des Se. nat., séance du 6 mars 1912. Arc/ti- 
ves des Se. phys. et nat., t. XXXIV, p. 81-82. 

32. W. Paulcke. Das Experiment in der Geolog-ie. Festschrift 
zur Feier des Geburtstages S. K. H. des Grossherzogs 
von Baden, liera usg"eg-eben von der Techn. Hochschule 
Karlsruhe, 1912. 

33. H. Phu^ipp. Bemerkung-en ûber die Karren der Rhôn und die 
Entwickelung' iler Karren im allg-enieinen. Centralblatt fur 
Min., Geol. ii. Pal., 1911, N» 23, p. 705-718. 

34. Ch. Rabot et E. Muret. Les variations périodiques des gla- 
ciers, 17" rapport, 1911, Ann. de Glaciologie, t. VIL 
p. 37-47. 

35. G. Roessinger. Le g-lissement de la Recorne. Rameau de 
Sapin, sept. 1911, janvier, mars et mai 1912. 

36. G. RuETSGHi. Vorlâufig-e Mitteilung- ûber die Verànderung-en 
des Unterseebeckens durch das Erdbeben vom 16 Nov. 1911. 
Jahresb. und Mitleil. des oberrhein. geol. Ver., N. F., 
t. II, H. 1, p. 108-118. 

37. W. Salomon. Die oberrheinischen Erdbeben und das Beben 
vom 16 Nov. 1911. Naturwis. Wochenschrijt, N. F., t. XI, 
N° 6, p, 81-84. 

38. W. ScHMiDLE. Beobachtungen uber das Eixlbeben vom 16 
Nov. 1911 in Konstanz. Jahresber. u. Mitleil. des oberrhein . 
Geol. Ver., N. F., t. II, H. 2, p. 6-9. 



CONCERNANT LA GÉOLOGIE DE LA SUISSE 183 

d) Tectoxioue. — Descriptions régionales. 

Généralités. 

39. Alb. Heim u. a Aeppli. Bericht der ureolos-ischen Kommis- 
sion fur das Jahr 1911-1912. Ver/i. der schoeizer. natiirf. 
GeselL, 9o. Jahresvers.. Altdorf. 1912, 1 1«>- Theil, p. 87-92. 

40. H. ScHARDT. Neue Gesichtspunkte der Geolog-ie. Mitteil der 
naturw. Gesell. Winterthnr. H. IX, 1911-1912, 15 p. 

41. J. Weber. Geolog-ische Wanderiinoen durch die Schweiz, 
fieransrjegeben vom S. A. C, 1912. Volume in-8° de 256p. 

Alpes. 

42. P. Arbenz. La structure des Alpes de la Suisse centrale. 
Archives des Se. phijs. et nat., t. XXXIV, p. 401-425, 2 pi. 

43. P. Arbenz. Der Gebirgsbau der Zentralschweiz. Verh. der 
schweiz natiirf. Gesell. 95. Jahresvers.. 1912, 2'*'' Theil, 
p. 95-122, pi. 1 et 2. Résumé dans Protokolle der naturf. 
Gesell. Zurich, Sitzung- des 4 Dez. 1911. 

44. P. Arbenz und W. Staub. Programm der Exkursionen der 
.schweiz. g-eolog-. Gesellschaft ins Wildflyschg-ebiet am Ans- 
g-ang des Schàchentales und in die Gee;-end zwischen Eno-ol- 
berg- und Meiringen, Eclogœ geol. Helv., t. XII, p, 183-188. 

45. E. Argand. Les nappes de recouvrement des Alpes occiden- 
dentales. 1 carte d'ensemble au 1 : 500,000 et 3 planches de 
profils. Mat. carte géol. de la Suisse, 1912- 

46. E. Argand. Phases de déformation des grands plis couchés 
de la zone pennique. C. R. Soc. vaiid. des Se. nat., séance 
du 21 février 1912. Archives des Se. phijs. et nat., 
t. XXXIV, p. 80-81. 

47. E. Argand. Encore sur les phases de déformation des plis 
couchés de la zone pennique. Jbid., séance du 6 mars 1912 et 
Ibid., t. XXXI V, p. 85-86. 

48. E. Argand. Le rythme du proplissement pennique et le 
retour cyclique des encapuchonnements. Ibid., séance du 20 
mars 1912, et Ibid., t. XXXIV, p. 87-88. 

49. E. Argand. Sur le drainag-e des Alpes occidentales et les in- 
fluences tectoniques. Ibid., séance du 3 avril 1912, et Ibid., 
t. XXXIV, p. 173-175. 

50. E. Argand. Le faîte structural et le faîte topog-raphique des 
Alpes occidentales. Ibid., séance du 17 avril 1912, et Ibid.. 
t. XXXIV, p. 367-369. 



184 LISTE BIBLIOGRAPHIQUE DES TRAVAUX 

51 . P. Beck. Die Niesen-Habkern-Decke und ihre Verteilung- im 
helvetischen Faciesg-ebiete. Eclogœ geoL Helu., t. XII, 
p. 65-147. 

52. P. Beck. Ueber die Entstehung- der Beaten- und Balmfluh- 
hôhlen am Thiinersee und die Géologie ihrer Umgebung-. 
An. du S. A. C, t. XLVII, 1912, p. 217-230. 

53. M. Blumenthal. Der Calanda. Beitr. sur geol. Karte der 
Schiveiz. N. F., Lief. XXXIX, 48 p., 2 pi., 1912. 

54. J. BoussAC. Remarque à propos du massif" cristallin lig-ure. 
C. R. des séances. Soc. géol. de France, 1912, N" 13, 
p. 108-109. 

55. A. BuxTORF, Ueber die g-eolog-ischen Verhàltnisse des Furka- 
passes und des im Bau befindlichen Tunnels. Eclogœ geol. 
Helv., t. XII, p. 176-178. Verh. der sc/uv. naliirj. Gesell. 
95. Jahresvers., 1912, 2'^'- Theil, p. 201-203. 

56. A. BuxTORF. Bericht ûber die Exkursion der schweiz. geol. 
Gesellschaft ins Flyschgebiet des unleren Schàchentales. 
Eclogœ geol. Helv., t. XII, p. 188-194. 

57. A. BuxTORF. Neuaufnahme des Westendes der Axenkette und 
des Isentales. Eclogœ geol. Helv., t. XII, p. 164-166. Verh. 
der schweiz. natarf. Gesell., 95. Jahresvers., 1912, 2'" 
Theil, p. 190-193. 

58. H. -P. Cornélius. Ueber die rhâtische Decke im Oberengadin 
und in den siidlich benachbarten Gegenden. Centralblatt 

far Min. Geol. u. Pal., 1912, N° 20, p. 632-638. 

59. W. Deecke. Die alpine geosynclinale. N. Jahrbiich f. Min. 
Geol. u. Pal., Beilag-eband XXXIII, H. 3, p. 831-858. 

60. B.-G. EscHER. Un an essential condition for the formation of 
overthrust-covers. Koninkbjke Akad. van Wettenschappen 
te Amsterdam, C. R., séance du 24 février 1912, 8 p. 

61 . F. Heritsch. Das Alter des Deckenschubes in den Ostalpen. 
Sitzangsber, der K. K. Akad. der Wiss. Wien, matli. 
natiirw. Klasse, t. CXXI, Abt. 1, p. 615-632- 

62. A. Jeannet. Carte géologique des Tours d'Aï et des régions 
avoisinantes au 1 : 25,000. Mat. carte géol. de la Suisse, 
carte spéciale N» 68, 1912. 

63. E. Ketterer. Das Massiv der Arpille und die Kohlenmulde 
von Sa.lvan. Inaug. Dissert. Univ. Fribourg, 1912, 54 p., 8°. 

64. M. Lugeon. Sur la tectonique de la nappe de Mordes et .ses 
conséquences. C. R. Acad. des Se, Paris, séance du 30 
septembre 1912. Eclogœ geol. Helv., t. XII, p. 180-182. 
Actes Soc. /lelvét. des Se. nat., 95'' réunion. 1912, 2« partie, 
p. 207. 



CONCERNANT LA GÉOLOGIE DE LA SUISSE 185 

G5. H. Mylius. Die Schuppen und Quetschzonen des Rhaeticon. 
CentralblattfiirMin. Geol.a.Pal., 1912, N''24, p. 781-784. 

t)6. P. NiGGLi. Die Ghloritoïdsciiiefer und die sedimentàre Zone 
am Nordostrande des Gotthardmassives. Beitr. zur geol. 
Karte der Schweiz, N. F. Lief. XXXVI, 94 p., 2 pi. 

67 . P. VAN DER Ploeg. Geologische Beschreibung- der Schlossberg- 
SpannortgTiippe. Eclogœ geol. Helv., t. XII, p. 194-245, 
1 carte au \ : 50.000 et 5 pi. 

(j8. H. Preiswerk. Structur der nôrdlichen Tessineralpen. 
Eclogœ geol. Helv., t. XII. p. 169-172, Verh. der schweiz. 
natarj. Gesel, 95. Jahresvers., 1912, 2^" Thell, p. 197-200. 

69. A. RoTHPLETz. Zur Stratigraphie und Tektonik des Simplon- 
g-ebietes. Zeitschrift der deutschen geol. Gesell., t. LXIV, 
1912, Monatsbericht 4, p. 218-225. 

70. A. RoTHPLETz. Eine 2'*^ vorlâufige Mitteilung im Anschluss 
an die vom 16. Màrz iiber das Simplong-ebiet. Ibid., Monats- 
bericht 1 1 , p. 545-548. 

71 . H. Seeber. Beitràge zur Géologie der Faulhorng-ruppe 
(westlicher Theil) und derMânnlichengruppe.//i«?i^. Dissert. 
Uniu. Bern, 1911, 143 p. in-8°, 7 pi. 

72. W. VON Seidlitz. Sind die Quetschzonen des westlichen 
Rhaeticon exotisch oder ostalpin. Cenlralblatt f. Min. Geol. 
u. Pal., 1912. N» 16, p. 492-500, und N» 17, p. 534-542. 

73. W. Staub. Gebirg-sbau und Talbildung' im Maderanertal und 
Schâchental (Uri). Eclogœ geol. Helv., t. XII, p. 148-151. 

74. W. Staub. Bau der Gebirg-e zwischen Schâchental und 
Maderanertal. Eclogœ. geol. Helv., t. XII, p. 162-164. Verh. 
der schweiz. naiiirf. Gesell., 95*^ Jahresvers., 1912. 2^^'" 
Theil, p. 188-190. 

75. W. Staub. Beobaobtung-en am Ostende des Erstfeldermassi- 
ves. Geol. Rundschau, t. III, p. 310-319. 

76. A. Stella. Sulle condizioni geologiche di una g-aleria dello 
Spluga. Boll. Soc. geol. italiana, t. XXX, fasc. 4, p. 961- 
968, 1912. 

77. T. Taramelli. A proposito del giacimento carbonifero di 
Manno presso Lugano. R. C. del ht. lombardo di Se. e 
Lett., t. XLV, p. 720, 1912. 

78. D. Trumpy. Zur Tektonik der unteren ostalpinen Decken 
Graubiindens. Vierteljahresschrift der naturf. Gesell. 
Zurich, Jahrg. LVIII, 1912, 9 p. 

79. 0. WiLGKENS. Neuere Fortschritte in der geolog-ischen 
Erforschung- Graubiindens. Geol. Rundschau, t. III, H. 1 , 
p. 15-29. 

Archives, t. XXXVII. — Février 1914. 13 



186 LISTE BIBLIOGRAPHIQUE DES TRAVAUX 

80. 0. WiLCKENS. Neuere Arbeiten iiber die Voralpen zwischen 
Genfer und Thuner See. 1906-1911. Ibid., t. III, H. V,, 
p. 374-382. 

81 . Bailey Willis. Report on an inveslig-ation of the ^eolog-ical 
structure of the Alps. Srnithsonian Miscel. Coll., t. LVI. 
N« 31, 13 pp., 1912. 

82. F. Zyndel. Ueber den Gebirg-sbau Mittelbûndens. Beitr. 
zur geol. Karie der Sc/noeiz, N. F. Lief. XLI, p. 1-40, 4 pi. 

Jura et Plateau niolassique. 

83. E. Brandlin. Ueber tektonische ErscheinuniT;'en in den Bau- 
gruben des Kraftwerkes Wyhlen-Augst am Oberrhein. 
Mitteil. der grossherz. bad. f/eol. Landesanstalt, t. VI, 
H. 2, p. 735-743, pi, 31-34. 

84. L. Braun. Der Tafeljura zwischen Aare und Fricktal. 
Jahresber. des oberrhein. geol. Vereins, N. F., t. II, 1912, 
H. 2, p. 39-43. 

85. S. von BuBNOFF. Zur Tektonik des schweizer Jura, Erg'ebnis.se 
und Problème. Jahresber. des oberrhein. geol. Vereins. 
N. F., t. II, H. 1, p. 103-107. 

86. L. CoLLOT. Feuille de Pontarlier. Bull. Carte géol. de 
France, N° 132, t. XXI, Mai 1912, p. 63-79. 

87. W. Delhaes und H. Gerth. Geolog-ische Beschreibung des 
Kettenjura zwischen Reisç-oldswil und Oensing-en. Geol. u. 
Paleont. AbhandL, N. F., t. XI, H. 1, p. 1-97. 1 carte au 
1 : 25,000, 8 pi. 

88. K. DisLER. Geolog-ische Skizze von Rheinfelden. Jahresber. 
des oberrhein. geol. Vereins, N. F., t. II, H. 2, p. 19-34. 

89. E. JouKowsKY et J. Favre. Note préliminaire sur la Tectoni- 
que de la partie orientale de la chaîne du Salève. Archives 
des Se. phys. et nat., t. XXXIIl, p. 535-537. 

90. F. Mlihlberg. Ueberschiebung-en und Verwerfungen in den 
Clusen von Oensing-en und Miimliswil. Eclogœ geol. Helv.., 
t. XII, p. 168-169. Verh. der schweiz. natnrf. GeselL, 
95*« Jahresvers., 1912, 2'e^ Theil, p. 195-197. 

91 . P. NiGGLi. Geolog-ische Karte von Zofing-en zu 1 : 25000. 
Beitr. zur geol. Karte der Schweiz, Spezialkarte 65, 1912. 

92. P. NiGGLi. Das kristalline Grundg-ebirg-e bei Laufenburg-, 
Jahresber. des oberrliein. geol. Ver.. N. F., t. II, 1912, 
H. 2, p. 35-38. 

93. F. ScHALGH. Geolog-ische Spezialkarte des Grossherzog-thums 
Baden : Blatt Stiihliag-en, mit Erlâuterung-en. Heidelberg, 
1912. 



CONCERNANT LA GEOLOGIE DE LA SUISSE 187 

'Ji. W. ScHMiDLE. Zur Geolog-ie des Untersees. Jahresb. des 
Oberrhein. geol. Ver. N. F., t. II. 1912, H. 1. p. 29-53. 



e) Stratigraphie et Paléontologie. 

Trias. 

95. H. Reich. Ueber ein neiies Vorkonimen von Fossilien im 
Servino des Liiganer Sees Centralblatt. f. Min. Geol. and 
Pal., 1912, N"li2, p. 702-704. 

9t). M. Weigelin. Hauptsteinniererel und Gansin2;-er Honzont in 
der Umo-ebung- von Basel. .lahresber. des oberrhein. qeol. 
Ver. N. F., t. II, 1912, H. 3, p. 19-20. 

.larassiqae. 

97. F. Favre. Contribution à l'étuile des Oppelia du Jurassique 
moven. Méin. Soc. pnléont. suisse, t. XXXVIII, 1912, 
p. (-33, 1 pi. 

98. A. Jeannet. Etudes stratigraphiques des Préalpes vaudoises 
(Stratigraphie de la nappe ihétique). Disserf . Far. des Se. 
Univ. Lausanne . 105 p. 4*^, 2 pi. 

9i). M. LuGEON. Tortue fossile de l'Oxfordien du Tanneverge 
(Massif Tour Saillère, Bas Valais). C. R. Soc. vaud.des Se. 
nat., séance du 21 février 1912. Archives des Se. phys. et 
nat., t. XXXIV, p. 79-80. 

100. L. Rollier. Fossiles nouveaux ou peu connus des terrains 
secondaires du Jura et des contrées environnantes, 2*^ partie. 
Méni. Soc. paléonf. suisse, i.X\XX\\\,\i. 35-148, pi. 5-12. 

Cré/aci(/ae. 

101. E. Ganz. Stratigraphie der mittleren Kreide iler oberen 
helvetischen Decken in den nordlichen Schweizeralpen. 
A'. Denckschriften der Schiv. nalurf. GeselL, t. XLVII, 
Abh. 1. p. 1-149, 20 fig-.. 6 pi. 

102. W.-A. Keller. Die autochtone Kreide auf Bifertenstock 
und Selbsanft. Beitr. z. qeol. Karte der Schtveiz, N. F., 
Lief. XLII, 20 p., 1 carte'au 1 : 15000, 2 pi. 

103. L. RoLLiER. Ueber die obercretacischen Pyritmergel der 
Schwyzeralpen. Ecloyœ geol. Helv., t. XÏI, p. 178-180. 
Verh. der scluoeiz. nalnrf. GeselL, 9oi*' Jahresvers., 
â*»-- Theil, p. 203-207. 



188 LISTE BIBLIOGRAPHIQUE DES TRAVAUX 



Tertiaire. 

104. J. BoussAC. Etudes paléontolog-iques sur le Nummulitique 
alpin. Méni. Carte géol. de France, 1911, 439 p. 4° avec 
n pi. 

105. J. BoussAG. Etudes stratigraphlques sur le Nummulitique 
alpin. Ibidem, 1912, 692 p. 4" avec 20 pi. 

106. A. BuxTORF. Doj^-çer und Meeressand am Rôttler Schloss 
bei Basel. Mitteil. der qrossherzog. bad. Landesanstalf, 
t. Vil, H. 1, 1912, p. 57-83. 

107. W. Kranz. Das Alter der Sylvanaschichten II. Jahresber. 
des oberrhein. geol. Ver., N. F., t. II. 1912, p. 11-18. 

108. L. RoLLiER. Nouvelles études sur les terrains tertiaires et 
quaternaires du Haut Jura. Actes Soc. jurassienne d'ému- 
lation, Année 1910-1911, 45 p. 

109. W. ScHMiDLE. Ueber Gerôlle in der marinen Molasse bei 
Ueberling'en. Mitteil. der grossherz. bad. Landesanstalt. 
t. VII, h: 1, p. 25-54. 

110. H. -G. Stehlin. Die Sâug-ethiere des schweizerischen Eocàns. 
7'" Theil, 1*^ Hâlfte. Abh. der schweiz. pal. Gesell., 
t. XXXVIII, 134 p., 46 %. 

Quaternaire. 

111. A. Baltzfr. Die in der Nàhe des Iseosees vorkommenden 
Blàttermerj^el von Pianico-Sellere. Eclogœ geol. Helv., 
t. XII, p. 181-183. Verh. der scliweiz. naturf. Gesell.. 
95*" Jahresvers., 2*^^ Theil, p. 207-208. 

112. C.-A.-R. Behmer. Die erratischen Blôcke in der Freiburg-er 
Ebene. Inaug. Dissert. Univ. Freiburg (Schweiz), 1912, 
66 p. 

113. BiERMANN. La partie inférieure de la vallée de Tourtemag-ne. 
C. R. Soc. vaud. des Se. nat., séance du 6 décembre 
\^J\\, Archives des Sc.phys. et nat., t. XXXIII, p. 363-364. 

114. E. Brl'ckner. Gliederung- der diluvialen Schotter in der 
Um^ebuni? von Basel. Zeitschrift. f. Gletscherkunde. 
t. VI, p. 350-351. 

115. R. Frei. Monographie des schweizerischen Deckenschotters. 
Beitr. zur geol. Karte der Schweiz, N. F., Lief. XXXVII. 
182 pp., 1 tabelle, 6 pi. 

116. R. Frei. Ueber die Ausbreitung der Diluvialg-letscher in 
der Schweiz. Ibid., Lief. XLI, p. 41-59. avec 1 carte au 1 : 
1,000,000. 



CONCERNANT LA GÉOLOGIE DE LA SUISSE 189 

117. Ed. Gerber. Der Tunnel des Electricitâtswerkes Niederried- 
Kallnaclî. Mitteil. der natiirf. Gesell. Bern. Jahrer. 1912, 
7 p., 1 pi. 

118. Ed. Gerber, B. Aeberhardt und F. Nussbaum. Bei'icht der 
Kommission fiir Erhaltung- erratischer Blôcke im Kanton 
Beru, ûber ihre Tàtig-keit im Jahre 1911. — Mitteil. der 
naturj. Gesel. Bern., Jahvg-. 1912, p. 277-283. 

119. D. Geyer. Hélix arbustorum L. und das Klinia der Loess- 
periode. Jahresber. des oberrhein. geol. Vereins, N. F., 
t. II, 1912, H. 1, p. 66-76. 

120. A. GuTzwiLLER. Die Gliederung- der dituvialen Schotter in 
der Umgebune: v. Basel. Verh. der natiirf. Ges. Basel., 
t. XXIli, 19 pp. 

121 . H. Hartmann. Neue Hôhie mit prâhistorischen Fiinden 
nahe der Beatushôhle bei Interlaken. Mitteil. fiir Hôhlen- 
Kande, Jalirg-. IV, H. 4, 1911. 

122. Fr. Jagcard. Une petite hacbe en diorite, C. R. Soc. vaiid. 
des Se. nat., séance du 20 décembre 1911. Archives des 
Se. phys. et nat., t. XXXIII, p. 368-369. 

123. A. Ludwig. Ueber die Vorgàno-e bei der Talbildung. 
Eclogœgeol. Helv., t. XII, p. 24'5-264. 

124. E. DE Martonne. L'évolution des vallées o-laciaires alpines 
en particulier dans les Alpes du Dauphiné. Bulletin de la 
Soc. géol. de France, 4^ série, t. XII, fasc. 7, p. 516-549. 

125. F.-C. MuLLER. Die diluvialen Kohlen in der Scliweiz. 
Zeitschrift f. prakt. Geol., Jahrg. XX, 1912, H. 8, 
p. 289-300. 

126. J. NuEscH. Die Nag-etbierschichten am Schweizersbild. 
Eine Richtig-stellung- der Ang-riffe auf das Letztere. Verh. 
der schweiz. natnrf. Gesell., 95'^ Jabresvers. 1912, 2*"'' 
Theil, p. 241-251. 

127. F. Nussbaum. Die Landschat'ten des bernischen Mittellan- 
des. Mitteil. der naturf. Gesell. Bern, Jahi-g'. 1912, 
p. 229-276. 

128. E. PiTTARD. Atlas des stations lacustres des lacs de Genève, 
Neuchâtel, Morat, Bienne, Zurich et de la Suisse préhisto- 
rique. Attinger frères^ XeiicJuïtel, 1912, 16 p., 9 cartes. 

129. W. Salomon. Ueber zwei Altersverschiedene Morànen am 
Monte Bre bei Lug-ano. Geol. Rundschau, t. III. H. 7c' 
p. 416. 

130. Ed. ScHEiBEXER. Die Schieferkohlen von Môrswil. Jahresb. 
des oberrhein. geol. Ver., X. F., t. II, H. 3, p. 30-54. 

131 . H. VON Staff. Zur Morphog"enie der Prâg"laciallandschalt 
in den westschweizer Alpen. Zeitschrift der deutsch. 
geol. Gesell., t. LXIV, 1912, p. 1-80. 



190 LISTE BIBLIOGRAPHIQUE DES TRAVAUX, ETC. 

132. L. VAN Wervecke, Nochmalsdie Mittelterrasse Stelnmanns. 
Gliederung- des Loe.ss. Mitteil. der geol. Landesanstalt 
Elsass-Lothr., t. VIII, H. 1, p. IST-IbS. 



J) Bibliographies et Biographies. 

133. H. Blanc. Le Prof.-D' François-Aug-uste Forel. 1841-1912. 
Actes Soc. Iielvét. des Se. nat., année 1912, l""^ partie, 
p. 110-148. 

• 34. A. Heimann. D' Berchtold Aeberhardt, 1872-1912. Ibid., 
p. 167-170. 

13.5. Ch. Sarasin. Revue g-éoloo-ique suisse pour l'année 1911. 
Eclogœ geol. Helv.,\. XII, p. 265-452. 

136. 0. Stoll. D-- Jakob Heierli, 1853-1912. Verh. der schweiz. 
naturf. Gesel/., 95*« Jahresvers, 1912, l*" Theil, p. 152- 
166. ■ 



MESURES DU COURAPIT IlECTRIOUE 



PASSANT DE 



L'ATMOSPHÈRE A LA TERRE 
faites sîmnltanément à Friboarg et à Altdorf 



Pour l'étude de l'électricité atmosphérique, M. le prof. Gockel, 
à Fribourg-, et le recteur Huber, à Altdorf, se sont mis d'accord 
pour faire des observations simultanément et à des jours fixés 
d'avance. 

La méthode employée est la même aux deux localités. Le (j ra- 
dient du potentiel est obtenu au moyen d'un électromètre d'après 
Wulf. Une tig-e de fer g-alvanisé de deux mètres de longueur est 
fi.xée perpendiculairement à une fenêtre du premier étag'e, isolée 
par un bloc de soufre et reliée à l'électromètre par un fil de cuivre. 
A l'extrémité de la tige se trouve le collecteur à Polonium. Les 
lectures sont faites à l'intérieur de la chambre. 

Pour les observations de la conductibilité de l'air, l'électro- 
mètre charg-é est placé dans un pavillon ouvert pour le protéger 
contre le champ électrique de la terre. Une tige noircie, fixée sur 
l'électromètre, sert de moyen de dispersion des ions. Les valeurs 
des conductibilités positives et négatives (\^ et X—) sont calculées 
suivant la formule 

1 Z + C 1 , Vi 

A, = - . — - — log nat. — , 

où Z = la capacité de la tige de dispersion, 
C = la capacité de l'électromètre, 
t^ — ^1 = ^^ durée de l'observation. 

Y^ = le potentiel au commencement et V„ = le potentiel à la 
fin de l'observation. 

Le gradient du potentiel exprimé en volt par mètre est converti 

en unités électrostatiques par centimètre par divisisn avec 30,000. 

Le courant vertical total est le produit du potentiel par X (somme 

des conductibilités X— -\- X+) et exprimé en unités électrostatiques 

XI 0-8. 

A Fribourg, les observations se font au lieu décrit pi'écèdem- 
ment^, à Altdorf, dans la cour du Collège, située dans le sud du 
village à 460 mètres d'altitude. 

• Archives, 1913, XXXV, 155. 



MESURES DU GOURANT ELECTRIQUE 

PASSANT DE L'ATMOSPHÈRE A LA TERRE 

faites à Altdorf et à Fribourg 
JANVIER 1914 







ALTDORF 






FRIBOURG 






HEURE 














TEMPS 


X 


P. G. 


Courant 




P. G. 


Courant 








1 

9 Janvier 




' 


6-7 a. I 


320 


+ 3 


+ 3 


281 


-f 83 


+ 77 




7-8 i 


272 


- 36 


- 33 


87 


+ 112 


33 


C Ï3 


8-9 i 


197 


+ 19 


+ 12 


164 


134-189 


— 


2.2, 


9-10 


101 


+ 12 


+ 4 


48 


300 


48 


«^ 


10-11 


83 


+ 9 


+ 2 


84 


104-222 


— 


-£ 


11-12 


68 


+ 56 


+ 13 


148 


84 


41 


•Jl 


1-2 p. 


102 


-443 


-150 


— 


< 50 


— 


«3 

m S ^ 


2-3 


79 


- 36 


- 9 


283 


0-100 


— 


•ans ^ 


3-4 


69 


- 12 


- 3 


336 


-160 jusq. -40 


— 


■S 5 N 

3 o-S 


4-5 


122 


- 7 


— 3 


392 


-270 » -70 


— 


^ „ S 


5-6 


162 


- 93 


- 50 


334 


<- 50 


— 


«■3.0 


6-7 


393 


-212 


-277 


354 


<- 50 


— 


H "SCO 


7-8 


— 


— 


— 


438 


<+ 50 


— 


-t'î 


8-9 


— 


— 


— 


— 


— 


— 


<; £P ° 


9-10 


— 


— 


— 


— 


— 


— 


'%> 








23 Janvier 




1 


6-7 a. 1 


623 


+ 17 


35 


147 


115 


58 


S s 


7-8 ! 


667 


17 


38 


152 


77-149 


— 




8-9 


698 


17 


40 


169 


108 


61 


o OO 

'■5 S 


10-11 


529 


25 


44 


142 


104 


50 


os o 


11-12 


236 


19 


19 


154 


87 


45 


gfe 


1-2 p. 


382 


22 


17 


123 


83 


34 


-«iS 


2-3 


546 


44 


56 


195 


135 


88 


'g^ 


3-4 


405 


68 


120 


164 


150 


81 


«S . 


4-5 
5-6 


307 
329 


83 
56 


112 

61 


175 
119 


132 
164 


79 
65 


lis 

s! J > 

■S g-S 


6-7 


289 


25 


24 


148 


189 


82 


ii c S 


8-9 


398 


19 


25 


145 


189 


91 


'o g . 


9-10 


344 


36 


41 


— 


180 


— 


o 0-® 


10-11 


408 


12 


27 


116 


162 


120 


m 


11-12 


556 


27 


50 


130 


172 


75 


1 ȣ 



Abréviations 

X = conductibilité par ions négatifs et positifs en unités électrostatiques X 10* 

P. G. = gradient du potentiel en volts par mètre, réduit sur terrain plat 

Courant vertical, en unités électrostatiques X 10** 



193 



OBSERVATIONS MÉTÉOROLOGIQUES 



L'OBSERVAÏOLRE DE GENÈVE 



PENDANT r^R MOIS 



DE JANVIER 1914 



Le 1. très forte bise jusqu'à 7 h. du soir : f;ul)le chute de neige à 1 h. du soir. 

tj, pluie k 10 h. du matiu et ii 1 h. du soir : neige à 7 h 15 m. ; pluie et neige h 

9 h. du matin : neige à 6 h. 30 m. du soir ; haut. 5 cm. 

7, neige dans la nuit, à 7 h. et à 10 h. du matin : haut. Il cm. 
9. brouillard à 10 h. du matin ; pluie h 7 h. du soir. 

10, brouillard à 1 h. et pluie à lO h. du soir. 

11, pluie à 7 h. du matin, à 4 h. et à 9 h. du soir. 

12, neige dans la nuit ; haut. 2 cm. : forte l)ise jusqu'à 7 h. du soir. 

13, forte bise depuis 7 h. du soir. 

14, forte bise pendant toute la journée. 

18, forte bise à 7 h. du matin et à 10 h. du soir : quelques flocons de neige à 

10 h. du matin et à 1 h. du soir. 

21, faible chute de neige dans la nuit. 

22, forte bise à 7 h. et à lO h. du matin. 

25, givre depuis 8 h. du soir. 

26, brouillard et givre. 

27, givre le matin ; faible chute de pluie et de neige raprès-midi. 

28, neige dans la nuit : haut. 1 cm. 

31, givre et brouillard pendant tout le jour. 

Haatenr totale de la nei^e : 19 cm. tombés en qnatre Jonrs. 
.\ii(:iirvKs. I. XXWII. — IVvi-i<T l;il'.. li 






Si 



+ 1 






pas 



ï^ 


> = 
















5 ^ 




:Si5 


D 


r» 








a: 


ïï 






T 


S-° 


C 


;».0 


25 


â- 







CO © ■ IX TV» -^ <>< 



«e 1" • 3s o> ^ ^1 

» O • O O fN ^ 



o lO f- o o --o -f -t< o 1": o o =; o — C' o r> o o o o o o (- cr -1- -f o r; o 
::5 ^ <>» s o — ' — ' -f o -' o o o o o o - o - o o c = — — o — ' (- lo lO o 



ri -yj ■/: 


- 


r^ 2-. r^ 


Ti 


- 


r> 


=; o 


o c; 


O 


O 


2 


~ 


^ 


- 


o 


o 


^ 


o 


■o o ~. 7> if. -f O 


Ci 35 OO O O 05 


o 


o 


o 


ooooooooo 


o 


- 


o 


o 


2 


O O 05 (>J O O O 
^^ 1— 1 



lOOOOSCv^OOOOOOOC-. OOOOOOOOOOOCNOIOO 



oasocriOOOooooooooooosoooTOOooo 



«5 cvi' _." _<" ^ 73 oo f>J ->i —<"'>» o (- Ci (^ o -f o -jD lO -^t ■:>) o T ce o ^ in '^> ■>» o 

81 (}■)_ ^^ -^ :—( r—» —' 

à^œ^^^^ ^ ^ z x: z z z a g^ g"^ a:ic/)ZZZc/;'a)cA^t?ZKt/3?ï 

Cc^--_--H-H-H--,--;o»-('?»-.'H^-(^-.Or^-H-,-,0-.-i-HOO 

z^z^^a^^ .^^^gSzzzz^z5^:=3azz^- -^^z •!:? 

Z Z z S c2 ^ cr.i :? ^ ^ ^ Z Z z:^"Zc/)ZaZZZaaiZP?c»ZZ!>(/) 

_p__j_^^^_^^--,g^__~-— ,— I— .-jiO— '— 11» — — <ooo o — ' r^ o 

a a ^ ■ b: a a 5: ^" ^ ^ ^' =^" • ^ ■ • • ^ • î? • ï^ ^ ^ ■ • ^ 

x; .-^-■y}'-:^zÈ?v>7'v^^zzzzzcûZiLiaaZ:iry)awJc«(y?aaoo 
z Z X a X z ^ A x y: -^ z z z Z a r. z x Z /: Z y. v: o: Tjr/)^œcn(/: 

— I L- — I 'Ni — ' » c; cv o -^ ce — ' CTi o ir; --r (^ -c c^' -r ce c- 1^ >r. ^ t^ ■» id ») vo co 
E lO t-' (-^ --O -f' -o -X) ^ -o '^i o .ai x; lO lO ifj r- -r ^ <?* 'i" }0 --- gj 2 S n; £5 rt lî t 

_ !>< -H o -1 (N co o -ri 10 10 Oi t- — ' o o oc © C2 -o r; -N* f- o; C5 -^^ (M_ 5^ f- t-; o -i= 
Br-^i-^io-rt<-o -^i^iooj'0-tiioino<>^t~- ifloo o o<><c<î'0— ■c33-^o^-'>>cC'* 

M«M^(?>5G3œM^55ÎScSSw^S-(5;'>i<>*CWG^CCCCCOCOCOCOMCO 

-^ s 5^ ? ^ !n ^ s ^ s -ê s ^ (^» .ra -*< s -; -t; 0-- <>| 20 '" ^: l» "^^ ^« ^ '^ ^. =^ 
I _; -y^ ,^" (J ço* 10 o 00 o co o' d d d -* >n fi d 10 d -f' (>i d t-' « Ci -f m lO --o e- 

_l — ,_H_^-H_ I ^^_^_-t- I I I I I I 7 I I I I I -H-t— 1-H — l-H — I — 1--1- 

g S 'î -/3 ^ o ce '/j o» (^J lo -x '>> -r r- -f -p la f^ '^. ^. ^ =^. '^. f". ^ ^' . '^ "^ '^. ^ 
E _; d .«-C i'-' — i -M -y' d -7»< — < r-' r- r-' ^ co ->>' » — < w o ce ^ 00 lO * '-i^ '» '^J '^ ce ift 
^M^coce^rTO^ceceSi>NSj'>»â'»T^<So<'>«o^5^'>>'>'^ ^cecec cecoco 

i- — I ce 10 C3> ce 10 ce o 00 ce — I os «3 in -^ -I O --H ce Cl •£> 00 c«o (>i o co o co (>i 10 
^MS^Ms3wwM?eMW«5Sw*<3^S;5^<>J<>.<>*eocO'i<coeecececoee 

— 10 ce (>J a> -o ce Ci ^ ce in -û ce o ce ce 'N -* ce --0 ce r- C5 c^ r- o co (N -* -o ce 

1 ■ -o ,r^ ,r^ d — <' d d ce" — < d (■-" r-^ d ce' — <' d cvi i>j d -f -r i^ o o -o o 2^ ce ce in 
^S^^ce^53SKcece^ViÇji>>Çi'>»--'»(N'>iC^5>»'>'^-^«'^««=^<« 

o ■>> (>i 00 ce O) ce Tj. Tt< -I ce co -a t- -^ io oî ce ce in "^H o -* in {--_ 00 c5> o » in in 

1 ".-,.- ,-■ ,; -; -^^ .-" ,'5' /^i d d t-^ d -^) -H d d d d d -" t — ?< o f— — ■ ce ce ce in 
S ;;: :■= ^^2 iq J.' ^ ^, ^-: i2 d <5 -i^ ^* >> ~» ^ - fi Ô5 -?> ->, ^> ->> ce -r ce ce ce ce ce ce 

- c>) ce -I- in -c r- » cv o -- ;>^^ ce :î :2 2 ^ 2S 2 1^ ;;^ î^' S ^ ?5 S ?^l oj S ^ ?? 



,2 


1 


. .fî <r. U-; i« lO K-î o o ••'^ 
g "N ■>» '^i ■>< 5^* (>} <>> !>J T»» 


lO o .n o o ir. o o in o o o in ije o o le o o o o in 
-f "^ ce -f ce ■>» ce o (^ re s-.; o ~ ~. X f- ^J 2^ — c^^ 5 î? 


•X 




>'3 
es = 

u § 

ta .3 




,--»-*< co ce '>> ^N» — ' 

~ ■ ■ ■ ' ■ —■ -n' — ; -', 

III 1 1 1 1 1 


» -c c in 1- ->> -T -Ml -" -r ce — 1 X — i x x x »>< ce 

-H 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 


1 


°iOir:;.- 1 o ,-■ KO ,-■ ..^ 


ce in o in ce X in t^ in in in t^ o t— o o o -x^ in 
,-.; |_^_^j^, <^^'jr! |ce>cerocece-T Ice-f^-^ceco 


f— 

■* 


o 
Z 

o 
< 

\ < 
1 '-'^ 

I „ 

1 


si 


•£) o o ■^' — "'- — lO ->> 

:^ o O C-. - . Ci — -. r-. 


.-- X ce ->< .e - --O X X X ~ — ' — ^ ~ s = fr î» Cr 2" 2 

ri cr. Ci ri rv x x x x x x ci c x ri o o ri c» ci _^ o 




•30 lO 35 -» o M .-: I> 3i 

(^ Ci t~ <X> Ci -O -O KS -O 


— ico-f-O'-o-^o— i(>joooo— 'co-5»<o)ceiinc2inccoo 
c- X 5 ^- i- 1-- X X, X t- r- "X f~- f- 20 X Ci 'vO to oo QO Oi 




> ^ 


-H H^H- -»- -+-+-1- 1 -J- 


t- o >» — ' «* — 1 ->» T»* — ' ce o> o o ce o ^ i* ■>} s^ -o (^ ^ 

-l-I^l-H-l- 1 1 1 1 1 1 1 1 -+--•- 1 1 -4--+--+- 


-4- 


X 

X 


>.5 

1^ 


o -0 o x -^> -3 f~- 'ï' '^ 

rs r- ri >D rv X) '» y: X 


^ -n X '- s» in -^' -f in co -f -.o -o co --O Ci © ce ce — > ^> » 

Ci c. X X 3? X X X 00 X X X X X « X as X X Ci Ci os 




f" 


-f o -o lO CO ce tO lO — ' 

a5ocoooo>x>ooa»3> 


ce in X Ci --O m -o •£! -f (- r- ce 3 o o o 2 "T 2 r; 5 2 

c o X X' (- X .X X X 00 X X X X) Ci o o X f- Ci Ci o 


Ci 
X 


-G 


r:- i': a '» •* (~ (^ t^ ~. 
X Ji i - •■» r j yj {^ i': 'o 


— c^ X -o Ci X '» -o in X — 1 -o -+• 1- '-- ce o ce >;; in o o 

Ci Ci X (- 1- X X X X f- X x Ci X X^ X o -o -o -x -o Ci 


ce 

X 


•o lO o ->> ->» -o 3 — < ^ 

Ci —■> C> Ci Ci c^ ^ c c. 


ce X --O '•>* -o 3j -o in e^ X -o -- ^ f^ -c o o in x -o in o 
r. c. X Ci X X X X X X X c; c. x x c o c> _- -- -- o 


Ci 


< 


S 


— -c TC Tc -f -f yj -jd o 
1 1 -;— t- 1 -f- 


in -o X --O — ' in -X; x ^ '- (- x in -r i^» r ce « •>* ''^^ -»* c'» 

-' in d -)^ -o ce ce ce ce ri TV* — ' -1 c>< ^ ->» ^ œ ce — =■ -• 

-i-ii IIIIII-+- -l-ii 




■>< '>> te o t— o lO <N (^ 

o lO (- ( ^ -f -^ (>< 3> «5 

1 1 1 1 1 1 1 1 1 


in in Ci in •£> in -o i:^. /r: >< x ce o «^ '»'>)« ce in f- x ci 
— . o m I-' f^ J-' ift m" -^ m' -t< -f C5 ce -* X ss x -f -* -jc f~ 
-t- 1 1 1 1 1 II 1 1 1 1 1 1 1 


in 

1 


>3 


CO »^ 3J !■- O (N — 1 -O -S 
'T O « 05 t^ '^ — ' -• l* 

= •« lO « O — c: O — C 

1 1 1 1 1 -(- 1 1 1 


«B o X — m ' - o X ce (- o 00 t< X m e.> «e 'n ->> ■r) ■ - — > 

J5 ce Ci •>> -f o in -*" i.e -r- in -- o o -r Ln Kï -r -< -; Ci X 

^ -f' tt" .e -c in r — ce ce ">> 'N ce ce -r te — c '» ce -ri 

+ + 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 II 






-" — 1 .O lO 35 — ' ÎC X) X' 

■O -r. -C -» Ci -r -r ■>• x 

-ÎOlOCO — — 'OO'XO 

1 1 1 1 1 -+- 1 1 I 


« X Ci — ^ -« in — 1 ce m -" Ci — 1 — -f -i; -o o Ci --; in <>» 
M Ci -:>» in r» ce '- (-- •- -c -jd in — -< t- tt -t< ce c; x --D -r 

>» ce -f in * in -f -r -r ce ce cv} ->( ce ce -t" "C — c — ce -r 

-(--(- 1 1 1 ' 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 -1- 1 II 


00 


J5 


co ■>» o» o ->> r> 3> -r) -rs ^ i^ lO «N lO irt r) '» o -o '+ x> i^ 05 o» lO — r — r lo to x) 

- -^ "C — - o -!* s o ic '^> -*■ -n i"' -o •£ ce -f -" -f ce ce — 1 ">> ">» -t" t-- lO o ~ r: -t< co 
III i-+-ii-(- H-ii|iiiiiiiitiii -n- 1 1 1 


X 

~i'n' 
ce 

1 


- 


co «D in co (>J -o «-- 00 'O o co i~ X) 'O o ao -f Ci o o ir» -J lO ce — 1 in o o ^ -r -f 


•: ce ce — ' o — 1 ^> o •^> •>< 
1 1 1 1 1 -»- 


toinin-t<-^ince)-t<-t<ce)i>»'>j-H'>}'>>(N-f" ':o^oo— ' 

-1- 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 -h-i- 1 1 1 


;^ 


(- s e>> -o -1" ^ -O ce ce 


ce X C5 in O ce -t< ■^J -O -f ev} -f in in ->» x x ce in e»» c -r 


X 

1 


c ce -r: •:;->>—' 3 — ce ce 
1 1 1 1 1 -^ 1 1 1 


ce e-* — < in <~ -c in in in -f -fi ce >>! ce -t< f '.— -c ce ce -r -c 
-+--I- 1 1 1 1 1 1 1 1 111 1 1 1 1 1 1 III 


1 


'1 


— 7t ce -r i.e -r; (- x r; 


2zii:2=:ia3-:^s:^:;;^?iZ^^^^^^^ 


=s 



196 



MOYENNES DE GENEVE. — JANVIER 1914 

Correction |»<»iir réduire la preHNlon atiiiosphéritiiic de Cienève à la 

pe!«aiiteiir normale : | ():2 (elle coiTeclioii u'hsI pas appliquée dans 

le.s lai>leaiix. 



Pression atinos|»liéri<iue : 700""" |- 

1 h. m. i 11. 111. 7 h. 111. 10 h. ru. 1 h. s. 4 li. s. 7 li. s. 10 h. s. Moyennes 

l"(léo 3148 .V2.3:{ .\^2M 32.67 32.04 3215 3258 3258 32-38 

2' » 23 63 2335 23 l'i i'3.42 22 65 22.60 2298 2307 2310 

3« >> 3206 32.05 32-32 32 91 32-29 32-20 3278 3335 32-49 



Mois 2948 29.33 2933 2977 29-10 2909 29-55 2978 29 43 

Température. 

oooooooo o 

l-déc. - 297 - 261) - 2. 44 - 1 54 + 41 + 035 - 1 00 - 2-00 - 1-48 

2' » - 388 - 4.20 - 448 - 4.32 - 358 - 3. 48 - 3-62 - 3-93 - 3-94 

3= » - 4 22 - 4-53 - 4 59 - 2-85 - 092 - 1-18 - 2-44 - 3 51 - 3-03 



Mois - 371 - 3.80 - 386 - 2-90 - 1.3o - 1 43 - 2-35 - 3-16 - 2-82 

Fraction de saturation en "/o- 

95 89 81 83 89 

88 87 84 85 86 

93 89 84 82 88 

M..1S 91 91 92 88 83 83 88 89 

Dans ce nu.is l'air a éle câline 251 l'>'is sur 1000 

MNK 74 ., ..^ 

Le rap,. un des veuis^^^ = 21 ^ 



l'« décade 94 


94 


2= » 86 


87 


3' » 92 


93 



92 


90 


84 


86 


90 


89 



Moyennes des 3 observations Valeurs normales du mois pour les 

(T"», l*", Qh) éléments raétéorolog-iques, d'après 

mm Plantamour : 

Pression alinosjiliériqiie 29.40 mm 

Nébulosité — 8.7 Press, atinosphér. .( 1836-1875) 727.37 

M-J_+_9_ _ 90 ,37 Néhiilosité (1847-1875). 7.9 

3 Hauteur de pluie. . (1826-1875). 48"'"' - 8 

Température , . . ^ „ ,. , , . >,■,-■, i,. 

^ J7 4-1-|-2X9 9o 71 Nombre de jours de pluie, (id.). lU 

' 4 Température moyenne .. . (id.). — 0" . 08 

Fraction de saturation 88 7» Fraction de saturât. (1849-1875). 86 "/o 



\ 



197 



Observations météorologiques faites dans le canton de Genève 
Résultats des observations pluviométriques 



Station 


CÉLIGNY 


COLLEX 


ClliHBKIiV 


ClliTlil.tINK 


SATIGNY 


ATdENAZ 


CIIMI'KSIÈIIES 


Hauteur d'eau 
en mm. 


24.4 


22.0 


16.2 


16.0 


15.3 


13.4 


19.9 



station 


VEYRIBlt 


OBSERVATOIRE 


COL.OGNY 


PUI'LIiNGB 


JUSSY 


lIKItlUNlK 


Hauteur d'ean 
en mai. 


loi 


16.1 


16.9 


lo.3 


18.4 


20.9 



Insolation à Jussy : 22.1 li. 



OBSEKVATIONS MÉTÉOROLOGIQUES 



(i H i\ N D s A I N T - B E H N A 1^ D 



PENDANT LE MOIS 



DE JANVIER 1914 



Le 6, neige. 

les 7, 8, 9, 10 et 11, très violente bi.se. 

le 7, neige. 

9, brouillard et neige. 

10. brouillard. 

11, brouillard et neige, 
les 12, 13 et 14, neige. 

18 et 19, brouillard. 
21 et 27, neige. 



ic 


3 ^ 


(^î o • — 1 !>* © ce cv ,^ . . . . 

£ * : : : --"^ :^ «-"::.;..: : . : . : .-^ : : : ; 


in 


1 ^ 




(>» o • i» -H co -* .00 -o • • • • 

1 ••••• o o • 2! ^' ce ■:i< ••••■•' ce ■''••• rJ ••• • 

t= .... (^_*.Ç| _H •- 





1 

! 

1 
f. 

o 


o „ 
S" 

1 ja 

.13 




ce 
ce 


oooooooooooo — o^ooo-t^'^(oo — oooooooo 


ce" 


OO— .OO0O03OOO'>j:rs<7J0— IOOOOOOC-00'»(>»0 


CO 


•— loooowooooooo^oooiooooooooo— crsooo 


y. 

a 
>■ 


5 
Q 


— 1 — 1 ^ tN u'î lO -f i~ r/ __!___ ^ _ Tvj — 1 ^ — _. 

■ . • . s s ■ > ■ >^' s s s ■ • • s s 

;<;-/} X. t-y.y.'-^'^.'^.T'. > (/3 -y; x z; ?■, > P^. x: x, xi ?: 2 S > z i< S S 




a a w iû H a a w a a M i? -r ^ a ^ ùj y a a a M y a a >? i:Q a ^ 
zzzzzzz;z;zzx,cncz;c/oZc«zzx;zx;z;^z;ZA:zx;z;^Z 

— (—l'^^^-^o—| ■oici'tiico-^!>?5>> — —1— (—!•>»— 1^0— .oor. '-'—'— 100 

^ i? a a a a a a a a a a î? p: i? a a *? a a a a a a a 5: j? a a a a 

ce r/) Z Z Z Z Z Z Z Z Z Z ■/; c/: c/) Z Z a: Z Z Z Z Z Z Z X f/3 Z Z Z Z 






.ia 


Z v; Z z z >: z z z z z z X z r/; z /} z 70 z x; x z z x; z ^. /. z z z 




+ 
1 

C' 

S 
< 

'XI 

X 


a ci 

O 
O 

«s 


. ce ro -o lO '^ >D — 'jo lO ce «-><-*.—( lO -jd t-j Oj x> 10 :e — ' }| lO '>> — 1 ce lO 




= 0» -0 t~- (^ lO Os 'r> *£> f^ 'O -«< Oi 00 -£5 (- ' - ce --Û -rs ce ic r> -fi — M ->> f — f ic x o 
= -jD -jD -0 -,c -0 --c -o -o -o lo lO in lO lO 10 lO lO i« lo -a (- i» i- -c •:> -a -o (^ 


_.ioce-*-43od<co — 30i:-'»o— ice-.ow*^--ocjsooiooco— ic>j-;foo— icoo 

s -n -^> 10 )0 a> '» ce -e •£) -f j5 (^ -r- rH c»» ce * '» co -» ce lO a; -H — ' (^ O) »>> -> lo X 
" lO -o -,0 co ic lO lO "O -r> t£> lO in ic lO lO 10 is i« lO i« u^ "O lO -o t-~ -o -o -jo --o -o -o 








> -' 

es = 

-^ S 
5 = 


— ■(— — <^03icc— •oT^JXie— icC'O-'^t'^'^c '-fcevDwce— ICC— i'>>vD 


ce 
■a 

■+- 


g '» ce lO lO '^> ■- ce -^ ^ ce ce rv -o -r ft -j -o 1- te ce -o J! ~' ^ ■^' ">" '^ "-'^ 

c 

1 -I--+-++ ll-(--+--f--+-llllllllllll -+--H-I— 1- -1--+-H — h 


1° 


, ce ^ -H ->> ce 3> ce C'j ce o-j -O O t- ^ g» 'O lO '^> (- ^ .0 lO an 3> r- 3i -r» i~ ce 


1 3i 10 -o i^ ce -* 1^ lO r- lO — 1 (^ 00 r-j L'î -0 •; -i> ^ ce '^ (^ r~ « ss ce oi ^ --o 35 
S L-e tc -o -JD -o irt lO 'O -o --O to lO lO lO lO ift >9 lo lO .o lo i(c •£) -o r« ■£> -s -o -o c 


3 




. -o ce 'O r» ■?< '^i i^ -* if: — ' -fi •£> 't' -* lO — ' 3> 3> ^ '^* a. --c •>> --D -o "X (- lO 

1 _( -o r- •£)--(>> —I -o (- lO o r» f^ (^i f— -*■ -w ce ce lO X; '» ce -X) oj ce ift (- 
■= -o -x> -0 to •£> in --O ■£> X) -o •■0 10 lO in in in i.e in in m in in -is r- 1- X) -o --O "-0 -o (^ 


in 

■0 

'O 


J3 
■= S 


. ce (^ oi 3> ->* x> — 1 c» <» — ' ce ce (^ -^ -f o -f ov t^ in ^ ce C5 n>> -o 'O '.2 -o — 1 

1 ai -t< -o I-" ce 'ti "O in -^ lO cvj t- ce — < -f ',c -t< -c oj -* f^ 1^ 0» ce -^> -f to ri 
= m -o -o 'O in in -0 --o -o -c in m m m m m .n m m m m --0 (- (- -o -o -o -o -r 


. -o — 1 .n -ti -t< T^> ce in <w •£) — ' 70 T»? in X) -o '^> ce T^» f -H t^ ce !>J -/5 ce ce 1 - '^) 




1 -j -t< le )- -x •- in -" (- in ce 1- ce — 1 ->> t-- — 1 ->/ le ce -^ le rs le ■» — ■ -k ■>< -h .- x) 

^ i- -c -o -r' -c in in -o -o to -r:' i.~ .n in in in in in in 1': i,e in in cr t^ (- -o -c -c -c -z 


— iT>*cc-*iin-x>t^ooa>0'-H'>»ce-^in'^«-ûooïO— 'cocT'tin-rîf^aosio— 1 
^^^^-H^^^^^(j^cyj(>j>»a^ff^(j<a.>cv<(Ncece 


'M 



o 




■ri ^ rc ->) » -o -o — 1 o o -X) Xj -s -o 'O '^> r> -t -jS -^ï T>» r- o X5 o w o -o --0 lO -h 
M f^ rs co cvi r; — ^ as o o X 1-- t- (~- t- i*. oj X 00 X X -jd t^ lO cv* >>; o (» -r oi irt 








o 


i 


o> o '^> -f X X X rc (^ Oi 35 — ( -t< X -r X o '>^ Ov> X) lO (^ (^ o -f su X) 'f lO f- lO 

in rc co (w — •>< -/D -o X ov (^ <- lO lO -.o lO ce X) vs -jD >>) '» /^i co (>j 




h: 








a 






2 


ko 


<?> lO ^: X co '>> -r lO 86 1^ o --O X) o — ' xj r~ o -r ( — 1< àO ^ t- o ub — ' «^ -^ ^-^ x, 
f^ f-c t^ î^i ->> f- c^ t^ as 35 X) t-- to i^ f^ (N --D -r; X) (^ t^ co tr, co — ■ in x cv ^ co 


'3> 

in 


.r. 


1 15 








o o lO -o m m n^ lO o> o Ci -o i« -o --0 35 o -t< ^ X) o 33 32 -H «2 r) i~- ^ -£) i— X 

•o -r co 3^ <>i Oi 35 ■£> 33 35 t^ (^ in ( - (— -i? X) X C- r- «X ■£) svj ^ X) co ^ TT 


in 
m 






r- 








f 


j 


•^ "N» X r^ -* <>< lo lO o to o -f -o in ^ uo ^ in in co — 1 — 1 1~- o i>» o X "» 35 ^ o 
(^cox'^i'^<3535^-o35x;t^^^^-'.^co■o■^X)r-^~cOlnco— 1— i-rx-H— .co 


00 
m 






o -+< in — 1 s o -t< -i< in 35 o 00 -t< o -o o 35 c^j -Tt< _, o -o f ^ ^ f>> x) o X' t-- m 

X co 3i co '^* co 35 X 35 35 X ( - {^ ^3 -o -t< ("^ co 00 X oo -f ^* in — ' ^^ x co co 


■3) 



ï 


B 


r. — 3: -r in in o -t> c — ' -o X -o 3> co x o in c '^> x in cO' x x » o ^ -r< o -t" 


fN 






- -3 3> -3 — < co -O lO 35 — ' >^ — lO '>» -r >* X in X — 1 — ) — . (^ :X) -f< O " -^ — ' -O ^ 3;> 


(^ 






1 1 1 1 1 t 1 1 1 1 1 1 t 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 -t- 1 1 1 1 + 


' 




s 


M -3 '^> -3 — ' — • ■>* 1 - -o --O X) 35 X x> o <x — 1 oo in o X) f^ f^ rt 'T^i X) in -" -1" — (^ 


35 




a 

a 


ei (^ ->» (- f- in r^ rc 35 co .r. ^r in -^ m -t< o -- co -o ■*! co o» <>> -o -f co lO — ■ o in 


1» 


- 


S 


1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 II t 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 


1 


,5 


j> X <>* co X in f» T'» o>j f- ^ '^> ->> — 33 -o ■» X o i^ co — 1 -s c- -o r» — in (^ -o o 


CJ3 

CO 






' ft î>* — c) co — ( — f lO in lO ">> in 'c -r o> — i o co -t- -f — i — ^ O'* in V ■— t ~ -^ lO 


C) 






1 1 -1- H- -H 1 1 1 H--4- -H 1 1 1 1 1 -t- 1 1 1 1 1 1 -1— 1- -+- -1- 1 +H- -H 


1 


■A 


bn 






"=> 










>^5 

O O 


fî -r in -i< 35 co O O "3 ^i CO — ' —< — ' 33 --D X' XI O I-- CO ->> (^ — ' in ^ 35 -O -f in — 1 


35 


"36 — '_-in-fc:>-ococococo— i-finco — r-35<>JcocoocDi-coWxcox)-T-f" 
1 t 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 ' 1 1 1 1 1 


g 


'>ico'^»^^'^»cOlnf^'^<---Hœx)-^<'^^o■^X)5^33<^J(^<-r'^>'^*35'^>5^^5^i-0'»' 


00 




^ 


t ' -3 in in -^ -3 3i C'* :o in -r c-^ — ' -f 3. xj — • co co co o >) -o r^ co t^» ■» r — r in 

1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 


1 




a; 


— •>< X V3 ' P '>i X) -3 -ï^ lO r ti (N -jD ■£) — 1 co ■>< o o OO o (N ■->» 'N f^ 'T X in -f 


'- 1 

co ( 




- 


( - o -3 -f co 33 in co — 1 co -< -H "^i in o* — -o X — 1 — ' ■>* t- o in ■» o lO co 1^ co -^ 
1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 III 1 1 1 1 1 1 


X 

1 




X 


•o -o •£> X) X co Tvj '£> (N <>* GO o o 00 00 iw o 35 f~- t~ X in (- co — 1 0^ T> c»» co -r -o 


co 




;5 


35 T-j 35 in in (- -3 in (^ co -f i^ in in -i> -f 35 co --^ in -f 'T/ 33 33 -3 co -o in in in 
1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 II 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 


2 


1 i' 


'i 


— 1 'T^ ^j -t< in -0 (- co cr. — ' '^< co -f in -o ir- x 3j — ' '^> co -f in -3 f^ x cr.' — ■ 

—1 —1 —.—.—. — — — 1 — • — • 7-» <» '>> o* 0^ M C-> 'T^V '>< (>> co co 


:S 



200 



flfIOYENNES DU GRAND SAINT-BERNARD. 



JANVIER 1914 



('Orrectioii pour ri'dnire la i»res8ioii atiiiospbériqiie du Grand Saint- 
Bernarii à la pesanteur normale : — 0""".22. — Cette correction nVst pas 
appliquée dans les tableaux. 



Pression ntinospliéritiiie : 500""" -\- 



Fractioii de saturation en 



9 h. 8. 



Moyenne 



h. m. 1 h. B. 9 11 



Moyenne 



1" décade 


6^J.68 


62.95 


63.66 


63 10 


66 


70 


63 


07 


2' 


55. 36 


55.12 


55 ■ 66 


55.38 


67 


69 


68 


68 


3' 


63. 87 


64.47 


6:i.28 


64.54 


36 


36 


36 


36 



Mois 



60.74 60.96 61.6-") 61.12 



56 



58 



56 



Température. 













Moy 


3nne. 




7 II. III. 


1 11. 8. 


9 11. 8 


7+1 + 9 
S 


- 


7 + I + s 9 

4 


1" décade 


- 10.°39 


- 8"56 


- 9°14 


- 9° 36 




- 9 "31 


2' 


- 11. 69 


- 10. 47 


- 11 72 


- 11. 29 




- 11.40 


3- 


- 898 


- 6.29 


— 8.15 


— 7. 81 




- 7. 89 



.Mois — 10. 31 



s. 37 



— 9.62 



9.43 



9.48 



Dans ce nmis l'aii- a été calme 247 fois sur 1000 



l.e rapport des vents 






116 
19 



6 11 



Pluie et neige dans le Val d'Eutremoiit. 



station 


M:tvtig-iiy-Ville 


Orsièies 


Boing-St-Piene 


St-Beriiarri 


Eau en millimètres 

Neige eu centimètres.. . 


43.2 

24 


514 
19 


291 
30 


80.1 
95 



Archives des Se. phys. et mit., t. XXXVII, Février 1914, 





Archives des Se. phys. et mit., t. XXXVII, Février UU4. 



PI. V. 




Exemple (rime délenninalioii de l'heure au '/loo "i^ st coude 
prés. Reproduction d'un tilni de kodak où sont inscrits siinulta- 
néuieut les soixante-dix premiers tops qui furent envoyés le 
lu mars 1913 à 23 h. :U) et les secondes du chronomètre com- 
paré. Le film montre très nettement le chevauchement des tops 
et des secondes, leur coïncidence, leur désaccord, puis une nou- 
velle co'incidence. Le top se i-approche de la seconde, et bientôt 
co'i'ncide avec elle (A), puis s'éloigne progressivement de la se- 
conde du chronomètre. En B, l'inscription de la seconde man- 
que. Le chronomètre, en efllet, omet, pour repérage, le contact 
de la soixantième seconde toutes les minutes. C'est 23 h. 31) 
au chronomètre. La distance des tops et des secondes s'accroît : 
le top se place bientôt au milieu de la seconde, puis s'en rap- 
proche. En C, le lop manque, c'est le soixantième top omis par 
la Tour Eitilel pour repérage. Cela permet de voir que le pre- 
mier top inscrit eu fut le cinquième top émis par la Tour. 
On avait fait partir le tournebroche défilant la pellicule un peu 
trop tard. — En D, nouvelle coïn(-idence des tops et des se- 
condes. 



Archives des Se. 



PI. VI. 




'^-^^^ 



Reproduction d'un tilde, comme 4°"", 
25 dans 5 """, 5 (vi. 80 m. Lors] du 
premier top, il éti premier top, le 
chronomètre retar 

iphie sans fii) 



Archives des Se. plq/s. et mi., t. XXXMI. Février 1914. 



PI. VI, 




Reproduction d'un film po 
25 dans 5 ■""', 5 (visé fa 
premier top, il était do 
chronomètre relardait donc de 28 



on du premier top en que le manque 

icromètre : — r= ^. Le manque en A de 1e 

. 3U s. 772. L'Observatc 



de soixal 


tième top en M permet 


(le 


onirok 


r et qui se place dan 


s la secon.le, 


seconde 


du chronomètre indique 


que 


le chi 


ODomètre marquait e 


a A: 23 h. 3U 


i-e ayam 


indique ce jour-là {15 


mars 


. 23 h. 


29 m. 59 s. H3 pour 1 


instant du pre 



■ top, le 



SUR LA NATURE 



DU 



CHAMP MOLÉCULAIRE 



PAR 

Pierre WEISS 

(Suite) > 



II 

6. Majjprochement entre le cliamp moléculaire 
et l'action magtiétisanie de contact de Maurain 

Maurain ' a fait sur le fer déposé électrolytiqueraent dans un 
champ magnétique une étude riche de suggestions nouvelles. 

Il a établi d'abord que le fer déposé dans un champ magné- 
tique faible, de quelques gauss, est aimanté beaucoup plus for- 
tement que le fer déposé en dehors du champ et soumis ensuite 
à l'action du même champ. Il a même reconnu que quand 
l'électrolyse se produit dans des champs supérieurs à une 
dizaine de gauss, la matière paraît saturée. 

L'aimantation n'augmente plus en ett'et d'une manière appré- 
ciable quand le champ passe de 10 à 25 gauss. Les cycles observés 
par Maurain sont voisins de rectangles dont la hauteur serait 

' Voir Archives, t. XXXVII, Février 1914, p. 105. 

- Maurain, Propriétés des dépôts électrolytiques de fer obtenus dans 
un champ magnétique. Éclair, élect., t. XXVI, 1901, p. 212; Sur une 
action magnétisante de contact. J. de Phys., 4e série, t. I, 1902, p. 90; 
Propriétés de lames très minces de fer et de nickel. J. de Phys., 4^ série, 
t. I, 1902, p. 151. 

AiiCHiVES, t. XX.WII. — Mars 1914. 15 



202 SUR LA NATURE DU CHAMP MOLECULAIRE 

déterminée par cette aimantation à saturation, apparente ou 
réelle, et dont la largeur est égale au champ coercitif qui dépasse 
la valeur de 20 gauss. 

On peut, d'après les indications contenues dans son mémoire, 
calculer grossièrement l'aimantation à saturation. On trouve 

I = 840 . 

Kaufmann et Meyer \ qui ont repris l'étude du fer déposé 
dans un champ magnétique, semblent avoir apporté plus d'at- 
tention que Maurain à la détermination de la valeur absolue de 
l'aimantation. En l'empruntant à la hauteur du cycle, on est 
dans les mêmes limites de champ que dans les expériences de 
Maurain et l'on trouve, d'accord avec lui, 

I = 900 . 

Par contre, en poussant le champ jusqu'à 120 gauss, ils ont 
constaté un accroissement ultérieur jusqu'à 

I = 1100 . 

Schild - aussi a mesuré la valeur de l'intensité d'aimantation 
du fer électrolytique produit dans des champs magnétiques 
atteignant 29,2 gauss. Il trouve, d'accord avec Kaufmann et 
Meyer, 

I = 982 . 

Cette intensité d'aimantation est si dittéreute de celle du fer 

ordinaire 

I = 1700 

que l'on peut se demander s'il s'agit bien de la même matière. 
Ces doutes sont aggravés par l'observation faite par Kauf- 
mann et Meyer que les dépôts ne possèdent les propriétés si 
caractéristiques que leur a trouvées Maurain que d'une ma- 
nière temporaire et que l'on peut les leur restituer partielle- 
ment en les soumettant de nouveau à la polarisation électroly- 
tique. Cette expérience est favorable à l'interprétation qui 
consiste à attribuer les propriétés spéciales des dépôts électro- 
lytiques à la présence d'un hydrure de fer. 

' Kaufmann et Meyer, Physikal. Zeitschr , t. XII, 1911, p. 513. 
- Schild, Ami. d. Phys., 4« série, t. XXV, 1908, p. 612. 



SUR LA NATURE DU CHAMP MOLECULAIRE 203 

J'admets donc que la substance étudiée par Maurain puisse 
être différente du fer ordinaire, non seulement par le fait de la 
production dans le champ magnétique, mais encore par sa com- 
position chimique, et j'arrive à ceux de ses résultats qui sont 
caractéristiques au point de vue qui nous occupe. 

Maurain remarque que le fer qui se dépose dans le champ 
magnétique ne prend son aimantation définitive que lorsqu'il a 
une certaine épaisseur. Les premières couches ont une aiman- 
tation moindre et le moment magnétique ne commence à croî- 
tre proportionnellement à la quantité de matière déposée que 
quand l'épaisseur a atteint SO-"'. Le fer eu lames très minces a 
donc des propriétés différentes du fer en masses épaisses. 

Ayant ainsi constaté que l'aimantation des premières couches 
aide à celle des couches suivantes, Maurain a eu l'idée d'oppo- 
ser l'une à l'autre les deux causes de cette aimantation : l'ac- 
tion magnétisante de contact et le champ extérieur. Il s'aperçoit 
que si le champ extérieur n'est pas trop fort, et notamment 
reste au-dessous du champ coercitif, qui suffirait à renverser le 
sens de l'aimantation existante, c'est l'action magnétisante de 
contact qui l'emporte. Les nouvelles couches sont d'abord à 
peine moins aimantées que les précédentes, et ce n'est que lors- 
que le dépôt a pris une couche considérable ^ en comparaison 
de la couche de passage que l'aimantation de la matière qui 
s'ajoute au dépôt devient nulle, puis prend la direction qui 
correspond au champ extérieur et enfin la valeur pleine qu'elle 
aurait si l'action magnétisante inverse n'existait pas. 

Il se produit alors un phénomène très curieux : ce sont les 
nouvelles couches qui agissent sur les anciennes et renversent 
leur aimantation. Cette réaction se fait avec une certaine len- 
teur; elle présente le caractère du traînage magnétique, vi- 
sible directement au magnétomètre. Je signale spécialement 
cette observation de Maurain, parce qu'elle me paraît mettre 
bien en évidence le caractère latéral de cette action magnéti- 
sante de contact, tel que ne sauraient le produire des files indé- 

* En effet, le champ inverse étant de 1,65 gauss, après un temps sept 
fois plus long que celui pendant lequel se produit la couche de passage 
de 80^^ l'aimantatioon sous l'influence de l'action magnétisante de 
contact ne présente encore aucun fléchissement marqué. 



204 SUR LA NATURE DU CHAMP MOLECULAIRE 

finies d'aimants élémentaires d'après les lois ordinaires du 
magnétisme. 

Eq effet, le fait que les premières couches d'un dépôt sont 
moins aimantées que les suivantes pourrait s'interpréter en 
admettant qu'elles se composent d'abord de cristaux discon- 
tinus et que l'apparition des propriétés régulières de la matière 
coïncide avec l'établissement de la continuité. Le fait que de 
nouvelles couches se déposant sur une cathode aimantée pren- 
nent une aimantation de même signe malgré un champ exté- 
rieur inverse pourrait se concevoir dans une certaine mesure en 
admettant que le fer va se loger en partie dans les cavités où 
règne un champ de même signe que l'aimantation. Mais -ces 
explications, invoquant une sinuosité hypothétique de la sur- 
face, ne s'appliquent évidemment pas à un effet qui se propage 
à travers des épaisseurs profondes de matière. 

7. Variation de l'action magnétisante de contact 
avec la distance. 

Pour étudier l'action magnétisante d'une cathode aimantée 
à diverses distances, Maurain l'a recouverte d'abord d'une 
épaisseur connue d'un métal indiffèrent tel que l'or, le cuivre 
ou l'argent. Puis il a déposé une nouvelle couche de fer sous 
l'action simultanée de la cathode et d'un champ inverse de 
1,65 gauss. Le sens de l'aimantation de cette nouvelle couche 
est déterminé par celle des deux actions qui l'emporte. Il y a 
une épaisseur du métal étranger, pour laquelle les premières 
portions de fer qui se déposent sont à l'état neutre. A une dis- 
tance égale à cette épaisseur, l'action magnétisante de contact 
est mesurée par le champ extérieur, 1,65 gauss. En répétant 
les expériences de Maurain pour plusieurs valeurs du champ 
contraire, on trouverait la loi de variation de l'action magnéti- 
sante de contact avec la distance. 

Maurain n'a fait l'expérience que pour une valeur du champ 
inverse, mais pour toute une série d'épaisseurs de la couche 
intermédiaire. 

La figure 4, empruntée à son mémoire, représente les résul- 
tats qu'il a obtenus dans une série de mesures où le métal inter- 



SUR LA NATURE DU CHAMP MOLECULAIRE 



205 



posé était du cuivre. L'aimantation de la couche qui se dépose 
est indiquée par la marche d'un magnétomètre en fonction du 
temps. Quand la matière a des propriétés constantes, elle donne 
une droite passant par l'origine. La droite supérieure a, corres- 
pondant à une épaisseur nulle du métal interposé, indique 
la production de matière aimantée sensiblement identique 
à celle de la cathode sur laquelle elle se dépose, malgré 
le champ extérieur de signe contraire. La courbe inférieure h 
correspond à une très grande épaisseur de matière interposée 
et donne l'aimantation sous l'influence du champ extérieur 



100.. 




iS tempi 



Fiiï. 4 



seul. Les courbes intermédiaires donnent l'ettet de l'action 
simultanée du champ extérieur et de l'action magnétisante 
pour les diverses épaisseurs du métal indifférent. 

On trouve par interpolation, pour l'épaisseur qui donne la 
compensation exacte : 

Métal intermédiaire Epaisseur 

Or 38'^'' 

Cuivre 38 

Argent > 100 



206 SUR LA NATURE DU CHAMP MOLÉCULAIRE 

La question que nous soulevions pour les lames de fer se pose 
aussi pour les couches du métal intermédiaire. Sont-elles réel- 
lement continues, et l'action observée est-elle une action à dis- 
tance, ou sont-elles percées de trous, et l'action se fait-elle par 
contact direct'? Maurain examine cette objection avec soin. La 
continuité du phénomène, la concordance des valeurs trouvées 
pour le cuivre et l'or sont favorables à une action à distance. 
La lame d'argent était d'apparence moins homogène et la plus 
grande épaisseur serait attribuable à ce que, au commence- 
ment, le dépôt n'était pas continu. 

Maurain a fait une expérience de contrôle en amalgamant les 
couches d'or. Si l'on suppose qu'il y avait des trous, cette 
amalgamation pouvait les boucher ou les laisser subsister. Dans 
le premier cas une action de contact devait disparaître, dans le 
second elle devait garder sensiblement son intensité primitive. 
Or l'action magnétisante de contact a encore été observée, 
mais affaiblie comme si la couche continue avait augmenté 
d'épaisseur par l'amalgamation. Il est vrai qu'à la rigueur on 
pourrait imaginer que les trous ont été bouchés partiellement 
par l'amalgame. Mais alors il semble que Maurain, qui a répété 
plusieurs fois l'expérience, eût obtenu des résultats sans régu- 
larité. 

8, L'action magnétisante de contact ne saurait être un champ 
magnétique ordinaire. 

En effet, considérons (fig, 5) un milieu indéfini de matière 
aimantée limité par un plan P parallèle à la direction de l'ai- 
mantation. Supposons, pour préciser, que les molécules soient 
disposées suivant les nœuds d'un réseau cubique ayant deux de 
ses axes quaternaires dans le plan P, l'un d'entre eux étant en 
outre parallèle à la direction de l'aimantation. Alors il est évi- 
dent qu'une distribution magnétique ayant la périodicité du 
réseau ne peut produire, suivant la droite AB parallèle à l'ai- 
mantation, qu'un champ variant avec la même période. L'inté- 
grale de ce champ suivant AB étant nulle, il sera alternative- 
ment positif et négatif. Il faudrait donc, pour que l'action ma- 
gnétisante de contact fût due à la distribution des pôles dans 



SUR LA NATURE DU CHAMP MOLECULAIRE 



207 



la matière aimantée, que les molécules ne se déposassent que là 
où le champ est positif. Cela serait déjà bien étrange. Mais 
il le serait encore bien davantage que cette préférence pour les 
régions de champ positif se conservât à travers une couche de 
métal étranger dont l'épaisseur est de 38'"'", c'est-à-dire de 
200 molécules environ. 

Quant à l'impossibilité d'un champ magnétique uniforme 
suivant AB, elle est contenue dans ce qui précède ; elle est par- 
ticulièrement intuitive en considérant l'intégrale du champ sui- 
vant ABCD. 





Fii 



Fis. 6. 



9. Rapprochement entre l'action magnétisante de Matirain 
et le champ moléculaire 



L'idée de rapprocher le curieux phénomène découvert par 
Maurain du champ moléculaire s'impose. L'un et l'autre ont 
une parenté marquée avec un champ magnétique en ce sens 
qu'ils provoquent l'orientation de molécules pourvues d'un 
moment magnétique et nous avons vu pourquoi Jii l'un ni 
l'autre ne peuvent être un champ magnétique ordinaire. 

Considérons une cathode aimantée de Maurain et supposons 
la matière homogène jusqu'à la surface. 

En un point quelconque du plan P (fig. 6) le champ molécu- 
laire est la moitié de ce qu'il serait si la matière était illimitée. 



208 SUR LA NATURE DU CHAMP MOLÉCULAIRE 

Or les points du plan P sont à une distance égale à un rayon 
moléculaire du plan Q passant par les centres de la couche 
superticielle. Je vais chercher suivant quelle puissance de la 
distance au plan Q cette action doit décroître pour devenir, à 
la distance 38-''', égale à 1 ,65 gauss, valeur qui mesure l'action 
magnétisante de Maurain. 

Le fer cristallise en cubes. Si Ton admet que chaque atome 
occupe un volume égal au cube de sou diamètre d et que le 
nombre des atomes dans l'atome-gramme est 6,8.10"% on trouve 

d = O'^'' , 22 . 

Le champ moléculaire du fer est voisin de 7.10" gauss. Cette 
valeur est moins certaine que celle du champ moléculaire dans 
la magnétite, par exemple, parce que le fer n'est pas parmi les 
substances pour lesquelles la variation thermique de l'aimanta- 
tion suit la loi théorique. Une nouvelle incertitude provient de 
ce que le fer électrolytique n'est probablement pas identique 
au fer ordinaire. Mais si l'on remarque que les champs molécu- 
laires calculés pour les trois métaux, fer. nickel et cobalt, sont 
assez voisins les uns des autres, il semble indiqué d'adopter 
pour le fer de Maurain la même valeur 7.10" que pour le fer 
ordinaire. On a donc 

38 X" 3,5.10'' 



V0,11/ 1,65 ' 

d'où 

w -= 2,5 . 

Une erreur notable sur le champ moléculaire a une très 
faible influence sur ce résultat. En le doublant ou en le divi- 
sant par 2, on obtient pour l'exposant 2,6 et 2,4. De même, le 
résultat est assez peu sensible à l'évaluation plus ou moins 
exacte de la région où le champ moléculaire est égal à la moitié 
de la valeur normale. Si l'on doublait la distance de cette région 
au plan Q, on trouverait n = 2,8 au lieu de 2,5. 

Il s'agit maintenant de ramener cette loi d'action en fonction 
de la distance à un mur indéfini à la loi d'une action élémentaire 
émanant du centre de chaque molécule. Considérons un élé- 
ment de volume à la distance r du point A (tig. 7). Amplifions 
toutes les dimensions linéaires dans le rapport X en prenant A 



SUR LA NATURE DU CHAMP MOLECULAIRE 



209 



comme centre d'homothétie. L'élément de volume est aug- 
menté dans le rapport X% et si m est la puissance de r avec 
laquelle l'action élémentaire décroît, l'élément d'intégration 
décroîtra comme X'"-^ . 11 faut donc augmenter de 3 l'exposant 
de la loi d'action trouvée avec un mur indéfini pour obtenir 
celui de la loi élémentaire. 

Dans ce raisonnement, on suppose implicitement le mur 
homogène. Cette manière de faire, légitime quand la distance 
de A au mur est grande, cesse d'être rigoureuse 
quand on descend à des valeurs voisines du dia- 
mètre moléculaire. Sous cette réserve, on trouve 
donc pour la loi élémentaire une décroissance avec 
la puissance 

VI = s + 2,5 = 5,5 

de la distance. 

Malgré les difficultés de principe rencontrées dans le 
calcul et la faible précision des données numériques, 
l'accord avec la loi d'action, déduite de la seule con- 
sidération du champ moléculaire dans les alliages, est nette- 
ment favorable à l'hypothèse de l'identité des deux phéno- 
mènes. 




10. La sphère d'action moléculaire. 

Admettons la loi d'action en raison inverse de la sixième 
puissance de la distance et cherchons le diamètre de la sphère 
d'action moléculaire. Le champ moléculaire peut être considéré 
comme résultant de l'addition des champs produits par des 
couches sphériques d'épaisseur unimoléculaire. Il est alors 
donné par 

4' + (^ G)*- •-(»)'-••]■ 

La valeur de cette somme est ~ = 1,082 ; si on l'arrête au 
nième terme, on a, pour le reste. 



^"~[(»r-F17 + •••]< 3^3 



210 SUR LA NATURE DU CHAMP MOLÉCULAIRE 

L'erreur commise en prenant w = 4 est inférieure à 7200* 

On peut donc, avec cette approximation, attribuer à la 
sphère d'action moléculaire un diamètre égal à 9 fois celui de 
la molécule. 

Ce résultat est de nature à éclairer le phénomène qui se pro- 
duit dans les premiers moments de l'électrolyse, lorsque l'ai- 
mantation n'a pas encore atteint sa valeur normale. Cette 
région de passage a dans le fer une épaisseur de 80-"-, environ 
40 fois plus forte que celle qui donne au champ moléculaire sa 
valeur normale à \ ,00 près. La région oii le champ moléculaire 
n'a pas encore sa pleine valeur a donc dû être inobservable 
dans les expériences de Maurain. Mais si le champ moléculaire 
et, avec lui, l'aimantation forte existent, il n'en résulte pas 
nécessairement qu'elle ait la même direction dans toutes les 
parties. Il se peut qu'au début l'aimantation s'établisse suivant 
le hasard de la formation des premiers cristaux, mais avec une 
légère prédominance dans la direction du champ. Lorsque 
l'épaisseur croît, cette prédominance devient de plus en plus 
forte, parce qu'elle est produite par l'action simultanée du 
champ extérieur et des couches précédentes déjà partiellement 
influencées. 

Le fait observé par Maurain, que dans un champ extérieur de 
10 à 15 gauss (de l'ordre de grandeur du champ coercitif, 
20 gauss, mais inférieur à lui), les propriétés spéciales des pre- 
mières couches disparaissent, semble d'accord avec cette ma- 
nière de voir. 

Conclusions. 

Le champ moléculaire et l'action magnétisante de Maurain 
ont l'un et l'autre la propriété d'orienter les molécules douées 
d'un moment magnétique comme le ferait un champ magnéti- 
que ordinaire. Dans la théorie des ferromagnétiques, le champ 
moléculaire s'ajoute au champ extérieur pour former une 
expression homogène. L'action magnétisante, de son côté, est 
mesurée par opposition à un véritable champ magnétique. Mais 
l'un et l'autre de ces phénomènes ne peuvent être un véritable 
champ magnétique. Les théorèmes fondamentaux du magné- 
tisme et l'extrême grandeur des ettéts s'y opposent. 



SUR LA NATURE DU CHAMP MOLECULAIRE 211 

Si l'on admet que l'action élémentaire qui produit le champ 
moléculaire émane d'un point et agit sur un point dans la 
molécule, on peut déduire, sans autre hypothèse, des expé- 
riences sur les alliages que cette action élémentaire décroît avec 
la sixième puissance de la distance. 

Pour tirer parti numériquement des expériences de Maurain, 
il faut s'engager davantage dans la voie des hypothèses. Il faut 
admettre : 1° l'identité de nature de l'action magnétisante et 
du champ moléculaire ; 2° que le champ moléculaire à la sur- 
face d'un mur indéfini formé de la matière aimantée soit égal à 
la moitié du champ moléculaire dans la profondeur; 3" que l'on 
peut remplacer la sommation des effets des molécules voisines 
par une intégration qui revient à substituer à la matière discon- 
tinue une matière fictive continue ; 4° que l'action varie suivant 
une puissance de la distance: 5° que la discussion de Maurain, 
tendant à établir que les couches de métal intermédiaire sont 
continues, soit probante ; 6' accepter de se servir de données 
numériques grossièrement approchées. Si toutes ces conditions 
sont remplies, on trouve, pour la loi de variation avec la dis- 
tance, la puissance 5,5 d'accord avec la loi déduite de l'étude 
des alliages. 

Les hypothèses 2" et 3° sont les plus contestables. On serait 
affranchi de l'une et de l'autre, et en même temps de 1° et 
peut-être de 6° si l'expérience de Maurain avait été faite avec 
plusieurs valeurs du champ contraire, mesurant, par consé- 
quent, l'action magnétisante à plusieurs distances. 

Le champ moléculaire et l'action magnétisante de Maurain 
peuvent-ils être électrostatiques ? 

Si le champ moléculaire était électrostatique, il pourrait fort 
bien produire les effets requis par la théorie du ferromagné- 
tisme, si l'on attribue en même temps que leur moment magné- 
tique une polarité électrique permanente aux molécules. Le 
fait que la molécule possède un moment magnétique n'inter- 
vient plus alors comme cause, mais comme réactif de l'orienta- 
tion par le champ moléculaire. Quand on fait intervenir un 



212 SUR LA NATURE DU CHAMP MOLÉCULAIRE 

champ extérieur, ce ne sont plus les champs, mais les moments 

qu'ils produisent qui s'ajoutent. 

L'objection tirée de l'ordre de grandeur disparaît. En effet, 

Debye ' a développé récemment une théorie des phénomènes 

diélectriques variables avec la température qui a une grande 

analogie avec la théorie du champ moléculaire. Dans cette 

théorie, Debye fait usage, pour relier le champ électrosta- 

4 
tique niterne à la polarisation, du facteur ^tt de Lorentz et 

o 

trouve ainsi des couples électrostatiques suffisants pour lutter 
contre l'agitation thermique et placer le point analogue au 
point de Curie à une distance notable au-dessus du zéro absolu. 
Il suffirait donc que les corps magnétiques eussent des moments 
diélectriques comparables à ceux des diélectriques à constante 
variable avec la température comme par exemple le rutile, pour 
que l'aimantation spontanée s'ensuive. Si l'on ramène tous les 
phénomènes à des électrons en mouvement, on peut se rendre 
compte directement que les actions électrostatiques doivent 
être d'un autre ordre de grandeur que les actions magnétiques. 
En ett'et, la force d'attraction magnétique de deux électrons en 
mouvement de translation parallèle est à leur répulsion élec- 
trostatique comme le carré de leur vitesse de translation au 
carré de la vitesse de la lumière ".• 

Cependant il est pi'obable, sinon certain, que l'hypothèse du 
champ moléculaire électrostatique doive être rejetée, malgré 
ses avantages. Elle est en opposition formelle avec une loi 
d'action décroissant avec la sixième puissance de la distance. 

Quant à l'action magnétisante de Maurain, le fait qu'elle ne 
peut s'exprimer au moyen d'un champ dérivant d'un potentiel 
s'oppose aussi bien à ce qu'elle soit électrostatique que magné- 
tique. 

Nous sommes donc amenés en tin de compte à attribuer les 

> Debye, Phys. Zeitschr., t. XIII, 1913, p. 97. 

- Cette remarque a été faite par H. -A. Lorentz au cours d'une conver- 
sation ayant pour objet les difficultés auxquelles se heurte le champ 
moléculaire supposé magnétique. Je suis aussi très obligé à M. Einstein 
de l'attention qu'il a accordée aux idées exposées dans ce Mémoire en 
les discutant amicalement avec moi. 



SUR LA NATURE DU CHAMP MOLÉCULAIRE 213 

phénomènes étudiés à des forces d'une nature encore inconnue. 
Mais, comme le moment magnétique n'est pas essentiel à la 
production de ces forces et sert peut-être seulement à les 
rendre sensibles, il se peut fort bien qu'elles jouent un certain 
rôle dans d'autres phénomènes naturels. L'un de ceux dont le 
rapprochement s'impose est celui des cristaux liquides de 
0. Lehmann où le réactif est optique pour une orientation de la 
matière semblable au ferromagnétisme spontané et disparais- 
sant comme lui quand l'agitation thermique est suffisante. 



FROTTEMENT INTÉRIEUR 

DES VERRES 

EN FONCTION DE LA TEMPÉRATURE 

PAR 

C. E. GUTE et M"« S. VASSILEFF 

(Avoc la planche VI) 



INTRODUCTION 

La Structure isotrope des verres et les analogies qu'ils pré- 
sentent avec les liquides surfondus, font présumer que leur 
étude au point de vue du frottement intérieur doit présenter 
quelques simplifications ou du moins quelques analogies avec 
le frottement intérieur des liquides, particulièrement aux tem- 
pératures élevées où l'on se rapproche davantage de l'état 
liquide. 

La méthode proposée est celle du double fil (employée antérieu- 
rement par MM. C.-E. Guye, Freedericksz et Schapper). Cette 
méthode convient particulièrement pour les hautes tempéra- 
tures, car d'une part la torsion s'effectue sans traction (c'est-à- 
dire sans charge) et d'autre part, l'amortissement du fil d'acier 
de suspension peut être négligé par rapport à celui du fil d'ex- 
périence. 

Les essais antérieurs avaient montré que le frottement inté- 
rieur, et par conséquent le décrément logarithmique, aux basses 
températures est en général très petit. Il semble même pro- 
bable qu'alors les causes amortissantes extérieures, telles que 
la résistance de l'air et la communication des vibrations du fil 
à son support peuvent influer sur la valeur du décrément que 



FROTTEMENT INTERIEUR DES VERRES, ETC. 215 

l'on attribue au frottement intérieur de la matière et troubler 
ainsi complètement le phénomène. 

Au contraire, aux températures élevées pour lesquelles le 
frottement intérieur devient très considérable, l'action des 
forces perturbatrices devient tout à fait insignifiante et n'agit 
pas sensiblement sur l'allure du phénomène. 

Nos expériences ont été effectuées sur des fils de verre étiré ; 
elles s'étendent à des limites de température comprises 
entre 20° et 36û^ Primitivement nous nous étions proposé d'étu- 
dier seulement la variation du décrément en fonction de la 
température, mais en présence de la grande complexité du 
sujet, nous avons été amenés à élargir un peu le champ de nos 
recherches et à les compléter par quelques essais destinés à 
déterminer l'influence d'autres facteurs, tels que la durée d'os- 
cillation et l'amplitude. Nous avons également étudié la courbe 
même du mouvement amorti ; enfin nous avons tenu à nous 
rendre compte du degré d'isotropie des fils par quelques essais 
au microscope polarisant. 

Les expériences que nous allons résumer paraissent jeter un 
iour intéressant sur le frottement intérieur en général. Elles 
nous ont en effet montré que ce phénomène, très complexe chez 
les métaux, se simplifie dans le cas des verres. 

Dans l'exposé qui va suivre, nous donnerons d'abord la des- 
cription du dispositif que nous avons utilisé, puis la manière 
d'effectuer lés observations et enfin les résultats obtenus. 

Description du dispositif 

Dispositif général 

Comme nous l'avons rappelé, nous avons employé la méthode 
et le dispositif que MM. CE. Guye et Freederikcsz ont utilisés 
déjà dans leurs recherches sur le frottement intérieur des mé- 
taux aux basses températures ^ En ce qui concerne les détails 
de ce dispositif et la manière de procéder, nous renverrons donc 
le lecteur au mémoire précité. 

' MM. C.-E. Guye et, V. Fréderikcz Frottement intérieur des solides 
aux basses températures. Arch. des Se. phi/s. et nat., 1910. 



216 



FROTTEMENT INTERIEUR DES VERRES 



Nous nous bornous à reproduire ici la figure représentant 
'appareil et à mentionner les modifications que nous avons dû 

apporter soit dans le dispositif, soit 
dans les manipulations. Ces modifi- 
cations ont été rendues nécessaires 
par les conditions différentes dans 
lesquelles le travail actuel s'est 
effectué. 

C'est ainsi que nous avons dû mo- 
difier la partie inférieure A de l'ap- 
pareil (fig. 1). Cette partie, telle 
qu'elle était dans l'appareil, pri- 
mitif, se prêtait mal à la fixation 
des fils de verre. En effet, lorsqu'on 
introduisait au moyen de la glissière 
FF le manchon, qui doit entourer le 
fil de verre, celui-ci se cassait pres- 
que chaque fois que la pince de ser- 
rage placée à son extrémité infé- 
rieure venait heurter la partie creuse 
de la pièce A, Pour supprimer cet 
inconvénient, nous avons construit 
le manchon de manière que sa partie 
inférieure A pût s'enlever complète- 
ment. Elle n'était soudée au reste 
de l'appareil qu'après avoir recou- 
vert complètement le fil par la partie 
B du manchon. 

En outre, toujours dans le but d'é- 
viter les chocs, nous avons arrondi 
les bords intérieurs de la pièce A 
(fig. 2) ainsi que ceux de la pince 
inférieure a. 
Dans ces conditions, les chocs 
,,,.., plus ou moins forts étaient évités, 

■"'^"^^ la pince glissait très doucement 

Fig. 1 dans la partie inférieure de A. 




EN FONCTION DE LA TEMPÉRAPURE 



217 



Nous croyons bien faire de donner quelques détails sur la 
marche générale que nous avons suivie pour introduire le fil de 
verre, cette opération étant particulièrement délicate. 

Après avoir amené le miroir fixé sur l'équipage en face de la 
fenêtre, et cela par la torsion du lil supérieur, on ajustait la 
partie inférieure de l'appareil, après en avoir supprimé la 
pièce A. 

Cela fait, on fixait le tube inférieur au reste de l'appareil au 
moyen de trois pinces Z (fig. 1). Ensuite on soudait de nouveau 
la pièce A dans laquelle, à l'aide de la vis a 
(fig. 2) on fixait l'extrémité inférieure du fil, en 
faisant préalablement le réglage du miroir. 

Nous avons éprouvé également quelques diffi- 
cultés chaque fois qu'il a fallu changer le moment 
d'inertie dans le but de faire varier la durée 
d'oscillation. 

On ne pouvait pas procéder de la même ma- 
nière que dans les expériences sur les métaux, les 
fils de verre étant très fragiles et ne supportant ^'"' ' 
pas les petites secousses inévitables dans cette opération. 

Nous sommes arrivés à écarter cette difficulté en plaçant 
sous la boite contenant les anneaux qui servent à modifier le 
moment d'inertie, une planchette perforée. Lorsqu'on descend 
l'équipage, il vient s'y appuyer et en pressant fortement avec 
les mains la boîte contre la planchette, on pouvait alors changer 
les anneaux placés à son intérieur sans soumettre le fil d'expé- 
rience à des secousses. 




Suspension des fils 

La suspension des fils d'expérience présentait quelques diffi- 
cultés. Les fils de verre ne pouvant pas, à cause de leur fra- 
gilité, se fixer directement dans les pinces, notre premier soin 
a été de trouver une substance qui ne se ramollit pas dans les 
limites de température de nos expériences. 

Nous nous sommes arrêtés à une pâte de silicate de soude et 
de silice amorphe dont l'emploi nous a été indiqué par M. A. 
Brun. Nous avons ainsi obtenu une masse d'aspect vitreux, avec 



Ahciiives, t. XXXVII. 



Mars l'Jl'i. 



218 FROTTEMENT INTÉRIEUR DES VERRES 

laquelle nous avons rempli de petits cylindres de laiton ayant 
de 0,5 à 0,6 mra. de diamètre et 2 centimètres de longueur. 
C'est à l'intérieur de ces petits cylindres que l'on engage les 
extrémités du til d'expérience sur toute la longueur du cylindre. 
En séchant cette pâte devient très dure et très adhérente au 
vei're, elle ne se ramollit pas à la température la plus élevée de 
nos expériences. 

Une fois les fils ainsi préparés, on laissait durcir la pâte de 
silicate pendant trois ou quatre jours, après quoi ils pouvaient 
être utilisés. On fixait alors le cylindre inférieur dans une pince 
aux bords arrondis, l'opération étant effectuée en dehors de 
l'appareil, et on introduisait le cylindre supérieur dans la pince 
h (fig. 1) soudée à la tige C de l'équipage. Cela fait, ou procé- 
dait, pour la mise en place de l'appareil, de la même manière 
que pour les fils métalliques. 

Mode de chauffage 

Quant au chautt'age du fil d'expérience, nous nous sommes 
servi d'un transformateur et d'un manchon de laiton entourant 
le tube inférieur AB de l'appareil. 

Ce manchon se termine par deux tiges de laiton qui plongent 
dans deux gros godets de mercure. Du transformateur aux 
godets, le courant est amené par l'intermédiaire de deux câbles ' 
formés de trois gros fils conducteurs. L'intensité du courant 
primaire seule était mesurée au moyen d'un ampèremètre. Nous 
dirons plus loin quelques mots sur la graduation de cet instru- 
ment en fonction de température. 

Dans le circuit primaire du transformateur, nous avons inter- 
calé deux rhéostats, ce qui permettait de faire varier l'intensité 
du courant dans de larges limites (de à 10 ampères). Pour de 
petites variations — fractions d'ampère — nous avons employé 
un rhéostat à glissière. 

Estimation de la températwe 

Nous avons trouvé commode et suffisamment précis d'estimer 
les températures indirectement, par les indications d'un am- 



EN FONCTION DE LA TEMPERATURE 



219 



pèremètre placé sur le primaire. A chaque valeur de l'intensité 
du courant indiquée par l'ampèremètre, correspondait très ap- 
proximativement une certaine valeur de la température à la- 
quelle était porté le manchon sous l'influence du courant. 

Pour ett'ectuer la graduation, nous avons opéré de la manière 
suivante : A la place du tube intérieur AB de l'appareil, nous 
avons disposé dans le manchon un thermomètre à mercure. 
Après que le courant de 1 ampère fut établi, le manchon com- 
mença de s'échauffer. Trois quarts d'heure après, l'équilibre de 
température était atteint, et le thermomètre s'arrêtait à une 
valeur déterminée. On attendit encore un quart d'heure pour 
s'assurer que l'état d'équilibre était bien atteint, et l'on nota 



ne 



l 



Z, '^ ^ V '^ 

Fig. 3 

soigneusement la température correspondant à 1 ampère d'in- 
tensité du courant primaire. On ht de même pour les intensités 
de 2, 3, 4... etc. ampères, jusqu'à la température de 360'. 

Mais cette méthode de graduation à l'aide d'un thermomètre 
à mercure ne nous a pas permis de dépasser 360°, limite supé- 
rieure de nos expériences. 

En rapportant les intensités du courant sur l'axe des abscis- 
ses et les températures sur l'axe des ordonnées, nous avons 
obtenu la courbe approximative des températures (fig. 3 ). 



220 FROTTEMENT INTÉRIEUR DES VERRES 

Mesure des amplitudes 

Pour avoir uue précision suffisante dans la mesure des ampli- 
tudes, nous avons employé la méthode d'enregistrement photo- 
graphique déjà utilisée par M. C.-E. Guye en collaboration avec 
MM. Freedericksz et Schapper. 

Les épreuves photographiques ayant été développées, on ef- 
fectuait sur elles les mesures d'amplitude au moyen d'une 
lourde règle en laiton divisée en demi-millimètres. On arrivait 
ainsi à faire des lectures par estimation de 0,1 mm. à 0,2 mm. 
près. Les amplitudes mesurées étant de 5 à 30 cm., on voit que 
la précision était relativement grande. 

Pour rendre plus facile la comparaison des résultats, nous 
avons enregistré sur chaque feuille de papier sensible, deux ou 
trois courbes correspondant à des lancements différents. Nous 
avions ainsi, pour chaque expérience, trois séries de résultats 
qui, tous, sans aucune exception, se sont montrés rigoureuse- 
ment concordants. 

Remarquons encore et insistons sur le fait que pour chaque 
impulsion la xwsition du zéro a été vérifiée deux fois : avant la 
mise du système eu mouvement et après avoir attendu que 
l'équipage fut revenu dans sa position d'équilibre. Dans aucun 
cas nous n'avons pu constater de changement appréciable du 
zéro. Devons-nous regarder ce fait comme une preuve de l'ab- 
sence de déformations permanentes produites par les impulsions 
précédentes? Nous n'avons pas fait de recherches spéciales pour 
pouvoir répondre catégoriquement à cette question. Nous nous 
bornons seulement à indiquer l'absence de la variation du zéro 
comme un fait d'expérience de nature à donner aux résultats 
une plus grande comparabilité. 

Causes d'erreurs 

Avant d'entrer dans la discussion plus' détaillée des résultats 
de nos expériences sur des fils de verre de diverses qualités, 
nous voulons dire quelques mots sur les différentes causes d'er- 
reurs et sur la limite de précision de la méthode que nous avons 
employée. 



EN FONCTION DE LA TEMPERATURE 221 

La cause d'erreur la plus importante réside dans l'existence 
des frottements parasites qui peuvent influer sur l'amortisse- 
ment des oscillations, et dans cette catégorie il faut mentionner 
particulièrement la résistance de l'air et la communication des 
vibrations du fil à son support. 

Bien que le coefficient du frottement intérieur d'un gaz soit 
théoriquement indépendant de la pression, il n'en est pas de 
même de l'amortissement. Cela tient probablement au fait que 
l'équipage mobile et particulièrement le miroir dans son mou- 
vement entraîne suivant la pression une quantité plus ou moins 
grande de gaz. On sait que dans ce cas, la densité du fluide in- 
tervient dans l'expression de la résistance au mouvement. 

Il y a donc avantage à diminuer autant que possible la pres- 
sion à l'intérieur de l'appareil. C'est ce que nous avons fait au 
moyen d'une trompe à eau qui réalisait un vide de 25 à 30 mm. 
de mercure. 

Par cette raréfaction, on diminue aussi l'importance des cou- 
rants de convection à l'intérieur de l'appareil, et par consé- 
quent les perturbations qui peuvent en résulter. 

Nous avons fait deux mesures avec le fil de verre ordinaire à 
la température de 310°. L'une dans Tair à la pression normale, 
l'autre à la pression de 25 mm. Les décréments logarithmiques 
correspondants sont respectivement 0.03410 et 0,0330. On voit 
que pour une difterence de pression assez notable, la variation 
de décrément est de 3 "/o à peu près. (Il est donc permis d'ad- 
mettre qu'avec un vide de 20 à 30 mm., l'erreur commise 
devient tout à fait insignifiante et nous pouvons dans une pre- 
mière approximation la négliger complètement, le frottement 
intérieur du fil d'expérience étant très grand. 

Les autres causes d'erreur sont plus difficiles à contrôler. On 
peut toutefois distinguer : 1° les secousses et les perturbations 
provenant de l'extérieur, 2" le frottement parasite au point 
d'attache du fil et 3" les mauvais lancements de l'équipage qui 
peuvent influer le mouvement lorsqu'on doit donner plusieurs 
impulsions successives. Nous reviendrons plus loin sur cette 
dernière cause d'erreur. 

En ce qui concerne les secousses et les perturbations venant 
de l'extérieur nous admettons, d'accord avec M. Voigt et d'au- 



222 FROTTEMENT INTERIEUR DES VERRES 

très expérimentateurs que leur effet n'a pas, eu général, un 
sens déterminé, leur action résultante étant nulle. Elles ne 
sont guère à craindre parce que nous avons pris la précaution 
d'installer notre appareil dans une partie du bâtiment très sta- 
ble, près des murs d'angle et dans le sous-sol. 

D'ailleurs, la meilleure preuve que ces perturbations ne se 
produisaient pas fut la régularité des courbes obtenues par l'en- 
registrement photographique et la concordance des résultats. 

En terminant, nous voulons faire quelques remarques sur la 
précision avec laquelle a été déterminée la températute du fil. 
En effet, le thermomètre à mercure que nous avons utilisé pour 
la graduation de l'ampèremètre ne se trouvait pas dans le tube 
AB où était placé le til de verre. Par conséquent, lors de l'in- 
troduction du fil les conditions n'étaient plus celles que nous 
avions utilisées pour la graduation et nous n'étions pas tout à 
fait certains de connaître avec une très grande précision la tem- 
pérature des fils. En tout cas, pour une intensité de courant 
donnée, nous étions à peu près assurés d'avoir toujours une 
température bien déterminée. 

Du reste, dans nos expériences la fixité de la température 
est plus importante que sa détermination exacte. 



A-fx A a 

Discussion de l'équation I ^_ -p f jt + c6 = 



Nous nous proposons de discuter un peu plus en détail cette 
équation dont l'importance nous paraît être très grande, tant 
pour le frottement intérieur du verre que pour la théorie du 
frottement intérieur en général. 

Notre système d'enregistrement photographique permettait 
de réaliser une vitesse de 14 tours par minute. Avec une pareille 
vitesse ou pouvait suivre le mouvement de l'équipage. Nous 
reproduisons sur la planche VI une partie de la courbe ainsi 
obtenue et sur laquelle ont été enregistrées huit oscillations com- 
plètes et successives de l'équipage pour le fil de verre de plomb ^ 

' Les mêmes courbes, pour le verre ordinaire et le verre d'Iéna se 
rapprochent davantage de la sinusoïde non amortie (le coefficient du 



EN FONCTION DE LA TEMPERATURE 223 

L'hypothèse du frottement intérieur proportionnel à la vitesse 
et indépendant de l'amplitude, donne à l'équation du mouve- 
ment la formule bien connue suivante : 

si on néglige le frottement intérieur du fil d'acier auxiliaire. 

I est le moment d'inertie du système ; c le couple de torsion 
du fil d'expérience ; / le coefficient du frottement intérieur de 
ce fil. 

Pour bien mettre en évidence comment cette hypothèse se 
traduit graphiquement, nous allons rappeler brièvement les 
propriétés bien connues de cette équation. 

L'intégrale a généralement pour expression 

f| = Ooe-"' sin cot 

ou, si l'on déplace l'origine des temps, à l'instant oii le système 
se trouve à son maximum d'élongatiou 

= 606-" cos Oit (2) 

C'est cette dernière formule que nous avons utilisée pour véri- 
fier nos expériences. 
En posant 

et en introduisant l'intégrale (2) dans l'équation (1\ on obtient 

2IA 



-Vr^""^- 



'- T 



Les oscillations successives sont isochrones ; le mobile passe 
par sa position d'équilibre (6 = 0), avec une vitesse dirigée 
dans le même sens, aux époques séparées par des intervalles de 
temps multiples de la période T. 

frottement intérieur étant très petit pour ces deux genres de verre) mais 
l'aspect général ne diffère pas sensiblement de ce qu'on voit sur la 
planche VI. 



224 FROTTEMENT INTERIEUR DES VERRES 

Lorsqu'il n'y a pas d'amortissement, la durée d'une oscilla- 
tion est donnée par la relation suivante : 



To= 271 



\/! 



Mais dans le cas du mouvement oscillatoire amorti, il n'y a 
pas une durée d'oscillation définie. Nous avons alors envisagé 
la pseudo-période T, toujours plus grande que la période Tp 
de la relation précédente et qui jouit des propriétés d'une pé- 
riode réelle d'un mouvement oscillatoire sinusoïdal. 

Mais les intervalles de temps séparant le passage par la posi- 
tion d'équilibre du maximum d'élongation correspondant ne 

T 

sont plus égaux à j . 

Eu effet, les époques de la déviation maxima (v = 0) sont 
données par la condition 

— %e-'"a sin at + f),)e-'"c) cos at = 
006-"' (6> cos (ot — a sia cot) = 

d'oîi l'on tire la condition des passages par les positions d'élon- 
gation maxima 

Ci 

tg cot = — 

L'intervalle de temps séparant les deux passages consécutifs 

par la position d'équilibre, n'est donc pas coupé, comme on sait, 

en deux parties égales par l'époque pour laquelle l'élongatiou 

est maximum. Le temps nécessaire pour aller de 6 = à 6 

T a 
maximum est -j ^ . Le temps que met le mobile pour reve- 

T a 
nir à la position d'équilibre est égal à j -j- — , . Ces deux va- 
leurs de temps diffèrent très peu, tant que a qui est proportion- 
nel à / est petit. 

Les amplitudes décroissent suivant une progression géomé- 
trique. Soit, en effet, e^ et 62, deux amplitudes appartenant à 
deux oscillations consécutives et prises du même côté par rap- 
port à la position d'équilibre. 



EN FONCTION DE LA TEMPÉRATURE 225 

D'après ce qui précède, le mobile arrive dans la position de 
ces deux élongations aux époques données par la condition 

t = T -\- kT 
où k représente la suite des nombres entiers. On a donc 

Oj _ «-«(T + ST) 

6, ~ e-a{T + kT + T) 

et 

(Il 

Ce rapport est constant ; par conséquent, les amplitudes dé- 
croissent suivant une progression géométrique. 
Si a est petit, on a 

e"' = l + aT 
d'où 

Quant à la pseudo-période T, elle se calcule de la manière 
suivante : 
Comparons T^ et T 



Vr^£ 



To \/ 1 _ .^ 81c ' 32jr-I- 

V ^ 4lc 

Or 

^^"^=21 = ^ 

très approximativement, d'où 

Z -1 A. 

on voit aisément que la différence entre T et T„, même pour un 
amortissement considérable, ne dépasse pas un dix-millième 
pour = 0,0108. 

Tels sont brièvement rappelés les principaux caractères d'un 
mouvement oscillatoire dont la force amortissante est propor- 
tionnelle à la vitesse de la déformation. 

(A suivre) 



QUELQUES REMARQUES 



CONCERNANT LES 



LUEURS CRÉPUSCULAIRES DU CIEL 



p. GRUIVER 



I. Remarques générales. 

L'année 1912 a été, par ses nombreuses anomalies, particu- 
lièrement féconde pour l'optique de l'atmosphère terrestre et, 
d'une manière générale, a réveillé l'intérêt de maint natura- 
liste pour les beaux phénomènes de coloration crépusculaire du 
ciel. Ayant nous-mêmes fait des observations^ suivies (mais 
malheureusement pas aussi régulières que nous l'aurions voulu), 
nous nous permettons de donner ici un certain nombre de re- 
marques à ce sujet. 

Rappelons d'abord le caractère général des phénomènes cré- 
pusculaires, tels qu'ils se présentent par une belle soirée, 
surtout dans les mois d'automne. — Quelques instants après le 
coucher du soleil, l'horizon occidental apparaît sur une longue 
distance coloré de teintes claires, variant d'un rouge-cuivre (ou 
grisâtre), jusqu'à un jaune verdâtre. Nous nommerons ces colo- 
rations superposées eu lignes horizontales les couches horizon- 
tales (Horizontal Streifen). Elles sont surmontées par un seg- 
ment d'une vive clarté (argenté ou avec teinte jaunâtre) dont 
les dimensions vont d'abord en augmentant et dont l'intensité 

' Beobachtungen der Dâmmerungserscheinungen uncl des Alpengliihens 
in Bern, publiées dans les Mitteilungen der Naturforschenden Gesell- 
scliaft in Bern, de 1903 à 1914. 



LES LUEURS CREPUSCULAIRES DU CIEL 227 

est extrêmement variable d'uii jour à l'autre; nous nommerons 
ce segment l'auréole du soleil couchant. Par exception cette au- 
réole paraît plus ou moins nettement limitée par un cercle 
d'une très faible couleur brun-rouge (ou même gris brun) qui 
ne peut être autre chose que le cercle de Bishop, phénomène 
bien connu depuis les éruptions du mont Krakatoa en 1883. 
L'auréole, après avoir atteint un maximum d'éclat, semble dis- 
paraître derrière les couches horizontales qui elles aussi pâlis- 
sent lentement. 

Mais bientôt après, environ dix à quinze minutes après le 
coucher du soleil (celui-ci se trouvant à 2°-3° sous l'horizon), le 
ciel bleuâtre montre, à une hauteur variant de 15°-25° une 
tache plus ou moins nette, d'une couleur indécise, grise-viola- 
cée-pourpre, parfois aussi une faible lueur générale sans limites 
précises. Rapidement cette tache s'étend et s'illumine. Après 
cinq à dix minutes, le soleil étant à environ 4° sous l'horizon, 
cette tache atteint son maximum d'intensité et couvre, en 
forme d'un grand segment, une grande partie du ciel occiden- 
tal d'une magnifique lueur pourprée (rose de fleurs de pêche), 
c'est la première lumière pourprée (Erstes Purpurlicht). Son 
intensité, son extension, sa forme sont extrêmement variables ; 
comme forme elle peut paraître en segment, ou en cercle pres- 
que complet, ou en anneau circulaire, etc. ; très souvent elle se 
présente comme un magnifique fuseau de rayons pourpres, 
entrecoupé de rayons bleus (couleur du ciel) et alors il est 
facile de se rendre compte que ces interruptions sont causées 
soit par des montagnes cachées. sous l'horizon, soit surtout par 
des nuages dont l'ombre se projette sur la partie colorée. Enfin 
cette lumièi-e sera parfois séparée nettement des couches hori- 
zontales pâles qu'elle surmonte, d'autres fois, au contraire, elle 
paraîtra se confondre insensiblement avec ces couches qui 
prennent alors une légère teinte rose — un phénomène qui ne 
nous semble pas encore suffisamment éclairci. 

Le maximum d'extension étant atteint, la lumière pourprée 
commence à se rétrécir et semble glisser distinctement der- 
rière les couches horizontales. En ce moment la coloration de 
la lumière pourpi'ée va plutôt encore en augmentant, se trans- 
formant en des teintes d'un pourpre plus foncé (violacé), puis 



228 LES LUEURS CREPUSCULAIRES DU CIEL 

rapidement l'intensité diminue; les couches horizontales ce- 
pendant s'illuminent à nouveau d'une clarté rouge dorée bril- 
lante ou au moins rouge orangé. Bientôt la lumière pourprée 
ne forme qu'un large ruban rose au-dessus des couches hori- 
zontales et, dix à douze minutes après son maximum, disparaît, 
laissant ces couches former une longue ligne, nettement limitée, 
d'un rouge de feu quelquefois très intense. 

A ce moment le soleil est à environ 6° sous l'horizon ; le cré- 
puscule civil est terminé, la nuit commence à tomber, il n'est 
plus guère possible de lire en plein air; mais les lueurs crépus- 
culaires ne sont pas encore terminées. A peine cinq minutes 
passées (le soleil est à environ 7° sous l'horizon), une seconde 
lueur plus indécise et plus faible que la première se montre 
parfois à une certaine hauteur du ciel occidental. Peu à peu 
elle devient un peu plus intense et forme la seconde lumière 
yourp-ée (Zweites Purpurlicht), plus foncée, moins intense que 
la première et surtout très vague dans ses contours. Elle aussi 
descend lentement et se cache après une quinzaine de minutes 
(le soleil étant à environ 10° sous l'horizon), derrière les cou- 
ches horizontales, se confondant avec elles. Puis ces couches 
elles-mêmes pâlissent, prenant des teintes brunes-verdâtres ; 
environ une heure après le coucher du soleil, les colorations 
ont complètement disparu et une demi-heure plus tard, c'est la 
nuit qui fait son entrée définitive, le crépuscule astronomique 
est arrivé à sa fin, le soleil étant à 16°-18° sous l'horizon ^ 

Les colorations du ciel occidental ont leurs reflets fidèles au 
ciel d'orient et ce reflet donne lieu, là, où nos alpes sont visi- 
bles, aux splendides phénomènes de « l'Alpenglûhen ». Le 
soleil étant déjà couché pour l'habitant de la plaine, ses rayons 
atteignent pourtant encore les cîmes neigeuses de nos mon- 
tagnes et les couvrent d'une éclatante lueur qui passe 
d'une teinte orangée à un rouge toujours plus foncé : c'est le 
vrai Alpenglulien, la coloration des Alpes par illumination di- 

' Nous ne ferons que mentionner que les observations très précieuses 
de F. Schmid, à Oberhelfenswyl, font prévoir un rapport possible entre 
les phénomènes crépusculaires et la lumière zodiacale qui en formerait 
comme une suite. 



LES LUEURS CREPUSCULAIRES DU CIEL 229 

recteS Eu même temps l'horizon oriental prend une teinte rouge 
pourpre à orangée, formant des couches horizontales colorées 
analogues à celle de l'occident, mais d'une couleur nettement 
différente. Cette zone illuminée que nous nommerons la lueur 
anticrépusadaire (Gegendàramerung) commence cependant 
bientôt à se séparer de l'horizon, simultanément avec l'Alpen- 
gliiheu qui se retire sur les cîmes élevées. Lentement surgit 
alors au-dessus de l'horizon oriental une zone de couleur gris- 
bleue (parfois un bleu d'acier) qui n'est autre chose que Vom- 
bre de la terre (Erdschatten) projetée dans l'atmosphère. Cette 
ombre dépasse en général les cîmes de nos Alpes quand le 
soleil est environ à 2° sous l'horizon (cependant la réfraction 
atmosphérique peut sensiblement altérer cette indication) et en 
ce moment les parties neigeuses ont un aspect gris-cadavéreux. 
L'ombre terrestre monte toujours, bordée du beau ruban de la 
lueur auticrépusculaire qui, après un maximum d'éclat, pâlit, 
s'élargit et se confond peu à peu avec le ciel bleu au-dessus et 
avec l'ombre grisâtre au-dessous. Le moment, d'ailleurs très 
difficile à fixer, de la disparition de cette lueur correspond assez 
exactement à l'instant du maximum d'intensité de la première 
lumière pourprée. 

La couleur cadavéreuse ne dure que quelques instants, 
bientôt les Alpes semblent reprendre vie et se couvrent d'une 
très légère teinte rosée (couleur de chair humaine) dont l'inten- 
sité est très variable. En ce moment il est parfois possible de 
distinguer à l'horizon oriental une nouvelle zone d'un rose jau- 
nâtre (ou brun-grisâtre) ; évidemment ces secondes lueurs sont 
dues à la réflexion diffuse de la première lumière pourprée qui, 
en ce moment, est en train de disparaître; nous les nommerons 
la seconde lueur anticréiyusculaire (zweite Gegendâmmerung). 

* D'après nos observations il nous semble que c'est une erreur, assez 
répandue, d'attribuer le vrai « Alpengliihen » à la seconde coloration 
des Alpes. Les beaux phénomènes intenses de coloration des Alpes sont 
produits par les rayons directs du soleil, tant qu'il est à l°-2'' sous 
l'horizon. Parfois naturellement des nuages à l'occident, invisibles pour 
l'observateur, font disparaître un instant les lueurs qui reviennent un 
instant après de nouveau, mais qui, en réalité, sont toujours encore la 
suite de la première coloration des Alpes. 



230 LES LUEURS CREPUSCULAIRES DU CIEL 

Sur les tlancs neigeux de nos Alpes, elle peut atteindre une 
intensité suffisante pour les faire luire d'une coloration rouge 
relativement intense, c'est la jJremière recoloration ou la seconde 
coloration des Alpes (erstes Nachgliihen oder zweites Alpenglû- 
hen) qui, d'après son origine, a nécessairement un caractère 
vague, vaporeux, sans ombres précises, se formant et s'éva- 
uouissant d'une manière difficile à contrôler. Avec la seconde 
lueur anticrépusculaire s'élève lentement là peine visible), la 
seconde ombre terrestre ; une troisième lueur anticrépuscu- 
laire, produite par le reflet de la seconde lumière pourprée, et 
couvrant les alpes d'une seconde recoloration (zweites Nach- 
glùhen, drittes Alpenglùhen) n'a jamais pu être observée par 
nous à Berne. 

Remarquons encore que la première ombre terrestre se perd 
peu à peu en s'élevant dans le ciel bleu et que sa limite n'appa- 
raît qu'environ une demi-heure après le coucher du soleil 
(celui-ci étant à peu près 7° sous l'horizon), quand elle a déjà 
dépassé le zénith et qu'elle commence à redescendre lentement 
vers l'occident, enveloppant lentement le firmament céleste 
dans le voile de la nuit. Rappelons enfin que, comme nous 
l'avons pu observer dans quelques cas rares, parfois lapremière 
lumière pourprée, formée par un fuseau de rayon, s'élève jus- 
qu'au delà du zénith et traverse en de longues lignes roses le 
firmament, divergeant d'abord, puis convergeant de nouveau et 
se réunissant dans une lueur étendue à l'orient, formant ainsi 
la lueur anticrépusculaire. 

L'explication des colorations célestes a préoccupé depuis 
longtemps les physiciens et, dans les grandes lignes, la théorie 
de ces phénomènes paraît être trouvée. 

Les calculs de Lord Rayleigh^ semblent établir clairement 
que la couleur hlene du ciel est due à la réflexion diff"use des 
rayons du soleil à des particules, suspendues dans l'atmos- 
phère, dont le diamètre est sensiblement plus petit que la lon- 

' Lord Rayleigh (J. W. Strutt), PhU. Mag. (4) 41, p. 107, 274, 1871 ; 
(51 12, p. 81. 1881 ; (5) 47, p. 375, 1899. 
M. Planck, BerUner Akad, 1904, p. 740. 



LES LUEURS CREPUSCULAIRES DU CIEL 231 

gueur des ondes lumineuses. Non seulement ce calcul (qui 
donne naturellement une loi de réflexion absolument différente 
de celle de l'optique des corps relativement grands par rapport 
aux ondes lumineuses) rend compte de la couleur bleue du ciel, 
mais particulièrement aussi des phénomènes si intéressants de 
la jJolarisaiion de la lumib'e céleste. Nous n'insisterons pas sur 
cette théorie qui a été développée d'une manière si géniale par 
J.-L. Soret ^ et complétée plus tard par A. Hurion", puisque 
c'est dans ces Archives mêmes qu'elle a été publiée. Nous rap- 
pelons seulement que les mesures intéressantes des phénomènes 
de polarisation (spécialement la détermination de la position 
des points neutres, dit d'Arago et de Babinet, oii cette polari- 
sation disparaît) qui, sous l'instigation de M. Ch. Jensen'* s'or- 
ganisent de plus eu plus, nous permettent de scruter l'état de 
notre atmosphère et de ses variations d'une manière inatten- 
due. Mentionnons pourtant que les mesures photométriques de 
l'intensité du bleu du ciel ont permis de contrôler quantitati- 
vement la formule de Raylegh et que ces calculs ont démontré 
que ces particules, nécessaires pour la formation de la couleur 
bleue, étaient de l'ordre de grandeur des molécules gazeuses; 
de sorte que ce sont très probablement les molécules de l'atmos- 
phère elles-mêmes qui, par hi réflexion diffuse, produisent 
l'azur bleu de notre firmament \ 

Si, selon cette théorie de Rayleigh, les molécules de l'air réflé- 
chissent surtout la lumière bleue et violette, elles doivent laisser 
passer par contre les ondes de couleur jaune et rouge. La colo- 
ration des couches horizontales à l'occident, ainsi que la pre- 
mière lumière anticrépusculaire à l'orient s'expliquent aisément 
par cette théorie : les rayons solaires, devant traverser une cou- 
che atmosphérique épaisse, obtiendront une couleur nettement 
jaune à rouge, et les rayons réfléchis à l'orient aux couches de 

' J.-L. Soret, Arch. des Sciences phys. et nat. (3), 20, p. 429, 1888, 

- A. Hurion, Annales de chimie et physique (7) 7, p. 456, 1896. 

• F. Busch etCh. Jensen, Tatsachen und Theorien der atmosphàrischen 
Polarisation. Hamburg 1911. 

^ Cette conception donne un nouvel appui à l'hypothèse de la struc- 
ture moléculaire de la matière. Voir J. Perrin dans la « théorie du 
rayonnement », Rapport du congres Solvay, 1912, p. 224. 



232 LES LUEURS CREPUSCULAIRES DU CIEL 

vapeurs et de poussières, passaut une seconde fois une couche 
de l'atmosphère, seront donc nécessairement d'un rouge encore 
plus distinct. Tous ces phénomènes cependant seront nécessai- 
rement altérés par suite de l'impureté de l'air; l'atmosphère 
contient jusqu'à des hauteurs relativement élevées des vapeurs, 
des poussières, des particules de tout genre et, d'une manière 
générale, l'effet de ces impuretés diminuera aussi la pureté des 
colorations : ainsi le bleu du ciel est toujours mitigé par une 
couleur gris-blanche et les couches horizontales du crépuscule 
présentent des nuances brunes et grises souvent très prédomi- 
nantes. 

Mais, d'un autre côté, ces particules d'un diamètre relative- 
ment grand (par rapport aux ondes lumineuses), produisent de 
tout nouveaux phénomènes. C'est à eux que nous devons les 
belles colorations crépusculaires. En effet, d'après les lois de la 
diffraction de la lumière, un très grand nombre de particules 
de formes et dimensions identiques, répartis complètement irré- 
gulièrement dans un espace, produisent un phénomène de dif- 
fusion absolument semblable à celui d'une seule ouverture, de 
même forme et dimension, dans un écran. Il suffit donc que des 
poussières ffnes, d'une structure plus ou moins uniforme, soient 
suspendues en grand nombre dans l'atmosphère pour que l'effet 
de diffraction devienne visible. Ces poussières ne doivent pas 
nécessairement être sphériques — si seulement leurs dimensions 
sont à peu près les mêmes et si leur orientation est tout à fait 
irrégulière, il est à prévoir que l'effet total de diffraction res- 
semblera à celui produit par une ouverture circulaire dans uû 
écran. Le soleil, dont les rayons traverseront une pareille 
couche, sera donc entouré des cercles colorés tels que nous les 
coimaissons bien et que nous les observons en regardant contre 
une petite lumière à travers une plaque de verre saupoudrée 
de lycopodium. Les calculs détaillés de ces phénomènes, faits 
par E. LommeP démontrent que ce sont les colorations rouges 
qui prédomineront dans ce cas-là. 

Ainsi le cercle brun rouge qui, après les éruptions volcani- 
ques du Krakatoa, entoura longtemps le soleil et que l'on dési- 

'E. \.Lomme\,Abhandl.derbayr. Alcademie Mûnchen (II) 19 — 1897. 



LES LUEURS CREPUSCULAIRES DU CIEL 233 

gne. d'après l'observateur qui le découvrit \ le cercle de Bishop, 
doit être attribué à cet etïet de diffraction des poussières volca- 
niques. La détermination de son diamètre (environ 12° de rayon 
intérieur, 22° de rayon extérieur), permet de calculer le diamè- 
tre moyeu des poussières qui le produisent. Les calculs de 
Peruter" donnent une valeur de 0,00185 mm. (tandis que les 
molécules qui déterminent la couleur bleue du ciel n'ont qu'un 
diamètre de l'ordre de grandeur deO,0000001 mm). C'est surtout 
M. A. Riggenbach^ qui, par ses observations très minutieuses, 
a tâché de démontrer que la première lumière pourprée est en 
principe le même phénomène que le cercle de Bishop, c'est-à- 
dire qu'elle aussi est un résultat de l'effet de diffraction dans 
l'atmosphère. Ici aussi nous ne nous arrêterons pas aux détails 
de cette théorie * et à toutes les difficultés qu'elle soulève, cons- 
tatant seulement qu'il paraît vraiment hors de doute que les 
lumières pourprées du crépuscule soient réellement des phénomènes 
de diffraction (compliqués par des causes secondaires) , produits 
par de fines poussières, plus ou moins homogènes, suspendues 
dans notre atmosphère à des hauteurs de 5 à 22 km. 

La question qui se pose immédiatement à tous ceux qui 
admettent cette théorie, c'est de savoir d'où proviennent ces 
poussières. Il ne peut s'agir ici des poussières qui remplissent 
les couches inférieures de l'atmosphère et qui sont particuliè- 
rement denses au-dessus de nos centres civilisés ; ces poussières 
peuvent avoir une influence sensible sur les phénomènes de 
polarisation et sur la coloration des couches horizontales, mais 
non pas sur les lumières pourprées ; c'est la raison pour laquelle 
l'observation de ces dernières nous donne de précieux renseigne- 
ments sur l'état des couches de l'atmosphère entre 5 à 20 km. 
au-dessus du niveau terrestre. 

Si ces poussières sont d'origine terrestre il ne peut s'agir que 
de poussières volcaniques, projetées par de violentes éruptions 

' J. Kiessling, Die Dàmmerungserscheinungen im Jahre 1883 und 
ihre physikal. Erklârung. Hamburg und Leipzig 1885. 

^ Pernter-Exner, Meteorologische Optik. Wien. 1910, p. 470. 

^ A. Riggenbach, Beobachtungen liber die Dâmmerung, Basel 1886. 
Habilitationschrift. 

^Voir Riggenbach, Pernter, Kiessling. v. Lommel, etc., l. c. 

Archives, t. XXXVU. — Mars 191'». 17 



234 LES LUEURS CREPUSCULAIRES DU CIEL 

à une hauteur suffisante et qui, en suite de leur ténuité, ne 
descendent qu'avec une très grande lenteur vers le sol. Les 
courants atmosphériques les entraînent avec eux et les dissé- 
minent dans les contrées les plus diverses, les transformant en 
de vrais nuages poussiéreux avec tout le caractère vai'iabled'un 
nuage, paraissant et disparaissant et reparaissant dans des 
intervalles très irréguliers ; ce n'est que dans le courant des 
mois ou même des années qu'ils disparaissent définitivement 
en s' éparpillant peu à peu dans toute l'atmosphère. Il est géné- 
ralement admis aujourd'hui que les lueurs intenses crépuscu- 
laires des années 1883-85 et 1902-03 doivent être ramenées à 
cette cause : l'éruption du Krakatoa en 1883 et celle du Mont- 
Pelée en 1902. 

Mais une autre idée s'impose de plus en plus à l'attention des 
physiciens : c'est la 'pénétration de poussière cosmique dans 
l'atmosphère terrestre qui elle aussi pourrait former des nuages 
poussiéreux tout-à-fait identiques à ceux dont nous venons de 
parler. Nous n'invoquerons comme appui de cette hypothèse 
que le phénomène du passage de la comète de Halley, dans la 
nuit du 18/19 mai 1910 (qui d'ailleurs n'a pas causé de phéno- 
mènes particulièrement sensibles), et que la théorie d'Arrhénius 
d'après laquelle le soleil émettrait continuellement un rayonne- 
ment corpusculaire (électrisé ou neutre) qui pénétrerait aussi 
partiellement notre atmosphère. Dans ce dernier cas la forma- 
tion de ces nuages cosmiques devrait être en relation avec l'ac- 
tivité solaire, donc aussi avec le nombre des taches solaires. Cer- 
taines observations semblent etï'ectivement être en rapport avec 
ce dernier. 

Enfin, si nous nous rendons compte que les observations des 
lueurs crépusculaires démontrent une très grande fluctuation de 
ces phénomènes, la question se pose, si pour chaque renouveau 
de ces lueurs il faut admettre la formation de nouveaux nuages 
corpusculaires, ou si peut-être ces nuages ne seraient pas tou- 
jours là en plus ou moins grand nombre et que des facteurs 
météorologiques suffiraient à expliquer la visibilité ou l'invisi- 
bilité des lueurs produites par ces nuages. Nos observations 
semblent faire ressortir (en harmonie avec d'autres observa- 
teurs) que l'intensité et le développement général des colora- 



LES LUEURS CREPUSCULAIRES DU CIEL 235 

tioiis crépusculaires dépend à un certain degré de la situation 
météorologique. D'une manière générale nous avons pu cons- 
tater que les belles et grandes lueurs ne s'observent que quand 
un anticyclone, avec gradients faibles, couvre la partie sud- 
ouest de notre continent, avançant jusqu'au milieu ou même 
jusqu'au delà de la partie centrale de l'Europe. Si la réparti- 
tion des isobares est sensiblement différente on peut s'attendre 
presque sûrement, même par un ciel extrêmement pur, à ne 
voir que des lueurs faibles ou du moins ne présentant aucun 
éclat particulier. Par contre r observation d' une lumière pourprée 
intense, même sur un ciel en partie couvert de nuages, laisse 
présager pour le lendemain une journée claire. 



II. Observations des lueurs crépusculaires pendant 
les onze dernières années. 

Un examen rapide de nos observations des onze dernières 
années, complétées de quelques résultats d'autres observateurs, 
précisera ce qui vient d'être dit. 

La poussière volcanique du Mont-Pelée (^8 mai 1902) a fait sa 
première apparition en Europe vers le milieu de juin, produi- 
sant un affaiblissement notable de la transparence du ciel (obser- 
vée entr' autres par M. H. Dufour ^ à Lausanne et M. A. Gockel - 
à Fribourg) et se révélant par de subites anomalies dans la 
position des points neutres de Babinet et d'Arago ^ et influent 
aussi le cce/ficient de polarisation de la lumière du ciel en pro- 
duisant un fféchissement de ce coefficient (Kimball^ à Wasbing- 
ton). Mais ce fut surtout l'apparition de phénomènes crépuscu- 

' H. Dufour, Comptes-rendus de Paris, 136. p. 713, 16 mars 1903. 

-A. Gockel, Meteorologische Zeitschrift. 7 juin 1903. 

' Voir Busch et Jensen, l. c. p. 219. Les distances de ces points neutres 
du soleil (resp. du point antisolaire) varient pendant les années 1903-06 
de la manière suivante, d'après les observations de Busch : 

1903 1904 1905 1906 (année normale). 

Babinet : 43° -14° 32°— 17° 25''— 17° 20°— 17° 
Arago : 30°— 18° 25°— 20° 23° -20° 21° -19° 

*Kimball, voir Busch et Jensen, l. c. p. 402. 



236 LES LUEURS CREPUSCULAIRES DU CIEL 

laires de grande intensité et particulièrement d'une durée anor- 
malement longue qui devint frappante. M. A. Forel ^ constata 
déjà en juillet l'accroissement de ces lueurs en Suisse, mais ce 
n'est que vers la fin d'octobre qu'elles firent apparition un peu 
partout en Europe et, chose curieuse, revinrent avec une cer- 
taine périodicité vers la tin de novembre, de décembre et de 
janvier 1903. 

Ce n'est que depuis la seconde moitié de décembre 1902 que 
commencent nos propres observations à Berne. Le 23 décembre 
1902 par exemple la lumière pourprée se développe d'une 
manière extrêmement brillante, sa durée n'est cependant pas 
abnorme si on la compare avec les observations des dates ana- 
logues en 1905, 07, 09, 12, 13 (.où en général la lumière pour- 
prée disparait vers 5 h. 15) ; mais l'intensité de coloration des 
couches horizontales devient extrêmement forte et se prolonge 
jusque vers six heures, tandis que les observations correspon- 
dantes des années ci-indiquées donnent comme moment de dis- 
parition de ces colorations 5 h. 25 à 5 h. 40. Le 27 janvier 1903 
la lumière pourprée est de nouveau très intense, mais aussi de 
durée normale (comparée avec les dates similaires de 1907 et 
1911) et de nouveau les couches horizontales gardent longtemps 
leur lueur intense, jusque vers 6 h. 30, tandis qu'aux dates cor- 
respondantes des autres années ces lueurs disparaissent vers 
6 heures. Le mois de février 1903 qui, en général, est caracté- 
risé par un manque frappant de coloration tant soit peu intense 
(même par un ciel clair), présente encore à trois reprises de 
belles lumières pourprées ; cependant la longue durée de colo- 
ration des couches horizontales ne persiste plus. Peu à peu les 
lueurs perdent leur caractère extraordinaire, deviennent depuis 
le mois d'octobre de nouveau plus intense, et puis lentement 
diminuent eu nombre et en intensité : ainsi nous avons compté 
en 1903 environ 22 cas, en 1904 encore 15 cas, en 1905 encore 
12 cas de lumière pourprée dépassant la normale. Parallèlement 
à ce recul les autres auomaUes atmosphériques (transparence 
du ciel, position des points neutres, coefficient de polarisation) 
disparaissent plus ou moins rapidement. 

' A. Forel, Arch. d. Se. phys. et nat., 1905 (4), 19. p. 219. 



LES LUEURS CREPUSCULAIRES DU CIEL 237 

Si le recul est incontestable, il n'est pourtant pas très mar- 
qué dans nos observations. En général celles-ci tendent plutôt 
à continuer l'impression que les facteurs météorologiques jouent 
un rôle essentiel dans le développement des phénomènes cré- 
pusculaires (voir plus loin), et en particulier aussi que l'aspect 
de ces phénomènes varie extrêmement avec les saisons. La 
seconde moitié de l'année, août-décembre, est décidément plus 
favorable à un beau développement des lueurs crépusculaires 
que les pi-eraiers mois de l'année qui, surtout de février en 
avril, sont si pauvi-es en belles lueurs. 

L'année 1906 présente un recul marqué. Cette année a été la 
plus riche en observations ; mais avec 25 cas de lumière pour- 
prée normale, il n'y en eut que 10 d'exceptionnels et 50 de fai- 
bles ! Les éruptions du Vésuve (du 7-8 avril et suivants) qui ont 
causé dans l'Europe centrale un affaiblissement de la transpa- 
rence du ciel ^ et de légères anomalies des phénomènes de 
polarisation n'ont pas montré d'intluence sensible dans nos 
observations, à moins que l'on ne mette sur leur compte que les 
phénomènes crépusculaires relativement intenses ont tous paru 
après le 8 avril ; à notre avis il s'agit là plutôt de différences 
produites par les saisons et, en général, il se pourrait que la 
situation météorologique de 1906, assez anormale, ait surtout 
causé la faiblesse des lueurs crépusculaires. L'absence complète 
de la seconde lumière pourprée correspond aussi à ce recul 
général ; pourtant il ne faut pas y attacher une trop grande 
importance, vu que nos observations se terminèrent souvent 
avant le moment du développement éventuel de cette lumière. 

1907 accuse, dans sa seconde moitié, un renouveau des phé- 
nomènes crépusculaires. Sur 67 observations, 21 indiquent des 
lumières pourprées exceptionnelles (toutes dans la saison favo- 
rable de l'année). 16 des lumières pourprées normales, 20 des 
lumières faibles, et 20 sont caractérisées par l'absence presque 
complète de lumière pourprée malgré un ciel clair. Ici le trou- 
ble atmosphérique optique a été observé généralement. Wolf, à 
l'observatoire de Kônigstuhl - près Heidelberg, constate un 

' Busch et Jensen, Z. c. p. 230. 

- M. Wolf, Vierteljahrsschrift der Astronom. Gesellschaft 43, p. 207, 
1908. 



238 LES LUEURS CRÉPUSCULAIRES DU CIEL 

abaissement de la transparence du ciel depuis le milieu de mai 
jusqu'au 20 juin (la question, si ce trouble est causé par des 
éruptions volcaniques en Italie, reste irrésolue), suivi de belles 
lueurs crépusculaires. Les observations de Busch ^ concernant 
la position des points neutres de Babinet et d'Arago donnaient 
encore le 3 avril des valeurs normales pour ces positions, tandis 
que le 10 mai une variation sensible est observée, concernant 
surtout le point d'Arago (les distances du soleil, resp. du point 
antisolaire sont : Babinet 20°-17°, Arago26°-]8°), qui peu à peu 
disparaît de nouveau. Le coefticient de polarisation, observée à 
Tortose" montre de nouveau une diminution indubitable, et 
cette anomalie se prolonge en diminuant jusqu'en 1908. Rap- 
pelons ici, sans nous permettre un jugement quelconque, que 
l'année 1907 était une année de maximum d'activité solaire. 

1908 présente un lent recul des phénomènes crépusculaires à 
Berne. Nous n'avons noté que 14 lumières pourprées belles et 
cette fois elles se concentrent plutôt vers le milieu de l'année 
(3, 17, 18 mai, 27-28 juin.... 22 août), laissant supposer qu'il 
s'agit encore des derniers restes des troubles atmosphériques de 
1907 qui ne disparaissent que dans la seconde moitié de 1908. 

Du 30 juin au 1"' juillet (et en partie aussi le 2 juillet) un 
phénomène étrange fut observé dans une partie de l'Europe 
septentrionale et centrale : il s'agit d'un prolongement très 
étrange de la lumière crépusculaire jusque tard dans la nuit, 
accompagné de nuages lumineux dans la nuit '\ Ce trouble 
atmosphérique doit avoir été un phénomène de très courte 
durée, les anomalies dans la polarisation de la lumière du ciel, 
provoquées par lui, ne furent pas très remarquables et nos 
observations crépusculaires donnèrent des lueurs qui, quoique 
belles et nombreuses aux mois de juillet et d'août, ne montrè- 
rent rien d'exceptionnel. 

Dès lors, c'est le soi-disant état normal de l'atmosphère qui 
s'établit jusque vers le milieu de 1912. Les années 1909, 1910, 
1911 et la première moitié de 1912 se distinguent par l'absence 
presque absolue de lueurs intenses. Il est vrai que dans ces 

' Busch et Jensen, L c, p. 227. 
- Idem, Ibid., p. 417. 
■'' Idem, Ibid., p. 2.30. 



LES LUEURS CREPUSCULAIRES DU CIEL 239 

années-là, et spécialement pendant la période de sécheresse et 
de chaleur de l'été 1911, nos observations ont été particulière- 
ment irregulières et incomplètes, mais néanmoins la constata- 
tion générale de lueurs faibles est très frappante. 

L'année 1912 par contre a donné lieu, comme nous l'avons 
déjà indiqué au commencement de cet article, à des troubles 
atmosphériques extrêmement forts. Il n'est pas possible de 
mentionner ici les observations innombrables publiées à ce 
sujet \ et nous nous bornons à indiquer quelques points essen- 
tiels. — Du 6-8 juin, le volcan Katmai en Alaska subit une érup- 
tion formidable, de sorte que les cendres émises s'amassèrent 
durant ces trois jours entr'autressur l'île avoisinante deKodiak, 
à 130 km. de distance, en une couche de 45 cm. d'épaisseur. 11 
est hors de doute qu'une grande partie de ces cendres ait formé 
un groupe de nuages poussiéreux qui ont fait leur voyage à 
travers l'atmosphère. M. Kimball à Washington constata le 
10 juin un affaiblissement notable de la transparence du ciel, 
accompagné de variations de la position des points neutres de 
polarisation céleste. M. Wolf à Heidelberg constata cette ano- 
malie de transparence le 20 juin, M. de Quervain, dans son 
expédition groënlandaise, en fut frappé à peu près à la même 
date en plein miUeu de l'Inlandeis, Wilke à Berlin observa le 
trouble des points neutres le 28 juin et M. Busch à Arnsberg 
(en Westphalie), empêché par le mauvais temps d'observer 
plus tôt, contirma pleinement l'existence de ces troubles dès le 
14 juillet (Babinet : 40°-17°, Arago : 3r-10'). Une enquête, 
provoquée par M. Maurer, démontra que sur une vaste étendue 
les instruments autographes de l'insolation solaire accusaient 
un affaiblissement notable de celle-ci, affaiblissement qui dimi- 
nua lentement et disparut vers le milieu d'octobre. 

î^os observations à Berne (qui malheureusement furent pres- 
que complètement interrompues du 8 avril au 23 juillet), d'ac- 
cord avec d'autres observateurs, spécialement avec M. Busch, 

' Citons par ex. : G. Hellmann, Meteorolog. Zeitschrift, 30, p. 34, 1913; 
Ch. Jensen, Meteorolog. Zeitschrift, 30, p. 81, 1913; J. Maurer, Meteo- 
rolocj. Zeitschrift, 30, p. 182, 1913; Busch, Meteorolog. Zeitschrift, 30, 
p. 321, 1913; C. Dorno, Meteorolog. Zeitschrift, 39, p. 580, 1912 et 30, 
p. 465, 1913. 



240 LES LUEURS CREPUSCULAIRES DU CIEL 

doiiiieiit des résultats inattendus. A l'inverse des observations 
faites jusqu'à ce jour, donnant d'intenses lumières pourprées 
dès que le nuage volcanique apparaît, la période du 23 juillet 
au 14 octobre paraît absolument dénuée de lumières pourprées 
belles ou même normales ; par contre l'auréole est d'une inten- 
sité extraordinaire et les couches horizontales présentent des 
colorations en partie très vives. Durant les mois d'été, ces ano- 
malies diminuent en intensité et vers le milieu d'octobre il se 
produit un changement subit : le 9 octobre à Arnsberg, le 
14 octobre à Berne, la lumière pourprée apparaît tout à coup 
en grande intensité. Dès cette date M. Busch enregistre 11 cas 
de lumières pourprées intenses jusqu'à la tin de l'année, nous 
en comptons 9, tandis que dans toute la période précédente (du 
P"' janvier au 14 octobre^ nous n'observions qu'une seule fois 
une lueur intense. 

Ces contrastes étranges et différents des phénomènes de 
1902-1903 deviennent encore plus difficiles à expliquer par le 
fait qu'un certain nombre d'observateurs ont constaté très clai- 
rement des troubles atmosphériques avant le 6 juin. M. Eginitis, 
à Athènes, a nettement observé un affaiblissement de l'insolation 
dès le 7 avril, M. Schmid, à Oberhelfenswyl, a observé en mai 
des phénomènes analogues au cercle de Bishop et M. Dorno à 
Davos décrit le 4 mai un halo solaire d'une beauté extraordi- 
naire. 

L'explication donnée par M. Dorno ^ nous paraît pour ie 
moment la plus plausible. M. Dorno distingue deux causes net- 
tement différentes des troubles de l'année 1912 : d'une part la 
présence de nuages poussiéreux (et il nous semble qu'ici il 
faille bien penser en tout premier lieu aux cendres du Katmai) 
et d'autre part la présence de couches vaporeuses (Stratus) 
très élevées et très fines et claires ; cette dernière hypothèse est 
confirmée par les observations directes de M. A. Wigand le 
28 septembre 1912 et le 5 janvier 1913 qui, dans ses ascensions 
de ballon, constata l'existence d'une zone vaporeuse à des hau- 
teurs de plus de 7000 m. Il est évident que ces couches vapo- 
reuses devaient causer un affaiblissement notable de la transpa- 

' Dorno, Meteorolog. Zeitschrift 30, p. 465, 1913. 



LES LUEURS CREPUSCULAIRES DU CIEL 241 

reuce du ciel, ainsi que des variations de la position des points 
neutres, facilitant aussi le beau développement de l'auréole, 
transformant l'éclat des couches horizontales du crépuscule, 
produisant les phénomènes du cercle de Bishop et autres ; d'un 
autre côté il est possible que ces zones absorbantes aient empê- 
ché le plein développement de la lumière pourprée, A mesure 
que cette zone disparaissait (dans le courant de l'été et au 
commencement de l'automne), le bleu du ciel reprenait sa cou- 
leur normale et les phénomènes de diffraction pouvaient rede- 
venir visibles. D'après Dorno c'est avec le 10 octobre que dis- 
parurent définitivement ces zones troublantes, et aussitôt les 
poussières volcaniques, suspendues dans l'atmosphère, purent 
faire sentir leur présence par les beaux phénomènes mentionnés 
ci-dessus. Nous n'entrerons pas dans les détails de cette hypo- 
thèse qui d'ailleurs n'explique pas encore suffisamment les 
troubles observés avant l'éruption du Katmai, troubles qui 
pourraient avoir pour causes des phénomènes cosmiques encore 
inconnus. 

L'année 1913 présente encore, d'après M. Dorno, la suite des 
anomalies de 1912. Nos observations ne donnent rien de remar- 
quable pour les premiers mois de l'année, si l'on excepte une 
observation de la seconde lumière pourprée le 11 février. Ce 
n'est que pendant quelques beaux jours de la hn de mai et 
commencement de juin que les lumières pourprées deviennent 
quelque peu intenses, puis — par une analogie assez frappante 
avec l'année 1912 — les phénomènes crépusculaires ne dépas- 
sent plus la normale (mais sont pourtant accompagnées de se- 
conde lumière pourprée) tout le courant de l'été, et ce n'est 
que vei-s le milieu d'octobre que les belles lueurs reprennent 
avec intensité. Le 19 novembre une lueur très intense se pro- 
duit et à la fin de novembre et au commencement de décembre 
les lumières pourprées atteignent un très beau développement 
surtout caractérisé par l'apparition presque régulière d'une 
seconde lumière pourprée. Malheureusement les mois d'hiver 
plongent en général notre ciel de Berne sous un voile épais de 
brouillards qui empêchent de suivre les lueurs consécutivement 
pendant un temps un peu long. Mais les colorations violettes- 
pourprées que cette mer de brouillard présentait à certains soirs 



242 LES LUEURS CREPUSCULAIRES DU CIEL 

laissent prévoir que les phénomènes crépusculaires étaient in- 
tenses toute la première moitié de décembre — correspondant 
à la situation météorologique de cette période. 



III . Fhotométrie de la lumière pourprée. 

Nos conclusions, basées essentiellement sui' la statistique des 
lumières pourprées intenses, peuvent donner lieu à maintes 
objections. 

D'un côté, ce dénombrement statistique devient parfois un 
peu illusoire, puisque chaque année un certain nombre de soi- 
rées claires ne figure pas dans la liste; puis, les observations 
elles-mêmes ne sont pas toutes faites d'une manière identique : 
le lieu d'observation et avec lui les parties de l'horizon visible 
varient, et le temps et l'attention voués à l'examen des lueurs 
ne sont pas toujours les mêmes. Mais surtout toutes ces obser- 
vations, même les plus soignées, ont un caractère excessive- 
ment subjectif. Les indications des colorations et de leur inten- 
sité ne diffèrent pas seulement d'un observateur à l'autre, mais 
aussi pour le même observateur. Une inclinaison un peu mar- 
quée de la tête, une fatigue des yeux ont déjà une certaine 
influence; puis la manière dont les yeux de l'observateur sont 
occupés entre deux observations subséquentes est extrêmement 
importante; par exemple la lecture d'un journal entre deux 
observations avait toujours pour suite un rehaussement sensi- 
ble de l'éclat des lumières pourprées, tandis que le repos com- 
plet de l'œil ne donnait pas des illusions pareilles. Puis la 
lumière environnante (lumière artificielle devenant nécessaire 
pour inscrire les notes vers la fin des lueurs), le cadre donné 
par l'horizon (maisons claires ou sombres, arbres, etc.), le 
contraste entre les lueurs crépusculaires et la lumière générale 
du ciel et des alentours — tout cela exerce une influence nota- 
ble sur l'impression que les lueurs produisent sur l'observateur 
— et il est en général impossible de se soustraire à ces trou- 
bles. Enfin, et c'est le point qui nous paraît essentiel, l'observa- 
teur ne possède "pas de point de comparaison qui lui aiderait à 
fixer la couleur et Vititensité de la lumière pourprée. Et pour 



LES LUEURS CREPUSCULAIRES DU CIEL 243 

cette raison, malgré l'expérience donnée par une habitude d'une 
dizaine d'années, il est souvent impossible de comparer avec 
précision les lueurs de deux soirées difïérentes — et d'autant 
plus la comparaison des observations réparties sur une dizaine 
d'années devient une chose très délicate. Il ne faut pourtant 
pas exagérer toutes ces causes d'incertitudes ; le caractère géné- 
ral d'une lueur crépusculaire pourra toujours être déterminé 
d'une manière suffisante pour savoir s'il s'agit d'un phénomène 
faible, normal, ou d'une intensité extraordinaire. Mais néan- 
moins la nécessité d'une plus grande précision devient très 
désirable. C'est pour cette raison que uous avons commencé 
l'été dernier une série de mesures spectro-pJwtoméiriques qui 
devaient parer aux inconvénients que nous venons d'énn- 
mérer. 

Ces mesures photométriques n'ont qu'un caractère absolu- 
ment préliminaire ; mais comme elles permettent déjà de dé- 
duire quelques résultats généraux, il nous paraît utile de les 
publier ici. 

Depuis le 15 août 1913 jusqu'à la fin de l'année, nous avons 
pu faire ces mesures à 17 soirées. L'appareil employé dans ce 
but est un petit spectrophotomètre à main, construit sur nos 
indications par MM. Fuess, de Berlin. La lumière du ciel, con- 
centrée par une lentille sur une fente d'ouverture variable, 
traverse deux niçois et peut donc être diminuée d'une manière 
mesurable. Traversant ensuite un réseau de diffraction, elle est 
décomposée spectralement et une fente mobile et variable per- 
met d'isoler la partie voulue du spectre. Une petite lampe à 
incandescence, nourrie par un accumulateur et maintenue à un 
potentiel constant, projette par un prisme de réflexion sa lu- 
mière constante sur la même fente et permet ainsi de comparer 
l'intensité spectrale de la lumière pourprée à cette intensité 
constante. En faisant d'ailleurs varier le potentiel de cette 
lampe d'une manière connue ou en intercalant des écrans de 
verre mat devant elle, il est possible d'adapter cette intensité 
aux grandes variations d'intensité de la lumière pourprée. 

Nos observations se concentrèrent sur la partie rouge du 
spectre (de 625-655 [j.[j-.), la fente était toujours verticale; la 
rotation du nicol peut être évaluée jusqu'à un demi degré ; la 



244 LES LUEURS grépusculaires du ciel 

durée d'une observation composée de deux mesures faites à 
90 degrés de distance, était d'environ une demi-minute. 

Les résultats n'atteignent, par la nature des choses, pas une 
très grande précision. La lumière du ciel, elle-même faiblement 
polarisée, n'est mesurée que par sa composante verticale. La 
constante de l'appareil n'a pas pu être déterminée avec toute 
l'exactitude désirable. Les difficultés de la photométrie que 
chaque expérimentateur connaît sont augmentées par le fait que 
les observations se font en plein air, c'est-à-dire au milieu d'une 
lumière diffuse très désagréable. La lecture du cercle du uicol 
et la notation des observations dans le rai-obscur, alternant 
avec les mesures photométriques, est fatiguante pour les yeux, 
surtout que les observations doivent se suivre rapidement, vu 
les changements rapides de la lumière pourprée. Enfin, l'appa- 
reil étant d'abord destiné à être tenu dans la main, il était très 
difficile de fixer une partie précise du ciel, et involontairement 
l'œil et la main cherchaient la partie la plus illuminée du ciel. 
Pour cette raison, l'appareil fut plus tard posé sur un support 
primitif, de sorte que les dernières observations donnent une 
image plus fidèle du développement de la lumière pourprée que 
les premières. Nous espérons d'ailleurs, avec un appareil per- 
fectionné, atteindre cette année une plus grande précision dans 
nos mesures. 

Mais ces mesures, quoique encore imparfaites, suffisent plei- 
nement pour comparer nos notes visuelles du développement de 
la lumière pourprée aux observations photométriques. 

Le tableau suivant nous donne cette comparaison. 

Pour les hauteurs du soleil sous l'horizon, de — 2', 5 à — 5°,0 
nous indiquons aux dates ci-nommées dans la première colonne, 
en chiffres italiques, l'intensité photométrique mesurée dans le 
rouge (dans des unités quelconques) et dans la seconde colonne, 
en chiffres ordinaires, l'intensité visuelle. Cette dernière est 
déterminée de la manière suivante : Nous désignons l'éclat de 
la lumière pourprée, telle qu'elle se présente à notre œil, avec 
6 degrés. 

=- rien, 1 = faible, 2 = normal, 3 =:= beau, 4 = très beau, 
5 = exceptionnellement beau. 

Eu dessinant d'après nos notes une courbe, correspondante 



LES LUEURS CREPUSCULAIRES DU CIEL 



245 



à ces notations, il est facile (voir la planche ci-jointe), de dé- 
duire l'intensité visuelle de demi en demi degrés de hauteur du 
soleil. Naturellement ces courbes sont, comme nous l'avons dit, 
excessivement subjectives. 





22. VIII ' 


23. vm 


2. 


IX 


22. 


IX 


25. 


IX 


13 


X 


18 


X 




Pkot. Vis. 


Phot. Vis. 


Phot. 


Vis. 


Phot. 


Vis. 


Phot. 


Vis. 


Phot. 


Vis. 


Phot. 


Vis. 


-2°,5 


2,2 


1,5 


1,8 


0,8 


1,5 


0,5 


1,9 


1,1 


IJ 


1,0 


1,5 


2,0 


3,5 


1,2 


-3°,0 


1,7 


1,8 


1.0 


1,'-' 


0,5 


1,2 


0,9 


1,4 


0,8 


0,8 


1,2 


2,0 


2,5 


1,5 


-3°,5 


1,^ 


2,0 


0,5 


1,3 


0,3 


1,8 


0,5 


1,5 


0,4 


0,8 


0,5 


1,7 


1,5 


2,2 


-4°,0 


0,8 


1,9 


0,4 


0,6 


— 


0,6 


— 


1,1 


0,3 


1,1 


0,3 


1,2 


1,0 


3,0 


-4°,5 


0,6 


1,5 


— 


— 


— 


— 


— 


— 




— 




0,5 


0,8 


4,0 


-5°,0 


0,4 


1,0 


— 


— 


~ 


— 




— 


— 


— 




— 


0,5 


2,4 





20 


X 


10. XI 


29. XI 


1. 


XII 


2. 


XII 


8. 


XII 


9. XII ' 




Phot. 


Vis. 


Phot. Via. 


Phot. 1 Vis. 


Pliot. 


Via. 


Phot. 


Vis. 


Phot. 


Vis. 


Phot. 1 Vis. 


-2°,5 


1,5 


1,0 


2,8 


1,3 


4,0 


1,0 


5,8 


0,8 


3,4 


1,3 


3,1 


1,2 


2,3 


2,0 


-3°,0 


1,0 


1,1 


2,0 


1,2 


4,2 


1,6 


3,9 


2,1 


3,1 


2,2 


1,9 


1,9 


1,7 


2,6 


-3°.5 


0,7 


1,3 


1,2 


0,4 


^,1 


2,3 


2,9 


2,5 


2.7 


2,4 


1,7 


2,4 


1,0 


2,9 


■4'',0 


0,5 


1,7 


0,6 


— 


2,7 


3,1 


2,3 


2,7 


2,0 


2,5 


1,2 


2,8 


0,9 


1,8 


-4°.5 


0,4 


1,8 




— 


1,9 


3,5 


— 


3,0 


1,6 


2,3 


0,4 


2,6 


0,3 


2,4 


-5°,0 


— 




— 


— 


— 


2,2 


— 


— 


— 


— 


0,3 


2,1 


— 


— 



Les résultats des observations de décembre qui présentent le 
maximum de précision sont indiqués par les courbes de la plan- 
che ci-jointe. 

Le résultat général qui ressort de ces chitiVes et qui se révèle 
par un simple coup d'œil sur la planche — et qui d'ailleurs était 
à prévoir, mais non pas d'une manière si frappante — se ré- 
sume en ces mots : 

Les intensités de la lumih'e pourprée sont un phénomène essen- 
tiellement subjectif, déterminé en tout premier lieu par des effets 
de contraste très marqués entre les parties crépusculaires du ciel 
et l'illumination générale du ciel et de Vliorizon. 

' Le 22. VIII et le 9. XII les colorations sont surtout dues aux reflets 
de cirrus couvrant en partie le ciel occidental. 



246 LES LUEURS CREPUSCULAIRES DU CIEL 

Eu etiet, tandis que la courbe visuelle monte fortement de 

— 2°, 5 jusque vers — 3°, 5 ou —4°, puis redescend plus ou 
moins symétriquement, la courbe photométrique tombe d'une 
manière continue, à mesure que le soleil baisse sous l'horizon 
(il n'y a que de très rares exceptions, par exemple le 29 novem- 
bre, où l'intensité photométrique augmente un peu de — 2°, 5 à 

— 3°). L'augmentation quelquefois si intense de la lumière 
pourprée n'est donc pas un véritable renforcement de lumino- 
sité, mais purement et simplement un effet de contraste. Les 
moments de maximum d'intensité visuelle de la lumière pour- 
prée (voir le 18. X, 29. XI, 8. XII, 9. XII), correspondant à des 
intensités photométriques, ne dépassant pas la valeur 2,0, tan- 
dis que la lueur faible du commencement de la lumière pour- 
prée donne des intensités photométriques dépassant la valeur 
5,0 (le 1. XII)! 

Cela ne veut cependant pas dire que ces belles colorations 
soient une pure illusion. Car les courbes photométriques qui, 
après le coucher du soleil, descendent très rapidement (voir la 
planche ; par exemple pour l'abaissement du soleil de 1" une 
chute d'intensité de 20 à 6), indiquent tous un ralentissement 
marqué dès que le soleil est à 2° ou 3° sous l'horizon, et ce 
ralentissement est surtout net vers le moment où la lumière 
pourprée atteint son intensité maximum. Il est donc hors de 
doute que la lumière pourprée produit objectivement une nou- 
velle coloration du ciel qui a pour suite un ralentissement de la 
chute d'intensité lumineuse générale. Les mesures avec l'appa- 
reil perfectionné pei-mettront peut-être de suivre encore mieux 
l'intensité objective de la lumière pourprée. 

Si nous comparons enfin les différentes soirées entre elles, 
nous voyons aussi des différences très frappantes entre les in- 
tensités photométriques et visuelles. 

Par exemple le 18. X et le 29. XI présentent un magnifique 
développement de la lumière pourprée (par un ciel très pur) et 
les observations visuelles sont (vu leur grande approximation), 
identiques, mais les mesures photométriques diffèrent sensible- 
ment. Le même phénomène se produit entre le 2. XII et le 8. XII, 
et ici les intensités photométriques sont plus fortes le 2. XII, 
tandis que l'œil note une lueur plus intense le 8. XII. Compa- 



LES LUEURS CREPUSCULAIRES DU CIEL 



247 





















































s\ 










hil 


ensit 


? vis 


uelle 








\\ 






3 


beau 






















1 


norm 


aJ 


/ 


'/^ 
















i 


Ule 




•Il 






\ 
























^ 














r 


r 


V 


y 


4" 


S' 


b' 




1 
1 
1 


\\ 






















» 


























\ 


























\ 
\ 






Lite 


151 te 














\ 


\ 




P^ 


\otoir 


étricj 


Lie 














\ 
























y 




























\ 






















\ ', 


\ 




















\ 


V, 


s^ 


\ 






















\ 
\ 





^ 


IM 


















N. - 




-~^^^ 


V 


Z.M 






















'"■^^ 


9. m 


S.XIL 





r 



?» 



A-' 



248 



LES LUEURS CREPUSCULAIRES DU CIEL 



rons enfin les valeurs de différentes belles soirées au moment 
où le soleil est à —4°, 5 sous l'horizon, et nous trouvons : 



! 22.VIII 18.x 


20.x 1 29. XI 2. XII 8. XII 


9.XU 


; 
Intens. photomét. 0,6 0,8 

» visuelle. . 1,5 , 4,0 


0,4 
1,8 


1,9 1,6 0,4 
3,5 2,3 2,6 


0,3 
2,4 



Il n'y a aucun rapport à établir entre ces deux intensités. 
Mais, ceci n'est pas étonnant, vu que la clarté générale du ciel 
se superpose à la lumière pourprée pour les lumières photomé- 
triques, tandis que l'intensité visuelle dépend au contraire de la 
différence de ces deux lumières. Peut-être sera-t-il possible de 
mesurer l'intensité relative (photométrique) de la lumière 
pourprée à la lumière générale du ciel et alors il sera plus aisé 
de contrôler les impressions tellement personnelles que produi- 
sent sur nos yeux les colorations si intéressantes du ciel crépus- 
culaire. 

Berne, 9 février 1914. 



COIVIPTE RENDU DE LA SEANCE 

DE LA 

SOCIÉTÉ SUISSE DE PHYSIQUE 

réunie à Bâle le 28 février 1914 



Président : M. le pi-of. P. Weiss (Zurich). 
Secrétaire : » H. Veillon (Bâle). 

Président. Partie administi'ative. — M. Laue. Sur les phénomènes d'inter- 
férences de rayons Rôntgen. — F. Himstedt. Sur la double réfraction 
électrique. — Braun. Sur une mesure en valeur absolue du champ rayonné 
par la tour Eiffel à Strasbourg. — H. Veillon. Quelques expériences de 
radiotélégraphie. — Edgar Meyer et Walther Gerlach. Sur l'eff^et photo- 
électrique de particules ultramicroscopiques aux basses pressions. — 
A. Einstein. Méthode pour la détermination de valeurs statistiques d'ob- 
servations concernant des grandeurs soumises à des fluctuations irrégu- 
lières. — Ed. Guillaume. Sur la vitesse de la lumière. — E. Ratnowsky. 
Sur la théorie électronique de la conductibilité électrique et calorifique. — 
0. Bloch. Sur une question de méthode dans l'enseignement de l'électi-o- 
technique générale. — A. Jaquerod. Diffusion du néon à travers le veri-e 
ordinaire. — P. Chappuis. Sur la dilatation du mercure. — R. ïriimpler. 
Nouvel instrument pour la détermination photographique des positions 
d'étoiles fondamentales. — H. Konen. a) Sur le rayonnement de réson- 
nance des vapeurs de S, Se, Te, P et As. — b) Sur les halos de lignes 
de séries des métaux alcalins. — J. de Kowalski. a) Sur une lampe à 
filament de tungstène utilisée comme source continue dans l'ultraviolet. 
— b) Sur les différents spectres du mercure du cadmium et du zinc. — 
F. V. Hauer. Sur quelques phénomènes de luminescence. — Matthies. 
Sur les relations entre la luminescence et l'ionisation. — Bernoulli. 
a) Dispositif pour engendrer des rayons restants et pour mesurer l'émis- 
sion d'après la méthode de Hagen et Rubens. — b) Une démonstration 
élémentaire de la formule de Planck. — H. Zickendraht. Recherches sur 
les détecteurs h contact. — Fortrat. Actions du champ magnétique sur 
les bandes spectrales. — M. Ziegler. Sur les propriétés magnétiques de 
la Pyrrhotine. — De Freudenreich. Sur l'aimantation initiale en fonction 
de la température. — G. Foex. Le pai'amagnétisme des cristaux. — 
Pierre Weiss. Alliages des métaux ferromagnétiques. — Cabrera, Guz- 
man et Moles. Etude magnétochimique des solutions de sulfate, de chlo- 
rure et d'azotate de nickel. — Albert Perrier. Remarques à propos de 
la nature du champ moléculaire. 

.ARcriivES, t. XXXVn. — Mars 191'». 18 



250 SOCIÉTÉ SUISSE DE PHYSIQUE 

M. Pierre Weiss souhaite la bienvenue à M. le prof. Braun, de 
Strasbourg- et à M. le prof. Himstedt, de Fribourg-en-Brisg-au 
qui ont aimablement répondu à l'invitation qui leur avait été 
faite. MM. les professeurs Lehmann et Konen par contre qui 
avaient annoncé des communications ont été retenus à la dernière 
heure. 

Sur la proposition du président la Société décide de participer 
à la publication des œuvres d'Euler par la souscription d'une 
cotisation annuelle de 20 fr. Malheureusement les finances de la 
Société ne lui permettent pas l'allocation d'une contribution plus 
élevée à cette entreprise si importante de la Société helvétique des 
sciences naturelles, mais elle espère démontrer du moins par cette 
décision tout l'intérêt qu'elle prend à la bonne réussite de cette 
œuvre. 

M. Laue (Zurich). — Sur les pliénoinènes d'interférence de 
rayons Rôntgen. 

L'auteur montre d'abord, comme faisant suite à la communica- 
tion qu'il a faite à la Société il y a une année, quelques clichés 
d'interférences obtenus avec du sulfate de nickel tétragonal et du 
béryl hexagonal. 

Il indique l'extension donnée à la théorie par M. Debye ^ qui a 
étudié l'influence de la température. Le résultat, très curieux au 
premier abord, que ni la position, ni la netteté des points d'intei- 
férence, mais que seule l'intensité est influencée par la tempéra- 
ture, se trouve complètement confirmé par l'expérience. D'après 
les recherches de M. de Brog-lie^, les points d'interférence de la 
tourmaline ne changent ni en position, ni en netteté, que l'on fasse 
l'expérience à la température de l'air liquide, à la température 
ordinaire ou à celle du rouge vif. D'après les recherches faites par 
l'auteur en collaboi-ation avec M. van der Ling-en ^, si l'on fait tra- 
verser par des rayons Rôntgen provenant d'un même tube, d'une 
part du sel g-emme à la température ambiante et d'autre part du 
sel gemme à 300° G, on obtient les fig-ures d'interférences plus 
inégalement vite dans le premier cas que dans le second. 

Pour finir, l'auteur montre et explique le modèle de constitution 
du diamant établi d'après les travaux de MM. W. H. et W. L. Bragg* 

> P. Debye, Verh. d. D. Physik. Ges., 1913, 15, 678 et 738. 

- M. de Broglie, Le Badium, 1913, 10, 186. 

^ M. Laue et van der Lingen, Fhys. Zs., 1914, 15, 75. 

' W. H. Bragg et W. L. Bragg, Proc. Boy. Soc, 1913, 89, 277. Un 
exposé d'ensemble de toute la question paraîtra en avril dans le Livre 
commémoratif de l'inauguration du nouveau bâtiment de l'Université de 
Zurich. 



SOCIÉTÉ SUISSE DE PHYSIQUE 251 

F. HiMSTEDT (Fribourg'-en-Brisg'au). — Sar la double réfrac- 
tion électrique. 

L'auteur indique les recherches qu'il a faites avec un inter- 
feromèti-e Zeiss-Rayleigh sur le CS, pour déterminer la variation 
de la vitesse de la lumière parallèlement et perpendiculairement 
aux lig'nes de force électriques. 

Il a trouvé, en concordance avec les résultats de Aeckerlein, que 
la lumière polarisée parallèlement aux lignes de force est accélé- 
rée tandis que, polarisée perpendiculairement, elle est retardée, 
donc, contrairement aux données de Kerr, que les deux compo- 
santes subissent une influence mesurable. Mais, tandis que Aec- 
kerlein, qui opérait avec des oscillations électriques, a trouvé la 

valeur — 2 pour le rapport -^ , l'auteur qui a opéré avec 

une tension constante, a trouvé — 4 pour ce même rapport. 

D'après l'auteur, il n'est pas possible de tirer de ces recherches 
des arguments pour ou contre l'une ou l'autre des théories en 
cours, bien qu'il n'eût pas été possible de déterminer exactement 
l'influence de l'électrostriction sur la double réfraction, un point 
dont l'importance a déjà été relevée par M. Voig"t, lors de la dis- 
cussion des recherches d'Aeckerlein. 



Braun (Strasbourg-). — Sur une mesure en valeur absolue 
du champ rayonné par la tour Eiffel à Strasbourg. 

• La méthode de mesure a été basée uniquement sur l'emploi de 
circuits fermés dont les dimensions linéaires sont petites par rap- 
port à la long-ueur d'onde X. (Par exemple, 3 X 3 m. pour 
X = 2200 m.). On peut alors, au moyen de tels circuits, détermi- 
ner le champ par portion. Ce qu'on mesure, c'est l'amplitude f^^ 
du vecteur mag-nétique ; de cette façon, le champ est complètement 
déterminé. Dans ces rechei'ches préliminaires, on a trouvé, par 
deux sortes d'observations difl^érentes : 

/"o = 0,36 . 10-^ gauss 
/ô = 0,41 . 10~^ gauss 

L'auteur croit que ces valeurs sont trop fortes. Si l'on prend 
provisoirement f^, = 0,3. 10 ^ g., on trouve, pour l'amplitude du 
champ électrique : 

c„ = 0,09 volt : mètre 

D'après des renseig-nements fournis par M. Ferrie sur les con- 
ditions d'émission à la tour Eiffel, on a pu calculer le champ f^, en 
faisant quelques hypothèses. On a trouvé ainsi 

/o = 0,6.10"^ gauss 



252 SOCIÉTÉ SUISSE DE PHYSIQUE 

L'auteur croit que cette valeur est trop faible. Elle a été calcu- 
lée dans l'hypothèse qu'il n'y a aucune absorption. Une chute du 
champ à peu près au quart et non à la moitié de la valeur calculée 
sans absorption, concorderait assez bien avec la théorie de Som- 
merfeld. 



H. Veillon (Bâle). — Quelques expériences de radiotélégra- 
phie. 

Grâce à l'entremise du Comité de la Société helvétique des 
sciences naturelles nous avons pu obtenir des autorités f'étiérales 
l'autorisation d'installer à l'Université de Bâle une station tle 
T. S. F. comprenant un poste récepteur et un poste transmetteur. 
Cette installation, encore modeste, a été faite par M. le D'' H. 
Zickendraht et par moi avec les moyens dont dispose l'institut de 
physique, et elle nous a permis déjà de reproduire, à titre d'essai, 
quelques-unes des expériences importantes relatives à la question 
des accouplements. Notre antenne réceptrice se trouve située sur 
le BernouUianum où se trouvent également nos appareils récep- 
teurs. Notre station expéditrice est située dans une autre partie de 
la ville, dans la centrale des horloges au Nadelberg, où se trouvent 
aussi les appareils de transmission. Une antenne formée d'un fil 
unique d'une centaine de mètres est tendue de là jusqu'à la flèche 
de l'église S'-Pierre. Des signaux furent donnés par ce poste et 
furent reçus par la station réceptrice où ils furent rendus visibles 
pour toute l'assistance au moyen d'un galvanomètre Einthoven 
à fil unique projeté sur un écran. Nous recommandons ce dispo- 
sitif très avantageux lorsqu'il s'agit de démonstrations de T. S. F. 
devant un auditoire. L'expérience que nous fîmes voir au sujet 
des théories de l'accouplement et de l'action des étincelles soufflées 
était celle-ci. 

L'antenne transmittrice est actionnée par un circuit oscillateur 
fermé avec accouplement mixte. On sait que dans ce cas il y a 
une action en retour de l'antenne sur le circuit fermé, ce qui 
donne lieu à deux groupes d'oscillations distinctes, de période et 
de longueur d'onde différentes qui se superposent. Nous fîmes 
voir en effet à l'auditoire que dans ces conditions on trouve deux 
positions distinctes de réglage des appareils de réception pour 
lesquelles il y a résonance, c'est-à-dire maximum d'écart du fil du 
galvanomètre. Si maintenant on remplace l'étincelle transmittrice 
ordinaire par une étincelle subdivisée en une série de très petites 
étincelles, par ce que l'on nomme une étincelle soufflée, la rupture 
de l'étincelle excitatrice devient si brève comme l'a fait voir 
M. Wien, que l'action en retour n'a plus le temps de se produire 
et que l'antenne ne vibre plus qu'avec une seule longueur d'onde. 



SOCIÉTÉ SUISSE DE PHYSIQUE 253 

Ayant donc remplacé l'étincelle ordinaire par une étincelle souf- 
flée, nous pûmes faire voir à l'assistance qu'il n'y avait plus qu'une 
seule position de rég-lag-e dans le poste récepteur donnant au gal- 
vanomètre un maximum. Les valeurs quantitatives montrèrent 
que, conformément à la théorie, la longueur d'onde unique dans 
ce cas est la moyenne entre les deux longueurs d'onde du cas pré- 
cédent, et en outre que l'amplitude de ^'oscillation devient nota- 
blement supérieure. 

A titre de seconde expérience on fit voir par le même dispositif 
de projection à tout l'auditoire la réception du signal horaire de 
11 heures donné par la Tour Eiffel. Dans le galvanomètre Ein- 
thoven la tension du fil est facilement réglable, ce qui permet 
nettement de distinguer les points des traits des signaux Morse. 

Ajoutons que notre antenne réceptrice pouvait au moyen d'un 
commutateur être reliée soit à un appareil ordinaire de réception 
contenant- un variomètre de Rendahl, soit à un appareil plus 
complet du système « Telefunken » permettant la réception de 
longueurs d'onde très grandes et très petites. 



Edgar Meyer et Walther Gerlach fTubingue). — Sur l'ejfet 
photoélectrique des particules ultramicrospiques aux basses 
pressions. 

Dernièrement, l'efTet photoélectrique sur des particules métalli- 
ques ultramicroscopiques a été découvert en même temps par 
M. A. Joffé ^ et par nous -. Comme résultat le plus remarquable, 
nous avions constaté qu'il était nécessaire de soumettre les parti- 
cules à l'ultra-violet pendant un temps fini pour qu'un électron 
fut émis. Nous avions donné le nom de « retard » à cette durée. 

On pourrait penser à identifier ce retard avec le « temps d'accu- 
mulation » de l'énergie que prévoit la théorie du rayonnement de 
Planck, c'est-à-dire avec le temps qu'il faut à un résonnateur 
pour absorber l'énergie A.v- Dans notre premier travail (loc. cit.) 
nous avions déjà indiqué les raisons que l'on peut donner contre 
cette manière de voir. Il nous a été possible de montrer, par une 
expérience directe, que le retard ne peut avoir qu'une signification 
secondaire et que, selon toute probabilité, il n'y a aucune relation 
de cause à effet entre l'effet photoélectrique proprement dit et ce 
retard. 

Dans ce but, nous avons mesuré le retard de la même particule 

' A. Joffé. Sizungsher. d. Bayer. Akad., 1913, p. 19. 
- Edgar Meyer et Walther Gerlach, Arch. tsc. phys. et nat , 1913, (4), 
35, 398. 

•"' M. Planck, Ann. d. Phys., 1912 (4), 37, 642. 



254 



SOCIETE SUISSE DE PHYSIQUE 



en fonction de la pression du g"az lorsqu'on maintient constante 
l'intensité de l'ultraviolet dans le condensateur de Millikan. Ces 
mesures ont montré que le retard T décroit en même temps que 
la pression p. 

L'exemple suivant se rapporte à une particule de platine, sup- 
posée sphérique, dont le rayon déterminé par la formule de Stokes 
est de 11,2.'I0~5 cm. 

N" 608. Pt. 



p 


T 


P 


T 


743mm 


18",8 


342mm 


5",2 


641 mm 
543mm 


15",1 

8",4 


240°"" 


5",3 


443mm 


6",9 


141mm 


5",1 



Pour chaque nombre. T est donné par la moyenne de 10 mesu- 
res indiquées en secondes. 

Il résulte donc bien de ces expériences que le g;"az a une influence 
sensible sur la g'randeur du retard. 

Par ces recherches et d'autres, nous avons été conduit à une 
explication basée sur la théorie cinétique des jaraz et qui semble 
très plausible. Ceci fera l'objet d'une publication ultérieure. 



A. Einstein (Zurich). — Méthode pour la détermination de 
valeurs statistiques d'observations concernant des grandeurs 
soumises à des fluctuations irrégulières. 

Supposons que la quantité y = F(/) (par exemple le nombre 
des taches solaires), soit déterminée empiriquement en fonction 
du temps, pour un intervalle très g-rand, T. Comment peut-on 
représenter l'allure statistique de y'I 

Une réponse à cette question, sug'g'érée par la théorie du rayon- 
nement, est la suivante. 

On suppose y développé en série de Fourier : 



y = m 



Kn cos Jin 



Les coefficients successifs A^ du développement seront, en g'ran- 
deur et en sig'ne, très différent les uns des autres et se succéderont 
de façon irrég'uliére. Mais si l'on forme la valeur moyenne 
k^n de A^n pour un intervalle A'î de n très g'rand, mais cepen- 
dant suffisamment petit pour que soit très pelit, cette valeur 
moyenne sera une fonction continue de n. 



SOCIÉTÉ SUISSE DE PHYSIQUE 255 

Nous l'appellerons l'intensité I de // correspondant à n. L'in- 

T 

tensité ainsi définie aura une période Q -^ -; nous la désignerons 

par I (6); le problème consiste à la déterminer. 
Un calcul simple doime : 



T T 

I{(i) = Â^, = ^, Il F(f)F(«) . cos nn ^-^ dndt 





T 



Il suit de là que la fonction I cherchée peut être déterminée, à 
un facteur numérique près, par la règle suivante : 

On choisit un intervalle de temps A et on forme la valeur 
moyenne : 

(1) m(j) = F(t)F(t + â) 

qui, pour la courbe donnée y , est une fonction caractéristique de 
A . Cette courbe tendra, pour de grandes valeurs de A , vers une 
limite, que l'on pourra rendre nulle par une translation convena- 
ble de l'axe des abcisses (axe des t et axe des A )• Alors on a : 



(2) 1(0) = I m{A) cosjr^ dA 







Pour effectuer l'intégration indiquée en (2"), on connaît déjà dès 
dispositifs mécaniques. Mon ami, M. P. Habicht, m'a montré en 
outre que la détermination des moyennes de (1) peuvent se faire 
aisément à l'aide d'un intégrateur mécanique de maniement 
facile. L'exécution pratique de la méthode semble donc n'offrir 
aucune difficulté particulière. 

Nous ferons encore remarquer qu'un intégrateur permettant 
de former des moyennes du type (1), peut aussi être employé pour 
répondre à la question suivante: Y a-t-il ou non entre deux gran- 
deurs F^ et Fg qui toutes deux sont déterminées empiriquement 
en fonction du temps, une relation de cause à effet? Si l'on forme 
en effet, 

m{A) = Y,{t)¥,{t + A) 

en fonction de A, on obtient pour9Jl(A) une droite horizontale 
s'il n'y a pas de relation de cause à effet. Si une telle rela- 
tion existe, sans un retard appréciable, on obtient une courbe 
qui, pour A = 0, possède un extremum. S'il y a retard appré- 
ciable, la courbe a un extremum correspondant à une autre 
valeur de A. 



256 SOCIÉTÉ SUISSE DE PHYSIQUE 

M. Weiss fait remarquer combien la méthode de M. Einstein 
rendra de services à la météorolog-ie très riche en matériaux qui, 
jusqu'à présent, étaient à peu près inutilisables. 



Ed. Guillaume (Berne). — Sur la vitesse de la hvnière. 

L'auteur rappelle brièvement la relation fondamentale qu'il a 
indiquée ici même {Archives, nov. 1913 et C. R., 8 déc. 1913), 
entre la vitesse de propag-ation de la lumière ou, plus g-énérale- 
ment, de l'énerg-ie, et le principe de Carnot. La seule thermody- 
namique permet en effet de démontrer que la vitesse de propa- 
(jation de la lumière ne peut pas être fonction uniquement de 
la vitesse de la source lumineuse. 

Soit v la vitesse de la source et c celle de la lumière par rapport 
à un môme observateur. On ne peut pas avoir uniquement : 

c = f{v) = Co + «îJ + yS«- + ... 

Pour le voir, on suppose la source en mouvement accéléré dans 
le sens de la propag-ation et l'on considère une « tranche » de 
rayon. La vitesse du front de la tranche étant inférieure à la 
vitesse de l'arrière, cette tranche diminue d'épaisseur à mesure 
qu'elle se propage. Il y a donc une condensation de l'énergie due 
à une cause purement cinématique. Elle ne peut être coTupensée 
par aucun travail fourni à la source même, car la résistance que 
celle-ci oppose au mouvement, ne peut être qu'une résistance à 
l'accélération, due à l'inertie de l'énerg-ie, et doit se retrouver 
constamment dans l'énergie de vitesse des particules lumineuse^. 
En d'autres termes, ce travail ne peut avoir une relation qu'avec 
les vitesses des particules, mais n'en peut avoir aucune avec la 
distribution de ces particules dans l'espace. Il en résulte que ces 
condensations de l'énergie ne sont compensées par aucun travail. 

Si, comme le fait remarquer M. Einstein, on reçoit ces conden- 
sations dans une enceinte imperméable, par une ouverture que 
l'on peut masquer et démasquer à volonté, un corps dans cette 
enceinte pourra prendre une température supérieure à celle de la 
source sans qu'il y ait une compensation concomitante. 

M. Langevin a établi une démonstration, un peu différente, de 
la proposition précédente, et l'a très obligeamment communiquée 
à l'auteur. Cette démonstration fera l'objet d'une publication ulté- 
rieure. 

Ainsi donc, en se basant uniquement sur la thermodynamique, 
on est conduit à rejeter toute théorie de l'émission simple, en par- 
ticulier une électrodynamique comme celle de Ritz. C'est là un 
argument sérieux en faveur de la théorie de Lorentz-Einstein. 



SOCIÉTÉ SUISSE DE PHYSIQUE 257 

L'auteur indique en outre deux résultats expérimentaux qui 
concordent bien avec cette conséquence théorique. 

Le premier concerne les expériences faites par M. Michelson 
touchant l'influence d'un miroir mobile sur la vitesse de la lumière. 
Ces expériences ont toutes donné un résultat nég-atil". 

Le second est fourni par les phénomènes optiques observés sur 
les étoiles doubles spectroscopiques, phénomènes qui excluent à 
peu près complètement toute dépendance entre la vitesse de la 
lumière et celle de ces étoiles, souvent très considérable. 



E. Ratnowsky. — Sur la théorie électronique de la conduc- 
tibilité électrique et calorifique. 

Nous n'avons pas reçu d'analyse de cette communication. 

0. Bloch (Berne). — Sur une question de méthode dans 
renseignement de VElectrotechnique générale. 

L'auteur désirerait rendre MM. les professeurs de Physique 
générale attentifs au fait que les règ-les de Kirchhoff ne sont que 
très rarement employées dans la littérature électrotechnique 
actuelle, bien que les dites règles soient d'une validité absolument 
générale, c'est-à-dire soient valables non seulement pour le calcul 
des réseaux de distribution, mais aussi pour le calcul des machi- 
nes. Elles sont à la base de la seule méthode vraiment rationnelle 
pour traiter aussi bien les machines à courant continu que les 
machines à courant alternatif. L'utilité de ces règles semblent 
tout à fait méconnue à ceux mêmes qui ont à calculer des machi- 
nes à courant alternatif, attendu que l'on ne trouve nulle part 
l'application systématique de ces règles pour l'établissement des 
diagrammes vectoriels. Bien plus, on rencontre souvent l'erreur 
qui consiste à croire que le caractère alternatif des grandeurs 
électriques envisagées, empêche l'emploi de flèches de sens inva- 
riables dans les schémas de courant alternatif, autrement dit on 
confond les « Jlèches de calcul >> exigées par les régies de 
Kirchhoff" et qui doivent être là pour indiquer le sens que ion 
prend comme sens positif, avec le sens physique des grandeurs en 
question : courant, f. é. m., flux, etc. 

C'est cette confusion qui a conduit à un mode d'exposition 
tronqué ne donnant que des calculs ou des diagrammes vecto- 
riels non en corrélation avec un système spatial, c'est-à-dire avec 
un « diagramme spatial » de la machine. 

Ce diagramme spatial est une représentation schématique de la 
machine envisagée, qui, en outre, indique les différents sens 
d'enroulement et comporte les dites flèches de calcul. Ce n'est que 
par un semblable diagramme spatial que la représentation ma- 



258 SOCIÉTÉ SUISSE DE PHYSIQUE 

thématique (analytique et g-éométrique) du pliénomène, qui con- 
cerne les relations entre les g-randeurs et leur variation dans le 
temps, peut être établi sans ambiguité. C'est sur ces considéra- 
tions simples que l'auteur est parvenu à établir une méthode 
permettant d'étudier des machines qui, jusqu'à présent, avaient 
semblé inaccessibles au calcul. Cette méthode sera exposée dans 
un travail qui paraîti^a prochainement. 



M. A. Jaouerod relate les essais qu'il a effectués en vue de 
déceler une diffusion du néon à travers le verre ordinaire. On 
savait déjà que ce gaz traverse à haute température une paroi de 
silice. Un mélange de néon et d'hélium, contenant environ les '/g 
de néon, fut introduit dans l'espace annulaire séparant deux am- 
poules concentriques, dont l'intérieure, en relation avec un tube 
de Plûcker, avait été soig-neusement évacuée. Les ampoules furent 
chauffées vers 290° dans un four à résistance, et le contenu du 
tube à étincelle examiné de temps à autre au spectroscope. Pen- 
dant longtemps, il ne fut possible de reconnaître que les raies de 
l'hélium ; mais après une chauffe ininterrompue de trois mois, la 
diffusion du néon peut être nettement décelée par l'existence, 
dans le spectre, de plusieurs des raies roug-es (entre autres 640.2, 
614.3, 609.5) et de la raie jaune D. (585.2). De plus, et bien que 
le tube à étincelles n'eût fonctionné que durant quelques minutes, 
un dépôt spéculaire se forma dans le voisinag-e des électrodes, par 
pulvérisation cathodique, ce qui est une preuve de plus de la pré- 
sence du néon. On connaît en effet l'intensité de la pulvérisation 
dans le g-az en question. 

M. Jaquerod présente ensuite, par projection, divers appareils 
de manipulation servant à l'enseig-nement de la mécanique à l'Ins- 
titut de physique de l'Université de Neuchâtel. 



P. Chappuis (Bâle). — Sar la dilatation du mercure. 

Messieurs Hug-h Callendar et Herbert Moss ont publié en 1911 
dans«Ies Pkilosophical Transactions ^ un travail important sur 
la dilatation du mercure. 

Ils appliquent à cette détermination la méthode absolue de 
Dulong- et Petit, sensiblement améliorée par Regnault dont les 
expériences sont bien connues de tous les physiciens. 

MM. Callendar et Moss tirent parti des ressources modernes de 
la technique et augmentent la sensibilité de la méthode par une 
très ingénieuse disposition de leur appareil. Tandis que Regnault 

' PMI. Trans. oftlieRoy. Soc. of London. Séries A, vol. 211, p. 1-32, 



SOCIETE SUISSE DE PHYSIQUE 



259 



mesurait la différence de niveau des ménisques d'une colonne 
chaude et de la colonne froide qui lui fait équilibre, Callendar met 
en série plusieurs couples semblables, reliés par des tubes d'acier 
horizontaux, remplis de mercure. On observe alors entre le pre- 
mier et le dernier la somme des différences de chaque couple. 

Les colonnes de mercure de Reg-nault avaient 1 m. 50 environ 
de hauteur. MM. Callendar et Moss emploient 6 couples de 2 m. 
de hauteur, ce qui donne une sensibilité 8 fois plus g-rande, de 
sorte qu'une différence de température de 100" produit environ 
205 millimètres de différence de niveau. 

M. Callendar résout élég-amment une difficulté qui avait embar- 
rassé Reg-nault. Les colonnes qui se tont équilibre sont reliées par 
des tubes qui doivent être rig"oureusement horizontaux, condition 
difficile à réaliser aux températures élevées. M. Callendar démon- 
tre qu'il suffit de rendre horizontal le tube émergent de la colonne 
chaude dans la partie où la température varie rapidement. Au 
sortir de la cuve chaude, les tubes de 1 mm.de diamètre intérieur 
traversent horizontalement une plaque de bronze dans laquelle ils 
sont soudés, puis un espace d'air de quelques centimètres, enfin 
une â'"® plaque munie de moyens de réglage, refroidie par une 
circulation d'eau. 

Les tubes d'acier qui contiennent le mercure sont placés dans 
des bains d'huile lourde de pétrole. Chaque bain est constitué par 
un cadre rectangulaire dans lequel la circulation continue du 
liquide est entretenue par la rotation d'une hélice. La température 
est mesurée par la variation de résistance électrique d'un fil de 
platine disposé le long- des colonnes de mercure. On a fait varier 
les températures de la colonne chaude entre — 10° et 300°. 

Les résultats de cette étude présentent un écart assez g-rand par 
rapport aux valeurs trouvées par moi au Bureau international des 
Poids et Mesures au moyen d'un grand dilatomètre de verre dur, 
c est-à-dire en mesurant directement la dilatation du mercure 
diminuée de la dilatation cubique du verre dur. 

Les dilatations trouvées et les différences sont : 





Chappnis 


Chappuis-Callendar 


10° 


1816,7 X 10-*' 


9,9 X 10-'^ 


20 


3633,6 


17,3 


30 


5451,2 


22,7 


40 


7270,4 


26,7 


100 


18255,1 


49,7 



La dilatation du verre dur avait été mesurée entre 0° et 100° 
sur le tube môme qui constitua ensuite le réservoir thermométri- 



260 SOCIÉTÉ SUISSE DE PHYSIQUE 

que. Poui' expliquer par une erreur dans la mesure de la dilata- 
tion linéaire du verre dur, l'écart de 49,7 millionièmes à 100°, il 
faudrait admettre une erreur de plus de 16 microns à 100°, ce qui 
n'est g-uère admissible. 

M. Callendar pense que le verre tiré en tubes peut présenter 
dans la direction de l'axe une différence de dilatation sensible par 
rapport à celle dans la direction perpendiculaire à l'axe. Cette 
explication ne me paraît pas suffisamment prouvée. 

D'ailleurs le même réservoir a été utilisé par moi pour déter- 
miner la dilatation de l'eau, et les valeurs obtenues ainsi pour 
l'eau concordent remarquablement avec celles que M. Thiesen ^ a 
trouvées par l'application de la méthode absolue. 

Mes résultats reçoivent en outre une confirmation par les me- 
sures faites sur la dilatation du mercure à la Reichsanstalt par 
MM. Thiesen, Scheel et Heuse comme le fait voir une note pré- 
sentée en 1912 à la Deutsche Pliysikalische Gesellschaft '. 

Il m'a paru intéressant de rechercher la cause des divergences 
sig-nalées entre les résultats de MM. Callendar et Moss et les 
miens. J'ai fait construire à cet effet un appareil assez semblable 
à celui de MM. Callendar et Moss, mais de dimensions réduites 
(1 m. de hauteur), au moyen duquel je voudrais d'abord étudier la 
dilatation du mercure entre 0° et 100°. 



R. Trumpler. — Nouvel instrument pour la détermination 
photographique des positions d'étoiles fondamentales. 

Pour la détermination des coordonnées sphériques des étoiles 
fondamentales, on n'a employé jusqu'à présent qu'une seule mé- 
thode : celle des observations méridiennes. Il semble cependant 
désirable d'avoir, pour ces déterminations, des méthodes diffé- 
rentes qui peuvent se contrôler mutuellement. L'auteur expose 
des recherches sur l'emploi d'observations de passag"es de hau- 
teurs pour la mesure des coordonnées d'étoiles fondamentales. 

La méthode consiste à observer les deux passages d'une étoile 
par un petit cercle ayant le zénith pour centre. Pour tous les 
points de ce cercle, la distance zénithale z est la même. Des épo- 
ques observées U^ et Ug des deux passages d'une étoile par ce 
cercle, on obtient les coordonnées a et ô de celle-ci, au moyen des 
formules : 



' Thiesen, Scheel et Diesselhorst, Wissenschaftliche Ahh. der Fhysi- 
kalisch-Technischen Reichsanstalt, Bd IIL s. 3. 

- Karl Scheel et Wilh. Heuse. Ueber die Wârmeausdehnung des 
Quecksilbers. Berichte d. deutschen Physik. Ges.. 1912, p. 139, Heft 3. 



SOCIETE SUISSE DE PHYSIQUE 



261 



a = h U 



C08Z = sin Ç3 sin ô + cos ç? cos ô cos i , < = 



U, - Ui 



où II désigne la correction horaire de l'horlog-e et œ , la longitude 
du lieu de l'observateur. Les 3 grandeurs u, s eirp sont les mêmes 
pour toutes les étoiles d'une même série d'observations. Elles 
jouent le rôle de constantes instrumentales. Si elles sont connues, 
on peut déterminer à l'aide des seules observations des époques de 
passage, les deux coordonnées d'une étoile. 

Pour la mise en pratique de la méthode, on a construit un 
instrument spécial qui porte le nom de « altotransit ». En prin- 
cipe, le dispositif de l'appareil est tel que des i-ayons venant d'une 
étoile, sont reçus dans une lunette, les uns directement, les autres, 
après réflexion sur un horizon mercuriel et sur deux miroirs plans 
croisés. La lunette consiste en un télescope à miroir. La marche 
des rayons est représentée par la figure ci-dessous. 




7^77777777777T77777777777777777Z 

ûnecjrsi^ierhari zont 

Les deux faisceaux de rayons donnent dans le télescope deux 
images de l'étoile. Pour une distance zénithale déterminée, ces 
images coïncident; z ne dépend que de l'angle entre les deux 
miroirs croisés. Au passage d'une étoile par le cercle de distance z, 
les deux images se meuvent en sens contraire et les observations 
du passage consiste à déterminer l'instant où les deux images 
coïncident. 

Pour écarter les erreurs personnelles, on a remplacé les obser- 
vations visuelles par la photographie. Les étoiles marquent des 
traces sur la plaque. Sur le chemin des ravons dans la lunette, il 



262 SOCIÉTÉ SUISSE DE PHYSIQUE 

y a une lame de verre planparallèle qui, par des contacts élec- 
triques actionnés par une horloge à balancier, reçoit un mouve- 
ment oscillatoire autour d'un axe vertical. Ce mouvement pro- 
voque des déplacements latéraux momentanés des images de 
l'étoile ; les traces sont, de ce fait, des lignes brisées et les som- 
mets des lignes correspondent aux battements des secondes de 
l'horloge. Par des mesures effectuées sur la plaque à l'aide d'un 
microscope, on obtient l'instant de passage cherché. Sur une 
même plaque, on peut prendre rapidement une série de traces les 
unes à côté des autres, en déplaçant un peu la plaque entre deux 
prises. Les premières recherches ont donné comme erreur moyenne 
d'une détermination : =h 0",25. 

Les avantages de l'altotransit sur les instruments méridiens 
consistent en ce que cet instrument n'exige pas une mise en position 
stable et que les observations se font symétriquement par rapport 
à la verticale. Il n'y a par suite aucune erreur due à la déforma- 
tion provenant de la pesanteur, comme la flexion dans les instru- 
ments méridiens. 

L'altotransit peut être aussi employé avantageusement pour la 
détermination de lieux géographiques, en particulier, de latitudes. 



H. KoNEN (Munster). — a) Sur le rayonnement de résonnance 
des vapeurs de S, Se, Te, P et As. (En collaboration avec 
M. Diestelmeier). 

Les recherches faites jusqu'ici sur le spectre de résonnance, ont 
conduit à admettre que toutes les vapeurs d'éléments qui ont une 
ligne d'absorption ou une absorption dans un spectre de bande 
résoluble en lignes, émettent, dans certaines conditions, un rayon- 
nement de résonnance. 

Pour vérifier cette hypothèse, les auteurs ont entrepris des 
recherches qui leur ont permis de mettre en évidence une fluo- 
rescence (rayonnement de résonnance) pour une série de corps 
(S , Se , Te , P et As) ayant un spectre de bande ^. Indépendamment, 
M. Steubing a trouvé la fluorescence des vapeurs de S, Se et Te, 
et l'a signalée ^. 

Des recherches préliminaires ont montré que cette fluorescence 
dépend, dans une grande mesure, de la pureté, de la densité et de 
la température de la vapeur étudiée. Des traces d'impureté ou de 
gaz étrangers l'affaiblissent. Il fallait donc prendre des précau- 
tions spéciales et les auteurs opéraient avec des tubes en quarz. 

On a constaté que l'intensité de la lumière fluorescente attei- 

' H. Konen, Leuchten der Gase und Dàmpfe, Braunschweig, 1913. 
- W. Steubing, Physih Zs., 1913, 14, 877-893. 



SOCIÉTÉ SUISSE DE PHYSIQUE 263 

acnait un maximum pour une température et une densité déter- 
minées. 

Les auteurs ont été conduits au résultat important suivant : Le 
rayonnement de résonnance trouvé et étudié par eux sur le 
S, le Se et probablement sur le Te, est lié à la diatomicité de 
la molécule. 

Dans les meilleures conditions, la résonnance de S, Se et Te, 
est faible quant à la lumière. Les recherches spectroscopiques sont 
difficiles. On employait un réseau. On se servait de plaques que 
l'on exposait plusieurs heures. 

Comme sources lumineuses excitatrices, on a employé l'arc 
entre charbons, fer, laiton, cuivre, arguent, lampe à amalg-ame de 
mercure, charbons avec sels différents, en particulier sels d'urane, 
des mélanges d'urane, de molybdène, etc., ainsi que les étincelles 
à haute tension, étincelles entre électrodes d'aluminium dans l'eau 
et enfin la lumière solaire. Ces différentes sources agissent très 
différemment. 

Une étude détaillée de ces phénomènes montre, en définitive, 
que la fluorescence de S , Se et Te possède, à un haut degré, les 
propriétés du rayonnement de résonnance de la vapeur d'iode. 

b) Sur les halos de lignes de séries des métaux alcalins. 
(En collaboration avec M. W. Theissen). 

MM. Gouy, Lenard, Leder et quelques autres expérimentateurs, 
ont observé, dans la flamme d'un Bunsen, une émission d'une 
nature particulière concernant les lig-nes des séries principales et 
secondaires de métaux alcalins, et à laquelle Lenard a donné le 
nom de halos (Hôfe). D'après ces expérimentateui's, ces halos 
sont indépendants des phénomènes d'élargissement proprement 
dits ; ils proviennent dune émission spéciale des deux côtés des 
lig-nes les plus intenses et forment, dans le bleu, le fond continu 
des spectres du Bunsen, connu et souvent décrit depuis Kirchhoft' 
et Bunsen. 

L'auteur avait déjà fait remarquer dans le livre 6 de spectros- 
copie de Kayser qu'il avait pu souvent observer directement ces 
halos, mais n'avait jamais pu les photog-raphier avec un réseau 
concave. Il en est résulté des doutes sur la réalité du phénomène, 
qui cependant ne pouvait pas être supprimé par les précautions 
proposées par Lenard et Leder. 

L'auteur a entrepris avec M. Theissen de former les spectres de 
flamme d'un grand nombre de sels alcalins ainsi que des métaux 
eux-mêmes à l'aide de dispositifs donnant une g-rande puissance 
lumineuse et d'étudier les halos et les fonds continus de ces spec- 
tres directement et photographiquement. Au moyen de plaques 
établies par l'auteur, il a été possible d'obtenir les specti^es de 



264 SOCIÉTÉ SUISSE DE PHYSIQUE 

flammes jusqu'à 1 jj, clans l'infra-rouge. Les auteurs ont ainsi 
trouvé quelques lignes de l'infra-roug-e non encore observées dans 
les spectres de flammes. On introduisait les sels, comme dans la 
méthode de M. Leder, à l'aide d'une petite coupelle en platine. 

Dans ces conditions, les halos étaient très nets à l'observation 
visuelle, aussi bien avec un réseau plan qu'avec des prismes. 
Bientôt il fut possible de les photog-raphier pour un g-rand nombi'e 
de lig-nes, tandis qu'on n'obtint aucun résultat avec un réseau 
concave. Mais, comme en photog-raphiant directement, sans .sys- 
tème dispersif, l'image de la fente, celle-ci présentait sur la plaque 
une auréole très semblable aux halos, les auteurs se sont demandé 
si les halos n'étaient pas simplement pi-oduits par des réflections 
et la diffusion de la lumière sur les lentilles, prismes, etc., de l'ap- 
pareil spectroscopique. 

Un grand nombre d'expériences de contrôle montrèrent que 
c'était bien effectivement le cas pour les dispositifs employés par 
les auteurs. Voici un exemple. Une forte flamme contenant du 
bromure de sodium donnait une belle ligne D entourée d'un large 
halo. On interposa entre la flamme et la fente, un tube à vide 
contenant du Na. Lorsqu'on chauflait le tube, la ligne claire du 
Na disparaissait pour une certaine densité de vapeur, sauf un 
bord très étroit. (L'inversion obtenue était très large). Dans la 
même mesure, l'intensité du halo diminuait, quoique la vapeur 
ne fut pas absorbante en dehors de la ligne D. Il faut en conclure 
que la lumière du halo est de même longueur d'onde que celle de 
la laie D, c'est-à-dire provenait de la lumière diffuse. 

On ne peut affirmer que cette explication soit valable dans tous 
les cas. Mais ni Gouy, ni Lenard, ni Leder n'ont déci'it les dispo- 
sitifs permettant d'éviter l'effet décrit ci-dessus. Donc jusqu'à 
preuve du contraire, on peut douter de l'existence d'une émis- 
sion différente de l'élargissement connu, dans le voisinage 
des lignes des spectres de flammes des métaux alcalins. 

L'étude attentive du fond continu d'un grand nombre de spectres 
de flammes de métaux alcalins, a conduit en outre à un résultat 
prévu, il y a plusieurs années déjà, par MM. A. Hagenbach et 
H. Konen sur des clichés de spectres de flammes à oxygène : les 
spectres de flammes continus du Bunsen, se composent, en réalité, 
de bandes diffuses, dont la position et la composition sont indé- 
pendantes du radical acide du sel utilisé et sont caractéristiques 
du métal employé. A cause du caractère diffus des bandes, une 
comparaison avec les spectres d'absorption des métaux alcalins 
n'a donné aucun résultat. 

Il ne s'en suit pas moins, ici aussi, que le fond continu n'a rien 
à voir avec les halos, mais repi'ésente, en réalité, un spectre de 
bandes du métal considéré. 



SOCIÉTÉ SUISSE DE PHYSIQUE 265 

J. DE KowALSKi (Fribourg). — a) Sur une lampe à Jilament 
de tungstène utilisée comme source continue dans l'ultra- 
violet. 

La lampe en question présentée par l'auteur est construite par 
la Société Siemens-Halske à Berlin. Elle se compose d'une am- 
poule de même forme que celle des lampes ordinaires, mais por- 
tant sur un côté un tube d'environ deux centimètres de diamètre 
sur lequel fut scellée une plaque de quartz bien transparent. Le 
filament de tung-sténe se trouve placé en res;'ard de la fenêtre de 
quartz; il a la forme d'une petite lamelle d'environ 1,5 mm. de 
larg-eur, recourbée en IJ. Cette lampe est construite pour brûler 
normalement sous le régime de 1,14 Watt par bougie, l'intensité 
étant de 9 à 10 ampères. Il était intéressant de mesurer jusqu'où 
le spectre d'émission de cette lampe pouvait s'étendre, lorsqu'on 
la chargeait à un régime plus fort. Il fallut pour cela faire brûler 
la lampe sous l'eau et une photographie spectrale présentée par 
l'auteur fait voir que de cette manière la lampe à filament de 
tungstène peut parfaitement être utilisée comme source continue 
dans l'ultraviolet. Pour un courant de 13,5 ampères, le spectre de 
la lampe s'étend jusqu'à environ 230 au,. 

Le régime de la lampe brûlant sous l'eau est le suivant : 

9 ampères 4,7 volts 

10,5 » 6,2 » 

12 » 7,8 » 

13,5 * 9,3 » 

Le maximum de noircissement pour les plaques employées 
(^Lumière, étiquette bleue) se trouvait vers X = 465 ulu,. 

b) Sur les différents spectres du mercure, du cadmium et 
du zinc. 

L'auteur décrit un dispositif permettant, au moyen de courants 
à haute fréquence, de produire dans une sphère en quartz éva- 
cuée et contenant des métaux purs (mercure, cadmium, zinc) un 
champ électromagnétique tel, qu'en faisant varier la pression de 
la vapeur métallique au sein du récipient, on obtienne des spectres 
très différents des métaux cités. 



M. Braun, à propos d'une question de M. Hagenbach, fait 
remarquer qu'à l'Institut de Physique de Strasbourg, plusieurs 
expérimentateurs ont fait des recherches pour voir si l'intensité 
d'une ligne spectrale déterminée dépendait de la fréquence du 
champ excitateur. Toutes ces recherches n'ont pu conduire à un 

Aroliivus, t. XXXVII. — Mars 19U. 19 



266 SOCIÉTÉ SUISSE DE PHYSIQUE 

résultat positif, bien que la période électrique fût variée clans de 
larges limites. 



F. VON Hauer. — Sur quelques p/iéno/nènes de lumines- 
cence. 

Pour étudier au point de vue énerg-étique les spectres de lumi- 
nescence, il est avant tout nécessaire de posséder un spectropho- 
tomètre à g-rande luminosité. L'auteur avait à sa disposition un 
semblable appareil, construit sur les indications de M. de Kowalski 
par la maison Schmidt et Haensch. Il faut dans ces appareils faire 
spécialement attention à ce que la lumière qui a traversé la fente, 
arrive effectivement à la pupille, ce qui n'exige pas une grande 
ouverture. Au-dessus du spectre de luminescence, on produit un 
spectre de comparaison, et un diaphragme permet de diaphragmé 
une portion quelconque du spectre. Le spectre de comparaison 
est fourni par une petite lampe à incandescence, dont la lumière 
est affaiblie par deux niçois. 

L'auteur a étudié avec ce dispositif quelques platinocyanures. 
La fluorescence était produite par une lampe à vapeur de mei'cure 
et à l'aide d'un monochromateur en quarz construit également 
par M. de Kowalski. L'auteur a trouvé ainsi que pour le platino- 
cyanure de rubidium, qui possède une bande large dans le spectre 
visible, la position du maximum de cette bande dépendait de la 
longueur d'onde de la lumière excitatrice. Tandis que le maxi- 
mum est en 970 jijjl lorsqu'on excite avec la ligne 4047 du Hg, ce 
maximum recule dans l'ultraviolet lorsqu'on prend les lignes de 
courtes longueurs d'onde du Hg, de sorte que la position exacte 
n'a pu être déterminée. 

L'auteur étudia ensuite la luminescence du phénantrène à la 
température de l'air liquide et trouva que sa phosphorescence 
momentanée produite par différentes longueurs d'onde, présente 
une bande large à croissance et décroissance très rapides et des 
bandes, dont quelques-unes étroites, à croissance et décroissance 
lentes. 

L'auteur espère de cette façon arriver à déterminer comment 
varie avec le temps la phosphorescence progressive, même pen- 
dant la croissance, où la phosphorescence momentanée trouble les 
observations. 

Des recherches visuelles préliminaires montrent que, probable- 
ment, les bandes visibles de la phosphorescence progressive du 
phénantrène, décroissent de la même façon ; ensuite, que le temps 
nécessaire à l'obtention de l'excitation maxima du phosphore, est 
indépendant de l'intensité de la lumière excitatrice. Ce résultat 
est toutefois en contradiction avec ceux que Lenard a obtenus 



SOCIÉTÉ SUISSE DE PHYSIQUE 267 

avec les combinaisons phosphorées des métaux alcalino-terreux. 
Ces mesures, qui viennent d'être commencées, se font à l'aide 
d'une cellule photoélectrique et un électromètre à corde d'Edel- 
mann. On peut employer trois méthodes différentes. On peut, 
avec Lenard, mesurer la charg-e de la cellule, qui est produite par 
l'énergie ravonnée à partir d'un moment donné jusqu'à l'extinc- 
tion, donc mesurer une somme d'éclairements, ou bien, on peut 
mesurer le courant produit par la lumière, en reliant à la terre, au 
moven d'une forte résistance, le fil anodique opposé à la surface 
métallique de la cellule, soit en mesurant le courant, directement 
à l'aide d'un oalvanomètre de g-rande sensibilité, ou en mesurant 
la chute de tension à l'aide d'un électromètre connecté aux extré- 
mités de la résistance. Cette méthode employée déjà par MM. El- 
ster et Geitel, a l'avantage que le courant mesuré donne directe- 
ment, à chaque instant, l'énerg-ie rayonnée. 



Matthies (Bâle). — Sur les relations entre la hiininescence 
et l'ionisation. 

L'auteur donne un résumé d'une série de recherches entreprises 
pour vérifier les bases expérimentales de quelques hypothèses 
connues, sur la façon dont la luminescence est produite dans les 
g-az et les vapeurs. Dans deux hypothèses, on suppose que l'exis- 
tence de centres électrisés libres, donc la conductibilité, joue un 
rôle essentiel pour la luminescence. Suivant 1' « hypothèse de sépa- 
ration » (« Abspaltung-shypothese »), l'excitation est produite par 
la perturbation causée dans l'équilibre intraatomique, par un élec- 
tron qui quitte l'atome ; suivant 1' « hypothèse de recombinaison », 
(« Rekombinationshypothese ») au contraire, par un électron qui 
s'unit à l'atome. Récemment, on a fait une autre hypothèse, sui- 
vant laquelle, dans les cas de luminescence sans conductibilité, il 
y a au moins un relâchement des électrons séparables. Ceci a été 
pi'ècisé par le fait que la tension d'ionisation d'un g^az lumineux 
est plus faible que celle d'un g-az non lumineux. 

1 . Gomme résultats certains des recherches faites sur différents 
phénomènes de luminescence, on doit considérer les faits suivants 
comme acquis : pour les flammes de Li, Na, K, Tl d'un bec Bun- 
sen, on ne peut déceler aucune influence, sur l'émission totale, 
d'un champ électrique écartant les centres électrisés. La sensibilité 
du. dispositif photométrique de Elster et Geitel, consistant en une 
cellule de K, a pu, par quelques précautions, être rendue suffi- 
samment g"rande pour que des chang-ements du rayonnement 
total de l'ordre de Viooo' eussent été mis en évidence d'une façon 
certaine. Le courant écartant les éléments électrisés était, dans 
chaque cas, déjà à peu près saturé. 



268 SOCIÉTÉ SUISSE DK PHYSIQUE 

2. Des recherclies effectuées jusque dans leurs plus petits détails 
sur la vapeur de mercure lumineuse, ont montré que l'hypothèse 
admise d'abord comme vraisemblable et suivant laquelle la recom- 
binaison jouait le rôle principal dans le phénomène, ne pouvait 
être conservée sans modifications essentielles lorsqu'on tenait 
compte de toutes les complications observées. L'hypothèse de la 
séparation ne peut en aucune manière être prise ici en considéra- 
tion, la luminescence coexistant avec la conductibilité." 

3. Avec les instruments électrométriques les plus sensibles, on 
ne peut constater aucune conductibilité dépendant de la fluores- 
cence pour les vapeurs d'iode, d'anthracène, de phénanthrène, de 
naphtazarine, de diphénylméthane et de mercure. A l'exception du 
mercure, la fluorescence était produite soit par la lumière solaire 
soit par un arc au fer ou au charbon parcouru par un courant 
allant jusqu'à 25 ampères. Dans les deux derniers cas, le tube se 
trouvait à environ 39 cm. de l'arc, dont le rayonnement était con- 
centré dans l'espace situé entre les électrodes par un condenseur 
de 10 cm. Une ionisation éventuelle dépendant de la fluorescence 
de la vapeur d'iode doit être certainement inférieure à \0—^'^ cou- 
lomb par cm. et sec. Comme, dans les vapeurs organiques, il faut 
un travail pour eng-endrer une densité de vapeur suffisante à haute 
température (entre 140° et 260° C), la limite, pour une conductibi- 
lité, ne peut pas être donnée de l'ordre de g-randeur de celle atteinte 
par l'iode, car la conductibilité du tube rempli de vapeur sans 
exposition au rayonnement, ne peut être rendue inférieure à 10^^* 
ou 10~^^. On peut donc affirmer ici avec sûreté seulement que 
l'intensité d'ionisation doit être inférieure à 10~^^ coulomb par 
cni^ et sec, si même il y a une conductibilité. 

4. On a pu prouver sûrement que l'ionisation de la vapeur de 
Hg' admise par d'autres, et accompagnant la fluorescence produite 
par la lumière ultra-violette n'existe pas à un degré appréciable. 
Par. l'emploi d'un quarz optique et de vapeur non saturée (tension 
de saturation de 1 5 à 20 mm Hg) et par exposition à un arc au 
fer ou à une lampe à vapeur de mercure, pour laquelle l'intensité 
de la lumière fluorescente est suffisamment grande pour permettre 
une démonstration à un auditoire moyen, l'ionisation en volume, 
dépendant éventuellement de la fluorescence, est certainement infé- 
rieure à 10—1^ coulomb par cm^ et sec. 

La tension entre les sondes de mesure pouvait être rendue bien 
supérieure à la tension d'ionisation, jusqu'à 220 volts et plus, 
sans que l'ionisation par chocs ou une augmentation appréciable 
de l'intensité du courant sous l'influence de la fluorescence, puisse 
être observée. De là, et d'une série d'autres observations directes, 
il faut conclure que la limite d'une conductibilité éventuelle se 
trouve probablement beaucoup en-dessous de celle indiquée. 



SOCIÉTÉ SUISSE DE PHYSIQUE 269 

o. Pour examiner l 'hypothèse du relâchement, on a déterminé 
la rigidité diélectrique de la vapeur d'iode dans l'état lumineux et 
l'étaf non lumineux par la méthode du condensateur de Bouty. 
Des différences supérieures aux limites d'eri^eur, environ 0,5*'/o, 
n'ont pu être constatées. A un résultat également négatif, ont con- 
duit des mesui-es faites avec un pont à courant alternatif très sen- 
sible, qui permettait de constater avec sûreté des changements de 
capacité de 1 : 10°. 

6. Dans la vapeur de mercure, on a mesuré la tension d'ioni- 
sation de l'électron à l'aide d'un dispositif semblable à celui 
emploj'é dans la méthode de Lenard. Cette tension fut trouvée 
pour trois tubes différents de 11, 8-12 volts, indépendamment des 
dimensions spéciales de l'appareil. 

Une série de mesures de la tension d'ionisation de la vapeur 
de Hg- fluorescente, n'ont donné aucune différence en dehors des 
limites d'erreur, environ 0,1 volt. 

Comme i^ésultat positif des recherches faites, on peut dire que 
la conductibilité d'un gaz n'intervient pas comme grandeur dans 
la luminescence. Pour l'hypothèse du relâchement, on n'a pu 
trouver aucune confirmation expérimentale avec la vapeur d'iode 
ou la vapeur de mercure. 

M. Braun désirerait faire quelques remarques aux résultats 
négatifs de M. Matthies et concernant des recherches en cours sur 
les questions analogues. Etant donné que la fluorescence doit être 
considéi'ée comme un phénomène sui yeneris (n'ayant aucun ana- 
losrue électrique ou mécanique), l'auteur a, à maintes reprises, 
cherché des relations entre la fluorescence et les phénomènes élec- 
triques concomitants. Mais, les résultats furent toujours nég-atifs. 
En particulier, il n'a pas été possible, malgré une méthode très 
sensible, de trouver un changement de conductibilité électrique 
par fluorescence, par exemple : dans une solution aqueuse non 
acide, faible toutefois, de sulfate de glycérine ainsi que dans une 
solution faiblement acide; ou bien dans des substances fluores- 
centes en solution organique. De même, des gaz ayant traversé 
des liquides fluorescents les plus différents, n'ont manifesté aucune 
trace d'ionisation, que le liquide ait été exposé à l'action des rayons 
solaires ou à celle d'une lampe à vapeur de Hg en quarz. Des 
recherches effectuées pour savoir si lors d'une réaction chimique 
entre des corps gazeux à la température ordinaire, il y avait une 
augmentation de la conductibilité, n'ont également conduit à 
aucun résultat. 

En ce qui concerne ces dernières recherches, voir Zeitschr. fur 
pJnjsik. Chemie, 1894, 13, 155. 



270 SOCIÉTÉ SUISSE DE PHYSIQUE 

BERNOuiLLi(Bâle). — a) Dispositif pour engendrer des rayons 
restants et pour ntesurer rémission d'après la méthode de 
Hagen et Rubens. 

Cette communication, qui concerne la description détaillée du 
dispositif, ne peut faire l'objet d'un court résumé. 



b) Une démonstration élémentaire de Informulé de Planck. 

Nous supposons que toute molécule qui possède des électrons 
de fréquence propre v, peut exister sous deux états physiques dif- 
férents. Dans l'état « actif», les électrons de la molécule peuvent 
émettre un rayonnement électromag-nétique : lumière et chaleur. 
Dans l'état « inactif)), il n'y a pas d'émission. Cet état sera une 
sorte de modification allotropique du premier. La nature du pas- 
sage d'un état à l'autre est supposée être tout à fait analogue au 
chang-ement de positions des atomes et des valences, qui accom- 
pagne le passage d'une combinaison à une combinaison isomère. 

Le passage de l'état inactif à l'état actif est supposé accompa- 
gné, pour chacun des électrons individuellement, d'une certaine 
quantité d'énergie proportionnelle à la fréquence propre de l'élec- 
tron, le facteur de proportionnalité étant une constante univer- 
selle h. (Hypothèse I). 

Soient, pour la température absolue T, k espèces différentes de 
résonnateurs de fréquences v^ . v„ , ...; vie (électrons ayant une 
fréquence déterminée v*)- A la température d'équilibre T, il y aura 
en moyenne à l'état actif, n^ résonnateurs de fréquence v^ , n^, de 
fréquence Vg » etc. Si, enfin, on désigne par H'^ , H'^ , . . . , H'fc les 
énergies totales par unité de volume des différentes espèces à l'état 
actif, lorsque l'équilibre thermique est atteint, et par H^ , H^ , . . . , 
Hfc< les énergie totales à Fétat inactif, on aura, en vertu du pre- 
mier principe et de l'hypothèse I, pour la relation entre la fré- 
quence et la chaleur de la transformation isomère de l'état inactif 
à l'état actif : 



(1) 



H'i = H, + liUiVi 
H'2 = Ho + /inoVo 

Wk = Ht + hnkVk 



Cette énergie, nécessitée par la transfoT-mation, est supposée 
employée uniquement à compenser le travail des forces molécu- 
laires. On suppose que celles-ci ne dépendent pas de la tempéra- 
ture, mais uniquement de la configuration, c'est-à-dire, se com- 
portent, au point de vue thermodynamique, comme des forces 
électriques, magnétiques et gravitiques. (Hypothèse H). Nous 
avons ainsi les travaux : 



(2). 



SOCIÉTÉ SUISSE DE PHYSIQUE 271 



'^1 = H'i — Hi = hn^Vi 
^2 = H', - Ho = hn.V2 



'S;, = H' A: — Ha = h)ii<Vk 



Cette énerg-ie libre gag-née par le système, ou la somme équi- 
valente 

k 

'^ = h y mvi. 



est celle qui devrait être fournie au syst^ème pour le faire passer 
isothermiquement et d'une façon réversible, d'un état complète- 
ment inactif à un état d'équilibre correspondant à la tempéra- 
ture T, c'est-à-dire pour amener à l'état actif respectivement les 
n^ , «2 , . . . , njfc résonnateurs des k espèces différentes. Or, cette 
énergie peut encore se calculer d'une autre façon, à savoir à 
l'aide de la loi d'action des masses, c'est-à-dire, indirectement, 
à l'aide du second principe. 

Soient C\, C\, . . . , C'fr les concentrations des différentes espèces 
en équilibre à l'état actif q\. C^ , Cg , . . . , Cfc, les concentrations à 
l'état inactif, on a, en désignant par R la constante des gaz par- 
faits et par x le nombre de molécule-grammes en jeu : 

k 

(3) © = - x^T log ^l^^-^ • ; ; g = - xRT 2 log ^ 

La quantité "S prise avec le signe contraire, représenterait donc 
le travail maximum que l'on peut gagner en faisant passer l'unité 
de volume de notre système de l'état d'équilibre où il y a n^ réson- 
nateurs de fréquence v^ , n^, de fréquence Vg » etc. qui rayonnent, 
isothermiquement et d'une façon réversible à l'état inactif, de sorte 
qu'il n'y ait plus de rayonnement émis puisqu'il n'y aurait plus de 
résonnateur capable d'en émettre. 

En combinant les équations (21) et (3), on trouve : 

k k 

(4) h 2 «'^' = «RT 2 log ^' 



Comme le nombre des facteurs au numérateur et au dénomina- 
teur de (4), est le même, il n'y a pas un déplacement de l'équilibre 
lorsqu'on effectue un changement virtuel de volume, car en substi- 
tuant les masses aux concentrations, les volumes s'éliminent. Les 
concentrations de chaque espèce sont donc proportionnelles aux 



272 SOCIÉTÉ SUISSE DE PHYSIQUE 

masses, donc aussi proportionnelles aux énergies intenses H'^ , . 
H'fc, H^ , . . . , Hfc de celles-ci. On a ainsi : 



(5) 

ce qui donne pour (4), en tenant compte de (1) : 

H', ^^ xn , /. . H', - HA 



Cl 


H', 


C'.> 


H's 


C'k 


Wk 


c, 


" H, 


' c. 


~ Ho ' • 


•■ Ck 


~ m 



(6) 



2 n,v^ = xUT 2 log ^ = ^RT 2 log (^ +. 



H, 



Si maintenant nous introduisons la constante /c =: — . où N est 

N ' 

la constante d'Avog-adro, et si nous remarquons que l'égalité (6) 
n'est valable pour une fréquence ve quelconque correspondant à 
la température du système, que si chaque summande du premier 
membre est égal au summande correspondant du second, nous 
obtiendrons en tenant compte de 

œR = N ^ Ui, 

l'expression : 

hriiVi 



hv, = A;T log ( 1 + jj^ 

que l'on peut encore écrire, en supprimant l'indice 

H _ - _ hv 

(7) 9ï ~ " ~ 1^^ 



C'est la formule de Planck pour l'énergie d'un résonateur dans 
l'état d'équilibre statistique, car 

H 

= u 

n 

n'est pas autre chose que l'énergie moyenne d'un résonnateur de 
fréquence v- 

On a ainsi établi la formule du rayonnement de Planck, d'une 
façon élémentaire mais rigoureuse, en partant de prémisses sim- 
ples ; on a, du même coup, toutes les formules spéciales qui en 
dérivent, et cela, sans jamais avoir à supposer une structure dis- 
continue du rayonnement et sans introduire une énergie au zéro 
absolu. 



SOCIÉTÉ SUISSE DE PHYSIQUE 273 

H. ZicicENDRAHT (Bâle). — Recherches sur les détecteurs à 
contact. 

L'auteur a, suivant le procédé de Tissot, établi un grand 
nombre de caractéristiques de détecteurs à contact différents. En 
ce qui concerne l'action redressante de la surface de contact de 
deux conducteurs convenablement choisis, on trouve que la nature 
des conducteurs comme celle ilu contact, jouent un rôle impor- 
tant. On a tenté de donner une imag-e des phénomènes dans le 
détecteur en se basant sur la théorie de la conductibilité électrique 
de certains cristaux, établie par Kônig'sberg'er. Entre deux con- 
ducteurs au contact sans contrainte, on imag'ine une paroi « semi- 
perméable », qui laisse facilement passer les électrons dans une 
direction mais pas dans l'autre. Cette paroi « semi-perméable » est 
produite par les deux couches d'électrons (de densités différentes), 
qui doivent se trouver, suivant la théorie électronique des conduc- 
teurs solides, sur les deux corps à conduction métallique. Une 
partie de la conductibilité du détecteur peut être ramenée à la loi 
d'Ohm. Il s'y superpose l'action redressante, conséquence de la 
paroi semi-perméable et ainsi, on peut exprimer la caractéristique 
par la formule : 

i = AV + BV- + CV^ 

donnée par Brandes. (/ courant, V tension, A, B, C constantes). 



FoRTRAT (Zurich). — Actions du champ magnétique sur les 
bandes spectrales. 

Les bandes spectrales ont paru long-temps insensibles au champ 
mag-nétique; Dufour le premier a montré que certaines d'entre 
elles présentent un effet Zeeman du même g-enre que celui donné 
par la raie D^ du sodium. J'ai pu montrer depuis en étudiant 
d'autres bandes bien résolues qu'il n'y a pas de relation simple 
entre la g-randeur de ces doublets et la grandeur du triplet normal. 

L'année dernière, à la séance de printemps de notre société, j'ai 
décrit une transformation tout à fait différente : les raies du 
deuxième g-roupe de l'air étaient toutes déplacées, j'avais reconnu 
la proportionnalité des déplacements au carré du champ, mais je 
n'avais pas réussi à trouver d'autre loi g-énérale et en particulier 
pas de parenté entre les différentes raies d'une même série, c'est 
que le phénomène principal est la simplification des triplets qui 
constituent ces bandes : 

Dans un camp croissant les composantes latérales du triplet .se 
rapprochent de la composante centrale en devenant diffuses ; à 
partir du moment où elles l'ont rejointe, elles ne se déplacent 
plus, l'ensemble devient seulement de plus en plus fin. 



274 SOCIÉTÉ SUISSE DE PHYSIQUE 

Les Iriplets des bandes se classent en plusieurs séries qui appar- 
tiennent à deux g'roupes différents : tous subissent la même trans- 
lormation, mais on ne peut observer la simplification que sur les 
plus serrés. 

Les triplets de la bande verte du carbone se comportent de 
façon identique. 

Les doublets d'un g-rand nombi'e de bandes sont ég-alement sim- 
j)lifiés de façon analog'ue : les deux composantes se rapprochent 
lune de l'autre en devenant d'abord de plus en plus diffuses, 
({uand elles sont venues en contact, elles ne se séparent plus et la 
raie résultante devient de plus en plus fine. J'ai constaté cette sim- 
plification sur les doublets de la bande verte du carbone, la bande 
violette des carbures d'hjdrog-éne, les bandes du g-roupe nég'atif 
de l'air, et la bande violette du cyanog'ène. 

Description quantitative. Comme je l'ai déjà indiqué ce n'est 
pas le déplacement de chaque raie qui est caractéristique du phé- 
nomène, mais le resserrement du doublet ou du triplet. On com- 
prend aisément que le resserrement se fait plus lentement quand 
le g-roupement de raies est déjà notablement rétréci, puisqu'il 
cesse quand la largeur est nulle : il existe néanmoins une gran- 
deur qui peut caractériser la sensibilité du doublet ou du triplet. 

Soit n sa largeur, S/i son resserrement dans le champ H, y,^ 

reste constant tant que le groupe a une largeur supérieure au 
'/g de la largeur initiale. On peut donc prendre cette g-randeur 
comme définition de la sensibilité du g'roupement, et son étude 
conduit à des résultats intéressants. 

Il faut d'abord disting-uer entre les séries rég-ulières et les séries 
irrégulières de doublets ou de triplets. J'ai eu plusieurs fois l'oc- 
casion de dire ici que les bandes spectrales ne sont pas très régu- 
lières et que la loi de Deslandres se rapportant aux raies succes- 
sives d'une même série n'est qu'approchée, elle est compatible 
avec une variation assez irrég-ulière de l'écart des doublets ou des 
triplets successifs. 

\° Considérons d'abord seulement les parties des bandes où 
cette variation est la plus rég-ulière, on constate que tous les tri- 
plets de l'azote quel que soit leur écart, quelle que soit la bande 
à laquelle ils appartiennent, ont la même sensibilité au champ. 
Bien plus, cette sensibilité est aussi la môme pour tous les triplets 
de la bande verte du carbone. 

Pour les doublets je n'ai pu faire de mesure que sur une série 
régulière, celle de la bande violette du cyanog'ène. 

2° Dans une série qui n'est pas tout à fait rég-uliére, les groupe- 
ments anormalement larg-es ou étroits ont une sensibilité anorma- 
lement grande ou petite, de sorte que le champ commence par 



SOCIÉTÉ SUISSE DE PHYSIQUE 275 

diminuer les discontinuités et produit ainsi une rég-ularisation. 

Autres phénomènes. Ces phénomènes mag-nétooptiques ne 
sont pas les seuls que les bandes manifestent, j'ai observé des 
dédoublements dissymétriques; les doublets auxquels ils donnent 
naissance peuvent venir aussi de doublets naturels dont les deux 
composantes se différencient en s'écartant; dans un champ crois- 
sant la composante violette s'estompe et dans un cas (raie 3147 de 
l'Az) j'ai pu la suivre jusqu'à sa disparition, à ce moment l'inten- 
sité totale se retrouve dans la raie fine qui reste seule. Enfin j'ai 
observé des cas où les raies deviennent diffuses ou bien se 
déplacent. 

Des recherches analog-ues poursuivies à Meudon ont donné des 
phénomènes encore plus divers, mais j'espère qu'il sera possible 
d'y reconnaître plusieurs phénomènes simples dont ils sont peut- 
être la combinaison. 

Conclusion. Nous voyons donc que les bandes i^éputées long-- 
temps insensibles au champ magnétique donnent au contraire 
une variété considérable de phénomènes. Je n'ai pu dégager de 
loi un peu générale que pour l'un d'eux. 11 semble pourtant que 
tous ont en commun la propriété de rendre les bandes plus sim- 
ples et plus l'égulières : des raies qui se classent mal se déplacent, 
ou disparaissent, des raies multiples deviennent simples soit par 
la réunion des composantes soit par la disparition progressive de 
l'une d'elles. 

Au point de vue pratique, ces phénomènes sont appelés à rendre 
de grands services pour le classement des raies de chaque bande 
et même pour le classement des bandes. 

Au contraire il sera difficile de savoir quelle peut être leur 
importance théorique tant qu'on n'aura pas acquis par de plus 
longues recherches une vue d'ensemble plus complète. 



M. ZiEGLER (Zurich). — Sur les propriétés magnétiques de 
la Pyrrhotine. 

En partant de la théorie de M. P. Weiss sur les propriétés 
magnétiques de la pyrrothine, l'auteur a étudié ce cristal, de la 
température ordinaire à la tempèratui-e de disparition du ferro- 
magnétisme. 

Soient N^ , Nj , Nj les coefficients d'aimantation suivant les 
3 axes orthoganaux principaux du cristal, I^ , I^ , I3 les compo- 
santes de l'intensité d'aimantation, et H^ , H^ , H3 les composantes 
du champ suivant ces axes. On a alors d'après M. Weiss : 

H, + N,I, H., + NJo H, + î^sTg 



276 SOCIÉTÉ SUISSE DE PHYSIQUE 

On ne peut mesurer que les différences entre les coefficients. 
De ceux-ci, l'auteur a étudié l'influence de la température sur 
n — Nj^ , N^ , — Ng et /i — Nj . Voici le résultat : 

Les différences n — N^ et N^ — N^ sont indépendantes de la 
température, tandis que la différence n — N^ augmente avec 
la température vers le point de Curie. 

Il semble donc que, dans une direction perpendiculaire au 
plan magnétique, la susceptibilité décroisse avec la tempéra- 
ture. 



De Freudexreigh. — Sur l'aimantation initiale en fonction 
de la température. 

Cette communication ne nous est pas parvenue. 



G. FoEx. — Le Paramagnétisme des cristaux. 

Dans sa théorie cinétique du paramag-nétisme des cristaux, 
M. Weiss a montré que la moyenne des trois coefficients d'aiman- 
tation principaux k^, k^ , k^ d'un cristal suit la loi de Curie. 

En développant la théorie de M. Weiss on trouve que, aux tem- 
pératures élevées, chacun des coefficients d'aimantation principaux 
varie, en fonction de la température, suivant la loi : 

fci(T - ai) = C 

où C est la constante de Curie qu'aui'ait le corps s'il était à l'état 
gazeux, «j est une constante en relation avec la structure du cris- 
tal et telle que, entre les a relatifs aux trois directions principales, 
existe la relation : 

O, + «2 + «3 = 

A basse température, dans le cas où a est positif, k varie plus 
vite que ne le voudrait la loi de Curie, moins vite dans le cas con- 
traire. 

Si, aux actions cristallines, s'ajoutent des champs moléculaires 
définis, pour une certaine direction 1 par la relation Hm = Nj^I , 
dans laquelle N^ est une constante et I l'aimantation, la moyenne 
des coefficients d'aimantation, aux températures élevées, obéit à 
la loi : 

ft.(T - 0) = C 

N + N J- N 
dans laquelle 6 = C ^ — ^ — ^ D , D étant la densité de la 

substance. 



SOCIÉTÉ SUISSE DE PHYSIQUE 277 

La théorie permet de se faire une idée de la loi de variation de 
km en fonction de la température aux basses températures. On 
trouve ainsi des formes de coui'bes qui rendent très bien compte 
des écarts à la loi de Curie observés à basse température. 

Pour le système cubique, la théorie montre que la loi 

fcm(T - 0) = C 

doit se vérifier jusqu'aux plus basses températures. Les expé- 
riences de MM. Kamerlingh Onnes et Oosterhuis sur le platine 
confirment entièrement cette conséquence de la théorie. 

M. le prof. Pierre Weiss montre que l'on peut déduire de 
l'étude des alliae;-es des métaux ferromagnétiques entre eux, la loi 
suivant laquelle l'action qui produit le champ moléculaire varie 
avec la distance. On trouve dans un certain nombre de cas bien 
étudiés une loi de variation du coefficient du champ moléculaire 
avec la teneur qui conduit à une action en raison inverse de la 6™® 
puissance des distances des molécules entre elles. 

L'action mag-nétisante de contact, découverte par Maurain en 
1901 aune i^rande parenté d'aspect avec le champ moléculaire. 
En les supposant identiques de nature on trouve pour la loi de 
variation l'inverse de la puissance 5,5 de la distance. Ceci est 
d'accord, au deg-ré de précision des mesures et des calculs, avec la 
loi déduite des alliag-es. 

Un mémoire détaillé sur ces questions touchant à la nature du 
champ moléculaire vient de paraîti'e dans les deux derniers 
numéros des Archiver. (Voir ci-dessus p. 105 et p. 201). 

M. Weiss présente aussi, au nom de MM. Cabrera Guzman et 
Moles, une étude inagnétochimique des solutions de sulfate, 
de chlorure et d'azotate de nickel. Ce travail paraîtra pi'ochai- 
nement dans les Archives, 



Albert Perrier. — Remarques à propos de la nature du 
champ moléculaire. 

A la suite de la dernière communication, M. Perrier fait remar- 
quer que l'interprétation des propriétés des mélang-es d'oxyg-ène et 
d'azote liquides étudiés à Leyde avec M. Kamerlingh Onnes a 
conduit tout récemment à admettre pour l'oxygène un champ 
moléculaire démagnétisant variant à peu près comme la densité 
(_inverse du cube des distances des molécules), mais qu'il n'y a pas 
opposition entre ce résultat et celui de M. Weiss puisqu'il s'agit 
de substances et de champs différents, — Toutefois cela pourrait 



278 SOCIÉTÉ SUISSE DE PHYSIQUE 

conduire à penser que le champ positif et le champ nég-atif soient 
d'orig-ines ou de natures différentes. On peut trouver d'autres rai- 
sons parlant dans ce sens, ainsi le fait que V augmentation du 
moment magnétique des molécules (nombre des magnétons) sans 
discontinuité de la susceptibilité doit nécessairement être accom- 
pagnée d'une diminution du champ moléculaire (au sens alg'é- 
brique : champ positif diminué, champ négatif augmenté en valeur 
absolue) ; l'hypothèse d'un champ nég-atif lié à l'existence des ma- 
g-nétons donc très g-énéral et superposé à un champ positif dans 
des cas plus rares serait une des imag-es possibles et commodes 
pour rendre compte de ces faits ^ 

' M. G. Foëx veut bleu me communiquer qu'il est arrivé à des induc- 
tions analogues par des considérations différentes. 



BULLETIN SCIENTIFIQUE 



PHYSIQUE 

A. RiGHi. La nature des rayons X. (Extrait di Scientia. Vol. XV, 
8""^ année (1914), N. XXXIII-1 ). Traduction française du texte 
italien. 

C'est le discours d'inaug-uration pour le premier Congrès italien 
de Radiologie qui a eu lieu à Milan le 12 octobre '1913, lu par le 
Professeur Righi, Président honoraire du Congrès. « Heureuse- 
ment, a dit l'illustre savant, je ne me suis pas trouvé embarrassé 
dans le choix du sujet à traiter ; car, dans ce même champ de 
recherches, dans lequel a été faite la découverte des rayons mer- 
veilleux, que vous employez savamment pour le bien de l'huma- 
nité, on a obtenu dans ces derniers mois, je pourrais dire même 
dans ces dernières semaines, des résultats nouveaux et très impor- 
tants, qui permettent de soulever en partie le voile de mystère 
qui nous a caché jusqu'à présent les phénomènes découverts par 
Rôntgen ». Righi, qui a été le premier en Italie à étudier les effets 
électriques produits par les royons X, après un rapide résumé 
historique de leur découverte, introduit la discussion sur leur 
nature à l'aide d'exemples, aptes à rendre facilement intelligible, 
même pour les non-physiciens, le phénomène des ondulations et 
surtout celui de la diffraction de la lumière. Cela, lui permet de 
décrire ensuite les récentes expériences faites à Munich par les 
physiciens Laue, Friedrich et Knipping, qui à l'aide d'écrans en 
plomb on fait pénétrer un seul faisceau très mince de rayons X 
dans un cristal de sel gemme, et le recevant sur une plaque pho- 
tographique, on put constater la production sur celle-ci, non pas 
seulement une tache noire due à l'action directe du faisceau de 
rayons X, mais un certain nombre d'autres taches d'intensités 
différentes, distribuées d'une manière régulière correspondant 
aux symétries de structure du cristal. Après avoir décrit d'autres 
expériences, mis en corrélation et discutés tous les résultats, le 
professeur Righi conclut ainsi : « L'hypothèse, suivant laquelle 
les rayons X ont la même nature que les rayons lumineux, et sont 
ainsi une manifestation d'ondes électromagnétiques se propageant 
dans l'éther, est la conséquence la plus log-ique qu'on puisse tirer 
des faits nouveaux. Son utilité est incontestable, car elle pourra 
servir de guide pour des recherches nouvelles et même conduire 
ainsi à des résultats importants ». Th. T. 



280 BULLETIN SCIENTIFIQUE 



CHIMIE 

F. Kehrmann, a. Oulevay et F. Régis. Dérivés du benzo-2-3- 

CARBAzoL ET DU BENZO-3-4-CARBAZOL. (Bcr. (l. Deiitsch. cheni. 

Ges.,\. 46, p. 3712-3723; laboratoire de chimie org-anique de 

l'Université de Lausanne). 

Les auteurs ont étudié les dérivés nitrés du benzo-2-3-carbazoI 
dont ils décrivent une combinaison mononitrée F à 248° à 
laquelle ils attribuent la formule de constitution : 

NO^ NH 




puis des combinaisons dinilrée et pentanitrée. 

Le benzo-2-3-carbazol fournit avec les chlorures de p- et de 
m-nitrodiazobenzène en présense dacide acétique des combinai- 
sons dont la premiei'e f. vers 300° et dont la seconde en aig-uilles 
fines et roug-eâtres f. vers 224°. Ullmann avait obtenu par distil- 
lation sèche du phénylazimidonaphtalène du benzo-3-4-carbazol ; 
les auteurs en répétant cette expérience sont arrivés à la conclusion 
qu'il se forme en même temps une petite quantité du dérivé 2-3 et 
que d'autre part dans la décomposition pyrogénée de la phényl-^- 
naphtylamine il ne se forme que le dérivé 2-3 à l'exclusion du 3-4. 
Les auteurs ont préparé encore un certain nombre de dérivés 
nouveaux de ce même benzo-2-3-carbazol ainsi que de son 
isomère en 3-4. Ils n'ont obtenu avec ce dernier qu'un dérivé 
niojionitré qui paraît toujours se former comme produit principal 
dans la nitration. 



F. Kehrmann et A. Bohn. Sur le carbonate d'oxonium ; commu- 
nication préliminaire. {Ber. d. Deutsch. chein. Ges., 1914, 
t. 47, p. 82-84. Laboratoire de chimie organique de l'Univer- 
sité de Lausanne"). 

L'éther triméthylique de la fluoresceine, préparée au moyen de 
la crésorcine et de l'anhydride phtalique, fournit un chlorure 
facilement soluble et de saveur amère. Si on traite à 0° la solution 
aqueuse et saturée de ce sel, par un courant d'anhydride carbo- 
nique et que l'on mélange le produit obtenu avec un volume ég-al 
d'une solution préparée en ag-itant le sel avec une dissolution 
aqueuse de bicarbonate de potasse saturée à 0° d'acide carbonique, 



CHIMIE 281 

il se dépose des cristaux jaune d'or, dépourvus de chlore et de 
bicarbonate et qui additionnés d'acide chlorhydrique dég-agent 
en abondance de l'acide carbonique. Ce composé est un carbo- 
nate d'oxoniam ; sa solution aqueuse chauffée à l'ébuUition 
laisse déposer un précipité blanc, cristallin, constitué pour la plus 
grande partie de la lactone correspondante, qui s'est formée par 
élimination du groupe COOCH^. Le chlorure de l'éther méthy- 
lique de la diméthyljlaorescéine se comporte d'une manière 
analogue, mais le carbonate formé est moins stable, il se décom- 
pose facilement déjà à la température ordinaire en lactone ou 
carbinol correspondant. 



H. VON Krannichfeldt. Note sur l'acide acéto-salicylioue. 

(Ber. d. Deiitsch. chem. Ges., 1914, t. 47, p. 156-159. Institut 

chimique de l'Université de Berne). 

La constitution de l'acide acéto-salicyliqiie, préparé autrefois 
par Bialorewski et Nencki, n'avait pas encore été déterminée. 

L'auteur a trouvé que cet acide correspond à la formule : 

COCH 



(T 



COCH^' 

En effet, distillé avec de la chaux, il fournit la p-oxy-acéto- 
phénone et en même temps, par élimination partielle de l'acétyle, 
du phénol. L'auteur en décrit en outre quelques dérivés nouveaux 
tels que: l'acide acétosalici/l-acétique, écailles jaunes F. à 179" 
et son éther éthyliqae, F à 70-71° ; Véther méthylique de l'acide 
acétosalicyliqiie. aiguilles blanches, F. à 152°; Véther éthyliqae 
de l'acide niéthyl-acéto-salicylique, aiguilles prismatiques, 
jaune pâle, F. à 41-42° et Véther méthylique correspondant, 
aiguilles fines et blanches, F. à 96°. 



Archives, t. XXXVH. — Mars 191'». 



LISTE BIBLIOGRAPHIQUE 

(les Travaux de Chimie faits en Suisse 



1913 

Septembre 

•218. Abelin (S.) und Stiner (O.}. Die Einwirkung' des ultravio- 
letten Lichtes auf das Komplement des Meerschweinchen- 
serums. Bern. Univ.-Inst. zur Erforschung- der Infektions- 
Krankheiten. — Zeitsc/ir. Imnmnitàtsforschiing 19. 1. 

219. AcKEHMANN (Edwin). Kritische Studie iiber die von Paul 
Forschner verôffentlichte Arbeit : Refraktion und Polari- 
sation des Chlorcalciuaiserunis der Milch. Genf. — ScJiweiz. 
Wochenschr. 51. 553. 

220 . AsHER (Léon) und Sollberger (Hans). Beitrâg-e zur Physio- 
lo^-ie der Driisen. Fort^esetzte Beitrâg'e zur Lehre von der 
Funktion der Milz als Organ des Eiweissstoffwechsels. 
Ueber die Kompensationsvorg-ânçe nach Milzexstirpation. 
Bern. Physiol. Inst. der Univ. — Biochem. Zeitschr. 
55. 13. 

221. BoROWSKi (Waclav^). Recherches sur les systèmes binaires 
volatils : formation du chlorure de méthyle. Thèse. Genève 
(Dr Baume). 

222. Briner (E.) et Kuhne (A.). Sur le mécanisme de la forma- 
tion de l'acide sulfurique dans les chambres de plomb. 
Genève. — Comptes rendus 157. 448. 

223. Dhéré (Ch.) et Ryncki (L.). Sur l'absorption des rayons 
visibles et ultraviolets par les pii^ments carotinoïdes. Fri- 
bourg-. — Comptes rendus 157. 501 . 

224. DuToiT (Paul) et Duboux (Marcel). Dosag-e des acides tar- 
trique, malique et succinique du vin. Lausanne. — Bull, 
de la Soc. chimique 13. 832. 



LISTE BIBLIOGRAPHIQUE, ETC. 283 

225. El-Dib (Mohamed). Sur l'emploi du nitrate de chaux syn- 
thétique dans l'industrie chimique. Thèse. Genève (Prof. 
Guye). 

226. FiEDLER (Franz). Die Einwirkung- von Semicarbazid auf 
Hydroxamsàuren. Dissert. Base! (Prof. Rupe). 

227. FuLLER (Harry Victor). Beitrâçe zur Gasanalyse. Dissert. 
Zurich (Prof. Treadwell). 

228. Germann (Albert F.O.). Revision de la densité de l'oxyg-ène. 
Contribution à la détermination de la densité de l'air à 
Genève. Thèse. Genève (Prof. Guye). 

229. GiGON (Alfred) und Massini (Max). Muskulatur und Gly- 
colvse. Basel. Allg-emeine Poliklinik. — Biochem. Zeitschr. 
55." 189. 

230. Grieshaber (Fritz). Elektrolysen in ammoniakalischer Lô- 
sung". Dissert. Basel (Prof. Fichter). 

231 . Hatt fJean Daniel). Synthèse stark verz\veie;'teraliphatischer 
Verbindung-en. Dissert. Zurich (Prof. Willstâtter). 

232. Hauswirth (A.). Ein neues apparatloses Formaldehyd-Ver- 
dampfuno-sverfahren. Bern. Institut fur Hyg-iene. — Deut- 
sche med. Wochenschr. 39. 1878. 

233. Kaufmann (Adolf) und Dandliker (P.). Ueber eine Syn- 
thèse der Chinaldin- und Isochinaldin-sâurenitrile. Genf. 
Univ. Lab. fur org-an. Ch. — Berichte 46. 2924. 

234. Kaufmann (Adolf), Dandliker (Paul) und Burckhardt 
(Hans). Ueber Chinolyl-Ketone. Genf. Univ. Lab. fiir 
org-an. Ch. — Berichte i^. 2929. 

235. Kaufmann (Adolf) und Huber (Max). Lîeber die Um.wand- 
lung" der Chinatoxine in Chinaketone und deren Reduktion 
zu den Alkaloiden der Chinarinde. Genf. Univ. Lab. fiir 
org-an. Ch. — Berichte 46. 2913. 

236. Kehrmann (F.) und Cordone (Marcelien). Ueber das 16. 
und 17. Isomère des Rosindulins. Lausanne. Org-an. Lab. 
der Univ. — Berichte 46. 2974. 

237. Kehrmann (F.) und Havas (E.). Kurze Bemerkung- zu 
unserer Mitteilung- iiber Phenazin. Lausanne. — Berichte 
46. 2820. 

238. Kehrmann (F.), Havas (E.) und Grandmougin (E.). Zur 
Kenntnis der Farbsalze der Azin-Farbstoffe. Lausanne. 
Organ, Lab. der Univ. und Miilhausen. Organ. Lab. der 
Chemie-Schule. — Berichte 46. 2802. 



284 LISTE BIBLIOGRAPHIQUE 

239. Kehrmann (F.) und Nossenko (Olg-a). Ueber Nitro-Deri- 
vate des Thiodiphenylamins. Lausanne. Org-an. Lab. der 
Univ. — Berichte 46. 2809. 

240. Kerkovius (Wilhelm). Ueber das Tetramethyl-cyclo-hepta- 
trien. Dissert. Basel (Prof. Riipe). 

241 . KuNTNER (Josef). Zur Kenntnis der Salz- und Lackblldung- 
bei Oxyanthrachinonen. Dissert, Zurich (Prof. Pfeifîer). 

242. Leepin (Robert). Zur Kenntnis der p-Dialkyldioxychinone 
und der Pipitzahoïnsâure. Dissert. Basel (Prof. Fichter). 

243. Lenzinger (Eduard). Ueber den Einfluss der Konstitution 
auf das Drehung-svei^môg-en optisch-aktiver Substanzen. 
Disserf. Basel (Prof. Rupe). 

244. Mayor, (A.) et Wiki (B.). Un principe actif de l'ergot de 
seig-le, lapara-oxyphényléthylamine. Genève. — Revue méd. 
de la Suisse romande 33. 661. 

245. Messerli (Hermann). Ueber die Resorptionsgeschwindig"- 
keit der Eiweisse und ihrer Abbauprodukte im Dïmndarm. 
Bern. Physiol. Inst. der Univ. — Biochem. Zeitschr. 
54. 446. 

246. MiGEwicz (Stanislaus). Ueber die Oxydation des Diphe- 
nyl- und Di-p-ditolylaniins. Dissert. Lausanne (Prof. 
Kehrmann). 

247. PiCTET (Amé) und Malinowski (Stanislas). Ueber die Ein- 
wirkung" von Acetal auf Tetraliydro-papaverin. Genf. Or- 
g-an. Lab. der Univ. — Berichte 46. 2688. 

248. Reichinstein(D.). Zusammenhang'zwischen elektrolytischen 
und rein chemischen Vorgâng-en. Zurich. — Zeitschr. 
Elektroch. 19. 672. 

249. Schwimmer (Ernst). Sur quelques dérivés du métlioxy-l- 
acètyl-amino-4-benzène. Thèse. Genève (D'' Ferrario). 

250. Spengel (Adolf). Ueber Aluminiumnitrid und Beryllium- 
nitrid. Dissert. Basel (Prof. Fichter). 

251 . VioLLiER (Raoul). Contribution à l'étude de la réaction de 
l'oxyde et du protoxyde d'azote avec les hydi-ates alcalins. 
Thèse. Bellinzona (Prof. Guye). 

252. WuNDER (M.) und Thuringer (V.). Bestimmung des Palla- 
diums mit a-Nitroso-|3-Naphtol und Trennung desselben 
von Kupfer und Eisen. Genf. — Zeitschr. anal. Ch. 
52. 737. 



J 



DES TRAVAUX DE CHIMIE FAITS EN SUISSE 285 

•253. WuNDER (M.) und Thuringer (V.). Zur Analyse der Pla- 
tinerze. Genf. Lab. fur anal. Ch. der Univ. — Zeitschr. 
anal. Ch. 52. 740. 

254. WuNDER (M.) et Thuringer (V.). Réponse à l'article de 
M. le D"" G. Holtz : Sur quelques anomalies observées dans 
l'analyse des minerais de platine de l'Oural. Genève. Lab. 
de ch. anal, de l'Univ. — Ann. ch. phys. 30. 164. 



Octobre 

255 . Allemann (0.). Beitrâg-e zur Kenntnis der wissenschaftlichen 
Grundlas;-en der Kâsefabrikation mit besonderer Berûcksich- 
tig-ung- der Verwendung- von sog-. Kunstlab bei der Her- 
stellung- von Emmentalerkàse. Liebefeld-Bern. Schweiz. 
milchwirtschaftl. Anstalt. — Molkerei-Zeitung 23. 446. 
457. 505. 517. 541. 553. 

256. Baragiola (W. L) und Boller (W.). Sog^enannle alkohol- 
freie Weine des Handels. Wàdenswil. Schweiz. Versuchs- 
anstalt. — Zeitschr. Unters. Nahrungsmittel 26. 369. 

257. Barladean (A. G.). Aqua destillata in pharmazeutischer 
und medizinischer Praxis. Bern. Botan. Inst. der Univ. — 
Schweiz. Wochenschr. 51. 645. 661. 

258. Bart (Heinrich). Ueber den Einfluss der Stellung* doppelter 
Bindung-en auf die Stàrke org'anischer Sâuren und Basen. 
Dissert. Basel (Prof. Fichter). 

259. Battelli (F.) und Stern (L.). Untersuchung-en ûber die 
Atmung- zerriebener Insekten. Genf. Physiol. Inst. der 
Univ. — Biocheni. Zeitschr. 56. 35. 

260. Battelli (F.) und Stern (L.). Intensitàt des respiratori- 
schen Gaswechsels der Insekten. Genf. Physiol. Inst. der 
Univ. — Biochein. Zeitschr. 56. 50. 

261 . Battelli (F.) und Stern (L.). Die Tyrosinoxydase, die 
Polyphenoloxydase und die Oxydone bei den Insekten. 
Genf. Phvsiol. Inst. der Univ. — Biochem. Zeitschr. 
56. 59. 

262. Baudisch (Oskar). Ueber das chemische Verhalten anorg^a- 
nischer, stickstoffhaltig-er Pflanzen-nahrungsstoffe g-eg-en- 
ûber dem Sonnenlicht. — Vierteljahrsschr. der naturj. 
Ges. in Zurich 58. 10. 

263. Baudisch (Oskar). Ueber Nitrat- und Nitritassimilation. 
Zurich. — Zeitschr, angew. Ch. 26. 612. 



286 LISTE BIBLIOGRAPHIQUE 

264. Bernoulli (E.). Untersuchung-en ûber die Wirkung- der 
Bromsalze. Basel. Pharmakol. Inst. der Univ. — Arch. 
exper. Pathol. 73. 355. 

265. BisTRZYCKi (A.) et Rvncki (Léon). Contribution à l'étude 
de la décarbonylation dans les composés oracaniques. — 
Mémoires de la Soc. fribourgeoise des Se. nat. 3. 139. 

266. BoRNAND (M.). Etude comparative de quelques réactions 
pour la recherche des nitrites dans les eaux potables. Lau- 
sanne. Lab. cantonal. — Travaux ch. alirn. 4. 285. 

267. Braune (H.). Ueber die hemmende Wirkung- kleiner Was- 
sermeng-en bei der Diazoessigesterzersetzung in alkoholi- 
schen Lôsung-en. Zurich. Techn. Hochschule. — Zeitschr. 
physikal. Ch. 85. 170. 

268. Cloetta (M.) und Waser (E.). Ueber die Beziehungen 
zwischen Konstitution und Wirkung- beim alicyclischen Te- 
trahydro-(3-naphthylamin und seinen Derivaten. Zurich. 
Pharmakol. Inst. der Univ. — Arch. exp. Path. 73. 398. 

269. CoNSTAM (E. J.) und Schlapfer (P.). Ueber Treibôle. 
Zurich. Prûfungsanst. fiir Brennstoffe an der techn. Hoch- 
schule. — Zeitschr. deiitsch. Inyenieure 1913. 1489. 

270. Dhéré (Ch.) et Burdel (A.). Sur l'absorption des rayons 
visibles par les oxyhémocyanines. Fribourg. — Comptes 
rendus 157. 552. 

271 . DoROGi (Ludwig- Karl). Ueber Wasserreinigung mit Ba- 
ryumaluminat. Dissert. Zurich ^^Prof. Bosshard). 

272. Ephraim (Fritz). Ueber die Natur der Nebenvalenzen. Der 
Einfluss des Anions auf die Bestândig-keit komplexer Ka- 
tionen. Bern. Anorg. Lab. der Univ. — Berichte 46. 3103. 

273. FiCHTER (Fr.). Die elektrolytische Oxydation des Toluols. 
Basel. Anorg. Abt. der chem. Anstalt. — Zeitschr. Elek- 
troch. 19. 781. 

274. Fischer (Philipp). Ueber die Halochromieerscheinung-en 
ung-esâttig^ter Ketone. Dissert. Zurich (Prof. Pfeiffer). 

275. GuERLNi (B.V Volumétrie physico-chimique de précision 
avec les conductivités comme indicateur. Thèse. Lausanne 
(Prof. Dutoit). 

276. Herzfeld (E.). Ueber Indolbildung- bei der alkalischen 
Hydrolyse der Eiweisskôrper. Zurich, Chem. Lab. der med. 
Univ.-Klinik — Biochem. Zeitschr. 56. 82. 



DES TRAVAUX DE CHIMIE FAITS EN SUISSE 287 

277. Herzfeld (E.). Ueber eine quantitative Tryptophanbestim- 
mung-smethode. Zurich. Chem. Lab. der med. Univ.-Kli- 
nik. — Biochem. Zeitschr. 56. 258. 

278. Kehrmann (F.\ Zur Beurteilung- der Mitteilung-en H. v. 
Liebig's iiber Resorcin-beuzein und Fiuorescein. Lausanne. 
Org-an. Lab. der Univ. — Berlchte 46. 3028. 

279. Kehrmann (F.). Konstitution und Farbe. Lausanne. Organ. 
Lab. der Univ. — Berichte 46. 3036. 

280. Kehrmann (F.) und Berg (Richard). Ueber die Aether und 
Ester des Oxv-hydrochinonphthaleins. Lausanne. Org-an. 
Lab. der Univ. — Berichte 46. 3020. 

281 . Kehrmann (F.) und Cordone (Marcelien). Ueber Anilino- 
chinone und Azin-Derivate derselben. Lausanne. Organ. 
Lab. der Univ. — Berichte 46. 3009. 

282. Kehrmann (F.) und Ringer (Ferd.). Ueber die Konstitu- 
tion des Dinitro-tliiodiphenylamins von Mohlau, Beyschlag- 
und Kôhres. Lausanne. Org-an. Lab. der Univ. — /?e- 
r/c/j^e 46. 3014. 

283. KoESTLER (G.). Milchbeurteilung- nach deni spezifischen 
Gewicht des Chlorkalziumserums. Riitti-ZoUikofen. Ber- 
nische Molkereischule. — Schiveiz. Milch - Zeitung 
39. Nr 284. 

284. KoHLscHUTTER (V.), Frank (E.) uud Ehlers (C). Die For- 
men des Arsens. Ueber das g-raue und braune Ar.sen. Bern. 
Anorg-. Lab. der Univ. — Anna/en 400. 268. 

285. LiFSCHiTZ (J. ). Ueber die polychronien Salze von Oxinnido- 
ketonen. Zurich. Chem. Lab. der Univ. — Berichte 
46. 3233. 

286. Mayer (ErnstV Zur Kenntnis der Acetylacetonate der sel- 
tenen Erden. Dissert. Zurich (D'' Jantsch.) 

287. Peter (A.). Zur Frag-e der Labbereitung-. Riitti-ZoUikofen. 
Bernische Molkereiscliule. — Molkerei-Zeitung 23. 493. 

288. Reiewska (Hélène). Dosag-e de quelques sulfures métalli- 
ques par volumétrie physico-chimique. Thèse. Lausanne 
(Prof. Dutoit). 

289. Ryncki (Léon). Contribution à l'étude de la décarbonyla- 
tion dans les composés org-aniques. Thèse. Fribourg" 
(Prof. Bistrzycki). 

290. Schuppli (Otto). Beitrâge zum Abbau des Phytols. Dissert. 
Zurich (Prof. Willstâtter). 



288 LISTE BIBLIOGRAPHIQUE 

291 . SoBEL (L.). Esterbestimmung' in Spirituosen. Basel. Oeffentl. 
Lab. — Schweiz. Wochenschr. 51. 613. 

292. Strzyzowski (Casimir). Zur Bestimmung- von Urineiweiss 
auf zentrifugalem Weg-e. Lausanne. Univ. -Lab. furphysiol. 
Gh. — Zeitschr. physiol. Ch. 88. 25. 

293. Thôni (J.). Ueber Raumdesinfektionsversuche mit dem 
Apparat Fortschritt. Bern. Bakteriol. Abt. des schweiz. 
Gesundheitsamtes. — Mitt. Lebensniittehinters, 4. 315. 

294. TscmncH (A.). Die Enzyme in ihrer Bedeutung f'iir die 
Pharmakog-nosie. Bern. — Apotheker-Zeitung 28. 866 
und Pharm. Post 46. 805. 

295. TuNMANN (0.). Kleinere Beitràge zur Pflanzenmikrochemie. 
Bern. — Pharm. Zentralhalle 54. 1065. 

296. TuNMANN (0.). Mitteilung-en aus der Pflanzenmikrochemie. 
Bern. — Apotheker-Zeitung 28. 771 und Pharm. Post 
46. 837. 

297. Verda (A.). La présence de l'acide borique dans les cendres 
du safran. Lugano. — /. suisse de chimie 51. 631. 

298. Werner (A.) und Basyrin (M.). Ueber die optisch-aktiven 
Dimethyl - bernsteinsâuren. Zurich. Univ. -Lab. — Be- 
richte 46. 3229. 

299. WoLFSLEBEN (Georg). Ueber den Einfluss der Constitution 
auf das Drehung-svermôigen optisch-aktiver Substanzen. 
Dissert. Basel (Prof. Rupe). 



]\oveiubre 

300. Arragon (Ch.) und Bornand (M.). Die Kontrolle Eier- 
teigw^aren mit Hilfe eines Eiereiweissfâllenden Serums. 
Lausanne. Kantonal. Lab. — Cliem.-Zeitung 37. 1345. 

301 . Barladean (A. G.). Biologische Prûfung- des destillierten 
Wassers auf Reinheit. Bern. Botan. Inst. der Univ. — 
Schweiz. Wochenschr. 51. 679. 693. 709 und Pharm. 
Zentralhalle 54. 1035. 

302. Baume (G.). Remarques sur le mécanisme de la réaction 
chimique. Genève. — Archives des Se. phi/s. et nat. 
36. 439. 

303. Baume (Georg-es). Sur quelques applications physico-chimi- 
ques de l'équation de répartition de Maxwell-Berthoud. 
Genève. — Comptes rendus 157. 774. 



DES TRAVAUX DE CHIMIE FAITS EN SUISSE 289 

304. Berthoud (A.). Formule de Maxwell g-énéralisée. Neuchâ- 
tel. Lab. de phys. de l'Univ. — /. ch. phys. 11. 577. 

305. Briner (E.) et Boubnoff (N.). Réactions chimiques dans 
les systèmes g-azeux fortement comprimés; étude spéciale 
de la décomposition de l'oxyde d'azote. Les réactions dans 
un système homog-èneg-azeux et les faux équilibres. Genève. 
Lab. de ch. techn. et théor. de l'Univ. — /, ch. phys, 
11. 597. 

306. Cardoso (E.) et Germann (A. F. O.). Tensions de vapeur 
de l'acide chlorhydrique. Genève. Lab. de ch. théor. de 
l'Univ. — /. ch. phys. 11. 632. 

307. Chodat (R.) und Schweizer (K.). Ueber die desamidierend» 
Wirkuna;' der Tyrosinase. Genf. — Biochem. Zeitschr. 
57. 43o. 

308. CoRDONE (Marcelien). Contribution à l'étude des isorosindu- 
lines. Thèse. Lausanne (Prof. Kehrmann). 

309. DuLTRA (Mig-uel F.). Détermination de l'hydrolyse par 
volumétrie physico-chimique. Thèse. Lausanne (Prof. 
Dutoit). 

310. DuToiT (Pierre). Sur les hyposulfites cupro-alcalins. Lau- 
sanne. Lab. de ch. phys. de l'Univ. — J . ch. phijs. 11. 650. 

311. Eglin (Walther). Zur Kenntnis der isomeren mono- und 
dibromierten Rhodamine. Dissert. Zurich (Prof. Ceresole). 

31 2 . Estreicher (Tad.). Ueber den Schmelzpunktdes Sauerstoffs. 
Freibure;-. IL chem. Inst. der Univ. — Zeitschr. physikal. 
Ch. 85.' 432. 

313. Germann (F, O.). Revision de la densité de l'oxyg-ène; den- 
sité de l'air de Genève. — Comptes rendus 157. 926. 

314. Grob (Walter). Ueber Methoden zur Analyse von Hydro- 
sulfit. Dissert. Zurich (Prof. Bosshard). 

Si 5. Grunkraut (AdolfV Ueber die Glykolate der seltenen 
Erden. Dissert. Zurich (D"^ Jantsch). 

31 6 . Guggenheim (M.). Dioxyphenylalanin, eine neue Aminosâure 
aus Vicia faba. Basel. Physiol.-chem. Lab. der Firma 
F. Hoffmann -La Roche und Cie. — Zeitschr. physiol. 
Ch. 88. 276. 

317. Haar (Anne Wilhelm van der). Untersuchunjgen in der 
Famille der Araliaceae, speziell ûber die Glukoside und 
Oxydasen. Dissert. Bern. 

318. Halpern (David). Ueber Ring-schlûsse unter Austritt von 
Nitrog-ruppen. Dissert. Zurich (Prof. Werner). 



290 LISTE BIBLIOGRAPHIQUE 

319. Heinen (Ludovic). Electroréductlon du phosphate disodique 
par le courant alternatif. Thèse. Genève (Prof. Duparc). 

320. HiRscHFELD (L.) und Klinger (R.). Immunitâtsprobleme 
und Gerinnung'svorç;âng"e. Zurich. Hyg". Inst. der Univ. — 
Zeitschr. Iminunitàtsforschung 20. 51. 8i . 

321 . JoYE (Paul). Spectres de réflexion de quelques composés du 
praséodyme. Fribourg. — Archives des Se. phijs. et nat. 

36. m. 

322. Kaufmann (Willy). Quantitative Indol- und Indikanbe- 
stimmung-en im menschlichen Harne. Dissert. Zurich 
(D' Herzfeldj. 

323. KuHNE (Alfred). Etude d'un four électrique de laboratoire à 
résistance de charbon. La décomposition du carbure de 
calcium et sa formation à partir des éléments. Thèse. Ge- 
nève (Prof. Guye et D'" Briner). 

324. Marchand (E.\ Tension superficielle et complexité molécu- 
laire du chlore. Neuchâtel. Lab. de phys. de l'Univ. — 
/. ch. phys. 11. 573. 

325. NiEMAND (Fritz). Ueber optisch-aktive Kobalt-Ammoniake. 
Dissert. Zurich (Prof. Werner). 

326. NiGGLi (Paul). Einig-e vorlàufige hydrothermale Synthesen. 
Zurich. Phys.-chem. und mineralog. Inst. — Zeitschr. 
anorg. Ch. 84. 31 . 

327. Ott (Erwin). Ueber die Ketonspaltung- bei p-Lactonen 
und ihre Anwendung- zur Synthèse der Ketene. Zurich. 
Chem. Inst. der techn. Hochschule. — Annalen 401. i59. 

328. Pfeiffer (P.) und Kramer (E.). Zur Kenntnis der Nitro- 
tolane. Zurich. Chem. Univ.-Lab. — Berichte 46. 3655. 

329. Pictet (Amé) et Bouvier (Maurice). Sur la distillation de la 
houille sous pression réduite. Genève. — Comptes rendus 
157. 779. 

330. Pictet (Amé) und Bouvier (Maurice). Ueber die Destina- 
tion der Steinkohle unter vermindertem Druck. Genf. 
Org-an.-chem. Lab. der Univ. — Berichte 46. 3342. 

331 . Plischke (Richard). Ueber stereoisomere pyi'idinhaltig-e 
Kobaltiake. Dissert. Zurich (Prof. Werner). 

332. Reverdin (Frédéric) et Meldola (Raphaël). Constitution 
des trinitro-p-aminophénols et des trinitro - p -anisidines. 
Genève. Lab. dech. org-an. de l'Univ. et Londres. Technical 
Colleg-e Finsbury. — Archives des Se. phys. et nat. 
36. 443 et Bull, de la Soc. chimique 13. 981 . 



DES TRAVAUX DE CHIMIE FAITS EN SUISSE 291 

333. RiLLiET (Aiig.) et Kreitmann (L.). Sur le 6-aminopipéronal. 
Genève. — Comptes rendus 157. 782. 

334. ScHAPiRA (Aron J.). Contribution à la connaissance des 
propriétés du tungstène et de quelques terres rares ainsi 
qu'à leurs séparations et dosag-e. Thèse. Genève (Prof. 
Du parc). 

335. Skossabewski (M.) et Germann (F.). Dispositif pour réali- 
ser la circulation automatique d'un g-az dans un circuit 
fermé. Genève. Lab. de ch. phys. de l'Univ, — /. ch. 
phi/s. 11. 584. 

336. SoBEL (L.). Vereinfachte und rasche Méthode der Phosphor- 
sàurebestimmung" in Teig-waren und âhnlichen Produkten. 
Basel. Oefi'entl. Lab. — Schweiz. Wochenschr. 51. 677. 

337. StaudinCtEr (H.), Anthes (E.) und Schneider (H.). Ketene. 
Ueber o-emischte Diplienyl-essig-sàure-anhydride und ihre 
Zersetzunç. Zurich. Inst. dertechn. Hochschule. — Berichte 
46. 3539. 

338. TuNMANx (O.)' Beitrâge zur an^-ewandten Pflanzenmikro- 
chemie. Der Nachweis der Lichesterinsâure. Bern. — 
Apotheker-Zeitang 28. 892. 

339. Ulbrigh (Ernst). Zur Kenntnis der Oxyazoverbindung-en. 
Dissert. Zurich (Prof. Willstâtter). 

340. Werner (A.). Zur Kenntnis des asymmetrischen Kobalt- 
atoms. Zurich. Univ. -Lab. — Berichte 46. 3674. 

341 . Windhecser (^Carl). Zur Kenntnis der Nitrierung- stereoiso- 
merer Halogenzimmtsàuren. Dissert. Zurich (Prof. 
Pfeiffer). 



MESURES DU COURANT ELECTRIQUE 

PASSANT DE L'ATMOSPHÈRE A LA TERRE 

faites à Altdorf et à Fribourg 
FÉVRIER 1914 







ALTDORF 






FRIBOURG 




! 


HEURE 














TEMPS 




P. G. 


Courant 




P. &. 


Courant 








13 février 




! 


6-7 a. 


61 


C - 500 





86 


420 


120 


-*■£ S. 


7-8 


105 


-133 


- 47 


258 


124 


106 




8-9 


104 


- 56 


- 19 


75 


420 


105 




9-10 


197 


+ 43 


20 


24 


544 


51 


=^s- .| 


10-11 


148 


+ 133 


66 


27 


500-270 


— 




11-12 


81 


+ 158 


43 


73 


289 


70 


1-2 p. 


115 


+ 121 


46 


266 


89 


78 




2-3 


151 


+ 83 


42 


267 


101-138 


114 


= = rt-ce 


3-4 


137 


+ 82 


53 


350 


131-91 


120 


lÏlo 


4-5 


240 


+ 109 


87 


379 


68 


86 


.2 bc"^ 1 


5-6 


215 


+ 124 


89 


401 


91 


121 


s iz X ' 


6-7 


206 


-133 


- 91 


325 


113 


123 


:ili 


7-8 


289 


+ 42 


40 


127 


392 


162 


l^|-s 


8-9 


321 


+ 75 


80 


144 


215-363 




1^ ^ ~ '-S 


9-10 p. 


348 


+ 93 


108 


35 


453 


53 


"S'œS 


[ 






25 Fé\ 


Tier 






6-7 a. 


178 


134 


79 


98 


120 


39 




7-8 


135 


102 


44 


73 


150 


36 


T3 o- 


8-9 


144 


90 


44 


74 


68 


17 




9-10 


127 


173 


73 


125 


111 


47 


S'a 


10-11 


156 


151 


78 


109 


150 


55 


i -^ 


11-12 


1 227 


109 


82 


158 


103 


54 


S2 


1-2 


296 


102 


101 


159 


136 


72 


3-a 
o 


' 2-3 


272 


102 


93 


181 


109 


66 


■ ai bD 


, 3-4 


276 


80 


74 


176 


144 


84 


M'% 


4-5 


231 


134 


103 


194 


130 


83 




5-6 


186 


97 


60 


189 


79 


50 


>=&< 


6-7 


176 


85 


62 


197 


149 


98 


^< 


7-8 


207 


90 


62 


178 


131 


77 


13 


8-9 


240 


71 


57 


167 


135 


76 


<: S 


9-10 p. 


274 


36 


35 


163 


124 


67 



Abréviations 

X = conductibilité par ions négatifs et positifs en unités électrostatiques X lO*' 

P. G. = gradient du potentiel en volts par mètre, réduit sur terrain plat 

Courant vertical, en unités électrostatiques X 10^ 



293 



OBSEKVATIOINS iMETÉOUOLOlilQlJKS 



L'OBSERVATOIRE DE GENÈVE 



PENDANT LK MOIS 



DE FEVRIER 1914 



l.e 1, givre; bi'ouillard pendant tout le jour. 

2, givre ; brouillard pendant tout le jour ; quelques flocons de neige k 10 li. du 

matin. 

3, un peu de neige dans la nuit : givre ; brouillard pendant tout le jour, 
du 4 au 8, givre et brouillard toute la journée. 

le 9, brouillard tout le jour ; le givre disparaît pendant la journée. 
10, brouillard le matin. 
12, faible pluie dans la nuit et à 1 h. du soir. 

14, gelée blanche le matin ; quelques faibles cliutes de pluie pendant la journée. 

15, gelée blanche le matin. 

18, pluie depuis 6 h. 30 m. du soir ; orage au N. et au N -E. à 7 h. 50 m. ; fort 

vent avec grêle et pluie. 

19, neige dans la nuit : pluie depuis 6 h. 15 m. du soir. 

20, pluie dans la nuit. 

21, pluie dans la nuit, à 7 h. et à 10 h. du matin. 

22, pluie depuis 4 h. 30 m. du soir. 

23, forte pluie dans la nuit ; pluie à 7 h. 10 m. et à 9 h. du soir. 

24, gelée blanche le matin. 

les 26 et 27, forte bise pendant toute la journée. 

Archives, t. XXXVII. — Mars 1914. 21 



+ 



a! ci 
5S 



ma 



sa 






Irt -f ^^ co op (>< 



■ co Oi c^ 00 es '—I 

■ O (N O i>* KS <>* 



o o o o o o o o X) '>< -o o ri '>> — I ~j -H I 

O O O O O ~' O O ^ CO f~ -— CO O (— o ^o . 



•o la lo o 'X -o --c o o o 



oooooooooioo-fao-rooiw 


t^iOGOOiOfr-oOico 


o o 


o o 


ooooooooocoooo 


O O O CO lO O O 


o o o 


o 


s 


o o 


o o 


oooooooo o 05 ooi-rocooc^it-o 


— lOOOiOiOiOOO 


ooooooooooosooJOT^ 


3i X) -f r- <>» o o 


o 


-^ 


o oo o 



— 1 lO o lO tO CO lO -1< -o <>» ift CO X> f- X) Os >>* — I c» O: -^ 35 C5 CO CO |> X- lO 
p— (— <Oi— lOOOOOOOOOO<OOiO'©t^Ov»C5lO'vO— <CO»M(» 

rt -H <^J 91 ^ 

— I (?> .— ( ^H ^-1 ,—1 ,—( 04 0> m r-( 

-^ o o o o o o o O o o C; o o o -^ O W >— ( o O (>» ^^ CV r-H p^J Oi -^ 
_ -H o ^H o o o o — — I— .,— I— (COnHO«>^'>>'><'-I^HOJl><.-<^HOJ(>>^^ 

:>■ -zr^ •■ !? ^^" z?^'^'|--w^^'hmhw . 

OOOOOOO— "OO^-HO-^O^^O^^Oi— !■— lOi— lOiO^-H 
72:>^C»iïl CAJ^OJ .CdVi7Dt^C»ï>a3 •>- .yjZj/jWZZ^ 

œ '^ vi (/) cTi c/^ '/j '^ -fj -y:' 'X' a co 7D rx' g} c/^ c» !> !> cQ Oî Z c« Z Z z z 

•* (-- o O) -H t^ lO — ( ira o oo (^ Ci os co "C ce o ce ■* -f Ci o* -r -f c. -f oi 

g*oof^-0'X3cc-HOO(N-Hocy2'Xi-£îoc>c:iti-^^cooO'>0 5'»r-<» 
Wcoœcceocooococococo(>*cococ;coco(>j(>»(>*5^F-i-^— (F-Hs^tNC^ 

-^ira^-ûoot^oo^t^ooi035eo-t<GOf-ioroo^ot»^'><— '-^too 
S f - 'O ira ira ce o Ci xi 00 S5 1- — 1< ira ira o -o i-- o — > .— ( -f W x x o x <>< r^ 

COCOKJCOCOCOS')(X(>*Cv<(>*Gv«(XCOCOCv<(>*fNOi'>*— I 00 0>— l-— "<>*5^ 

i>-0'*coiraoin(>>oo<r)co^oi^-<!j<xiraîcxoMoot-^^oo 
M— iirar^i^Oiiraco'X)Cif-^j"Oiraooio-r'05coxi'*<©o«c-ox-^o 
g. 

p ©oxxr-->*ic<5Svio^co(NO-rf<cs'X>'— i(N— l'tccoto »t^'Oc>>irar-i5^ 

'" H — « • ^ ^ — . 

H — I— t- -t- H- -I— I- +• -t- -•- H — I — 1--1--I— *--4- I I I I I I I I I I -*- 

Mt-o-f'— i-H^Hcoinoo— leo^ot-X'-Df^cc-HCO ^(>jt^r-OiftCi 
g pNiraoiOo^f^^^Cît^coxtNira^oio^irao ^ r-* -^r -* rn iC vj 

E*t^ira-ûira'><oa(05 0Cir-o-£)coxcii<îO(>»Oi*>CiOi>coo-t<i:^ 

.iraxroc5>— i-tHOco>— i^ooci-f-0(>joi-^^^o-^-o^x-<i>-0'^<r^x 

Ëxoiraira-^rHOCiai-^coiftioeo-^i^oicoc^j— <xf~-Oi0^r^!^<•x>oo 
coeocoe<5cClJOCO(^*(^Jco<^»t^<l:ooîco(^}(^«(^<(^»(^i^HOOOl-H(^»(^J(^i 

'*iffQ-*oo5irairaco-*0'£>-*Oî--^oo-t<«oo»ra-^xx>— it-cot-Ci 
S 

ËXt^iraîO'i'— l00505-HCiX(^*•i5co^- csccfocoocoxcicoo-rt^ 

COCOCOCOCOC<ÎCO«^Svi(r05>»'?JCCCOCO'>J'>i5^i>*0<(>*OOO^H<X(>i(JJ 

_^H!>jo» — iO'0-*oooioO'^oo(NMo^-*<t-x>'<a"ooiraix— (in-* 
Exxira-oira'TJ'— looo— <xx-ûiraoi0«0coe«5ox050— losi^f- 

COCCCOCOOOCOCOi>*COCOCO(>>(WCCCO(>*^>(»(><Cv>î>JOOO'— i-hC»(N} 

— < c^> co -p lO -^ t^ X Ci o — c G^ co -5< ift •o f— X Ci o — O) co -t" ira -o f— X 

.-H^H,— (F— 1 — r-l^r-li— (r— lC>^'W5v>(>JC\((><(>i(N<>* 



■s 


s 


ift ic ir: ift irt irt lO K5 .0 lO irt »o lO >o lO lO lO 


X 




1 ^1 

/ "^ 

f i 


^ ^ ^ 00 ce îo — ' a> a> •£> --0 c; oi ■>* r* — ( — 1 cv* Ci -f< co -JD :o Ci 
c 1 _; ^ _■ _i _' _' 1 — <" o d 1 d d '-i 1 d d 

llllll llllll l-f--4-ll-)- llllll 


■0 
d 
1 


i^f^t^iftiooo xoococoo Xii^coooœ oooot^iftirt 
° Icococ^poccco 'rd^-^iT^-f l->ï<iOLO^ioir5 lir;-*ira-^-*'*i 


ce 





z 

z 

c 

z 

2 




izi izi c: ^ ^ ^ ~ ^ c> z. s t^ Oi t^ cc: c. ^ tC. ~ ot tn -js c^ K 'jd ys ~f 






à 


cr. CT. Ci as Ci lO lO 1- * --0 lO -o Tt" m -r»< -0 t^ -^ ^ --0 «0 'sO to t- 




■£ 2 

15 




-4- 


S* 


ooooocsx)a>05t~oo'* — Ci'Mx«'><— '( < n '-< — -o i::> ~-i t- 

Oi Ci os C35 00 t~ x X ^- 30 ( - ^ (- t^ t^ X 1^ r^ » i^ r- £-- t^ 


00 


JS 


SOOOOOOOOOOXCit^l--X'Or-X»30XOOOOr-f^(^t~-f— 


X 


J3 


ooooooiOOs0500irtoo"-o-vOio-x)-^»0'*-.oi^-T-*;or^o-or~ 


in 
1- 


000000000 o-£>-^'jo 00 -^r-^r-oooiO^HOiccift^soooQ 

OOOOOOOOOOOOOOiXOiOilrtXOOQOOOlO-^OiCOt^t^X 


X 


-1; 


S 


■» •>! \r. z ">» Ci -r* T-y r* '^( rt — 7^ jj lO •^» c t- f^ oj (^ -jc x 10 


l.o 

-1- 


= ->i X ->> '^i '^< — 1 -^ Ci Ci X ( — - ri 2 '^' ' — f TC X -o lO ■* -o 


^ 


OB <>* lo X » 1^ X »n Tfi lo ift ^ ift co i.'5 00 ifs ce 10 ce ce 00 0» 

o«io-d»ftiOio^'*'-i^(N— "Oowo-H-dccoc0'NC^-HO(Ncccc?ô 

1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 -t- -f- 





il 

■^ 

1^ 




^ 


1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 -HH-H — 1—4- -4- H — l-H 1--+- -4— H -1- -H -t- H — 1- 


1^ 

2 X 


5-r:ocsxccico-oC5'-^io^x-t-coœin-o^Cir-— i-o — "^xco — 
iilliiiii-l- "* -f- 


-4- 


^ 


ce ce ce ce ce '>> — ->> ce T>* "X — lO i~ Ci ce -t< -J< f- « -fi iC: ift rf< -c 
IIIIIIIII-4- '^ -+- 


rf 

■+- 

-1- 


- 


a>irt(>»oxcoxxo<oi'C5ir5-^-Of-oocvj(NiccrMt~-o--cceoo(>» 
o'^>'»cece'^(— i'^oocef-f-~t---o^i— ir)<cv»t-eeocox-X)iOiO-*<o 

1 1 1 1 III 1 1 -+- -H-(^^ ^ r- — 1 _^ 


- 






-4- 


oift-Tj<iniOirt-*Tt<coco<î^oce^— >0'>iOiee^-xirtX(N— ^ce'vceco 

llllllllll-+--4-l-<- -4- 


1 


'i 


— " IX ce "tr ifS -J5 t- X Ci -H oi ce -fi ic -C i- X Oi ^ oi ce -f lO -0 t^ X 


J 



296 



MOYENNES DE GENÈVE. — FÉVRIER 1914 

Correction pour réduira la pression atmosphérique de Genève A la 
pesanteur normale : | 0'""'02- — Cette correction n'est pas appliquée dans 
les tableaux. 



Pression atmosphérique : 700'""' -\- 

1 h. m. 4 h. m. 7 h. m. Ii> h. m. 1 h. s. 4 h. k. 7 li. s. 10 li. s. Moyenne 



l"déc 
2» » 
3« » 


3397 
28-77 
16 46 


33 76 
2843 
1581 


3386 
29 U5 
1589 


3417 3337 
29 20 28 76 
1638 1606 


32-77 
27 98 
16-34 


33 11 
2792 
1723 


3336 

27.98 
17.69 


33.54 
28.51 
16-48 


Mois 


2711 


2673 


27-01 


2731 2678 

'Température. 


26.36 


26-72 


2696 


26-87 



l"déc. - 3-87 - 4 31 - 441 - 3 73 - 153 - 0-99 - 1 80 - 237 - 2-87 

2'= » -f 3.-i2 +3 06 +2 80 +6 42 +9-86 +915 +6 45 +4-87 +5-77 

3" >. 3.70 334 410 508 750 7-32 5 69 4 66 5.18 

Mois + 0-93 + 0.51 + 61 + 2. 41 + 5-12 + 501 + 3. 29 + 2-23 + 251 



Fraction de saturation en o/o. 



1" décade 100 


lOD 


100 


100 


97 


93 


97 


98 


98 


2' » 85 


86 


87 


73 


61 


62 


76 


78 


76 


3e >> 82 


82 


73 


79 


64 


66 


73 


80 


75 



Mois 



89 



90 



75 



Dans ce mois l'air a été calme 384 fois sur 1000- 



Le rappori des vents 



NNE 
SSW 



40 



= 115 



83 



86 



84 



moyennes des 3 observations 

mm 

Pression atmospliérique 26. 90 

Nébulosité 8.0 

lempérature > 

' 4 
Fraction de saturation 83 "/o 



Valeurs normales du mois pour les 
éléments météorolog-iqnes, d'après 
Plantainoar : 

mm 

Press, atmosphér.. (1836-1875) 26.84 

Nél)ulosité (1847-1875). 6.7 

Hauteur de pluie.. (1826-1875). 36""". 5 
Nombre de jours de pluie, (id.). 8 

Teinpér;Uure moyenne . . . (id.). + l''.60 
Fraction de saturât. (1849-1875). 82 % 



297 



Observations météorologiques faites dans le canton de Genève 
Résultats des observations pluviométriques 



Station 


CÉLIGNY 


COL.LEX 


CIIHBliSV 


CHlT(l.tlNlt 


8ATIGNT 


ATHENAZ 


com'KsiéiiBs 


Hantenr d'eau 
en mm. 


39.2 


36.7 


33.3 


29.4 


40.1 


33.6 


32.8 



Station 


VBTRIER 


OBSERVATOIRE 


COLOGNY 


PHPLIKGE 


JUSSY 


IIKRMtMCK 


Hauteur d'eau 
en mm. 


34.3 


32.0 


27.3 


28.4 


31.1 


36 4 



Insolation à Jussy : 30.6 h. 



OBSERVATIONS MÉTÉOROLOdlQUES 



FAITES AU 



G l{ A N D S A I N T - B E K N A R D 



PENDANT LE MOIS 



DE FEVRIER 1914 



Le 8, fort veut et brouillard le soir. 

9, brouillard le matin, fort vent le soir, 
les 12 et 13, neij^e et brouillard. 

18 et 19, neige, 
le 21, neige et brouillard, 
les 22 et 24. brouillard. 

22, 23, 24, 25, 26 et 27, neige. 



Neige 

Hauteur 
(•24 h.) 


O -fi^- OOft^f^'^"- 

Ê : : : : • : : : : . ; . . : : ;'-"^ : : « : 


e^ 

1— 1 


Pluie 

Hauteur 

(24 h.) 


lO çoo • • <z> p4 '-O co iO ^ ■ 

1 -r ■ ■ ■ C5i co • • ic i* lO -o co — 1 • 

c -^ ^h--^hCO 


ce 

•xi 



s ^ 

= \ 

03 i 

1 "^ 






OOOOOO^HOOOOCOOOlOOilO OOOOOOC»JOCO<±iOO 


m 


OOO— .OOOtWt-O^OOOO^GOT^JOOOOOOOOSSOJO 


00 
1- 




-* 


ce 

5 
o 
Q 


5: a -^ ^ ^ ^ ^ p: i? ^ ^ ^ a H M i? a ^ a a a ^ a ^ ^ a a M 




g 


.a 


^ a ^ a È? ^ ^ p: fs f? p^ a a a a a a a a a a Ê? a a a a a a 




> 


J3 




^iî:^^t?^^^^£sïS?saaaî^a^aa^f*:a^ï?îsaa 

f/3C«(/)C»tZ)(/J(Z!CC(Z5a)72t«ZZZc«ZcZ)ZZc»(/}Za3(/3«jZZ 




^aa^^^isaai?^^a"aa^a<:aaaÈs:aj?^aaa 

{/5ZZ'y)'yiC/3«2ZZc«C/)(/)ZZZt/jZ73ZZ>'. (/)?ÎV5C/3ZX,Z 






. (-- M — 1 ^ ( - vj ~' -r vj — co co -t< o> ce vD ■» — 1 in ce — • i.e -^ — ■ 

i T-> es -) — 1 :» 'ij -o -o f-^ t-' .0 » -^ — 1 35 -o 10 a. — 1 1^ X -*<' -r: o> -r< 
"^ t^ t» f^ t^ *— 1» -x; --O -û 'O to -^ --0 r^ t^ «0 <£> --0 in -o lO ^ iTî 10 irt --D 




+ 

s 

s 
o 

s 

O 


O . 

«S 


_.o-^ot~a>c>coccco'*(>»— lOscoeoGoo^oMco-H©— <oin-o^ 




° t^ t- r^ y3 -^ -o CD ^o 'O to '-c -r> tD '-O to «0 irt lO m lO ^ <s< f lO 10 lO -jd 








uo ©xo-pioccioco— ■cCT)<(^-^crj(»— lCC'^"■JS'^>cc; ss-X)^o)o-û 


<>* 

ce 
-1- 




s — 2 cr- Oi -^ lo m in (^ -c co -f x) --0 — T* o rs « 1^ — f ce 

H- H — 1—1-+ -(--»- -1- H — 1— +- -+- -t- -1- -4- -H — H-t- 1 -t- 1 1 1 1 1 1 -1- 


X 


c ^ 


_ a> ss '» ^ t^ '» lO t^ in (>i •* lO f^ -*| Cj <?•> (N !>> lO -* *o in as co in 00 m 


ce* 
■0 


1 ^ 
O 

s 

\ g 


1" 


1 ^ 51 33 -r) m m m r- -ià co T}< vD -r> — ' f- 3> « ai <>* in œ. ce 
et- !> t-- r- «> to -û to •£> XJ 'O -X) ^0 t^ j— «0 -n 'O in '^ lo in * -^ in in «e ^^o 




. f^ f^ r^ in ^ m i~ » s ce (^ -f -f -fi 5v( lc in — 1 -^ »>< :ïo in -r -r in 3> 
= t- t~ r- f^ '-0 ■£) -^ --O -o s to -o -^ f^ f~- ^ "-O in in -o in rr ^ ^ in un -jd --o 


in 
ce 

ce 




.Oi5^(W'^f^oo-»<r--t<aoint^'*in^O'*''*oocooi(N'»(NOin'>Jin 


m 
ce 




"^ 1- e^ r^ f^ •£> <o 'x> so -0 --O 'O -JD I-- i^ i© •-© -r» lO in in ^ ^ irt in 


.— 'OcOTOOccî^'ï'ceocc'rrv-r— '-H— .-o— lo-. oo'>joce-*in'X)in 

1 — ' (N ai f^ >n lO in r- -o -»< — • a> — ' ^ -s' ce -o 35 as ^ -n X) -f -r) '^) 
" i- i^ i~ ■£ t^ '^ -o -o -a '-D -0 -c 'O -o (- tû -o in in in m Tt< -^ in in in -o 


05 




— 1 îv; ce i< in to (— 00 a> -H '>)i ce -+I in '-D t^ co Oi — 1 '^> c-- -f in -jo f- X) 


^ 



1 
^= 

i 

i i 
< 








â 




1 


1° 






O 


f^oir5-f(>iccof~x'X3^coai-t<x)-fiOiOiooo<>iiocco-H— <— <fo 
^-^-HG\«co-X)aooioo-oaoa>ooao-fXit— a500'^»^?>3>o-ocia>oor- 


1^ 




C5 


oo-t<cor~--ooooî«5a)-r).>»-Haior^'>»oooiooiirtiftcc;^— <^^io 


X 


1 < 

li 


5 

s! 

S 


o yi >< c u'; T> îvi X) .o ro GO -^ t— o M o co — ' » -f" -X) -r 3i ^ o -H 00 ^ 


1 


ll-t-l lllll-f-lll -l-l-t-lll lllll lil 


C5 7-y ..^ -N» X o ->> ce 'M -- ce T» IN -f co o cvi 00 lO o 70 — < OJ l* -<< ^ îc -r 

•- -o o irt -f< -o 3i ~. rs -JO -o J^ o o >>■( -f -^ (^ — 1 f^ C^ f- — 2 X 30 X l-O 

1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 II 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 II 




ce 
■^ O 

2 > 

IJ 


° lO -j< irt -*' lO -i^ — J o o iO I* oi -H -^ © •-£> f- -5- o eo !>> <>* o ^ ^ w co lo 

-(- -H -t- -+--(- -+--l--t- -»--*--+--♦--+- -t- H — l-H — K 1 -!--(- -l- 1 1 -1— l--f--t- 


o 
-1- 


x)ocio-tiiftf^"X>co— i3>35co-ti-H eios^'^Oir-^— 'O 8>o05<Mas 


ici 
1 


~'co-»'r:-+'cc-r(^xoor:-t<X!t^'>> ^— ^— i-t"x-»"^0'0 3> ssi^iOiftsv; 
1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 t 1 + 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 




c^*ooo(^Joocoo^^■^oo•v-^tD<^iooo^^|^*■*t^r^ — f--ooosi^oo 

"^ co "~o lO u:> -^ lO •» oo {-^ "* ic «o a> — < -^ ce n>» ift 00 irt •^' >n '-H 00 -o i— -^ ïo 

1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 + 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 


lO 

1 


o 'Tj -f ->» in -o -r -^ -c Oi (N L- cr. '>< Ci «>> -fi -o ->» co o o ce ift ce t- f- ce 


X) 

ce 
1 


"" <>* ce o ce — 1 ce lO r- t^ o ce lO lO o 'N! ^ o 'f t^ i>* -o lO -n CTJ -o '>> fN» o 
ii-f-iiiii iiii il-^l-t-llii III iiil 


5^'T»oof^O'>j'N'-Hcer^-^'>i-£>--ciooo-t"'>iX)os»^ioox(>iceio 
-ij in -JD lO -t" -r jà rs o> o irt f- (^ — r o — i o ce -^ lo r- •£> as -h t- t^ co -f 

1 1 1 -1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 II lllll III II 


o 
ce 


o 


= 1 


— « i^ ce. -î< in -o t^ X a> o — '>' ce -r ic -o (~- x ri o — M ce '^i lO -o r^ -X) 

-H — 1 — c — 1 — . — 1 —i -H —1 —«'>*'>/ f» l>* «X W ■>» o* <>< 


^_ 



300 



MOYENNES DU GRAND SAINT-BERNARD. — FÉVRIER 1914 

Correction pour rédnlre la pression atniospliérique du Grand Saint» 
Bernard A la pesanteur normale : — 0""".22- — Cette correction n'est pas 
appliquée dans les tableaux. 



Pression atmosphérique : 500""" |- 



Fractloii de saturation en "/o 





7 h. m. 


1 h. 8. 


9 II. 8. 


Moyenne 


7 h. m. 


Ih. 8. 


9 h. 8. 


Vloyen 


1" décade 


68"39 


68."52 


68 64 


mm 

68 52 


49 


49 


55 


51 


2' 


64.74 


65.21 


64.85 


64.93 


69 


73 


76 


73 


3' 


54 06 


54.91 


54.85 


54. 61 
63. 26 


89 
68 


90 
69 


88 
72 


89 


Mois 


6^2. 99 


63.45 


63.35 


70 








Température. 













décade 
» 


7 h. m. 

- 6.°5o 

- 4.79 

- 7. 87 


1 h. B. 

- 3" 46 
~ 2.73 

- 4.93 


9 h. 8. 

- 5J6 

- 4. 68 

- 6.93 


7+1 + 9 


Moy 


inné. 

7 + 1 + » V » 


1" 
3- 


S 

- 5° 26 

- 4 07 

- 6. 58 


i 

- 5°38 

- 4 22 

- 6 67 



Mois 



- 6 30 



3. 62 



5.71 



- 5.21 



o 34 



Dans ce mois l'air a été calme 143 fois sur 1000 
NK '51 



Le rapport des vents 



S\V 



61 



84 



Pluie et neige dans le Val d'Entremout. 



station 



Eau en millimètres 25.3 

Neige en centimètres . . — 



Miiitigny-Ville Orsièves lloiirg-St-Pierre St-Berimrd 



260 
12 



327 
46 



1063 
112 



j^^^^^^^K Archive/: des Se. phys. et nat., t. XXXVU, Mars 1914. PI- VII. 






' -■'"^ 16 










"^\ 




u 






i2 


\. 






10 


\ 




\ 






8 


\ 








6 


N> 


\ 


A. 


\ 






T 








\ 






1 


\ 









\l2 14- 16 ia 20 21 24- 






-1 


2^6 8 iQ \ 




\ 






\ 


-i 




\ 




-6 


\ 






-b 


\ 




-10 


\ 




■12 


\ 






\^ 




-n 


x^^ 




16 







FROTTEMENT INTERIEUR 

DES VERHES 

EN FONCTION DE LA TEMPÉRATURE 

PAR 
C. E. GIJYE et M"* S. VASSII.EFF 

(Suite et fin ^) 



Expériences définitives 
Verre ordinaire 

Nous avons commencé nos recherches par le verre ordinaire 
et nous avons étudié deux fils de dimensions différentes. Tous 
deux avaient 22,5 cm. de longueur et respectivement 0,318 et 
0,325 mm. de diamètre. Ils avaient subi le même traitement. 
Tous deux avaient été étiré3 et provenaient d'un même échan- 
tillon de verre ; ils furent fixés dans les pinces au moyen du 
même mastic et suspendus d'une façon identique. 

Nous avons toujours procédé de la manière suivante : on 
commençait par porter le fil à la température la plus élevée 
(300°-360°) et on le maintenait à cette température pendant 
deux heures. Puis, on effectuait une série de mesures pour des 
températures décroissantes jusqu'à la température ordinaire; 
ensuite on remontait par une série de températures croissantes 
jusqu'au voisinage de la température initiale. 

Cela fait, on changeait le moment d'inertie, ainsi qu'il a été 
dit à la page 217 et on effectuait la même série d'expériences, 

' Voir Archives, t. XXXVH, Mars 1914. 

Ap.ciiivIvS, t. XXXVII. — Avril llll'i. 22 



302 



FROTTEMENT INTERIEUR DES VERRES 



Les résultats de nos mesures sont résumés dans le tableau 
ci-dessous et comme nous avons dressé des tableaux analogues 
pour tous les résultats de nos expériences, nous voulons à ce 
sujet donner quelques mots d'explication. 

La première colonne renferme les températures auxquelles 
les fils ont été soumis ; la deuxième la durée d'oscillation T 
(durée d'une oscillation complète) ; la troisième les valeurs du 
décrément logarithmique correspondant à une série de tempé- 
ratures décroissantes ; ces valeurs étant exprimées en loga- 
rithmes naturels; la quatrième, les valeurs du décrément cor- 
respondant à une série de températures croissantes. 

Tableau I 

Fil de verre ordinaire n" 1. Longueur 22''"',5 ; diamètre 0^"^,3182 
Petit moment dHnertie 

Pression dans l'appareil 25'""' ; moment d'inertie 325,07 



Température 


Période T 


Décrément log. 


Décrément log. 

/le 


310° 


4,27" 


0,03218 


0,03223 


250 


4,26 


0,02743 


0,02747 


200 


4,25 


0,03087 


0,03080 


150 


4,24 


0,02874 


0,02876 


100 


4,23 


0,02442 


0,02440 


57 


4,24 


— 


0,01542 


18 


4,23 


0,00711 


0,00711 



Malheureusement, par suite d'une rupture du fil, nous 
n'avons pas pu expérimenter sur le même fil avec un autre 
moment d'inertie. 

Quoique les résultats indiqués plus haut ne puissent pas être 
comparés au point de vue du frottement intérieur avec ceux 
qui suivent, nous les reproduisons quand même, car ils mon- 
trent la même allure générale de la variation du décrément 
logarithmique et permettent de se rendre compte de l'ordre de 
grandeur de l'influence de la dimension du fil sur le décrément, 
la substance étant la même. 

Ces résultats sont résumés dans la courbe (tig. 4). 



EN FONCTION DE LA TEMPERATURE 



303 



0032 



0028 



oon 



0.020 



O0J6 



0.012 



00^ 



O.OOÛ 







+ 


''^"^ 


y 


^ 




/ 


/ 










T — 












/ 










1 












/ 












i 

























60 m 180 ZW 300 3tO 

Fie-. 4 



Tableau II 

Fil de verre ordinaire n" 2. Longueur 22''"',5 ; diamètre 0"^'^,3247 
Grand moment d'inertie 

Pression 25"""; moment d'inertie 1395,9 



Température 


Période T 


Décrément log. 


18° 


5,58" 


0,00848 


100 


5,58 


0,03229 


200 


5,73 


0,04300 


250 


5,77 


0,04045 


310 


5,79 


0,04054 


18 


5,72 


0,00761 



Dans cette série d'expériences, nous avons opéré d'une ma- 
nière un peu différente du mode habituel. Nous avons d'abord 



304 



FROTTEMENT INTÉRIEUR DES VERRES 



soumis le fil à des températures croissantes, en déterminant le 
décrément logarithmique tous les 50°. Après avoir pris une me- 
sure à la température la plus élevée, nous avons refroidi le fil 
pour revenir graduellement à la température ambiante initiale. 
En procédant ainsi, nous avons constaté : 1° qu'on ne retrouve 




0000 



60 /20 180 2J-Û 200 



Fig-. 5 



pas la même valeur du décrément en revenant à la température 
initiale, c'est-à-dire que la structure moléculaire du iil est 
changée par le recuit; ce à quoi il fallait s'attendre ; 2° qu'eu 



EN FONCTION DE LA TEMPERATURE 



305 



effectuant le cycle complet des mesures on trouve en descen- 
dant, pour une valeur donnée de la température, le décrément 
plus petit et la durée d'oscillation plus grande qu'en montant ; 
3° que le minimum caractéristique qui était dans la courbe 
(fig. 4) à 250°, se trouve déplacé vers 280°. Les résultats sont 
reproduits sur la courbe (lig. 5). 

Cette série d'expériences montre combien la précaution de 
commencer par les températures élevées est importante si l'on 
veut obtenir des résultats plus comparables. 

Mesures définitives 

Tableau III 
A. Grand moment d'inertie 

Pression 28"™ ; moment d'inertie 1395,9 



Température 


Période T 


Décrém. log. 


Décrém. log. 


310° 


5,79" 


0,03341 


0,03340 


280 


5,76 


0,03141 


— 


250 


5,74 


0,03003 


0,03000 


200 


5,70 


0,03303 


0,03306 


150 


5,70 


0,03190 


0,03190 


100 


5,72 


0,02908 


0,02903 


18 


5,72 


0,00761 


0,00761 



Tableau IV 
B. Petit moment d'inertie 



Pression 25"" ; moment d'inertie 335,07 



Tempérât. 


Période T 


Décrém. log. 


Décrém. log. 

Xr 


310° 
250 
200 


3,68" 

3,63 

3,59 


0,03325 
0,02874 
0,03302 


0,03330 
0,02877 
0,03302 


150 

100 

18 


3,58 
3,56 
3,59 


0,03180 
0,02829 
0,00759 


0,02830 
0,00760 



306 



FROTTEMENT INTERIEUR DES VERRES 



Nous avons fait encore une série de mesures pour des tempé- 
ratures décroissantes. Les résultats de ces mesures sont résu- 
més dans le tableau ci-après. 



Tableau V 



Pression 28"™; moment d'inertie 335,07 



Tempérât. 


Période T 


Décrém log. 

Xi 


310° 
250 
200 
100 
18 


3,67" 

3,65 

3,62 

3,58 

3,59 


0,03334 
0,02980 
0,03300 
0,02880 
0,07598 



Avant d'aller plus loin, faisons quelques remarques sur les 
résultats de ces mesures. 

Notons tout d'abord que l'équipage mobile était toujours mis 
en mouvement par une seule impulsion. En effet, lorsqu'on veut 
donner plusieurs impulsions successives sans troubler le carac- 
tère du mouvement oscillatoire, il faut le faire juste au moment 
oii le système passe par sa position d'équilibre. Or, il est très 
difficile d'apprécier le moment de ce passage. 

Par contre, l'impulsion même instantanée, appliquée à un 
système oscillatoire en mouvement, à un instant quelconque, 
provoque comme on sait des troubles dans ce mouvement. 

Nous avons constaté ce phénomène plusieurs fois ; la courbe 
enregistrée était irrégulière et les résultats non concordants. 

Nous tenons encore à noter que les fils de verre ont été exa- 
minés au microscope polarisant avant et après l'expérience. 
Dans les deux cas ils présentaient une homogénéité régulière sur 
toute leur longueur et une légère polarisation dans le gris du 
premier ordre de la série de couleurs de Newton. On pouvait 
distinguer les deux positions d'extinction, mais d'une manière 
très peu nette. Avec une plaque à teinte sensible, nous n'avons 
pas pu découvrir, par la variation de teinte vers le rouge ou le 
bleu, les deux directions caractéristiques pour les cristaux. La 
polarisation est donc insignifiante et nous pensons qu'iZ est légi- 



EN FONCTION DE LA TEMPERATURE 307 

time d'envisager le verre de nos fils d'expérieme comme un corps 
sensiblement isotrope. 

Disous enfin que nous n'avons pas tenu compte du frottement 
intérieur du fil de suspension en acier, le jugeant négligeable 
par rapport au frottement du fil d'expérience. En effet, le frot- 
tement intérieur de l'acier trempé est très petite très régulier et 
relativement peu influencé par la température ^ 

Voyons maintenant quelle est l'influence de la température 
sur le décrément logarithmique des fils de verre ordinaire. Dans 
toutes nos expériences sur des fils, quelles que soient les di- 
mensions, on trouve la même allure dans la variation du décré- 
ment avec la température. Le décrément croit d'abord assez 
rapidement de 10' à 100°, moins vite de 100° à 200°, et à partir 
de cette température, commence à décroître, passe par un 
minimum près de 250°, puis remonte de nouveau encore plus 
rapidement qu'avant. 

Malheureusement, les moyens dont nous avons disposé ne 
nous ont pas permis d'étudier le décrément logarithmique pour 
des températures supérieures à 360°. Il nous était donc impos- 
sible de nous faire une idée définitive de l'allure exacte de la 
variation du décrément à ces températures élevées. 

Nos résultats nous montrent néanmoins que la variation du 
décrément en fonction delà température suivant qu'on procède 
par températures décroissantes ou croissantes, est sensiblement 
la même, à la condition de commencer par les températures 
décroissantes, ou ce qui revient au même après avoir recuit le 
fil à la température la plus élevée. 

Les courbes (fig. 4, 5, 6) représentent les résultats obte- 
nus. Il importe de remarquer d'abord que les trois cour- 
bes correspondant aux dimensions des fils et moments d'inertie 

^ Dans le tableau ci-après nous indiquons quelques données relatives 
au fil d'acier qui a servi pour nos expériences. 



Diamètre, 0,016 cm. 


; longueur, 27, 5 


cm. 




Température Durée d'oscill. 


DécrémeDt 


1 


Charge 


00 00 

I-H 1-1 


10",98 
6",93 


0,000320 
0,000421 




162,6 
160,3 



308 



FROTTEMENT INTERIEUR DES VERRES 



différents, présentent à partir de 200° une région singulière 
dans laquelle le décrément passe par un maximum suivi d'un 
minimum dans le voisinage de 250°. Cette particularité se pro- 
duit aussi bien pour des températures décroissantes que pour 
des températures croissantes. 

Il importe également de mentionner que la vitesse de défor- 
mation n'influe nullement le décrément. En effet, sur la courbe 











- — 'V 




? 


0,032 




/ 


X 


\ 


-G ' 




0028 














O.OZ'i- 


1 

X 












0020 
0,01b 


1 
























0.012 

0.008 


























1 

•A 












0.0 ot 
0000 



























60 120 180 2^0 300 3 Go 

Fi-. 6 



(fig. 6), nous avons représenté, pour un même fil, les deux 
courbes obtenues pour des moments d'inertie différents. On 
voit que, à l'exception du minimum qui paraît plus accusé pour 
le plus petit moment d'inertie, les autres points des deux cour- 
bes se superposent. Les écarts ne dépassent pas 1 7o ; ils ren- 
trent donc dans l'ordre de grandeur des erreurs. 



EN FONCTION DE LA TEMPERATURE 



309 



Comparons maintenant les résultats obtenus avec les expres- 
sions qui résultent d'une part de la théorie de M. Voigt, d'après 
laquelle le produit XT est une constante caractéristique du 
corps, et d'autre part de la théorie de Boltzmann qui attribue 
cette constance au décrément logarithmique lui-même. 

Ni l'une ni l'autre de ces deux théories ne semble être rigou- 
reusement applicable aux différents fils de verre que nous avons 
étudiés. 

Il semble cependant que pour un même fil et différents mo- 
ments d'inertie, c'est la théorie de Boltzmann qui est la plus 
satisfaisante, c'est-à-dire que pour un même fil le décrément 
logarithmique ne varie pas tant que la température reste cons- 
tante. 

Pour des fils de dimensions différentes, la comparaison est 
plus délicate, car les fils que nous avons utilisés ne sont pas des 
cylindres parfaits et les expériences que nous avons faites sont 
trop peu nombreuses. 

Les résultats pour un même fil sont réunis dans le tableau 
suivant : 

Tableau YI 



Tempér. 


Période T : 


4,23 sec. 


3,68 sec. 


Ecart 
en pour cent 


310" 


/. 


0,3218 


0,03334 


+ 3,48 


\ AT 


0,13506 


0,12271 


-9,1 


250' 


AT 


0,02743 
0,11585 


0,02980 
0,10947 


-f 7,9 
- 5,5 


200° 


/, 


0,3087 


0,03300 


+ 6,4 


\ AT 


0,13159 


0,12243 


— 6,9 


100° 


AT 


0,02442 
0,10329 


0,02879 
0,10478 


-r 1,5 

+ 1,4 


18° 


A 


0,00711 


0,00760 


+ 6,4 




( AT 


0,02993 


0,02729 


— 8,9 



Quant au décrément lui-même, le tableau précédent montre 
nettement l'inttuence de la température sur sa variation en 
fonction de la durée. Il diminue en général peu avec l'augmen- 
tation de la durée. Mais sa variation est plus grande pour les 



310 FROTTEMENT INTERIEUR DES VERRES 

basses températures que pour les températures élevées. Il est 
même possible que cette variation, qui, à 310° n'est que de 
3,6 7oî disparaisse complètement pour les températures suffi- 
samment élevées. Le corps obéirait alors rigoureusement à la 
théorie de Boltzmann. 

Nous ne pouvons pas indiquer un sens déterminé pour la 
variation du produit XT. 

Il augmente avec la période, pour toutes les températures, 
sauf pour 100°. En outre, sa variation est beaucoup moins 
accusée aux basses températures. La théorie de M. Voigt sem- 
ble donc être mieux applicable à un état solide plus parfait. 

En résumé, toutes nos expériences, effectuées sur du verre 
ordinaire aussi bien que sur d'autres genres de verre, nous 
montrent d'une manière très nette que pour une même espèce 
de verre, les fils étant différents, ce serait plutôt le produit XT 
qui serait caractéristique, au moins pour des températures 
comprises entre 20° et 200°. Par contre, pour le même fil, c'est 
le décrément logarithmique X qui est indépendant de la durée. 

Passons maintenant à l'influence exercée par l'amplitude. On 
sait que, pour la plupart des métaux, le décrément logarithmi- 
que varie en fonction linéaire de l'amplitude. Cette influence de 
l'amplitude sur le décrément va assez fréquemment en augmen- 
tant avec la température. 

Il n'en est pas de même pour le verre, pour des amplitudes 
du même ordre de grandeur. Dans ce cas le décrément logarith- 
mique serait indépendant de l'amjjlitude. Surplus de 200 mesures 
eft'ectuées au cours du présent travail, pas une ne nous a donné 
des résultats contraires. 

On peut facilement se rendre compte de l'ordre de cette va- 
riation d'après le tableau VII ci-après, oli nous avons relevé les 
données complètes concernant les trois séries de mesures à des 
températures difterentes. 

La concordance est manifeste. La variation du décrément est 
à peine sensible. Elle rentre dans l'ordre de grandeur des 
erreurs possibles ; il semble qu'on soit bien là en présence d'un 
fait nettement établi et non d'une concordance accidentelle. 

On voit donc que le cas du verre présente quelques simplift- 
cations, et nous pouvons nous demander en premier lieu si le 



EN FONCTION DE LA TEMPERATURE 



311 



Tableau VII 



Décrément observé 



A 100° pour des am- 


A 3 10° pour des am- 


A 18° pour des am- 


plitudes variant 


plitudes variant 


plitudes variant 


entre 2°40' et 41 '2" 


entre 2°50' et 


40' 


entre 2°35' et 50' 


0,029140 


0,083026 




0,007622 


0,029145 


0,033059 




0,007631 


0,029150 


0,033107 




0,007591 


0,029104 


0,033127 




0,007593 


0,029103 


0,033050 




0,007602 


0,029145 


0,033050 




0,007619 


0,029138 


0,033051 




0,007614 



mouvement du système dans ce cas n'est pas représenté par 
un mouvement oscillatoire amorti et obéissant à l'équation bien 
connue : 



'i-^^- = o 



(1) 



équation qui, comme on le sait, pour les métaux, est loin d'être 
vérifiée. 

Voyons maintenant jusqu'à quel point les caractères de 
cette équation se retrouvent dans nos graphiques. 

Rappelons d'abord que la constance du rapport entre deux 
élongations consécutives est, comme nous l'avons vu en parlant 
de l'influence de l'amplitude, suffisamment démontrée par l'ex- 
périence. 

Disons seulement que la quantité o calculée d'après la relation 



aT = 



0, - O2 

¥0 



nous donne 0,04 pour T = 3,38 sec., e^ == 10,5 cm., 6„ = 10,1 cm. 
La valeur du coefficient a tiré de la même relation est égal à 
0,0108. 
Si l'on porte dans l'équation (1) la valeur de a et si l'on en 

T T T 

tire les valeurs de 6 pour les époques ^ > ir » To on trouve res- 



312 FROTTEMENT INTERIEUR DES VERRES 

pectivemeut : 

^ --= 4,52 

6 

G T = 6,4 

s 
0^=7,79 

12 

Mais ces mêmes quantités, calculées d'après la formule du 
mouvement périodique simple 



ont pour valeur, 



= Oq cos (ôt 
<>\ = 4,55 

6 

6'^ = 6,43 

g 
f)\ = 7,88 



Les diftérences entre 6 et 6' sont dans les dixièmes de milli- 
mètres, c'est-à-dire inappréciables. 

Les valeurs mesurées sur les épreuves photographiques con- 
cordent sensiblement avec les valeurs de 6 ; soit 

Û, T = 4,52 

e 
Oi ^ = 6,4 

8 

Gi ^ = 7,8 



CL 

En ce qui concerne le therme — ^ qui représente le décalage des 

temps correspondant aux passages par la position d'équilibre, il 

est inaccessible à nos mesures. 

a 
En effet, en calculant la valeur du rapport —y , on trouve 

0,0038, grandeur dont nous ne pouvons pas tenir compte. 

Remarquons encore que nous n'avons pas constaté d'influence 
appréciable de l'amplitude sur la durée d'oscillation. Pour 20 
oscillations complètes d'une durée totale de 80 sec. avec une 
amplitude de 30 cm. et le même nombre d'oscillations avec une 



EN FONCTION DE LA TEMPERATURE 



313 



amplitude de 10 cm., nous n'avons constaté qu'une différence 
de 0,15 sec. Sur les épreuves photographiques, les distances 
séparant les deux élongations maxima consécutives, pour la 
même courbe, sont les mêmes quoique les amplitudes aillent en 
décroissant. Ainsi, pour huit oscillations complètes, nous n'avons 
pas pu constater la moindre différence. Ces résultats sont d'ac- 
cord d'une part avec la constance du décrément en fonction de 
l'amplitude et d'autre part ils montrent qu'ils sont compatibles 
avec un mouvement amorti par une force proportionnelle à la 
vitesse. 

Ajoutons, en terminant, que pour un même ftl, la durée 
d'oscillation ne varie que très peu avec la température. 



Verre d'Iéna 

Les expériences sur le verre d'Iéna ont été conduites de la 
même façon que celles sur le verre ordinaire. On faisait par- 
courir au fil de verre un cycle- complet (en commençant par 
des températures décroissantes) et ceci pour deux moments 
d'inertie différents. Les résultats sont résumés dans les tableaux 
suivants : 

Tableau VIII 

Fil de verre d'Iéna. Longueur 22'^'^,5 ; diamètre 0"'"',3178 
A. Grand moment d'inertie 



Pression 28"""; moment d'inertie 1395,9 



Température 


Période T 


Décrcm. log. 


Décrém. log. 


360" 


6,8" 


0,03053 


0,03058 


310 


6,77 


0,01980 


0,01984 


250 


6,79 


0,01114 


0,01113 


200 


6,69 


0,00697 


0,00697 


150 


6,67 


0,00535 


— 


100 


6,72 


0,00469 


0,00469 


60 


6,93 


— 


0,00798 


18 


6,92 


0,01181 


0,01181 



314 



FROTTEMENT INTERIEUR DES VERRES 



Tableau IX 
B. Petit moment d'inertie 



Pression 25-28""" ; 


moment d'inertie 335,07 


Température 


Période T 


Décrém. log. 


Décrém. log. 


360° 


4,28" 


0,03049 


0,03044 


310 


4,27 


0,02007 


0,02006 


250 


4,25 


0,01130 


0,01129 


200 


4,20 


0,00700 


0,00697 


150 


4,20 


0,00547 


0.00547 


100 


4,20 


0,00470 


0,00469 


60 


4,28 


0,00799 


0,00796 


18 


4,34 


0,00118 


0,00118 



On voit que pour le verre d'Iéua le frottement intérieur 
diminue rapidement de 20° jusqu'à environ 100°. La partie 
de la courbe (fig. 7) représentant cette diminution, dans ces 

0.032 
0028 
002^ 
0,02.0 
0,016 

oon 

0,003 

cm 

OOOÛ 

bO 120 180 2^ SOù SôO 

Fia:. 7 













c 












/ 












/ 












1 














V- 






/ 


A 








^.^ 


/ 



















EN FONCTION DE LA TEMPÉRATURE 315 

limites de température, est presque une droite. Ensuite, dans 
le voisinage de 120^ le décrément passe par un minimum, puis 
remonte lentement jusqu'à 250"" et beaucoup plus rapidement 
entre 250° et 360°. Cette allure se retrouve aussi bien pour des 
températures décroissantes et croissantes que pour des mo- 
ments d'inertie différents. 

Ce fait nous montre d'une manière très nette à quel point le 
phénomène du frottement intérieur est complexe. Il semble 
probable que des transformations physico-chimiques réversibles 
se produisant à des températures relativement basses, soient la 
cause de ces variations singulières du frottement intérieur. 

Les conclusions tirées de l'étude sur le verre ordinaire s'ap- 
pliquent aussi au verre d'Iéna. Ainsi : 

1° Le décrément prend la même valeur pour une tempéra- 
ture donnée, aussi bien pour des températures croissantes que 
décroissantes. 

2» Le décrément logarithmique est indépendant de la vitesse 
de la déformation. 

3° Le décrément est indépendant de l'amplitude. 

4° La durée d'oscillation ne varie que peu avec la température, 

5° La courbe à grande vitesse a presque la même forme que 
celle pour le verre ordinaire. C'est une sinusoïde amortie. Re- 
marquons seulement qu'elle a été prise à la température de 
360°, tandis que la courbe correspondant au verre ordinaire a 
été obtenue à 310°. On ne peut donc pas faire pour ces deux 
courbes, une comparaison complète entre les coefficients figu- 
rant dans l'équation du mouvement, ces coefficients variant 
avec la température. D'autre part les fils n'ayant pas les mê- 
mes dimensions, cette comparaison n'aurait pas un intérêt 
spécial. 

Dans la limite d'exactitude des courbes enregistrées, le mou- 
vement obéit à la relation \ 

= il^e-"' cos Oit 

Le produit aT = § est égal à 0,034313. 

D'où l'on tire a = 0,01136 

Le coefficient du frottement intérieur, calculé d'après la re- 

' Pour la signification des différentes lettres voir page 223. 



316 



FROTTEMENT INTERIEUR DES VERRES 



latioii/ = 2 al, iious donne, pour le verre d'Iéua, à 360°, la va- 
leur de 7,610790; et le décalage du quart de la période — est 
égal à 0,0027. 

Cette dernière valeur, vu sa petitesse n'était pas accessible 
aux mesures directes sur les courbes. 

Mentionnons encore que nous avons examiné les fils de verre 
à l'aide du microscope polarisant, avant et après les expé- 
riences. Le verre d'Iéna est encore moins polarisant que le 
verre ordinaire. Toutefois on pouvait encore distinguer les deux 
positions d'extinction. 

Verre de plomb 

Nous nous sommes demandé si le verre de plomb, pour lequel 
la température de 360° est une température plus voisine de son 
point de fusion, ne présentait pas certaines particularités, tant 
au point de vue de la variation du décrément logarithmique au 
voisinage de cette température, qu'en ce qui concerne la nature 
des courbes enregistrées à grande vitesse (voir PI. VII). 

La méthode expérimentale restant la même que pour les au- 
tres fils, nous lie donnerons ici que les résultats. 

Tableau X 

Fil de verre de plomb. Longueur 22''"^,5 ; diamètre 0'^'^,35717 
A. Petit moment d'inertie 



Pression 30™™; moment d'inertie 335,07 



Température 


Période T 


Décrém. log. 


Décrém. log. 


360° 


3,68" 


0,05247 


0,05245 


310 


3,64 


0,04167 


0,04157 


280 


3,65 


— 


0,03906 


250 


3,68 


0,03988 


0,03986 


200 


3,62 


0,03376 


0,03369 


150 


3,57 


0,02543 


0,02541 


100 


3,56 


0,00982 


0,00982 


60 


3,50 


0,00521 


0,00525 


18 


3,47 


0,00274 


0,00273 



EN FONCTION DE LA TEMPERATURE 



317 



Tableau XI 
B. Grand vioment d'inertie 



Pression 30"™; moment d'inertie 1395,9 



Température 


Période T 


Décrém. log. 

Àd 


Décrém. log. 


360° 


5,74" 


0,05210 


0,05204 


310 


5,72 


0,04148 


0,04146 


280 


5,70 


0,03910 


0,03910 


250 


5,72 


0,03976 


0,03969 


200 


5,70 


0,03365 


0,03361 


150 


5,70 


0,02550 


0,02559 


100 


5,70 


0,00983 


0,00988 


60 


5,68 


0,00520 


— 


18 


5,68 


0,00274 


0,00274 



L'allure de la variation du décrément avec la température 
présente beaucoup d'analogie avec un mouvement sinusoïdal 
amorti. Le décrément, comme on le voit sur la courbe (fig. 8), 
croît très rapidement avec la température, et cela dans des 
limites tout à fait inattendues. Le premier maximum qui semble 
correspondre au premier maximum du verre ordinaire à 200° 
se produit à 250°. Le minimum qui le suit est approximative- 
ment à 280°. 

Nous ne voulons pas répéter ici tout ce qui a été déjà dit 
pour les autres verres sur l'influence de la période sur le décré- 
ment. Les chiffres donnés ci-dessus montrent très bien que les 
conclusions à tirer sont identiques à celles que nous avons dé- 
duites de l'étude des autres verres. Le décrément logarithmi- 
que est toujours indépendant de la vitesse de la déformation et 
de l'amplitude. 

Le fait qui doit attirer notre attention est que la courbe à 
grande vitesse pour le verre de Plomb permet d'étudier, d'une 
façon plus précise que pour les autres verres, la loi de l'amor- 
tissement. 

Sur la planche VII, nous reproduisons une de ces courbes. 

Tandis que pour le verre ordinaire et le verre d'Iéna on avait 



Archives, t. X.XXVII. — Avril llll'i 



318 



FROTTEMENT INTERIEUR DES VERRES 



une courbe se rapprochant sensiblement d'une sinusoïde, avec 
le verre de plomb, on obtient une belle courbe sinusoïde amor- 

om 
om 
m'i- 
om 
om 
om 

0,028 

om 

0020 

om 
om 
opoh 
om 

0,000 

60 r20 180 2^ 500 360 

Fig. 8 

tie avec des décalages bien marqués entre les divers quarts de 
période (3 mm. environ). 
La durée séparant les deux passages consécutifs par la posi- 

























/ 










y 


H 










.*\,y 










/ 












/ 










1 

1 












/ 












/ 










1 












1 

X 

1 










/ 


/ 










y 













EN FONCTION DE LA TEMPERATURE 



319 



tioii d'équilibre n'est doue pas coupée eu deux parties égales 
par l'époque oii la vitesse du mobile est nulle. 

Eu effet, le coefticient a de l'expressiou — t; atteint, à 360% 

une valeur de 0,02 (il était de 0,01136 pour le verre d'Iéna à la 
même température). La période étant de 3,68 sec, on a pour le 
décalage, 

A, = 0,009 
oi- 

ou très approximativement 0,01. 

Le décalage est donc de l'ordre des centièmes, tandis qu'il 
était dans les millièmes pour les verres précédents. 

En partant de la formule 

= 0,c-<" cos ^- i 

pour a = 0,02, nous avons calculé les élongations G correspon- 
dant aux valeurs suivantes de i : 



T T T 3T 

8 ' Ï2 ' "3 ' T 



5T 
12 



comme nous l'avons fait pour le verre ordinaire. 

Voici les résultats obtenus par le calcul et ceux que nous 
avons tirés des mesures directes sur les épreuves photogra- 
phiques : 



Tableau XII 



Temps 


calculée 


observée 


T 1 
6 J 


13,2 cm. 


13,2 cm. 


T 

8 


\ 10,7 » 


10,7 » 


T 
12 


7,35 » 


7,36 » 


T 
3 


— 7,07 >> 


— 7,07 » 


VsT 


— 9,98 » 


— 10,00 » 


V>2T 


— 12,44 » 


— 12,45 » 



320 FROTTEMENT INTERIEUR DES VERRES 

Ajoutons encore que si on calcule le coefficient du frottement 
intérieur d'après la formule déjà employée 

f = 2al 

on arrive aune valeui- de 13,4028. Ce même coefficient pour le 
verre d'Iéna et à la même température (360°) était 7,6107, 
presque deux fois plus petit. 



Conclusions 

L'étude que nous avons entreprise nous amène aux conclu- 
sions suivantes : 

1° Le décrément logarithmique des fils de verre étudiés 
(recuit entre 300° et 400°) présente une régularité remarquable 
dans ses variations avec la température. En etïet, nous avons 
toujours pris la première mesure (à 360°) un jour après la sus- 
pension du fil. Dix jours nous étaient nécessaires pour parcourir 
la série des températures décroissantes et des températures 
croissantes et revenir à la même température qu'au début de 
l'expérience. Or, la première et la dernière mesures ainsi obte- 
nues, dans un intervalle de temps de dix jours, ne présentent 
aucune différence appréciable. 

Par contre le décrément logarithmique d'un fil non recuit 
dépend de l'histoire thermique du fil. Dans les tableaux II et III 
on voit que les décréments obtenus en partant de la tem- 
pérature ordinaire et en chauffant progressivement jusqu'à la 
température la plus élevée, ne concordent pas avec les décré- 
ments obtenus après le recuit du fil, ce à quoi il fallait s'atten- 
dre, d'après tout ce que l'on connaît sur les propriétés des 
solides. Le recuit semble diminuer le frottement intérieur et 
par conséquent le décrément logarithmique. 

2° Pour le fil recuit, les points figuratifs du décrément res- 
tent dans les limites des erreurs d'ailleurs très petites sur une 
même courbe, qu'il s'agisse de températures croissantes ou dé- 
croissantes; il n'y a donc pas d'hystérésis thermique appré- 
ciable dans ces conditions. 



EN FONCTION DE LA TEMPÉRATURE 321 

3" Contrairement à ce que l'on observe avec les métaux, le 
décrément logarithmique ne varie pas avec l'amplitude de l'oscil- 

lation : le rapport de deux élongations successives -^ étant 

constant le mouvement peut être supposé obéir à l'équation 
générale du mouvement amorti : 

en d'autres termes à l'hypothèse d'un frottement proportionnel 
à la vitesse. Mais avec cette restriction que le changement du mo- 
ment d'inertie a pour effet de modifier la valeur du coefficient f 
de la formule précédente. 

Ap D'autre part, si l'on compare les résultats obtenus avec 
deux moments d'inertie différents, on serait tenté de conclure 
que le décrément est indépendant de la vitesse de la déforma- 
tion, conclusion qui semble contradictoire avec l'hypothèse ré- 
sumée par l'équation précédante. Il faut donc admettre que la 
constance du décrément observée pour des périodes différentes 
n'implique pas nécessairement que la force d'amortissement 
soit indépendante de la vitesse et qu'il en soit de même des 
courbes qui représentent la variation du couple en fonction 
de la déformation ; la forme du cycle pourrait en effet dépendre 
de la vitesse, tandis que la surface en serait indépendante. 

5" La valeur du décrément varie en général très rapidement 
avec la température. Cette variation est d'autant plus considé- 
rable que le verre est plus fusible. Ainsi pour le verre d'Iéna, 
le moins fusible des trois verres étudiés, le décrément varie de 
0,01181 à 0,03053. quand on passe de la température ordinaire 
à la température de 360^ ; pour le verre ordinaire de 0,00760 à 
0,03305 (à 310°); enfin pour le verre de plomb (le plus fusible), 
cette variation devient très considérable, le décrément ayant 
la valeur de 0,00274 à la température de la salle, il atteint la 
valeur de 0,05247 quand on monte à 360°. 

6° L'allure de -la variation du décrément avec la tempéra- 
ture n'est pas constamment croissante; c'est bien la preuve de 
la complexité des phénomènes qui doivent se produire au sein 
de la matière lorsqu'on fait varier la température. Pour deux 



322 FROTTEMENT INTÉRIEUR DES VERRES 

des verres étudiés le décrément après avoir augmenté d'abord 
jusqu'à 200° pour le verre ordinaire et 250° pour le verre de 
plomb, diminue brusquement et passe par un minimum aux en- 
virons de 250° pour le premier verre et 280° pour le second, 
pour croître ensuite très rapidement. Pour le verre d'Iéna, 
l'allure change : le décrément décroissant d'abord jusqu'à 100° 
passe par un minimum vers 120°, ensuite remonte d'abord len- 
tement de 120° à 250° et plus rapidement de 250° à 360°. 

Ces variations ont ce caractère particulier d'être réversibles 
et de se produire aussi bien pour des températures croissantes 
que pour des températures décroissantes. 

7" Enfin les courbes obtenues par l'inscription du mouve- 
ment oscillatoire sont, dans la limite des erreurs, des sinu- 
soïdes amorties. 

Tant que l'amortissement n'est pas trop grand, la courbe se 
rapproche trop du mouvement harmonique simple pour qu'il 
soit possible d'en tirer la valeur du coefficient d'amortissement 
avec précision. 

Tel est le cas pour le verre ordinaire et le verre d'Iéna. Mais 
à mesure que le coefficient du frottement augmente avec la 
température, le coefficient d'amortissement a qui figure dans 
l'équation 

= Goc-"' cos -Y t 

devient de plus en plus grand. 

L'inégalité des deux demi-périodes (caractéristique du mou- 
vement sinusoïdal amorti) correspond bien alors à la valeur 
du coefficient a de la formule. C'est le cas pour le verre de 
plomb à 360°. 

L'analyse des courbes de mouvement enregistrées nous a 
permis de nous faire une idée de la variation du coefficient 
(pour une température déterminée) quand on passe du verre le 
moins fusible au verre le plus fusible. Comme nous l'avons dit 
l'amortissement est trop faible pour les verres ordinaire et 
d'Iéna, pour qu'il soit possible de tirer des expériences des 
conclusions précises. Mais si l'on admet par analogie que ces 
verres suivent une loi semblable à celle du verre de plomb, on 



EN FONCTION DE LA TEMPERATURE 



323 



peut établir le tableau ci-après, donnant pour les hautes tem- 
pératures les caractéristiques du mouvement sinusoïdal amorti. 

Tableau XII 



Verre 


Tempéra- 
ture 


Coefficient -r^ , , a 

Décalage —, 

a 1 6>- 


Coeff.dufrott. 
/■= 2al 


Verre d'Iéna. . . . 

— ordinaire . 

— de plomb . 


360 
310 
360 


0,01136 
0,0108 . 
0,02 


0,0027 
0,0038 
0,01 


7,6108 

7,2375 

13,4028 



Laboratoire de physique de l'Université. 
Genève, janvier 1914. 



LA MAGNÉTOCHIIVIIE DES COMPOSÉS DU NICKEL 



ET LA 



THÉORIE DU MAGNÉTON 



B. €ABRER4, E. MOINES «t J. OrZMABT 



1. Dans son travail classique Wiedemann ^ étudia la suscep- 
tibilité spécifique des chlorure, sulfate et nitrate de nickel ; 
plus tard Quincke - étudia le chlorure et le sulfate. G. Jâger et 
St. Meyer ^ mesurèrent les chlorure, sulfate et nitrate de nickel ; 
J. Kœnigsberger * étudia le sulfate; Liebknecht et Wills Mes 
chlorure, bromure, iodure, fluorure, sulfate et nitrate ; G. Mes- 
lin ^ le sulfate et W. Finke ^ le sulfate cristallisé avec 7 molé- 
cules d'eau. 

Nous examinerons spécialement les mesures de Kœnigsber- 
ger, Liebknecht, Wills et celles de W. Finke. Le premier de 
ces auteurs étudie six dissolutions de SO^Ni dont la teneur en 
sel est comprise entre 2,35 et 12,28 7o et obtient l'équation 

X. = [32,7 m- 0,80(1 - m)] . IQ-^ 

donnant des différences du centième entre les valeurs calculées 
et observées. Ces résultats confirment la loi de Wiedemann 

» Pogg. Ann. 1863, CXXVI, 1. 

2 Wied. Ami. 1885, XXIV, 347. 

^ Wiener. Ber. 1897, CVI, 594 et 623. 

* Wied. Ann. 1898, LXVI, 698. 

•' Ann. d. Phys. 1900, I, 178. 

« A7in. Chim. et Phys. 1906, [8], VIT, 145. 

' Ann. d. Phys. 1910, XXXI, 14 9. 



LA MAGNÉTOCHIMIE DES COMPOSÉS DU NICKEL, ETC. 325 

selon laquelle la susceptibilité moléculaire du sel dissous est 
iûdépendaute de la concentration, résultat logique étant donué 
la stabilité de ce corps dans ses dissolutions aqueuses. La valeur 
de la susceptibilité spécifique obtenue au moyen de la formule, 

32,7 X 10 ~^ doit être multipliée par le rapport ^-^ des valeurs 

de l'eau, pour des motifs que nous avons déjà exposés dans un 
autre travail à propos du chlorure ferrique \ avec quoi devient 
la valeur à 22° = 29,4 X 10"'^ et pourtant la susceptibilité 
moléculaire = 0.00455. 

Les résultats obtenus par Liebknecht et Wills ont un intérêt 
spécial parce qu'ils servirent à Weiss pour calculer le nombre 
de maguétons du nickel. Les susceptibilités des sels étudiés 
ramenées à la nouvelle valeur de la constante de l'eau sont : 

F.Xi 0,00428 

CloXi 0,00429 

Br^Ni 0,0i)424 

LNi 0,00418 

804X1 0,00417 

(NOaioNi 0,00425 

avec lesquels on trouve un nombre tout à fait fractionnaire de 
magnétons. La méthode au zéro de Du Bois suivie par les 
auteurs écartant toute erreur provenant de la mesure magné- 
tique, il faut chercher la discordance soit dans la non applica- 
tion de la loi de Wiedemann, ce qui n'est pas d'accord avec les 
résultats de Kœnigsberger, que nous venons de citer, soit dans 
une erreur systématique commise dans l'analyse des solutions 
magnétiquement neutres. Relativement à cette dernière ques- 
tion il faut avertir que ^Yiudelschmidt - a démontré que la 
méthode employée par ces auteurs, soit l'électrolyse du sel 
dans des solutions contenant de l'oxalate d'ammonium, donne 
des erreurs par excès qui peuvent dépasser 3 ^/o, et dont la cause 

' An. Soc. Esp. Fis. y Qtiim., 1912, X, 316 et 394. Archives des Se. 
pUys. et nat., 1913, XXV, 425. 

- Voir : Thiel et Windelschmidt, Zeit. f. angew. Chem., 1907, XX 
1137. Voir aussi Classen, Ausgewdhlte Methoden, 1901, I, 408; Tread- 
well, Le/ir&Mc/t, 1911, II, 115. H. Grossmann, Die Bestimmiingsmethoden 
des Nichels und des Kobalts, 42. 



326 LA MAGNÉTOCHIMIE DES COMPOSES DU NICKEL 

est la formation de composés de Ni avec le C. Nous avons pu 
confirmer cette valeur extrême bien que les erreurs n'aient pas 
dépassé 2 °/o dans nos expériences. 

En tenant compte de tout ce que nous venons de dire nous 
avons cru convenable de répéter les mesures dans les sels de 
Ni. Tel a été le but du présent travail. 

Les mesui'es de W. Finke furent faites en trois directions 
perpendiculaires sur un cristal de SO^Ni'TH^O, obtenu en par- 
tant d'un sel très pur. Les valeurs des susceptibilités molécu- 
laires obtenues d'après les données de l'auteur sont : 

y, = 0,004309 
■^„ = 0,004173 
Xb = 0,004206 

M. P. Weiss^ a démontré que la moyenne de ces constantes suit 
la loi de Curie tant que l'action orientante des aimants élémen- 
taires les uns sur les autres est négligeable -. Cela permet de 
déduire le nombre de magnétons de ces mesures. Malheureuse- 
ment l'auteur ne donne pas la température à laquelle il a 
opéré, mais en admettant que ce fut celle du laboratoire (18" à 
peu près) et en tenant compte de réchauffement produit dans 
le champ, par le courant de l'électroaimant, nous pouvons con- 
sidérer qu'elle pouvait osciller entre 20 et 25°. 

Le nombre de magnétons calculé d'après cette hypothèse et 
correspondant à cette température est de 15,89 et 16,03, cor- 
rection faite du diamagnétisme de l'anion et de l'eau de cris- 
tallisation. 

2. La méthode suivie dans le présent travail pour les mesures 
magnétiques a été déjà décrite précédemment. 

Les dissolutions furent préparées au moyen de sels de Merck 
et de Kahlbaura « exempts de cobalt » et d'eau distillée plu- 
sieurs fois avec les mêmes précautions qu'on suit pour obtenir 
l'eau de conductibilité. Ces sels pouvaient renfermer des traces 
de cobalt et de fer comme impuretés gênantes. 

L'effet que ces impuretés pouvaient déterminer sur le nombre 
de magnétons est facile à calculer : si nous appelons x la frac- 

1 G. R., 1913, CLVI, 1674. 
- C. B, 1913, CLVI, 1836. 



ET LA THÉORIE DU MAGNÉTON 327 

tion d'impureté contenue dans un gramme du sel, nous aurons 
pour la susceptibilité apparente de ce dernier 





%'<^p ^•i 


= ^X' + (1 


Or, 


, dans tous les cas 





dont M représente le poids moléculaire, C une constante, de 
façon que 

\M< Msi/ Mnî 

La quantité nécessaire de Co ou de Fe, pour produire une 
augmentation de 0,1 dans le nombre de magnétons est 
X = 0,0076. 

Pour vérifier si ces métaux se trouvaient dans les sels essayés 
en quantité suffisante pour perturber nos résultats nous avons 
pratiqué les essais suivants : 

I. La solution concentrée de sel de nickel rendue légèrement 
acétique et additionnée d'un excès de sulfocyauate d'ammo- 
nium fut agitée avec un mélange d'alcool amylique et étlier 
(1 : 10). La couche surnageante, séparée du reste, se décolora 
complètement par addition de 2-3 ce. de solution concentrée 
d'acétate d'ammonium et de 2-3 gouttes d'acide tartrique 
(50 7o) confirmant ainsi V absence de cobalt. 

IL 70 gr. de sel de nickel dissous dans l'eau furent addi- 
tionnés d'ammoniaque, de chlorure d'ammonium et de sulfure 
d'ammonium. Le précipité, après lavage, fut mis en digestion 
dans l'acide chlorhydrique (10 " o) à froid et pendant plusieurs 
heures, on filtra, concentra le liquide et peroxyda avec NO3H, 
recherchant le ter au moyen du ferrocyanure et du sulfocya- 
nure et éther. Le résultat fut négatif, comme pour le cobalt. 

Ces résultats furent vérifiés en faisant des spectogrammes de 
quelques solutions au moyen du grand spectographe Hilger 
(modèle C) existant au Laboratoire. 

Les solutions furent toujours préparées par pesée. La teneur 
en nickel fut déterminée électrolytiquement en se servant 
comme cathode d'une toile de platine ou de cuivre (avec tige 
de nickel) et comme anode rotatoire d'une spirale en platine 



328 LA MAGNÉTOCHIMIE DES COMPOSÉS DU NICKEL 

de 2 mm. d'épaisseur. La méthode suivie, différente de celle 
décrite dans les traités spéciaux, a été appliquée d'une façon 
tout à fait identique au sulfate, au chlorure et au nitrate de 
nickel. 

On prend une quantité de solution renfermant 0,2 — 0,3 gr. 
de métal, on ajoute 5 gr. de S04(NHJ2 et 1 gr. de SOgNa, 
(desséché Merck) on chauffe presque à l'ébuliition et on addi- 
tionne de 10 cm^ d'ammoniaque concentré. On verse la solu- 
tion chaude, qui ne doit dépasser un volume de 80 cm^ 
dans un vase à électrolyse, et on fait passer un courant 
NDjoo = 1,2-1,4 amp. avec une tension initiale de 2,6 volts, qui 
monte à la fin jusqu'à 3,2-3,4 volts. 

Au bout d'une demi-heure le liquide est presque totalement 
décoloré et on s'assure de l'absence de nickel au moyen de la 
diméthyiglioxime ; le lavage se fait avec de l'eau bouillie, sans 
interrompre le courant et jusqu'à ce que l'ampèremètre n'in- 
dique plus aucun courant ; il ne faut pas pousser le lavage trop 
loin car on aurait des pertes en Ni (Hollard). Les dernières 
eaux de lavage concentrées à 3 cm^ donnent avec 1 cm^ de 
solution de diméthyiglioxime (1 %) et 1 cm^ d'ammoniaque con- 
centré, une coloration rosée plus faible que celle correspondante 

3 
à une tenue de ,^^^ — de nickel. Si on emploie de l'eau non 
100000 ^ 

bouillie dans les lavages oiî arrive dans les mêmes conditions à 
une coloration correspondant à une teneur en nickel comprise 

, 6 , 15 

^""^ 100000 ^^ïooôôo- 

La cathode après lavage à l'alcool est desséchée à 80-100° 
pendant 10 minutes. L'anode ne doit pas montrer des traces 
d'oxyde. 

Afin de contrôler l'exactitude de la méthode électrolytique 
nous avons fait une série de déterminations de Ni par la 
méthode de Tschugseft-Brunk au moyen du diméthyiglioxime ^ 

On prend une quantité de solution renfermant 0,05 à 0,10 gr. 
de Ni, on l'étend avec de l'eau jusqu'à 200 cm^ et on chauffe 

' VoirTreadwell, Le^r6t(c/t d. analyt. Chemie 5^ édit. II, 108, et aussi 
H. Grossmann, Die Bestimmungsmethoden des Nickels und des Kobalts, 
35, 1913. 



ET LA THEORIE DU MAGNETON 



329 



à rébullitioii ; ou précipite le Ni par une solution alcoolique de 
diuiéthylglioxirae (1 7o ; ayant soin d'ajouter pour chaque partie 
de métal cinq parties de diméthylglioxime) et on ajoute un peu 
d'ammoniaque jusqu'à ce que l'odeur soit persistante, on fait 
bouillir pour expulser l'alcool le plus possible et puis on fil- 
tre le précipité rouge à la trompe, dans un creuset de Gooch, 
on lave avec de l'eau bouillante et dessèche le précipité à 
110-120° jusqu'à poids constant (45-60 minutes suffisent). Le 
poids de l'oximep X 0,2031 donne le Ni. 

Les liquides filtrés, concentrés à petit volume, deviennent 
rosés par suite de traces de nickel. Si on ne chasse pas l'alcool 
lorsqu'on concentre le liquide on obtient des petits fiocons 
rouges. On peut juger des résultats obtenus avec cette méthode 
par l'exemple suivant d'une solution de nitrate de nickel. 



Gr. de solution 


Gr. de Ni-oxime 


(N03)2Ni 7o 


A 


0.9484 
1.0338 
1.12fî6 


0.3710 
0.4032 
0.4402 


24.734 
24.718 
24.707 


+ 0.015 
- 0.001 
-0.012 


Moye 


nne : 24.719 


± 0,009 



L'erreur est donc très inférieure à 1 7oo ( P^'ès de 



M. Nous 
2500/ 

avons déterminé aussi le Ni dans une solution de sulfate au 

moyen de la méthode électrolytique et de la diméthylglioxime, 

employant dans la première des cathodes en platine et en 

cuivre: voici les résultats : 



Méthode 



Gr. de soliit. 



Gr. de Ni 



SO.Ni Vo 



Electrolyt. cat. Pt 
» Pt 
» Cu 

Dimethylglioxim. 



3.350 
4.469 
4.641 
1.1760 



0.2800 
0.3740 

0.3880 
0.0988 



22.085 
22.061 
22.040 
22.045 



Moyenne : 22.045 



- 0.010 
+ 0.016 

- 0.005 
± 0.000 



± 0.008 



2750 i 



L'accord est donc parfait malgré les traces de Ni qui passent 
dans les liquides de lavage. Cette perte est tout à fait négli- 



330 



LA MAGNETOCHIMIE DES COMPOSES DU NICKEL 



geable. Les résultats obtenus pav la méthode de la diméthylglio- 
xime sont aussi exacts que ceux fournis par l'électrolyse et la 
durée de l'opération n'est guère plus longue \ 

3. Les tableaux suivants montrent les résultats obtenus avec 
les sels étudiés : 

Dissolutions de SOiNi 



Xc-W ;f;rilO^ 



Cnï 



0.00950 
0.01967 
0.05467 
0.07174 
0.17406 
0.17715 
0.17715 
0.21750 
0.22040 






° 


298.09 


298.15 1 


297.68 


297.92 ' 


294.55 


294.19 


297.46 


298.24 


298.03 


298.12 


294.24 


293.93 


287.98 


293.93 j 


293.35 


292.54 


293.35 


292.90 



- 1.1155 

- 0.4001 
+ 2.1899 
t 3.4499 
-flO.8696 
+11.2583 
tll.5485 
+13.9320 
4-14.7254 



Dissolutions de Cl>Ni 



1.8033 


435.9 


1.8309 


431.2 


1.8197 


437.5 


1.8161 


439.0 


1.8237 


434.2 


1.8124 


442.2 


1.8124 


452.1 


1.8212 


431.5 


1.8212 


447.7 



439.8 
435.2 
441.4 
442.9 
438.1 
446.0 
455.9 
435.4 
451.7 



1.311 
i 1.295; 
1.300 
1.317 
1.306 
1.312J 
|l.313j 
1 1.277 
!l.325 



16.09 
16.00 
16.03 
16.14 
16.06 
16.10 
ic.ll 
15.89 
16.18 



Moyenne : 1.306 16.07 



m 


T, 


TbB 


A 


Z/aq 


;^cio^ 


Af 10^ 


Cni 


n 


0.02208 


291.09 


291.21 


t 0.1193 


-1.8228 


440,5 


444.7 


1.294 


16.C0 


0.08355 


291.18 


290.98 


t 5.4644 


- 1.8208 


437.0 


441.2 


1.285 


15.94 


0.15840 


293.59 


293.76 


+12.1617 


- 1.8274 


441.2 


445.4 


1.308 


16.08 


0.23760 


290.38 


290.40 


+19.724 


-1.8279 


452.6 


456.5 


1.325 


16.19 


0.34630 


291.12 


290.15 


+28.602 


- 1.8288 


438.5 


44:2.5 


1.288 


15.96 




Moyenne : 


1.300 


16.03 



Dissolutions de f'iVOsJQ^^'^* 



m 


T. 


laq 


A 


Zlaq 


Xc . 10^ 


;^Ni' • 10' 


Csi 


n 


0.01805 


292.23 


292.04 


- 0.6915 


-1.8196 


438.2 


442.1 


1.294 


16.00 


0.04515 


292.42 


292.69 


+ 1.0127 


- 1.8200 


439.9 


443.7 


1.297 


16.01 


0.12190 


292.20 


292.46 


+ 5.9163 


- 1.8289 


443.4 


447.2 


1.307 


16.07 


0.24700 


292.61 


292.04 


+13.6608 


-1.8196 


439.7 


443.5 


1.299 


16.02 




Moyenne : 


1.299 


16.02 



Voir Treadwell, loc. cit. et Grossmann, ibid., 35 et 131. 



ET LA THÉORIE DU MAGNÉTON 331 

Par analogie avec ce que nous avons fait dans les sels de fer, 
nous avons aussi mesuré un sel complexe de nickel dans lequel 
on ne pouvait pas reconnaître le métal à l'état de catliion. 
C'était le cyanure de nickel et de potassium. On a mesuré 
la solution presque saturée dans l'eau de 15% avec une teneur 
en sel de 128,47 gr. par kg. avec le résultat suivant : 

le sel étant diamagnétique nous nous sommes dispensés d'es- 
sayer des solutions plus diluées, tenant compte des résultats 
obtenus auparavant avec le ferrocyanure de potassium \ 

Avant de tirer des conséquences des nombres obtenus, il faut 
étudier les causes d'erreur possibles. Nous n'ajouterons rien à 
ce qui a été dit dans des travaux précédents à propos des 
mesures de dénivellation ; ces erreurs ne dépassent jamais 
quelques millièmes. Cette affirmation paraît tout d'abord en 
contradiction avec les différences que l'on observe dans la 
colonne Aaq, mais il faut avertir que dans les tableaux précé- 
dents, de même que dans ceux publiés dans les travaux anté- 
rieurs, les mesures n'ont pas été ordonnées chronologiquement, 
mais par la concentration du sel dissous ; ainsi pour les solu- 
tions de SO^Ni, nous avons des mesures faites aux mois de 
juillet et novembre de 1913 et au mois de février de 1914. Or 
pendant ce temps la position du microscope qui vise le ménisque 
et l'inclinaison de la vis qui mesure la dénivellation ont certai- 
nement changé; ces déplacements expliquent les différences 
trouvées, d'autant plus que nous n'avons pas pris de précau- 
tions spéciales pour assurer la constance de la position du 
microscope et la verticalité de la vis. 

Afin de déterminer Terreui- qui pourrait être introduite par 
un changement de la température du liquide soumis au champ, 
pendant la mesure, nous avons fait une série d'expériences 
dans lesquelles on avait des changements de température très 

^ Nous devons remarquer ici que dans le mémoire précédent (Archives 
1913, XXXVI, 516) on a écrit pour les susceptibilités du Fe(CN)6K2 les 
valeurs /[."'' = n- 10~', devant être w 10""^. 

- An. Soc. Esp. de Fis. y Qiiim. XI, 398 (1913); Archives, 1913, 
XXXVI, 502. 



332 



LA MAGNETOCHIMIE DES COMPOSES DU NICKEL 



rapides, avec la solution correspoudant à 0,01584 gr. de ClgNi. 
Les résultats obtenus sont les suivants : 



Lect. du pont 


Temp. 


J» 


Cîv-i 


28.40 
28.46 




12.160 




28.59 

28.84 


20°,39 


12.165 


1.808 


28.90 
29.34 




12.156 




26.90 ] 
25.33 


19°,65 


12.218 


1.305 


26.20 
23.59 


19°,22 


12.225 


1.310 


23.00 
21.33 


18°,24 


12.288 


1.309 



On voit donc que malgré les conditions exceptionnelles de 
l'expérience les erreurs ne dépassent pas le 4 7oo- 

Si l'on considère que les autres causes d'erreur qui entrent 
en jeu dans les mesures magnétiques sont moins importantes 
que celles que nous venons de mentionner et ce que nous avons 
dit auparavant à propos de l'exactitude de la méthode ana- 
lytique, on conçoit aisément que les différences existantes entre 
les valeurs de Cnï pour les différentes solutions d'un même sel, 
qui atteignent quelquefois 3 7o» sont dues au défaut d'identité 
des liquides étudiés magnétiquement et par l'analyse. L'ori- 
gine de cette anomalie, nous croyons la trouver dans l'incom- 
plète élimination des premières portions de solution qui ont 
servi à remplacer l'eau de l'appareil; cette influence serait 
d'autant plus importante que les solutions seront plus concen- 
trées et l'expérience est d'accord avec cette manière de voir, 
car les plus grands écarts correspondent à celles-ci. 

L'application de cette discussion d'ordre général, à chacune 
des dissolutions étudiées nous mène à considérer comme plus 
exactes les mesures dans des solutions diluées (exception faite 
pour la première de SO^Ni dans laquelle l'erreur commise dans 
la mesure magnétique est deux fois plus grande dans le résul- 



ET LA THÉORIE DU MAGNÉTON 333 

tat), spécialement celles qui coiitienneut 0,0126 et 0,05469 de 
SO.Ni ; 0,02208 de Cl,Ni et 0,01805, 0,04515 de (N03)„Ni pour 
lesquelles une erreur initiale de 1 7o flans la mesure magné- 
tique vient réduire à 0,3 7, ; 0,5 "U ; 0,5 7o ; 0,06 7^ et 0,3 7^ 
respectivement dans les valeurs de Cnï. 

5. L'ensemble des déterminations faites, vient confirmer, 
d'accord avec les résultats de Koenigsberger mentionnés aupa- 
ravant, que la loi de Wiedemann est applicable dans tous les 
cas, puisque le léger accroissement qui paraît exister dans les 
valeurs de Gm quand la concentration augmente est inférieure 
aux erreurs expérimentales et pourrait peut-être provenir de 
la dissociation du sel. 

En effet, Pascal ^ a démontré que la susceptibilité molécu- 
laire d'un sel est la somme des susceptibilités correspondant 
aux différents atomes plus un facteur de correction qui dépend 
de la constitution moléculaire. En calculant Cni nous avons 
négligé ce terme (duquel nous ignorons la valeur), son influence 
ne peut pas être la même pour les différentes concentrations 
puisque, le sel se dissolvant ce terme doit s'annuler ; il suflirait 
qu'il soit négatif, ce qui n'est pas opposé aux faits connus, pour 
déterminer une variation dans le sens indiqué. 

Pour interpréter cette question il est nécessaire d'essayer les 
sels d'un métal paramagnétique avec un nombre de magnétons 
inférieur à celui du nickel. Le cuivre serait peut-être le plus 
indiqué; dans celui-ci Meslin" déjà a obtenu une variation pour 
le SO^Cu qui ne s'explique pas aisément par la voie chimique. 

Il n'est pas risqué d'afftrmer que dans les trois sels SO^Ni, 
CijNi et (N03).,Ni et probablement dans tous ceux qui ren- 
ferment lécation Ni, le nombre de magnétons est constant et 
égal à 16,0, n'importe la concentration et peut-être même dans 
le sel solide, d'après les résultats de W. Finke, 

6. En admettant l'invariabilité du nombre de magnétons 
dans toutes les dissolutions de Ni, les sels étudiés fournissent 
des solutions pour lesquelles la susceptibilité varie dans de 
larges limites et dont on peut calculer facilement la valeur 

' Ann. Chim. et Phys., 1910, [8] XIX, 5. 
- C. B., CXL., 329. 

.\RciiivES. t. XXXVII. — Avril l'Jl'i. 24 



334 LA MAGNÉTOCHIMIE DES COMPOSÉS DU NICKEL 

absolue. Le sel le plus convenable est le chlorure, à cause de sa 
grande solubilité, et en employant la formule 

% = [33.91W - 0.719(1 - m)] • IQ-s - ll.lmit - 20°) • IQ-** 

ou obtient la valeur de y dans une dissolution contenant m gr. 
par gr., à la température t (qui doit être voisine de 20°). Nous 
croyons que l'erreur est inférieure au 5 7oo POur la valeur de y. 
Lorsqu'on ne tient pas à dépasser une précision de 1 7o dans 
la mesure, les valeurs de m pourront être déduites de la quan- 
tité de sel dissous. Pour avoir une plus grande précision, qui 
peut atteindre 1 7oo dans les dissolutions concentrées on peut 
calculer la valeur de m d'après la formule^ 

m = 1.0547 (D, - Daq)i5» - 0.551 D. - Daq)-i5» 

dans laquelle Ds et Daq sont les densités de la dissolution et de 
l'eau obtenues avec une erreur qui n'affecte pas la quatrième 
décimale et en supposant dans les deux cas qu'on a opéré avec 
des produits purs (Merck ou Kahlbaum) exempts de cobalt. 

Madrid. Laboratoire de recherches physiques, 
février 1914. 



^ Cette formule a été déduite d'un ensemble de déterminations encore 
inédites. 



LA NATURE DES RAYONS X ' 



PAR 
Augnsto RIGHI 



Discoui's d'inauguration pour le premier Congrès italien de Radiologie 
qui a eu lieu h Milan le 12 octobre 1913 



L'honneur signalé que vous m'avez fait l'année passée, ô 
Radiologistes Italiens, en m'appelaut parmi vous eu qualité 
de Président honoraire de votre nouvelle et déjà florissante 
Société, m'empêche de me soustraire à l'invitation de commen- 
cer vos travaux par une communication scientifique, bien que 
j'ai conscience d'être tout à fait étranger aux Sciences Biolo- 
giques et Médicales, que vous possédez à fond. 

N'attendez pas de moi un de ces discours académiques à style 
recherché qui, à l'époque actuelle, caractérisée par tant de fer- 
veur de recherche scientifique et de progrès, sont à considérer, 
à mon avis, tout au moins, comme non indispensables. Je préfère 
traiter quelque question qui puisse vous intéresser, et adopter 
la forme la plus simple, sacrifiant la beauté et l'élégance des 
phrases à la clarté et à la concision de mon exposition. 

Heureusement, je ne me suis pas trouvé embarrassé dans 
le choix du sujet à traiter; car, dans ce même champ de recher- 
ches, dans lequel a été fait la découverte des rayons merveil- 
leux, que vous employez savamment pour le bien de l'huma- 
nité, on a obtenu dans ces derniers mois, je pourrais dire 
même dans ces dernières semaines, des résultats nouveaux et 
très importants, qui permettent de soulever en partie le voile 
de mystère qui nous a caché jusqu'à présent les phénomènes 
découverts par Rôntgen. 

En vous rendant compte d'une manière succincte de ces 

• Sdentia, 1914, t. XV, 13, p. 1. Reproduit avec l'autorisation de 
l'auteur et celle de la direction de cette revue. 



336 LA NATURE DES RAYONS X 

résultats et des couséquences principales auxquelles ils condui- 
sent relativement à la nature probable des rayons X, il me sera 
possible de toucher le champ de votre activité, même en res- 
tant au dedans des frontières de la Science, à laquelle j'ai con- 
sacré toute mon énergie. 

Le physicien de Wûrzburg (à présent de Mûnchen) s'étant 
aperçu qu'au voisinage d'un tube à décharges entouré de tout 
côté de corps opaques, certaines substances, et en particulier 
celles qui sont phosphorescentes aussi sous l'action de la lu- 
mière, devenaient lumineuses, il put annoncer, après des recher- 
ches ingénieuses, que du dit lube sortait une radiation nou- 
velle, douée de quelques-unes des propriétés delà lumière et des 
rayons cathodiques (de l'existence desquels dépend celle des 
nouveaux rayons), et plus précisément douée de pouvoir phos- 
phorogénique et photographique, mais ayant comme qualité ca- 
ractéristique un pouvoir de pénétration énormément plus grand, 
au point de pouvoir traverser toute espèce de substance, jus- 
qu'à une profondeur généralement d'autant plus grande que sa 
densité est moindre. En peu de temps M. Rôntgen put établir 
que les nouveaux rayons, qu'il appela rayons X, ne pouvaient 
pas produire les phénomènes principaux de la lumière, comme 
la réflexion, la réfraction, etc. Enfin il arriva à s'assurer, que 
les ombres projetées sur des corps phosphorescents ou sur des 
préparations photographiques avaient des contours, qui démon- 
traient qu'ils sont parfaitement rectilignes, et qu'ils partent 
directement des points où, à l'intérieur du tube à décharges, les 
rayons cathodiques sont arrêtés par la paroi, ou par un corps 
placé exprès pour produire cet effet, c'est-à-dire l'antica- 
thode. 

Je n'ai pas à vous rappeler que ces rayons cathodiques fa- 
meux, dont l'étude a conduit en peu d'années à des résultats 
capables de modifier radicalement nos conceptions philosophi- 
ques fondamentales, ne sont que les ligues parcourues avec des 
vitesses vertigineuses par certaines particules appelées élec- 
trons, qui sont, pour ainsi dire, les atomes de la substance pri- 
mordiale inconnue appelée électricité (ou mieux électricité 
négative), et en même temps, suivant l'opinion désormais una- 
nime, les éléments constitutifs des atomes de la matière. C'est 



LA NATURE DES RAYONS X 337 

en eux, et dans leurs mouvements, que résident les causes pre- 
mières de tous les phénomènes du monde physique. 

Il n'est pas nécessaire que je vous parle des etiets électriques 
produits par les rayons X, qui furent découverts simultané- 
ment, quelques jours à peine après que la première publication 
de Rôntgen eut paru, par un physicien russe, par un physicien 
suisse, par un physicien français et par celui qui vous parle en 
ce moment; car ces effets n'ont pour vous qu'un intérêt limité, 
bien qu'ils fournissent le moyen le plus sensible et le plus pré- 
cis pour étudier les nouveaux rayons. L'existence d'une rela- 
tion de cause à effet entre l'arrêt des électrons contre l'anti- 
cathode et la production des rayons X. apparut bientôt extrême- 
ment probable, d'autant plus que nos théories physique (qui en 
général méritent plus de confiance que celles qu'on admet sans 
hésitation dans d'autres sciences) nous avaient déjà appris que 
toute variation de la vitesse possédée par un corps électrisé 
fait naître dans l'éther universel une de ces perturbations élec- 
tromagnétiques qui, lorsqu'elles sont périodiques ou oscilla- 
toires, donnent origine au\ ondes de lumière. Les rayons X 
différeraient donc des rayons lumineux par leur manque de 
périodicité, et cela expliquerait l'impossibilité de réaliser avec 
eux certains phénomènes de l'Optique. 

Jusqu'à ces derniers temps c'était là l'hypotèse admise géné- 
ralement. Une hypothèse différente, suivant laquelle nos rayons 
seraient de nature corpusculaire, n'a pas eu beaucoup de suc- 
cès. Moins que jamais on pourrait la défendre, après qu'on a 
connu les faits nouveaux dont je vais vous entretenir, qui por- 
tent au contraire à faire admettre une ressemblance encore 
plus intime entre les rayons X et la lumière. 

Mais, même indépendamment de ces faits nouveaux, il faut 
observer que la supposition du manque de caractère vibratoire 
pour les rayons X n'est pas nécessaire. Il suffit d'admettre 
qu'ils aient une longueur d'onde extrêmement petite pour se 
rendre compte de leurs propriétés. Pour bien l'expliquer, je 
me servirai d'une analogie qu'on emploie souvent. 

Les ondes sonores sont réfléchies régulièrement par un corps 
de dimensions convenables, comme un mur, une large lame 
métallique, etc., mais non par un corps de dimensions trop pe- 



^338 LA NATURE DES RAYONS X 

tites, par exemple un pieu enfoncé verticalement dans le sol. 
La raison eu est que la formation de l'onde réfléchie exige le 
concours de bon nombre de ces ondes sphériques élémentaires, 
produites par chaque petite portion du corps frappé par les 
ondes incidentes ; et il faut pour cela que le corps réfléchissant 
ait des dimensions d'autant plus grandes, que la longueur 
d'onde est plus grande elle-même, c'est-à-dire que le son est 
plus grave. Un son très aigu pourra être réfléchi par un ob- 
stacle qui serait trop petit pour donner la réflexion régulière 
d'un son grave. 

Je ne m'arrêterai pas à définir la longueur d'onde, car il 
suffit d'observer les ondes superficielles qu'on crée en jetant un 
caillou dans une eau tranquille, pour en avoir une idée. De 
même que ces ondes ne sont que des anneaux alternativement 
en relief et creusés, les ondes sonores dans l'air sont des cou- 
ches sphériques dans lesquelles l'air est alternativement un 
peu comprimé ou un })eu raréfié. Et tandis que, dans le cas de 
l'eau, la longueur d'onde est la distance entre deux anneaux 
successifs relevés ou creusés, la longueui- d'onde, dans le cas 
du son, est la distance entre deux couches comprimées ou raré- 
fiées successives. 

Or, la longueur d'onde pour les sons perceptibles va de quel- 
ques millimètres jusqu'à plus de vingt mètres, tandis que les 
longueurs d'onde pour les vibrations de la lumière sont si pe- 
tites, qu'on les exprime commodément en dix-millièmes de mil- 
limètre. Il s'ensuit que, pour que la réflexion régulière de la 
lumière n'ait plus lieu, il faudra que le corps frappé par elle 
ait des dimensions très petites. 

Effectivement, toute trace de propagation rectiligne de la 
'lumière dispai-aît, lorsqu'on fait intervenir dans les phéno- 
mènes optiques des sources lumineuses ti-ès petites, des corps 
opaques très déliés, ou des ouvertures très étroites. Dans ces 
circonstances se présentent les phénomènes dits de diffraction, 
dont l'étude a grandement aidé à éclairer la nature ondula- 
toire de la lumière. Il ne s'agit pas ici de découvertes récentes, 
car le premier fait de diffraction a été observé à Bologne, il y a 
deux siècles et demi, par le moine Grimaldi. 

D'une façon analogue il suffira d'admettre pour les rayons 



LA NATURE DES RAYONS X 339 

X des longueurs d'onde beaucoup plus petites encore que celles 
des rayons de lumière, pour comprendre que, vu qu'il n'est 
plus permis de faire abstraction des intervalles existant entre 
molécule et molécule, chacune de celles-ci agit d'une manière 
indépendante et, à cause de ses dimensions très petites, ne peut 
pas donner lieu à la rétiexion, mais seulement à la dift'raction. 

Quelques physiciens avaient essayé d'obtenir, non sans quel- 
ques indices de succès qu'aujourd'hui on peut mieux apprécier, 
un phénomène deditiraction, eu faisant passer les rayons X par 
des fentes extrêmement étroites. Mais une expérience faite à 
Munchen par les physiciens Laue, Friedrich et Kuipping, bien- 
tôt répétée, complétée et discutée par d'autres, enlève toute 
incertitude sur le caractère vibratoire des dits rayons. 

Bien que de grande importance pour les conséquences aux- 
quelles elle conduit, cette expérience est en elle-même très 
simple, et serait probablement considérée comme une curiosité 
sans importance par ceux qui ne savent pas s'en rendre compte; 
ce qui souvent a lieu dans les cas semblables. Peu de mots pour- 
ront me suftire pour en faire une description telle que ceux qui 
en auraient le désir puissent la répéter. 

Un certain nombre de lames de plomb parallèles protègent 
contre l'action des rayons X, provenant d'un des tubes usuels 
qui les produisent, un petit coi'ps à structure cristalline, par 
exemple le sel gemme, le limpide minéi-al que les recherches 
classiques de Melloni ont rendu célèbre. Tous ces diaphragmes 
portent un trou très petit; et comme les trous ont été bien 
placés en ligne droite, un faisceau très mince de rayons arrive 
au cristal. 

A quelque distance on place une plaque photographique, de 
manière qu'elle aussi soit protégée par les lames de plomb. 
Elle est entourée de papier noir pour un motif évident. 

Après quelques heures de pose, on trouve sur la plaque, 
traitée par les révélateurs et fixateurs ordinaires, non seule- 
ment une tache noire due à l'action directe du faisceau de 
rayons X, si celui-ci rencontrait la plaque, mais un certain 
nombre d'autres taches d'intensités différentes, distribuées 
d'une manière régulière correspondant aux symétries de struc- 
ture du cristal. C'est à peu près comme si, au lieu des rayons X, 



340 LA NATURE DES RAYONS X 

OU employait des rayons lumineux, et que ceux-ci rencontrassent 
un diamant, produisant par ses nombreuses facettes divers fais- 
ceaux l'éfiéchis. 

Cette expérience et d'autres analogues, bien étudiées, ont 
fait comprendre qu'elles sont dues à la dittraction et qu'elles 
constituent un phénomèue beaucoup plus complexe que celui 
que présentent nos réseaux, car les éléments actifs sont distri- 
bués dans l'espace au lieu de l'être sur une surface. 

Malgré cette complication, et grâce encore à l'emploi de 
quelques analogies, j'espère arriver à vous eu donner tout de 
suite une idée assez claire. Mon exposition vous paraîtra peut- 
être trop banale et trop au-dessous du niveau de vos connais- 
sances scientifiques; mais j'espère que vous me pardonnerez 
en tenant compte seulement de mon honnête intention, qui est 
de vous épargner l'ennui d'une attention trop soutenue. 

J'ai déjà dit qu'un simple pieu vertical ne donne pas d'une 
manière sensible la réflexion d'un son ; une palissade, au con- 
traire, peut très bien produire un écho. Eh bien, considérons 
un cas intermédiaire, et plus précisément un grand nombre de 
pieux bien alignés, mais espacés. Chacun d'eux, lorsque les 
ondes sonores arrivent sur lui, devient l'origine d'ondes secon- 
daires, qui se propagent dans tous les sens. Si les distances qui 
séparent les pieux étaient nulles, l'ensemble de ces ondes élé- 
mentaires formerait des ondes réfléchies. L'existence des inter- 
valles entre les pieux fait manquer les ondes que donneraient 
les pieux absents, et si les dits intervalles sont assez petits, le 
résultat final est à peu près une simple diminution d'intensité 
de l'onde réfléchie. A la rigueur, outre cette onde pseudo- 
rétiéchie, on vérifie qu'il y a une propagation de son dans cer- 
taines autres directions ; mais cela a peu d'importance. Ainsi 
on peut dire que la file de pieux, pourvus qu'ils ne soient pas 
trop distancés entre eux, imite l'etfet de la palissade. 

Supposons à présent que, derrière la iile de pieux considérée, 
il y en ait d'autres parallèles à la première et à des distances 
successives égales. Ces nouvelles files de pieux donneront ori- 
gine elles aussi à des ondes réfléchies, et toutes ces ondes se 
propageront suivant une même direction, celle qui est définie 
par les lois connues de la réflexion. Si elles arrivent à l'oreille 



LA NATURE DES RAYONS X 341 

d'uu observateur, celui-ci aura la perception du son qu'elles 
propagent. 

Nous sommes arrivés au point le plus délicat de notre expli- 
cation. Il faut se persuader que l'intensité de la perception 
sonore dépend de la distance qui sépare une file de pieux de la 
file suivante. 

A cet effet il faut considérer que les ondes réfléchies par les 
différentes rangées de pieux se propagent dans une même direc- 
tion, mais qu'elles atteignent l'oreille de l'observateur à des 
époques différentes, car celles qui viennent d'une des rangées 
arrivent après celles qui partent de la rangées successive plus 
proche de l'observateur, et avant celles qui sont réfléchies par 
parles rangées plus éloignées. L'intervalle de temps qui sépare 
l'arrivée des ondes réfléchies produites par deux rangées suc- 
cessives, mais correspondant à une même onde incidente, 
dépend évidemment de la distance d'une file à l'autre, à parité 
de direction des ondes qui arrivent, ou ondes incidentes. 

Cela étant établi, supposons que, par hasard, cet intervalle 
de temps soit égal à la moitié de la durée de chaque vibration 
sonore. Les ondes réfléchies par deux rangées successives de 
pieux devront alors s'entre-détruire, c'est-à-dire qu'il y aura 
interférence. En effet si, à un certain moment, l'un des deux 
trains d'ondes porte à l'oreille de l'observateur une compres- 
sion d'air, l'autre y produira une raréfaction, et réciproque- 
ment. Mais si le dit intervalle de temps est égal à la durée 
entière de chaque vibration du corps sonore (ou bien à un de 
ses multiples), les ondes réfléchies par toutes les rangées de 
pieux arriveront à l'observateur avec des phases concordantes 
et leurs effets s'ajouteront. On comprend ainsi que, lorsque 
la réflexion a lieu avec l'intensité maximum, il existe une rela- 
tion connue entre les distances d'une rangée à- l'auti-e et la 
longueur d'onde. 

Tout cela est aussi applicable, en substance, aux ondes lumi- 
neuses et même aux rayons X, si on en admet la nature vibra- 
toire (comme elle découle précisément de l'expérience qui nous 
occupe). Aux pieux de l'expérience acoustique nous supposerons 
substitués les éléments constitutifs du corps cristallisé. 

On sait depuis longtemps que, pour expliquer les propriétés 



342 LA NATURE DES RAYONS X 

physique et l'admirable architecture des cristaux, il faut sup- 
poser que leurs molécules sont distribuées d'une manière très 
régulière. Pour rester dans le cas le plus simple, qui est précisé- 
ment le cas du sel gemme, il faut attribuer aux molécules une 
distribution dans l'espace qu'on pourrait appeler cubique, et que 
nous pourrons facilement concevoir grâce à l'artifice suivant. 

Supposons un grand nombre de dés égaux entre eux, et dis- 
posons-en un certain nombre sur une table, en les plaçant les 
uns près des autres de manière à ne pas laisser d'intervalles, et 
à former ainsi une espèce d'échiquier. Sur chacun de ces dés 
plaçons un autre dé, et formons ainsi une deuxième couche, 
qui occupera la place où serait portée la première si on la 
déplaçait verticalement. Construisons enfin d'une manière 
semblable d'autres couches successives. Si, supposant que les 
dés disparaissent tout à coup, on imagine une molécule placée 
sur chaque point de l'espace où se trouvaient les sommets des 
dés, nous aurons réalisé la structure régulière de notre cristal. 

On pourra aussi admettre, et ce sera même préférable sui- 
vant M. W. L. Bragg, que dans chacun des points considérés 
il y a, non pas une molécule, mais simplement un atome, de 
chlore ou de sodium pour le cas du sel gemme, de manière que 
les atomes des deux espèces soient alternés suivant les direc- 
tions des arêtes des dés et suivant celles de leurs diagonales. 

L'expérience que nous avons décrite s'explique bien (et on 
ne voit pas comment on pourrait l'expliquer d'une autre ma- 
nière), si l'on admet la nature vibratoire des rayons X. C'est 
en ce sens qu'on peut dire que cette conclusion est démontrée 
par la dite expérience. Voici de quelle manière. 

Par rapport aux ondes ti'ès courtes auxquelles les rayons X 
sont dûs, les molécules ou les atomes distribués dans l'espace 
de la manière qu'on vient de décrire, se comporteront comme 
les pieux de l'expérience sonore hypothétique. Toutes les par- 
ticules situées dans un même plan, et celles qui se trouvent sur 
des plans parallèles au premier, produiront la réflexion des 
rayons et donneront origine à une image sur la plaque pho- 
tographique, si l'inclinaison des rayons incidents et les dis- 
tances entre les dits plans ont des valeurs telles, qu'on ait un 
accord entre les phases des ondes réfléchies. 



LA NATURE DES RAYONS X 343 

Si le faisceau de rayons employés n'est pas homogène, si par 
exemple il se compose, comme la lumière blanche, d'un très 
grand nombre de rayons de différentes longueurs d'onde, on 
pourra obtenir nombre d'images. Mais même avec une lon- 
gueur d'onde unique on en aura un certain nombre, parce que 
de mille manières on peut concevoir des systèmes de plans 
équidistants, sur lesquels soient réparties les molécules du cris- 
tal. Les orientations possibles pour ces plans sont, suivant les 
lois cristallographiques, celles des faces possibles du cristal. 
Toutefois on n'aura d'images assez visibles que par les sys- 
tèmes de plans tels, que les molécules ne soient pas trop espa- 
cées sur eux. 

Grâce à_ des recherches faites dans d'autres champs de la 
physique, on connaît avec quelque approximation les distances 
intermoléculaires et, par exemple, pour le cas du sel gemme ou 
peut admettre qu'il y a environ trois millions de molécules 
équidistantes sur la longueur d'un millimètre. L'expérience 
décrite permettra alors une évaluation de la longueur d'onde, 
et on trouvera que pour les rayons X elle est, en moyenne, 
mille fois plus petite que pour les rayons visibles. 

Comme on parle d'un spectre de la lumière, on pourra parler 
d'un spectre des rayons X, qui peuvent être considérés comme 
des rayons ultra-ultraviolets. On pourra dii*e, par exemple, 
qu'un tube à anticathode de platine donne un spectre analogue 
à celui de la lumière blanche, avec certaines raies plus mar- 
quées. Cela exprimera, que des rayons X sont émis ayant des 
longueurs d'onde variées et, par conséquent, ayant différents 
pouvoirs de pénétration, et que certains de ces rayons, ayant 
certaines longueurs d'onde, possèdent une intensité particu- 
lièrement grande. Ces rayons sont caractéristiques pour le pla- 
tine, tandis que d'autres rayons caractérisent d'autres corps. 
Ainsi une anticathode de rodium émet surtout des rayons de 
deux longueurs d'onde peu différentes entre elles, pour l'une 
desquelles l'intensité est beaucoup plus grande que pour l'autre. 

Dans beaucoup de cas l'affinité intime existant entre les 
rayons X et les rayons lumineux pourra être utile pour la dis- 
cussion de certaines expériences, et en particulier pour celles 
où il y a absorption, ce qui est le cas, par exemple, de la lame 



344 LA NATURE DES RAYONS X 

d'aluminium que vous employez si souvent pour arrêter les 
rayous moins pénétrants. Ces rayons pourraient endommager 
la peau beaucoup plus gravement et plus profondément qu'une 
journée entière de soleil sur les Alpes. La lame agit comme 
un verre bleu placé sur le chemin de la lumière blanche. Mais 
lorsqu'on emploie ces analogies il ne faut pas oublier que, 
tandis que dans les expériences d'optique ont fait générale- 
ment usage de milieux parfaitement limpides et transparents, 
tous les corps se comportent par rapport aux rayons X comme 
des milieux troubles, car chacune de leurs molécules renvoie 
des rayons dans toutes les directions, souvent avec changement 
de longueur d'onde et de pouvoir pénétrant. 

La nature des rayons découverts par Rôntgen ne peut donc 
plus s'appeler mystérieuse. Lorsque vous dirigez les rayons 
provenant de l' anticathode de vos puissants tubes dans le corps 
d'un homme, c'est, on peut dire, un faisceau de lumière invi- 
sible que vous envoyez sur les plaques sensibles ou phospho- 
rescentes, pour étudier dans leurs ombres les parties les plus 
inaccessibles du corps humain. Et lorsque vous portez l'action 
bienfaisante des rayons sur des organes malades pour com- 
battre le mal dans son siège profond, c'est, d'une certaine 
manière, une cure de lumière que vous pratiquez. 

Tout cela, bien entendu, est une probabilité et non la certi- 
tude, qui peut-être ne pourra jamais être atteinte par l'homme. 
Mais l'hypothèse, suivant laquelle les rayons X ont la même 
nature que les rayons lumineux, et sont ainsi une manifestation 
d'ondes électromagnétiques se propageant dans l'éther, est la 
conséquence la plus logique qu'on puisse tirer des faits nou- 
veaux. Sou utilité est incontestable, car elle pourra servir de 
guide pour des recherches nouvelles et même conduire ainsi à 
des résultats importants. 

Et vous, qui avez si souvent l'occasion d'employer les rayons 
de Rôutgen, vous serez peut-être à même de déceler des moda- 
lités nouvelle de leurs manifestations. Votre Société, à laquelle 
un avenir glorieux ne peut faire défaut au profit de l'art de 
rendre la santé, aura alors hautement mérité aussi, je l'espère 
et je le souhaite de tout mon cœur, de la Science que j'aime 
par-dessus tout. 



NOTE 

SUR UNE 

CURIEUSE APPARENCE DE L'ŒIL 

FRAPPÉ DANS L'OBSCURITE 

PAR UN 

FAISCEAU INTENSE DE RAYONS ULTRA-VIOLETS 



Gustave MICHAV» et J. Fidel TRISTAX 

Professeurs à TEcole normale de Costa Rica 



Dans la séance du 4 juin 1913 de la Société vaudoise des 
Sciences naturelles, M. le professeur Bugniou, au cours d'une 
intéressante étude sur les yeux des insectes nocturnes, a émis 
l'hypothèse suivante : 

« Peut-être pourrait-on supposer que certains rayons obscurs 
sont, par l'effet d'une action chimique, transformés en rayons 
visibles au moment où ils sont réfléchis au fond de l'œil ? Le 
fait est que les yeux des animaux nocturnes (mammifères ou 
insectes) donnent dans de certaines circonstances une lumino- 
sité très belle, alors que la lampe qui les éclaire ne paraît 
briller que faiblement. Cette dernière explication est toutefois 
difficilement admissible ». 

Nous avons eu, il y a quelques jours, l'occasion d'observer 
incidemment un fait qui, s'il ne confirme pas positivement cette 
hypothèse, milite néanmoins en sa faveur : Si l'on examine l'œil 
d'un chat à la lumière du jour, on remarque que la pupille se 
détache toujours en noir sur le fond clair et généralement ver- 
dâtre de l'iris; les variations d'intensité de l'éclairage n'affec- 
tant que la dimension et la forme de la pupille. Si maintenant 



346 LA NATURE DES RAYONS X 

011 répète cette observation dans une chambre complètement 
obscure, eu faisant tomber sur l'œil du chat un faisceau de 
lumière solaire directe filtrée à travers le filtre Uviol, de Zeiss, 
on remarque que la pupille se détache en vert lumineux sur le 
fond noir violacé de l'iris. L'inversion ne pourrait guère être 
plus complète. Nous avons répété cette expérience, avec les 
mêmes résultats, sur un chien et sur l'un de nous. La lumière 
émise par la pupille a été, dans chaque cas, de couleur nette- 
ment verte. Il nous a paru que celle qui s'échappait de la 
pupille humaine était la plus intense des trois, mais nous 
n'avons pas osé prolonger cette dernière expérience au delà de 
quelques secondes. 

Cette curieuse apparence de l'œil observé en lumière ultra- 
violette est probablement causée : premièrement par la fluores- 
cence de l'un des milieux internes de l'œil, peut-être le pourpre 
rétinien, et deuxièmement par une très forte absorption de 
l'ultra-violet par l'iris, dont le pigment joue, dans ce cas, 
vis-à-vis de l'ultra-violet., le rôle protecteur que joue le pigment 
de la peau. Nous avons en effet démontré ailleurs ' que si l'on 
photographie avec un objectif de quartz argenté un blanc, un 
nègre et un indien, il n'y a pas de différence appréciable dans 
l'absorption pratiquée par les peaux blanche, noire et rouge sur 
l'ultra-violet compris entre 3160 et 3260 U. A. le blanc appa- 
raissant dans la photographie aussi noir que le nègre et l'indien. 

Le filtre Uviol, de Zeiss, se compose d'une cellule de verre 
Uviol disposée de telle manière que la lumière doive traverser, 
outre le verre Uviol, une solution de sulfate de cuivre et un 
pellicule coloré par de la nitrosodiméthylaniline, substance qui 
détient la plus grande partie du violet visible. Il est très utile, 
bien que pas indispensable, pour cette expérience, de demeurer 
un quart d'heure dans la chambre noire avant de commencer 
les observations. L'adaptation rétinienne, efficace surtout pour 
les courtes longueurs d'onde, permet alors de percevoir facile- 
ment les premières radiations ultra-violettes intenses admises 
par la nitrosodiméthylaniline. 

' Black and wliite men in invisible light. Scientific American, 27 juil- 
let 1912. 



RÉSUME METEOROLOGIQUE 
DE L'ANNÉE 1913 

POUR 

GENÈVE ET LE GRAND SAINT -BERNARD 

PAR 

Raonl OAUTIER 

Directeur de l'Observatoire de Genève 



I. Introduction 

L'année 1913 a présenté, dans l'eûsemble, des caractères 
assez semblables à ceux de l'année 1912: une faible amplitude 
annuelle de la température, résultant d'un hiver trop chaud et 
d'un été trop froid. La seule différence réside dans le fait qu'eu 
1912 le déficit de température a été maximum en automne, tan- 
dis qu'en 1913 il s'est manifesté en été, et que l'automne a été 
chaud. La température moyenne de 1913 dépasse de ce fait 
sensiblement la normale. Comme humidité, les deux années 
consécutives se ressemblent aussi : elles sont toutes deux un 
peu trop pluvieuses mais elles le sont cependant beaucoup 
moins que 1910, surtout à Genève. Les pages suivantes, avec 
les tableaux qu'elles contiennent, sont destinées à donner une 
idées des caractères cliraatologiques de Tannées 1913. 

Il n'y a à signaler cette année aucun changement, ni dans 
la publication des tableaux météorologiques mensuels, ni dans 
celle du résumé annuel. Tous les tableaux de celui-ci con- 
tiennent treize mois, de décembre 1912 à décembre 1913, afin 
que les moyennes annuelles correspondent à la fois à Vannée 
météorologique et à Vannée civile. Seul le tableau V, fournissant 



348 RÉSUMÉ MÉTÉOROLOGIQUE 

les températures de cinq en cinq jours à Genève, n'est établi 
que pour l'année civile. 

L'ordre des matières traitées dans ce résumé reste le même 
que dans ceux qui l'ont précédé. Après quelques indications de 
portée générale, les ditîerents éléments météorologiques sont 
passés en revue dans l'ordre accoutumé : température, pression 
atmosphérique, humidité de l'air, vent, pluie et neige, nébu- 
losité et durée d'insolation, cette dernière pour Genève seule- 
ment. 

A r observatoitr. de Genève, les observations météorologiques 
directes se font toujours de trois en trois heures, à partir de 
7 h. du matin et jusqu'à 10 h. du soir. Les instruments enre- 
gistreurs fournissent en outre les valeurs de la plupart des élé- 
ments météorologiques à 1 h et 4 à h. du matin. Les moyennes 
diurnes de ces éléments-là reposent donc sur Imit observations 
trihoraires. L'observation supplémentaire de 9 h. du soir a été 
utilisée, avec celles de 7 h. du matin et de 1 b. du soir, pour 
obtenir des moyennes spéciales de la température qui soient 
directement compai'ables à celles du Grand Saint-Bernard, où 
les observations ne se fout plus qu'à ces trois heures-là depuis 
1902, comme dans toutes les autres stations de la Suisse. 

Les valeurs normales des différents éléments météorologiques 
sont empruntés, pour Genève, aux « Nouvelles études sur le 
climat de Genève», d'Emile Plantaraour, où étaient utilisées 
toutes les observations faites jusqu'en 1875. Pour le Grand 
Saint -Bernard, les valeurs normales sont fournies par les 
moyennes des 27 années, 1841-1867, calculées aussi par Plan- 
ta m our. 

Les tableaux mensuels des observations météorologiques 
faites à l'observatoire de Genève et au Grand Saint-Bernard 
et publiés dans les Archives sont établis chaque mois à l'obser- 
vatoire par M. Jules Marmet, sous la direction de M. Emile 
Schser, astronome adjoint ; les tableaux de ce résumé-ci ont été 
préparés par M. Ernest Rod. 

Les observations ont toutes été faites à I'heure locale, seule 
indiquée. Pour la transformer en temps moyen de l'Europe 
centrale, il faut ajouter 35 minutes aux instants des observa- 
tions de Genève et 30 minutes pour le Grand Saint-Bernard. 



POUR GENEVE ET LE GRAND SAINT-BERNARD 



349 



1 = 

as. 




— 1 o t-- ce 

t- 3-» 3>} C5 

lO lO O» 'T 
-H (>i ^ 


ira lO 




a g 

3 ^ 
•s o 




eo O O t- 

X 00 M «£) 

O '^ ^ O 

1 •+-'^ 


co >o 
ira ira 

ira ira" 


1 -t- I -+- ^ ^ -i _^ , 


'O © — 

5*3 3 

E-i - a 




S5 lO es o 

^H -o irt f^ 
o< oj «o d 


3>> '^ 

X X 

d d 


-t- —1 ,-, ^ ^ —, -H 


O 




oo o co t~ 

X r^ Oi X 


ira o 

C5 C5 


— 'CO^'0 00-Hu-îiO'Dco:-5«^— . 

-f- ri ^ ^ ^ ^ 


73 


'O 00 «o OO Cv* 1" ^ lO -JD (>i Ci l^ ■ - 


ce X CO lO 

o o o lO 

CO — X ^' 


o o 


-4- ^ ^ ^ ^ ^ ^ 


7J 


t^C^OCNtOO-r-rri-T'CO-f^Sv* 


'T X t- o 
CO --H -f -JO 

'ï- co d co 

r-l S^J -H 


-f o 




aj 


-f f^ r — t" lO <x -o -o ira — 1 Ci ^ -» 
1^ — r^riS^iooccx— i'>j-r-rri^iyj 


•^--05 

o X o t- 

T)< (>j o co 

^ Oi rH 


—1 G^ 




O 


T — ' o :o lO 3C C5 ^7" >>> lO co ">< o 


o "* X t^ 

•>» d r-^ r-H 


ira --Û 

do 

^-i .—1 


-H '^ ^ 


g 




lO lO s t- 

iO co t^ irt 
or — f X 


ce X 

X X 

r- t^ 




■* 




lO -^ (^> -^ 

lO — 1 o O 

d -n ■ri X 


^ ira 
d d 


t -H 1 -f- -"-H-.— 


l 


!>j -r o co o X -H in o f- co o o 
^ ^ -5< cv r^ o (>i f^ lO ce 05 ce — j 


— 1 ^ uo -r 

o — ' — ' lie 

— c t^ ce X 


X ce 

-^ ira 

(^ r- 


C>(?^O'*<<0CïC0<>(C0— -f^'-OO 


'A 

a 
o 

S 
■a 


u i > ■- ■- --z .- — -^ a.->2 j- o 


:2 : = 

- " s 

S; ..- -aj -S 


ai 

g* 



Archives, t. XXXVII. 



350 



RESUME METEOROLOGIQUE 



II. Température 

Les résultats généraux des observations thermométriques 
sont consignés dans dix tableaux de chiffrés groupés sous cinq 
rubriques ditïérentes : 

1° Moyennes générales de la temi)érature — Écarts 

Le tableau I fournit, pour Genève, toutes les valeurs moyen- 
nes des températures, de trois en trois heures à partir de 1 h. du 
matin, puis les températures moyennes des mois, des saisons et 
de l'année (météorologique et civile), moyennes des huit moyen- 
nes trihoraires, enfin les minima et les maxima moyens. Les 
températures des heures de nuit, 1 h. et 4 h. du matin, ont été 
relevées, comme précédemment, sur les diagrammes du ther- 



II. Température. GENÈVE, 1913. 



PÉRIODE 


7 h. m. 


1 h. s. 


9 h. s. 


Tempérât 

7+1+9 


. moyenne 

7+1+2^9 


3 


4 


Décembre 1912 

Janvier 1913 

Février 


+ 0.01 

+ 2.12 

- U.60 

+ 4.12 

6.84 

11.07 

15.08 

14.21 

14.82 

11.75 

7.79 

6.19 

0.58 


+ 3.74 

4.47 

3.97 

10.24 

11.85 

16.32 

19.86 

19.16 

21.25 

17.41 

13.49 

10.21 

3.88 


+ 1.66 

3.28 

1.61 

7.U4 

9.39 

12.77 

16.53 

16.15 

17.27 

13.90 

10.04 

7.35 

1.60 


+ 1.80 

3.29 

1.66 

7.13 

9.36 

13.39 

17.16 

16.51 

17.78 

14.35 

10.44 

7.92 

2.02 


+ 1.77 

3.29 

1.65 

7.11 

9.37 

13.23 

17.00 

16.42 

17.65 

14.24 

10.34 

7.78 

1.91 


Mars 




Mai 


Juillet 


Août 

Septembre 

Octobre 

Novembre , 




Hiver 


0.55 

7.35 

14.70 

8.57 


4.06 
12.81 
20.09 
13.70 


2.20 

9.74 

16.65 

10.43 


2.27 

9 . 97 

17.15 

10.90 


2.25 

9.91 

17.03 

10.78 


Printemps ......... 

Eté 

Automne 


Année météorolog. . 
» civile 


7.83 
7.88 


12.71 
12.72 


9.79 
9.79 


10.11 
10.13 


10.03 
10.04 



POUR GENEVE ET LE GRAND SAINT-BERNARD 



351 



mographe Richard, grand modèle, qui a bien fonctionné toute 
l'année. 

Le tableau II pour Genève et le tableau III pour le Grand 
Saint-Bernard donnent les valeurs moyennes des températures 
des dittérentes périodes pour les trois observations de 7 h. du 
matin, 1 h. et 9 h. du soir, puis les températures moyennes 
des mêmes périodes calculées sur les deux formules employées 
par l'institut central météorologique suisse : a) en prenant la 
moyenne arithmétique des trois températures moyennes diur- 
nes ; b) en attribuant un poids double à l'observation de 9 h. 
du soir. Ce sont, du reste, ces dernières moyennes qui ont servi 
pour la comparaisons des deux stations. Le tableau III contient 
eu outre les minima et les maxima moyens pour la station du 
Grand Saint-Bernard. 

Le tableau IV donne les écarts entre les températures moyen- 
nes des différentes périodes et les valeurs normales. Pour Genève 
il y a deux séries d'écarts, correspondant l'une aux tempéra- 

III. — Température. SAINT-BERNARD, 1913. 











Tempérât, moyenne 


Minimum 


Maximum 


PERIODE 


7. h. m. 


1 h. s. 


Oh. B. 


7+1+9 
3 


7+1+2x9 
4 


moyen 


moyeu 




a 


„ 


„ 














Dec. 1912. 


- 5.26 


- 2.93 


- 4.74 


- 4.31 


- 4.42 


- 6.6 


- 1.9 


Janv. 1913 


- 7,72 


- 5.95 


- 7.54 


- 7.07 


- 7.19 


- 9.3 


- 4.9 


Février . . 


- 8.75 


- 5.96 


- 8.85 


- 7.85 


- 8.10 


-10.5 


- 4.1 


jMars . . . 


- 5,79 


- 2.61 


- 5 02 


- 4.47 


- 4.61 


- 6.9 


- 1.3 


Avril . . . 


- 5.60 


- 2.32 


- 5.11 


- 4.34 


- 4.53 


- 6.7 


- 1.3 


Mai. . . . 


- 1.13 


+ 2.50 


- 0.71 


+ 0.22 


- 0.01 


- 2.6 


+ 4.4 


Juin . . . 


+ 2.29 


5.85 


+ 2.62 


3.58 


+ 3.34 


+ 1.1 


6.9 


Juillet. . . 


2.49 


6.39 


3.50 


4.13 


3.97 


1.7 


7.4 


Août . . . 


4.79 


8.32 


5.92 


6.34 


6.24 


4.0 


9.7 


Septembre 


).75 


4.00 


2.44 


2.73 


2 66 


+ 0.7 


5.5 


Octobre. . 


+ 0.19 


+ 2.33 


+ 0.70 


4- 1.07 


+ 0.98 


- 0.8 


+ 2.8 


Novembre 


- 3.74 


- 1.53 


- 3.39 


- 2.89 


- 3.01 


- 5.3 


- 0.8 


Décembre 


- 7.92 


- 6.29 


- 7.75 


- 7.32 


- 7.43 


-10.2 


- 5.1 


Hiver . . . 


- 7.19 


- 4.91 


- 6.98 


- 6.36 


- 6.52 


-8.72 


-3.63 


Printemps 


- 4.16 


- 0.79 


- 3.60 


- 2.85 


- 3.04 


-5.40 


+0.61 


Été ... . 


+ 3.20 


+ 6.86 


■f 4.03 


+ 4.70 


-f 4.53 


+2.27 


+8.01 


Automne . 


- 0.59 


+ 1.61 


- 0.08 


+ 0.31 


+ 0.21 


-1.77 


+2.47 


Ann. met. 


- 2 16 


+ 0.72 


- 1.63 


- 1.03 


- 1.18 


-3.38 


+1.89 


» civile 


- 2.39 


+ 0.44 


- 1.89 


- 1.28 


- 1.43 


-3.69 


+1.62 



352 



RESUME METEOROLOGIQUE 



IV. Écarts avec les températures normales, 1913. 



PERIODE 



Moyenne 
des 8 obs. 



Genève 

7*+ 1+2 X9 



Grand 

St- Bernard 

7+1+2X9 



4 



Différence 

entre les 

deux stations 



Décembre 1912. 
Janvier 1913 . . . 

Février 

Mars 

Avril 

Mai 

Juin 

Juillet 

Août 

Septembre 

Octobre 

Novembre 

Décembre 

Hiver 

Printemps 

Eté 

Automne 



+ O.Sl 
4- 3.18 
I 0.22 
+ 2.45 
+ 0.16 

- 0.44 

- 0.23 

- 2.83 

- 0.69 

- 0.52 
+ 0.40 
+ 3.15 



I 1.02 



+ 0.9"/ 
+ 3.37 
+ 0.05 
I 2.51 
+ 0.40 
+ 0.03 
+ 0.19 

- 2.39 

- 0.26 

- 0.42 
+ 0.46 
+ 3.23 
+ 1.11 



+ 3.17 
+ 1.85 
+ 0.51 
+ 2.71 

- 1.26 
-0.52 
-0.75 

- 2.19 
+ 0.26 

- 0.66 
+ 1.46 
+ 2.29 



+ 0.16 



- 2.20 
+ 1.52 

- 0.46 

- 0.20 
+ 1.66 
+ 0.55 
+ 0.94 

- 0.20 

- 0.52 
+ 0.24 

- 1.00 
+ 0.94 
+ 0.95 



+ 1.44 
+ 0.73 
- 1.26 
+ 1.00 



+ 1.50 
+ 0.99 

- 0.82 
+ 1 . 08 



+ 1.88 
+ 0.32 

- 0.89 
+ 1.03 



- 0.38 
+ 0.67 
+ 0.07 
+ 0.05 



Année météorol 
» civile. . . , 



+ 0.47 
+ 0.49 



+ 0.68 
+ 0.69 



+ 0.58 
+ 0.33 



+ 0.10 
+ 0.36 



tures du tableau I et l'autre à celles du tableau II calculées 
par la deuxième formule, La deruière colonne du tableau IV 
donne la différence entre les écarts de Genève et du Grand 
Saint-Bernard, écarts correspondant aux températures calculées 
d'après cette même formule. 

1910 et 1912 avaient été des années à température moyenne 
à peu près normale, sans extrêmes. 1913 est plus chaud, dans 
l'ensemble, puisque la moyenne annuelle est de 9°, 82 à Genève 
et de — r,03 au St-Bernard, mais les extrêmes sont peu accu- 
sés. Aux deux stations, l'hiver, le printemps et l'automne sont 
trop chauds et l'été est trop froid. La différence avec 1912 
s'accuse donc surtout en automne qui avait été très froid cette 
année-là et qui est chaud eu 1913. 

A signaler parmi les anomalies mensuelles : 1° Le mois de 
juillet 1913 a été, à Genève, le mois de juillet le plus froid de 
toute la série, avec 15°, 98 seulement et un écart de — 2,°83. 2° Le 
mois de novembre a été très chaud : 7°, 70, dépassant la moyenne 



POUR GENÈVE ET LE GRAND SAINT-BERNARD 353 

de -{"3°, 15 ; ce n'est cependant pas le mois de novembre le plus 
chaud à Genève, celui de 1895, avec 7°, 92 le dépassant encore. 
3° Le mois de janvier est aussi chaud, avec 3°, 10 et un écart de 
-{-3°, 18. U ainplitude annuelle ne se calcule donc pas, en 1913, 
sur les mois de juillet et de janvier. Elle se déduit des tempéra- 
tures d'août et de décembre 1912 à Genève et d'août et de fé- 
vrier au St-Bernard. Elle est de 15°, 61 à Genève et de 14°, 34 au 
St-Beruard. L'amplitude moyenne de juillet-janvier est de 18°, 89 
eu bas et de 15,°20 en haut. Les amplitudes annuelles de 1913 
sont donc faibles cette année comme en 1910 et en 1912. 

La différence entre Vannée civile et Vannée météorologique est 
insensible à Genève, les deux mois de décembre de 1912 et de 
1913 ayant été presque également trop chauds. Elle est beau- 
coup plus forte au St-Bernard où décembre 1913 a été de 3° plus 
froid que décembre 1912. 



2° Température de cinq en cinq jours à Genève 

Le tableau F fournit les températures moyennes i^a.Y pentades 
et, comme précédemment, pour l'awwee civile seule, du 1"" jan- 
vier au 31 décembre 1913. A côté des températures figure l'écart 
avec les températures calculées d'après la formule déduite par 
Plantamour de l'étude des cinquante années de 1826 à 1875. 
Lorsque l'écart observé dépasse la limite de l'écart probable 
calculé et constitue ainsi une anomalie, le chiffre de l'écart est 
mis entre parenthèses dans le tableau. 

Sur les 73 pentades de l'année, il y en a 40 qui présentent un 
écart de température positif et 33 qui présentent un écart né- 
gatif. Les premières se rencontrent surtout dans les premiers 
et les derniers mois de l'année ; les autres en juillet et en août. 
Si l'on se borne aux 38 pentades dont l'écart de température 
dépasse la limite probable, il y a 24 écarts positifs et 14 néga- 
tifs, répartis d'ailleurs de la même façon. Les gros écarts posi- 
tifs sont en janvier et en novembre, et les gros écarts négatifs 
en juillet et en août, 

La plus longue période de chaleur relative comprend cette 
année, douze pentades et va du 23 octobre au 21 décembre. La 



354 RÉSUMÉ MÉTÉOROLOGIQUE 

Y. Température de 5 en 5 jours. GENEVE, 1913. 



Date 



Tempé- 
rature 
moyen. 



Diffé- 
rence 
avec 
la nor- 
male 



Date 



Tempé- 
rature 
moyen. 



Diffé- 
rence 

ave.) 
la noi'- 

male 



1- 5 Janvier 
6-10 id. 



11-15 
16-20 
21-25 
26-30 



id. 
id. 
id. 
id. 



31-4 Février 



5- 9 
10-14 
15-19 
20-24 
25- 1 



2- 6 
7-11 
12-16 
17-21 
22-26 
27-31 



31- 4 
5- 9 
10-14 
15-19 
20-24 
25-29 



id. 
id. 
id. 
id. 
Mars 



Mars 
id. 
id. 
id. 
id. 
id. 



1- 5 


Avri 


6-10 


id. 


11-15 


id. 


16-20 


id. 


21-25 


id. 


26-30 


id. 


1- 5 


Mai 


6-10 


id. 


11-15 


id. 


16-20 


id. 


21-25 


id. 


26-30 


id. 



Juin 
id. 
id. 
id. 
id. 
id. 



-0.67 
+0 72 
3.60 
5.65 
3,78 
4.59 



6.09 
1.73 
+3.04 
-0.45 
-0.02 
+2.03 



4.69 
5.32 
9.32 

7.49 
6. 87 
9.35 



7.24 
7.61 
3.22 
9^40 
12.16 
15.15 



7.74 
10.34 
11.89 
12.25 
14.IH1 
18.90 



17.72 
15.33 
18.20 
18.89 
15.32 
14.60 



-0.41 
+1.04 
(+3.90) 
(+5.85) 
(+3.81) 
(+4. 38) 



(+5.58) 
+0.86 
+1.76 

(-2.19) 
(-2.25) 
-0.73 



+1 . 37 
+ 1.42 
(+4.81) 

(+2.36) 
+1.10 
(+2.92) 



+0.14 
-0 18 

(-5.27) 
+0.21 
(+2.25) 
(+4.52) 



(-3.61) 
-1.73 
-0.89 
-1.24 
-0.17 

(+4.07) 



(+2 26) 
-0.73 
+1.59 

(+1.78) 



24) 
36) 



30- 4 Juillet 



5- 9 
10-14 
15-19 
20-24 
25-29 



30- 3 
4- 8 
9-13 
14-18 
19-23 
24-28 



id. 
id. 
id. 
id. 
id. 



Août 
id. 
id. 
id. 
id. 
id. 



29- 2 Septemb. 



d- / 

8-12 

13-17 

18-22 
23-27 



id. 
id. 
id. 
id. 
id. 



28- 2 Octobre 
3- 7 id. 



8-12 
13-17 
18-22 
23-27 



28- 1 Novemb. 
2- 6 id. 



7-11 
12-16 
17-21 
22-26 



id. 
id. 
id. 
id. 



27- 1 Décemb. 

2- 6 id. 

7-11 id. 

12-16 id. 

17-21 id. 

22-26 id. 

27-31 id. 



15.93 
14.75 
15.29 
16.20 
15.77 
17.64 



17.42 
17.42 
15.36 
14.39 
17.37 
19.58 



19.28 
17.67 
15.25 
13.od 
11.60 
12.04 



12 63 
12.54 
10 11 

9.20 

8.00 

10.44 



10 71 
12.05 
7.87 
8.41 
6.89 
5.40 



3.80 

3.41 

4.02 

2.91 

+ 0.58 

- 1.30 

■I-' 1.26 



(-2.35) 
(-3.79) 
(-3.44) 
(-2.65) 
(-3.13) 
-1.23 



-1.35 
-1.17 

(-2.99) 
(-3.64) 
_0.2S 
(+2.37) 



(+2.58) 
(+1 53) 
-0 27 
-1.45 
(-2.53) 
-1 . 33 



+0 . 06 
-1-0.80 
-0.77 
-0.80 
-1.11 
(+2.22) 



(+2.39) 
(+5.61) 
(+2 30) 
(+3.67) 
(|2.94) 
(+2.20) 



+1.35 
+1.53 
(+2.70) 
+2.07 
+0.14 
-1.42 
+1.37 



POUR GENÈVE ET LE GRAND SAINT-BERNARD 355 

plus longue période de froid relatif est un peu plus longue et 
comprend treize pentades ; elle va du 20 juin au 23 août. 

La pentade la plus froide, absolument parlant, est la 72"% du 
22 au 26 décembre, avec — r,30 et un écart de — r,42. Au 
point de vue relatif la plus froide est la 21'"% du 11 au 15 avril, 
avec 3°, 22 et un écart de — 5°, 27. J'aurai l'occasion de revenir 
sur cette période très froide qui a été néfaste pour les récoltes. 

La pentade la plus chaude au point de vue absolu est la 48""* 
du 24 au 28 août, avec 19°, 58, donc encore inférieure à 20°, et 
un écart de -{- 2°, 37. La plus chaude au point de vue relatif est 
la 4% du 16 au 20 janvier, avec 5°, 65 et un écart de -f 5°, 85. 

La plus forte hausse de température a eu lieu, en avril, entre 
la 2P et la 22'' pentade; elle est de -[-6°, 18. La plus forte baisse 
de température a eu lieu, entre avril et mai, entre la 24' et la 
25e pentade; elle est de — 7°, 41. 

3° Moyennes diurnes — Anomalies 

Le tableau VI fournit la classification des jours de l'année, à 
Genève, suivant leurs températures moyennes et conformément 
à la terminologie introduite par Plantamour. Il en résulte que, 
dans l'année météorologique 1913, il n'y a pas eu un seul jour 
très froid, au dessous de — 5°; et il n'y a eu que 24 jours à tem- 
pérature au-dessous de zéro, un peu plus pourtant qu'en 1910 et 
surtout qu'en 1912. Il n'y a pas eu de jour très chaud, avec une 
température moyenne dépassant 25°, pas plus qu'en 1910 et 
qu'en 1912. 

Le talleau VII fournit une classification analogue pour le 
Grand Saint-Bernard. La longue série de jours dont la tempé- 
pature moyenne diurne reste au-dessous de zéro s'étend, avec 
de courtes interruptions, du 18 octobre 1912 au 20 avril 1913. 
D'autre part, la température moyenne diurne est restée à peu 
près constamment au-dessus de zéro du 24 mai au 15 septembre 
mais avec aussi des interruptions, que l'on trouve mentionnées, 
en partie, dans les deux dernières colonnes du tableau. 

Ces deux tableaux fournissent, en eftet, pour chaque mois 
et pour l'année, les dates des jours les plus froids et les plus 
chauds. L'écart entre les températures diurnes extrêmes est de 



356 



RESUME METEOROLOGIQUE 



ce 

> 

w 
o 



o 



>- 



" - ^ ^* 



•£ 


^ + 


"î 


/ 


/ Cl, 




s 


) =.o o 


<v 


' ^- 




V ^ -^ 




' "^ o lO 




k ^ 


T. 


-4- 






O 








°.o o. 










° o iC 


-« 


i -'-«: 






o 


' ' 










1 "> 


) = -r. o 




' -^^-- 


-^ 


1 1 



<D 


0) 


0) 


0) 


a> 


OJ 


O) 


OJ 


ai 


<D 


0) 


a; 


0» 


'O 00 


-t< (>i f^ -f 

yj Cj co -^ 


-H O 


~-< '-o -f --0 oo 
"4D o av< lO 5^» 



(i;(Xi(Da)oajQ;(ij<Da:><i>cDa> 



co W '?» C^> o lO co r— I f>> o fO co Tt< 
I I I -I- r-l -H ^ --' _^ I 



'^ C/j i— Ci co 



o o (^ I -^ 



INI 



s ?^-2 



Qi-sfcS<lSHsi-»<îa50Z 



o 




00 




^-' 


(» 


a^ 


CO 


<v 


Oi 


0) 


Oi 










o 




o 




o 


o 




o 


ce 

1 


3 


1 


1) 

-a 



POUR GENEVE ET LE GRAND SAINT-BERNARD 



357 












O 














ce 








-a 






co 


o 

ci 






5 










_ "^ 






„„rt„^^^„„^^ <p^ 
























rt co -H ^ (>i t^ 00 ^ o» o ^ r-<" o 


(D --^ 






' ■ ' 














1) 






-t- 1 1 -»- 


•r* 












, 1 














ce 




















• 


'S 






tu 
eo -r oc Cl co »o £^ ~. -M — c co lO — ■ 

^^ —1 '-I Oi r^t '7^ co 


t. o 




t- c: 






(V^^X^^^^O^Ti<V<V 


co —1 

r-( CO 


















c - 






° Cl o -nt* W ift -o --H lO f^ o o-. -^ co 


et' a> 






s. 






OÎ^J^COf^lO-H— IvOr— (— .(--Cl 








o; 






^^ l-~f , — 1 »— l — ' , — 1 














1 1 r 1 III 1 -1- 1 1 1 1 


1 1 






o 




iC 
















1 1 1 1 1 1 1— iCOr— Il 1 1 


lO in 




<^ 


® 






1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 






a 

a; 


-f- 




-f- 








0) 














-^ 


ift 


»^ 


o 


1 1 1 1 1 -f ^ oi X) r- 1 1 1 


Cl Ol 




O. 


-f- 




-)- 


1 1 1 1 1 — ^ III 


-t< -f 




o 


























"7 


c S 


-^ 


lO 


—1 1 1 —• uO o -- --D o (>i co -fi ^ 


'O -JD 




a) 






1 1 ^ „ _ „ ^ 0^ 


Cl Cl 




0) 














~ 


























^' 


















"ï 




03 'O lO (^ ^ ira lO itO 1 o X) .00 -^ 


r/3 ^ 








































































OJ 
















O 


^ 


lO 


— ' o 1- — — 1 !» 1 1 1 1 1 co --1 


O O 




^ 






1 


-^ (>* ^ ^ ^ 1 1 1 1 1 ^ 


CO CO 




a 


























o 

•^3 


m 




o 








^H 


1j 


^^ 


^ iO ~f r^} (>i \ 1 1 1 1 1 1 'O 


-f Cl 




r/} 






1 1 1 1 1 1 1 


p— t >— t 






1 




1 


















































"^ 


--; 




ir- 










O ^' 


^-- 


^H 


1 I t^ 1 '-' 1 1 1 1 1 1 1 '^^ 


CO lO 




^ 




- 




Il 1 1 1 I 1 1 1 1 






<v 


1 




1 




































s 


1^5 




— 








o 


o "^ 




',■>/ 


1 M II 1 1 1 1 1 1 1 1 


1 1 




feC 


1 




1 


















Oj 














CT' 




























O • 


























o . 






O 














O 
S 






o ^ 






cuci y • <v <a 




C 






^ -^ -^ ■2ai-=-S 

«-> a > ;3 '- '2 .2 -:; «3 o.-^ ^ c^ 


C 'o 

tu 

•V 












a 












< 





358 RÉSUMÉ MÉTÉOROLOGIQUE 

25°, 04 à Genève et de 30°,0 au Saint-Bernard. Ce sont des écarts 
plutôt faibles, provenant de ce qu'il n'a pas fait vraiment froid 
en 1913. 

Le moment est venu d'attirer l'attention sur la période trop 
froide du 12 au 16 avril 1913 à Genève et au St-Bernard. A Ge- 
nève la journée du 13 avril a une température moyenne de seu- 
lement 0°,0. Pendant près de quinze heures, entre ce jour-là et 
le lendemain, le thermomètre est resté au-dessous de zéro. Le 
thermomètre à minimum est tombé au-dessous de zéro quatre 
jours consécutifs, du 13 au 16 avril, avec minimum absolu de 
— 2°, 8 le 16. La bise a soufflé sans discontinuer avec maximum 
dans la journée du 14. Tout cela réuni a beaucoup nui à la vé- 
gétation et a fait des dégâts considérables et durables dans les 
vignobles. 

Au Grand Saint-Bernard, il est à noter que le 13 avril a été 
le jour leplm froid de toute l'année avec — 17°, 5, plus froid mê- 
me de — 0°,1 que le 18 février. C'est aussi ce jour-là que, dans 
l'année météorologique, le thermomètre à minimum est tombé 
le plus bas, à — 2r,0, plus bas qu'en hiver. C'est la preuve 
d'un abaissement considérable général de la température dans 
une saison où des anomalies semblables sont rares. 

L'anomalie résultant de ce qu'il fait plus chaud dans la sta- 
tion de montagne que dans celle de plaine ne s'est présentée 
que deux fois, les 6 et 10 décembre 1912 dans l'année météo- 
rologique, et pas dans l'année civile. 



4° Températures extrêmes 

Les tableaux VIII et IX fournissent, pour les deux stations, 
les températures extrêmes indiquées par les thermomètres à 
minimum et à maximum. A Genève, le minimum absolu est, 
plus encore que de 1910 à 1912, sensiblement moins bas que le 
minimum moyen des cinquante années de 1826 à 1875 ( — 13°, 3). 
Le maximum absolu est aussi très inférieur au maximum absolu 
moyen (+32°, 5). Grâce au peu d'importance de ces extrêmes, 
l'oscillation totale de la température, 36°,4, reste très inférieure 
à l'oscillation moyenne (45°, 8). — Au Grand Saint-Bernard, 



POUR GENÈVE ET LE GRAND SAINT-BERNARD 359 

VIII. Températures extrêmes. GENÈVE, 1913. 



PERIODE 



Minimum 
absolu 



Maximur 
absolu 



Nombre de jours 



MiDimum 

au-dessous 



Maximum 

au>d6SB0us 

de O» 



Dec. 1912. 
Janvier 1913 
Février 
Mars . . 
Avril . . 
Mai . . . 
Juin. . . 
Juillet . 
Août . . 
Septembre 
Octobre . 
Novembre 
Décembre 



- 5.6 le 11 

- 3.4 le 1 

- 6.2 le 24 

- 3.0 le 10 

- 2.8 le 16 
+ 2.0 le 2 

7.2 le 8 

7.5 le 1 

6.9 le 16 

4.1 le 23 

2.0 le 15 

_ 8 le 21 

- 8.0 le 24 



13.2 les 

13.0 
11.2 
17.5 
24.5 
29.2 
30!2 
29.5 
29.3 
26.2 
19.5 
20.0 
11.3 



IS et 26 

le 26 

le 3 

le 14 

le 29 

le 30 

le 17 

le 14 

le 5 

le 1 

le 3 

le 2 

le 27 



24 

12 

21 

9 

4 



1 

22 



Année met. . 
» civile. 



- 6.2 le 24 

février 

- 8.0 le 24 
décembre 



30.2 le 17 
juin 
id. 



71 

69 



IX. Températures extrêmes. SAINT-BERNARD, 1913. 









Nombre 


de jours 


PÉRIODE 


Minimum „ , 
, , Date 
absolu 


Maximum 
absolu 


Minimum 

au-dessous 

de 0° 


Maximum 

au-dessous 

de 0» 


Dec. 1912.... 


- 12.1 le 3 


+ 5.1 le 16 


31 


23 


Janvier 1913. . 


- 14 4 le 22 


le 25 


31 


30 


Février 


- 19.4 le 18 


1 2.6 le 10 


28 


24 


Mars 


- 16.2 le 18 


6 le 11 


31 


20 


Avril 


- 21.0 le 13 


7.2 le 21 


28 


17 


Mai 


- 8.8 le 6 


13 7 le 27 


24 


4 


Juin 


- 3.8 le 7 


14.1 le 14 


12 


— 


Juillet 


- 4.0 le 9 


15.3 le 30 


11 


— 


Août 


- . 6 les 14 et 1.Ï 

- 4.4 le 22 


16.8 le 28 
13.7 le 3 


4 

14 


1 


Septembre.. . . 


Octobre 


- 4.0 le 31 


7.7 le 18 


21 


3 


Novembre .... 


- 10.0 le 8 


4.8 le 3 


30 


18 


Décembre .... 


- 21.5 le 31 


2.7 les t et 1! 


31 


29 


Année met.. . 


- 21 le 13 
avril 


+ 16.8 le 28 
août 


265 


140 


» civile.. 


- 21.5 le 31 
décembre 


id. 


265 


146 



360 



RESUME METEOROLOGIQUE 



roscillatiou extrême est de 37°, 8 différant peu de celles de 1910 
à 1912. 

Ces tableaux fournissent en outre, pour les deux stations, les 
nombres de jours dégelée, oîi le minimum est descendu au-des- 
sous de zéro, et dejou7's de non dégel, oti le maximum est resté 
au-dessous de zéro. A Genève, ces nombres sont encore infé- 
rieurs, cette année, aux nombres moyens des 50 années de 1826 
à 1875 (91 et 21). 

La dernière gelée blanche à glace du printemps à Genève a eu 
lieu le 16 avril, nous en parlons plus haut. La première gelée 
blanche à glace de l'automne a eu lieu seulement le 21 no- 
vembre. 

Au Grand Saint-Bernard, le petit lac près de l'hospice a été 
complètement dégelé le 15 juillet et il s'est congelé à nouveau 
le 21 octobre. 

5° Température du Rhône. 

Le tableau, X fournit les documents habituels sur la tempéra- 
ture du Rhône prise, comme antérieurement, vers midi, à la 

X. — Température du Khône, 1913. 



Moyenne 



Écarts 
avec la 
normale 



Minimnm 



Maximum 



Différence 

entre la 

température 

de l'eau et 
celle de l'air 



Décembre 1912 
Janvier 1913.. 

Février 

Mars 

Avril 

Mai 

Juin 

Juillet 

Août 

Septembre . . . 

Octobre 

Novembre. . . , 
Décembre . . . 






„ 


6.34 


- 0.27 


6.13 


+ 1.02 


5 91 


+ 0.95 


6.85 


1 0.73 


8.38 


- 40 


11.38 


- 0.34 


15.90 


■1-0,56 


16 30 


- 1,79 


17.93 


- 0.72 


17.21 


-f 0.14 


14.55 


+ 0.57 


10.54 


+ 0.91 


7.55 


+ 0.94 



6,o les 7, 10, 14, 
:o, 21, 23 et 24 
5 3 les 0. 8, 10, M 

5.0 le 24 
5.5 le 3 

7.0les8,U,13,n,)8 
8.0 les . H, 6, 7, 8, 12 
l;).0 les 6 el 

11.0 le 17 

12.5 le 11 

14 5 le 16 

13.5 le 31 

7.0 le 18 

6.3 les 8, 9 et 30 



7.0 

7.5 

6.7 les 4, 

8.0 
13.0 

16.7 

18.3 les 

19.5 
20.7 

19.7 les 

160 les 

13.7 

9.5 



le 


2 


le 


14 


10 et 11 1 


le 


15 


le 


30 


le 


31 


18 


l 19 


le 


30 


le 


30 


4 


et 5 


3 


et 7 


le 


3 


le 


1 



+ 4.73 
+ 3.03 
+ 4.09 

- 0.20 

- 0.75 
-1.38 

- 0.68 
+ 0.32 
+ 71 
+ 3.07 
I 4.27 
+ 2.84 
f 5.73 



Année météor. 
Année civile . 



11.51 
11.61 



+ 0.17 
+ 0.27 



5,0 le 24 
février 
id. 



20.7 le 30 

août 

id. 



I 1.69 
+ 1.77 



POUR GENÈVE ET LE GRAND SAINT-BERNARD 361 

sortie du lac sous le pont des Bergues, à une profondeur d'un 
mètre au-dessous de la surface. 



III. Pression atmosphérique 

Genève. — Comme je l'ai déjà indiqué dans le résumé de 
l'année 1903, le baromètre de Fuess n" 1492/57, qui sert de 
baromètre normal depuis 1902, a été véritié le 30 janvier 1904, 
et sa correction, par rapport au baromètre normal de l'institut 
météorologique de Zurich, est de -\- 0°"".21. L'altitude du zéro 
de l'échelle est de 404'",96, la même que pour l'ancien baro- 
mètre de Noblet, en admettant 373'",60 pour la cote absolue du 
repère de la pierre du Niton. 

Les six observations diurnes de 7 h. du matin à 10 h. du soir 
se font directement au baromètre de Fuess. Les indications 
pour les deux observations nocturnes de 1 h. et de 4 h. du 
matin, ainsi que les valeurs des minima et des maxima, sont 
relevées sur les diagrammes du barographe à enregistrement 
continu de Redier. 

La moyenne des huit observations trihoraires donne la 
moyenne diurne de la pression atmosphérique. Les moyennes 
mensuelles et annuelles sont directement déduites de ces moyen- 
nes diurnes. 

Grand Saint-Bernard. — Depuis 1904, les trois observations 
directes diurnes sont faites au nouveau baromètre de Fuess, 
n" 1570 100, installé à l'hospice le 5 octobre 1903, à côté de 
l'ancien baromètre de Gourdon. La correction de ce baromètre, 
par rapport au baromètre normal de l'institut météorologique 
de Zurich, est de -f 0'^°',75. Son altitude, résultant du nouveau 
nivellement de précision exécuté en 1906, est de 2475",8. — 
Les valeurs des minima et des maxima de la pression sont rele- 
vées sur le barographe horaire de Hottinger, décrit dans le 
résumé de 1884. 

P Moyennes générales — Variation diurne — Écarts 

Le tableau XI donne, pour Genève, les valeurs moyennes de 
la pression atmosphérique pour les treize mois, les saisons et 



362 



RESUME METEOROLOGIQUE 



'H 






><1 



w a 



c 
c 




o o 
1 -t- 


o 


o o o o o o 

-h -1- -+--+- H — h 


■+- 






H 


-O'VO O Oi O »^ -O CO O 00 


o o 


co 



Cî o o o c> o 



o o o o o o 
I I I I I I 



oooooooooo 
Il I I I I I I I 



o o o o o o o o o o o o o 





co 00 ic co Oi «o fM! (>j (^> -T" lO co o» 


F 


o o o o o o o o o o o o o 




1 H — 1 — 1 — h+ -i — 1--+— l-H — 1—4- 




aj t— O) O:} i—i -f t— r>i ^^ '^ '-O ifi r-i 


S 

F 


000=5000000000 




1 1 1 1 1 -I-+--+- -(--+- 1 1 -H 


c 


■^ ^1 VD C". o M 00 C>> '-C -f o o 1» 


OOOOOOOOOOOOO 




1 -i--t--(— H-l--l--4--t--t — H -+- 


E 


l0 00OlO0viC0-<*''-iîCl0OlO2i 

00 ^ -jd ^ ^ -^ r^ f~ oi ^^* t^ o* <^ 


(>j (- O V3 co lO 05 o (-• o to 05 a> 






^ o I i 



Q>^feS<îSH-5H:ï<:c«OÏ^Q 



o o o o 



o o o o 
I I I I 



o o o o 



o o o o 



o o o o 



o o o o 



o iTi i- f^ 

n oi oi oi 



_> -p -D ^ 



o" o 



o o 
I I 



o o 



■TV» r» 



<< 



POUR GENÈVE ET LE GRAND SAINT-BERNARD 363 

l'anuée, météorologique et civile ; il donne eu outre, pour toutes 
ces périodes, la variation diurne exprimée par les différences 
autre les moyennes générales et les moyennes des huit observa- 
tions trihoraires. 

Le tableau XII fournit les indications analogues pour le 
Grand Saint-Bernard, mais la variation diurne n'est plus expri- 
mée qu'assez incomplètement par la différence entre les moyen- 
nes générales et les moyennes des trois observations diurnes. 

Le tableau XIII donne les résultats de la comparaison entre 
les moyennes mensuelles et annuelles et les valeurs normaleg 
déduites par Plantamour des années de 1836 à 1875 pour 
Genève, et des aimées de 1841 à 1867 pour le Grand Saint- 
Bernard. 

La moyenne annuelle est supérieure à la normale aux deux 
stations, sensiblement plus au Grand Saint-Bernard qu'à 
Genève. 

Les plus forts écarts négatifs sont ceux d'avril à Genève et 
de juillet au Saint-Bernard. Les plus forts écarts positifs sont, 
à Genève, pour l'année météorologique, celui de décembre 1912, 
et, pour l'année civile, celui de février ; au Grand Saint-Ber- 
nard l'écart maximum positif est celui du mois de mars. 

Le maximum de discordance entre les deux stations, dans le 
sens d'une plus forte pression relative à la montagne se ren- 
contre en octobre et, dans le sens d'une plus forte pression à 
Genève, en juillet pour l'année météorologique, en décembre 
1913, pour l'année civile. 

2° Valeurs extrêmes de la pression atmosphérique 

Les tableaux XIV et Z F donnent les minima et les maxima 
absolus pour les treize mois et pour l'année aux deux stations. 

A Genève, les extrêmes moyens et absolus ont les valeurs sui- 
vantes, depuis 1912 : 

minimum extrême moyen : 705.05 

» » absolu : 700.00 (?. II 1912) 

maximum extrême moyen : 741.03 

absolu : 748.71 (17 I 1882) 



364 



RESUME METEOROLOGIQUE 



XII. Pression atmosphérique. — SAINT-BERNARD, 1913. 



PÉPaODE 


Hauteur 
moyenne 


7 h. m. 


1 h. s. 


9 h. s. 


Décembre 1912 

Janvier 1913 

Février 

Mars 

Avril 


567.05 

564.38 
565.28 
560.61 
564.72 


- o"i9 

- 0.11 

- 0.21 

- 0.33 

- 0.41 

- 0.31 

- 0.35 

- 0.39 

- 0.29 

- 0.21 

- 0.20 

- 0.19 

- 0.12 


mm. 

- 0.15 

- 0.18 

- 0.08 
+ 0.09 
1 0.02 

- 0.08 

- 0.02 
+ 0.08 

- .07 

- 0.02 

- 0.11 

- 0.07 

- 0.02 


+ 0.34 
+ 0.29 
+ 29 
+ 0.24 
t 0.39 
+ 0.39 
+ 0.37 
+ 0.31 
+ 0.36 
+ 0.23 
f 0.31 
+ 0.26 
1 0.14 


Mai 


Juin 


569.39 
566.77 
568.68 
566.97 
567.12 
566 . 58 
563 . 49 


Juillet 


Août 


Septembre 

Octobre 

Novembre 

Décembre 


Hiver 


564.69 
563.. 57 
568.27 
566.89 


- 0.17 

- 0.35 

- 0.35 

- 0.20 


- 0.14 
+ 0.01 

0.00 

- 0.07 


+ 0.31 
+ 0.34 
+ 0.35 
+ 0.27 


Printemps 

Eté 


Automne 


Année météorologique . 
Année civile 


565.86 
565.56 


- 0.26 

- 2Ù 


- 0.05 

- 0.04 


+ 0.31 

+ o.;io 



XIII. Pression atmosphérique. — Écarts, 1913. 



PÉRIODE 


Genève 


St-Bernard 


Genève — 
St-Bernard 


Décembre 1912 

Janvier 1913 

Février 


+ 4^39 
1 0.11 
+ 3.76 
+ 3.42 

- 1.65 
+ 0.19 
+ 2.55 

- 0.94 

- 0.43 

- 1.38 
+ 0.19 
+ 3.40 
1 1.96 


+ r73 

+ 2.13 
+ 4.14 
+ 5 57 

- 1.02 
+ 0.88 
+ 2.28 

- 1.71 
+ 0.28 

- 0.4S 
+ 2.52 
+ 4.55 
+ 1.17 


mm 

- 0.34 

- 2 02 

- 0,38 

- 2.15 

- u.63 

- 0.69 
+ 0.27 
+ 0.77 

- 0.71 

- 0.90 

- 2.33 

- 1.15 
+ 0.79 


Avril 

Mai 


Juillet 

Août 

Septembre 

Octobre 

Novembre 

Décembre 


Année météorologique . 
Année civile 


+ 1.12 
+ 0.91 


+ 1.98 
+ 1.68 


- 0.86 

- 0.77 



POUR GENÈVE ET LE GRAND SAINT-BERNARD 365 

XIV. Pressions extrêmes. GENÈVE, 1913. 



PliRIODE 


Mmmimum ^^^^ 
absolu 


^aTso'r ^""« 


Amplitude 


Décembre 1912 . 
Janvier 1913 .... 

Février 

Mars 

Avril 

Mai . 

Juin 

Juillet 

Août 

Septembre 

Octobre 

Novembre 

Décembre 


715.8 le 1 

. 717.2 le 21 

719.8 le 2 

717.8 le 17 
713.3 le 7 
714.3 le 5 

724 .7 les < et 2 

720.9 le 6 
721.8 le 29 

716.3 le 14 

716.4 le 29 
716.4 le 13 

712.0 les 28 el 29 


740.0 le 15 

736.3 le 6 

741.1 le 9 
741.5 le 10 
731.0 le 2 

733.7 le 26 
734.9 le 29 

732.2 le 9 

732.8 le 26 
732.0 le 22 

735.4 le 14 

738.5 le 30 
740.5 le 21 


24.2 
19.1 
21.3 
23.7 
17.7 
19.4 
10.2 
11.3 
11.0 
15.7 
19.0 
22.1 
28.5 


Année météorolog. . 
Année civile . . . 


713.3 le 7 

avril 

712.0 les 28 

et 29 décembre 


741.5 le 10 
mars 

id. 


28.2 
29.5 



XV. Pressions extrêmes. SAINT-BERNARD, 1913. 



PÉRIODE 


Minimu'ii „ , 
absolu D*'« 


Maximum j^ 
absolu 


Amplitude 


Décembre 1912 . 
Janvier 1913 . . . 

Février 

Mars . 

Avril 

Mai 

Juin 

Juillet 

Août 

Septembre .... 

Octobre 

Novembre .... 
Décembre .... 




555.5 le 1 
554.0 le 21 
554.0 le 17 
553.0 le 18 
549.9 le 12 

551.6 le 5 
563 2 le 25 
560.6 le 11 
563.6 le 9 
559.0 le 17 

560 . 3 les 5 el 29 
555 7 le 7 
544.9 le 29 


mm. 

573.8 le 14 
570.7 le 5 
574.2 le 10 
573.2 le 10 

568.5 le 29 

574.1 le 26 

572.7 le 15 

572.2 le 13 

574.6 le 26 

571.8 le 8 
573.6 le 25 

573.3 le 30 

571.9 le 21 


18.3 
16.7 
20.2 
20.2 
18.6 
22.5 
9.5 
11.6 
11.0 
12.8 
13.3 
17.6 
27.0 






Aunée météorolog. . 
Année civile . . 


.549.9 le 12 

avril 

544.9 le 29 

décembre 


574.6 le 26 
août 
id. 


24.7 
29.7 



.\RCHIVES, t. XXXVIl. 



.\vril 1914. 



366 RÉSUMÉ MÉTÉOROLOGIQUE 

Les extrêmes absolus de l'année 1913 soDt peu marqués et il 
en résulte que l'amplitude annuelle totale est très inférieure, 
de près de huit millimètres, à la moyenne. 

Au Grand Saint-Bernard, l'amplitude annuelle est aussi 
inférieure à ce qu'elle était eu 1912. 



lY. Humidité de l'air 

La valeur de la fraction de saturation est, depuis 1901, 
appréciée en pour cent, et non plus en millièmes. Je n'ai con- 
servé l'indication des dixièmes de pour cent que pour la valeur 
moyenne annuelle à Genève, afin de permettre la comparaison 
exacte avec le passé. 

A Genève, la valeur de la fraction de saturation est, pour les 
six observations faites de jour, déduite des indications des deux 
thermomètres du psychromètre ; pour les deux observations de 
nuit, 1 h. et 4 h. du matin, ses valeurs sont relevées sur les 
diagrammes de l'hygromètre enregistreur de Richard. 

Le tableau XVI fournit, pour les huit observations trihorai- 
res, les valeurs moyennes de la fraction de saturation, pour les 
treize mois, les saisous et l'année ; puis les valeurs de Ir frac- 
tion de saturation moyenne pour les mêmes périodes ; enfin les 
minima et les maxima absolus. Lorsque le maximum corres- 
pond a la saturation complète, le nombre des cas de saturation 
est indiqué. Afin de rendre l'évaluation de ces cas de saturation 
comparable avec celle de l'ancien système des observations 
bihoraires, usité jusqu'en 1883, ou a continué à calculer la 
frécj^uence relative de la saturation. 

Le tableau XVII donne les écarts de la fraction de saturation 
et de la fréquence de la saturation avec les valeurs normales 
des « Nouvelles études sur le climat de Genève », de Plan- 
tamour. 

Cette année, pour l'année météorologique surtout, la fraction 
de saturation est sensiblement supérieure à la normale, ce qui 
ne s'était pas présenté depuis nombre d'années. Les mois les 
plus humides sont ceux d'hiver et d'automne, comme toujours; 
et, au point de vue relatif, décembre 1912, septembre et octo- 



POUR GENE%T: et le grand SAINT-BERNARD 



367 



II 

il 

fi 


r- c>* o — 1 o o o o o — " ce --H -o 
oo oooooooooco 

oooooooooo ooo 


ce o^ 
0000 

s 


in -^ 





g _ 

S"' 


ciio ce 1— 1 cccicor~ 

OOÏJOOGSlrtOCiOOOO 


•^ « « « 
-^ -T" ^ irt 

0000 
=- 


'J * 





8 

3 S 

.a O 


CO-^ce(X^3v<0^CO<NTl<^Tl.^ 


tM \f: rr-i t^» 

ce ^ s^ -t» 


m m 


Practiin 
moyenne 


0--0— 'CCfN OO-H'*— iI^-^CO 


-0 — ( L-e 
GO r^ i^ 00 


-* 
co r-' 


o 


(>j r^ ov} «o -X) r r 10 Ci r- ->» 'û 

C5 :» 00 £^ t^ t^ f- 1^ (^ ce ~ ~. X) 


t- --0 m 

00 f- t- Ci 


0} •-I 

X X 


1 


co L-e ^ — ce -r< ri — 1.- X) i-~ •;; -H 
GO X f^ c- « -^ lO -^ -c r^ X' ce X 


ce co ^ 

x to OO 


-!• ce 


m 


co 00 «»* og 

X GO -ri -x» ir: 




■-D lO 00 
-j2 f^ 00 t^ 


i— iTî -f ce 

f^ lO lO £^ 


10 -^ 
-0 


lO »o irt irt 


^ 


ce ift r- r- co -^ --O f^ 'J2 -f r- -o 
xxi^)ftiOirtàCiOioot^£^r^ 


lO ce 
t^ ift m f^ 


«5 'O 


à 

o 


-HOO'TiCJXCOOl'i'OlOlO— ICO 
CiCO'XI-O'^'OlOOI^f^CCCC!» 


(^ f~ -^ w 

co te cooo 


10 -ti 


S 


lO-^ococoocoi— iiOp-iioor- 
OJOiosoooooot^aocoosooico 


O) iTv} (>» 

Ci Xi 00 C5 


-n 

X X 


^ 


ClOCsXXOOoocOCOCVCiOlOO 


— ' -r! (^ ce 

C5 X X 


Cl C5 

X X 


J3 


Ci ria>000-»00f-0OQ0OiO5OJCO 


-r ce ce 

X X Ci 


X X 


Q 
O 

5 
-a 
eu 


s i a 




S ►^ ►^ < 


E 
a 

a 




4 

c 


a 

â 

C 




> 


r 

3 
c 


. 
-a) ■:: 


|i 

•ai ■> 
s '5 

■ai 

-ai 



368 



RESUME METEOROLOGIQUE 



XVII. ÉCARTS DE l'humidité. GENEVE. 1913. 





Fraction 


Fréquence relative 


PÉRIODE 


de saturatinn 


de la saturation 




Moyennes Eiarts pour 


Moyennes 


Ecarts pour 




(1849-1870) 1912 


1849-1875 


1912 


Décembre 1912 


S6 


+ 4 


0.147 


- 0.070 


Janvier 1913 


86 





0.145 


- 0.125 




82 
75 


- 1 
_ 2 


0.096 
0.039 


- 0.096 

- 0.027 


Mars 


Avril 


70 


+ 2 


0.016 


- 0.012 


Mai 


70 





0.016 


- 0.016 


Juin 


70 


- 4 


0.010 


- O.OIO 


Juillet 


68 


+ 3 


0.006 


- 0.002 


Août. ... 


71 


+ 3 


0.009 


- 009 


Septembre 


77 
83 


+ 4 
+ 4 


0.025 
0.083 


- 0.012 

- 0.047 


Octobre 


Novembre 


83 
86 


+ 3 
- 3 


0.067 
0.147 


- 0.054 

- 0.078 


Décembre 


Hiver 


85 

72 


+ 1 
- 1 


0.130 
0.024 


- 0.097 

- 0.019 


Printemps 


Eté 


69 


+ 1 


0.008 


- 0.007 




81 


+ 4 


0.058 


- U.037 




Année météorolog. . 


76.8 


+ 1.2 


0.055 


- 0.040 


» civile 


76.8 


1 0.6 


0.055 


- 0.041 



bre 1913 présentent le même écart, -f- 47o- Le mois le plus sec, 
au double point de vue absolu et relatif, est le mois de juin. 

Le seul cas de grande sécheresse de l'air a été constaté dans 
l'après-midi du 16 avril, 157o, le dernier jour du refroidisse- 
ment si néfaste du printemps, au moment du changement 
brusque de température, sous l'influence d'une saute du vent, 
de la bise à la direction opposée. Quant à la saturation com- 
plète de l'air, elle a été encore moins fréquente cette année 
que les précédentes. 

Le tableau XVIII fournit le résultat des observations faites 
au Œ'and Saint Bernard avec l'hygromètre à cheveu d'Usteri- 
Reinacher. 

La valeur moyenne annuelle de la fraction de saturation est 
toujours très semblable aux deux stations. Mais la ditïerence 
est en sens contraire pour l'année météorologique et pour l'an- 
née civile. Quant à la répartition annuelle de l'humidité relative 
elle est très différente entre la station de montagne et celle 



POUR GENEVE ET LE GRAND SAINT-BERNARD 



369 



XVIIL Fraction de saturation en pour cent. 
GRAND SAINT-BERNARD, 1913. 



PERIODE 



7 h. m. 



h, s, 



Fiact, 
moy. 



Min. 
abs- 



Maximum 
absolu 



Fréq. relat. 
de la satur. 



Dec. 1012.... 


61 


56 


61 


59 


8 


Janvier 11' 13.. 


78 


73 


80 


77 


14 


Février 


62 


61 


74 


66 


10 


Mars 


76 


73 


78 


76 


15 


Avril 


88 


SI 


89 


86 


27 


Mai 


88 
83 
78 


68 
70 
63 


90 
92 
86 


82 
82 

77 


26 
29 
22 


Juin 


Juillet 


Août 


79 


67 


80 


75 


21 


Septembre . . . 


83 


81 


88 


84 


18 


Octobre 


/O 


75 


82 


78 


8 


Novembre.. . 


81 


79 


82 


81 


10 


Décembre .... 


12 


69 


67 


69 


10 



100 2 fois 

lUO 2 » 

100 6 » 

100 21 » 

100 29 » 

100 24 » 

100 25 » 

100 17 » 

100 11 » 

100 29 » 

100 46 » 

100 12 >. 

100 11 » 



0.022 
0.022 
0.071 
0.226 
0.322 
0.258 
278 
0.183 
0.118 
322 
0.495 
0.133 
0.118 



Hiver 

Printemps. 

Eté 

Automne . 



67 


63 


72 


67 


8 


84 


74 


86 


81 


15 


80 


68 


86 


78 


21 


80 


78 


84 


81 


8 


78 


71 


s. 


77 


S 


79 


72 


83 


78 


>^ 



100 


10 fois 


100 


74 » 


100 


53 » 


100 


87 » 



0.037 
0.268 
0.192 
0.319 



Année météor. 
» civile.. 



100 224 fois 
100 233 >> 



0.205 
0.213 



de plaine. Au St-Beriiard les mois les plus secs sont ceux de 
décembre, surtout celui de 1912, puis février. Les mois les plus 
humides sont ceux d'avril et de septembre. 

Si les cas de saturation complète de l'air sont rares à Genève 
il n'en est pas de même au St-Bernard, et il y en a eu sensible- 
ment plus en 1913 que l'année précédente, surtout au prin- 
temps et en automine. Les cas de grande sécheresse de l'air se 
sont présentés quelquefois, mais en moins grand nombre que 
d'autres années. C'est toujours eu hiver et en automne qu'ils 
se manifestent de la façon la plus marquée. 

(A suivre) 



COMPTE RENDU DES SÉANCES 



SOCIÉTÉ DE PHYSIQUE ET D'HISTOIRE NATURELLE DE GENÈVE 



Séance du 19 février iOià 

Amé Pictet. Décomposition pyrogénée du pétrole de Bakou. — Eug. Bujard. 
Les courbures géométriques normales de l'embryon humain. — Th. Tom- 
masina. La nouvelle mécanique et la théorie de la relativité. 

M. le prof. Amé Pictet communique les résultats de recherches 
qu'il a faites avec M. S. Chahnazarian sur la décomposition 
pyrogénée du pétrole de Bakou. 

En distillant ce dernier dans des tubes de fer chauffés au roug-e 
sombre, on obtient un g-oudron qui ne se distingue en rien, par la 
nature de ses constituants, du goudron de houille. 

M. Pictet ajoute qu'il a réussi, par une opération inverse, à 
polymériser à basse température certaines fractions du même 
pétrole à l'aide d'un catalyseur, et à obtenir ainsi un produit 
solide, noir, dur et friable, qui n'est pas sans analogie avec la 
houille. 

Ces observations lui paraissent apporter un nouvel appui à 
l'idée qu'il avait exprimée dans une précédente séance, et d'après 
laquelle il faudrait admettre d'étroites relations d'ordre chimique 
entre la houille et le pétrole. 

Euff. Bujard. — Les courbures géométriques normales de 
l'embryon humain.^ 

Le modelage de l'embryon humain peut être divisé en trois 
périodes : 

I. Pendant la première période, l'aire embryonaire s'étend en 

' Cette note est le résumé d'un mémoire paru in extenso dans : Ana- 
tomische und Entwickelungsgeschichtliche Monographien. 3. Heft. — 
Herausg. W. Roux, Leipzig, 1914. 



SOCIÉTÉ DE PHYSIQUE, ETC. 371 

tache d'huile, en même temps que se différencient un canal neu- 
rentérique, une ligne primitive et les plaques primordiales (neu- 
rale, chordale, mésodermiennes, etc.V 

II. Pendant la deuxième période, le modelag-e est très actif; 
les plaques primordiales se ci'eusent en canal et se découpent en 
org-anes primordiaux. 

Parallèlement à cette différenciation org-anique, l'embryon bas- 
cule autour du pédicule abdominal et s'enroule en spirale. Les 
mouvements se divisent en 2 phases : 

l^^ phase, parabolique. Cette phase est dominée par la pro- 
lifération intense de la partie caudale, au niveau du canal neuren- 
térique. Cette prolifération projette l'embryon en avant, de telle 
sorte que sa tête décrit dans l'espace une trajectoire tendant à la 
parabole et que la queue, par un mouvement de recul, s'enroule en 
arc de cercle, autour du point de suspension de l'embryon, situé à 
l'origine cloacale de l'allantoïde. La courbure dorsale tend à ce 
moment à réaliser un arc elliptique. Le modelage de la tête débute, 
par un enroulement au-dessus du cœur (arc proximal). 

S™* phase, spirale. La projection en avant et l'allongement de 
l'embryon sont arrêtés par le modelage (flexion et torsion) du 
cœur autour du sinus veineux (considéré comme point fixe) ; la 
résultante de cet antagonisme est: 1» Un mouvement de bascule de 
l'embryon ; la tête tend à décrire une trajectoire spirale, dont le 
pôle est le point allantoïdien, point de suspension de l'embryon. 
2° L'enroulement spiral de l'embryon lui-même ; ce processus 
commence à la tête et se propage graduellement à la courbure 
dorsale. La tête tend d'abord à une spire primitive, construite en 
3 arcs (proximal, médial et distal), dont les rayons progressent 
comme 1 : 2 : 4. 

Cette spire primitive se tronsforme en une seconde spire par la 
révolution de ses divers centres autour du point buccal ; ce der- 
nier est situé au niveau du voile bucco-pharyngien primordial. 
La nouvelle spire se divise en trois nouveaux arcs (frontal, apical 
et nucal), dont les rayons progressent maintenant comme 1:3:9. 

III. Pendant la troisième période, l'enroulement spiral de 
l'embryon atteint son maximum (embryons de 6-7 mm. 

La spire céphalique se resserre peu à peu, par raccourcissement 
du rayon de l'arc nucal, et devient la première partie d'une spire 
cervico-céphalique dont la progression tend à 1 : 2 : 3 : 4. 

La transformation de la spire céphalique s'effectue par les révo- 
lutions combinées: 1° des centres des arcs apical et frontal autour 
du centre de l'arc dorsal, 2° du centre de l'arc nucal, successive- 
ment autour des centres des arcs frontal et dorsal. 

A la fin de la période, deux faits nouveaux interviennent : h le 
modelage organique s'accentue et se traduit extérieurement en 



372 SOCIÉTÉ DE PHYSIQUE 

déformant localement la courbure g"énérale de l'embryon ; 2° le 
début d'un mouvement de déflexion de l'embryon se dessine. 

La déformation intéresse surtout la spire céphalique ou mieux 
cervico-céphalique : la partie cervicale de l'arc nuco-cervical des 
stades précédents est remplacée par un nouvel arc cervical de 
ffrand rayon ; la partie apicale de la spire est l'efoulée par la 
poussée du mésencéphale. 

La dérivation de la spire nouvelle, à partir du stade antérieur, 
se fait par la translation du centre de l'arc frontal sur une trajec- 
toire elliptique, dont les centres des arcs apical et nuco-cervical 
seraient les foyers ; la prog-ression des rayons de la partie cépha- 
lique de la spire est de nouveau 1:2:4. 

Ainsi à chaque stade du développement, l'embryon humain 
tend à réaliser plus ou moins parfaitement une série de courbes, 
qui sont l'expression du mécanisme du modelag-e embryonnaire et 
qu'un simple graphisme permet de transformer successivement 
l'une dans l'autre. 

De nombreuses variations individuelles peuvent se g-refl^'er sur 
ce thème g-énéral, qui est pour ainsi dire le schéma géométrique 
du développement normal. 

Nous avons proposé le terme de courbes embryotectonicjiies 
pour (lésig"ner les courbes caractéristiques de chacune des périodes 
de développement. 

Enfin, le développement normal obéit à une sorte de rythme 
de la croissance de l'embryon : aux périodes de modelai^e maxi- 
mum succèdent rég-ulièrement des période de croissance maxi- 
mum. 

M. Th. ToMMAsiNA. — La nouvelle mécanique et la t/iéorie 
de la relativité. — Cinquantième Note sur la physique de la 
gravitation universelle. 

La juste célébrité désormais acquise par M. Einstein, due à 
l'importance de ses travaux mathématiques ayant trait à la Phy- 
sique, ainsi que les nombreuses discussions déjà suscitées par sa 
théorie de la relativité, me mettent dans l'impossibilité de pou- 
voir résumer ma critique en une seule Note ; celle-ci ne sera donc 
qu'une Note préliminaire. 

Pendant que M. Einstein en son récent Mémoire, paru dans le 
fascicule de janvier des Archives, sur les bases physiques d'une 
théorie de la gravitation, continue à élarg-ir le champ d'applica- 
tion de sa théorie de la relativité, M. Max Abraham la jug-e bien 
malade et s'occupe de son enterrement. « La théorie de la relati- 
vité, dit-il, a une place dans l'histoire de la critique des concepts 
d'espace et de temps. Elle nous a appris que ces concepts dépendent 
des idées que nous nous faisons sur la manière dont se comportent 



ET d'histoire naturelle DE GENÈVE 373 

les échelles et les horlog-es servant à la mesure des longueurs et 
des intervalles de temps, et que ces idées chang-ent en même tempx 
qu'elles. Cela promet à la théorie de la relativité un enterrement 
honorable » ^ 

Je commence mon examen par le premier des Mémoires de 
M. Einstein que publièrent les Archives^ et par les lignes sui- 
vantes : « L'introduction de la théorie magnétique de la lumière 
apporta une certaine modification à l'hypothèse de l'éther. D'abord 
les physiciens, ne doutèrent pas que l'on dût ramener les phéno- 
mènes électromagnétiques à des modes de mouvement de ce milieu. 
Mais lorsqu'on se fut peu à peu persuadé qu'aucune théorie méca- 
nique de l'éther ne donnait d'une façon particulièrenient sai- 
sissante une image des phénomènes électromagnétiques, on s'ha- 
bitua à considéi"er les champs électrique et magnétique comme 
des entités dont l'interprétation mécanique était superflue ». Or, 
les mathématiciens peuvent trouver plus simple et plus commode, 
en vue de l'analyse, de remplacer par des propriétés qualitatives 
le substratum mécanique, mais les physiciens ne peuvent et ne 
doivent oublier un seul instant que seulement à ce dernier, qui 
est la réalité vraie, s'appliquent les lois des phénomènes. 

Puis M. Einstein ajoute : « Suivant la théorie de l'émission, 
proposée par Newton, d'après laquelle la lumière se composerait 
de particules en mouvement, on doit considérer un espace ne 
contenant ni matière pondérable ni rayons lumineux comme par- 
faitement vide, tandis que suivant les théories mécanique et élec- 
tromagnétique, un tel espace doit être regardé comme rempli par 
l'éther lui-même ». Il y a ici la même erreur d'interprétation phy- 
sique que j'ai déjà relevée chez Ritz. En effet, la différence entre 
les hypothèses qui sont à la base de ces deux théories, ne vient 
pas du fait que dans l'une on pourrait considérer l'espace comme 
vide et dans l'autre comme plein d'éther. L'émission existant 
depuis toujours et partout puisqu'elle est continue, nulle partie de 
l'espace ne peut être considérée comme exempte de corpuscules. 
La ditrérence consiste donc, au contraire, en ceci : D'après la 
théorie de l'émission les corpuscules, rayonnant de chaque source 
dans toutes les directions, ont un mouvement de ti^anslation, 
tandis que d'après la théorie des ondulations les mêmes corpus- 
cules, remplissant tout l'espace, vibrent, dans et autour de la 
source, chacun dans sa propre sphère d'action, et transmettent 
leur mode de mouvement aux corpuscules contigus et ainsi de 
suite. Il suffit de supposer que ces corpuscules sont des électrons 

' Max Abraham. Die neiie Mechanik. Scientia, janvier 1914. 
- A. Einstein. Le principe de relativité et ses conséquences dans la 
physique moderne. Archives, T. XXIX, janvier 1910, pp. 1-28. 



374 SOCIÉTÉ DE PHYSIQUE 

et «le leur attribuer une trajectoire hélicoïdale, pour avoir l'imag'e 
saisissante du milieu électromajSi'nétique, que M. Einstein désire. 

On voit que, même en remontant à une époque antérieure à 
l'existence de la lumière, l'hypothèse de l'émission ne peut être 
admise que pour le phénomène initial, car dés que toutes les 
sources commencent à réagir les unes sur les autres, cette hypo- 
thèse doit être remplacée par celle des ondulations. Le substratnm 
mécanique, inconnu mais nécessaire, nous montre avec évidence 
i|ue seules les ondulations, par vibrations transversales et oscilla- 
tions long'itudinales, peuvent etlectuer, en de telles conditions, la 
transmission, sans discontinuité, de la lumière ainsi que de toutes 
les radiations qu'elles constituent. La var-iété illimitée des lon- 
i^ueurs d'ondes, depuis les rayons y Pt, X jusqu'aux ultraviolets, 
aux lumineux, aux calorifiques et aux ondes hertziennes ne sau- 
rait se rattacher à la théorie de Newton que M. Einstein voudrait 
Faire revivi'e. Pourtant, outre les phénomènes de polarisation, qui 
avaient éliminé, il y a presque un siècle, l'hypothèse de Newton 
en la remplaçant par celle d'Huys^ens, nous avons aujourd'hui le 
phénomène de Zeemann, la production des rayons X par les rayons 
cathodiques, et finalement la nature ondulatoire des rayons de 
Rôntg-en démontrée expérimentalement par MM. Laue, Friedrich 
et Knipping", faits nouveaux qui corroborent et complètent les 
anciens, déjà, selon moi, plus que sufHsants. A propos de ces der- 
niers, M. A. Ri^hi, conclut ainsi : « L'hypothèse, suivant laquelle 
les rayons X ont la même nature que les rayons lumineux, et sont 
ainsi une manifestation d'ondes électromagnétiques se propageant 
dans l'éther, est la conséquence la plus logique (|u'on puisse tirer 
des faits nouveaux » ^. 

Tout cela n'est pas explicable par la théorie de l'émission, 
laquelle amènerait d'ailleurs une confusion entre les radiations et 
les rayons [3 et cathodiques, ce qui n'est pas admissible. Lorsqu'on 
est en présence de deux théories, pour décider laquelle doit être 
choisie, il n'y a qu'à s'adresser aux faits et à vérifier s'il y en a 
(jui ne sont pas explicables par l'une et le sont par l'autre. Or, 
tous les faits cités et d'autres encore ne s'expliquent que par la 
théorie des ondulations, complétée par Maxwell et par Hertz. 
Cette conclusion ne nous permet plus de mettre en doute l'exis- 
tence de l'éther, considéré comme milieu universel électronique 
et, électromagnétique par ses fonctions (c'est-à-dire par le mode 
de vibration des électrons qui le constituent et par la forme héli- 
coïdale de la trajectoire de propagation longitudinale de la pres- 
sion pondéro-motrice Maxwell-Bartoli, sur laquelle est basée ma 
théorie). 

' A. Righi. La nature des rayons X. Sdentia, janvier 1914, et ci-des- 
sus, p. 335. 



ET d'histoire naturelle DE GENEVE 375 

Il reste donc établi un premier point, c'est que les idées énon- 
cées par M. Einstein dans la première partie du Mémoire cité, ne 
correspondent pas à une interprétation physique des phénomènes 
en corrélation avec l'état actuel de nos connaissances, qui per- 
mettent déjà de reconnaître en tout phénomène une modification 
spéciale de l'éther. M. Einstein voulait débarrasser la physique 
théorique de l'existence de l'éther, désirant ne plus être ecèné par 
le rôle actif de ce milieu, mécanique en dernière analyse, parce 
que constitué exclusivement de systèmes dynamo-cinétiques, de 
points matériels, formant les électrons dont l'espace est rempli. 
On peut se demander, pourquoi les mathématiciens tiennent tant 
à avoir un espace sans éther V C'est pour y placer les actions à dis- 
tance et pouvoir utiliser toujours les forces centrales, avec la com- 
mode attraction, car s'il n'y a plus d'espaces vides les actions à 
distance n'ont plus de place où s'exercer. Les seuls espaces vides 
qui restent, parce qu'absolument nécessaires, sont ceux qui sépa- 
rent l'un de l'autre les points matériels, non pas abstraits mais 
réels, dans l'intérieur de l'électron. Mais, c'est un espace minime, 
à peine suffisant pour permettre la réalisation de la rotation et du 
mouvement tourbillonnaire du point matériel dans l'électron, 
espace qui est d'ailleurs incessamment parcouru avec une vitesse 
de l'ordre de celle de la lumière. 



Séance du 5 mars 

L. Diiparc. Synthèse de la Dunite platioitere. 
Th. Tomniasiua. Le premier postulat de la théorie de la relativité et l'éiher. 

M. le prof. L. Duparc présente une communication sur la 
s'/nthèse de la Dunite platinifère dont le résumé ne nous a pas 
été communiqué. 

M. Th. ToMMASiNA. — Le premier postulat de la théorie de 
la relativité et l'éther. — Cinquante et unième Note sur la phy- 
sique de la gravitation universelle. 

M. G. Castelnuovo dans son Mémoire sur le principe de rela- 
tivité et les phénomènes optiques, dit : « Les troubles apportés 
par les théories d'Einstein dans les conceptions même les plus 
élémentaires ont paru assez graves à divers physiciens, et non des 
moins illustres, pour les rendre défiants à l'és-ard de ces vues nou- 
velles. Cette défiance peut être considérée conmie providentielle, 
[luisque le progrès de la Science n'admet aucune complication qui 
ne soit démontrée comme nécessaire, ou tout au moins propre à 



376 SOCIÉTÉ DE physiqup: 

découvrir, en une vision synthétique, de plus vastes horizons. 
D'autre part il est permis de se demander si la conception ag-nos- 
tique, par rapport à l'éther, avec laquelle Einstein précise le prin- 
cipe de relativité, satisfait notre intuition physique»^. Je vais 
vérifier ce dernier point à l'appui des conclusions de ma dernière 
Note, par un examen du premier postulat que M. Einstein pré- 
sente dans les termes que voici : « Les lois qui régissent les phé- 
nomènes naturels sont indépendantes de l'état de mouvement du 
système de coordonnées par rapport auquel les phénomènes sont 
observés, pourvu que ce système ne soit pas animé d'un mouve- 
ment accéléi^é»^. C'est là une étrang-e façon de s'exprimer pour 
établir un principe de relativité puisqu'on n'y envisage que ce qui 
n'est pas relatif. Mais, M. Einstein ajoute au bas de la page cette 
note explicative : « Nous supposons dans tout ceci que la notion 
d'accélération possède une siurnification objective, en d'autres 
mots, qu'il est possible à un observateur lié à un sjstème d'axes 
de savoir par l'expérience si le système est ou n'est pas animé 
d'un mouvement accéléré. A l'avenir nous ne considérerons que 
des systèmes d'axes non animés d'un mouvement accéléré ». Or le 
physicien ne peut pas supposer autrement l'accélération. L'accélé- 
ration est un phénomène, un fait, étant un etfet dynamo-cinétique 
réel, donc la signification d'une telle notion ne peut être qu'objec- 
tive en physique. Quant à la force qui produit l'accélération elle 
est, elle aussi, objective, étant exercée par des pressions réelles 
produites par les chocs des points matériels électroniques, qu'il 
faut admettre si on tient compte du substratum mécanique qui 
existe forcément en tout phénomène physique. 

La théorie de Lorentz n'admettant pas le principe de relativité, 
M. Einstein se demande s'il n'est pas possible de concilier les fon- 
dements essentiels de la théorie de Lorentz avec le principe de 
relativité? Et il y répond en ces termes : « Le premier pas à faire 
si l'on veut tenter une telle conciliation, c'est de renoncer à 
l'éther » et il le souligne. Or, on a vu dans les conclusions de ma 
dernière Note que cela n'est pas admissible d'après l'état actuel de 
nos connaissances expérimentales et théoriques. M. Einstein con- 
tinue ainsi : « En effet, d'une part nous avons été obligés d'ad- 
mettre l'immobilité de l'éther; d'autre part, le principe de relati- 
vité exige que les lois des phénomènes naturels rapportés à un 
système de coordonnées S' animé d'un mouvement uniforme, 
soient identiques aux lois des mêmes phénomènes rapportés à un 

' G. Castelnuovo. Le principe de relativité et les phénomèn s opti- 
ques. Scientia. Vol. IX, N, XYII-1, 191L 

- A. Einstein. Le principe de relativité et ses conséquences dans la 
physique moderne. Archives, T. XXIX, janvier 1910. 



ET D HISTOIHE NATURELLE DE GENEVE 0( / 

système S en repos par rapport à l'éther. Or, il n'y a pas de i-aison 
pour admettre l'immobilité de l'éther qu'exigent la théoiMe et 
l'expérience, plutôt par rapport au système S' que par rapport au 
système S ; ces deux systèmes ne peuvent être distinjf^ués et il est 
dès lors bien choquant de faire jouer à l'un d'eux un rôle particu- 
lier en disant qu'il est immobile par rapport à l'éther. On en 
conclut qu'on ne peut paryenir à une théorie satisfaisante qu'en 
renonçant à un milieu remplissant tout l'espace. Tel est le premier 
pas à faire ». Comme ce premier pas est physiquement impossible, 
ni M. Einstein ni ceux qui le suivent ne pourront avancer en cette 
direction. 

Mais comment se fait-il qu'ils se trouvent conduits à cette 
impasse? Examinons le texte que je viens de citer, la cause cher- 
chée saute aux yeux. Le mathématicien, habitué à voir concrètes 
ses abstractions, ne s'est pas aperçu que pour démontrer l'impos- 
sibilité d'un fait réel, tel que celui de l'existence de l'éther, il l'a 
mis en contradiction avec deux faits irréalisables, c'est-à-dire non 
naturels, donc non physiques. Dans la nature il n'y a et il ne peut 
y avoir nulle part, ni un système comme celui qu'il indique par S, 
en repos par rapport à l'éther immobile, parce qu'il n'y a pas de 
repos absolu, et il en serait un, ni un système comme celui qu'il 
indique pai' S', animé d'un mouyement uniforme, parce que tout 
système en mouyement étant mu par des activités qui lui sont 
extérieures, l'uniformité de la vitesse du déplacement n'est qu'ap- 
parente, jamais parfaite en réalité. 

Voilà, comment un simple examen physique suffit pour mon- 
trer non seulement qu'on ne peut tirer rien de là contre l'éther, 
mais qu'au contraire il faut en tirer une confirmation de son exis- 
tence, du moment que les activités extérieures nécessaires pour 
réaliser le déplacement du système S', sont précisément les acti- 
vités du milieu remplissant l'espace que M. Einstein voulait éli 
miner. Mais ces activités extérieures ag^issant sur tout système en 
mouvement, dont M. Einstein ne s'occupe pas, ont une importance 
telle au point de vue de l'interprétation physique de son premier 
postulat, et par conséquent de l'introduction en physique de la 
théorie de la relativité, qu'il en résulte que cette introduction en 
devient inadmissible. M. Max Abraham, après avoir cité le postu- 
lat d'Einstein, se pose les questions suivantes : « Maintenant un 
principe semblable s'applique-t-il à un système d'électrons ? Si 
l'on attribue une existence réelle au champ électromag-nétique 
dans l'espace, ou si on lui donne même un éther plus ou moins 
substantiel comme support, il semble que l'on devrait supposer de 
prime abord qu'un théorème de relativité ne peut valoir que si 
l'éther se meut avec les électrons. L'électrodvnamique de Lorentz, 
sur laquelle se base la mécani({ue des électrons, admet au contraire 



378 SOCIÉTÉ DE PHYSIQUE 

que l'éther ne participe pas au mouvement des électrons. Mais 
comment se fait-il alors qu'en réalité le mouvement d'un système 
reste caché aux observateurs participant à ce mouvement et qui 
suivent les phénomènes ayant lieu dans le système ? » ^ Or, toutes 
ces questions sont résolues par mon ancienne explication, que 
l'éther est immobile et mobile en même temps, il est immobile en 
bloc, c'est-à-dire en tant que masse, et mobile par ses éléments 
constitutifs, (^e n'est donc pas l'éther qui accompag'ne les corps 
ou les systèmes qui se déplacent, mais ses ondulations ; la riche 
variété de celles-ci, dont on découvre chaque jour des nouveaux 
types, suffit pour rendre compte de tous les mouvements, ceux des 
astres comme ceux des atomes et des électrons. Le mouvement 
d'un système reste caché aux observateurs qui participent à ce 
mouvement parce que l'éther immobile est intanf^ible, aucune de 
ses parties n'étant jamais immobiles. Mais tout système en mou- 
vement est un champ d'énerg-ie qui réagit contre le champ d'éner- 
g'ie qui l'entoure et le transporte. Donc en général, comme deux 
champs d'énerg-ie se compénètrent, les mouvements relatifs in- 
ternes du système mobile en translation ne peuvent pas ne pas 
être modifiés par le champ extérieur qui le déplace. Il est alors 
inadmissible que les mouvements relatifs soient exactement les 
mêmes que dans le même système en repos. Gela suffit pour 
montrer que le cas considéré dans le postulat est purement abstrait 
et ne correspond à aucun des phénomènes réels dont s'occupe la 
|)hysique. 



Séance du /9 ?nors 

L. Stern et F. BatteDi. Influence de la destruction cellulaire sur les diffé- 
rents processus d'oxydation dans les tissus animaux. — B.-P.-G. Ho- 
chreutiner. Quelques observations sur la famille des Tiliacées. — Th. 
Tommasina. Le rôle du champ moteur et la théorie de la relativité. 

L. Stern et F. Battelli. — Influence de la destruction cel- 
lulaire sur les différents processsus d'oxydation dans les 
tissus animaux. 

Dans une série de travaux antéi-ieurs nous avions montré que 
les oxydations dans les tissus des animaux supérieurs étaient pro- 
duites en partie par des ag-ents solubles et en plus grande partie 
par des ag-ents insolubles restant adhérents aux tissus. Ces der- 
nières substances avaient été désig-nées comme oxydones pour les 
disting-uer des catalyseurs oxydants solubles, les oxydases. 

' Max Abraham. Die neue Mechanik. Scientia, année 1914. 



ET d'histoire naturelle DE GENÈVE 379 

Les oxydones ont été disting-uées en labiles et en stables. Les 
oxydones labiles auxquelles appartiennent la citricoxydone et le 
processus respiratoire fondamental ne se conservent pas long-- 
temps dans les tissus après la mort de l'animal et sont détruites 
par un lavag-e un peu prolong-é des tissus. Les oxydones stables 
par couche se fjardent très longtemps dans les tissus et résistent à 
un lavage prolong-é et répété. A ces dernières appartiennent la 
succinicoxydone et la phénylénediaminoxydone. 

Quant à la nature de ces oxydones il paraît résulter des recher- 
ches faites sur l'influence de difterentes substances — anesthé- 
siques indifférents, aldéhydes, ferments protéolytiques et autres 
sur les oxydones que ces catalyseurs insolubles sont des substances 
protéiques ou sont liées aux substances protéiques. En effet tous 
les facteurs qui provoquent un chang'ement d'état des protéines : 
dédoublement par la trypsine, coag"ulation par la chaleur, préci- 
pitation par les anesthésiques indifférents, etc. détruisent aussi 
l)ien les oxydones labiles que les oxydones stables. Les ferments 
oxydants solubles traités de la même façon étaient peu ou pas 
altérés. 

Il restait encore à décider si l'action de ces catalyseurs inso- 
lubles est liée à une certaine structure physique de la cellule ou si 
ces catalyseurs peuvent ag-ir indépendamment de la charpente cel- 
lulaire à laquelle elles paraissent fixées. En d'autres termes il 
fallait décider si on pouvait détruire la structure physique de la 
cellule tout en laissant intactes les oxydones. 

Les seuls moyens utilisables dans ce but sont les moyens méca- 
niques. 

Or dans nos différentes recherches antérieures les tissus étaient 
soumis à un broyag"e assez grossier qui dissociait le tissu sans 
altérer notablement les cellules mêmes. 

Nous avons cherché à obtenir un broyag-e plus parfait pouvant 
amener une destruction aussi complète que possible des éléments 
fig-urés. 

Après plusieurs essais avec différents modèles de broyeurs nous 
nous sommes arrêtés au broyeur Borel qui permet de détruire 
complètement les éléments morpholog-iques des tissus pourvu que 
le broyage soit suffisamment prolongé. 

Après avoir soumis les difl'érents tissus à un broyage plus ou 
moins prolong-é nous avons examiné l'intensité des différents 
processus d'oxydation comparativement avec l'intensité de ces 
processus dans les tissus, broyés comme d'habitude dans la 
hacheuse ordinaire. 

Nous avons passé ainsi en revue les muscles, le foie, le rein et 
le cerveau. 



380 SOCIÉTÉ DE PHYSIQUE 

Voici les résultats g-énéraux : 

I ) Les oxydones labiles : la citricoxjdone et la respiration princi- 
pale sont fortement diminuées ou abolies après un broyage de 1 mi- 
nute, la structure cellulaire étant encore conservée en g-iande partie. 

2) Les oxydones stables : la phénylènediaminoxydone et la suc- 
cinicoxydone présentent une résistance bien plus g-rande, mais 
variable suivant les tissus. Ainsi le rein de bœuf, le foie et le 
cerveau de chien broyés pendant 5 minutes oxydent encore très 
fortement l'acide succinique et la p-phénylénediamine. Dans le 
muscle on observe une diminution assez forte de la succinicoxy- 
done, tandis que la phénylènediaminoxydone reste intacte. Après 
un broyage de 4-5 minutes la stucture cellulaire étant complète- 
ment détruite. Toutefois il faut remarquer qu'il y a des excep- 
tions. Dans quelques cas les oxydones stables sont fortement 
diminuées après un broyage de 2-3 minutes. 

5) Les ferments oxydants solubles : l'alcooloxydase, l'uricoxy- 
dase de même que la respiration accessoire résistent assez bien à 
un broyag-e prolongé des tissus. Toutefois on observe un atl'ai- 
blissement souvent assez considérable. 

En résumé il résulte des expériences que l'action des oxydones 
stables est indépendante de la structure physique des cellules. 
Quant à la respiration principale et aux oxydones labiles nos 
expériences ne peuvent pas décider si leur abolition est due à la 
disparition de la structure de la cellule ou bien à l'intervention 
d'ag-ents inhibiteurs. Ces agents interviennent déjà dans les con- 
ditions ordinaires après la mort et la destruction des cellules 
amenant un contact plus intime de ces agents avec les oxydones 
favorise leur action inhibitrice. 

M. B.-P.-G. HocHREUTiNER Communiqué le résultat de quelques 
observations sur la Famille des Tiliacées. 

II montre que la classification de cette famille est non seulement 
artificielle, mais que, souvent, les caractères attribués aux diverses 
tribus ne se vérifient pas chez les genres qu'on leur attribue. Par 
exemple le genre le plus nombreux de la tribu des Tiliées carac- 
térisée par l'absence d'androgynophoie, le genre Torchorus a 
précisément un organe de cette nature. Il est parfois extrêmement 
réduit, mais, en observant de près, on en trouve la trace. On 
pourrait multiplier de tels exemples. 

L'auteur montre qu'on a eu tort de ne pas étudier la structure 
générale de la fleur au lieu de s'en tenir à des caractères particu- 
liers. Si on étudie ce plan général on verra que les nectaires et 
l'androgynophore y jouent un grand rôle. En se basant sur ces 
considérations M. H., distingue 5 types de fleurs chez les Tilia- 
cées comprises comme elles le sont actuellement. 



ET d'histoire naturelle DE GENÈVE 381 

1° La fleur simple, sans androg-ynophore à sépales libres, à 
pétales lancéolés non différenciés, pas de nectaires apparent et 
avec des étamines libres ou un peu coalescentes à leur base. Tribu 
des Tiliées amputées de la majorité de ses g-enres, mais compre- 
nant encoi-e Tiitelea, Honckenya, Schonfenin, Tilia et Spcv- 
mannia. Puis la tribu des Apeibées comprenant les G/yp/iaea, 
les Apeiba et peut-être aussi les Ancistrocarpiis. 

2° La fleur à chanibre nectarifère constituée par le calice g'amo- 
sépale portant les nectaires parfois très réduits à sa base et par 
l'androg'jnophore qui est parfois aussi extrêmement court, éta- 
mines à peu près libres à loges coalescentes au sommet, les pétales 
sont le plus souvent ong-uiculés. Tribu des Brownlowiées dont il 
faut en exclure d'abord Thartocalyn et Pityranthe non observés 
par l'auteur, mais qui n'ont pas les étamines caractéristiques de 
la tribu et ensuite Carpocliptera qui a la structure florale des 
Tiliées. 

30 La fleur à chambre nectarifère constituée par les bases élar- 
gies des pétales qui portent les nectaires et par l'androg-ynophore 
lisse ou velu plus ou moins long-, mais g-énéralement un peu 
élarg-i à sa partie supérieure contre laquelle appuient les pétales. 
Les étamines sont fixées au sommet de l'androgynopliore, mais 
elles sont Gfénéralement libres. Les sépales sont aussi libres. Ici se 
placent naturellement les Grewiées des auteurs, mais pour être 
exact il faut leur soustraire les g'enres Grinocarpus, Triumfetta 
et Heliocarpas et leur ajouter les genres Triclospernnirn et 
VMsinaea. 

4° La fleur à chambre nectarifère constituée, comme précédem- 
ment, par les bases des pétales, mais dans laquelle les nectaires 
sont situés contre les parois de l'androg-ynophore. Comme précé- 
demment aussi les étamines et les sépales sont libres Ce sont les 
Héliocarpies, tribu nouvelle proposée par M. Hochreutiner et 
comprenant les g-enres distraits de la tribu des Grewiées auxquels 
il faut ajouter les Corchoriis et les Corchoropsis. 

5" Fleurs sans chambre nectarifère bien close, étamines soudées 
toutes ensemble en un tube donnant l'apparence d'un androgy- 
nophore sans l'être, ou bien soudées en plusieurs g-i-oupes ressem- 
blant chacun à un petit arbre ramifié et portant toujours .des 
appendices staminodiaux. Pétales avec ou sans nectaire à la base, 
ou bien présentant un nectaire qui empiète sur le thalamus. Bref, 
fleur d'une apparence tout à fait hétérog-ène. Tels sont les Liihea 
et Mol lia qu'il sera peut-être pratique de séparer des Tiliacées. 
Leur structure florole bizarre, leur port particulier et leur indû- 
ment écailleux rappellent assez certaines Doinbacacées pour 
<^u'on examine sérieusement la possibilité de les rattacher à cette 
famille. 



382 SOCIÉTÉ DE PHYSIQUE 

M. Th. T0MMA.SINA. — Le rôle du chciDip moteur et la théorie 
de la relativité. Cinquante-deuxième Note sur la physique de 
la gravitation universelle. 

Henri Poincaré m'a l'ait l'honneur de me citer dans son ouvrage 
Science et Méthode et d'y résumer en quelques pag-es ^ ma théorie 
sous le titre de théorie Le Sag-e-Maxwell-Bartoli. En effet, comme 
je l'ai reconnu déjà. Le Sage doit être placé dans le nombre des 
précurseurs, ayant proposé, à l'aide de l'hypothèse de ses corpus- 
cules ultramondains, un essai d'explication mécanique du phéno- 
mène de la gravitation. Quant à Maxvi^ell et à Bartoli, bien 
qu'ayant les premiers établi théoriquement et indépendamment 
l'un de l'autre l'existence nécessaire d'une pression mécanique 
exercée sur tous les corps par la lumière et en général par toutes 
les radiations, à cause de leur mode de propagation, n'ont jamais, 
que je sache, écrit une ligne qui nous permette de supposer que, 
soit l'un, soit l'autre, ait entrevu la possibilité d'attribuer à la 
pression du rayonnement universel le mécanisme produisant la 
gravitation, donc le transport des astres de même que la pesan- 
teur des corps. Ma théorie ne fait qu'utiliser leur découverte, con- 
firmée expérimentalement après leur mort, et dans un but qui 
n'avait, à ma connaissance, été envisagé ni par eux, ni par aucun 
autre physicien ; elle est donc bien à moi. 

J'ai déjà, dans ma huitième Note, répondu à Poincaré à propos 
de ses oljjections, je n'y reviens donc pas. Mais, je rappelle ici, à 
cause de son importance au point de vue de la théorie de la rela- 
tivité, [e postulatu/n fondamental de ma théorie qui est le suivant : 
Le rôle du champ que Faraday a introduit dans la physique de 
l'électricité et du magnétisme doit être élargi de façon à embrasser 
tous les phénomènes physiques et astro-physiques. Ce postulat 
comporte l'admission d'un champ moteur agissant comme trans- 
porteur de tout corps en mouvement de translation. 

Le classique mémoire de Poincaré sur la dynamique de l'élec- 
tron ^ commence par ces considérations : « Il me semble au pre- 
mier abord que l'aberration de la lumière et les phénomènes opti- 
ques qui s'y rattachent vont nous fournir un moyen de déterminer 
le mouvement absolu de la terre, ou plutôt son mouvement, non 
par rapport aux autres astres, mais par rapport à l'éther. Jl n'en 
est rien ; les expériences où l'on ne tient compte que de la première 
puissance de l'aberration ont d'abord échoué et l'on en a aisément 
découvert l'explication ; mais Michelson, ayant imaginé une expé- 
rience où l'on pouvait mettre en évidence les termes dépendant du 
carré de l'aberration, ne fut pas plus heureux. Il semble que cette 

' Henri Poincaré, Science et méthode. Paris 1908, p. 267-271.. 
- Henri Poincaré, C. B., t. CXL, 1905, p. 1504. 



ET d'histoire naturelle DE GENÈVE 383 

impossibilité de démontrer le mouvement absolu soit une loi 
g'énérale de la nature)). En réalité une telle impossibilité n'est pas 
une loi, mais retlet, la conséquence directe et forcée de la loi 
s^énérale de la nature, que la philosophie avait reconnue avant la 
naissance des sciences expérimentales : que tout est en mouvement, 
de façon que chaque corps et chaque élément de corps possède un 
mouvement vrai absolu, duquel pourtant nous ne pourrons jamais 
établir ni la trajectoire, ni la vitesse vraies absolues. L'affirmation 
de ma précédente Note que l'éther est immobile en bloc, c'est-à- 
dire en masse, semble contradictoire avec cette loi, mais on com- 
prendra que cette contradiction n'est qu'apparente si je fais 
observer qu'on peut attribuer l'immobilité même à l'univei's, si 
Ion appelle ainsi l'ensemble de tout ce qui existe en comprenant 
l'au-delà du visible, de façon que l'univers visible n'en serait 
qu'une partie ; parce que l'illimité ne peut se déplacer. Poincaré 
continue ainsi : « Une explication a été proposée par Lorentz qui_ 
a introduit l'hypothèse d'une contraction de tous les corps dans 
le sens du mouvement terrestre ; cette contraction rendrait compte 
de l'expérience de Michelson et de toutes celles qui ont été réalisées 
jusqu'ici, mais elle laisserait la place à d'autres expériences plus 
délicates encore et plus faciles à concevoir qu'à exécuter, qui 
seraient de nature à mettre en évidence le mouvement absolu de 
la terre. Mais, si l'on rei^arde l'impossibilité d'une pareille consta- 
tation comme hautement probable, il est permis de prévoir que 
ces expériences, si l'on parvient jamais à les réaliser, donneront 
encore un résultat nég-atif. Lorentz a cherché à compléter et à, 
modifier son hypothèse de façon à la mettre en concordance avec 
le postulat de l'impossibilité complète (c'est Poincaré qui a souli- 
g-né) de la détermination du mouvement absolu ». Il faut entendre 
trajectoire et vitesse absolues, car toute translation qui n'est pas 
illusoire est un mouvement absolu, et la translation de la terre 
n'est pas illusoire étant démontrée par le déplacement apparent 
des constellations. 

L'illustre mathématicien Vito Volterra ^ dans un volume qui 
vient de paraître sur Henri Poincaré, dit : « La pensée fondamen- 
tale de tout cet enserrd>le de recherches est qu'aucune expérience 
ne peut mettre en évidence le mouvement absolu de la terre. C'est 
ce qu'on appelle le postulat de la relativité. Lorentz avait montré 
que certaines transformations auxquelles on a donné son nom, 
n'altèrent pas les équations d'un milieu électromagnétique. Deux 
systèmes, l'un immobile, l'autre en ti'anslation, sont ainsi l'image 

' Vito Volterra, Jacques Hadamard, Paul Langevin et Pierre Bou- 
troux. — Henri Poincaré, Vœiivre scientifique et Vauvre philosophique. 
Félix Alcan, Paris 1914, p. 36. 



384 SOCIÉTÉ DE PHYSIQUE ETC. 

exacte l'un de l'autre, de sorte que l'on peut imprimer à tout sys- 
tème un mouvement de translation sans qu'aucun phénomène 
appai'ent soit modifié». Or, il ne suffît pas d'imprimer un mou- 
vement il faut le maintenir, et si l'on admet que le système immo- 
bile soit constitué par l'éther, milieu électromagnétique, un tel 
système ne sera jamais l'imag-e exacte du système mobile en trans- 
lation, soit-il la terre ou un simple électron. 

Dans la question du mouvement de la terre on a oublié, ou l'on 
a cru pouvoir néi^'H^-er, la cause mécanique de son déplacement, 
donc le mécanisme physique qui doit ag'ir d'une manière continue 
sur la terre pour entretenir son mouvement de translation dans 
l'espace. Le déplacement de la terre ne pouvant pas se faire de 
par soi-même, il faut le considérer comme un ti-ansport, analog-ue 
au transport des ions dans l'électrolyse. Ce transport est l'ait pré- 
cisément par l'activité électromagnétique de l'éther dans lequel la 
terre se trouve immerg'ée. Des deux systèmes considérés, celui 
immobile est en réalité le système moteur, c'est le champ 
moteur, tandis que le système en translation est le système mû, 
c'est le corps mû, de façon que leur rôle n'est nullement réver- 
sible, et l'imag-e de l'un n'a rien à voir avec celle de l'autre. 

Cette fausse interprétation de la réalité physique des phéno- 
mènes dont on veut établir la dynamique explique pourquoi les 
récentes mécaniques se trouvent empêchées de jouer convenable- 
ment le rôle de remplaçantes des anciennes. M. Volterra dit qu'il 
est probable que la mécanique de la relativité est dès aujourd'hui 
.une mécanique vieillie. Je la considère plutôt comme une méca- 
nique spéciale, une mécanique à côté, jouant le même rôle que 
les g"éométries non euclidiennes par rapport à la g'éométrie clas- 
sique. 



BULLETIN SCIENTIFIQUE 



PHYSIQUE 



E. RuTHERFORD. RaDIOA-KTIVE SuBSTANZEN UND IHRE StRAHLUNGEX, 

Handbiich der Radiologie, v. D"^ E. Marx. B. IL, 1 vol. g-^^ 8° 

de 642 p. avec 127 fig". dans le texte, Leipzig' Akademische 

Verlag-sg-esellschaft 1913. 

La science toute nouvelle de la Radiolog-ie, née il y a quelque 
ving't ans à la suite de la découverte des rayons cathodiques par 
Lehmann et à celle des rayons X par Rôntgen, a pris un si extraor- 
dinaire développement durant cette courte période de temps, que 
le besoin s'est bien vite fait sentir de voir réunis en un corps de 
doctrine toutes ces connaissances nouvelles, tous ces faits expéri- 
mentaux renversant les notions les plus élémentaires et jusqu'à 
celle de la l'atome, base fondamentale de la physique et de la 
chimie. Bien des traités ont paru dans ces dernières années, don- 
nant un exposé g-énéral de cette science qui, pour n'être encore 
que dans l'enfance, a cependant produit déjà une si riche moisson, 
M. Erich Marx, professeur à l'Université de Leipzig-, nous en 
offre un nouveau qu'il veut absolument complet pour l'état actuel 
de la science. Comme celle-ci comprend déjà des spécialités assez 
diverses, il a tenu à aller, pour chacune d'elles, à la meilleure 
source d'information, de là une collection de monog-raphies par 
un certain nombre de savants spécialistes dans la matière et point 
un traité proprement dit écrit par un seul auteur sur un plan 
unique, et cela n'est pas pour diminuer la haute valeur de l'œuvre, 
bien au contraire. 

Le Handbuch der Radiologie — c'est son titre — comprendra 
quatre gros volumes qui contiendront : le tome I la ionisation 
des gaz, dû pour la plus g"rande partie à M. Townsend, avec 
la collaboration de MM. Geitel, Hagenbach, Haber, Marx et 
Richardson ; le tome II les substances radioactives et leur 
rayonnement, entièrement dû à la plume de M. Rutherford ; le 
tome III la décharge dans les gaz raréfiés, les rayons catho- 
diques et les rayons Rôntgen, par MM. Bestelmeyer, Gehrcke, 
Hallwachs, Leithâuser, Marx, Seelig-er et Wien ; le tome IV 
théorie de l'électron et des rayons Rôntgen, par MM. Einstein, 
Fôppl, Lang-evin, Lorentz, Riecke, Sommerfeld et Zeemann. 



386 BULLETIN SCIENTIFIQUE 

L'énumération seule des noms de ces divers auteurs en dit assez 
sur la valeur de cette publication. 

Le volume que nous annonçons ici est le II®, qui a été le premier 
prêt à paraître, étant l'œuvre d'un seul auteur et la traduction 
d'un ouvrag-e qu'il venait de publier et qu'il s'est borné à adapter 
lui-même au Handbnch der Radiologie. Personne en effet n'était 
mieux qualifié que M. Rutherford pour exposer ce beau et déjà si 
vaste sujet des corps radioactifs et de leurs radiations qu'il a si 
fort contribué à élucider, avec les Becquerel, les Curie et toute 
cette cohorte de chercheurs. 

Cet ouvrag-e se recommande par lui-même et 11 serait superflu 
de le faire pour lui. 



O.-G. Chv^^olson, Traité de physique. Ouvrag-e traduit sur les 

éditions russe et allemande par E. Davaux, tome V, \" fasc. 

avec 36 fig". dans le texte, Paris, Librairie scientifique, A. Her- 

mann et fils, IQI 4. 

Nous avons toujours sig-nalé à nos lecteurs au fur et à mesure 
de leur apparition les différents fascicules de l'édition française de 
ce traité, le traité de physique désormais classique du savant pro- 
fesseur de l'Université de St-Pétersbourg-. Les dernières éditions, 
russe et allemande, sur lesquelles cette édition française a été tra- 
duite, ont été revues et considérablement augmentées par l'auteur. 
M. Davaux, le savant traducteur, l'a fait suivre de notes sur la 
physique théorique, dues à la plume de MM. E. et F. Cosserat. 

Le fascicule que nous annonçons ici contient le livre III, le 
champ mag"nétique variable, chapitre I", introduction, remarques 
g'énérales, le 2® Induction, le 3* Théorie de Maxwell, le 4* Fonde- 
ments de la théorie électronique, le 5® Principe de relativité. 

Ce nouveau fascicule recevra, du monde de la physique, le 
même accueil empressé que ses prédécesseurs. 



J. DaNNE, J. de NoBELE, P. GiRAUD, H. COUTARD, G. DaNNE. 

Conférences de Radiumbiologie, faite à l'Université de Gand en 
1913, 1 vol. 8" de 214 p., Severeyns édit,, Bruxelles 1914. 
Cet ouvrag-e publié par la Société belg-e de radiolog-ie, société 
très vivante et qui a org-anisé plus d'un cong-rès international de 
radiolog-istes, est de la plus g-rande actualité. Il donne une série 
de conférences de radiumbiologie org-anisée à Gand en 1913 à 
l'occasion de l'exposition universelle et internationale qui avait 
lieu dans cette ville, par M. J.Danne, le savant directeur du labo- 
ratoire de Gif et du journal Le Radium. 



BULLETIN SCIENTIFIQUE 387 

M. J. de Nobele ouvrit la série en traitant des propriétés géné- 
rales des corps radioactifs et commença par la description du 
laboratoire de radioactivité de Gif prés Paris. Puis vinrent 
M. Giraud sur les applications médicales du rayonnement du 
radium ; M. J. Danne sur l'émanation du radium ; M. G. Danne 
sur l'instrumentation en radiumthérapie ; M. H. Coutard sur les 
applications médicales de l'émanation du radium et des autres 
corps radioactifs. 

Le volume se termine par une liste bibliographique de 66 pages 
qui est certainement la plus complète qui existe pour ce genre de 
travaux. 

On voit par là quelle précieuse documentation cet ouvrage offre 
au monde savant et au public ami de la science. 



MINÉRALOGIE 

Henry Le Chatelier, La silice et les silicates. Paris, A. Her- 

mann et fils, éditeurs, 1914. 

Le savant professeur de l'Ecole des Mines, a toujours soutenu 
l'opinion qu'il ne doit pas y avoir de distinction entre la science 
théorique et la science pratique. C'est conformément à ce principe 
qu'il a écrit son livre. 

L'auteur y étudie tout d'abord, au point de vue chimique et 
physique, la silice et ses nombreuses variétés. Il donne à cet égard 
un grand choix de valeurs numériques, tirées des auteurs qu'il 
estime les meilleurs. Nous aurions désiré qu'à l'égard des pro- 
priétés optiques et des propriétés du verre de silice et de la cristo- 
balite, les travaux faits hors de France fussent un peu mieux 
représentés. Mais ceci n'est pas une critique, ce n'est qu'un vœu. 

L'auteur passe ensuite à l'examen physico-chimique des verres. 

Après avoir donné leurs propriétés chimiques, il en étudie, avec 
un soin particulier, les propriétés physiques. 

Il décrit les appareils scientifiques destinés à étudier les coeffi- 
cients de dilatation, la dureté, etc. Plusieurs de ces appareils sont 
modifiés ou entièrement conçus par l'auteur. Cette partie de l'ou- 
vrage constitue certainement celle qui a la plus grande valeur, et 
qui est la plus originale. 

Passant à la notation chimique des silicates, M. Le Chatelier en 
fait voir les difficultés et les lacunes. Il critique, avec raison, les 
formules unitaires. 

Il propose de modifier la classification des silicates de Vernadsky 
et ce changement est heureux et rationnel. 

Il examine ensuite quelques silicates. Laissant aux minéralo- 



388 bUlletiis scientifique 

cistes le soin de décrire les mille et une variétés des silicates natu- 
rels, il s'attache surtout à ceux dont la formule est nettement 
iixée : dont les propriétés physicochimiques sont nettes et répon- 
dent à un type chimique positif, et non pas à des mélang-es. 

L'auteur, toujours soucieux de la liaison de la science et de 
l'industrie, examine, plus à fond, les silicates qui présentent une 
certaine utilité pour l'homme. 

11 s'en suit que les silicates de chaux, d'alumine, ont, par exem- 
ple, une monog-raphie détaillée et fort précieuse pour l'industriel 
comme pour le savant. Ceci conduit à un chapitre, des plus 
intéressants, qui concerne la céramique, les briques réfractaires, 
les terres cuites, les couvertes. 

De nombreuses valeurs numériques relatives aux températures, 
à la composition chimique, donnent à cette partie du livre une 
valeur spéciale. 

Pour terminer, l'auteur parle succinctement des roches silicatées 
et s'étend un peu plus sur les laitiers de hauts fourneaux. 

Ce livre doit être recommandé à tous ceux qui de prés ou de 
loin, dans le laboratoire d'usine ou dans le cabinet professoral, 
s'occupent des silicates. 

Il met au point de la science moderne, une classe de corps dont 
l'importance n'échappe à personne. 

A. B. 



^89 



OBSKUVATIOINS METKOUOLO(ilUlJES 



L'OBSERVATOIRE DE GENÈVE 



PENDANT I,lf. MOIS 



DE MARS 1914 



f.e 2, pluie et neige depuis 9 h. 15 m. du soir. 

4, pluie de 4 h. k 7 li. du soir. 

5, pluie dans la nuit, de 7 h. h 10 li. du matin et de 1) h. h. 10 h. du soir. 

6, pluie de 10 h. du matin à 1 h. du soir ; pluie dans la nuit. 

7, pluie toute la journée. 

9, gelée blanche le matin ; pluie dans la nuit. 
10, pluie tout le jour. 
12, pluie de 9 h. 40 m. à 10 h. du soir. 
14, rosée le matin ; pluie de 5 h. 25 m. h 7 h. du soir. 
16, pluie dans la nuit, de 7 h. du matin h 7 h. du soir. 

18, gelée blanche le matin ; pluie de 7 h. k 10 h. du soir. 

19, gelée blanclie le matin ; pluie de 8 h. à 10 li. tlu soir. 

20, pluie de 8 h. 30 m. du matin h 9 h. 45 m. du soir. 

21, pluie et neige de 5 h. à 6 h. du soir ; pluie à 9 h. du soir. 

22, pluie de 6 h. 35 m. à 7 h. 40 m. du soir. 

24, pluie de 1 h. à 4 h. et de 7 h. 20 m. à 10 h. du soir 

25, pluie de 7 h. à lO h. du matin et de 5 h. 45 m. h 7 h. du soir. 

26, pluie de 7 h. à 10 h. du matin et de 7 h. à 10 h. du soir. 

27, pluie et neige dans la nuit et de 7 h. h 11 h. du matin, 
les 29 et 31. gelée blanche le matin. 

Arciiivks, t. X.XXVII. — Avril 191'i. 



5 Ti 

















es 




c 








s 




o 




Q 






f~ 




z 


.a 






> 


u. 



+ 



^s 



«a 



es 






eu « 



' co i^ a> -^ •(>*«) 



a5<^>0'*l— 11— ir-oi' 



. • ^ • a^ cv> 


cC' (^ • Si «s • o • -o ce co • -£> ai -f co -t< (>j c>i (X 


— 1 ce • • 


1 :cc- .^-; 


^^ • w . ■ . — . . f~^ f-^ 


'>»'■•■• 


'>» — 1 -r ce. s 


3 — 1 r; ~ 3 -r -f — 1 c-> '>> o '>> -+ '>i o ~. c-> •» C' '^> 


Z'- >~ ce a Cl T» 


•= o ^ co o o 


o — >o '-0 o ce t>> -o -o cC' o lO ^ t- o oj ^ in o co 


^ r-é y-j as Xi o 


-t< ;>o (N o o 


o o ce -r o o X) -^ -o i^ o lO vo o c» t^ 00 rt" o C5 


o C5 (>i ce 1-1 o 


o 05 o o o 
1— ( 1—1 


CCOOCOOOJO^iOOOOOOOOOiOOX 


o C»0 o C5 o o 


■^os-^oasoo-^i-^ooooirîcoaoooio^ooooï-TO'j; 


o ri ^ o o o 


o C5 '>)■ ~ o 


o c; o rN o O) o 1^ '^J f- o :r. cv< ce Oi o r. o c; ~ 


o o o o ce o 






m-fcCi-C5Tf<'^<x>o-oc;^cc<X(^icc-t<cocooo=cooo-^oo 


œ xj ce X f^ c; 


^Ifti— cC^-^0'J£^a>lO0D-*'C0(>»f~Oït^'ï<-=f"eOO>lOCOlft^-^ 


e> irt o ce cv» co 
Cl 1— ( 



^ ^ Cvi .-< (N ' 



IC^i rt,_,_,(»5.>_|,_,,_i,- 









o ^ o r-l 






1— ICT^rtr— — «C^OJ^i— l-Hi— 1^1 



CQ— WC^>^0>>0^-^(N^5v*i— l^-Hrt— I 



c/3l>Z!>t»c/3a)c/3a;l>Zc/3Za)«:a3c/Jc/2a5p>a!oocc«3c«coa)ZZZZ 



,— (^H-Hi— I5^0>ji— (Oi— 11— iOOOr-«<!><i— lO-Hi— 15^1— I5»>i— (0(?iCeOOOO 



r--«_a -cococ» -W'^Krim ■ ■c«'^t»!>Si/)«;c»t>é^f^-'^-^^ ■ 
a a;- Z a; a c/p y3 ce c/? ^/.' g- x y] y: y: c/) Z r/) ç/p z c/:î ^/) c/: !> Z w c/: y:' ce td cQ 



zk 



in "O rT' C-J (>< r. — < •£ ce -f JT. -^ (~~- T -^ -fi 05 ^D i^ t~ '^ 50 o 8S 

<>> ce ce ce T'i O f~ 



.r--*'*i— iirtiocviOio— icoi— io^05ce050sjrti:~-os-*oo-<!j<oc°or-{^'*i<x)< 



r-ce^ooij0-^ai0if5 0»i>jceo>(^-oc-i-^a)ovoox)-t'oo ©(»oo-fince © 



£ cv; o — 1 'N , 



(>i^-ioceiO'>*i-f--^-^0'— i-ft^ce-^Oicero^— iceccceoW 
I II II H — I — t--t--i--<--H I I I r I I I I I I -+--•—•--(- 



t^^^Oi— i3102-^-HLOXt^OO-rt<iX)r-(0 00-*Oi^Oi— ilO^ NJ^OOr-i— lOO KS 
gin^r— liOOO»OXX30-f<ir3r-HOOt^CCC0005t^OOSiCvJOO©COt^O— <00a 



Sx)*or^XJi^''ce-^'HOvi^'Xceoi-^LO'X>o'œ— ioe-t<-Hf^ ©ceocccoco l» 
5^»(^»(^i'^i(^>'^^(^*'^i'^»■— ifî^cece(xce(>((NC'»— 11— i^h-hov*--' H^Hi>i(»<>ice m 



" oi — I ce a> o> Oi t^ lO Os o -c m o X o Os -o i— cv o ce — I .— I x- to ■ 



s^-*ocoo^x)'*i-o-^oi-^GOOox)i?^3sioy:>cocecor-oo'tixr-i«3v 



sc:>ioi^oot^e^»co-^or~r^cv>G^>i^o>rt>>t^t^-r>o>ce)ceico-£>o^co^Hoof— -^h- 
cvi(>*(N(>j(>>oie^cv((N— |(^<coco(^>cc(^J!^*'-^l— I i— ii— is^i— ii— ii-i(>j(>jc^)cece 



x>oo-0 35irt-f"— •■*ceioocer^-oo5<>i-*ix)iitiiO-*'ce<x)'X>ce<Nini-*ceooo 



M^( ce f lO -o t^ X o c; — '^< ce^ -!< ira to (— X o o 





il 


= 


. lO lO o lO lO o ic 1(5 ift lO ira -o o .o ira o o o lO o o o in lO ira ira ira ira o ira o 

g — ( ^ C-i — < ( - CO CO GO 'M C-J -O -f ce -Ti -H rv f^ Oi -O ce (^ ce (■- 0>> -M *-- -o ru -/5 -o -o 

g «) X ys :o (~ X' X X) J5 3i ^ o o o 3 o o — • — 1 '>* — ' c>* -- '» »>< —1 (W co '^/ o> (N 




■£) 









^ 


'1! 


o 3>» ce f^ -o X (^ Ci ce -i t^ r^ ira ce ■>» '^> — ' ce -^ t^ -h -£> -:t< x m o 
° 1 ^ o o o o o 1 o o o s o o 1 o o o o o o 1 o o o o o o 1 o o 

1 r-H-H- t--t- -(--»--1-H-H — f- -4- -♦- -H -*- -4- 1 -1- 1 -»- 1 1 1 I 


i 

^e 
0, j 



-1- 




o ce 00 ce <?< lO ira t^ o^ ira t^ t^ t- lO m m ire <» f- o x '» ira c> -jd >» 

° 1 -)< lo m -o --2 -o I -o -o -o -o -^ -X) 1 o -c -o îO -o -o 1 -o -jO -r:' -à -à -o 1 --O <-' 


ire 

ce 

•0 




Ï5 

'< 

! 5 
< 


X 

â 


.XOiCi-sCsoOOOOOCSajOiQOOOO-. i— XOOOiasOaCiasCïOJCjOOCsCîiXSiCs 






'X "-0 cv» o X o o -r* >» ir< ira o ira t^ -j -o x oB — ' '30 co --^ oo ^ o ce ira ira '^ -h ira 
ira lo -c ira -o 1^ i- i- ce (- ce -f ira ce ^ ira -^ gn ce -^ ce -* co --0 o ira 'O ^ ce ■«1' 'T 






> ji 


ce ce o •>< ira ">* '>; i~ X X ce ^ t^ X t* -o -T '^* -« o -c ira ce f^ ce o © — 1 -f -jd o 

1 1 1 -l--f-H — H 1 1 -+- 1 1 1 1 1 1 1 1 1 -(- 1 1 1 H — 1- -+--1- 1 1 


1 




>>3 
1- 


'O-ooooceoGiOCi iocer»c^x aBcs— 'ceooxo50o--£>cecefGo--0'>j 

1^ l^ o X) GO GO (^ t- ^ ag i— -X) -JS -X! a --0 l^ £-- f^ X •£> «o £^ X f~- t^ GO r^ "^ --0 f ~ 


ce 


iT 


^' 


ira -o w X —1 ira -e -f X X o ->> x -c — ■ x --o x ira -t> ce ce ce s o -o — i x -^ ^ i- 
X -o -c X X X X 1- --D Ci -o ira t— ira o -c --C ~. ira (^ Ci x t~ x -o «- Oi -jD -o i~~ i- 




< 


- 


f^ Ci X 00 r^> -rs lO "-D (^» o^oo -^ -x> o X ce (» X co in ^ f^ o to o X (^ X x> -t< ^~ 
•cto-^icr-Got^irtcocice'^ire^irai-oo<ïO'»'*-!"':r-r>r~ire--o^'*Tj<-t< 


■0 

lO 


1 

> 
z 


-T< ira f~- Ci '>j et o X o '^) -o 00 — 1 -f o X X -H o => — 1 X 1^ 3 ira ce X o i— t^ X 
X X t— X c. (^ i^ r- Ci X Ci X 1^ Ci -c (^ r- V3 y: (^ t— i- x Ci Ci (^ x Ci x x x 


ce 

X 


i 

i 


je 


->» X ce 1 - ce ira ce -î- ira ce ce ■» x ji -c o c-> — ce ira -r -/.. c-j ce 3>> o ira x x x ce 

= o f^ ira o o ^ '^< ira (- e> (^ Ci -f S» o — ' f^ o Ci X X X cr> Ci >» o --C t-^ x ce ira 


X 

4^ 


■J 


-f s i-ra ei Ci (N lO <>» ce ce X X o G» i« X t^ « X ira ira o o ce c^> X o o x ->> ira 
o o» ^ o OJ (>* t^ Ci ( - (>« «^ o r-H -o -)< ire co o M o -t< r-H 7^/ o» o ■* 0^ r-H G>i — ce .-^" 
-+--4-ii-t- -f-i+ -+-ir-i- -1-1-4- 


ce 

-4- 




> S 


cexcex— 1 — GO eniret>>cecece-r)x-firaire — -ft^-or-ceirer- ob—'O-xîo 
(w-HO'-^-fO'>*^xx-foCiX'>»-t<o"cexxiOce(>i-HO*-r>Jjt^^i^ce 


^ 




°ce— 1— 1— ico-^r- l»ire-*ioo'-tiiracece-HCv»ooooo^ojo si— .!>>— i^ 

-t—t- 1 1 H — H-I--4-H — 1- 1 H H-H -l-H- 1 1 1 -f- | | | | -i- 1 1 1 1 -1 — |- 






_ (^ f - ^ ^ -r> -f © ira -f — Ci —1 t 1 Ci ce ira Ci o —1 ire (^ — !< ira -o Ci Ci ce '^> ci 

e.» (>j ^ ■< X ira Ci ei (~ X r^ CM ce ce Ci -H -o -o f>j — ■ X -^ ce vc — ' ce f~ ira ce ce o 

° -o -f ->< " vc Ci o jj Ci X co ^ Si o t-" X ce oi -^ -j3 -« ira in Tf' 00 ira ce -s* ^* X X) 


Ci 
-4- 




■i 


— '-H'>j-c!0(x-ox^-*ooxc3iOoce(>i)nceci(>< — -f-t<!>)xinoceireo 


Ci 



•-0 




o-;<ce— icex^oci-Hce'>ii^xciXf^3>>'^oire'?>-*co-oo-^co-tir^{^cy3 




- 


i^ ce -o ce ce -o (— -* o o f- <>> o -«r 'T' ■^< ce -^ (^ '>> -r Ci o ce -jc o /— l 'N» --c — . ->} 
c X ( — - -cî Ci c^ — 1 ce f- o ira x ce x x o ^c c; >i' t-' x' (~-' ~ x' o x -c t-* f^" — ^ ce 


<>* 

-r 
-+- 




;^' 


t^t^x-t<ooxo-ooira'>»'>*— 'O— 'OC ceeer-ce-o— «o^oiço— <xira 
o -- ce o o iC' Oi C) o ce ^ '^> — < t^ ira f— {^ ce o '>( -o ce ce ce T'* ira ire '^» î-i o --' ce 

-4--<-l-t- -(-1-4- -Hl-I- -1-14- 






i. 


5 1 


'-< '>< ce -*! ire O t~- X Ci O -H (>< ce -^ ire '£) i- X O 3 — i '^> ce -?< ira -o f^ x cv 0—1 
,H p-H — . — 1 ^H F-H —( -^ — < ^H >>( G-) (>i T) ->< e< G»» 0/ G-; G-( ce ce 


:S 



392 



MOYENNES DE GENEVE. - MARS 1914 

Correction ponr réduire la pression atmosphérique de Oeuève A la 

pesanteur normale : | -Olâ- - Cette correction n'est pas îippliquée dans 

les tableaux. 



Pression atmosphérique : 700""" -\- 

1 h. m. 4 h. 111. 7 h. m. m h. m. 1 h. s. 4 li. k. 7 li. s. 10 li. s. Moyennes 



l'-déc 


25.63 


25 13 


2501 


25 03 


2453 


24.35 


2483 


25.29 


24.97 


2" » 


-2690 


2626 


25-84 


25 81 


24.62 


2410 


25 11 


25.45 


25 52 


3<^ » 


"21.05 


2085 


2141 


2210 


22.04 


21.01 


2233 


22.97 


21.83 



Mois 24 43 2391 24 00 24 24 23 68 2340 24 04 24.:i2 24-03 

Teinp é r atii r e. 

oooooooo o 

1" déc. + 5.85 +5 51 +5 82 +8-06 +9.79 +915 +7.43 +5-93 +7.19 

2= » 4 06 3.70 3 84 6 85 9.67 832 656 535 6.04 

3« » 3 57 286 325 6 28 8 85 8 65 6 75 5 31 569 

Mois + 4.46 + 3.99 + 427 + 704 + 9.42 + 870 + 691 + 552 + 629 

Fraction de saturation en "/o- 



1" décade 82 


84 


83 


71 


66 


68 


75 


84 


77 


2« >> 78 


81 


80 


69 


50 


61 


64 


71 


69 


3e .. 83 


85 


85 


69 


52 


58 


72 


77 


73 



Mois 81 83 83 70 56 63 70 78 73 

Dans ce mois l'air a été calme 183 fois sur 1000. 

NNK 28 

Le rappori des venls^^^ = -^^g = ^-^^ 



Moyennes des 8 observations Valeurs normales du mois pour les 

(T»», l*", 9»>) éléments météorologiqnes, d'après 

Plantamonr : 



mm 



Pression atmosphérique 724.02 

Nébulosité 6.7 Press, atmosphér. . (183(3-1875) 725.03 

! 7 + 1 + 9 -I- 6°.59 Nél.ulosité. (1847-1875). 6.1 

3 Hauteur de pluie.. (1826-1875). 47"'°.3 

7.^^1_|-2X9 4_ (3» 47 Nombre de jours de pluie, (id.). 10 

4 Teinpér;itiire moyenne .. . (id.).-[- 4". 60 

Fraction de saturation. ....-:. 70 "/o Fraction de saturât. (1849-1875). 75 "/o 



393 

Observations météorologiques faites dans le canton de Genève 
Résultats des observations pluviométriques 



Station 


CÉLIGNY 


COLLEX 


IIIUHBltSV 


i;hiti!i,aixb 


8ATIGNT 


ATFIENAZ 


CllHI'K^IKne!i 


Hantenr d'eau 
en mm. 


242.7 


195.7 


185.3 


162.6 


200.0 


180.2 


177.0 



station 


VEYRIER 


OBSERVATOIRE 


COLOGNT 


PDPL.ISGE 


jussr 


IIRRUINCI! 


Hanteui- d'eau 
en mm. 


161.2 


161.9 


141. 6 


132.9 


161.9 


195 8 



Insolatiou k Jussy : 84.2 h. 



OBSEKVATIONS MÉTÉOROLO(;iOUES 



G n A N D S A I N T - B 1^ H N A H D 



PENDANT LK MOIS 



DE MARS 1914 



Le 2, très forte hise et hroiiillard. 

les .3 et 4, très forte bise, brouillard et neige. 

5, 6, 7 et 8, neige, 
le 9, fort vent et brouillard. 

10, neige et fort vent. 

11, forte bise, brouillard et neige. 

les 12, 13, 14, 15, 16, 17, 18, 19, 20, 21, 22, 23, 24, 25, 26, 27 et 28, neige. 
7, 16, 17, 18, 27 et 28, très forte bise. 
9, 10, 20 et 24, très fort vent. 
17, 23 et 28, brouillard. 



Neige 

Hauteur 
(24 h.) 


• O in i^ ift ira ^ • io (>> -o lO ■ -o • r-H co lO in o co K) ■ o» in oo -o • ■ • 


O 


Pluie 

Hauteur 
(24 h.) 


•OCv>Tl<^r-t(» •OO00-t< •(>» -OGCOOtN^tî^ •-t'COOCO • • • • 


O 

ce 
in 

-t" 


1 • m -H ce av o -ti • co -^^ ^ -r» • X' • o ^ x) co t^ ^ — > • ce lO o lO • • • • 
S . in o • 1— 1 -Xi ■ -in —I . _i — 1 -r — ■ • • • ■ 


- 1 

o 1 
■_) J 

"^ f 




-H .:iO C5 o 1- o o — 1 m o o (- m -r i- o X' m i- o o -jD -f o o o^ o i- <>< w o 


*o 


ooooMoo— lO— >oo^^oo<oinooooaî00ooc)0'tioo 


(^ 




•o 

-X 

■o 


--^ln^>oooocof^>ooor~ooooo-+<ooo(^i'^ooooO'-H(•-o 


J 

> 


S 

Q 


^/ CCi '^ "^ 1 — ^ ' — ^ ce Q*/ 7' CO ' — 1 ^^ ' — 1 C^MO ce '>/ ^-< p — 1 ^H '» p — Il — ^ CO O/ "— t ' — ' > — l 

£^ [ià H H a H w ^ ^ p: w a K j^ a K a i3 ':^ j? a !s: a ^ w h' a w a a w 

ZïZZPïï^ZZ; >c/)aîZZZ gzZZZ gsTjZryjZc^ZZZZZZZ 




a a a a a a a" [^ f? a a a a ^ a a a a ?; bî a ^ a i? a a a a a a a 

ZZZZZZZa}coZZZZ(»ZZZZc/:t»Zc/oZî/)ZZZZZZZ 




SvJCOCOinr— (OCOOi-H^T^'-H'-^'-'Oir-HlOCvi— iCO^^r-H-HCOrHr-HCO^-l-HO-H 

a a a a a a a a î? i? a p: a a a a a a a ►? a ^ a p; a a a a a a a 




aaaaaaa'a^>?aaaaaaaaaj;i?^as;^i:;ioaaaa 

Z Z Z Z Z Z Z Z '/: V3 Z Z Z Z Z Z Z Z Z CA^ y; t: Z v) c/î Z Z Z Z Z Z 




+ 

a 

a 
o 

c 
S 

o 

■J} 

2 

Oh 


a 
o 

a - 

^1 


. o 00 -f r-H x) o in co co '>< -H -n -f X) ■* -o ce (- ^ -f c^> ce. o -t in o -o — > t^ -o t^ 

i -i< œ> aj o> <>> <>> o; ce ce CD o> X) o 3i in -ti co f^ ce ce ce co co f^ <» (>» X) '>» -o '>< TJ 
'O in in -o to '^ "jo -jd o 'n ^ -o i-- ■^ "O •£> m in in «n in in in in in in m -o 'jo t^ '' 




. X o o -+i o o in ^ 5>j -H -^ — 1 -o o 'O !>> e^ 'i» o -o r» -f ce (>) o in o --O -H f~- -o 




a 05 'X i^ 0"^ ir> o ers ■» o f^ f^ <>* 00 in -t- 1~- '^ ce '>» x l? — > ce o» es co c^» x ■>» -o '» 
" in in in in -£> o in o o in in "O -c o 'X) in in in in ^ ~ in in in -r 'ï" in in ■£) 'o f^ 


3 = 


00 co x) X O". m — ' — 1 1^ -o — -f o -f in X — 1 — 1 '>j co -o ph m (— o >^ o Oi C53 o» ae 


s 

CTS 

in 


g co o — <" o !>> o" ^ co' c^j -H o -c o (- in o T^j -f i~- 00 c?s X) co rr o ® in o co o M 

^_ 1 1 -t-+ H — t--4--f- 1 l-f-H--t--t--»-l 1 1 1 II 1 1 1 1 I-1--H-H-I- 


in — < 35 in -O O» X X -f< ^ to -H t^ ^ w in r- ?^ --O in ce X -f ce e © ■— > o -^^ -f_ »< 

ê ce' ci i^ o <>> o o '» iTJ X) o> to C5 (— in o *— in f» — • o .— i -o i,e © © in -^ -j gj J* 
S --O in in -r: -o -o --o -o -o in in o -o <c -n 'Xj in in in in in in in m ta lo in o -o -o • 


03 


a ce 00 o> ^ w o ?>i co ^ f- -H ,x) o in in f^ X ■* ce 05 co c\> oç ce. 2 "t! i;r :::î '5 "^ 7^ 
° --O o in -o -n -o -jd ^o -o in -o -o t~ -^ '-o m in in m -* in m lO in '^ in in '-d -o t- i^ 


o 


J3 


. o> o 'X) CD 00 o o x O) ce in ^ f- in ce co <>> -t< -^^ X3 (>i -* X) t-- oo (>> r- ^_ i-- ce o 

s co csi r-^ o (N ci o (>> '>r>D os to 35 ^- in o 00 -^3 <>> ■-; <= -; '-g in o CD -j; -H ce oj -^ 
"= o in in o to '^ 'X> --c 'O in m -jd -c» -^ «3 'Si in in m in m in .n in in in in « :o -x» t^ 


<x 

Oi 

in 


. -o {- o oD ^ ■* lO o» (>j IX o — a. 00 o o r- co ^ co t^ 00 in ■* oo in oj t-- in ^ -^^ 

iceoir-^as(>JooioicoodQo-i<xooince-~oo(>Jc2t--'-;^--0 232<N05 

^ -o m -n m -s -jd m •£> -o m m -o o -o to -o m m m m -? in m in -* -r m m -o '-o i~~ 


1^ 

Os 

in 


1 


- 1 


_, ^, r^ _M ,^ -o r~ xj -5 —■ — 1 o) 'e -f lO o f— co ~ o — 1 o> ce -f in -o ("^ x os o -h 
--1 w ce -r if^ o f~ Aj -s — "i;^ j_j -jj ^ Hjj -; ^ -^ -_^ ^^ ^ ^j ^^ ^j ^j ^j ^j ^^ ^j j^ ^ 


'J 


It^^^m 









1 

o 
o 

T. 

Z 

5 

< 
■r. 

Z 

O 

< 


\ i 


xc73CiOo>a>3i05a5aja>aoojciC350iCjsoocoaia505ocaia5oooo05inooi— 




â 


lO X) » X (- -o 35 SV « -f OO -o -o lO lO -o OO 5^ lO X) lO --0 Ovj G^ iTÎ t^ -» Vi -- o (?J 




J3 


f^ s '-O rO o* o es 00 lO 19 35 i^ -< — 1 o i~ -f 35 f^ Ci o t^ t^ ^c a> r~ (» te w '•* ■£) 

o :;i QO GO ce a> 3> TT to jj GO r- X) 1- co » X ur: f^ 1/j X) (-- in X) r- t^ X f- èî (-^ Tî< 




f-c;Gocox)3>3i.-iC5Ciooxir-a>o&35x:»i-x>xx)(Ncc(-t^ooirtàiî-<o 




;>i oo lO o x) -i< G>j ce r- -o — 1 o -f -r) -o -o (W -# c^ 3> XI "* Tî f^ in r- ^ te f^ -t< 0-. 
<:oxxaot-x3>-f-i<a5C5Xt^-o«ixQO-oi^c»«o-jDf^xt-(-x'X)^-4:;co 


ce 
1- 


û _. X X X Ci Ô-. X -H C5 0> tO Ci lO OO £^ X X X X 00 00 i- X X 1- OD CO rt (~ co 




1 5 


S 

3 

3 


— _ te ce X X r^> IC -fi f^ C; -r -l* X <N t^ — ( lO o o CO -i< o X> ^ 00 lO XI o C: to ^ 
" — . {- Ci t- o o — 1 CO o (» -*" o r-< (^f ^" ,-(' x" X {-' X lO 00 '^' tO o --0 -jD lO o o » 

I I 1 1 t -H 1 -t--4- 1 1 1 -t--l- 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 H--+- 


1 


'■R "*! ^ "* '"'^. '^ '^ "~ ^ ^ "^ ~* '-^ "^ '^ "^ ''^ * *^ f^ î^ ^ — ^ ^ ^ — — ' ^ -'' ^ 

■-^ 2 *** f t^ -f -f '>( ce lO CO CO T-> 1- X X -f * o o — .' '>! O O (-" C^ O -^ O -JD CO 

1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 


ce 
1 


_2 

■g S 


-r— . *cer-riOin l*io-fW(N-sO'^oco-^-^M-4ojcosvi(>i-HO^'eoc<înHCvj'o 

-t- 1 1 1 -t--1--l--4- -f--t- 1 H- -H H- -t- -t- 1 1 1 1 1 1 , 1 ^_ 1 1 1 H— f- _i_ 




2 > 


'^> '-0 « t^ o ^ 00 o X o 1^ Ci 1.0 Ift -H o lO <>* «^ t^ fi ce t^ o X — o o ce (>> es 

"''^2;!^'^''^'^'-''"''^-^'^-'— f — !■— •'-iCixciOx'ci'^CiGiCi^'ce** 

'•"'III ' 1 1 1 1 1 1 ( 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 -t- 


ce 


£ 


'l'S "^ f^ o> e^ X 3i ■* o; -^ Ci o '«< 00 ■>} to (^J {^ ir: >f5 t^ (^ -^ co i-~ --0 ■£> X r~ co lO 

""î ;^ 2 ^ i* '-'<>» o (>î ce !>* <>i o —. X lO ce o o x' -H o o Xift ci ci o i< co o 

1 ' 1 1 1 1 1 1 1 1 III 1 I 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 + 


Ci 
X 

-o 
1 


- 


- '~. "'^. '''^ ' " ' — f* f~ '-S ce >>< -^ :c ir; ^ -o o -><> t — h -o ce ce -ïi o Ci. ■:>> ->> lO -c -f lO 

^ (-- o ce -H o ^ o» o c>» -o o ^ ^ -f (^( o Ci X X -D X lO r/D ^ X t- ift o o ce 

1 1 1 1 1 1 1 -!-- 1- 1 1 1 -1-H- 1 1 1 1 1 I 1 III 1 1 1 1 1 1 H- 


Ci 

1 


s 


l«■0'^i(^i'^ic>coco^^ — r— <-Hf~f^-r5^oee(>jCi— 'CiS^J'î>«x^c>»-4rf^Ci-t> 




iox-fce-£:-t»ce5'<e^>ceo^<nvox^-Hceoxo— (ooociOOf-io— 1 
1 ' 1 -1 î 1 î 1 1 1 1 ' 1 1 1 1 II 1 1 1 1 1 III 1 1 1 1 1 


%-' 


o 


— < '>i cC' -!< lO -O (^ 'Xj c. O — 1 c.; ce -r i.e -o t- X Ci o -^ ^> ce -t< lO -c (^ x Ci o — 


:S 



396 



MOYENNES DU GRAND SAINT-BERNARD. 



MARS 1914 



Correction pour r<^«lnire la pression atniospliériqne «lu Orand Saint- 
Bernard À la pesanteur normale : — 0"""-22. — Celle correctioa n'est pas 
appliquée dans les tableaux. 



Pression atmosphérique : 500""" -)- Fraction d« saturation en "/o 

7 11. 111. 1 h. 8. 9 II. 8. Moyenne 7 h. m. 1 h. s. y li. h. Moyenne 



1" décade 60 
2« >> 60 

•i' » 56 



Mois 



59 



66 60.78 60.89 60.78 
6"! 60.77 60.32 60 57 
77 58.07 o9.01 57.95 



27 



5981 60 04 59. 7i 



83 


76 


80 


80 


76 


77 


85 


79 


71 


67 


68 


69 



77 



73 



77 



76 



Température. 

1 h. 8. 9 11. 



Moyenne. 



' + • + 



7 + 1 + a \ » 



V' décade 
2' 

Mois 



6. 39 

8 20 
8.58 



- 3. 66 

- 4.76 

- 4. 45 



- 5.55 

- 7.38 

- 7. 66 



- 5.20 

- 6. 78 

- 6.90 



7. 75 



- 4.29 



6.89 



6 31 



- 5. 29 

- 6 93 

- 7. 09 



- 6. 45 



Daus ce nini.s l'air a été ciilnie 1I8 fois sur 1000 



NI-: 



Le rapport îles vents -:; — r 



129 
35 



3 69 



Pluie et neige dans le Val d'Enttemont. 



station 


Maitigny-Ville 


Orsières 


Bourg-St-Pierre 


St-Beriiard 


Eau en millimètres 

Neige en centimètres.. . . 


199.5 
3 


1052 
40 


108.3 
92 


453.0 
408 



INTERFÉRENCES 



DES 



RAYONS ROJSTTGEISr' 



PAR 

W. FRIEORICH 

(Avec la planche VIII). 



Avant d'aborder mou sujet propremeut dit, c'est-à-dire avant 
d'examiner les renseignements que peuvent nous fournir les 
phénomènes d'interférence des rayons Rôntgen sur le spectre 
et la longueur d'onde de ceux-ci, je vais décrire brièvement le 




Fig. 1 

dispositif que M. Knipping et moi avons employé lors de la 
découverte de ces phénomènes. 

Ce dispositif était extrêmement simple et les parties essen- 
tielles en sont représentées sur la fig, 1, Le cristal Kr avec 

' Conférence faite à la SS' Assemblée des Naturalistes et Médecins 
allemands, tenue à Vienne en 1913. 



Archives, t. XXXVII. — Mai lOli. 



28 



398 INTERFÉRENCES DES RAYONS RÔNTGEN 

lequel les recherches doivent être faites, et qui, en général, se 
présente sous la forme d'une mince plaque (environ 1 mm.) de 
quelques millimètres carrés, est fixé de la manière usuelle au 
support du goniomètre G (indiqué sur la figure simplement par 
un cercle) avec un peu de cire, et peut recevoir ainsi toute 
orientation voulue. A travers le cristal passe un étroit faisceau 
de rayons Rôntgen, provenant des rayons partis de l' antica- 
thode A du tube, et pouvant être diaphragmes au moyen de 
quelques diaphragmes épais eu plomb B^ — B^ . Devant et der- 
rière le cristal ainsi qu'au-dessus et sur les côtés de celui-ci, à 
quelques centimètres de distance, il y a des plaques sensibles 
P^ — P5 enveloppées dans du papier noir et placées perpendi- 
culairement resp. parallèlement au faisceau primaire. Ces 
plaques sont destinées à recevoir les images d'interférences qui 
pourraient se produire. Une forte enveloppe de plomb K et un 
grand écran en plomb S, protègent le tout contre des rayons 
parasites. 

Comme des propriétés connues des rayons Rôntgen faisaient 
supposer que les temps d'exposition seraient assez considé- 
rables, il était nécessaire d'utiliser des tubes refroidis par 
un courant d'eau ou d'air et pouvant supporter longtemps une 
forte charge. 

Dans les premières recherches, les tubes étaient alimentés au 
moyen d'un grand inducteur à étincelle. Plus tard, on employa 
un « Appareil Idéal », c'est-à-dire, un transformateur avec 
redresseur dans le secondaire, que la Maison Reiniger, Gebbert 
et Schall avait mis très obligeamment à notre disposition. Cet 
appareil est tout à fait remarquable pour l'alimentation ration- 
nelle des tubes. 

Des résultats préliminaires, je ne vous en montrerai que 
deux images. D'abord la photographie sur laquelle les phénomè- 
nes d'interférences furent découverts (fig. 2, pi. VIII). Certes, la 
régularité dans la disposition des maxima fait défaut, ainsi que 
la netteté qui frappa plus tard l'observateur sur les clichés sui- 
vants, ce qui ne peut étonner si l'on pense à l'orientation non 
appropriée que devait avoir le cristal de sulfate de cuivre par 
rapport à la direction du faisceau primaire. Cependant, on 
peut déjà en déceler des indices. Mais c'est seulement lorsqu'on 



INTERFÉRENCES DES RAYONS RÔNTGEN 399 

eut utilisé la blende de zinc que se manifesta cette image à la 
symétrie admirable, queje vais vous montrer maintenant (fig. 3, 
pi. VIII). 

Que nous apprennent ces phénomènes sur le spectre des 
rayons Kôntgen et que pouvons-nous dire sur la grandeur de 
la longueur d'onde? Demandons-nous d'abord si le spectre de 
ces rayons est un spectre continu ou s'il est plutôt de la nature 
d'un spectre de lignes. 

Les figures d'interférences, avec leurs maxima très marqués, 
pourraient nous faire croire que le spectre est un spectre de 
lignes discontinu. M. Laue croyait, en effet, que sa théorie dans 
sa forme primitive, n'était guère compatible avec l'hypothèse 
d'un spectre continu. Car, si tous les éléments du réseau 
agissent ensemble, comme le veut la théorie de M. Laue, et si 
l'on suppose le spectre étendu et continu, c'est-à-dire, toutes 
les longueurs d'onde possibles présentes, le nombre des direc- 
tions suivant lesquelles les trois conditions de maximum sont 
remplies, serait si considérable que la plaque photographique 
toute entière devrait être noircies uniformément, s'il n'y avait 
pas de causes pour restreindre la formation des interférences. 

Cependant, toute une série de phénomènes nous apprend 
que le spectre doit être effectivement un spectre continu. Per- 
mettez-moi de remettre à plus tard l'étude des circonstances 
qui peuvent écarter les difficultés existant entre la théorie et 
l'expérience. 

Comme la conférence de mon collaborateur^ vous l'aura 

^ , „ . X , ^ , T longueur d'onde 

montre, lexpression -, c est-k-dire ■—-- — t ; , est 

^ a' constante du reseau 

complètement déterminée, pour tout point d'interférence, par 

l'orientation du cristal, par la position de ce point sur la plaque 

photographique ainsi que par la distance de celle-ci au cristal. 

Il s'en suit qu'à tout maximum d'interférence, correspond une 

longueur d'onde bien déterminée. Si l'on change l'orientation 

du cristal, l'image d'interférence se déplace sur la plaque, et, 

pour toute position d'un maximum, nous avons en général une 

' M. von Laue, Interférences des rayons Rontgen, Archives, décembre 
1913. 



400 INTERFÉRENCES DES RAYONS RÔNTGEN 

autre valeur de - ; comme, d'autre part, a est resté le même, 

il faut que X ait changé. Le déplacement des raaxima d'inter- 
férences, lorsqu'on tourne le cristal, est tout à fait continu, 
comme l'ont montré des recherches photographiques et, parti- 
culièrement, l'examen à l'aide d'un écran fluorescent, ce qui 
démontre bien l'existence d'un spectre continu. Si le spectre 
était du genre des spectres de lignes, les maxima devraient au 
conti-aire apparaître et disparaître par bonds. 

MM. W. H. et W. L. Bragg^ et plus tard MM. Moseley et 
Darwin" ont mis en évidence d'une façon élégante la présence 
du spectre continu. Particulièrement les deux derniers de ces 
observateurs ont fait une étude approfondie de la question, et 
ont obtenu des résultats remarquables. A côté du spectre con- 
tinu, tous ces savants ont établi l'existence, dans le spectre, 



:i|i--|'l 



L-"- 



Hr 



■■\....'' 



Fis. i 



hBehtrometir 



de maxima en forme de lignes, dont la position et l'intensité 
dépendent de la matière de l'anticathode. Je reviendrai plus 
loin sur celle-ci. 

En ce qui concerne la construction du dispositif avec lequel 
l'intensité des maxima a été mesurée par la méthode d'ionisa- 
tion, donc par voie électrique, l'auteur et ses collaborateurs se 
sont basés sur les idées de Bragg concernant les phénomènes 
d'interférence, idées suivant lesquelles les maxima doivent être 
considérés comme les traces du faisceau primaire réfléchi sur 
des plans cristallographique possibles. La figure 4 vous montre 

1 W. H. et W. L. Bragg, Troc. Boy. Soc, 1913, 88, 428. 

- H. G. J. Moseley et C. G. Darwin, Phil. Mag., 1913, 26, 210. 



INTERFERENCES DES RAYONS RONTGEN 



401 



le dispositif schématisé. Par les deux diaphragmes en forme de 
fente, B, un étroit pinceau de rayons provenant du tube R, est 
diaphragmé et vient tomber sur une large face d'un cristal K 
installé sur un goniomètre. Les rayons réfléchis sur cette face 
rencontrent un détecteur T. Là, par une utilisation appropriée 
des rayons secondaires et de l'ionisation par chocs, l'action 
extrêmement faible du rayonnement — il n'y a environ que 
\ 1500 des rayons incidents qui sont réfléchis — se trouve suffi- 
samment renforcée pour pouvoir être déterminée quantitative- 
ment. On accroît encore l'exactitude en employant une méthode 
de zéro. 

De cette manière, on a mesuré l'intensité du rayon réfléchi 
ainsi que la variation de l'absorption des rayons réfléchis dans 
l'aluminium, de l'incidence rasante jusqu'à un angle d'iuci- 




[infàllsiyinkel 



Fit 



dence d'environ 60^ Ou a encore, de la sorte, constaté la pré- 
sence d'un spectre continu et même, comme il semble, d'inten- 
sité croissante jusqu'à une chute brusque vers les petites 
longueurs d'onde. Pour la première fois on a pu mettre égale- 
ment en évidence le fait depuis longtemps présumé que le 
coefficient d'absorption des rayons Rôntgen donne une mesure 
pour leur longueur d'onde : ce coefficient est d'autant plus 
faible que la longueur d'onde est plus petite. Les figures 5 et 
6 vous montrent la variation de la réflexion sur une face de sel 
gemme (100). Sur la première de ces figures, qui provient d'un 
travail de M. Bragg, vous voyez la variation de la réflexion du 
spectre continu (strié dans plusieurs de ses parties). A côté, il 



402 



INTERFERENCES DES RAYONS RONTGEN 



y a la série des maxima assez nets, dont j'ai déjà parlé. Sur la 
figure 6, ces maxima qui, du reste, ont pu être obtenus beau- 
coup plus nets par MM. Moseley et Darwin grâce à leur dispo- 
sitif perfectionné, ont été laissés de côté, de sorte que la courbe 
ne concerne que le spectre continu. 

Les maxima représentent les rayonnements caractéristiques 
de la matière de l'anticathode et, par là aussi, la théorie a reçu 
une belle confirmation. 

Dans la conférence de M. Laue, on vous a montré que la 
réflexion des rayons Kôntgen sur de telles surfaces ne peut être 
assimilée à la réflexion ordinaire de 
l'optique, mais que la longueur d'onde 
joue, dans ces phénomènes, un rôle 
important. Nous avons à faire ici à un 
phénomène analogue aux interférences 
pioduites par des réflexions sur une 
lame de verre plan-parallèle, ou, ce 
qui est plus juste encore, à la réflexion 
de la lumière dans le procédé Lippmann 
de la photographie en couleur. La loi 
valable dans ce cas vous a déjà été in- 
diquée dans la conférence de M. Laue 
et s'exprime par 

n?^ = 2cl cos (p , 
OÙ ç est l'angle d'incidence, d, la dis- 
tance du plan réfléchissant, et n, un 
nombre entier. Les maxima du rayon- 
nement caractéristique indiqués plus haut ont pu être classifiés 
en déterminant le coefficient d'absorption, et MM. Bragg ont pu 
obtenir trois sortes de pouvoirs de perméabilité différents. Ils 
sont désignés par A, B et C sur la figure 5. Vous voyez main- 
tenant ce beau résultat : après un angle déterminé, le genre 
de rayons (longueur d'onde) correspondant au maximum A, 
revient, et l'angle concorde exactement avec la formule ci- 
dessus. Il en est de même pour les maxima B et C, oti nous 
pouvons même constater trois ordres différents. MM. Moseley 
et Darwin ont pu isoler cinq sortes différentes de rayonnements 
caractéristiques dans le spectre des rayons Kôntgen qu'ils utili- 



fÛO 


V\ 


Su 


\ 


Su 


\ 


70 


\ 


60 


\ 


50 


\ 


90 


\ 


130 
■%2Û 


- 


10 


■ / 

1 1 1 1 



90 88 86 89 
UnfallswinHel 



¥\". 6 



8Z BC 



INTERFÉRENCES DES RAYONS RÔNTGEN 403 

sèrent, et contrôler ainsi la théorie. Suivant une courte com- 
munication de M. J. Herweg, les difterentes sortes de rayon- 
nements caractéristiques apparaissent également sur la plaque 
photographique sous forme de lignes nettes se détachant sur le 
fond continu du spectre. 

On est naturellemet conduit à penser que ces rayonnements 
caractéristiques devraient aussi jouer un rôle dans la formation 
de nos images interférentielles symétriques, particulièrement 
en ce qui concerne l'intensité de chacun des maxima. Ceci ne 
paraît cependant pas être le cas. J'ai exposé la blende (ZnS) 
aux rayons, parallèlement à une arête du cube avec des antica- 
thodes faites de substances tout à fait différentes. Les images 
obtenues furent toutes identiques. Des différences dans l'inten- 
sité relative des maxima situés sur des anneaux différents, ne 
purent être trouvées, quoique ces différences auraient dû 
infailliblement se produire si le rayonnement caractéristique 
de l'anticathode avait joué le rôle attendu. Seule l'intensité 
d'ensemble était fortement dépendante de la substance de l'an- 
ticathode. Ceci peut s'expliquer en admettant que le spectre 
continu, dont provenaient les longueurs d'onde appartenant à 
chacun des maxima, a une intensité différente selon la subs- 
tance employée, mais que la position de son maximum produi- 
sant l'intensité des taches sur le photogramme, est indépen- 
dante de la substance de l'anticathode et, vraisemblablement, 
n'est conditionnée que par la tension du tube. Les longueurs 
d'onde du rayonnement caractéristique sont probablement trop 
grandes pour être mises en évidence sur les images photogra- 
phiques \ Elles sont diff'ractées trop loin et ne peuvent atteindre 
la plaque. C'est seulement par la réflexion sur des faces, 
resp. sur des plans cristal lographiques dont la distance les 
uns aux autres est relativement très grande à cause de leur 
couche dense de molécules, que ces rayons peuvent être ré- 
vélés. 

Je voudrais rappeler ici un phénomène d'interférence que 
j'ai découvert avec des cristaux, il y a longtemps déjà, et qui 

' Cf. aussi les valeurs de  données par M. Laue et par MM. Moseley 
et Darwin. 



404 INTERFÉRENCES DES RAYONS RÔNTGEN 

permet également de tirer des conclusions sur le spectre des 
rayons primaires. 

Si les temps d'exposition sont très longs, il apparaît sur la 
plaque photographique, autour de la trace du rayon primaire, 
des bandes en forme d'étoile et régulièrement distribuées. Avec 
la sylvine et le sel gemme, ce phénomène est particulièrement 
marqué et il arrive que chaque maximum d'interférence se 
trouve à l'intérieur d'une de ces bandes s'étendantradialement 
vers la trace du rayon primaire. La figure 7, pi. VIII, vous 
montre une de ces photographies prise avec la sylvine traversée 
par des rayons inclinés de 7° sur la face du cube. Malheureuse- 
ment, la reproduction ne donne pas les détails importants de ce 
phénomène. Je crois, conformément à une supposition qui m'a 
été communiquée verbalement par M, Sommerfeld, que ces ban- 
des sont les spectres des réseaux croisés provenant de chacune 
des couches de molécules. Naturellement, la distribution spec- 
trale de l'intensité toute entière doit apparaître dans ces spec- 
tres, particulièrement dans ceux d'ordres inférieurs qui n'em- 
piètent pas encore les uns sur les autres. De même, il faut que 
les rayonnements caractéristiques de l'anticathode apparaissent 
comme maxima d'intensité, et, en ettét, j'ai obtenu, par des 
mesures photométriques, l'indication de ces maxima dans les 
spectres des réseaux croisés. L'étendue de ces spectres démontre 
qu'il existe des zones spectrales continues. Vous voyez ici com- 
ment, par l'action du réseau, une longueur d'onde déterminée 
se trouve isolée de ces spectres de réseaux croisés. 

A l'aide de la figure, je pourrais vous montrer que d'autres 
conséquences de la théorie des réseaux croisés sont confirmées. 
Mais le temps me manque pour le faire, et je dois par suite ren- 
voyer cette étude à une publication ultérieure. 

Eu égard au grand nombre de faits qui parlent en faveur 
d'un spectre continu des rayons issus d'un tube Kôntgen, je 
vais revenir maintenant sur la difficulté qui se présente dans la 
théorie de Laue lorsqu'on admet la continuité du spectre. La 

' Je tiens pour le même phénomène les bandes fines en forme de 
couronne, observées dernièrement par MM. Wulff et Uspenski {Phys. 
Zeitschr., 1913, 14, 783-787) dans leurs recherches sur la réflexion. 



INTERFÉRENCES DES RAYONS RÔNTGEN 405 

théorie exige, dans cette hypothèse, que le nombre de maxima 
soit plus grand que celui qui est révélé par la plaque photogra- 
phique. 

On sait qu'en optique, les phénomènes d'interférences ne se 
manifestent plus si la différence de marche dépasse une cer- 
taine valeur. On introduit ce qu'on appelle le pouvoir d'inter- 
férer et la cohérence de rayons lumineux. Ne se passe-t-il pas 
quelque chose d'analogue avec l'interférence des rayons Rontgen 
dans les cristaux? Cette idée que j'avais émise depuis long- 
temps et qui trouve un appui particulier dans le fait que seuls 
des maxima correspondant à de faibles indices ont pu être 
observés, a reçu dernièrement une base précise grâce à d'im- 
portants travaux dus à M. Debije. ^ 

M. Debije a étudié d'une façon générale l'influence de l'agita- 
tion thermique sur les phénomènes d'interférences et trouve 
comme conséquence de cette agitation, outre un noircissement 
épars général, un aff"aiblissement de l'intensité des taches d'in- 
terférences. Cet affaiblissement est représenté par une expo- 
nentielle dont l'exposant est proportionnel à la température 
absolue (au moins si les températures ne sont pas trop basses). 
En transformant et généralisant un peu l'expression de M. De- 
bije, M. Sommerfeld a pu montrer" que l'exposant en question 
est en outre proportionnel à la somme des carrés des indices : 
li^- -\- hj + ^3". Pour la blende, il faut supposer que 

h,' ^ h,' -^ h,' < 100 

afin que l'effet d'interférence ne soit pas détruit par l'agi- 
tation thermique. De même, M. H. Bragg, jr. opère avec la 
condition correspondante, ce qu'il exprime en disant que la 
surface cristalline située dans l'intérieur du cristal et réflé- 
chissant la tache d'interférence, doit être recouverte d'une 
couche suffisamment dense de molécules. La vraie raison 
d'existence de cette condition doit être cherchée dans l'agita- 

» Verh. d. D. Phys. Ges. 15, 758. 

- Cf. la fin du compte rendu que M. Laue a fait pour le Deuxième 
Conseil de Physique Solvay 1913 et où la remarque de M. Sommerfeld 
est exposée. 



406 INTERFÉRENCES DES RAYONS RÔNTGEN 

tioii thermique. Eu tout cas, le fait que les faibles indices 
/?!, 7zo, /ig sont privilégiés, est expliqué ainsi d'une façon satis- 
faisante, et l'objection que l'ensemble des maxima devrait, 
d'après la théorie primitive de Laue, être partout dense, est 
écartée. 

Considérons encore une fois la figure 6. Nous voyons que 
l'intensité du rayon réfléchi décroît rapidement lorsqu'on s'ap- 
proche de l'incidence rasante. Tout se passe comme si le 
spectre des rayons Rôntgen avait une limite vers les petites 
longueurs d'onde, ou plutôt, comme si cette partie du spectre 
ne pouvait être décelée par nos moyens. M. W. L. Bragg^ est 
le premier qui ait appelé l'attention sur l'existence de cette 
limite. Il arrive, en effet, que, sur les clichés symétriques, 
à l'intérieur d'une couronne de maxima, on n'obtient plus 
d'autres maxima lorsqu'on augmente de plus en plus la durée 
d'exposition. M. Bragg en conclut, en discutant nos photo- 
grammes, que les courtes longueurs d'ondes nécessaires ne se 
trouvent plus dans le spectre. Comme je l'ai trouvé dernière- 
ment en étudiant des séries de cristaux isomorphes, cette limite 
inférieure varie aussi selon les cristaux, et raêm.e, comme me le 
fit remarquer M. Sommerfeld, d'une façon régulière et en com- 
plet accord avec la théorie, de sorte que, le chlorure de potas- 
sium, par 'exemple, (petite constante réticulaire) possède un 
cercle limite intérieur plus grand que le bromure de potassium 
(constante réticulaire plus grande). La présence d'une telle 
limite du spectre est du reste rendue très plausible par des 
considérations théoriques sur la formation des rayons Rônt- 
gen. 

Je vais encore examiner la question suivante : Peut- on déter- 
miner la grandeur absolue de la longueur d'onde des rayons 
Rôntgen à l'aide de ces recherches d'interférences? Pour cela, 
il faut avant tout connaître la constante réticulaire de nos cris- 
taux. Ces constantes peuvent être calculées si l'on a la masse 
moléculaire, la densité, et le nombre de molécules dans la 
molécule-gramme, ainsi que les constantes cristallographiques. 
Mais justement ces dernières, qui indiquent la disposition des 

' W. L. Bragg, Cambridge Froc. 1913, 17, 43-57. 



INTERFÉRENCES DES RAYONS RÔNTGEN 407 

molécules dans le cristal, ne nous sont pas connues exacte- 
ment. Plus nous devrons juxtaposer de réseaux, ce qui est 
nécessaire pour expliquer l'iiémiédrie, plus la constante de 
chaque réseau sera grande et plus grande sera la longueur 
d'onde déterminée à l'aide des figures d'interférences. Nous 
nous trouvons ici en présence d'une équation et de deux incon- 
nues. Nous ne connaissons ni la grandeur absolue de la cons- 
tante du réseau, ni celle de la longueur d'onde. 

Si nous faisons le calcul en supposant le réseau cubique le 
plus simple, nous pouvons tout au plus donner la plus petite 
valeur possible de la longueur d'onde correspondant à chaque 
maximum. En faisant d'autres hypothèses sur la structure réti- 
culaire, on trouverait d'autres valeurs, des valeurs plus grandes 
de X. Les tentatives de MM. Bragg consistant à prendre comme 
base des réseaux simples déterminés (par exemple des réseaux 
cubiques centrés) et, par là, expliquer l'absence de certains 
maxima possibles d'après la théorie de M. Laue, sont certaine- 
ment dignes d'attirer notre attention et trouvent une confir- 
mation éclatante avec le diamant. Toujours est-il cependant 
que ceci ne peut se faire sans un certain arbitraire et d'une 
façon assez indirecte. Ainsi donc, il est de toute importance, 
aussi bien pour la cristallographie que pour l'étude des rayons 
Ptôntgeu, de pouvoir déterminer directement par l'expérience 
soit le réseau soit la longueur d'onde. Je crois que la longueur 
d'onde sera le plus facile à déterminer, grâce aux phénomènes 
de dilïraction sur une fente. Les recherches de MM. Walter et 
Pohl ne suffisent pas encore, car ces expérimentateurs opé- 
raient avec des rayons trop peu homogènes. Maintenant qu'il 
est possible d'isoler, par les interférences, des rayons homo- 
gènes, il est tout à fait nécessaire de reprendre ces recherches. 
Certes, la question d'exposition jouera, ici aussi, un rôle impor- 
tant; mais les difficultés qui en résulteront ne seront pas insur- 
montables. Une fois que la longueur d'onde, par exemple d'un 
rayonnement caractéristique, aura été déterminée de cette 
manière, il sera facile de retrouver, ce rayonnement par son 
coefficient d'absorption dans les interférences avec d'autres 
cristaux. Nous pourrons alors déterminer exactement la cons- 
tante du réseau cristallin utilisé et nous aurons ainsi la pos- 



408 INTERFÉRENCES DES RAYONS RÔNTGEN 

sibilité d'aborder la question de la structure cristalline, si 
importante pour la cristallographie. 

Pour terminer, je dirai encore que l'image que nous nous 
sommes faite de la nature des rayons Rôntgen en nous basant 
sur leur mode de formation (par freinage d'une particule catho- 
dique) ainsi que sur d'autres propriétés, comme la présence de 
polarisation, la validité de la loi de Stockes pour le rayonne- 
ment caractéristique secondaire, etc., est en complet accord 
avec les faits expérimentaux que nous montrent les interfé- 
rences cristallines, bien que la nature électromagnétique ondu- 
latoire de ces rayons ne soit vraiment démontrée que par les 
expériences interférentielles. D'une part, nous avons le rayon- 
nement produit par freinage ou impulsion, qui, décomposé en 
termes de Fourrier par le cristal comme agent dispersif, appa- 
raît sous forme d'un spectre continu, et, d'autre part, nous 
avons les rayonnements caractéristiques de l'anticathode, qui se 
détachent nettement en spectre de lignes sur le spectre con- 
tinu comme fond. 



RECHERCHES 



SUR LES 



FERMENTS RÉDUCTEURS 



PAR 

A. BACH 

(Deuxième mémoire) 



Dans le premier mémoire^ j'ai démontré que le principe 
réducteur des tissus animaux, la «réductase», est constitué 
par un ferment, catalyseur organique destructible par la cha- 
leur, et un coferment, corps susceptible de s'oxyder au dépens 
de l'eau avec mise en liberté d'hydrogène et remplaçable par 
des aldéhydes. Ce ferment, identique à celui découvert par 
Schardinger ' dans le lait, est donc à la « réductase » ce que la 
peroxydase est à l'oxydase ordinaire ou phénolase. L'analogie 
entre ces deux systèmes est tellement complète que l'on est 
porté à croire qu'elle a pour base la similitude chimique des 
corps sur lesquels la peroxydase et le ferment de Schardinger 
sont appelés à agir. La peroxydase agit sur les composés oxy- 
génés instables, les peroxydes, qui prennent naissance dans 
l'action des matières oxydables sur l'oxygène moléculaire. Le 
ferment de Schardinger agit sur les composés hydrogénés 
instables, les perhydrides, dont la formation est concommit- 
tante de l'oxydation de la matière oxydable au dépens de 
l'oxygène de l'eau. Le système peroxydase -|- peroxydes qui 
met en œuvre de l'oxygène actif, agit comme oxydant; le sys- 
tème ferment de Schardinger -\- perhydrides qui met en œuvre 

' Voir Archives, 1911, t. XXXII. 
- Chern.-Zeit., 1908, XXVIII, 704. 



410 RECHERCHES SUR LES FERMENTS REDUCTEURS 

de l'hydrogène actif, agit comme réducteur. Pour bien faire 
ressortir cette analogie et en même temps pour assigner au 
ferment de Scliardinger la place qu'il doit occuper dans la 
famille des ferments, j'ai proposé de le désigner par le nom de 
perliydridase\ nom qui a été adopté depuis par C. Oppenheimer ^ 
dans sa classification des ferments. 

Dans le présent mémoire, j'exposerai les résultats des recher- 
ches que j'ai poursuivies sur le même sujet depuis la publication 
de mon premier travail. 

I. — Lorsqu'on broie du foie de veau finement haché avec 
cinq fois son volume d'eau et qu'on fait passer la bouillie à 
travers un linge, on obtient une émulsion qui réduit aussi bien 
les matières colorantes que les nitrates. En filtrant l' émulsion 
sur un filtre de papier, on constate que la portion filtrée est 
totalement dépourvue de pouvoir réducteur, tandis que le 
résidu réduit beaucoup plus faiblement que l'émulsion em- 
ployée. Etant donné que l'agent réducteur des tissus est cons- 
titué par un ferment, la perhydridase, et un coferment, subs- 
tance qui s'oxyde au dépens de l'eau avec mise eu liberté 
d'hydrogène, on pouvait supposer que l'affaiblissement du 
pouvoir réducteur de l'émulsion par suite de la filtration, était 
due à l'élimination partielle du coferment. S'il en était ainsi, 
la portion filtrée devrait constituer, avec la perhydridase du 
lait, un système réducteur en tout point comparable à la 
réductase des tissus. L'expérience a pleinement confirmée 
cette supposition : tous les tissus sans exception renferment 
des substances fonctionnant comme coferment de la perhydri- 
dase et pouvant facilement être extraites par l'eau à l'ébul- 
lition. Avec le concours du lait cru, ces extraits réduisent 
énergiquement les matières colorantes et les nitrates ; en pré- 
sence de lait bouilli, il ne se produit aucun phénomène de 
réduction. 

Pour étudier de plus près cette nouvelle réaction, j'ai eu 
recours à la méthode de réduction des nitrates décrite dans le 

1 Bioch. Zeitsch., 1911, XXXI, 443. 

- Die Fermente imd ihre Wirkungen. Jena 1913. 



RECHERCHES SUR LES FERMENTS REDUCTEURS 



411 



premier mémoire, méthode basée sur le dosage colorimétrique 
des nitrites résultant de la réaction. Les premières expériences 
quantitatives ont été faites dans les conditions suivantes : 

200 gr. de foie de veau frais ont été réduits en bouillie, la 
bouillie a été agitée avec 400 ce. d'eau, portée à l'ébuUition et 
filtrée. Le filtrat clair a été divisé en portions de 50 ce, dont 
chacune a été additionnée de 5 gr. de nitrate de soude et de 
50 ce. de lait frais. Pour déterminer, si des bactéries, dont le 
lait est toujours plus ou moins contaminé, interviennent dans 
le phénomène de réduction, un essai analogue a été fait en pré- 
sence de 2 gr. de fluorure de sodium qui est un antiseptique 
des plus puissants. En outre, comme l'extrait de foie présentait 
une réaction franchement acide, des essais ont été faits eu pré- 
sence de 1 gr. de bicarbonate de soude. Tous les essais ont été 
placés au thermostat à 50°. Les dosages ont été faits comme il 
a été décrit dans le premier mémoire. Les résultats obtenus 
dans ces expériences, sont consignés dans le tableau suivant. 

50 ce. de lait, 50 ce. d'extrait de foie, 5 gr. de nitrate de 
soude. 

Nitrite formé, exprimé en mg. N2O3 



Temps 




SUBSTANCES AJOUTÉES 




en heures 


- 


NaHCOj 


XaF 


XaHCOî+XaF 


V2 


8,452 


8,192 


8,003 


8,107 


1 


9,132 


8,625 


8,132 


8,006 


2 


9,409 


8,601 


7,762 


7,510 


3 


10,088 


9,240 


7,401 


6,521 


6 


10,350 


9,180 


6,4C9 


5,083 


24 


48,762 


236,905 


6,445 


4,906 



Il résulte de ces nombres que pendant la première demi- 
heure la marche de la réduction a été à peu près la même dans 
tous les essais. Mais, dans le développement ultérieur du pro- 
cessus de réduction, les substances ajoutées (fluorure, bicarbo- 
nate) ont exercé une influence décisive. Eu l'absence de fluorure 
(colonnes 2 et 3), la quantité de nitrite a continuellement aug- 
menté pour aboutir, en réaction alcaline, au chiflre relativement 



412 



RECHERCHES SUR LES FERMENTS REDUCTEURS 



énorme de 236,9 mg., ce qui déDote clairement l'intervention de 
bactéries. En l'absence de bicarbonate (colonne 1), l'acidité de 
l'extrait a considérablement retardé le développement des bac- 
téries. En présence de fluorure de sodium (colonnes 4 et 5), la 
quantité de nitrite était déjà à son maximum au bout d'une 
demi-heure. A partir de ce temps, elle a régulièrement diminué 
pour descendre au bout de 24 heures à 6,4 mg. en milieu légè- 
rement acide et à 4,9 mg. en milieu alcalin. Il est donc évident 
que l'addition de fluorure de sodium dans la proportion de 
2 7o» tout en empêchant toute intervention des bactéries, 
n'exerce aucune influence nocive sur la perhydridase. Il est à 
remarquer en outre que l'alcalinité du milieu, loin de préser- 
ver le nitrite, en accélère au contraire la destruction. Comme 
ce dernier résultat s'est trouvé être en désaccord avec les obser- 
vations de Hefter et quelques autres auteurs, j'ai répété ces 
expériences avec le plus grand soin et je n'ai pu que les confir- 
mer. Voici à titre d'exemple une série : 

50 ce. de lait, 50 ce. d'extrait de muscles (veau), 5 gr. de 
nitrate de soude, 2 gr. de fluorure de sodium, avec ou sans 
addition de 1 gr. de bicarbonate de soude. 

Nitrite formé, exprimé en mg. N0O3 



Heures 


Sans NaHCO. 


Avec NaHCOj 


V2 


13,525 


13,041 


1 


12,992 


9,841 


2 


12,957 


9,681 


3 


12,930 


8,632 


6 


12,]29 


8,086 


24 


11,088 


6,150 



On voit que la perte de nitrite s'est élevé à 17,7 % ©n milieu 
acide et 53 7o ^n milieu alcalin. 

Les tissus employés pour les expériences qui viennent d'être 
décrites, n'ont pu être traités que 15 à 20 heures après la mort 
des animaux dont ils provenaient. La question s'est posée de 
savoir si le coferment de la perhydridase qu'ils contenaient 
préexistait déjà dans les tissus vivants ou bien ne se formait 



RECHERCHES SUR LES FERMENTS REDUCTEURS 



413 



que par suite de l'autolyse des organes. Pour résoudre le pro- 
blème, j'ai sacrifié un lapin et extrait le coferment immédiate- 
ment après la mort de l'animal. Avec tous les tissus sans 
exception, j'ai obtenu des résultats positifs. Il est donc établi 
que le coferment de la perhydridase préexiste dans les tissus 
vivants. 

Pour obtenir quelques indications sui* la distribution du 
coferment dans ditï'érents organes, des tissus de veau pris à 
l'abattoir et encore chauds ont été traités comme il a été décrit 
plus haut en vue de l'extraction du coferment. Les extraits ont 
été mis en présence de nitrate et de lait frais et le uitrite formé 
a été dosé. Toutes les expériences ont été faites dans des condi- 
tions identiques. Les résultats obtenus sont consignés dans le 
tableau suivant : 

50 ce. de lait frais, 50 ce. d'extrait, 5 gr. de nitrate de soude, 
2 gr. de fluorure de sodium. Température, 50°. 

Nitrite formé, en mg. N-.O^ 



Heure 


Poumon 


CervelliJ 


Rate 


Rein 


Foie 


'A 


7,198 


8,625 


11,088 


12,937 


16,180 


1 


6,881 


8,257 


10,211 


12,950 


16,219 


2 


6,734 


7,762 


9,026 


12,621 


12,939 


5 


5,098 


7,510 


8,924 


9,023 


11,089 


24 


3,987 


7,102 


7,601 


7,915 


9,703 



11 résulte de ce tableau que, parmi les organes examinés, le 
foie paraît être le plus riche et le poumon le plus pauvre eu 
coferment de la perhydridase. Mais il ne faut pas oublier que, 
dans toutes les expériences, il y a eu destruction plus ou 
moins considérable de nitrite déjà formé et que c'est précisé- 
ment dans l'extrait de poumon que la destruction de nitrite a 
été la plus élevée (55 7o)- Les chiffres obtenus n'expriment 
donc que la résultante de deux processus allant en sens inverse. 
On ne pourra avoir des valeurs absolues que quand on aura 
réussi à suivre séparément les deux processus en question. 

Le coferment de la perhydridase résiste à l'ébullition, il n'est 
pas précipité par l'alcool, dialyse facilement et n'est pas sen- 
sible à l'action de l'oxygène. 

Archives, t. XXXVII. — Mai l'JUi. 29 



414 RECHERCHES SUR LES FERMENTS REDUCTEURS 

II. — Après avoir démontré l'existence d'un coferment de la 
perhydridase dans l'organisme animal, je me suis attaché à en 
définir la nature chimique. Toutes les expériences de réduction 
faites avec la perhydridase tendent à établir que seules les 
aldéhydes vraies, c'est-à-dire celles qui réduisent le nitrate 
d'argent ammoniacal à froid et donnent une coloration violette 
avec le réactif fuchsine-bisulfite de soude, sont susceptibles de 
fonctionner comme coferment de la perhydridase. Il y avait 
donc lieu de supposer que le coferment était lui-même une 
aldéhyde ou pouvait donner naissance à une aldéhyde dans les 
conditions de l'expérience. Comme les tissus animaux ne ren- 
ferment pas d'aldéhydes en quantité tant soit peu appréciable, 
seule la seconde alternative pouvait entrer ici en ligne de 
compte. 

En passant en revue les réactions qui aboutissent à la forma- 
tion d'aldéhydes, j'ai eu connaissance d'une réaction découverte 
par A. Strecker^ en 1862 et qui, bien que présentant le plus 
haut intérêt au point de vue physiologique, n'a jamais attiré 
l'attention des physiologistes. Strecker a constaté que les 
acides a-aminés, qui ne sont pas attaqués par l'oxygène libre, 
s'oxydent facilement au dépens de l'oxygène de l'eau en pré- 
sence d'alloxane que l'hydrogène mis en liberté réduit à l'état 
d'uramile. Il y a en même temps départ d'acide carbonique et 
d'ammoniaque et formation d'une aldéhyde contenant 1 atome 
de carbone de moins que l'acide aminé. W. Traube - a trouvé 
récemment que la même oxydation peut être effectuée par la 
benzoquinone. Dans le cas du glycocolle, par exemple, ou aura : 

CH2(NH2)COOH + C6H4O2 + 3H0H 
= CUojÔR), + CfiHaOH), + NH3 + C0(0H)2 

Etant donné que les acides aminés constituent des produits 
de dégradation normaux des matières protéiques, on pouvait 
supposer que ce sont ces acides qui fonctionnent comme cofer- 
ment de la perhydridase en engendrant des aldéhydes par un 
mécanisme analogue à celui élucidé par Strecker. J'ai donc 

' LieUrfsAnn., 1862, 123, 363. 
- Berichte, 1911, 44, 3145. 



RECHERCHES SUR LES FERMENTS REDUCTEURS 415 

tout d'abord institué une série d'expériences en vue de déter- 
miner si les acides aminés isolés peuvent fonctionner comme 
coferment de la perhydridase dans la réduction des nitrates. 
Les expériences ont été faites avec le glycocolle, la tyrosine, 
l'alauine, la serine, la leucine et l'acide aspartique soit sous 
forme d'acides libres, soit sous forme de sels de soude. Toutes 
les expériences ont donné un résultat nettement négatif. Ce 
résultat m'a démontré que la perhydridase du lait est inca- 
pable de transformer les acides aminés eu aldéhydes et de se 
créer le coferment nécessaire pour le dédoublement de la molé- 
cule d'eau avec mise en liberté d'hydrogène. Mais comme, dans 
la réaction de Strecker, il y a intervention de l'alloxane qui 
fixe l'hydrogène mis eu liberté, j'ai cherché à déterminer si en 
adjoignant aux acides aminés de l'alloxane ou des substances 
analogues, je n'arriverais à reproduire le coferment de la 
perhydridase. Comme « accepteurs d'hydrogène », substances 
susceptibles de fixer l'hydrogène résultant du dédoublement 
de la molécule d'eau par les acides aminés, j'ai employé 
l'alloxane, l'acide oxalacétique, l'acide pyruvique, le dimé- 
tylglyoxal, et l'allantoïne. Ces expériences ont également 
donné un résultat négatif. Lorsqu'on chautte ces substances 
à l'ébullitiou avec des acides aminés, il y a bien formation 
d'aldéhydes. Mais cette réaction ne se produit pas, lorsqu'on 
opère à 50° en présence de lait. Il faut donc en tirer la conclu- 
sion que l'extrait d'organes renferme, à côté d'acides aminés, 
des accepteurs d'hydrogène plus actifs que les substances qui 
viennent d'être énumérées. 

En poursuivant les mêmes recherches, j'ai constaté que les 
peptones du commerce et les albumines complètement dégra- 
dées jusqu'aux acides aminés, renferment des quantités bien 
plus considérables de coferment de la perhydridase que les 
extraits d'organes. C'est sur les albumines complètement dé- 
gradées que j'ai porté mes investigations, étant donné que, 
fabriquées d'après la méthode d'Abderhalden par les Farb- 
werke Hôchst a. /M., elles constituent un produit de composi- 
tion constante. Ce produit qui semble être appelé à un grand 
avenir est connu dans le commerce sous le nom d'éreptone. J'ai 
d'abord cherché à extraire les substances actives au moyen de 



416 RECHERCHES SUR LES FERMENTS REDUCTEURS 

dissolvants organiques : alcool méthylique, alcool éthylique, 
éther, acétone ou de mélanges de ces dissolvants, mais je n'ai 
pas obtenu de bons résultats. J'ai alors soumis une solution 
d'éreptone à la distillation pour voir si la substance active 
n'était pas volatile dans la vapeur d'eau. Dès les premières 
expériences, j'ai constaté que le distillât réduisait les nitrates 
en présence de lait frais, c'est-à-dire fonctonnait comme cofer- 
ment de la perhydridase, et donnait toutes les réactions des 
aldéJiydes : i\ rédmsait le nitrate d'argent ammoniacal à froid 
avec formation de miroir et colorait en violet le réactif fuchsine- 
bisulfite. A côté d'aldéhydes, le distillât renfermait de petites 
quantités d'ammoniaque. 

Ces aldéhydes préexistaient-elles dans l'albumine dégradée 
ou se formaient-elles lors de la distillation des solutions d'érep- 
tone? C'est la dernière supposition qui s'est trouvée être 
conforme à la réalité. D'une part, les solutions d'éreptone ne 
réduisent pas le nitrate d'argent ammoniacal et ne colorent 
pas le réactif fuchsine-bisulfite. D'autre part, des expériences 
quantitatives ont démontré que seules les premières fractions 
du distillât renferment des aldéhydes. Si, après avoir remplacé 
l'eau passée au distillât, on abandonne la solution d'éreptone à 
elle-même pendant 24 heures et qu'on la soumette de nouveau 
à la distillation, il passe encore une fois des aldéhydes dans les 
premières fractions. Si l'on distille dans un courant d'air, 
toutes les fractions renferment à peu près les mêmes quantités 
d'aldéhydes. A titre d'exemple je relate ici la série d'expé- 
riences suivante : 

10 gr. d'éreptone ont été dissous dans 250 ce. d'eau, la solu- 
tion a été soumise à la distillation dans un ballon spacieux et 
le distillât a été recueilli en fractions de 15 ce. De chaque 
fraction, 10 ce. ont été additionnés de 5 ce. de lait frais et de 
5 ce. d'une solution à 15 7o de nitrate de soude, le mélange a 
été abandonné pendant 10 minutes au thermostat à 60°, et le 
nitrite formé a été dosé d'après la méthode décrite antérieure- 
ment. Après avoir recueilli la sixième fraction, on a remplacé 
l'eau et renouvelé la distillation le lendemain. Cette opération 
a été répétée 5 fois. Après la cinquième distillation, l'eau éva- 
porée a été remplacée et la distillation a été immédiatement 



RECHERCHES SUR LES FERMENTS REDUCTEURS 



417 



renouvelée. Les résultats obtenus sont consignés dans le tableau 
suivant. Il va de soi que des expériences de contrôle ont été 
instituées avec du lait frais et du nitrate eu l'absence de dis- 
tillât et avec du lait bouilli, du nitrate et 10 ce. de distillât. 
Toutes les expériences ont donné des résultats négatifs. 

Nitrite formé sous l'action de 15 ce. de distillât 
exprimé en mg. N^O-i 





1" fi-act. 


2»'« fract. 


3"" fract. 


4°" fract. 


5"' fract. 


6"' fract. 


1" distillation 


0,062 


0,030 


trace 











O"" •> 


0,066 


0,021 


» 


trace 








S"'^ 


0,059 


0,036 


0,009 


» 








4™' 


0,053 


0,026 


trace 











5""^ 


0,058 


0,028 


0,001 


trace 








Distillât, continuée 1 
dans un cour*^ d'air \ 


0,046 


0,058 


0,001 


0,063 


0,059 


0,050 



Par ces expérences, les faits suivants ont été établis : 

1. Lors de la distillation des solutions d'éreptone, on ne 
trouve des aldéhydes que dans les premières fractions du dis- 
tillât. 

2. L'arrêt de la production d'aldéhydes est incontestable- 
ment déterminé par le manque d'oxygène, car si l'on continue 
la distillation dans un courant d'air, les aldéhydes se retrouvent 
en proportions à peu près égales dans toutes les fractions du 
distillât. 

Qi'il me soit permis de discuter d'un peu plus près les résul- 
tats de ces expériences. 

Les faits énoncés sous 1 montrent que les aldéhydes ne 
préexistent pas dans l'éreptone, mais se forment lors de la dis- 
tillation. S'il en était autrement, la solution d'éreptone débar- 
rassée de ses aldéhydes par une première distillation, ne pour- 
rait pas fournir de nouvelles quantités d'aldéhydes par une 
seconde distillation après 24 heures de repos. 

Pour comprendre les faits énoncés sous 2, il faut revenir à la 
réaction de Strecker et aux conditions dans lesquelles elle se 
produit. 

Dans cette réaction, les acides aminés sont oxydés par les 



148 RECHERCHES SUR LES FERMENTS REDUCTEURS 

hydroxyles de l'eau en aldéhydes avec élimination d'ammo- 
niaque et d'acide carbonique, en même temps que l'alloxane et 
la benzoquinone fonctionnent comme accepteurs d'hydrogène 
et sont réduites respectivement en uramil et bydroquinone. 
Etant donné que, parmi les produits de dégradation de l'albu- 
mine, on ne connaît aucune substance homogène susceptible de 
fournir une aldéhyde par simple distillation, il faut nécessaire- 
ment arriver à la conclusion que les aldéhydes se forment dans 
l'éreptone par une réaction analogue à celle de Strecker. En 
d'autres termes, lors de la dégradation totale des albumines, il 
se forme non seulement des acides aminés, mais encore des 
substances capables de fonctionner comme accepteurs d'hydro- 
gène et de provoquer l'oxydation des acides aminés par les 
hydroxyles de l'eau. 

Ceci étant, on s'explique aisément la raison pour laquelle la 
production d'aldéhydes s'arrête dans la solution d'éreptone 
lorsque l'oxygène vient à manquei". 11 est bien évident que la 
réaction de Strecker ne peut se poursuivre normalement que 
tant que l'accepteur d'hydrogène n'est pas encore entièrement 
réduit. Une fois la benzoquinone transformée en hydroquinone, 
il s'établit un équilibre, la molécule d'eau n'est plus dédoublée 
et la production d'aldéhydes cesse. C'est ici que l'oxygène de 
l'air intervient. En oxydant l'accepteur d'hydrogène réduit, 
l'hydroquinone en benzoquinone, il provoque le dédoublement 
de l'eau et remet la réaction en marche. 

Pour vérifier cette explication, j'ai fait une expérience avec 
la benzoquinone et l'alanine, expérience dans laquelle j'ai à 
dessein employé la benzoquinone en quantité insuffisante par 
rapport à celle d'alanine. 

0,05 gr.-mol. d'a-alanin et 0,001 gr.-mol. de benzoquinone 
ont été dissous dans 200 ce. d'eau et la solution a été soumise 
à la distillation exactement dans les mêmes conditions que la 
solution d'éreptone. Les résultats obtenus sont exposés dans le 
tableau ci-après. 

On voit que la production d'aldéhyde dans un mélange de 
benzoquinone et d'alanine suit à peu près le même cours que 
dans la solution d'éreptone. Au fur et à mesure que l'accepteur 
d'hydrogène est réduit, la quantité d'aldéhyde diminue pour 



RECHERCHES SUR LES FERMENTS REDUCTEURS 



419 



Nitrite formé sous l'action de 15 ce. de distillât 
exprimé en mg. NoO^ 



1" fract. 2°'° fract. 3"" fract. i"' fract. 5"' fiact. 6"' fract 



1" distillation 


0,361 


0,220 


0,057 


0,023 


0,010 


Ome ^ 


0,341 


0,238 


0,037 


0,018 


0,011 


3™' 


0,375 


0,212 


0,041 


0,009 


0,009 


4"'= 


0,370 


0,228 


0,023 


trace 


trace 


Distillât, continnée "1 
dans un coar' d'air j 


0,287 


0,330 


0,381 


0,340 


0,340 



trace 



0,321 



tomber à zéro ; clans un courant d'air, elle se maintient au 
même niveau que dans la première fraction du distillât. Comme 
l'oxygène de l'air n'attaque pas les acides aminés, même à la 
température de l'ébuUition, nous pouvons donc dire que, dans 
la production des aldéhydes à partir des acides aminés de 
Téreptone, il sert à oxyder les accepteurs d'hydrogène réduits 
et assure la marche normale de la réaction de Strecker. 

Les expériences relatées dans ce chapitre ont élucidé la 
nature du coferment de la perhydridase. Il a été établi que les 
processus de réduction observés dans les tissus animaux sont 
effectués par la perhydridase et un coferment qui peut être 
remplacé par des aldéhydes. Ce coferment, je l'ai trouvé dans 
les extraits d'organes, dans les peptones du commerce et dans 
l'albumine complètement dégradée, dans l'éreptone. Comme, 
dans ce dernier cas, la formation d'aldéhydes a été démontrée 
avec toute la certitude voulue, on considérei'a dorénavant les 
aldéhydes comme le véritable coferment de la perhydridase. 
Celle-ci est donc une véritable aldéhydase et constitue un réac- 
tif non seulement sûr, mais encore très sensibles des véritables 
aldéhydes. Par des expériences directes, je me suis convaincu 
que 0,05 mg. d'aldéhyde acétique dans 5 ce. (par conséquent 
1 pour 100.000) donnent avec 2 ce. de lait frais et 3 ce. d'une 
solution à 1 "/g de nitrate de soude, une quantité de nitrite de 
soude qui peut encore être très exactement dosée par la méthode 
dont je me suis servi dans ce travail. 

III. — La perhydridase existe-t-elle dans le règne végétal ? 
Des considérations d'ordre général ainsi que certains faits déjà 
connus, mais mal interprétés jusqu'ici, laissaient prévoir que 



420 RECHERCHES SUR LES FERMENTS REDUCTEURS 

l'agent réducteur des tissus végétaux était également constitué 
par un système perhydridase-aldéhyde. 

Abelons et Aloy' ont constaté que le suc de pommes de terre 
qui est sans action sur l'aldéhyde salicylique, oxyde celui-ci en 
acide salicylique en présence de nitrates ou de chlorates qui de 
ce fait se trouvent réduits en nitrites et chlorures. Ils attribuent 
cette action à une « diastase oxydo-réductrice » et supposent 
que l'oxydation de l'aldéhyde salicylique a lieu au dépens d'une 
substance suroxygénée contenue dans le suc. Pour expliquer le 
fait que les nitrates sont nécessaires pour l'oxydation de l'aldé- 
hyde, ils admettent que l'oxydase présente dans le suc de 
pommes de terre empêcherait l'oxydation en a stabilisant » la 
substance suroxygénée (?) Les nitrates ou les chlorates rempla- 
ceraient dans ce cas la substance suroxyénée stabilisée. 

Dans la lumière des faits que j'ai établis au cours de ce 
travail, l'observation d'Abelons et Aloy semblait devoir être 
interprétée dans ce sens que le suc de pomme de terre contient 
une perhydridase qui accélère le dédoublement de l'eau par les 
aldéhydes et provoque la réduction des nitrates ou d'autres 
accepteurs d'hydrogène. L'expérience a démontré que c'est 
effectivement le cas. La réduction des nitrates par la perhydii- 
dase des pommes de terre en présence d'aldéhyde acétique est 
tellement rapide que la réaction se prête très bien à une expé- 
rience de cours. 

1 gr. de pommes de terre finement broyé est traité dans un 
tube à essai avec 10 ce. d'une solution à 4% de nitrate de 
soude, préalablement chauffée à 60°, et 3 gouttes d'une solu- 
tion à 10 Vo d'aldéhyde acétique, et le mélange est encore 
chauffe pendant 2 minutes au bain-marie à la même tempéra- 
ture. En ajoutant au mélange 5 ce. de réactif Ilosvay-Luiige, 
on obtient alors une belle coloration rouge caractéristique des 
nitrites. Une expérience de contrôle sans addition d'aldéhyde 
ne donne pas trace de uitrite. 

La perhydridase végétale est soluble dans l'eau. On obtient 
des solutions parfaitement limpides et très actives en opérant 
comme suit : 

^ Comjite rendu, 1904, 138, 382. 



RECHERCHES SUR LES FERMENTS REDUCTEURS 



421 



100 gr. de pommes de terre pelées et finement broyées sont 
traités par 250 ce. d'une solution à 2 7o de fluorure de sodium 
et le mélange est filtré à la trompe. Le filtrat incolore au début 
se colore assez rapidement par suite de l'action des oxydases 
sur les cbromogènes contenus dans l'extrait. Pour les expé- 
riences qui vont être décrites, je me suis servi exclusivement 
d'extraits ainsi préparés et parfaitement inaccessibles à l'action 
des bactéries. J'ai d'abord cherché à déterminer l'efficacité de 
la perhydridase végétale en dosant le nitrite formé en fonction 
de la durée de la réaction. 

4 gr. de nitrate de soude, 80 ce. de suc actif (I) ou iuactif (II), 
seul (III) ou additionné de 1 gr. d'aldéhyde acétique (I et II) 
dans 100 ce. Température, 50". 



Nitrite formé, exprimé en mg. N2O3 




I 


11 

Extrait inactif 

+ 

aldéhyde 


III 


HEURES 


Extrait actif 

+ 

aldéhyde 


Extrait actif 
seul 














1 


7,51 





0,31 


2 


12,25 





0,36 


3 


12,07 





0,39 


5 


12,18 


trace 


0,43 


24 


12,06 


» 


0,41 


48 


12,12 


» 


0,49 



Il résulte de ces expériences que l'extrait de pommes de terre 
filtré ne renferme au début que des quantités minimes de cofer- 
ment nécessaire pour l'action de la perhydridase et rempla- 
çable par des aldéhydes. Mais si l'on conserve l'extrait dans 
des conditions antiseptiques et à l'ahri de l'air, la quantité de 
coferment augmente constamment par suite de l'autolyse des 
matières protéiques de l'extrait. Cette augmentation a été 
constatée au cours des expériences instituées en vue de déter- 
miner jusqu'à quel point la perhydridase est stable à l'abri de 
l'oxygène. 

Dans ces expériences, l'extrait fraîchement préparé a été 
distribué dans de petits flacons que j'ai eu le soin de remplir 



422 



RECHERCHES SUR LES FERMENTS REDUCTEURS 



entièrement et de bien boucher. Pour plus de précaution, tous 
les flacons ont été immergés dans un bain d'eau à la tempéra- 
ture ordinaire. A des intervalles définis des flacons ont été reti- 
rés et l'extrait qu'ils renfermaient, a été examiné au point de 
vue de son pouvoir réducteur en présence et en l'absence d'al- 
délivde acétique après une heure d'action sur le nitrate de 
soude à 50°. 
Les résultats suivants ont été obtenus : 

Nitrite formé dans 100 ce, exprimé en mg. N^Os 



Durée 
de la conservation 


Avec aldéhyde 


Sans aldéhyde 


Au début 




7,01 


0,23 


Après 1 j 


our 


7,05 


0,31 


» 4j 


ours 


6,92 


0,45 


10 


> 


6,98 


2,41 


» 15 


» 


6,71 


4,62 


» 20 


» 


6,80 


5,90 


» 25 


» 


6,51 


G,70 


» 30 


» 


6,60 


6,90 



On voit donc que la perhydridase se conserve très bien à la 
condition d'être mise à l'abri de l'air et hors de l'atteinte des 
bactéries. A l'air en présence de fluorure de sodium ou à l'abri 
de l'air en l'absence d'antiseptique, elle se détruit très rapide- 
ment. 

Toutes les tentatives d'isoler la perhydridase de ses extraits 
ont échoués jusqu'à présent. 

Les recherches sont poursuivies. 



SUR LA M-ANISIDINE 



ET SUR LA 



DIMÉTHYL-M-ANISIDINE 



Frédéric REVERDIX et Armand DE TLVC 



La m-aiiisidine a été beaucoup moius étudiée jusqu'ici que 
ses isomères et uu petit nombre seulement de ses dérivés ont 
été décrits, aussi avons-nous pensé qu'il serait utile de la carac- 
tériser d'une manière plus complète et d'entreprendre avec 
cette base une série de recherches dont nous allons donner, 
dans ce mémoire, les premiers résultats. 

Rappelons toutefois que l'un de nous et K. Widmer ont décrit 
récemment la nitration de l'acétyl-m-anisidiue et quelques-uns 
des dérivés nitrés de la base en question '. 

La m-anisidine: C^H^ • OCH* • NH'" 1.3. a été décrite en 1883 
par F. Pfatî- qui l'a obtenue soit par la réduction de l'éther 
méthylique du monobromo-m-uitrophénol, avec élimination de 
brome, soit par la réduction du m-nitroanisol ; il l'a caracté- 
risée comme étant une huile, distillant à 251". Mautlmer^ l'a 
préparée plus tard, avec uu bon rendement, en traitant le sel 
de sodium sec du m-nitrophénol par le sulfate de méthyle. puis 
réduisant au moyen de l'étain et de l'acide chlorhydrique le 

' Berichte der Deutsch. chem. Ges., 1913, t. XLYI, p. 4066-4076 et 
Arch. 1914. t. XXXYII, p. 155-167. 

- Berichte der Deutsch. chem. Ges., 1883, t. XVI, p. 614 et 1139. 
^ Idem, 1906, t. XXXIX, p. 3596. 



424 SUR I>A M-ANISIDINE ET SUR LA DIMÉTHYL-M-ANISIDINE 

m-nitroanisol ainsi obtenu. Kôrner et Wender ^ ont attribué à 
la m-anisidine le point d'ébullition de 243°5 sous Tôô""" P et ont 
décrit l'acétyl-m-anisidine, f. à 80-81°, préparée par acétyla- 
tion, tandis que Meldola^ a obtenu ce même dérivé par méthy- 
lation de l'acétyl-m-aminophénol au moyen du sulfate de 
métliyle en présence de lessive de soude. Cet auteur n'ayant 
pas donné d'indications détaillées au sujet de cette méthode, 
nous nous permettrons d'indiquer les conditions dans lesquelles 
nous l'avons répétée, ainsi que les rendements obtenus; c'est 
en effet la méthode qui nous a paru la plus avantageuse pour 
préparer la ra-anisidine, car l'acétyl-m-anisidine se saponifie 
très facilement et d'autre part le m-aminophénol, qui sert de 
produit de départ, est, comme on le sait, fabriqué industrielle- 
ment et par conséquent facilement accessible et suffisamment 
bon marché. 



Préparation de la m-anisidine 

L'acétyl-m-aminophénol a été préparé en ajoutant à la solu- 
tion de 110 gr. de m-aminophénol technique dans 100 ce. d'eau 
et 70 ce. d'acide acétique cristallisable, 100 ce. d'anhydride 
acétique, en agitant et maintenant cette dissolution pendant 
une demi-heure au bain-marie. Le dérivé acétylé, qui se dépose 
par le refroidissement, f. à 148°, il est suffisamment pur pour 
être méthylé directement. Rendement 90-95 7o de la théorie. 

On dissout ensuite 152 gr. d'acétyl-m-aminophénol dans 
300 ce. d'une solution aqueuse renfermant 50 gr. de soude 
caustique, puis on ajoute par petites portions, en agitant vigou- 
reusement et en refroidissant fréquemment, 100 gr. de sulfate 
de méthyle. Le liquide se trouble et l'acétyl-m-anisidine se pré- 
cipite lentement; après deux heures la réaction étant terminée, 
on filtre, on lave avec une solution étendue de carbonate de 
soude, puis avec de l'eau et on fait cristalliser dans l'alcool à 
50 7o- Rendement 94 "/o de la théorie. Le produit ainsi obtenu 
cristallise dans l'eau bouillante en petites aiguilles et dans 

1 Gaz. cMm., 1887, t. XVII, p. 493. 
- Chem. Soc, t. LXXXIX, p. 927. 



SUR LA M-ANISIDINE ET SUR LA DIMETHYL-M-ANISIDINE 425 

l'alcool eu octaèdres, son F est à 80-81°, comme Tout déjà 
indiqué Kônier et Wender. 

Pour la saponification nous avons chautie pendant 20 minutes 
au baiii-marie 165 gr. du dérivé acétylé avec la même quantité 
d'acide chlorhydrique à 50 '^/o. On coule ensuite la liqueur dans 
l'eau et on la rend alcaline au moyen de l'ammoniaque; la 
m-auisidine se dépose sous la forme d'une huile que l'on 
peut distiller après l'avoir décantée et sécliée ou reprendre 
auparavant à l'éther. Elle passe à la distillation à 243° sous 
755"" P. C'est une huile incolore, brunissant assez rapidement 
à la lumière et douée d'une odeur caractéristique assez sem- 
blable à celle de la p-anisidiue. Le rendement dans cette der- 
nière opération a été de 98.7 % de la théorie. 

Nous avons aussi essayé, mais sans grand succès, de préparer 
la m-anisidine par méthylation du toluènesulfonyl-m-aminoplié- 
nol et saponification. Ce composé qui n'a pas encore été décrit 
a été préparé en dissolvant à chaud 22 gr. de m-aminophénol 
et 20 gr. d'acétate de soude dans 200 ce. d'alcool à 50 7o^ puis 
eu ajoutant peu à peu à cette solution, 36 gr. de p-sulfochlo- 
rure de toluène en laissant le tout en réaction pendant une 
demi-heure au bain-marie. Le Toluènemlfonyl-m-aminophénol 
C'R' • OH • NH • SO^^C'H^ se dépose peu à peu par le refroi- 
dissement ; on le précipite complètement en ajoutant de l'eau 
à la solution, on filtre, on lave et le produit brut cristallisé 
dans l'alcool étendu abandonne le composé pur, eu beaux 
octaèdres presque incolores, f. à 158° insolubles dans l'eau, 
très solubles dans l'alcool et dans l'acide acétique. 

0.1522 gr. Subst. ont donné 7 ce. N (22°; 759 mm.) 
Soit trouvé : N = 6.17 "/'o 

Calculé pour C'-=H'''0--SN : N = 5.34 "/o 



Dérivés de la m-anisidine 

Nous avons préparé pour caractériser la m-anisidine les sels 
et les dérivés suivants : 

Le dilorhydrate est très facilement soluble dans l'eau et le 
sulfate est également soluble dans l'eau froide. La dissolution 



426 SDR LA M-ANI8IDINE ET SUR LA DIMÉTHYL-M-ANISIDINE 

de ces sels colore ea jaune vif le bois de sapin et elle se colore 
elle-même fortement par les oxydants tels que le bichromate 
de potasse, le perchlorure de fer, etc. en brun violacé. 

Le picrate cristallise de l'alcool en aiguilles feutrées, jaune 
citron, f. à 169°, après avoir commencé quelques degrés plus 
bas à noircir et à se décomposer. Il est très soluble dans l'al- 
cool, dans l'eau chaude et dans le benzène, insoluble dans la 
ligroïne. Il est beaucoup plus soluble que le picrate d'o-anisi- 
dine, f. à 187° (déc.) et moins que le picrate de p-anisidine, f. à 
163-164°. 

Formyl-m-anisidine : 

C«H* • OCH^ • NH • COH • I ' 3 

Préparée en faisant bouillir pendant deux heures la m-anisi- 
dine avec de l'acide formique à 90 7o> elle se dépose sous la 
forme d'une huile qui se concrète peu à peu et qui après avoir 
été cristallisée dans l'alcool dilué est en petits prismes inco- 
lores f. à 57°, elle est très soluble dans l'acide acétique et 
l'alcool, peu soluble même à chaud dans l'eau. 

0.1664 gr. Subst. ont donné 13.5 ce. N (22°; 760 mm.) 
Soit trouvé : N = 9.14 7o 

Calculé pour C'*H»0-N : N = 9.27 "/o 

Toluènesulfonyl-m-anisidine: 

CR^ ■ OCH'' • NH • SO^C'H' 

Ce dérivé a été préparé en faisant réagir le p-sulfochlorure 
de toluène en solution alcoolique sur la m-anisidine, et en 
chauffant pendant une demi-heure au bain-marie, en présence 
d'acétate de soude. On a distillé l'alcool et repris le résidu par 
l'éther, celui-ci laisse par évaporation une huile qui après avoir 
été traitée par l'acide chlorhydrique pour éliminer des traces 
de m-anisidine a été décantée et séchée, elle finit par se con- 
créter en une masse cristalline de laquelle on a isolé le composé 
pur en jolies aiguilles incolores et brillantes, f. à 68°. Cette 
substance est très soluble dans l'acide acétique, l'alcool et le 



SUR LA M-ANISIDINE ET SUR LA UIMÉTHYL-M-ANISIDINE 427 

benzène et elle est difficile à faire cristalliser ayant de la ten- 
dance à se déposer sous la forme huileuse. 

0.1661 gr. Subst. ont donné 7 ce. N (18^; 759 mm.) 
Soit trouvé : N = 4.83 7o 

Calculé pour C'^H'^O-'NS: N = 5.05 "/o 



Etlier méthylique de Voxy-3-diniiro-2'-4' diphényïamine : 
OCH=' 

'^CH''- NO-XO- 

(2') (4') 

Préparé en faisant réagir le chlorodinitro-2-4-benzène sur la 
ra-anisidine, eu solution alcoolique et en présence d'acétate de 
soude, en cliaufiaut à ébullition pendant une demi-heure, ce 
produit cristallise dans l'acétone en aiguilles jaunes, f. à 137- 
138°. 

0.1585 gr. Subst. ont donné 19.8 ce. N (20°; 765 mm.) 
Soit trouvé : N = 14.32 "/o 

Calculé pour C''H"0-'N=': N = 14.53 "/o 

EtJier méthylique de V oxy-3-dinitro-2' -4 -métliyl-S •diphéviyla- 
mine : 

OCH-' 

^CH-NO-NO-'-CH^ 

(2') (4') (5') 

Préparé d'une manière analogue eu partant du chloro-1- 
dinitro-2-4-raéthyl-5-benzène, ce dérivé cristallise de l'alcool 
en prismes jaune brun et dans un mélange de benzène et de 
ligroïne en petits prismes jaune citron, f. à 129°. 

0.0825 gr. Subst. ont donné 9.8 ce. N (20° ; 763 mm.) 
Soit trouvé : N = 13.57 7o 

Calculé pour C^^H'-^O^N-' : N = 13.86 "/o 



428 SUR LA M-ANI8IDINE ET SUR LA DIMÉTHYL-M-ANISIDINE 

m-anisidide de la dinitro-3-ô-p-anisidine : 




^C'H^ • OCH-^ 



N0-' 



Ce composé se forme facilement en chauffant pendant une 
demi-heure au bain-marie un mélange équimoléculaire de tri- 
nitro-2-3-5-p-anisidine, dans laquelle on sait que le groupe NO^ 
de la position 2 est mobile ^ et de m-anisidine. Après avoir coulé 
dans l'eau le produit de la réaction et l'avoir traité par l'acide 
chlorhydrique pour éliminer les dernières traces de m-anisidine, 
on obtient par cristallisation dans l'alcool des cristaux noirs à 
reflet métallique vert f. à 144°. 

0.1426 gr. Subst. ont donné 20.4 ce. N (20°,766 mm.) 
Soit trouvé : N = 16.42 7o 

Calculé pour C'''H'^0«N^ : N = 16.76 7o 

m-anisidinediazo-fj-naplitol : 
OCH^ 

= NC'»H'5 • OH 

La m-anisidine diazotée et copulée avec le [3 naphtol fournit 
une matière colorante insoluble dans l'eau, qui après avoir été 
cristallisée dans l'alcool étendu est en jolies aiguilles rouges, 
f. à 140°. 

0.1362 gr. Subst. ont donné 11.8 ce. N (19°; 764 mm.) 
Soit trouvé : N = 10.00 7o 

Calculé pour C"H"0-N^' : N = 10.07 7o 

Rappelons pour mémoire que la m-anisidine diazotée fournit 
avec les copulants suivants les nuances indiquées en regard : 

m-phénylène-diamine = légèrement plus rouge que la chry- 
soïdine ordinaire, sur coton mordancé au tannin. 

' Meldola et Reverdin, Ghem. Soc, 1913, t. CIII, p. 1484. 




SUR LA M-ANI8IDINE ET SUR LA DIMÉTHYL-M-ANISIDINE 429 

Sulfonaphtol 1.4 = beau rouge orangé, sur laine ordinaire 
et sur laine chromée. 

Sel R =: orangé rouge, idem. 

Acide Schaetïer = orangé, idem. 

Sel 7 puis rediazoté et copule avec le sulfonaphtol 1.4 = bor- 
deaux brun violacé, sur laine chromée. 

Diméthyl-m-anisidine. 

Grimaux et Lefèvre ^ ont préparé la diméthyl-o-anisidine et 
en ont étudié en particulier les dérivés nitrés. Leurs recher- 
ches ont démontré que dans l'action de l'acide nitrique sur la 
diméthyl-o-anisidine c'est le groupe N(CH^)2, comme dans la 
diméthylaniiine, qui oriente les groupes « nitro ». Ils faisaient 
ressortir qu'il y aurait intérêt à étudier également l'action de 
l'acide nitrique sur la base correspondante de la série « meta » 
et se proposaient de poursuivre ces recherches. Le distingué 
savant qu'était Grimaux étant malheureusement décédé depuis 
et aucun travail n'ayant paru sur ce sujet, nous avons cru pou- 
voir entreprendre cette étude. Ajoutons que Grimaux " avait étu- 
dié l'action de divers réactifs sur la diméthyl-m-anisidine, sans 
indiquer toutefois ni le mode de préparation de celle-ci, ni ses 
propriétés. Nous nous permettons donc de décrire à cette place 
le mode de préparation que nous avons adopté. 

On introduit peu à peu dans 24 gr. de sulfate de méthyle, 
12 gr. de m-anisidine, la réaction est violente et la température 
monte à 70°. Une fois la réaction calmée on laisse encore le 
produit en réaction sur le bain-marie pendant une heure. 
Après refroidissement complet on détruit l'excès de sulfate de 
méthyle en versant le tout dans de la lessive de soude et on 
décante la base mise en liberté. On traite ensuite l'huile obte- 
nue avec 20 ce. d'anhydride acétique que l'on introduit par 
petites portions, pour éliminer sous la forme de leurs dérivés 
acétylés la m-anisidine non transformée ou la monométhyl- 
anisidine, puis après une heure de réaction on neutralise l'excès 

^ Bulletin Soc. ehim. de Paris (3), 1891, t. VI, p. 415-420. 
'^ Bulletin Soc. chim. de Paris (3), 1891, t. V, p. 646; 1901, t. XXV, 
p. 215-219. 

AitciiiVEs, t. XXXVII. — Mai 1!)14. 30 



430 SUR LA M-ANISIDINE ET SUR LA DIMÉTHYL-M-ANISIDINE 

d'acide au moyen du carbonate de soude et on distille l'huile 
avec de la vapeur d'eau. Après avoir séparé l'huile au moyen 
de l'entonnoir à robinet et extrait à l'éther une petite quantité 
restée en solution dans l'eau, on sèche le produit sur la soude 
caustique et on le soumet à la distillation fractionnée. 

La diméthyl-m-anisidine 

OCH3 

bout à 237°, c'est une huile incolore, douée d'une odeur carac- 
téristique et qui au contact de la lumière se colore rapidement 
en brun. Elle se mélange eu toutes proportions avec l'acide 
acétique et l'alcool. Rendement 75-80 °,\,. 

0.1682 gr. Subst. ont donné 0.4404 gr. CO'; 0.1303 gr. H-Q 
0.1818 » » 14.3 ce. N (17°; 772 mm.) 

Soit trouvé : C = 71.52 "/o 

H = 8.61 
N = 9.22 
Calculé pour C^Ri^'ON: C = 71.40 7o 
» H = 8.58 

» » N = 9.26 



Niiration de la diméthyl-m-anisidine 

La nitration de la diméthyl-ra-anisidine fournit, suivant les 
conditions, divers dérivés nitrés dont deux étaient déjà connus 
et avaient été préparés par une méthode indirecte. 

Blanksma a en effet préparé ^ en faisant réagir la monomé- 
thylamine sur un bromodinitro-anisol de la constitution sui- 
vante : 




Becueil trav. chim. des Pays-Bas, t. XXIII, p. 119-121. 



SUR LA M-ANISIDINE ET SUR LA DIMÉTHYL-M-ANISIDINE 431 

le dérivé correspondant de la monométhyl-ra-anisidine, f. à 198°, 
que nous avons retrouvé en petite quantité dans les produits de 
la réaction de l'acide nitrique sur la diméthyl-m-anisidiue ; 
nous avons pu, grâce à l'obligeance de M. le D"" Blanksma iden- 
tifier notre produit avec le sien. Ce dérivé, traité par l'acide 
nitrique de D = 1.52 donne une méthylnitramine du triuitro-2- 
4-6-anisol qui avait été précédemment obtenue par van Rom- 
burgh^ en traitant, par l'alcool méthylique, la méthylnitramine 
du tetrauitro-l-2-4-6-benzèue, préparée par le même auteur 
en faisant réagir l'acide nitrique de D = 1.5 sur la trinitro- 
diméthylaniliue. Ce composé qui f, à 98° a été également re- 
trouvé en petite quantité dans les produits de la nitration 
de la diméthyl-m-anisidine. 

Les deux autres produits que nous avons obtenus, comme 
produits principaux dans les essais de nitration que nous décri- 
rons ci-dessous et qui n'étaient pas encore connus sont : la. 
dimtro-4-6-dimétliyl-m-anisidine, i. à 198°. 





et\eméthylmtra7nino-3-dinitro-4-6-anisol-l, f. à 138° 

OCH^ 



Nous avons essayé les différentes méthodes de nitration (en 
particulier avec les acides nitriques de diverses densités seuls 
ou en présence d'acide acétique, d'acide sulfurique ou d'anhy- 
dride acétique), mais nous nous contenterons de décrire celles 
qui se sont montrées le plus avantageuses au point de vue des 
rendements et de la facilité à isoler les produits principaux. 



Recueil trav. chim. des Pays-Bas, t. VIII, p. 276. 



432 SUR LA M-ANISIDINE ET SUR LA DIMETHYL-M-ANISIDINE 



Préparation de la dmitro-4-6-dimétliyl-m-anisidine 

On a dissout 3 gr. de diméthyl-m-auisidine dans 25 ce. d'acide 
acétique et on a refroidi dans un mélange de glace et de sel, 
puis on a ajouté peu à peu, 15 ce. d'acide nitrique de D = 1.4. 
Le mélange d'abord solide se dissout peu à peu, la température 
monte à 10° et quelquefois, mais un instant seulement jusque 
vers 30°, puis à un moment donné le produit de la réaction, 
maintenu entre 0° et 10°, se prend quelquefois en une bouillie 
cristalline ; tout l'acide ayant été introduit (on pourrait sans 
doute et sans inconvénient réduire la quantité d'acide nitrique 
des Vs) le produit se redissout, on le coule dans l'eau, il se 
précipite en jaune citron, on filtre, on lave et on sèche au bain- 
marie. Rendement 4 gr. 

Le produit recristallisé dans l'alcool ou dans l'acétone est 
en belles aiguilles jaune citron, f. à 198°, il est presque exclu- 
sivement constitué par la dinitro-4-6-diméthyl-m-anisidine. 
Les eaux-mères alcooliques ou acétoniques additionnées d'eau 
laissent encore déposer le même produit, puis par évaporation 
une petite quantité d'un produit huileux. Deux essais faits 
dans les mêmes conditions avec 10 gr. de diméthyl-m-anisidine 
nous ont fourni chacun 8.8 gr. de produit pur. 

0.1531 gr. Subst. ont donné 0.2517 gr. CQ-; 0.0634 gr. H-Q 



0.1513 


» 




0.2494 » 0.0628 


0.1500 


» 




22.4 ce. N (17'',745 mm 


0.1593 


» 




24.2 » (1S°,746 » 


Soit trouvé : 






C = 44.83 ; 44.81 % 


» 






H = 4.59 ; 4.61 «/o 


» 






N - 17.14; 17.14 7o 


Calculé pour 


C=H"O^N^ : C = 44.81 7o 


» 




» 


H = 4.56 7o 


» 




» 


N = 17.42 7o 



En opérant dans les mêmes conditions avec de l'acide nitrique 
de D = 1.52, nous avons obtenu le même produit et nous avons 
retiré des eaux-mères de petites quantités de la méthylnitra- 
miue dinitrée f. à 138° et de la méthylnitramine trinitrée f. à 
98°. Enfin si l'on utilise l'acide nitrique seul de D = 1.4 et 



SUR LA M-ANISIDINE ET SUR LA DIMÉTHYL-M-ANISIDINE 433 

qu'on laisse mouter la température à 40° ou même que l'on 
chautie au baiu-raarie, il se forme un mélange difficile à puri- 
fier, qui renferme probablement les quatre dérivés nitrés dont 
il a été question plus haut et dans lequel nous avons constaté 
la présence certaine de la dinitro-4-6-monométhyl-m-anisidine 
de f. 200° (Blanksma 198°). Ce dérivé se distingue par sa forme 
cristalline du produit dinitré de la diméthyl-m-anisidine ; il est 
en aiguilles feutrées. 



Préparation du métliylnitramino-3-dinitro-4-6-anisol-l 

On obtient ce dérivé avec un bon rendement en soumettant à 
une nouvelle nitration le produit décrit précédemment dans les 
conditions suivantes : on introduit peu à peu dans un mélange 
de 1 partie de dinitro-4-6-diméthyl-m-anisidiue, dans 10 par- 
ties d'anhydride acétique, maintenu dans de la glace et du sel, 
5 parties d'acide nitrique de D ^ 1.52. On maintient pendant 
l'introduction la température entre 0° et 10°, puis on aban- 
donne à la température ordinaire et après une heure on coule 
dans l'eau ; il se forme un précipité résineux et brunâtre, 
accompagné de flocons jaunes, qui repris par 20 parties d'al- 
cool à l'ébullition, laisse déposer sous la forme de jolis cristaux 
jaune pâle, la méthylnitramine f. à 138°. Ce dérivé se dépose 
parfois de la solution dans Tanhydride acétique pendant qu'elle 
est abandonnée à la température ordinaire en cristaux grenus 
et incolores. Le rendement est de 60 " « ^^^ produit pur. Celui-ci 
est très peu soluble dans l'alcool froid et donne la réaction de 
Liebermann comme d'auti-es nitraraines au sujet desquelles 
l'un de nous et ses collaborateurs ont fait diverses publica- 
tions S On retire des eaux-mères alcooliques en très petite 
quantité de la méthylnitramine du dérivé trinitré f. à 98°. 

Produit f. à 138\ 

0.1642 gr. Subst. ont donné 0.2130 CQ-; 0.0451 gr. H-Q 
0.1406 » » 24.9 ce. N (19°; 763 mm.) 

0.1322 » » 23.4 » (16°; 750 » ) 

' Arch., 1910, t. XXIX, p. 376; 1912, t. XXXIII, p. 332, etc. 



434 SUR LA M-ANISIDINE ET SUR LA DIMÉTHYL-M-ANISIDINE 

Soit trouvé : C = 35.31 7o 

" H = 3.05 7o 

N = 20.48 ; 20.26 "/o 
Calculé pour C«H«0'N* : C = 35.33 7o 
» » H = 2.94 7o 

» » N = 20.60 7o 

La constitution de ces deux nouveaux dérivés est déduite des 
considérations suivantes : la méthylnitramine f. à 138°, chautiee 
avec du phénol se transforme par élimination du groupe NO^ 
fixé à l'azote en monométbyl-dinitro-4-6-m-anisidine, dont la 
constitution a été établie par Blanksma (loc. cit.). D'autre part 
comme elle se forme par nitration du dérivé dinitré de la dimé- 
tliyl-m-anisidiue, f. à 198°, celui-ci doit avoir la constitution que 
nous avons indiquée. 

Il semblerait que d'après les analogies avec par exemple la 
nitraminede la diuitro-3-5-monométhyl-p-anisidine^ et d'autres 
composés de même nature, la nouvelle nitramine, f. à 138°, 
devrait donner par l'action de la lessive de soude ou de potasse, 
l'éther monométbylique de la dinitro-4-6-résorcine. Tel n'est 
cependant pas le cas, dans les conditions où nous nous sommes 
placés. En eiï'et lorsqu'on fait bouillir avec modération, pen- 
dant une heure environ, 2 gr. de la nitramine en question avec 
10 parties d'une solution aqueuse de potasse caustique à 10 7oî 
on obtient un composé qui fournit un sel cristallisé de baryum, 
difhcilement soluble, dont la solution traitée par l'acide chlo- 
rhydrique, laisse déposer de jolis cristaux jaunes, f. à 182°, 
composé tout ditterent de la substance que nous pensions obte- 
nir et dont l'analyse ne correspond ni à celle d'un éther mono- 
métbylique de dinitrorésorcine, ni à celle d'une dinitrorésorcine. 
Nous avions cependant constaté pendant la réaction un déga- 
gement de monométhylamine. 

Nous nous proposons de poursuivre l'étude de ce dérivé et 
nous reviendrons plus tard sur ce sujet ainsi que sur les déri- 
vés nitrosés des diméthyl-auisidines dont nous nous occupons 

actuellement. 

Laboratoire de chimie organique 

de l'Université de Genève. 

' Arch. 1911, t. XXXII, p. 343 et J. f. praU. Chem., 1911, t. LXXXIV, 
p. 544. 



RÉSUMÉ MÉTÉOROLOGIQUE 

DE L'ANNÉE 1913 

POUR 

GENÈVE ET LE GRAND SAINT -BERNARD 



Raonl «A1TT1ER 

Directeur de l'Observatoire de Genève 
(Suite et fin ^) 



V. Vents 

Genève. — L'observatiou du vent se fait de deux manières 
différentes : 1" six fois par jour à l'ancienne girouette, en 
exprimant la force du veut par les sept chiffres de à 6 de la 
demi-échelle de Beaufort ; 2" au moyen de l'auémographe de 
Richard, enregistrant automatiquement la direction et la 
vitesse du vent. 

Le tableau XIX donne les résultats généraux du premier 
système d'observations. Il fournit, pour les différents mois et 
pour l'année, le nombre des calmes et le nombre de fois où le 
vent a été observé, avec la force 1 ou avec une force supé- 
rieure, dans chacune des seize directions de la rose des vents, 
le chiffre indiqué tenant compte du facteur {1 à 6) qui repré- 
sente la force du veut. 

Le tableau XX donne d'abord les nombres de cas de vent du 
nord-nord-est et du sud-sud-ouest et leurs rapports, puis la 
proportion des calmes. Il indique ensuite les résultats du 
deuxième système d'observation du vent, au moyen de l'ané- 

' Voir Archives, 1914, t. XXXVII, p. 347. 



436 



RESUME METEOROLOGIQUE 



XIX. Vents observés. GENÈVE, 1913. 







co 


-^a? 

l^!^ 


S 


r= 


.__ 


,= 


.== 


.-^ 


_g 


cS 


M 


e=i 




^ 


Calme 


. 51 


99 


60 


81 


49 


58 


51 


59 


64 


2Ô 


49 


71 


63 


718 


730 


N ... 


. 1 


4 


19 


10 


16 


23 


16 


18 


27 


32 


12 


5 


10 


183 


192 


NNE 


. 3 


6 


18 


22 


63 


32 


30 


19 


39 


54 


31 


8 


48 


325 


370 


NE.. 


/ 


2 


31 


26 


2 


11 


17 


25 


6 


12 


5 


3 


9 


147 


149 


ENE. 


. 3 


8 


24 








U 








1 


5 


5 


1 


4 


47 


4. S 


E.... 


U 





2 





1 


4 


1 





1 


2 


3 


1 





15 


15 


ESE. 





1 


2 


1 


2 








2 








1 


5 


2 


14 


16 


SE.. 


. 


1 


î 


1 





5 


4 


10 


1 


3 


7 


16 


16 


49 


65 


SSE. 


. 1 


2 


1 


3 


3 





1 


2 


2 


4 


4 


5 


S 


33 


40 


S.... 


1 


ï 


2 


3 


3 


6 


12 


3 


5 


4 


7 


13 


7 


60 


66 


ssw 


. 13 


38 


2 


43 


21 


7 


5 


15 


22 


25 


35 


30 


30 


256 


273 


sw . 


. 11 


21 


12 


19 


22 


19 


35 


17 


13 


3 


10 


13 


6 


195 


190 


wsw 


. 5 


3 


2 


1 


2 


1 





1 


o 


4 


6 


2 


4 


29 


2S 


w... 


. 4 


8 





1 


5 


5 


3 


8 


3 


3 


5 


4 


2 


49 


47 


WN\^ 


. 9 


2 


4 


3 


2 














1 


1 


2 


I 


24 


16 


NW. 


. 2 


1 


1 


2 


5 


12 


6 


3 


4 


4 


■:> 


9 


3 


44 


45 


NNW 


6 


5 


5 


3 


7 


2 


1 


9 


11 


11 


13 


5 


7 


78 


79 



XX. Vents. GENÈVE, 1913. 



PÉRIODE 


NNE. 


VENTS 




Calme 
8. 1000 


Vitesse moyenne 

du veut 

km. par heure 


SSW. 


Rapport 


Décembi'e 1912. 
Janvier 1913. . . 

Février 

Mars 


11 
12 

68 
58 
81 
66 
63 
62 
72 
98 
48 
16 
67 


25 
60 
16 
65 
46 
32 
52 
35 
40 
32 
52 
56 
43 


0.44 
0.20 
4.25 
0.89 
1.76 
2.06 
1.21 
1.77 
1.80 
3.06 
0.92 
0.29 
1.56 


274 
532 
357 
435 
167 
312 
283 
317 
344 
144 
263 
394 
339 


2.02 
3.97 
5.94 
5.26 
6.60 
5.26 
5.39 
2.69 
3.51 
4.11 
2.95 
3.64 
5.99 


Avril 

Mai 


Juin 


Juillet 

Août 


Septembre 

Octobre 

Novembre 

Décembre 


Année météor.. 
Année civile . . . 


655 
711 


511 

529 


1.28 
1.34 


328 
333 


— 



POUR GENÈVE ET LE GRAND SAINT-BERNARD 437 

mographe de Richard. Il fournit, pour les différents mois de 
l'année, la vitesse moyenne du vent exprimée en kilomètres par 
heure, sans distinguer dans quelle direction soufflait le vent. 
On y constate que les mois les plus calmes ont été ceux de 
décembre 1912 pour l'année météorologique et de juillet 1913 
pour l'année civile ; le mois le plus venteux a été celui d'avril, 
comme en 1912. Au reste l'année 1913 a été peu venteuse. 

Si l'on recherche encore, dans le même ordre d'idées, les 
jours pour lesquels la vitesse du vent a dépassé, en moyenne, 
25 kilomètres à Vlieiire, on n'en trouve que deux dans l'année 
météorologique, en février, et trois dans l'année civile. Ce sont 
des jours de Use, dont voici le tableau : 



1913 


Km. p. h. 


Diieotion 


14 février 


27.6 


NE 


22 » 


26.2 


XNE 


31 décembre 


31.9 


„ 



Le tableau XXI contient le relevé des jours de forte bise 

(NNE) et de fort vent du midi (SSW). Les nombres des jours 
de forte bise et de fort vent de midi sont très inférieurs cette 
année aux chiffres moyens, qui sont de 42 et de 44. 

XXL GENÈVE, 1913. 

Nombre de JDiirs de 

Période forte bise fort vent du miiii 

Décembre 1912. . 

Janvier 1913 2 

Février 3 

Mars 3 2 

Avril 5 

Mai 1 

Juin 

Juillet ... 

Août 

Septembre 

Octobre 2 U 

Novembre 1 

Décembre 6 4 

Année météorol. 14 5 

Année civile ... 20 9 



438 



RESUME METEOROLOGIQUE 



XXII. Vents. SAINT-BERNARD, 1913. 



PÉRIODE 


VENTS 


Calme 
sur 1000 


NE. 


SW. 


Rapport 


Décembre 1912. . . 

Janvier 1913 

Février 


57 
52 
46 
43 
34 
55 
92 
96 
72 
45 
25 
81 
146 


31 
33 
53 

101 
75 
66 
36 
19 
22 
68 

145 
58 
35 


1.84 
1.58 
0.87 
0.43 
0.45 
0.83 
2.55 
5.05 
3.27 
0.66 
0.17 
1.40 
4.17 


323 

333 

286 

247 

267 

323 

244 

151 

183 

89 

54 

244 

86 


Mars 


Avril 


Mai 


Juin 


Juillet 


Août 

Septembre 

Octobre 


Novembre 

Décembre 


Année météorol. . 
Année civile .... 


698 

787 


707 
711 


0.99 
1.11 


228 

208 



XXIII. Pluie et neige. 1913. 



PERIODE 



Nombre 
de jours 



GENEVE 

Eau 
tombée 



Nombre 
d'heures 



SMNT-BERNARD 



Nombre 
de jours 



Eau [ Hauteur 
tombée | de la neige 



Décembre 1912. 
Janvier 1913. . . 

Février 

Mars. 

Avril 

Mai 

Juin 

Juillet 

Août 

Septembre 

Octobre 

Novembre 

Décembre 

Hiver 

Printemps 

Eté 

Automne : 

Année météorol 
Année civile .. . 





mm 






mm 


8 


40.0 


68 


10 


121.4 


17 


73.2 


91 


16 


157.5 


8 


30.7 


35 


7 


42.3 


9 


141.7 


83 


12 


151.8 


14 


57.1 


6S 


15 


188.0 


13 


69.0 


56 


11 


164.5 


11 


31.9 


25 


13 


98.0 


15 


75.8 


74 


10 


92.0 


10 


51.5 


40 


11 


78.2 


15 


96.2 


49 


13 


199.3 


16 


85.5 


53 


12 


99.7 


21 


143.5 


128 


17 


238.9 


10 


70.8 


41 


9 


133.2 



33 


143.9 


194 


33 


321.2 


36 


267.8 


■ 207 


38 


504.3 


36 


1.59.2 


139 


34 


268.2 


52 


325.2 


230 


42 


537.9 



cm 
152 

238 
58 
148 
179 
88 
28 
33 

58 

40 

238 

186 



448 

415 

61 

336 



157 

159 



896.1 770 
926.9 743 

I 



147 
146 



1631.6 
1643.4 



1260 
1294 



POUR GENÈVE ET LE GRAND SAINT-BERNARD 439 

Grand Saint-Bernard. — La direction du veut est observée 
à la girouette placée sur le nouveau bâtiment ; les observations 
se font trois fois par jour, eu estimant la vitesse du vent, 
autant que faire se peut, suivant la demi-échelle de Beaufort. 

Vu la situation de l'hospice sur le col, ou n'y observe que 
deux vents, ceux qui correspondent aux grands courants du 
NE et du SW. Le calme s'observe plus rarement qu'à Genève : 
il y en a eu cependant sensiblement plus que d'ordinaire cette 
année. Le tableau XXII fournit les résultats moyens de ces 
observations en ce qui concerne les deux courants, leurs rap- 
ports et les calmes. 

VL Pluie et neige 

Le tableau XXIII fournit, pour Genève, les données rela- 
tives à l'eau tombée et, pour le Grand Saint-Bernard, celles 
relatives à la fois à la ijluie et à la neige. 

Il convient donc de compléter ces données, en ce qui con- 
cerne Genève, en indiquant ci-après les hauteurs de neige 
mesurées en 1913 à l'observatoire: 

Neige a Genève en 1913 



UUl. 

1 


en janvier 


1913 


en 


1 jour 


9 


» février 


» 


)> 


2 jours 


4 


» décembre 


» 


» 


2 » 



10 dans l'année météor. en 3 jours 
14 » » civile » 5 » 



Il avait peu neigé depuis quatre ans à Genève. Il a encore 
moins neigé en 1913. 

Le tableau XXIV indique les écarts entre les moyennes de 
Plantamour et les totaux de 1913 pour le nombre de jours de 
pluie et pour la hauteur d'eau tombée, aux deux stations, dans 
les divers mois, les saisons et l'année. 

De même que 1912, 1913 est une année humide à Genève^ 
mais pas d'une façon remarquable, surtout comme quantité. 
Contrairement à ce qu'on constatait l'an dernier, en 1913 



440 RÉSUMÉ MÉTÉOROLOGIQUE 

XXIV. Ecarts avec les moyennes de précipitations. 1913. 



1 

PÉRIODE 


GE.NÈVE 
Jours de pluie E.ui tombée 


&RAND ST-BERNARD 
Jours de i)luie Eau tombée 


Décembre 1912. . . 

Janvier 1913 

Février 


- 1 
+ 7 



- 1 
+ 3 
+ 1 



+ ^ 


+ 5 
+ 4 
+ 10 
+ i 


+ 

+ 

+ 

+ 
1 


11.0 
24.4 

5.8 
94.5 

0.3 
10.2 
44.0 

5.0 
28.9 

1.9 
15.5 
69.5 
19.8 


+ 2 
+ 5 
_ 2 

+ î 

+ -i 

+ 3 
+ 1 
+ 2 
+ 4 
+ 2 
+ 7 
+ 1 


mm 

+ 48,3 
+ 28.4 

- 51.3 
+ 54.9 
+ 67.9 
f 44.4 

- 3.4 
+ 16.9 

- 7.6 
+ 83.3 

- 42.6 
+ 140.4 
1 60.1 


Mars 


Avril 


Mai 


Juin 

Juillet 


Août 


Septembre 

Octobre 


Novembre 

Décembre 


Hiver 


+ t3 
+ 3 
f 6 
+ 19 


+ 
+ 

+ 


7.6 
84.6 
67.9 
55.9 


+ 5 
+ 5 

+ 6 
+ 13 


+ 25.4 
+ 167.2 
+ 5 9 
+ 181.1 


Printemps 

Eté 

Automne 


Année météorol. . 
Année civile 


+ 34 
t 36 


+ 
+ 


80.2 
111.0 


+ 29 
+ 28 


+ 379.6 
+ 391.4 



l'année civile est un peu plus humide que l'année météorolo- 
gique. Comme fréquence de la pluie les deux années 1912 et 
1913 sont assez semblables, avec un excédent important de 
jours de pluie. Au Grand St-Bernard, les chiffres sont aussi 
analogues à ceux de 1912, avec un léger excédent comme quan- 
tité et un léger déficit comme fréquence. C'est d'ailleurs, 
comme la précédente, une année très pluvieuse à la montagne 
aux deux points de vue quantité et fréquence. 

Les mois les plus humides sont mars et novembre à Genève, 
le premier au point de vue relatif, le second au point de vue 
absolu. Au St-Bernard, novembre est le plus humide aux deux 
points de vue. Le mois le plus sec à Genève est février au point 
de vue absolu, juin au point de vue relatif. Au St-Bernard c'est 
février aux deux points de vue. 

La statistique de la pluie a été, comme d'ordinaire, dévelop- 
pée, pour Genève, dans les deux tableaux suivants : 

Le tableau XXV donne, pour chaque mois, la plus longue 
période de sécheresse, ou le nombre maximum de jours consé- 



POUR GENEVE ET LE GRAND SAINT-BERNARD 



441 











, 




"= 










s • 










â E 










S-E 


1 1 


1 1 1 1 1 1 1 ^ ^ -1 -H 


CO -f 






1 1 


1 1 1 1 I 1 1 














m 


"^ 








i-t 


3 








rt a 










W g 










P~ 








-^ 




1 

'm 


■o m 


f^CCt^-TtilOOCi-fSOO^O 


■r. 


5 1 




0< (N r-- CO fi p— 1 -^ 






03 


^ GO CO 


5>if~OCOOlrtOf^^(~-CO 


£^ 




S 








1 




g -^ Ci 


CO X) --C Ci -H Oi 1*1 '^ in --O îO 


•O 






^.>i— .-H--^,-HlOCOCO^ 












:c 














lO 


















S 


") 


* '^ 


R«^R-^/sRR^R^ 


O ' 




s 


; 




3 


m 


ô 


O — 


— IO^C0(N(^OOO^O 


— . — C 


a^ 2 








^~> — < 


P^g 








i 


J a: y 










0.^^, 




■Jl 




ce 


ï i 










= 5 f 




















-e 1 




o 




o " 


' 


■^ 


— î 




•— i 






-» n 


CO<N-*-*'rOCOC7CO(~-CO-« 


O î>> 










-f -r 










— 










_; 










o 










o 


P 






di 


^ 


'■^ 








Qh 










«l; 


> 






(>* ^ 


to 


p 








Ci 








-^ ^^ ~. — r^ Q, — V 


CS( 






yS m 


> •— * 


ai 




f-i 04 


— « 5-J F— ( .^~. (^f ^^ ^ o !« — 1 — X 








■6 -^ 


t^ 6 -o ■? ^^ V ■■? r Ci i '7 


5 






^ SSCSî2-ci!,S2-i£'ÎZ'2i-'~' îi- 


CO 


^ 








Oi 


« 




■/} 






•a 




5 ^ 


y^>^>^>^A>^>^*^y^A>v 


^ 


P-( 




• 2, 




^ 






co o 


r5iO-rfi-f-r^C^TjiO00-O 


'S' 








"^ 




ta 






lÔ~ 


s 


w 






-^ f^* 


Ci 


■A 






00 




a 






_ (>i CO 




a 










c:? 




,^ 


Ci ». ,— , 


w ^ 


•a 




lo 


f-' T ^ 2 "? 


Cii ' 


a 




6 


^ -5 S~ ^ "3 ^ ^ -r' "^ ^ 

■o c: ^ (>i Tt< — > - (Ni rH -^ -o 


,-1 X 


Q 




CO "3 








'-H o • ^H .^ -rt* 1 • ,i. »— < 


tZ3 




. O) 


■ OO'O. ,COT^^5»i00 , 


T3 .-^ 






CO <>< 


Ci Oi a-i —1 -o '^i ^^ ot ~-i '>t vj 


CO -r* 




^^ ^-^ 




O 




^ 




CO 'O 


3 




o " 


Âft«AftÂÂ*ft^A 




-M 

a. 






._:, » 




— r> 


Xloou'5a)Ci^^^cococcci 


—1 Ci 






'— ' 




^-' 
































oi '. 




















'o .' 


























t- 






Ci 0? 




















o <u 

2 ."S 


o 

S 




O) Ci 

-5 u 
















1> 

1 ^ 


0) 0) 

-5 -S 


S 'o 


•a 




s .2 


.i 






<D OJ 




3 '> 

al 


fc S <'î S 


J ii -- S -S 5 S 
a ~ <d H, 2 > S 
■g ■:; o ST o o su 

H, h, << 03 O Z Q 


•Il -ai 

a a 



442 RÉSUMÉ MÉTÉOROLOGIQUE 

cutifs sans pluie, et la plus longue période pluvieuse, ou le 
nombre maximum de jours consécutifs oii de la pluie a été 
recueillie. Les plus longues périodes de sécheresse sont en 
décembre 1912 et 1913 et en juin ; les plus longues périodes 
pluvieuses, en janvier et en septembre-octobre. 

Le même tableau indique le nombre de jours oîi la hauteur 
de la pluie mesurée a été inférieure à 1""" et à 74 de millimètre. 
Enfin, ce tableau donne le maximum de pluie recueilh chaque 
mois; le nombre de jours où la hauteur d'eau tombée a atteint 
ou dépassé 30 millimètres est de trois ou quatre cette année, 
un pour chacun des quatre derniers mois. Le total le plus 
remarquable est celui de 57""° le 14 septembre. 

Comme complément à ces indications, il sera intéressant de 
noter ici, comme précédemment, le relevé des plus violentes 
averses enregistrées durant un court espace de temps au plu- 
viomètre d'Usteri-Reinacher. 



Date 1913 






mm. 


minutes 


mm. par min, 


Juillet 


S 




2 


7 


3 


» 


30 




3 


10 


0.3 


Août 


9 




1.5 


1.5 


1.0 


» 


19 




9 


12 


0.75 


» 


» 


dont 


4 


2 


2.0 


Octobre 


5 




3 


6 


0.5 


» 


8 




3 


6 


0.5 


Novembre 


5 




3 


6 


0.5 


» 


6 




2 


5 


0.4 


» 


12 




2.5 


10 


0.25 


Décembre 


4 




5 


20 


0.25 



Sauf l'averse du 19 août, il n'y a aucune pluie violente, et 
les pluies un peu intenses sont moins fréquentes et moins accu- 
sées que d'ordinaire. 

Le tableau XXVI a pour but de permettre la comparaison 
des différents mois entre eux et des quatre saisons entre elles 
au point de vue des précipitations atmosphériques. Il est, à cet 
effet, calculé de façon à éliminer les inégales durées des mois 
et des saisons. On y trouve : 1° la durée relative de la pluie, 
ou la fraction obtenue en divisant le nombre d'heures de pluie 
par le nombre total d'heures de la période ; 2° le nombre 
moyen d'heures de pluie par jour de pluie, obtenu en divisant. 



POUR GENKVE ET LE GRAND SAINT-BERNARD 



u- 



XXVI. GENÈVE, 1913. 



PÉRIODE 


Durée relative 
de la pluie 


Nombre moyeu Eau tombée 
d'heures par jour dans 1 heure 


Décembre 1912 

Janvier 1913 

Février 


0.091 
0.122 
0.052 
0.112 
0.094 
0.075 
0.035 
0.099 
0.054 
0.068 
0.071 
0.178 
0.062 


h 

8.50 
5.35 
4.37 
9.22 
4.86 
4.81 
2.27 
4,93 
4.00 
3.27 
3.31 
6.09 
4.60 


mm 

0.59 
0.80 
0.88 
1.71 
0.84 
1.23 
1.28 
1.02 
1.29 
1.96 
1.61 
1.12 
1.54 


Mars 


-\vril 


Mai 


Juin 


Juillet 


Août 


Septembre 

Octobre 


Novembre 


Décembre 




Hiver 


0.090 
0.-094 
0.063 
0.105 


5.88 
5.75 
3.86 
4.42 


0.74 
1.29 
1.15 
1.41 


Printemps 


Eté 


Automne 




Année météorolog. . . 
Année civile ........ 


0.088 
0.085 


4 . 90 
4.67 


1.16 
1.25 



pour chaque période, le nombre d'heures de pluie par le nom- 
bre de jours de pluie ; 3'^ l'eau tombée dans une heure, obtenue 
en divisant la hauteur d'eau tombée durant la période par le 
nombre d'heures de pluie de la période; ce dernier chitïie 
représente donc l'intensité moyenne des chutes d'eau. 



Le tableau XXVII contient le relevé général des observa- 
tions faites dans les douze stations pluviométriques du canton 
de Genève et à l'observatoire. A Puplinge, Iss observations 
ont été malheureusement interrompues dui-ant les mois d'été 
et ont dû être complétées pour quelques autres mois, ce qui est 
indiqué par des chiffres entre parenthèses. Je profite de cette 
occasion pour adresser mes sincères remerciements aux douze 
observateurs qui continuent à nous fournir les hauteurs de 
pluie tombées sur notre petit territoire. 

Le toWeàw XZF7JJ fournit, d'une façon analogue, les hau- 
teurs de pluie et de neige tombées dans les quatre stations plu- 



444 



RESUME METEOROLOGIQUE 



> 

a 

;?; 
o 

25 
O 

a 



o 

H 



x! 
X 



— S" 


^^ 


-a 










s 








C0O'Xi0-Pr^^X)O-tiXi^>'>i 


in --0 C5 -^ 


■^ co 


e 


rt 


>, 


£ 


'>> lO -H 0( CTj co 00 -H o o» -o o »>» 


'GO in Ci o 


CO' co 


S 


o 


^ 


c 


COOOCOlOlrt'-O-riCjif-Osf^'NflO 


-t< f- o 'X 


(» -V 










— > T) '>* <>l 


Ci Ci 


ttt 




J3 
O 


















i>j GO «o f^ i^ o 'C m -^ o r-i ce lO 


'-0 O oi o 


•Xi -h 


S' 


a 


,a 


E 


(>t '^ -o o o 00 o <>> o o» -» <>i -o 


co — 1 co Si 


'C r-H 




o 


>-5 




lO in (>i lO o o co ce lO o o s>i -f 


co o.» -o OO 


CO 'O 


^ 


-* 




rH . — . ^ 


—<'>l ^ Q^t 


co GO 


c> 




■^ 




X) ÇTo^in 0> o GvJ (N o 1^ 


o -t^ -Tf 




•S 


a 


S 


E 


^' — i o "O T>) o 1 1 1 (» GO o K-5 


co co 1 co 


1 1 


& 


^ 


o 


C 


co-oco-ri^'-o oio-f-f 
















a. 




<i 










;î5 




- 




lO -f co xi r- o C5 t — f< co ce r> o 


w in o in 


(>i e- 


C) 


a 




s 


'>*•£) (^ o -o -" lO GC' -^ r-^ C« t tl 


-o f- -r; f^ 


r^ 00 




o 






co '-0 oi ■'n lO -o ro 'TO 't a. '-O — jrt 


(X in -jo f— 


(^> -f 


o 


^ 


M 




^ 




00 GC 


-0 




£ 




o (>J t^ t^ ^ o o> co lO '^* ic in 'X3 


Ci co 0^ o* 


r^ Ci 




c 


-ï 


c 


o co o -H r^ C-. -H lo ^ to lO co o 


co i^ cTi in 


«D CO 


S 


c^ 


r 


c 


-r' (.~ co ^ in -c co i^ lO 05 CC' -t" i~ 


-t< co in o» 


Ci '>* 


C5 


■^ 


^ 






— ( o» r-H co 


GO Oi 


V 








oj 'T ■*! o -o co 0^ — 1 --1 (>> '-O -fi ri 


o X -:)" C^ 


■* r-l 


r** 








X' co — 1 1^ o co -c r> — 1 oo lO GO :<j 




ri oi 


9l 


co 


cq 


s 


t>< '^ co co o lO co o -f 'X f- o lO 


'^* in -1* I-- 


CJi 0^* 












-^ Cv> ^ T^* 


t^ X) 


f^ 




m 










S 




rt 




lOlOOli— iCJi^OOX)lO-t<Cv*05 


Ci co -t< r-l 


o Tf 


~ 


= 


S 


-fi -r» (>^ o 'O t>i !N o 05 o lO -t" T»» 


CO CZ/ T»* O 


m 00 


s. 


m 


ra 




-r t^ co (X -r -o -f f^ lO cî> r~ co KO 


in CO (^ O 


co «^ 












-H Svi rM co 


00 XI 






m 














,^ 














S 




-t<-i-r^ oioxjci'+it^'^'— icrs-f 


m co o t- 


in in 


S 


H 


8 


e 


CO'j3-t"CO-+r^'^CO':D>^f^l^5;0 


-fi in 00 -yD 


-o Ci 




30 




ir 


lo (» -f" s^i f • in M 'O 'XJ t^ i> CO i~- 


GO in o co 














^ G^> ^ 'W 


00 Ci 


'^ 




oi 










Si 

s 

ta 




f 




o o X) in r-H 'O (>i — 1 5^ t-' co 'X) co 


-* c^ in CO 


'^ f- 




•s 


£ 


0-* XI (- r^ in in in a> -^ co in o» ers 


co X) co (» 


'::'* 


^ 


>-i 


^ 




inos^ti^ooino^'-o-^t^'Ocoin 


Ci in co (^ 




e 










.— ( '^ i— 1 (>* 




C<3 




S 










S 




■3 




co 1.0 C7i os in w (N> (^i t- r^ o Gc f— 


i^ -o 1— 1 in 


Ci CO 


e 


B 


c« 


S 


^^{^^<oa)C'>-*i©-^-^co^ 


o o co -t< 


co Ci 


«i 


>r: 


Ph 




-*iCOC0C05OOC000'»00t^'>JO 


co -o GO co 




13 


■^ 


J3 




^H '-H 


— «.-X ^ M 




O 




O 










m 








'.-- 'O o* a» oj X) t^ G5 c^ c» co o î- 


in Ci co h- 


■<+l -* 


rO 


a 




S 


r~r — ficoincof^coin-wiincocû 


Oi 04 i~ co 


co Cs> 




co 


PL, 


g 


'^ co co ^ o «o (N C5 o o «o ■>< «o 


co (- oo Ci 




8 


«5 




^H i-H >— < 






ë 




iJ 










s 
■» 


a 


>. 


E 
E 


oosoiXi-^cocoosr^co^oin 


c. co (>< ^ 

c» co in in 


co co 


o 

O 




S 


inococot-o-*ooinoocot- 


Ci (^ Ci Ci 




^ 


H 




r-l 1— 1 1— ( 1— 1 


rt og ^ <>* 




S!S 




^ 




in'^GviO'-cinoxGi-^cooi'* 


.— c co f^ -o 


Oi r-l 


Cl 


a 


= 


£ 


^f-lxi^Of^OCOOSQOin-fCO 


(^ O CO CO 


Oi ^ 




-n 


■— 


£r-&v<'*-^oot^>oo:ooî«ûcooo 


Tt< Ci r» Ci 












>— 1 1— ( 1— ( --1 


Sv! 0^ G^< Oi 




o 




" 








r-,^ 






S 




: co • 










2 : ?^" ?^ 


i &, 


OJ 


o q3 


c 




^ 




Oi ^ ■-' 












, S 


^ 


-a; > 


C3 


< 


ei3 

s 

O 




^ 0) 

o a t> - 
D -i >i< «== 




c 


►^ <; (/3 O ï^ Q 


S a 

^ > • 7- -CE 


S 


s 'S 

d a 



POUR GENEVE ET LE GRAND SAINT-BERNARD 



445 



XXVIII. Stations pluviométriques du val d'Entremont, 1913, 



station 
Altitude 



Martigny 
474" 

Pluie Neige 



Orsières 
900" 

Pluie Neigo 



Bourg-St-Pierre 
1630" 

Pluie Neige 



Gr. St-Bernard 
2476" 

Pluie Neige 



Dec. 1912. 
Jaav. 1913 
Février 
Mars . . 
Avril . 
Mai . . . 
Juin. . . 
Juillet. 
Août . 
Septembre 
< )ctobre 
Novembre 
Décembre 



mm 


om 


mm 


cm 


mm 


om 


mm 


42.5 


2 


29.0 


20 


20.2 


20 


121.4 


84.7 


20 


69.3 


59 


51.7 


54 


157.5 


27.8 


4 


8.7 


15 


12.0 


17 


42.3 


66.5 


4 


70.2 


10 


75.3 


74 


151.8 


40 1 


1 


38.0 


— 


47 3 


34 


188.0 


29.5 


— 


52.5 





55.3 


28 


164.5 


46.6 


— 


39.2 





63.9 


— 


98.0 


62.0 


— 


55.1 


— 


56 8 


— 


92 


54.2 


— 


50.4 


— 


52.5 


— 


78.2 


53.6 


— 


57.1 


— 


76.8 


— 


199.3 


24.9 


— 


40.5 


— 


76.0 


— 


99.7 


84.9 


— 


S8.4 


— 


74.9 


17 


238.9 


41 1 


1 


42.1 


5 


35. 1 


36 


133.2 



152 

238 
58 
148 
179 
88 
2f^ 
33 

58 

40 

238 

186 



Hiver. 
Printemps 

Eté 

Automne 



155 


26 


107.0 


94 


83.9 


91 


321.2 


136.1 


5 


160.7 


10 


177.9 


136 


504.3 


162.8 





144.7 


— 


173.2 


— 


268.2 


163.4 


— 


186.0 


— 


227.7 


17 


537.9 



448 

415 

61 

336 



An. met. 
Année civ 



617.3 
615.9 


81 
30 


598.4 
611.5 


104 

89 


662.7 

677.6 


244 

260 


1631.6 
1643.4 



1260 
1294 



viométriques qui existent le long du val d'Entremont. Je 
remercie aussi les observateurs dévoués de ces stations. 
Le tableau XXIX indique le nombre de jours d'orage ou 

XXIX. Orages. GENÈVE, 1918. 



PERIODE 

Décembre 1912 . 
Janvier 1913 . . , 
Février 


de 


Jours 
tonnerre. 

1 
1 
2 
4 
3 
■4 
3 
7 
1 
1 
1 


Jours d'éclairs 
sans tonnerre. 

1 

1 
2 
2 


Grêls 


Mars 







Avril 

Mai 




1 


Juin 






Juillet 

Août 

Septembre 




1 


Octobre 







Novembre . ... 
















S-- 
191' 




Année météorolo 
Année civile . . . 

Archives, t. XXXVII. — Mai 


27 
28 




6 
6 


2 
2 



446 RÉSUMÉ MÉTÉOROLOGIQUE 

jours de tonnerre à Genève, ainsi que le nombre de jours où des 
éclairs ont été vus à l'horizon sans que le bruit du tonnerre 
fût perceptible. Le nombre des jours d'orage est un peu supé- 
rieur, cette année, au nombre moyen déduit par Plantamour de 
la moyenne des années de 1846 à 1875 (25). Le mois le plus 
riche en orages a été, par exception, celui de septembre. Il y a 
eu de petites averses de grêle le 4 mai et le 29 août, mais sans 
dégâts. 

VIL Nébulosité 

La nébulosité s'exprime par les nombres de zéro à dix: zéro 
correspond à un ciel entièrement clair, dix à un ciel entière- 
ment couvert. La mesure de la nébulosité se fait, à Genève, 
aux six observations diurnes, au Grand Saint- Bernard, trois 
fois par jour. La moyenne de ces six, ou trois, observations, 
donne la moyenne diurne de la nébulosité, représentée par un 
chiffre sans fraction. Pour les mois, les saisons et l'année, la 
nébulosité est exprimée par la moyenne des nébulosités de tous 
les jours de la période. Le chiffre principal est alors accom- 
pagné de dixièmes. 

Dans le tahlean XXX, la nébulosité et l'état du ciel sont 
exprimés sous deux formes pour les deux stations : à la cin- 
quième colonne, par la nébulosité moyenne, puis, dans les 
quatre premières, par une classification des jours de la période 
eu clairs, peu nuageux, très nuageux et couverts. Ces désigna- 
tions comprennent les jours dont la nébulosité se mesure par un 
certain nombre des onze chiffres qui la représentent : les chif- 
fres 0, 1 et 2 correspondent aux jours clairs; 3, 4 et 5, aux 
jours peu nuageux; 6 et 7, aux jours très nuageux ; 8, 9 et 10, 
aux jours couverts. 

Le tableau XXXI fournit les écarts de la nébulosité aux 
deux stations par rapport aux moyennes calculées par Planta- 
mour sur les observations des années de 1847 à 1875 pour 
Genève, et de 1849 à 1866 pour le Grand Saint-Bernard. Ces 
moyennes figurent également dans le tableau, multipliées par 
10 pour les ramener à la nouvelle échelle adoptée depuis 
l'année 1901. 



POUR GENÈVE ET LE GRAND SAINT-BERNARD 
XXX. NÉBULOSITÉ. 1913. 



447 



PERIODE 



Joars 
clairs 



GENEVE 

Jours I Jours | Jours | Nêbulo- 

peu 1res cou- site 

nuag. | nuaij. | verls | mojenoe 



Jours 

clairs 



SAINT-BERNARD 

Jours I Jours 1 Jours 
peu 1res cou- 
Duag. I ouag. | lerts 



Dec. 1912... 
Janv. 1913.. 

Février 

Mars 

Avril 

Mai 

Juin 

Juillet 

Août 

Septembre . . 
Octobre . . . . 
Novembre . . 
Décembre . . 



Nébulo- 
sité 
oojeoDe 



4 


I 


7 


19 


7.8 


15 


7 


6 


3 








3 


28 


9.0 


8 


5 


7 


11 


S 


7 


3 


10 


5.1 


16 


3 


6 


3 


8 


8 


3 


12 


5.6 


13 


3 


2 


13 


3 


5 


8 


14 


6.8 


4 


6 


5 


15 


5 


10 


8 


8 


5.5 


6 


6 


3 


16 


6 


S 


8 


8 


5.5 


4 


6 


6 


14 


7 


9 


4 


11 


5.4 


6 


4 


8 


13 


13 


10 


4 


4 


3.7 


12 





4 


10 


6 


9 


8 


7 


5.3 


10 


1 


6 


13 


5 


8 


6 


12 


5.9 


11 


4 





16 


1 


9 


4 


16 


7.0 


6 


5 


5 


14 


7 





5 


19 


7.0 


14 


7 


3 


7 



3.4 
5.7 
3.0 
5.1 

7.0 
6.5 
6.7 



5.8 
5.5 
6.5 
4.0 



Hiver 

Printemps. . 

Eté 

Automne . . . 



12 
16 
26 
12 



23 

27 
26 



13 
19 
16 
18 



57 
34 
23 
35 



7.3 
6.0 
4.9 
6.1 



39 
23 
22 

27 



15 
15 
15 

10 



19 
10 
18 
11 



17 
44 
37 
43 



4.0 
6.2 

6.0 
5.9 



Année met. . 
» civile. 



66 
69 



84 
83 



66 
64 



149 
149 



6.1 

6.0 



111 
110 



55 

55 



58" 
55 



141 
145 



5.5 

5.6 



XXXI. Écarts de la nébulosité. 1913. 





PÉRIODE 


GENÈVE 

Moyennes 1 Ecarts 
1847-1875 1 pour 1913 


SAINT-BERNARD 

Moyennes 1 Ecarts 
1846-1807 1 pour 1913 




Décembre 1912. . . . 
Janvier 1913 


S . ;; 
7.9 
6.7 
6.1 
5.8 
5.8 
5.4 
4.4 
4.7 
4.9 
6.9 
7.8 
8.3 


- 0.5 
+ l.l 

- 1.6 

- 0.5 
+ 1.0 

- 0.3 
+ 0.1 
+ 1.0 

- 1.0 
+ 0.4 

- 1.0 

- 0.8 

- 1.3 


4.5 

5.0 ' 

5.3 

5.9 

6.7 

6.9 

6.5 

5.5 

5.8 

5.8 

6.1 

5.4 

4.5 


- 1.1 

+ 0.7 

- 2.3 

- 0.8 
+ 0.3 

- 0.4 
+ 0.2 
+ 0.9 

- 0.9 
0.0 

- 0.6 

+ 1.1 

- 0.5 




Mars 












Juin 




Juillet 




Août 




Septembre 

Octobre 




Novembre 




Décembre 








Hiver 


7.7 
5.9 
4.8 
6.6 


- 0.4 
+ 0.1 
+ 0.1 

- 0.5 


4.9 
6.5 
5.9 
5.8 


- 0.9 

- 0.3 
+ 0.1 
+ 0.1 




Printemps 

Eté 




Automne 








Année météorolog. . 
Année civile 


6.2 
6.2 


- 0.1 

- 0.2 


5.8 

5.8 


- 0.3 

- 0.2 



448 



RESUME METEOROLOGIQUE 



L'année 1912 avait été, au point de vue des nuages, une 
année normale à Genève, un peu trop nuageuse au St-Bernard. 
L'année 1913 a été un peu moins nuageuse que la normale aux 
deux stations, surtout au St-Bernard. 

A Genève, l'hiver et l'automne ont été relativement clairs, 
surtout les mois de février et de décembre 1913. Les mois 
les plus nébuleux, relativement, ont été ceux de janvier, d'avril 
et de juillet. 

Au St-Bernard l'hiver a été clair et le printemps aussi. 
Le mois le plus clair a été février. Novembre, qui a été clair à 
Genève, a été très nuageux au St-Bernard, mais au point de 
vue absolu la nébulosité maximum correspond à avril. 

Le tahleau XXXII donne, pour Genève, le nombre de jours 
de brouillard observés. Il y en a toujours moins que la moyenne, 
comme de 1909 à 1912. Il y en a pourtant un peu plus que 
l'année précédente. Les cas de brouillard persistant toute la 
journée n'ont été observés qu'aux deux mois de décembre. 

XXXII. Brouillard. GENÈVE, 1913. 



PÉRIODE 

Décembre 1912 . . . 

Janvier 1913 

Février 


Brouillard 
tout le jour 

4 

'. 2 


Brouillard 

une partie 

de la journée 

1 
3 
3 

1 
2 

5 
5 
4 


Nombre 
total 

5 
3 
3 


Mars 

Avril 




Mai 


— 


Juillet 

Août 

Septembre 

Octobre 


1 
2 

5 


Novembre 


5 


Décembre 


6 


Année météorolog. 
Année civile 


4 
2 


20 
23 


24 
25 



VIII. Durée d'insolation 



Les deux héliographes installés à l'observatoire en 1896 et 
en 1909 ont fonctionné parallèlement toute l'année ; les deux 
tableaux XXXIII et XXZ/ F fournissent, heure par heure, la 



POUR GENÈVE ET LE GRAND SAINT-BERNARD 



449 



1 


» 


J3 r-H X) -H o es 70 «) 00 t- 05 c^ co «5 


iO Ci --H (>J 

a- !>j X) lo 


-H lO 


= '-3 


^o-ti-*M<-x>-oio^--^co— 1^ 


—MCi --o co 


9 S 
3 s 


aiX)or^oc5-f'ti'X)u'5 35irt-ti 


(- o -o Oi ' 

lO o --O Ci 
i^ 00 -»— 1 

-H -^ 'O ce 


X CO 

X ifî 
o '>J 


_ lO -f Irt 'O XI -H -M !>< Oi T5 lO -^ (N 




oc 


^ 1 1 1 1 1 1 1 1 1 i 1 M 


1 1 M 


1 1 


c- 

o 


^ 1 1 1 1 1"^^'^.'". 1 1 1 1 

tN M co ce 


1 »o ^r 1 

a>< ci 


Ci Ci 
— ( ^^ 


te 




1 M f~- Ci 

lO C'i i^i 

>— 1 -r 


X X 

o o 




1 |rt<C<0f^f^X3lOtD'-HCCeO 1 


M< t^ Ci I- 

^ OO Cl ^ 
o< -f (>J 


c; o 


^ — 1 -rf X) lO lO -+I a> lO -o o 


co ■» ri o co -f !>i lO X o 10 t- -n 


-1< j~- o o 

-^ CO I» o 

— < 'a* lO -f 


o Ci 

o d 

■o lO 




eo 


^ 'N» — ' o -T cv 1^ irs lO ^ (^ lO (^ ■>* 


— iovDr--ocot^(-X)( — Ticoco 


t^ -a î^i -f 

X) to lO ^' 
Cv< ^ lO -fl 






î 


iCiCOf-f^Oi^O'MOCOOSlOiT'» 


•o ce M r~ 

o o Ci r^ 

CO irt lO -fi 


X lO 

^ CO 

X X 


JS "O lO 00 >0 lO Os C7> t- CO -D «û 70 CO 




35 f~ t~ es O O» 'O -O -O O O t'- f^ 


ce î^ X (^ 

x o r- o 

Cv* lO lO -f 


UO CO 

r- X 


ïï 


^ -t< -* to lO -f O X) irt co -O r^ t— '■» 


•H 

O 

o 


-o o T -^ '>^ — 1 ~i co ( fi T>» -r cr- 


o Ci o o 

o Ci 'X o 
o( -ri lO -fi 


X -H 

-i- I-' 


,a r- s>> -O -f -43 Ci r> f i -o -o ( ~ Ci 


t» (^i 'O co 1^ o O; r-^ o Ci 7D Oi VD 


-û o — 1 -o 

^ CO lO lO 
!>« 1/5 lO CO 


CO CO 


J= Tfi i^î co r^ o <» t^ t^ O in co lO co 


!^ -!l< ÎO 5>» CO o o -JD — 1 TO 'T'* o Ci 


■^ lO (^ irt 

X X -o Ci 
^ -9< KO ■>< 


-H CO 

CO «o 
lO lO 

Ci Ci 
CO ^' 


^ M -^ ^ CO --O Ci Ci f^ O lO Ci iTÎ àO 


1 1 o Ci -/j ^ ^ t — f To -H ir: o 


iC X '>< 't* 

m lo CO oi 

-Tl LO -H 




|ï 


.a lO c* ce Ci t-- lO c — 1 -f lo -- 

„ _ — 1 — . — ( (N rH 


œ 


1 1 Ci ^ f^ W •-£> (^< 00 Ci 'û Gv< 1 

.a Ol0^'O-+iC0X)i0OO 


Ci o -o <- 

o CO 'O -o 

CO -*i 


(-' r-' 

X X 


■-0 
o 


1 1 1 1 ^ UO ^ t~ co co 1 1 1 

1* Q-t O (~- ^- o 


1 -n --■ CO 
-o IC o 


o o 


- 1 1 1 1 i2;;-2 M 1 1 1 


'2^- ' 


■JD -o 


1 


^ 1 ! 1 1 1"'.-". 1 ! 1 1 1 1 


r '. ^ 1 


CO CO 

d d 








•V su 

a a 
a a 

<< 










i-' ^ 


01 

o 


E 
c 
£ 

-Ce 


1 

) 


0^ 2 • ' 

::r; Ci .- • 

o a > ^ '^ 
■d) " -a) ^ > 

Q 1-^ tïH <5 < 




■ 0) _ 


Il i i 

m o o •<!) 

.75 O ;;« Q 



450 



RESUME METEOROLOGIQUE 






o 



> 

'H 

;^ 
O 

o 

O 



> 
I— I 

X 
X! 
X 



« 2 



<>i '-O ^^ (^ ■£ GO Oi (^ O) f- (>» — " '-0 

rt' i-< lO lO >o 00 00 i- 00 m -^ (N O» 



1— iOCOCvJt^lCf^'N>n9^'-^COO 

ja o 'jd o i^ lO co (~ n^j ce 'i> î^ as f— 
lO ce -^ )D ^- in lO «■« £-~ t- ce -o «o 

1— IrH^OviOvJO^C-JrH'H 



lO o c^ -ri 
o <N o o 



o t~ >J C5 -f co 
^ C5 o -^ es o 



f i~~ ^- iCi ce Oi 



I I 



^ -^ lO — 1 -rf 0> o (^ 1» '>J co 



oscvjt^osioovjcof-r-i 



. c<5 to oo ■» o o irt ce . 



' <yo o o 
; lO es t— 



— 1 lo lO -f 'O o 'O os -o 



^ t^ co 

^ CO 'O ' 



fO ^H -T ■* t^ 



1 r^i o 

CO t^ 00 i 



Os (^ VD o 



,-H ^-1 -J '>< ' 



-r co t— 

--C '^l i— 



os O ■ 

X> es ■ 



I OS £-- 1 



c» r- O 
ic co 'JD 






lO -^ I 
oo o» ' 



^H r— I --< (X 



!^ O OS (>» lO O i 



-d (^i ,— ( OS -f ) 



I os co ' 
I co f-" 



o o 

0( f^ 



-t< Os I 



^ r^ ^ OJ 









'jO -o -f ■ 
f-~ co '^ I 



I I 



o o 



iT^ o -^ 

co t~ co 



1 f>J -^ 

I tN O 



I I 



O r- > 



___'^>"!-'-0 57oO-a> 



M •£> 00 f 



-V -r»* -^ tO 
<UD o co C'> 



o co 



00 o (^ ce 



05 £^ co os 

co -fi co -f 

co lO lO -Tl 



o ""-C lO lO 



«o co i:^ os 

. — I ^^ ^H -t" 

co lO -jO -t< 



(- (- -î: iTJ 



r~ ^} <o — I 



■r> lO co i>j 



»o t-- t^ (X 



o ^ co -^ 

CvJ o lO (T^i 



1 co 


•-0 


^ 




co 


1 co 


co 


1 




co 




1 o 


-o 


1 


--^ 


Svj 





S £ a -^ 






O (M 



CO CO 
O O 



O o 



co 'O 

co co 



<î<; 



POUR GENÈVE ET LE GRAND SAINT-BERNARD 451 

marche diurne de la durée d'insolation indiquée par les deux 
instruments, aux divers mois, saisons et dans l'année 1913, la 
dix-septième où ces observations se font à Genève avec le plus 
ancien des deux. Les deux dernières colonnes des tableaux 
donnent la durée totale d'insolation et la moyenne diurne pour 
les différentes périodes de l'année. 

De même que 1912, 1913 fournit un total d'heures d'insola- 
tion inférieur à la moyenne des quinze années de 1897 à 1911 
qui est de 1738 heures à l'ancien liéliographe. Le déficit est 
de 129 heures, supérieur à celui de l'année dernière, mais ce 
n'est pas un minimum, car on ne comptait que 1548 heures en 
1897, et 1601 en 1910. 

Le déficit provient surtout de l'été qui a un déficit de 
120 heures par rapport à la moyenne (747 h.). Le printemps 
et l'automne sont à peu près normaux, surtout le printemps. 
En 1912 le déficit était encore plus grand en été et en automne, 
et le total peu supérieur à celui de cette année-ci. 

Le maximum absolu d'insolation correspond cette année au 
mois d'août, quoique le nombre d'heures d'insolation soit infé- 
rieur à la moyenne de quinze ans. Le minimum absolu est eu 
janvier. 

Le total général du tableau XXXIV dépasse de 340 heures 
celui du tableau XXXIIL C'est un peu moins qu'en 1912, mais 
cela fait encore tout près d'une heure par jour. Le temps n'a 
pas été très clair en 1912, et les troubles atmosphériques cons- 
tatés depuis 1912 peuvent expliquer, cette année encore, la diffé- 
rence d'heures de soleil enregistrées aux deux appareils qui 
sont de sensibilité difterente. 

Le tableau XXXV est destiné à faire ressortir la différence 
entre la durée d'insolation du matin et celle de l'après-midi. 
Comme l'appareil est réglé sur le temps solaire vrai, les durées 
devraient être égales théoriquement, mais, en pratique, elles 
sont différentes. Le tableau les donne pour les deux héliogra- 
phes, et il donne aussi la différence soir — matin de deux façons, 
en heures et en pour cent du total d'heures d'insolation. 

L'excédent d'insolation du soir par rapport au matin est 
maximum en hiver et en automne, comme c'est le cas en géné- 
ral à Genève. Pour les deux autres saisons, la différence est 



452 



RESUME METEOROLOGIQUE 



XXXV. Durée d'insolation avant et après midi. 
GENÈVE, 1913. 



PERIODE 



MATIN 
Nombre d'heures 



Ane. H. Nouv.H. 



SOIR 
Nombre d'heures 



Ane. H. Nouv.H. 



DIFFERENCE 
Soir — Matin 



nombre d'heures 



Ane. H. INouv. H. 



Auc. H. Kouv. H. 



Décembre 1912 
Janvier 1913. . 

Février 

Mars 

Avril 

Mai 

Jiiiu 

Juillet 

Août 

Septembre . . . . 

Octobre 

Novembre . . . . 
Décembre 

Hiver 

Printemps . . . . 

Eté 

Automne 



15.1 


22.2 


20.8 


27.9 


+ 5.7 


+ 5.7 


+15.9 


9.6 


16.4 


15.2 


19.6 


+ 5.6 


+ 3.2 


■{■22.6 


47.7 


56.9 


67.3 


83.4 


+ 19.6 


+26.5 


+17.0 


63.1 


73.9 


63.6 


83.3 


+ 0,5 


+ 9.4 


+ 0.4 


79.8 


91.7 


68.2 


84.0 


-11.6 


- / . / 


- 7.8 


106.0 


128.7 


105.9 


124.8 


- 0.1 


- 3.9 


O.U 


102.0 


1.34.2 


1U2.4 


123.5 


+ 0.4 


-10.7 


+ 0.2 


89.5 


111.1 


92.9 


111.1 


+ 3.4 


0.0 


+ 1.8 


108.3 


127.7 


131.5 


145.8 


+23.2 


+18.1 


+ 9.7 


65.6 


81.2 


83.9 


95.(1 


+ 18.3 


+13.8 


+12.2 


43.9 


56.1 


72.0 


81.0 


+2S.1 


+24.9 


+24.2 


22.0 


30.2 


32.5 


39.1 


+10.5 


+ 8.9 


+19.3 


25.6 


35.2 


26.8 


31.8 


+ 1.2 


- 3.4 


+ 2 3 



+11.4 

+ 8 9 
+18.9 
+ 6.U 

- 4.4 
-1.5 

- 4.2 

u.o 

+ 6.6 
+ 7.8 
+ 1S.;> 
+12.8 

- 5.1 



72.4 


. 95.5 


103.3 


130.9 


+30.9 


+35.4 


+17.6 


248.9 


294.3 


237.7 


292 . 1 


-11.2 


- 2.2 


- 2.3 


299.8 


373.0 


326.8 


3ï(0.4 


+27.0 


+ ~.4 


+ 4.3 


131.5 


167.5 


188.4 


215.1 


+56.9 


+47.6 


+17.8 



+15.6 
- r).4 
+ i.u 
+12.4 



Année met. . 
Année civile 



i52.6 
(63.1 



930.3 
943.3 



856.2 
862.2 



1018.5 


+103.6 


+8S.2 


+ 6.4 


1U22.4 


+ 99.1 


+79.1 


+ 6.1 



+ 4.5 

+ 4.0 



faible. Elle est dans le même sens eu été qu'en hiver à l'ancien 
héliographe. Elle est en sens contraire au printemps à cet 
appareil ; elle l'est aussi dans certains mois du printemps et de 
l'été au nouvel héliographe. 

Le tableau XXXVI a été constitué, comme les années précé- 
dentes, pour faire ressortir, entre la nébulosité et la durée 
d'insolation, la relation établie par Billwiller^ qui avait trouvé 
que la valeur de la nébulosité moyenne d'une période est, à 
peu de chose près, égale au rapport entre les heures de non- 
insolation {t—ï) et le total d'heures d'insolation théoriquement 
possible {t). 

Les colonnes du tableau XXXVI s'expliquent ainsi facile- 

t—i 
ment. Le rapport — j- a été multiplié par dix, afin d'être rendu 



^ Archives, 1889, t. XXI, p. 404. 



POUR GENEVE ET LE GRAND SAINT-BERNARD 



453 



XXXVI. Comparaison de la durée de la non -insolation 

A LA nébulosité MOYENNE. GENÈVE, 1913. 



PERIODE 



Durée théorique 
d'insolation 




Héliogiaphe 



Nébulosité 
moyenne 



Différence 

Héliographe 

3Dciea DOuteju 



Décembre 1912 
Jan%'ier 1913 . 

Février 

Mars 

Avril 

Mai 

Juin 

Juillet 

Août 

Septembre . . . 

Octobre 

Novembre . . . . 
Décembre .... 

Hiver 

Printemps . . . . 

Eté 

Automne 



Il 
270 
2S2 
291 
371 
408 
465 
471 
475 
437 
375 
338 
284 
270 



8.7 


8.1 


9.1 


8.7 


(5.1 


5.2 


6.6 


5.8 


6.4 


5.7 


5.4 


4.5 


5.7 


4.5 


6.2 


5.3 


4.5 


3.7 


6.0 


5.3 


6.6 


5.9 


8.1 


7.6 


8.1 


7.5 



7.8 
9.0 
5.1 
5.6 
6.8 
5.5 
5.0 
5.4 
3.7 
5.3 
5.9 
7.0 
7.0 



+ 0.9 


+ 0.1 


+ 1.0 


+ 1.0 


-0.4 


- 0.1 


+ 0.2 


+ 0.8 


+ 0.8 


+ 0.7 


+ 0.7 


+ 1.1 


+ 1.1 



+ 0.3 
-0.3 
+ 0.1 
0.2 
1.1 
1.0 
1.0 
0.1 
0.0 
0.0 
0.0 
0.6 
0.5 



843 
1244 
1383 

997 



7.9 


7.3 


6.1 


5.3 


5.5 


4.6 


6. S 


6.2 

1 



7.3 
6.0 
4.9 
6.1 



+ 0.6 
4- 0.1 
+ 0.6 
+ 0.7 



0.0 
- 0.7 
-03 
+ 0.1 



Année met . . . 
Année civile . . 



4467 
4467 



6.4 
6.4 



o.t) 
5.6 



6. 1 
6.0 



+ 0.3 
+ 0.4 



- 0.5 

- 0.4 



comparable à la nébulosité moyenne de chaque période, dont 
les valeurs ont été empruntées au tableau XXX. 

La relation de Billwiller ne correspond pas beaucoup mieux, 
cette année, que les quatre précédentes aux indications fournies 
par les héliographes. Elle correspond cependant mieux, cette 
année, à celles du! nouveau qu'à celles de l'ancien, contraire- 
ment à ce que je constatais l'année dernière. 

L'enregistreur d'insolation du château du Crest, à Jussy, 
dont M. Jules Micheli veut bien nous communiquer régulière- 
ment les résultats d'observation, a fourni, en 1913, les durées 
d'insolation du tableau XXXVII. 

Le total annuel d'heures d'insolation à Jussy est, cette 
année encore, un peu inférieur à ce qu'il est à l'observatoire, 
en comparant naturellement les chiffres du tableau XXXVII à 



454 



RESUME METEOROLOGIQUE, ETC. 



XXXVII. Durée d'insolation a Jussy, 1913. 







h. 




h. 


Décembre 


1912 


48.1 


Juin 1913 


189.2 


Janvier 1913 


20.1 


Juillet 


169.7 


Février 




122.3 


Août 


223.0 


Mars 




124.9 


Septembre 


129.0 


Avril 




138.7 


Octobre 


105. 4 


Mai 




222.4 


Novembre 
Décembre 


49.5 
48.5 


Hiver 




190.5 


Eté 


581. 9 


Printemps 




486.0 


Automne 


283.9 


Année météor. 


1542.3 


Année civ. 


1542.7 



ceux du tableau XXXIII (ancien héliographe). Cependant en 
hiver il y a eu plus de soleil à Jussy qu'à Genève. Au printemps 
les chiffres sont égaux. En été et en automne il y a eu moins 
de soleil à Jussy. 



COMPTE RENDU DE LA SÉANCE 

DE LA 

SOCIÉTÉ SUISSE DE CHIMIE 

tenue à Neuchâtel le 2 mai 1914 

Président : M. le Prof. L. Pelet (Lausanne) 
Secrétaire : M. le D"^ G. von Weisse (Lausanne) 



Hommage à M. A. Werner. — Partie administrative. — A. Haller. Action 
de l'amidure de sodium sur les allyl-dialcoyl-acétophénones. — F. Kehr- 
mann. Les carbonates d'oxonium. — M. Bouvier. Nouvelles observations 
sur le goudron du vide. — W.-I. Baragiola. Les états de combinaison 
du soufre dans le vin. — J. Dubski. L'isomérie de valence appliquée aux 
composés halogènes hétérogènes. — E. Briner. Sur le mécanisme de 
l'action chimique des décharges électriques. — M. Skossarewsky. Sur 
quelques propriétés des solutions de l'acétylène et de ses dérivés dans 
l'ammoniaque liquide. — F. Fichter. Essai d'une théorie du chargement 
de la soie par le chlorure stannique. — G. Jantsch. Etude des sels des 
terres rares avec les acides oxydicarboniques. — E. Ferrario. aj Oxydation 
des dérivés organomagnésieus. b) Sur les ti-iaryl-méthyl-diphénylamines 
de Wieland. 



M. le prof. Billeter, de l'Université de Neuchâtel, souhaite la 
bienvenue aux membres présents, puis le président prend la 
parole pour une allocution en l'honneur de M. le prof. Alfred 
Werner, lauréat du prix Nobel pour la chimie en 1913. Un 
médaillon en bronze à l'effig-ie de Werner, œuvre de M. James 
Vibert, est remise au lauréat. M. le prof. Fichter, de Bâle, expose 
dans une conférence intéressante l'œuvre de Werner. Ce dernier 
reçoit encore les félicitations de M. Haller, de Paris, soit comme 
compatriote, soit au nom des chimistes français, et celles de 
M. Noeltinff au nom des chimistes alsaciens. Il est ensuite donné 



456 SOCIÉTÉ SUISSE DE CHIMIE 

lecture de lettres et télégrammes envoyés par MM. Hantzsch, 
Lung-e, Bosshard, Gnehm, etc. 

M. Werner remercie en termes chaleureux la Société de l'hom- 
mage qui lui est fait ; il expose ensuite l'ensemble de ses derniers 
travaux sur le dédoublement de corps inorganiques ne contenant 
pas d'azote (complexes du cobalt, rhodium et autres métaux) et 
l'obtention de leurs modifications optiquement actives. 

Il est procédé à l'admission de 59 nouveaux membres. Parmi 
les anciens se sont produits trois décès et quatre démissions ; le 
nombre total des membres a ainsi augmenté de cinquante-deux 
depuis septembre 1913. Il dépasse actuellement 400. 

MM. Guje, Werner et Fichter proposent que le comité étudie 
la revision des statuts de la Société suisse de Chimie en vue de 
son inscription au Registre suisse du Commerce. Ils motivent 
cette proposition par le nombre important des membres ainsi que 
par la prospérité financière de la Société. A cette fin, selon le 
Code fédéral des obligations, la Société devrait avoir un siège 
fixe. Aarau est proposé comme tel. La question est renvoyée au 
Comité, qui soumettra ses propositions à l'assemblée d'été 1914. 

M. Emile Ador met à la disposition de la Société trois exem- 
plaires des œuvres complètes de Marignac qui, selon le désir du 
donateur, seront joints aux trois premiers prix que la Société 
aura à décerner. 

Un prix de 200 francs est décerné et remis à M. Maurice 
Bouvier avec le premier exemplaire des œuvres de Marignac. en 
reconnaissance de son travail sur les produits de distillation de la 
houille dans le vide, exécuté en collaboration avec M. le prof. 
Pictet. 

Il est communiqué à l'assemblée que la prochaine séance aura 
lieu à Berne au commencement de septembre, en même temps 
que la réunion de la Société Helvétique des Sciences naturelles. 

A titre d'information, le président annonce qu'un nouveau 
périodique, la SchweizeriscJie Cheniiker-Zeitung, vient d'être 
créé sous la rédaction du D' Hugo Winkler à Zurich. 



COMMUNICATIONS SCIENTIFIQUES 

A. Haller et E. Bauer (Paris). — Action de l'aniidure de 
sodium sur les allyl-dialcoyl-acétophénones. Méthode géné- 
rale de synthèse des trialcoylpyrrolidones. 

Au cours d'un travail antérieur \ les auteurs avaient constaté que 

' Comptes rendus 148, 71. 



SOCIÉTÉ SUISSE DE CHIMIE 457 

les trialcoylacétophénones, en solution dans les carbures benzéni- 
ques et sous l'action de l'amidure de sodium à chaud, se dédou- 
blent en benzène et amide trialcoylacétique. Les allyl-dialcoyl- 
acétophénones, par contre, sont considérablement plus stables 
vis-à-vis de l'amidure de sodium et, comme il a été établi récem- 
ment, ne se scindent qu'en solution très concentrée. 

Le produit obtenu avec la diméthyl-allylacétophénone est un 
corps qui fond à 92° et dont la formule brute (C^H^gON) corres- 
pond bien à l'amide (CH3)2(C3H5)C-CONH2 qui devrait se former 
suivant la réaction g-énérale établie pour les trialcoylacétophé- 
nones. Il ne présente toutefois aucun des caractères fonctionnels 
d'une amide, et les auteurs ont envisagé la possibilité de se 
trouver en présence d'un corps cyclique, soit de la 3, 3, 5-trimé- 
thylpyrrolidone-2 ou de la 3, 3-diméthylpipéridone-2. 

CH, 



CH >C, ^CH, -^>C^ \CH, 



CO^yCHCHs CO^^CH, 

NH NH 

qui sont respectivement les lactames des acides aa-diméthyl- 
-^-aminovalérianique et aa-diméthyl-o-aminovalérianique 

CH3 CH3 

CH3-CH-C-COOH CH,-CH,-CHo-C-COOH 

I \ I " " " \. 

NHo CH, NH, CHa 



Le corps fondant à 92°, stable vis-à-vis de la potasse alcooli- 
que, subit une rupture de son noyau sous l'action de l'acide chlor- 
hydrique à 120° ; il donne naissance à un chlorhydrate cristallisé, 
dont la solution aqueuse précipite l'acide chloroplatinique et qui 
se comporte comme le dérivé analog-ue de l'acide aa-diméthyl- 
Y-aminobutyrique de Biaise ^. 

Les auteurs ont en outre préparé: 1" le chlorhydrate et le chloro- 
platinate de l'éther de l'amino-acide ; 2° le dérivé N-méthylé du 
lactame ; 3° par oxydation au moyen du permang-anate, un pro- 
duit que l'on peut transformer en acide mésitonique, ce qui est 
incompatible avec la formule pipéridonique ; 4° par oxydation au 
moyen de l'acide nitrique, l'acide diméthylmalonique, que l'on 
obtient éf!;'alement en partant de l'acide mésitonique. 

* Bull. Soc. chim., 3* série, 21, 545). 



458 



SOCIETE SUISSE DE CHIMIE 



La nature pyrrolidonique du produit est ainsi démontrée. Pour 
identifier ce corps avec la 3,3,5 - triméthylpyrrolidone- 2, les 
auteurs ont procédé à la synthèse de ce dernier composé en 
partant de l'acide mésitonique préparé par la méthode de Lap- 
worth au moyen de l'oxyde de mésityle. Le produit obtenu est 
identique au corps fondant à 92°. 

11 est ainsi établi que l'action de l'amidure de sodium sur les 
allylacétophénones dialcoylées conduit à la synthèse de produits 
pyrrolidoniques trialcoylés et les auteurs se proposent d'en pré- 
parer quelques représentants par cette nouvelle méthode. 



F. Kehrmann, a. Bohn et M. La.da (Lausanne). — Les carbo- 
nates d'oxoniani . 

On obtient ces corps par double décomposition des chlorures 
correspondants avec le bicarbonate de potassium. Le chlorure de 
la formule IV est celui qui fournit le plus facilement un carbo- 
nate. 



CH3O 



'COOCH, 




OCH3 



'COOCH, 





OCH, 



k/^OCHj 




IV 



SOCIÉTÉ SUISSE DE CHIMIE 459 

Les chlorures, traités en solution aqueuse diluée et à basse 
température par un léger excès d'oxyde d'argent, se convertissent 
en bases oxonium libres, solubles dans l'eau avec une réaction 
alcaline et possédant la même couleur et la même saveur amère 
que les chlorures. 

Lorsqu'on essaye d'isoler ces bases par concentration de leur 
solution aqueuse, elles se décomposent en se transformant, soit 
en lactones (I, II, IV), soit en carbinol (III) incolores et inso- 
lubles dans l'eau, 

A. PicTET et M. BouviEK (Genève). — Nouvelles observations 
sur le goudron du vide. 

Dans une précédente communication, les auteurs ont montré 
que, lorsqu'on distille la houille sous pression réduite (12 à 15 mm.) 
et à une température ne dépassant pas 450°, on obtient des eaux 
à réaction acide (1,5 7o) ^t un g-oudron (4 7o) ^o^'t différent du 
g-oudron ordinaire. 

Ce goudron du vide ne contient pas de substances aromatiques, 
pas de phénols, mais bien des hydrocarbures hydroaromatiques, 
des alcools, et une certaine quantité de bases parmi lesquelles les 
bases secondaires semblent prédominer. Il doit être considéré 
comme un produit intermédiaire de la formation du g-oudron 
ordinaire, car il donne celui-ci par décomposition pyrog-énée au 
rouge vif. Deux hydrocarbures, Cj^^H^^ et C^^^Hj,, en ont déjà été 
isolés et reconnus pour identiques à des hydrocarbures retirés 
par Mabery du pétrole de Canada; G^^Hj^ est le 1, 2, 4, 5-tétra- 
méthylcyclohexane, G^^H^g est probablement un pentaméthyl- 
cyclohexane. Il y a aussi dans le g-oudron du vide beaucoup de 
carbures non saturés. 

La suite de ce travail a été grandement facilité par la « Gesell- 
schaft fiir chemische Industrie», à Bâle, qui a bien voulu prépa- 
rer à cette intention une soixantaine de kilos de goudron du vide. 

Les auteurs ont dès lors: 1° complété la série des hydrocar- 
bures satui'és ; %" commencé l'étude des alcools. 

Les hydrocarbures. Dans les fractions supérieures à G^^H^^, 
deux nouveaux carbures saturés ont été isolés ; ils possèdent tous 
deux la formule G^gH^^ et sont peut-être des hexaméthylcy- 
clohexanes stéréoisomères. Dans une fraction inférieure à G^^Hg^ 
on a isolé un carbure GgH^g, qui est probablement un triméthyl- 
cyclohexane. Sans avoir pu encore établir la constitution de ces 
nouveaux carbures, les auteurs ont, ici encore, constaté leur iden- 
tité avec trois autres carbures retirés par Mabery des pétroles 
du Ganada et de la Galifornie ; cela confirme leur idée d'une rela- 
tion entre la houille et le pétrole. Voici quelles sont les propriétés 
des cinq hydrocarbures saturés retirés jusqu'ici de la houille : 



460 



SOCIETE SUISSE DE CHIMIE 



Point d'ébull. 
à 730 mm. 


Formule 


Densité 


Indice 
de réfraction 


Réfraction moléculaire 
trouvée calculée 


135-137° 


Cg Hi8 


D^ = 0,7590 


<"= 1,4096 


41,08 


41,4 


172-174° 


t'IoHoo 


23 
D~f-0,7765 
4 


w'd =1,4196 


46,58 


46,03 


189-19r 


CnH22 


22 
D--=0,7838 


«D =1,4234 


50,07 


50,63 


211-213° 


C,2H2, 


D~ = 0,7862 


< = 1,4293 


55,12 


55,23 


215-217° 


C12H24 


D~ = 0,7884 


«D =1,4295 


55,02 


55,23 



Les propriétés des hydrocarbures correspondants, retirés par 
Mabery des pétroles américains, sont : 



Point d'ébuUitiou 


Formule 


Densité 


Indice 
de réfraction 


135° 


^9 H18 


D = 0,7591 




173-174° 


^loU-so 


20 
D — = 0,7770 


Wp = 1,4149 


189-191° 


C„H22 


D ^ = 0,7838 


«D = 1,4231 


212-214° 
215-217° 


C12H24 
C12H24 


D ^ = 0,7857 
D = 0,7857 


Wjj = 1,4241 



Les alcools. — Le g-oudron du vide, lavé à l'acide sulfurique 
dilué pour éloigner les bases, est ag-ité long-temps et à plusieurs 
reprises avec de la soude diluée ; l'huile restante est séchée, puis 
traitée à une température voisine de l'ébuUition par le sodium. Il 
se précipite un abondant sel blanc, que l'on sépare de l'huile par 
filtration, qu'on lave à l'éther sec et décompose par l'eau froide ; 
il se sépare alors une huile que l'on décante, que l'on sèche et 
fractionne dans le vide. Les premières fractions sont des huiles 
incolores, à odeur ag-réable de menthol et possédant toutes les 
propriétés d'alcools. Elles forment des éthers avec les chlorures 
d'acétyle et de benzoyie, avec dég-agement d'acide chlorhydrique. 
La fraction la plus basse (170°-'! 75°) est constituée par un alcool 
saturé de la formule C^H^^O, qui correspond à un méthylcyclo- 
hexanol. Les auteurs ont préparé son phényluréthane et l'ont 
comparé avec les phényluréthanes des trois méthylcyclohexanols 



SOCIÉTÉ SUISSE DE CHIMIE 461 

artificiels, fournis par la maison Poulenc. Ils ont ainsi constaté 
l'identité de leur produit avec le méthylcyclohexanol i,A (hexahy- 
droparacrésol). Dans les fractions suivantes ils ont isolé des 
alcools de formules C3H,/) (185°-'I90°), C.U^fi (230°-235°j et 
C H (215°-220°). Ce sont des alcools non saturés. Mais ceux- 
ci, doués d'une odeur mentholée très ag-réable, deviennent très 
vite solubles dans les alcalis en prenant une odeur très pronon- 
cée de phénols. Le mécanisme de cette transformation n'a pas 
encore pu être élucidé ; il réside peut-être dans une isomérisa- 
tion, que l'on pourrait représenter comme suit : 

H H 

I I 

C H C 



CH3-C C-OH CH3-C C-OH 

CH3-C C-CH=CH, CH3-C C-CH2-CH3 

C H C 

I I 

H H 

Une partie des alcools du goudron du vide seraient ainsi des 
dérivés du cyclohexadiène avec chaîne latérale non saturée, forme 
instable qui se transformerait lentement en dérivés benzéniques 
avec chaîne latérale saturée. On aurait ainsi une explication du 
fait que le goudron du vide ne i^enferme de phénols qu'un certain 
temps après sa préparation. 



W. I. Baragiola et 0. Schuppli (Wâdenswil). — Les états de 
combinaison du soufre dans le vin. 

Continuant leurs recherches sur les bilans des extraits, des cen- 
dres et des acides du vin, les auteurs ont commencé à établir ceux 
de chacun des éléments du vin, en particulier celui du soufre. Il 
était nécessaire, à cette fin, de connaître les formes sous lesquelles 
le soufre entre dans la composition du vin. 

Le soufre se trouve dans le vin principalement à l'état d'acide 
sulfurique, d'acide sulfureux et de soufre dit neutre (soufre des 
albuminoïdes, etc.). Dans certains cas on le rencontre à l'état 
d'hydrogène sulfuré et de mercaptans. La présence d'acides tétra- 
thionique et pentathionique, ainsi que de soufre en fausse solu- 
tion dans le vin, n'est pas encore établie avec certitude. Les 
auteurs se sont bornés, pour le moment, à étudier les vins qui ne 
contiennent le soufre qu'aux trois états cités en premier lieu. 

Les travaux de Magnanini, Venturini, Baragiola et Godet, 
Montanari et Maltese, ont démontré que l'acide sulfurique dans 

Archives, t. XXXVII. — Mai 1914. 32 



462 SOCIÉTÉ SUISSE DE CHIMIE 

le vin est entièrement neutralisé, sous forme de sulfates inorg-a- 
niques, en majeure partie de sulfate dépotasse. Une autre portion 
de cet acide, moins importante, y existe probablement à l'état 
d'éthers-sels (éthylique, g'iycérique, etc.). 

L'acide sulfureux se trouve dans le vin, soit à l'état libre, soit 
à l'état combiné. Ce dernier cas est celui de l'acide acétaldèhyde- 
sulfureux, considéré autrefois comme acide oxyéthane-sulfurique 

mais qu'il faut plutôt envisag-er comme un éther-sel de l'acide 
sulfureux 

CH3-CH<^-S02H 

Ce corps est un acide de la force de l'acide chlorhydrique ; il est 
donc évidemment entièrement neutralisé. L'acide sulfureux libre, 
non combiné à l'aldéhyde, ne sera, selon sa constante de dissocia- 
tion, qu'à moitié neutralisé. 

On n'est que très peu renseig-né sur le soufre dit neutre. 

Pour établir le bilan, on dose, d'une part la totalité du soufre, 
d'autre part les trois types de combinaison isolément ; la somme 
est ég-ale au soufre total. On peut encore établir des bilans par- 
tiels pour les sulfates et les sulfites. Pour le premier, l'acide sul- 
furique total sera réparti entre la quantité combinée aux bases 
inorganiques et la partie formant des éthers sulfuriques. Le bilan 
des sulfites établira le rapport entre la totalité de l'acide sulfu- 
reux, déterminée par le procédé de Haas, la quantité d'acide sul- 
fureux libre, et celle de l'acide combiné, dosé selon la méthode de 
Mathiea-Billon. 

Le détail des manipulations analytiques sera publié ailleurs. 



J. DuBSKi (Zurich). — L'isomérie de valence appliquée aux 
composés halogènes hétérogènes. 

De nombreux cas de chromo-isomérie chez les corps orga- 
niques salins peuvent être interprétés au moyen de la notion de 
l'isomérie de valence. L'auteur a entrepris une étude pour cher- 
cher si des phénomènes analogues se présentent parmi les sels 
halogènes minéraux, si, en d'autrestermes, il existe des sels 
doubles correspondant à la formule générale MeX^'Me'Y en 
même temps que leurs isomères MeYg-âMe'X (Me est un métal 
bivalent, Me' un métal ou radical monovalent, X et Y deux halo- 
gènes). Selon la conception de Werner, ces corps auraient la 
constitution : 



SOCIÉTÉ SUISSE DE CHIMIE 463 

X YMe' Y XMe' 

\ •' \ / 

Me et Me 

/ ■-. / ■ . 

X YMe' Y XMe' 

On connaît, entre autres, des sels doubles du thallium monova- 
lent et du thallium trivalent : TlBrj-STlCl (rouge), TlClg'STlBr 
(orang-é), qui ne sont cependant pas des isomères de valence. ^ 

En faisant cinstalliser un mélang-e de sels MeX^ et Me'Y on 
n'obtient généralement que deux espèces de sels doubles qui con- 
tiennent un seul halogène chacun, soit un mélange de MeX^ * 
2Me'X et MeY^ ' 2Me'Y. L'auteur cite à ce sujet les travaux 
d'Atkinson et de Herty sur les halogénures doubles d'antimoine, 
ceux de Wells sur les sels de mercure, enfin une série de publica- 
tions de Rayman et Preis, Field, Fouzes-Diakon, Harth, Thomas, 
Grossmann. 

Un autre mode de préparation serait la précipitation de sels 
doubles hétérogènes dans un milieu où ils sont insolubles, alors 
qu'il maintient en solution chacun des composants. Ce cas est 
signalé par M. R. Jahoda'^ pour les halogénures doubles de papa- 
vérine dans l'alcool absolu. 

Par cette méthode, et en collaboration avec M. Vretos, l'auteur a 
obtenu, avec un bon rendement et à l'état de poudre cristalline 
très pure, les sels doubles suivants : 

2HCl-Papavérine-CdBr2 et 2HBr-PapavérineCdCl2 

2HC1- » -Cdlo et 2HI- » CdClj 

2HBr- » -Cdlo et 2HI- » -CdBr, 

2HC1- » -ZnBra et 2HBr- » 'ZiiCL 

Les sels doubles isomères ainsi préparés sont absolument iden- 
tiques en ce qui concerne leurs points de fusion et leurs solubi- 
lités. De même, leurs propriétés optiques, selon les observations 
de M. Niggli, sont identiques, notamment leur pouvoir rotatoire. 

Cette identité confirme l'opinion de Werner, qu'il n'y a pas de 
difl'érence de principe entre les valences principales et les valences 
accessoires (Haupt- und Nebenvalenzen). Les deux valences acces- 
soires se rapprocheraient des valences principales à un tel degré,, 
que les quatre atomes d'halogène seraient liés à l'atome métal- 
lique par des forces d'affinité identiques. La difl'érence qui existe 
entre les valences accessoires et les valences principales est géné- 
ralement quantitative, et non qualitative. 

» Cushman, Am. Chem. Journ., 24, 222 ; 26, 505. 
- Monatshefte f. Chem. 7,506. 



464 SOCIÉTÉ SUISSE DE CHIMIE 

E. Briner (Genève). — Sur le mécanisme de l'action chimi- 
que des décharges électric/ues. 

Les nombreux essais d'interprétation de ce mécanisme tendent 
à assimiler cette action, les uns à un phénomène thermique, les 
autres à un phénomène ionique ; dans les derniers travaux on 
paraît incliner à faire une part trop g"rande à l'ionisation. 
L'auteur pense qu'en l'état actuel on ne doit pas se montrer 
exclusif, paixeque des actions thermiques et ioniques s'exercent 
toujours simultanément lors du passage de décharg-es dans un 
g-az et qu'on peut même, pour être complet, leur adjoindre des 
actions photochimiques. 

En se plaçant au point de vue thermique, une interprétation 
simple ^ consiste à attribuer un rôle essentiel aux atomes mis en 
liberté par la dissociation des molécules des éléments. Cette disso- 
ciation est loin d'être négligeable si l'on considèi^e : l" les tempé- 
ratures moyennes élevées qui peuvent être réalisées dans certaines 
régions du parcours des décharges ; 2° les températures indivi- 
duelles, encore beaucoup plus élevées, des molécules dont, selon 
la loi de répartition de Maxwell, les énergies cinétiques sont les 
plus grandes (ainsi, à la température moyenne de 2500°, on peut 
estimer approximativement à 1 "/^ la proportion des molécules 
qui ont plus de 3300° et à 3 7o *^^'l^ ^^^ molécules qui ont plus de 
Î800°) ; 3° les travaux modernes qui ont démontré expérimentale- 
ment la dissociation en atomes des molécules de différents élé- 
ments. Cette interprétation permet de rendre compte qualitative- 
ment de la genèse commune, par les décharges électriques et à 
partir des atomes, de corps aussi différents que NHg, NO, CNH, 
O3, etc. 

D'autre part, des recherches récentes paraissent mettre en évi- 
dence l'intervention de facteurs purement ioniques, des faits tels 
que les rendements et la concentration optima réalisées sous de 
certaines pressions (Haber et Kônig, Briner et Mettler, Durand, 
Kahn) étant difficilement explicables par une action thermique 
seule. 

Enfin, la décomposition de l'oxyde d'azote, de l'ammoniaque, 
etc. opérée par les